avatar
» Donovan J. Reid "
❝ Success. × Forget the burdens of the past ₪ ❞

× Ma Célébrité : Chris Wood. × Nombre de messages : 217 × Age du perso : 24 ans. × Job : ancien policier × Côté love : Il n'y a que de la confusion


Message(#) Sujet: the damaged loves the damaged ✤ Nate Mar 9 Aoû - 0:35

the damaged loves the damaged

       

« N'oublie pas de prendre ta guitare avec toi. » Disait-elle à chaque fois que son fils avait un voyage quelconque. La mère de Donovan croyait qu'à chaque petite représentation de son fils, cela détendait les gens, la famille, les inconnus, les amis. « Et surtout, appelle-moi ! » Cette phrase aussi est devenu culte pour la maman adoptive. Le jeune policier prenait toujours le temps de l'appeler à son arrivée, à l’hôtel ou là où il logeait. Il n'avait aucunement envie de l'inquiéter. Et à chaque appel, ils prenaient une quinzaine de minutes à parler et ce, même s'il venait tout juste d'arriver. À la mort de cette dernière, il oubliait que ces petits rituels n'allaient plus jamais avoir lieu. L'envie de quitter la ville ne lui plaisait plus autant. Cependant, il lui avait promis de continuer à respirer, de vivre sa vie comme il l'entend et poursuivre sa carrière de policier, qu'il venait tout juste de débuter. Donovan n'a jamais su qu'il a été adopté. Et même s'il l'avait su, il n'aurait probablement pas aimé savoir ce qui se cache derrière ses parents biologiques, des gens instables, inaptes à élever un pauvre gosse pleurnichard. Le seul problème c'est que même s'il a été élevé par de bons parents adoptifs, il a probablement irrité du comportement de ses parents. En tout cas, il n'a montré aucun signe de démence pour le moment, aucune crise, pas de comportement étrange. Le corps endormi du rescapé se mit doucement à bouger, du moins les nerfs dans ses doigts, le froncement de sourcil, les lèvres tremblantes. Croyant rêver, sa mère adoptive apparue dans ses visions, elle était seule dans une pièce blanche où Donovan était allongé sur un lit d’hôpital. Elle se pencha vers l'oreille de ce dernier et elle lui murmura de se réveiller. Donovan se réveilla d'un seul coup, ouvrant grand les yeux avec le cœur débattant un maximum dans sa poitrine et de la sueur sur le visage. Sa voix continua de résonner dans sa tête, de lui donner des frissons. Comment est-ce possible ? Comment peut-elle apparaître maintenant pour lui demander de se réveiller, au moment où il peut enfin la revoir. Il était agité, il avait chaud et les battements de son cœur lui donnaient envie de vomir tellement qu'ils étaient forts. Sa gorge ne demandait qu'à être hydraté et ses esprits à retrouver ses repères. Impossible. Il ne reconnaît pas l'endroit. Il y a ce mur blanc, ces meubles qui ne se fondent même pas dans le décor, on semblait les avoir posés là comme pour combler le vide de la grande pièce. L'éclairage trop fort à son goût, venant piquer ses pupilles et forcer son mal de tête à persister. Il n'y a que des détails. Et il y a lui. Cet inconnu qui est assis sur cette chaise, qui le regarde, mais Donovan ne le connaît pas du tout. C'est la première fois qu'il l'aperçoit. Que veut-il ? Pourquoi est-ce que le policier est dans ce lit ? Le jeune homme secoua doucement la tête. Il avait du mal à prononcer des paroles à cause de sa gorge asséchée. Son air perdu se pose sur le type. « T'es qui toi ? Et où suis-je ? » Finit-il par lui demander avec un peu d'efforts. L'endroit ne lui disait absolument rien. Néanmoins, si sa mère lui avait demandé de se réveiller, ce n'était peut-être pas pour rien. La sieste était terminée. Il est complètement perdu et ce n'est que le début.


(c) naehra.




