avatar
» Jaylan P. Hanswell "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : sam(y) claflin. × Nombre de messages : 263 × Age du perso : vingt-cinq ans. × Job : pas grand chose, ahah. × Côté love : une belle amazone. lol. bandedeouf comjvousaime


Message(#) Sujet: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Dim 18 Oct - 19:11




toutes les femmes de ta vie ;
en moi réunies. #lol

Jaylan courait à en perdre haleine. Il était prêt, complètement prêt à donner tout ce qu’il possédait, si ça pouvait bien les aider. Il avait vu les gros nuages et il n’avait pas eu peur. Car les originaires n’ont pas peur, et que c’était certainement pas la première fois qu’il voyait le ciel prendre d’effrayantes couleurs sombres. Il avait même presque rit, en entendant ses sœurs commencer à paniquer. « Quelque chose n’est pas normal », avait dit l’une ; et voilà qu’ils avaient été pris de court, à organiser un conseil d’urgence au moment où la situation devenait bien critique.
Jaylan n‘avait pas eu peur, et il s’était à peine mêlé de toute cette histoire, car à ses yeux rien n’était vraiment grave. A mesure que la pluie avait commencé à tomber, pourtant, il s’était posé des questions. Et si c’était plus grave que prévu, finalement ? Si, ce soir, la nature récupérait ce qu’elle leur avait offert depuis tout ce temps ? Maintenant qu’il donnait tout ce qu’il avait et que ses jambes le portaient à une allure folle, il commençait à réaliser que c’était peut-être le cas. Peut-être bien que la nature reprenait ses droits, finalement. Son tee-shirt fusionnait avec sa peau et les gouttes perlaient sur son visage ; le vent faisait à peine flotter ses cheveux gorgés d’eau et, pour la première fois il commençait à être sérieusement essoufflé. En fait, ça faisait une paye que Jay’ n’avait pas eu à courir si rapidement ; mais il était apparemment plus rapide encore, ce petit saligaud qu’il pourchassait.

On lui avait demandé d’aller surveiller les prisonniers et, comme d’habitude, il avait cru à une mission de second ordre, parce qu’on lui avait toujours refilé la vieille merde histoire de l’occuper pendant que les grands réglaient les problèmes importants. Puis, il s’était rendu sur les lieux, et par la même occasion à l’évidence : le petit originaire habitué aux missions quasi-inutiles se retrouvait bien sur le cul, maintenant qu’il réalisait qu’en fait, on lui avait ordonné d’aller s’occuper des cages parce qu’il y avait un sérieux problème. Il en avait pas l’habitude, lui, de gérer des situations vraiment périlleuses, alors il avait pris sa tâche très à cœur, enfermé à quadruples tours ceux qui avaient commencé à s’échapper, et hurlé aux autres de ne pas bouger. Jusqu’au moment où il avait vu le pire se produire. Une silhouette, qu’il distinguait à peine, avait pris ses jambes à son cou, là, sous ses yeux. Ça aurait pu ne pas être important, mais ça l’avait été bien plus qu’il ne l’avait pressenti : parce qu’il savait qui était dans cette cage. Il savait qui venait, sous son nez, de s’échapper et ça, ça lui plaisait pas.

Il avait l’impression d’avoir déjà couru deux marathons, mais sa proie ne semblait qu’à peine essoufflée et lui crevait d’envie de s’écrouler à terre. Mais il ne pouvait pas, non, il ne pouvait définitivement pas laisser ce foutu sauvage s’échapper, pas comme ça, pas maintenant ! Sa mission serait un échec, et lui aussi… Trop occupé à perdre son souffle, il en oubliait les véritables raisons de cette course folle, et c’était tant mieux. Y’avait son jouet qui s’échappait, qui partait très loin de lui et ça, ça ne pouvait pas lui plaire. Il était vraiment prêt à tout pour le récupérer et continuer de s’amuser avec. Il n’avait aucune envie de jouer seul, maintenant qu’il l’avait lui.
Il manqua de s’écraser plusieurs fois la gueule par terre et glissa même dans la boue. Il sentit son poids s’écraser par terre mais n’entendit pas le craquement de son poignet, et reprit sa course folle recouvert d’une boue absolue ignoble que la pluie battante rendait encore plus dégueulasse. Seulement, sa proie avait disparue. Son jouet, son doudou n’était plus dans son angle de vue. Jaylan ralentit sa course, pas trop certain de pouvoir y croire. Il ne pouvait pas l’avoir perdu, là, comme ça, après tant de course et pour une foutue chute ? Le jeune homme serra les dents, prêt à hurler de toutes ses forces, quand il eut une drôle d’impression. Il fallait qu’il prenne là, sur la gauche, et qu’il continue. C’était un risque à prendre, mais de toute façon il n’avait plus grand-chose à perdre.

La silhouette se dessina sous la faible lumière de la lune et il le reconnut immédiatement. Il reprenait son souffle, là, au bord d’une falaise que Jaylan ne pouvait pas voir. L’originaire s’approcha d’un pas plus lent, lui aussi complètement à bout de souffle et, alors que Wilwarin lui tournait le dos, il attrapa ses mains et les bloqua dans son dos. « T’as pas l’droit de t’enfuir comme ça, ça va pas la tête ? Puis tu cours comme un lièvre, c’est dingue. » Il l’avait prononcé comme s’il était au bout de sa vie, mais il fallait bien avouer que le petit sauvage l’avait bien épuisé. Puis, Hanswell s’octroya le droit de reprendre son souffle, juste le temps d’un instant. Erreur fatale. Il n’entendit pas le bruit de la falaise qui, déjà, dansait dangereusement sous le poids d’un vent violent.





    i know i'm gonna be the man who wakes up next to you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jessie C. Martinez "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Shiloh Fernandez. × Nombre de messages : 324 × Age du perso : 24 ans. × Job : Enfant sauvage qui a vécu comme Mogwli depuis son arrivée sur l'île et amazone dans l'âme. × Côté love : Si tu m'aimes petit con, dis le moi quand même. J'en fais pas une affaire personnelle et tant pis pour les dégâts.


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Dim 18 Oct - 20:56


Toutes les femmes de ta vie
Wilwarin & Jaylan

Wilwarin était en train d'observer le ciel nuageux et électrifiant lorsqu'il se fit attaquer et attraper par des originaires. Parmi ces agresseurs se trouvait Jaylan. L'amazone laissa échapper un son muet plein de stupeur. Il n'avait rien compris de ce qui se passait, ni même pourquoi son ami ne s'opposait pas à sa capture. L'enfant sauvage se débattu, mais en vain, ils étaient plus forts que lui, il pouvait sentir l'un d'entre eux lui compresser les poignets. Wilwarin était vraiment affolé, il paniquait et ne comprenait pas ce qui se passait. D'habitude ils attaquaient les rescapés, il avait toujours réussi à leurs échapper. L'amazone se rappelait de Gwendolyne, il appréciait la jeune femme, c'était une scientifique, il avait appris qu'il y avait des laboratoires là-bas, mais pas que...une salle de torture...c'est en tout cas ce qu'il avait entendu de ses sœurs et aperçu par les survivants qui s'échappait dans un sale état. Et s'il envisageait de le disséquer ? Il était trop intriguant pour eux ? Gwendolyne les empêcherait de lui faire du mal, il en était persuadé. Quant à Jaylan ? Il n'en savait strictement rien...ce dernier faisait mine de n'éprouver aucun intérêt à son égard, pourtant il portait bel et bien son collier...Wilwarin l'observa, il croisa à plusieurs reprises son regard. D'abord, il lui adressa un regard paniqué et suppliant de l'aide, la seconde fois, l'amazone lui jeta un regard noir. Wilwarin lui en voulait ! Comment pouvait-il le laisser dans une situation pareille. Ses sœurs avaient raison, il aurait dû se méfier des gens qui n'étaient pas issus de sa tribu. Le papillon était déçu, il se sentait trahis...pourquoi avait-il autant accordé de l'intérêt à cet homme ? Même après leur rencontre il lui arrivait de penser à lui...il ne savait pas pourquoi, mais il aurait aimé le rencontrer...au final il regrettait en finissant de la sorte, c'est-à-dire dans des cages à ciel ouvert. L'amazone se sentait priver de sa liberté, il s'approcha des barreaux et les tient fermement tout en observant Jaylan. Il n'avait pas changé un seul instant de regard, il était perdu, à vrai dire on aurait dit un petit chien abandonné sur le bord d'une autoroute. Jaylan s'éclipsa avec le reste des originaires. Wilwarin perdu sa trace et observa autour de lui. Ils étaient plusieurs à être enfermés, il y avait beaucoup de bruit, des plaintes, des pleures...il n'y avait rien de joyeux...Le papillon ne comprenait pas pourquoi la « tribu » de Jay faisait tout cela....c'était assez choquant pour l'amazone....Il ne comprenait pas et il avait peur. La météo n'arrangea pas la situation actuelle puisqu'il se mit à avoir une tempête terrible. Tous les prisonniers tentèrent de se mettre à l'abri mais cela relevait de l'impossible. Un éclair manqua de les tuer en frappant l'une des cages. Tout se passa très vite...L'amazone observa le spectacle apocalyptique de la nature. Il n'y avait rien à y faire, il risquait de mourir à tout moment. Fort heureusement, la tempête se déplaça et les prisonniers purent retrouver leurs esprits. Plusieurs d'entre eux remarquèrent que certaines cages étaient défectueuses. Plusieurs s'échappèrent, d'autres courageux délivrèrent ceux qui ne pouvaient pas partir comme Wilwarin qui avait encore sa cage intacte. L'amazone sortie de sa cage, il était perturbé. Il regarda le ciel...ce n'était pas bon du temps...ça allait revenir...puis où étaient les originaires ? Ils revinrent à la charge. Jaylan était toujours présent. Le papillon eu pour réflexe de se reculer doucement vers la forêt ce qui lui permis de passer inaperçu jusqu'à ce qu'il croise le regard de son ami, enfin ami, c'était définitivement un grand mot, car il ne savait plus qui était Jay pour lui. Alors qu'ils s'échangèrent un long regard, les deux hommes eurent la même connexion. Oui ! Jaylan allait le récupérer, il fallait qu'il quitte cet endroit, il était hors de question pour lui de rester ici. Sans plus attendre Wilwarin se mit à courir à travers les bois, pile au moment où la tempête repris de plus belle. L'amazone pouvait l'entendre derrière lui. Il était paniqué et ne savait pas où aller lui qui pourtant connaissait si bien la forêt mieux que personne. Lui aussi manqua de tomber, mais il garda l'équilibre. Il s'enfonça également dans la boue et jeta un regard apeuré à Jaylan. Cet abruti ne semblait pas lâcher l'affaire à mesure qu'il avançait vers une destination inconnue. Pourquoi ne renonçait-il pas ? Il lui souhaitait vraiment toutes ces horreurs ? Il tenait à sa vie...Pendant un instant, Wilwarin espéra grimper à l'arbre, il était fort à ça, mais c'était trop glissant et trop dangereux avec les orages. Il se contenta de courir jusqu'à arriver à la falaise par son manque de concentration. Wilwarin s'approcha du bord. Il était essoufflé et ne savait pas s'il l'avait semé. Il était dans un cul de sac...L'amazone se retrouva pour la première fois fragile...il avait eu trop d'émotions en une seule journée et il ne pouvait pas raisonner librement. Pourquoi cet homme qui l'avait tant fasciné finissait par lui faire peur ? Etait-il comme les autres ? Son cœur se resserra à cette pensée et plus il observait le précipice, plus il se dit qu'il n'avait plus le choix...prendre le risque de se jeter de la falaise et de se faire noyer par les vagues déchaînées ou par le fracas des roches. Il n'eut pas le temps de répondre à ce dilemme lorsqu'il sentit une personne s'emparer de ses mains afin de l'immobiliser. Wilwarin grogna, il n'avait pas besoin de se retourner pour connaître son identité, il reconnaissait son odeur parmi tous...Jaylan lui reprocha de s'être échappé et de l'avoir fait courir. C'était la meilleure ! Il ne voulait quand même pas qu'il reste à la merci des originaires ?! Il était choqué et frustré. Il tenta de se débattre, mais il n'avait plus de force puis à vrai dire, il n'eut pas le temps de faire quoi que ce soit puisque le sol se déroba sous eux. Wilwarin perdit l'équilibre avec Jaylan et ils tombèrent dans le vide, enfin suffisamment pour se retrouver coincé sur une partie de la falaise. L'amazone grogna de douleur en sentant son bras lui faire mal, sans compter le choc. Jaylan tomba sur lui également. Wilwarin continua de se débattre, mais il remarqua que l'espace était petit, ils risquaient de tomber à tout moment alors il s'arrêta. Le papillon regarda son ami. S'était-il fait mal ? Commençant à le connaître, il se doutait qu'il allait rapidement avoir la réponse à sa question.

(1200 mots)

crackle bones



 
Il en faut peut pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux:
 


Dernière édition par Wilwarin S. Eressëa le Jeu 22 Oct - 20:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jaylan P. Hanswell "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : sam(y) claflin. × Nombre de messages : 263 × Age du perso : vingt-cinq ans. × Job : pas grand chose, ahah. × Côté love : une belle amazone. lol. bandedeouf comjvousaime


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Lun 19 Oct - 20:28


toutes les femmes de ta vie ;
en moi réunies. #lol

Il l’avait choppé, ce petit saligaud. Jaylan avait l’impression d’avoir couru des kilomètres et maintenant qu’il l’avait littéralement entre les mains, il ne se sentait pas prêt à le laisser filer de nouveau. C’était inexplicable, cette façon que l’originaire avait de se comporter avec son amazone mâle. N’importe quel captif qui s’échappait en avait des marques sur le corps et un souvenir brutal et douloureux ; Wilwarin avait simplement droit à un rapprochement étrange et l’espoir de s’en sortir en entier. Parce qu’il l’obsédait plus qu’il ne pouvait l’expliquer, l’amazone avait droit à ces traitements de faveur tacites, à cette pseudo douceur dont Jay ne faisait habituellement jamais l’usage. Il y avait quelque chose de plus qui le rendait presque trop doux pour en être crédible – mais maintenant qu’il le tenait, le captif fraichement libéré ne s’en sortirait pas si simplement.
C’était sans compter sur cette foutue nature qui, sans le moindre doute, reprenait ses droits, ce soir. Sans que l’originaire ne puisse prévoir quoi que ce soit, il sentit le sol se dérober sous ses pieds et son cœur s’arrêter le temps d’un instant. Dans la chute, il lâcha un cri, mais pas son prisonnier qu’il serra de toutes ses forces contre lui ; comme si, finalement, il acceptait de tomber, mais pas seul, non, certainement pas sans lui. sous le choc, il en ferma les yeux, et ne put les rouvrir qu’au moment où il sentait son cœur battre de nouveau dans sa poitrine. Probablement qu’il venait de vivre la frayeur de sa vie, qu’il n’avait d’ailleurs même pas eu le temps de voir défiler sous ses yeux tant le choc avait été précipité. Il dût attendre de longues secondes avant de parvenir à ouvrir les yeux, et son regard croisa celui sur qui il était tombé. Il avait ces yeux noirs qui ne présageaient rien de bon et Jaylan aurait certainement dû s’arrêter là-dessus, si son plus gros souci n’avait pas été ailleurs. Il releva doucement la tête et réalisa ce qu’il venait de leur arriver : un morceau de falaise venait de glisser, et ils tanguaient à présent au-dessus d’une eau déchainée, de vagues effroyables et sous un vent glacial. Jaylan soupira par reflexe, incapable du moindre mouvement, ni même d’une simple réflexion.