You think I’ll run. And maybe I would have once, okay? But I’m not that guy anymore. If you think that your crazy life is gonna scare me off, you are so wrong, okay? There’s nothing out there or in here that scares me as much as the thought of losing you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Nathaniel J. Chester "
❝ Master. × Plotting to rule the world ♛ ❞

× Ma Célébrité : Ian Somerhalder × Nombre de messages : 719 × Age du perso : 30 ans × Job : Observer les effets du sérum × Côté love : Il ne peut pas se permettre de s'égarer


Message(#) Sujet: Re: the damaged loves the damaged ✤ Nate Mer 10 Aoû - 23:56

❝ The damaged loves the damaged ❞
- Nate & Donovan -
We all die. The goal isn't to live forever, the goal is to create something that will.
« Le cas n°189 est ici. » « Parfait. » « Puis-je vous demander ce que vous comptez faire de lui ? » « Non. » Son regard impérieux et sa voix glaciale firent taire l'insolent. Pour qui se prenait ce jeune et médiocre scientifique ? Il avait de la chance que Nate soit de bonne humeur, sinon le gamin aurait profondément regretté sa curiosité mal placée. Il n'avait apparemment pas encore compris qu'il ne fallait jamais, ô jamais posé un pied sur le chemin de Nate. Quiconque s'y risquait, s'en mordait les doigts la minute d'après. Ou plutôt la seconde d'après. Tout ce que Nate demandait c'était que ces pseudo-génies fassent ce qu'on leur demandait sans ne poser aucune question. Ce n'était pas si compliqué à comprendre. Alors pourquoi il y en avait-il toujours un ou deux qui voulaient se mêler de tout ? Nate détestait ce genre de personnes. Elles l'agaçaient au plus haut point. Enfin bref, là n'était pas le sujet. Une chose beaucoup plus importante l'attendait. Chacun des traits de son visage exprimait la même froideur habituelle, mais au fond de lui, il était plutôt impatient. Fait suffisamment rare pour être souligné. Cette idée sortie directement de son esprit machiavélique lui plaisait particulièrement. Alors d'un pas fier et assuré, il quitta le laboratoire. Aucun des hommes qui croisèrent son chemin dans les couloirs du QG ne firent l'affront de ne pas le saluer. Ils le firent tous, avec un mélange de crainte et de respect. Nate adorait ce sentiment d'autorité, bien qu'il n'était pas le plus haut placé dans les grades de Tullis. Il ne dépassait jamais les limites fixées par sa place dans cette organisation, mais il profitait de son pouvoir autant qu'il le pouvait. Enfin du mieux qu'il le pouvait. Car rien ne l'intéressait plus que d'être utile à Tullis. Nate donnait parfois l'impression d'être un être vide, déshumanisé. Comme un robot dénué de toute envie personnelle, de toute passion, de tout désir. Mais cela n'avait pas la moindre importance à ses yeux.