Il fallait qu’il fasse quelque chose, mais quoi ? Il n’en avait pas la moindre idée, pour la première fois de sa vie, il se sentait pris au piège. C’était drôle, mais maintenant il commençait à comprendre ce que pouvait bien ressentir un captif prit au piège par les originaires. Pas d’issues, pas de sorties. Ils allaient crever là, comme deux pauvres cons que le hasard ne semblait pas vouloir épargner. C’était ridicule, mais ça faisait tellement peur… Et mal. L’originaire lâcha un cri de douleur lorsqu’il posa sa main au sol pour essayer de se relever. Il n’avait pas entendu le craquement de son poignet dans sa précédente chute et, maintenant qu’il commençait à en prendre la mesure, il réalisait doucement que cette nouvelle situation ne les aiderait certainement pas. Il ne pouvait pas se relever, pas avec une telle douleur et si peu d’espace pour bouger, alors il planta son regard dans celui de Wil. Pour la première fois, les yeux du jeune Hanswell semblaient simplement dire : je sais pas. Il n’avait jamais autant douté de toute son existence, et, en plus de lui faire bizarre, ça le rendait complètement dingue. Ils allaient crever comme ça, alors qu’il avait voulu le sauver. Parce qu’il le savait : s’il lui avait couru après comme un forcené complètement aliéné, c’est parce qu’il n’avait pas voulu le voir s’en aller. pas plus qu’il n’avait voulu le voir emprisonné mais ce choix là, on ne le lui avait pas laissé. Il avait presque envie d’en pleurer, mais il décida de prendre une autre direction un peu plus altruiste. « Tu t’es fait mal quelque part ? » Lança-t-il à celui qu’il écrasait de tout son poids. Puisque lui était déjà pas mal handicapé par un poignet probablement cassé, il n’y aurait plus aucun espoir si son compagnon d’infortune lui annonçait une nouvelle semblable. « J’sais pas comment on pourrait faire, j’crois bien que… » Cette fois, l’homme jeta un regard vers le vide. Tout était noir, il ne voyait même pas le vide tant la chute semblait profonde. Aucun espoir, ni en haut ni en bas. Il jeta un nouveau regard, cette fois profondément triste à son ami, en réalisant qu’en fait, ils étaient foutus. « J’crois qu’on va crever là, en fait. » Il avait toujours eu cette façon de dire les choses mais cette fois, c’était pire, parce qu’il le pensait vraiment. Jamais Jaylan n’avait cessé de se battre. Aujourd’hui pourtant, il sentait le vent le pousser du mauvais côté, et ça lui faisait probablement bien plus peur qu’il ne l’aurait voulu. Lui qui prétendait ne pas avoir peur de la mort aurait bien préféré revenir sur sa décision, maintenant qu’il la frôlait dangereusement. « J’suis désolé Wilwarin, vraiment… J’voulais pas qu’on finisse comme ça, j’voulais même pas te foutre dans une cage moi, j’savais que t’avais rien fait… » C’est marrant comme on peut se repentir bêtement quand on sent la fin se rapprocher. C’était ridicule, mais c’était tout ce dont il pouvait bien penser. « Tu peux m’tuer de tes propres mains maintenant ou me jeter du haut de cette falaise, j’l’aurais bien mérité mais… Tu voudrais bien m’pardonner, avant ? Ce serait trop con, tu vois, que je meurs en sachant que tu m’en veux. C’qui serait logique, m’enfin… » Au moment où il réalisa qu’il parlait trop, il stoppa son flot de paroles et se reconcentra sur son ami. Peut-être que Wilwarin n’avait pas perdu espoir, lui, peut-être qu’il y croyait encore. Et peut-être qu’il le pardonnerait un jour, d’avoir été si con.





    i know i'm gonna be the man who wakes up next to you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jessie C. Martinez "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Shiloh Fernandez. × Nombre de messages : 324 × Age du perso : 24 ans. × Job : Enfant sauvage qui a vécu comme Mogwli depuis son arrivée sur l'île et amazone dans l'âme. × Côté love : Si tu m'aimes petit con, dis le moi quand même. J'en fais pas une affaire personnelle et tant pis pour les dégâts.


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Jeu 22 Oct - 20:29


Toutes les femmes de ta vie
Wilwarin & Jaylan

Wilwarin se savait foutu lorsque Jaylan lui attrapa les bras prêt à le ramener dans sa prison. Il n'avait pas imaginé que la nature allait être contre lui ou peut-être même pour lui. La chute fut brutale, il tomba sur le ventre et reçu le poids de son ami sur lui. Le papillon grimaça de douleur. Fort heureusement, il n'avait rien, juste quelques égratignures et des douleurs par-ci par-là, mais rien de bien méchant, c'était tout simplement l'effet du choc. L'amazone commença à se remettre de ses émotions quand il entendit un cris strident, presque de fille. C'était Jaylan qui souffrait le martyr. Wilwarin se redressa mieux afin d'être assis en indien sur le peu d'espace qu'ils détenaient et fit face à ce pauvre originaire qui semblait si apeuré et être en totale souffrance. S'il n'était pas lui aussi dans cette situation foireuse, l'amazone aurait rit à n'en plus finir. Après tout ce dernier avait osé le malmener en acceptant qu'il termine dans une cage tel un animal domestique. Le beau brun le fixa, il ne le lâchait pas du regard. Il était perturbé parce qu'il ne savait pas comment réagir. C'était la première fois qu'il se retrouvait dans ce cas de figure, puis Jaylan a lui-même arrivait à le perturber au plus haut point. Le papillon posa ensuite son regard sur sa main. Il avait de la compassion à son égard ou de la pitié...enfin il avait l'impression de ressentir ce sentiment. Ce n'était plus lui la petite bestiole apeurée, mais bien l'originaire, à croire qu'éloigner de son habitat naturel et sans ses boloss d'amis, il était si fragile. Son ami était décidément perdu, triste et désespéré. Ils n'avaient pas besoin de parler, Wilwarin comprenait qu'il n'avait aucune solution à leur problème principal concernant la chute précédente. Wilwarin redressa la tête pour analyser la situation. La falaise vu d'en bas était très impressionnante, le paysage orageux la rendait monstrueuse et décidément flippante, elle arrivait facilement à faire parcourir des frissons dans le dos. « Avec une main en moins ce sera dur à remonter... » songea-t-il avant de reprendre ses esprits lorsque Jaylan lui demanda s'il n'avait rien de cassé. Instinctivement, il hocha négativement de la tête, non, il n'avait rien, il était saint et sauf grâce à ses dieux qui étaient toujours présents pour lui et ses sœurs. L'originaire recommença en rappelant à Wilwarin le moulin à parole qu'il était. L'amazone l'écouta attentivement, il les condamné à mort sur cette petite partie de roche avant de s'excuser lamentablement des ses erreurs. Le jeune homme le trouvait bizarre. Pourquoi disait-il tout ça maintenant ? Ah oui, il était en train d'espérer une mort rapide pour éviter de rester ici à souffrir. Jaylan souhaitait mourir des propres mains de son lambda et même de se faire jeter de la falaise. Cependant, il lui demanda à être pardonné. L'originaire pensait s'en tirer comme ça ? En s'excusant parce qu'il pensait qu'ils allaient mourir ? Wilwarin était furieux, aurait-il fait la même chose si la situation était autre ? L'aurait-il laissé moisir dans cette cage ? Il en avait des frissons. Il ne savait pas s'il devait le croire ou non, devait-il lui faire confiance alors qu'il venait de la perdre ? Quoi qu'il en soit, il leva les yeux au ciel avant de lui donner une petite tape sur la tête bien mérité. Il avait fini de dire un peu des conneries ? Ils n'allaient pas mourir. Wilwarin se releva en s'accrochant à la roche. Le papillon regarda autour d'eux. Escalader ? Sauter dans l'eau et nager sur le rivage ? Le deal était bien complexe et se serait tellement difficile avec une main cassée... En revanche, s'il y allait seul, il pourrait s'en sortir. Ouais, Jay méritait de crever ici seul, il aurait fait de même si ce dernier s'était lui-même blessé, il en était presque sûre. L'amazone s'appuya davantage sur la roche, prêt à partir et prendre le risque de mourir en tombant une seconde fois. Mais, en fait, il se dégonfla car cet abruti d'originaire, bah il y tenait, il lui en voulait comme pas possible, il méritait tout ce qui lui arrivait et pourtant il était encore là, le savoir mal ne lui plaisait pas. Wilwarin se rassit à ses côtés et enleva soudainement son haut pour se retrouver torse nu. Jaylan pouvait voir ses tatouages dont la flèche brisée se situant en dessous de sa poitrine. L'enfant sauvage déchira son haut sous ses yeux. Non, il n'était pas fou, il fit en sorte de fabriquer une écharpe, non pas pour un goût soudain pour la mode, mais pour le bras de son ami. Wilwarin s'approcha de lui et le lui mit en douceur en faisant attention de ne pas lui faire mal. Le papillon ne connaissait pas grand chose en médecine, il le faisait par déduction et aussi parce qu'il s'était très souvent fait mal en sautant des arbres. Il avait dû se débrouiller seul s'il voulait survivre. C'était donc la seule solution qu'il avait trouvé. Sa main toucha celle de Jaylan, des frissons lui parcouru le corps sans comprendre réellement pourquoi. C'était la première fois qu'il avait ce genre de réaction. Une fois terminé, il fit un nœud derrière la nuque de son ami tout en restant près de lui. Il avait un peu froid, mais son corps s'acclimatait très bien à la pluie, il n'avait pas de cabane pour loger, il avait toujours vécu dans la nature. De ce fait, il s'était habitué à l'île, même marcher pied nu ne lui posait pas de problème.

(1013 mots)

crackle bones



 
Il en faut peut pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jaylan P. Hanswell "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : sam(y) claflin. × Nombre de messages : 263 × Age du perso : vingt-cinq ans. × Job : pas grand chose, ahah. × Côté love : une belle amazone. lol. bandedeouf comjvousaime


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Jeu 29 Oct - 22:10


toutes les femmes de ta vie ;
en moi réunies. #lol

Au fond, Jaylan ne savait pas grand-chose. Il n’avait pas été à l’école comme les autres enfants, ne possédait aucun diplôme et avait du lire en tout et pour tout pas plus d’une dizaine de livres dont le niveau dépassait à peine celui des frères Bogdanov. De toute façon, puisqu’il n’était pas foutu de rester concentré plus de cinq minutes, il n’avait jamais risqué d’être un petit génie. Et pourtant, aujourd’hui, il y avait bien une chose qu’il ne savait que trop bien : ils allaient crever là, comme deux merdes que le destin avait attirées droit dans ses filets.

Il aurait dû chercher une solution, il était un alpha après tout. Il aurait pu au moins y penser, mais à quoi bon, de toute façon ? A vrai dire, la perspective d’avoir laissé s’échapper le prisonnier ne lui plaisait pas spécialement, parce qu’il se savait foutu du côté des originaires. Jaylan pouvait déjà les entendre dans sa tête, la moitié de sa famille se foutrait simplement de sa gueule, les autres risquaient de lui faire comprendre qu’il avait merdé. Et pourtant, ça aurait été mentir que de dire que c’était la seule raison qui le rendait si… Bizarre. Au fond, il avait déjà pris des raclées, et la plupart lui avait été infligées par sa propre famille. Mais celle-là était étrange, elle ne ressemblait pas le moins du monde aux autres. Il pouvait la sentir là, à l’intérieur de sa poitrine et c’était loin d’être agréable. Comme si le fait de laisser s’envoler le fameux papillon le rendait… Triste. Rien que pour ça, il ne pouvait plus penser à s’échapper. Il n’avait pas le droit de ressentir ça, cette nouvelle chaleur qui émanait de lui au point de le laisser sans voix. Il ne sauverait pas sa peau parce qu’il commençait presque à avoir honte de ce qu’il commençait à ressentir. C’était débile, pourtant c’était en train d’arriver.
Il ne put empêcher ses yeux de s’agrandir en sentant la main de son compagnon d’infortune s’abattre sans grande violence sur sa tête. Il l’avait mérité, au fond, mais c’était toujours plus difficile de se prendre la vérité en face. Il tenta de garder le silence en le voyant commencer à grimper, mais c’était bien plus fort que lui, l’originaire ne pouvait retenir ses mots. « C’est ça, casse toi ! » Il n’avait pas le droit de lui en vouloir, pourtant ça faisait un moment qu’il pensait que Wilwarin était différent des autres. De toute évidence, ce n’était pas le cas et Jaylan l’apprenait aujourd’hui à ses dépends. Valait toujours mieux le prendre avec le sourire, au fond. « Tu passeras l’bonjour à tes sœurs d’ma part, surtout à la blonde qui doit se rappeler de notre dernière nuit ensemble ! » lâcha-t-il lamentablement. Mais il n’avait plus le cœur à rire. Il baissa ainsi la tête, s’attendant à l’entendre s’éloigner, voir à sentir un crachat exploser sur sa tête au moment où l’amazone mâle atteindra son but, soit, la terre ferme. Et puis, contre toute attente, sentit une force s’emparer de son bras, et il ne put retenir un gémissement – au fond, Jaylan était une vraie gonzesse. Mais une gonzesse ravie de voir que son acolyte n’avait pas eu besoin de plus d’une seconde pour changer d’avis – il ne l’abandonnerait pas, ou alors pas avant de l’avoir balancé dans le vide pour se venger dignement. « T’es con, » releva l’originaire. Parce qu’il restait alors qu’il pouvait partir. Parce que Jaylan, même s’il aimait à le faire croire, n’était pas le gentil. Parce qu’il se le gelait littéralement juste pour ses beaux yeux et ça, c’était vraiment débile. « Tu vas crever d’froid espèce d’abruti, fallait pas faire ça. » Malgré ses mots, pourtant, il ne pouvait retenir son habituel sourire. Peut-être bien qu’ils affronteraient toute cette histoire ensemble, au fond. C’était une idée que l’originaire n’était pas encore prêt à accepter, mais qui sait, elle faisait déjà son bout de chemin dans son esprit. Et, puisqu’ils n’avaient plus rien à faire, le jeune Hanswell décida de passer le temps d’une façon que cette pipelette qu’il était connaissait par cœur. « Pourquoi t’es pas parti ? Tu serais déjà en haut si t’avais pas fait demi-tour. » Il n’avait pas envie de réfléchir à ce qu’il aurait fait si la situation avait été inversée – dans tous les cas, il ne pouvait que noter qu’ils étaient encore deux. Ah, et, accessoirement, que son sauveur ne parlait toujours pas. « Merde, non attends… T’es pas parti parce que j’te fais pitié, c’est ça ? » Il ne pouvait lui poser que des questions fermées s’il escomptait des réponses – et voilà que l’originaire commençait à comprendre le fonctionnement de l’amazone. Tout n’était peut-être pas encore perdu, au fond. « Regarde, quand tu fais ça, ça veut dire oui. » Il serra les poings et sorti son pouce pour lui faire un thumb up, un j’aime facebookien. Puis il glissa son pouce dans l’autre sens, pour lui apprendre un autre signe. « Ca ça veut dire non, okay ? » Il releva un sourcil et observa un instant son ami pour s’assurer qu’ils étaient sur la même longueur d’onde. Ils étaient bien partis, fallait surtout pas s’arrêter en si bon chemin ! Il leva son index vers le ciel, là il commençait à sécher alors il inventait ses propres signes. « Quand tu lèves que celui-là ça veut dire okay. Genre t’es d’accord, d’accord ? » S’il y comprenait quelque chose, cet amazone serait définitivement un génie. Puis, il referma tout ses doigts avant de pointer son majeur juste sous le nez de Wil. « Et ça, ça veut dire genre, ta gueule je t’emmerde. Enfin, si tu veux pas répondre tu peux m’faire ça quoi. » Bah quoi, peut-être que personne lui avait jamais appris à faire de fuck, au fond ! Il était tellement fier de lui, d’avoir trouvé ça tout seul, faudrait qu’il le raconte à tout le monde ! Au moment où il réalisa qu’il n’en aurait plus l’occasion, son visage s’assombrit soudainement et un terrible éclair traversa le ciel. Il était de nouveau triste. « C’est con, ça aurait pu être notre langage rien qu’à nous. Mais on l’a inventé trop tard on pourra même pas le faire breveter. C’était une idée de génie, et on va crever avant de l’avoir exploitée. » Non, définitivement, Jaylan ne savait vraiment pas grand-chose.





    i know i'm gonna be the man who wakes up next to you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jessie C. Martinez "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Shiloh Fernandez. × Nombre de messages : 324 × Age du perso : 24 ans. × Job : Enfant sauvage qui a vécu comme Mogwli depuis son arrivée sur l'île et amazone dans l'âme. × Côté love : Si tu m'aimes petit con, dis le moi quand même. J'en fais pas une affaire personnelle et tant pis pour les dégâts.