Enfin, le bienfaiteur arriva à la porte de la fameuse chambre expérimentale. Il était encore trop tôt pour mettre le cas n°189 dans les dortoirs. Rien ne prouvait que l'homme croirait aux mensonges de Nate. Il allait falloir être subtil et prudent. La manipulation était tout un art. Nate avait l'avantage d'exceller dans ce domaine. Alors sans une once d'hésitation, il entra la pièce. Bien évidemment, l'homme était encore dans un profond sommeil. Avec une patience digne d'un moine bouddhiste, le bienfaiteur attendit plusieurs heures au chevet du rescapé. Assis sur une chaise modeste et pas vraiment confortable. Il eut le temps de mémoriser chacun des traits du visage de sa future victime. Cela n'était pas désagréable d'être face à un charmant visage. Et la compagnie de cet homme se révélerait sûrement divertissante. Cela changeait de tous ces scientifiques fades et sans intérêt. Bien sûr, Nate ne perdait pas en vue le réel but de cette expérience. Il n'était pas là pour se distraire ou s'amuser. Non, il ne cherchait qu'à rendre service au projet Tullis. Une fois de plus. Rien d'autre ne comptait. Et ce serait toujours ainsi. Tiens, l'homme semblait revenir à lui. Au même moment, l'air insensible qui ornait le visage du bienfaiteur s'effaça pour laisser place à une mine inquiète. Même le bleu glacial de ses yeux sembla se réchauffer. Nate maîtrisait son corps à la perfection. Il aurait pu être acteur dans une autre vie. Mais jamais il ne renoncerait à la vie qu'il avait actuellement. Dès les premiers mots que prononça le rescapé, Nate sut que le sérum avait fonctionné. Tant mieux. Mais extérieurement, il semblait bouleversé. La comédie allait pouvoir commencer.
« Tu ne t'en souviens vraiment pas ? » Il le fixa quelques instants avant de se lever brusquement, tandis que sa voix semblait tiraillée entre la tristesse et la colère. « Comment ces imbéciles ont fait pour ne pas te reconnaître ! Je n'arrive pas à croire qu'ils te l'ont injecté ! » Un profond soupir s'échappa de ses lèvres, et après plusieurs secondes il se rassit. Comme s'il n'avait pas d'autre choix que d'accepter la situation. « Tu dois sûrement être totalement perdu, je suis désolé. Mais tu es en sécurité ici. » Il ancra son regard océan dans celui du rescapé, allongé sur le lit. « Donovan, je suis ton collègue de travail si on peut dire cela comme ça, mais je suis aussi...bien plus que cela. Tu ne te rappelles de rien ? » Sa voix semblait trembler d'un espoir vain. Il posa sa main non loin du brun, mais sans le toucher. Il était trop tôt pour cela, il ne devait pas le brusquer. « Quel idiot je suis, je ne t'ai même pas demandé comme tu te sentais. Tu veux peut-être manger ou boire quelque chose ? » Finalement, le rescapé avait de la chance que Nate soit en train de jouer la comédie car en circonstances normales, jamais il ne lui aurait proposé de telles faveurs.


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1160 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Donovan J. Reid "
❝ Success. × Forget the burdens of the past ₪ ❞

× Ma Célébrité : Chris Wood. × Nombre de messages : 217 × Age du perso : 24 ans. × Job : ancien policier × Côté love : Il n'y a que de la confusion


Message(#) Sujet: Re: the damaged loves the damaged ✤ Nate Jeu 11 Aoû - 3:33

the damaged loves the damaged

       

Mourir est-ce la meilleure chose après un tel événement ? Un crash d'avion avec aucune porte de sortie pour revenir à la maison. Ne plus jamais revoir ses proches. Certaines personnes y ont pensé au suicide, mais Donovan n'a jamais eu ce genre de force. Il n'a jamais voulu franchir le pas. Il préfère se battre dans n'importe quelle situation. Il a été élevé pour réaliser ses rêves, mais également comme quelqu'un qui ne doit jamais baisser ses bras devant une situation désespérée. Après tout, il y a toujours une solution et ce, même si elle ne vous est pas présentée sur un plateau en or. Il suffit de chercher, de creuser un peu plus profond pour la découvrir. L'accident l'avait complètement déstabilisée, mais il ne pouvait pas penser qu'à lui, qu'à sa propre personne. Le brun était venu en aide aux autres et puis plus rien, le néant, le vide total dans sa tête. Il se retrouva dans une chambre froide, pas froide à cause de sa température, mais de l'ambiance qui s'y trouve. Il n'y a aucune chaleur, rien d'accueillant, rien qui te donne envie de te sentir à l'aise. Donovan est un jeune policier et il a été entraîné dans de diverses situations. Mais celle-ci ? Personne n'est préparé à vivre ça. Le jeune homme se réveilla soudainement, dans une pièce qui lui est inconnue, avec un type qui ne lui dit absolument rien. Et surtout, que fait-il là ? L'inconnu semblait presque offensé lorsque Donovan lui demanda son identité. Le jeune policier fronça les sourcils, car bien évidemment, il ignore, c'est qui et où il se trouve. « Injecté quoi ?! C'est quoi cette connerie.. » On l'avait drogué ? Donovan s'était assis sur le matelas en le regardant agir comme si Donovan avait oublié un truc important, mais quoi ? Sa tête ne semble pas réceptive à cela, il n'arrive pas à se souvenir de cet homme et du pourquoi il est présent. Donovan tentait de placer des mots, mais le brun ténébreux prenait la parole à chaque fois, lui disant même qu'ils étaient plus ou moins collègues. Évidemment, le jeune homme pense automatiquement à New York, où il était policier. Le brun recula légèrement la tête en voyant la main, il reste un inconnu, mais il veut vraiment découvrir tout ça.
« Euh.. ouais.. un verre d'eau, ça me va. » Il racla légèrement sa gorge toute sèche avant de s'asseoir finalement, sur le bord du lit. Il jeta un coup d’œil dans la pièce froide. Il ne sentait aucune odeur particulière, mais la pièce restait bien étrange. Peut-être était-il revenu à New York et qu'il était en train de subir un interrogatoire ? « Hm.. donc.. on est collègue ? Je ne t'ai jamais vu dans mon unité, ni même au poste de police où j'étais. » Il leva son regard vers le ténébreux, plongeant ses yeux dans les siens pour mieux le cerner, pour mieux saisir la situation. « Excuse-moi.. je suis complètement perdu.. où suis-je ? Je sens encore la vibration et l'intensité de l'explosion.. » Il parle évidemment du crash de l'avion. Il revoit la scène encore et encore, les cris, le sang, les corps inanimés. Rien que d'y penser, il sent les frissons lui parcourir la peau jusqu'au dernier poil. Il se met légèrement à trembler. C'était horrible, inimaginable. Donovan se passe une main sur le visage, avec le goût de vomir, mais il se retient, car même s'il a déjà vu des scènes d'horreur, il se doit d'être fort. Il baissa la tête un court instant, se replongeant dans ses souvenirs les plus profonds, d'abord le crash, la poursuite criminelle, la mort de sa mère adoptive, de tous ses petits détails, son parcours à l'académie de police. Son cœur se mit à nouveau à débattre dans sa poitrine, faisant place à l'augmentation de sa température, au point d'avoir quelques sueurs sur le front. Rapidement, il s'essuya le front et n'osa pas se relever, de peur de retomber assis sur le lit, de se faire passer pour un faible qui ne peut pas contrôler ses émotions. Il resta donc au lit, posant à nouveau ses yeux sur lui, cet inconnu qui était à ses côtés lors de son réveil.