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Dim 1 Nov - 1:14


Toutes les femmes de ta vie
Wilwarin & Jaylan

Wilwarin était prêt à partir, à le laisser là comme on laisse une vieille chaussette. Il le méritait après tout. Que se passerait-il une fois sortie d'ici ? À coup sur, Jaylan risquait de l'envoyer une nouvelle fois en prison, il suffisait de voir à quel point il lui avait couru après et comment il l'avait attrapé. Le papillon lui en voulait, il ne le pensait pas comme ça. D'ailleurs quand ce dernier prit mal sa tentative de fuite, il n'hésita pas un seul instant à lui dire de se casser ou encore de lui faire une remarque sur ses sœurs. Si le jeune homme n'avait compris que la moitié, il avait envie de le jeter par dessus bord. À la place de ça, il se contenta de lui donner une bonne tape sur la tête. Ça lui apprendra à dire des conneries pareil et encore plus d'arrêter de parler de ses sœurs ! Malgré sa haine grandissante, Wilwarin décida de rester et de se déshabiller, enfin le haut pour lui faire un garrot. Il n'y allait pas de main morte comme pour montrer à son ami qu'il était énervé contre lui. Là encore, il ne comprit pas le « t'es con », il n'avait jamais entendu ça, il se contenta seulement de le dévisager comme s'il parlait une langue étrangère. Jaylan ne semblait pas content qu'il se soit mit torse nu de peur d'attraper froid. Le beau brun laissa échapper un léger rire, il se moquait du blondinet. Comme s'il avait attendu la remarque de son camarade pour ne pas avoir froid ! Il vivait 24 heures sur 24 en pleine nature et ne vivait pas dans une hutte, il savait parfaitement survivre en milieu hostile, son corps avait appris également à s'adapter aux conditions de chaleur, mais aussi de froid. Il faut dire que lui n'avait pas une petite maison chauffée l'hiver ni même un beau blouson pour sortir. Alors ouais, il se moquait du petit Jaylan qui selon lui ne connaissait pas grand chose à l'île malgré qu'il y soit aussi longtemps que lui. Wilwarin se retient de lui en faire la remarque, de toute façon il ne pouvait pas, il ne savait pas le décrire avec des gestes alors il se contenta d'adresser un sourire amusé à l'originaire. Une fois le bandage mit, Jaylan décida de faire sa pipelette. L'amazone mâle leva les yeux au ciel. Il était sérieux ? C'était décidément un vrai moulin à paroles ! Il l'écouta néanmoins attentivement. Et ben...il n'arrêtait pas avec toutes ces questions. Le papillon était déjà affolé de devoir réfléchir à comment lui répondre, car le problème était là, il ne savait toujours pas comment communiquer avec eux. Peut-être que ce problème de communication était en fait un prétexte pour le jeune homme. Pourquoi n'était-il pas partie ? C'était une très bonne question et non ce n'était pas par pitié. Peut-être par honneur et valeurs qu'on lui avait inculpé, peut-être oui...mais il y avait plus que ça....il ne pourrait pas supporter d'avoir la mort de quelqu'un sur la conscience et surtout celle de Jaylan...il l'attirait comme un aimant. Son cœur battait à tout rompre et à vrai dire il n'écoutait plus ce que son ami était en train de lui dire, il semblait plus perturbé par son visage, se surprenant à analyser chaque trait de son visage qu'il trouvait si...si...si beau. La réalité revint à lui lorsque Jaylan lui fit des gestes incompréhensibles, enfin au premier abord, le temps qu'il comprenne que ce dernier tente d'établir des moyens de communications. Comme le faisait le beau blond, Wilwarin l'imita avec un regard sérieux, il voulait prendre le soin de bien faire les gestes. D'ailleurs, il se demandait pourquoi ce dernier n'utilisait simplement pas la tête, il était plus facile de dire oui et non comme ça. Pourtant, il se prêta au jeu, il fit le pouce j'aime et je n'aime pas. Le troisième était plus bizarre, il se contenta de l'écouter et fit le pouce « j'aime » pour lui faire comprendre qu'il avait compris et qu'il était prêt à jouer le jeu. Le silence revint entre eux. Wilwarin soupira et observa la mer agitée. Ils devraient peut-être se reposer avant de tenter quoique ce soit surtout si Jaylan est blessé. Mais voilà, son ami revint à la charge en parlant. Il se plaignait encore et toujours de la situation. Wilwarin fronça les sourcils et vint lui faire un beau doigt d'honneur devant la face de Jay comme ce dernier venait de lui apprendre. Ouais c'est ça, ta gueule ! Ils n'allaient pas crever et il n'en avait pas envie d'ailleurs. Le jeune homme reprit le dessus en lui mimant le fait de dormir avant de pointer du doigt le ciel. Il souhaitait lui faire comprendre qu'ils allaient dormir ici, car la nuit n'allait pas tarder à tomber. Cependant, pour faire un feu, rien n'était au top avec les conditions rudimentaires, ils n'avaient même pas un toit pour s'abriter, mais tant pis. Ils devraient se soutenir pour la nuit. Wilwarin se débrouillerait pour trouver une solution. Il s'assit à coté de Jaylan et essaya d'attraper des insectes, fin le peu qu'il pouvait y avoir sur des falaises. Il en mangea un puis deux. C'était leur seul repas pour la journée. Il en attrapa encore et en tendit un à Jaylan. Il fallait qu'il mange. Allait-il faire sa chochotte ? Wilwarin était prêt à parier que oui, car il devait manger de bonnes choses sur sa petite Hydre. Pour lui faire comprendre que c'était bon, il fit le fameux pouce « j'aime » avant de se montrer insistant en lui collant quasiment au visage.
crackle bones



 
Il en faut peut pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jaylan P. Hanswell "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : sam(y) claflin. × Nombre de messages : 263 × Age du perso : vingt-cinq ans. × Job : pas grand chose, ahah. × Côté love : une belle amazone. lol. bandedeouf comjvousaime


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Dim 8 Nov - 21:13


toutes les femmes de ta vie ;
en moi réunies. #lol

Au fond, le problème était très simple. Ils étaient tombés comme deux couillons et se retrouvaient à présent bloqués sur un morceau de falaise, pour le moment à peu près stable, dont ils ne tarderaient probablement de tomber s’ils ne bougeaient pas dans l’immédiat. Mais, pourtant, il y avait quelque chose de plus, un souci qui venait s’ajouter à ceux auxquels ils devaient déjà faire face. Jaylan aurait été bien incapable de dire de quoi il s’agissait, même si, au fond, ça commençait en fait à être plutôt clair. Il avait eu peur, même s’il avait été incapable de le montrer, quand il avait vu Wilwarin commencer à escalader. Parce que, s’il s’en allait, alors il le laissait tout seul, abandonné à son sort et… Sans lui. C’était incroyable, cette façon que ce petit sauvage avait de s’imposer dans son esprit, sans que l’originaire ne soit capable de l’en éjecter. Il avait ce truc qui le rendait totalement incroyable aux yeux de Jay, et qui lui donnait envie de le découvrir, à chaque instant un peu plus. Oh, il en était persuadé : un jour, il découvrait tous les mystères qui se cachait derrière ce torse musclé et dégoulinant. Il saurait tout, un jour ou l’autre. Et, qui sait, peut-être bien que l’amazone parviendrait à sortir Jaylan de sa tente.
L’originaire n’avait jamais été un homme silencieux, il détestait d’ailleurs ça. Ça lui faisait peur, quand c’était trop calme, et avec la mort qui s’approchait, il fallait le briser et profiter de leurs derniers instants ensemble pour imaginer tout ce qu’ils auraient pu faire si le destin ne les avait pas réuni pour mieux les séparer. Enfin, c’est ce dont Jay était persuadé, en tout cas, et ça explique probablement pourquoi il activa son mode moulin à paroles. Il était prêt à inventer tout un langage entre eux juste pour passer le temps. C’était mignon, au fond, comme idée : un langage qu’ils seraient les seuls à parler, à comprendre… Bon, ça aurait pu être le cas, si seulement Jaylan n’avait en fait pas repris tous les symboles qui existaient déjà dans le langage des signes courants. Dans tout son flot de paroles, il ne réalisa même pas qu’il parlait tout seul – parce qu’il s’était rapidement habitué au silence de son ami, et parce qu’au fond il était bien trop stupide pour réaliser que Wil se contentait de le fixer depuis plusieurs longues secondes. Il n’y voyait rien, parce qu’il n’avait jamais été attentif – et puis, qu’aurait bien pu gagner un amazone, à observer un originaire banal et sans histoire ?
Et puis, le petit sauvage commença à l’imiter. Impossible pour l’originaire de ne pas lui offrir son plus beau sourire, il était tellement fier de son élève ! « Tu comprends vite, j’pensais pas, ça fait plaisir ! » lança-t-il d’un ton à peine ironique. Oh non, définitivement, le tact, Jaylan ne connaissait pas. Fallait bien avouer qu’un instant, il l’avait pris pour un petit gogole et s’était posé un peu trop de questions le concernant – heureusement pour eux deux, monsieur torse-nu était bien plus intelligent que ne le laissait paraître sa belle bouille. Ce qui se prouva une dernière fois lorsque Wil, qui avait parfaitement retenu les premiers signes, envoya un joli doigt d’honneur dans la face de Jay qui se plaignait – encore. Ce dernier haussa un sourcil, pas certain de le comprendre. Bon, okay, il était pas si débile, il comprenait parfaitement ; le problème, c’était plutôt pour son égo, en fait. « C’est à ça qu’il te sert, notre langage ? J’aurais mieux fait de pas te l’apprendre, maintenant tu vas juste t’en servir pour m’envoyer chier. » Il avait la mine boudeuse et l’air faussement déçu du gars qui vient de se faire prendre à son propre jeu, alors il garda le silence un instant, comme pour montrer qu’il était vraiment déçu de l’utilisation que faisait son ami de leur langage. Bah quoi, il avait pensé qu’il s’en servirait pour qu’ils se comprennent, pas pour qu’il lui dise de la fermer ! C’était une épreuve pour le grand bavard, à tel point qu’il dût se mordiller la lèvre pour s’empêcher de parler encore. Il ramena ses genoux contre son torse, comme un enfant à qui on a enlevé son dessert. La vérité, c’est qu’il commençait juste à se cailler sérieusement les miches.

Il observa son camarade d’aventure lui miner quelque chose qui ressemblait au fait de dormir et, lorsqu’il pointa du doigt le ciel, Jaylan comprit sans la moindre difficulté où il voulait en venir. « Bah oui, c’est c’que je te dis, ce soir on va dormir dans le ciel, entre les étoiles ! » Définitivement, la communication entre eux deux ne suffirait pas avec trois pauvres signes, c’était officiel. Après cette savante déduction liée à sa maîtrise quasi parfaite du langage des signes – ou misérable, c’est au choix – le jeune homme observa Wilwarin de son air le plus dubitatif. Mais qu’est-ce qu’il faisait encore, hein ? Pour le coup, Jaylan ne put avancer aucune supposition, il n’y comprenait simplement rien, alors il le laissa faire. Enfin, jusqu’au moment où il vit ce dernier s’emparer d’un insecte et le mettre dans sa bouche. A ce moment-là, s’en était déjà trop pour le petit Jaylan qui volait du chocolat dans la réserve alors qu’on lui avait interdit dès l’âge de 6 ans. « Non mais meeeec t’es pas sérieux ! Mais t’es dégueulasse ! Oh merde, t’es vraiment crade toi, » souffla-t-il à deux doigts de rendre son merveilleux repas d’originaire à mère nature. Bon, okay, il se payait pas steak-frites tous les soirs, mais des insectes piochés sur une falaise, et encore vivant ? Pour un défi, à la limite. Mais pas en vrai.
Lorsqu’il observa Wilwarin lui faire le pouce facebookien, Jaylan ne put s’empêcher de reculer devant l’obscénité de son geste. Il était pas sérieux hein ? « Sans dec’ mec tu peux garder ça pour ton gouter j’ai pas très faim. » Non mais allez. Déjà, Jaylan était un originaire, il ne mangeait pas CA. Il était un originaire éduqué, bordel ! Mais, il lui sembla apercevoir une légère déception dans le regard de Wilou, ou quelque chose qui commençait à ressembler à du défi. Non, il pouvait pas faire ça. Même pas pour lui faire plaisir. C’était pas envisageable ça. « Sans blague, bordel… » souffla-t-il pas sûr de lui pour un sous. Au pire, il risquait quoi, hein ? Ils allaient crever de toute façon, et son pote avait l’air de se porter bien pour quelqu’un qui pratiquait ce régime. « Faudra l’marquer dans le livre des records, hein. » Genre. Et il attrapa la chose. Et une énorme grimace traversa son visage. Et il tira la langue pour placer le machin dessus. Et il ferma doucement la bouche, et le truc explosa dans sa bouche. A cette simple pensée, Jaylan s’approcha du bord au maximum, et ne put se retenir. Il rendit instantanément tout ce qu’il avait mangé ces dernières heures, et cet horrible insecte aussi. Jaylan était come un enfant qui n’aimait pas vomir, mais il n’avait pas le choix. Il laissa son corps éliminer un maximum, puis se releva doucement, tout chamboulé de sa nouvelle expérience. Il avait les yeux remplis de larmes et les mains toutes tremblantes. Sa gorge lui faisait mal, parce qu’au fond il n’avait quasiment rien mangé. Sérieux, il allait vraiment crever comme ça ? « J’espère qu’on va pas tomber dans la gerbe quand ça va s’écrouler, ce serait dégueu quand même, » se contenta-t-il de dire, encore chamboulé d’avoir vomi devant son copain. Il resta interdit, immobile pendant plusieurs secondes. Le temps de se remettre les idées en place, tout ça. « J’crois que j’ai entendu du bruit, ou alors c’est moi quand j’ai gerbé, mais j’pense que l’heure est bientôt venue. La falaise va pas tarder à s’écrouler. » Le pire, c’est qu’il était franchement sérieux. Comme s’il avait pu entendre quoi que ce soit, à part le bruit de son repas s’éclatant contre les parois de la falaise. (BON APPÉTIT A TOI <3) Il observait Wilwarin de ses petits yeux de chien battu et une larme glissa le long de sa joue. Grand moment de solitude en perspective.





    i know i'm gonna be the man who wakes up next to you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jessie C. Martinez "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Shiloh Fernandez. × Nombre de messages : 324 × Age du perso : 24 ans. × Job : Enfant sauvage qui a vécu comme Mogwli depuis son arrivée sur l'île et amazone dans l'âme. × Côté love : Si tu m'aimes petit con, dis le moi quand même. J'en fais pas une affaire personnelle et tant pis pour les dégâts.


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Jeu 19 Nov - 20:59


Toutes les femmes de ta vie
Wilwarin & Jaylan

Willou n'imaginait pas un seul instant leur fin. Ils allaient survivre et même si le jeune homme était le seul à y penser. L'amazone observa son ami, il l'écoutait même s'il était plutôt du genre à rester silencieux dans ce genre de situation ou encore comme toujours. Wilwarin fronça les sourcils en voyant que Jaylan le prenait vraiment pour un bébête. Il paraissait si...débile ? Oui il avait compris ! D'ailleurs, il n'allait pas hésité à s'en servir lorsqu'il lui fit un joli doigt d'honneur en guise de « fermes-là ! » . Il en avait marre d'entendre l'originaire se plaindre, était-il si lâche ? Il l'avait imaginé plus combatif après tout sa carrure de beau gosse aurait pu le laisser penser. Le papillon grimaça et le laissa parler, il l'écouta à moitié. Il tenta de réfléchir tant bien que mal. En parallèle, il pouvait voir Jaylan bouder dans son coin. Le dialogue de sourd continua entre eux. Pourquoi parlait-il de dormir dans le ciel et entre les étoiles. Il les pensait toujours à la mort ? Il fit non négativement de la tête. Bordel, il avait envie de le secouer comme un cocotier pour lui faire bouger son cul, le réveiller et arrêter de s'apitoyer sur son sort. Il ne pouvait pas rester positif pour deux. Jaylan en refusant de gardait l'espoir, handicapait Wilwarin d'un poids mort. Il aurait dû le laisser pourrir ici, il n'en tirait rien de bon. Vint ensuite le choc des cultures. Il fallait se nourrir pour garder et renforcer le peu de force qu'ils détenaient pour remontrer. Le jeune homme manqua de sursauté en étant surpris par la réaction de son ami. Il se demandait ce que pouvait bien manger Jaylan tout les jours s'il le choquait avec ce genre de choses simples. Il était toujours dans cette incompréhension. Il se demandait même si un jour ils allaient finir par être sur la même longueur d'onde. L'amazone mangea un puis deux insectes en plus du pouce facebookien pour lui faire comprendre désespérément que ce n'était pas mauvais. Jaylan recula. Pendant un moment, Wilwarin pensa qu'il avait la phobie des insectes, ceci expliquerait cela. Mais non, c'est juste qu'il ne souhaitait pas en manger et demanda au papillon de garder ça pour lui. Le beau brun fit une petite moue, déçu que Jaylan ne fasse rien pour que tout aille bien. Lui aussi devait se mettre à déprimer ? Il n'avait plus qu'à se jeter de la falaise. Wilwarin retrouva de l'espoir lorsque son ami se mit à accepter de bouffer les insectes. Par contre, il ignorait ce qu'était un livre des records, les amazones n'avaient pas ce genre de bouquins. Des fois il avait vraiment l'impression que le beau blond lui parlait chinois. Curieux de connaître la réaction d'Hanswell, Wilwarin l'observa mettre en bouche ce délicieux repas. Il lui adressa un léger sourire sincère pour continuer de l'encourager. Celui-ci disparu aussi vite qu'il fut arrivé lorsqu'il remarqua Jaylan s'approcher du bord et tout vomir. L'amazone grimaça, car ce n'était pas du tout beau à voir, puis il pouvait sentir de là où il était l'odeur. Ils risquaient de devoir supporter celles-ci une bonne petite heure avant qu'elle se dissipe. L'originaire lui avoua espérer ne pas tomber dans la belle galette qu'il venait de faire. Wilwarin leva les yeux au ciel puis le dévisagea lorsqu'il évoqua le bruit de la falaise, en tout cas il le pensait. Instinctivement, le papillon l'attrapa par le col et l’entraîna doucement vers la roche pour l'éloigner du bord. Si en effet le bord devait se désolidariser de la falaise, autant ne pas tomber avec. Avec son regard c'est-à-dire un regard sérieux voire paternelle, il lui fit comprendre de ne plus bouger en attendant....attendre quoi ? Aucune idée, mais autant être en sécurité. C'est alors qu'il aperçu une larme sur le visage de Jaylan. Il pleurait ? Ça en avait tout l'air. Toujours par un réflexe qui semblait naturel, l'amazone lui caressa le dos pour le réconforter. Il avait vu des survivants faire ça quand quelqu'un était triste ou le prendre dans ses bras....Bah...maladroitement, car il ne savait pas comment s'y prendre surtout qu'il n'était pas si proche avec les gens à son habitude parce qu'il avait vécu quasiment seul, il finit par le prendre dans ses bras. Bon...et après ils doivent faire quoi ? Combien de temps devait-il le tenir ? Peut-être que Jaylan risquait tout simplement de l'envoyer bouler avant qu'il ait pu penser quoi que ce soit.
crackle bones