(c) naehra.




You think I’ll run. And maybe I would have once, okay? But I’m not that guy anymore. If you think that your crazy life is gonna scare me off, you are so wrong, okay? There’s nothing out there or in here that scares me as much as the thought of losing you.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Nathaniel J. Chester "
❝ Master. × Plotting to rule the world ♛ ❞

× Ma Célébrité : Ian Somerhalder × Nombre de messages : 719 × Age du perso : 30 ans × Job : Observer les effets du sérum × Côté love : Il ne peut pas se permettre de s'égarer


Message(#) Sujet: Re: the damaged loves the damaged ✤ Nate Sam 20 Aoû - 0:33

❝ The damaged loves the damaged ❞
- Nate & Donovan -
We all die. The goal isn't to live forever, the goal is to create something that will.
Tout était sous contrôle. C'était ce dont Nate se persuadait. Il avait pris seul cette décision, en apparence folle, mais en réalité brillante. Du moins à ses yeux. Après tout, n'était-ce pas bien moins dangereux que de formater un ancien soldat pour qu'il devienne une machine meurtrière et sans-pitié ? Tout ce que Nate cherchait à obtenir, c'était une taupe. Quoi de mieux qu'un rescapé pour espionner son propre camp ? Il était certain que son plan fonctionnerait exactement comme il l'avait prévu. Son pouvoir de persuasion et sa capacité à simuler les émotions - qu'il connaissait pourtant si mal au fond - seraient parfaitement suffisant. De toute façon, échouer était toujours inenvisageable. Inconcevable. Et surtout, inadmissible. Les enjeux étaient beaucoup trop grands. Comme à chaque fois que c'était nécessaire, il serait l'homme de la situation. Il connaissait le dossier du rescapé dans les moindres détails. Il savait tout de lui. Il connaissait sa vie aussi bien que si c'était la sienne. Par exemple, ce dénommé Donovan était orphelin. Il a ensuite toujours ressenti le besoin d'aider et de protéger ceux qui l'entouraient mais aussi les parfaits inconnus. Dès qu'il en avait eu les moyens, il s'était engagé dans la police et il y avait consacré sa vie entière, jusqu'au crash. Certes, monsieur le justicier semblait bien trop idéaliste au yeux de Nate, mais dans un certain sens, le bienfaiteur le respectait. Ils avaient tous les deux fait le choix de se consacrer corps et âme dans une cause auxquels ils croyaient plus que tout au monde. Peut-être qu'ils n'étaient pas si différents, après tout. Enfin, il s'égarait. Il n'était pas là pour "copiner" avec ce rescapé. Il devait l'utiliser comme il le faisait avec tant d'autres, c'était aussi simple que cela. Gardant le masque d'un homme partagé entre inquiétude et culpabilité, il regardait Donovan d'un air faussement désolé. « Disons que c'est... une histoire compliquée. Je te promets que je vais tout te raconter, mais il va sûrement te falloir du temps pour comprendre et accepter tout ça... » Enfin surtout pour avaler la tonne de mensonges que Nate s'apprêtait à lui offrir sur un plateau.