 
Il en faut peut pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jaylan P. Hanswell "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : sam(y) claflin. × Nombre de messages : 263 × Age du perso : vingt-cinq ans. × Job : pas grand chose, ahah. × Côté love : une belle amazone. lol. bandedeouf comjvousaime


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Dim 22 Nov - 22:02


toutes les femmes de ta vie ;
en moi réunies. #lol

C’était finalement plutôt drôle de constater à quel point l’originaire, fort et fier, avait rapidement lâché les armes face à un amazone prêt à en découdre jusqu’au bout. Peut-être qu’il était ridicule, en fait, le pauvre Jay à avoir déjà visualisé trois fois sa mort prochaine, mais il était comme ça ; impulsif, il n’a-vait pas pu imaginer un seul instant se sortir de cette situation. Parce que c’était trop dangereux, trop foutu et qu’ils n’étaient pas assez armés. Sans blague, comme s’ils allaient changer les choses, à eux deux, hein ? Non, pour sûr qu’Hanswell n’y croyait pas. Probablement qu’il aurait dû apprendre à faire confiance à son nouvel ami et à toutes ces compétences qu’il avait et que Jaylan ignorait. Mais quand on naît Hanswell on le reste toute sa vie : ainsi, Jaylan était condamné à être imbu de lui-même et con, et ce pour le restant de ses jours.
Il avait quand même réussi à faire une chose avant de mourir : apprendre le langage des signes à Wil. Bon, c’était pas tellement ça, mais ça suffisait pour rendre le jeune homme heureux à cet instant. Il suffisait plus de grand-chose pour lui tirer un sourire, au fond : même s’il était complètement désespéré, il pouvait pas cracher sur un dernier sourire, franchement. Seulement voilà, son pote de toute évidence beaucoup moins défaitiste venait d’avoir l’idée la plus brillante de l’univers : ils devaient manger pour reprendre des forces. Bien-sûr, habituellement, c’était une idée qui plaisait à l’originaire. Mais, bizarrement, alors qu’ils étaient prisonniers d’un morceau de falaise, ça lui semblait tout de suite beaucoup moins appétissant. Parce que Jaylan était un être tout entier et même encore, il arriva ce qu’il devait naturellement arriver : au lieu de reprendre des forces comme l’avait proposé Wilwarin, tout ce que Jaylan venait de faire était littéralement vider son estomac. Plus aucune réserve, plus que des insectes pour lui faire vomir ce qu’il n’avait jamais plus dans le ventre. Oh non, décidément, malgré ses antécédents, Jaylan ne faisait pas vraiment un bon aventurier. Heureusement pour tout le monde, il ne perdit absolument pas son sens de l’humour, même si cela ne suffit pas à faire sourire son ami. Il était chiant avec son balai enfoncé bien profondément, à toujours juger Jay du regard. Ça pouvait arriver d’être intolérant aux insectes, nan ? Peut-être bien que lui pourrait pas manger de chocolat si on lui en proposait, c’était juste une question d’éducation, voilà tout. Il manqua de faire une remarque devant le regard blasé de son compagnon d’infortune, mais ce dernier le devança en venant le plaquer contre la paroi de la falaise. Jaylan put sentir son dos claquer contre le rocher malgré la douceur apparente dont son ami venait de faire preuve. Il pouvait à présent sentir la chaleur émaner du corps de Wilwarin, même si ce dernier était tout dégoulinant de pluie. L’originaire l’observa silencieusement : à quoi il jouait, au juste ? C’était sa vengeance parce qu’il avait vomi son insecte, c’était ça ? Le contact semblait toujours aussi bien passer, c’était rassurant tiens – et finalement, comme d’habitude les gestes vinrent dire beaucoup plus que les mots et Jaylan ne put s’empêcher de s’immobiliser lorsqu’il sentit la main de l’amazone caresser son dos. C’était pas tant que ça le dérangeait, en soit, mais il ne comprenait pas bien pourquoi il faisait ça. Parce que Jay s’était attendu à tout : sa désapprobation, ses regards noirs, ses jugements sans mots qui voulaient pourtant tout dire. A tout, sauf à cette main qui caressait son vêtement trempé, comme pour le réconforter. Il voulu lui demander pourquoi, mais bien vite se trouva prisonnier des bras de Wilwarin. C’était un geste auquel il était habitué, franchement ; sauf que là, il ne s’agissait pas d’un membre de sa famille. Pire, en fait, c’était un mec qui venait de lui faire ça ! Les originaires avaient des principes que Jaylan ne pouvait ignorer, même dans ces moments-là. Son visage dessina rapidement une moue gênée, il voulait pas forcément le blesser, mais fallait pas déconner non plus. Peut-être qu’en fait, il comprenait enfin qu’ils allaient y laisser leur peau ? Bof, peut-être bien, mais ça semblait pas être une raison suffisante. « Euh, okay mec, j’sais qu’on va crever et tu trouves ça triste, mais ça excuse pas tout hein, » lui lança-t-il en essayant de ne pas le blesser. Peut-être bien qu’il avait été agressif dans ses mots, mais si quelqu’un les voyait comme ça, il dirait quoi, hein ? Il pouvait définitivement pas le laisser faire, si bien qu’il s’écarta doucement, au maximum que la paroi le lui permettait, c’est-à-dire pas franchement loin. En fixant son ami, il réalisa enfin qu’il avait encore les yeux pleins de larmes, et les essuya d’un revers de main avant de comprendre la méprise de Wilwarin. « Oh, tu pensais que j’pleurais vraiment, c’est ça ? » Il ne put retenir un sourire quelque peu moqueur, avant de lui expliquer. « Non, en fait quand tu vomis ça fait super mal. J’avais pas grand-chose à gerber alors ça m’a brûlé l’intérieur, tu vois ? C’est pour ça que mes yeux pleurent un peu, mais t’inquiète c’est pas grand-chose, » affirma-t-il fièrement. Pour le coup, il n’avait pas menti, c’était juste ça, pas la peine de se la jouer grand sauveur de ces dames quoi.

Et pourtant… Oui, pourtant, quelque chose criait à Jaylan que ce n’était pas bien, ce qu’il faisait. Après tout, d’ici, qui risquait de les voir, hein ? Et puis, pourquoi refuser l’étreinte de cette pauvre petite chose qui se retrouvait bloquée sur cette falaise à cause de lui ? Il avait pas forcément eu envie de l’envoyer bouler, ça avait simplement été un reflexe et… S’approchant de Wilwarin, l’originaire tua les derniers centimètres qui les séparaient encore et plaça sa main dans le dos dégoulinant de l’amazone, non sans une certaine gêne, quand même. Il l’approcha de lui, au point que leurs torses se touchent, et affirma doucement. « Mais tu dois avoir froid, va pas m’faire d’hypothermie… » C’était une bien belle excuse, tiens. Finalement, fini ces foutues barrières qu’il s’imposait pour rien, y’avait plus besoin de les respecter vu qu’ils allaient crever ! Il prit finalement le garçon complètement dans ses bras et, sentant déjà son corps se réchauffer au contact de celui de Wilwarin, il ne put retenir un moment tout doux. « J’t’ai dit que j’étais désolé, au fait ? » Y’a des gens qui ont la parole pour dire peu de choses, finalement.





    i know i'm gonna be the man who wakes up next to you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jessie C. Martinez "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Shiloh Fernandez. × Nombre de messages : 324 × Age du perso : 24 ans. × Job : Enfant sauvage qui a vécu comme Mogwli depuis son arrivée sur l'île et amazone dans l'âme. × Côté love : Si tu m'aimes petit con, dis le moi quand même. J'en fais pas une affaire personnelle et tant pis pour les dégâts.