Toute la difficulté était là, il fallait que les "révélations" soient suffisamment convaincantes pour que le rescapé lui donne sa confiance et fasse ce que Nate attendait de lui. Pour cela, il devait renoncer à ses habitudes froides et distantes. Il allait même devoir se montrer attentionné, tendre - des mots nouveaux pour lui- afin que ce qu'il comptait lui faire croire paraisse crédible. Et là apparemment, le rescapé avait soif.
« Je vais t'en chercher un, je reviens dans une minute. » déclara-t-il d'une voix douce. C'était à se demander pourquoi d'ordinaire il ne se comportait pas en homme aussi charmant. Toujours est-il qu'il revint aussi vite qu'il était parti, un verre d'eau à la main. Il s'approcha du lit et posa le récipient sur le petit chevet. Seul meuble, en dehors du lit, présent dans la pièce fade et austère. Ce n'était pas le lieu idéal pour mettre l'homme en confiance, mais par sécurité, il était impossible de le mettre dans les dortoirs, sans aucune surveillance. Bien sûr, avide de comprendre ce qu'il lui arrivait, le brun innocent chercha à éclaircir les paroles de Nate. Ce dernier allait devoir lui fournir des réponses, en pesant ses mots. Aucun faux pas n'était permis. Alors Nate le laissa parler. Avant de dire quoi que ce soit, il devait savoir quel avait été l'effet du sérum. Qu'avait oublié ce rescapé ? Il eut la réponse rapidement. Le sérum avait fonctionné comme prévu, Donovan était un succès. D'après ses mots, il se rappelait tout à fait de sa vie à New-York mais n'avait aucun souvenir "post-crash". C'était l'idéal. Nate allait pouvoir poursuivre ce qu'il avait prévu. « Oui, collègues, mais je ne suis pas policier. » Ce métier ne l'avait jamais tenté. Il faut dire qu'il ne faisait par partie de ces gens animés par l'altruisme et le sens de la justice. Non, lui, il était un être insensible, capable de sacrifier des gens au nom d'un projet, d'une machination insoupçonnable. « En fait, on a travaillé ensemble ces deux dernières années. Être flic, c'était toute ta vie, mais tu as accepté de participer à quelque chose de beaucoup plus grand. Tu nous as aidé pour la réalisation d'un projet scientifique. Et tout ça, tu l'as fait car tu savais qu'une fois abouti, ce projet pourrait aider des milliers, et même des millions de gens. » Le début du véritable mensonge commençait enfin. Il laissa un bref instant au rescapé pour qu'il réalise ce qu'il venait d'entendre, avant de continuer. « Mais à cause d'un sérum, tu as... totalement oublié ces deux dernières années. Alors je sais que tout ça doit te paraître dingue, mais tout est vrai. Jamais je ne te mentirais. Et, ici tu te trouves dans notre QG, là où se réalise ce projet. » En parlant, il avait posé délicatement sa main sur la sienne. L'air peiné, il avoua tristement : « Je n'arrive toujours pas à croire que tes souvenirs ont disparu... on n'était pas juste des collègues tu sais... »


code by lizzou — gifs by TUMBLR — 1160 MOTS.

Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: the damaged loves the damaged ✤ Nate

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-