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Lun 23 Nov - 19:39


Toutes les femmes de ta vie
Wilwarin & Jaylan

Tout était nouveau pour Wilwarin. Depuis qu'il avait rencontré Jaylan, le jeune homme était confronté à de nouvelles situations. Il avait appris énormément en peu de temps. Le papillon n'était plus en état de l'envoyer promener comme il savait le faire jusqu'à présent. Non, il avait eu peur pour lui. Il ne souhaitait pas voir mourir l'originaire même si ce dernier le méritait fortement pour avoir osé l'enfermer dans une cage. Après l'avoir poussé contre la roche du mieux qu'il pouvait sans véritablement le blesser, l'amazone remarqua qu'il pleurait. Le jeune homme le pensait malheureux, ce qui était fort probable puisque ce dernier ne faisait que de se plaindre sur sa misérable situation. En aucun cas il ne pensa au vomi. Après une petite hésitation, il commença à caresser le dos de son ami. C'est ce que faisait les gens civilisés, en tout cas les rescapés, car les amazones ne faisaient pas ce genre de choses, elles pleuraient à peine, c'était des femmes fortes, des guerrières, pas des originaires. Toujours en fonction des observations qu'il avait eu du haut de son arbre, il lui était déjà arrivé d'apercevoir des hommes, des rescapés se prendre dans les bras. Wilwarin s'exécuta. Il le prit dans ses bras sans connaître la réaction du blondinet. Lui-même ne savait pas comment réagir. C'était étrange, il était à la fois embarrassé et ressentait une agréable sensation. Pourtant, Hanswell se recula, quelque chose semblait clocher, il ne devait pas apprécier cette initiative puisqu'il se recula contre la paroi. Il observa silencieusement l'originaire sans trop savoir quoi faire après. Fort heureusement, son ami rompit le silence en croyant qu'il pensait qu'il lui faisait un câlin, car il venait de prendre conscience qu'ils allaient mourir. Wilwarin le dévisagea perplexe jusqu'à ce que Jaylan comprenne par lui même. Oui, c'est parce qu'il le pensait en peine qu'il avait fait ce geste tendre. Le papillon se sentait d'un seul coup stupide. C'était le genre d'initiative qu'il regrettait très vite en sachant qu'il se donnait en public, enfin devant l'originaire. L'amazone avait l'impression d'avoir fait quelque chose de mal, peut-être avait-il tout simplement mal interpréter les hommes civilisés. Wilwarin baissa la tête comme un gamin qui venait de se faire gronder par ses parents. Le jeune homme se demandait de plus en plus ce qu'il faisait ici, Jaylan et lui ne se comprenaient pas, ils étaient tellement si différents, si opposé. Il ne restait plus qu'à attendre que la pluie cesse, enfin un petit peu pour leur offrir du répit. Peut-être pourrait-il tenter d'escalader la falaise et faire venir ses sœurs amazones pour venir en aide à l'originaire. C'était une mauvaise idée, elles ne se déplaceraient pas, à moins qu'il demande aux originaires, mais il risquait de finir de nouveau dans une cellule. Wilwarin se résigna à cette seconde option lorsqu'il sentit un rapprochement, son ami se colla doucement à lui. Le papillon redressa la tête pour confronter son regard à celui de Jaylan. Celui-ci avait peur qu'il attrape froid, le second mot, il ne comprit rien, mais ça devait être en rapport avec la précédente. Toujours aussi silencieux qu'une pierre tombale, il le laissa faire. Hanswell était aussi hésitant que lui au premier abord. Une fois collés ensembles, Jaylan le prit dans ses bras. Ce fut au tour de Wilwarin de se laisser aller à cette vague de tendresse. Bizarrement, il devait reconnaître qu'il appréciait, il trouvait ce geste rassurant surtout lorsqu'il n'avait jamais eu de signe de tendresse de la sorte. Le beau brun commençait à ressentir une chaleur inexplicable, comme si son cœur était en train de se resserrer en présence de Jay. Son acolyte s'excusa pour la seconde fois. De quoi s'excusait-il ? De ne pas l'avoir libérer des griffes de ses confrères, de la chute ou encore du ait qu'il venait de le rejeter avant de finalement oser le prendre dans ses bras. Wilwarin ne souhaitait pas se battre, il n'avait plus le courage de tenir tête au blondinet pour la simple et bonne raison qu'il se trouvait bien ici sur ce petit morceau de roche en sa compagnie. Il aurait presque souhaité que ce moment dure encore longtemps. Le papillon ne répondit rien, son regard était posé sur les lèvres de Jaylan qu'il se surprenait à apprécier chaque courbe, se maudissant presque de ne pas l'avoir aperçu précédemment. Son cœur continua à hurler dans sa cage thoracique jusqu'à ce que Wilwarin prenne le risque de déposer un baiser volé sur les lèvres de son ami. Il ignorait ce qui venait de lui prendre, il avait laisser faire son instinct comme le ferait le plus primitif des animaux. Il ne saurait expliquer son comportement si étrange, si spontané à l'égard de l'originaire.
crackle bones



 
Il en faut peut pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jaylan P. Hanswell "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : sam(y) claflin. × Nombre de messages : 263 × Age du perso : vingt-cinq ans. × Job : pas grand chose, ahah. × Côté love : une belle amazone. lol. bandedeouf comjvousaime


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Dim 20 Déc - 21:09


toutes les femmes de ta vie ;
en moi réunies. #lol

Plus grand-chose ne tournait rond, et les événements commençaient à prendre une tournure des plus étranges. Au final, ils se connaissaient à peine, mais voilà que Jaylan se prenait à avoir une affection toute particulière pour son nouvel ami. Il le voyait un peu comme un pauvre chien égaré à qui on avait apparemment oublié de donner de l’amour, et il avait tout de suite ressenti le besoin de le prendre sous son aile. C’était une bien belle excuse, mais Jaylan n’avait finalement plus envie de lâcher Wil, parce qu’il sentait qu’il avait besoin d’être guidé par quelqu’un. L’originaire connaissait la civilisation – enfin, il connaissait la sienne et se devait d’apprendre le monde à son petit animal perdu. C’était tout naturel, normal pour un jeune homme à qui la vie avait pratiquement tout offert, et il se sentait d’offrir tout ça à son copain d’infortune. Mais tout ce beau tableau n’incluait absolument pas un câlin tout chaud et dégoulinant. Alors, comment expliquer ce geste ? Dire que Jay n’avait pas voulu blesser Wil en refusant son étreinte aurait seulement eu pour mérite de protéger son égo. La vérité, c’est qu’il se sentait bien, là, tout contre son cœur. La chaleur moite de Wilwarin commençait à réchauffer le corps de l’originaire, et probablement aussi son cœur. Fallait pas se mentir, il avait beau être un mâle viril, même ce genre de contact – honteux, ne l’oublions pas – pouvait soulager l’originaire de quelques unes de ses peines, et c’est déjà beaucoup, quand on est à deux doigts de la fin.
Peut-être que la certitude d’une mort lente, douloureuse et proche rendait l’originaire plus affectueux qu’à l’accoutumé, lui qui avait pris l’habitude de se blottir seulement dans les bras de sa mère. Il était un être humain, pourtant, il aimait ça, sentir la chaleur d’un autre être. Mais là, tout était différent et il avait l’impression de faire l’éducation de son ami. Ça avait quelque chose de flatteur, finalement l’homme sentait qu’il était gagnant à tous les niveaux, lui qui venait en plus de récupérer la confiance de son ami. Alors, ce soir il se permettait un peu tout, ou tout du moins, c’est ce qu’il imaginait. Toutes ces belles idées tombèrent en lambeau lorsque l’amazone, après plusieurs secondes passées à observer Jaylan, se jeta sur lui pour l’embrasser. Bon okay, ça avait plutôt tout du geste furtif et absolument pas calculé, mais c’était totalement suffisant pour faire carrément flipper Jaylan, qui se recula brutalement. Si brutalement d’ailleurs que son dos claqua contre la paroi glacée de la falaise et qu’il put sentir quelques premières griffures contre sa peau. Il demeura interdit pendant plusieurs secondes, ne sachant pas vraiment quoi dire, ni quoi faire. Après tout, Wilwarin était une sorte de sauvage qui ne connaissait rien du monde, ni de la civilisation, alors peut-être qu’il n’avait pas compris l’importance de son geste. Mais quand même, franchement ! Il se prenait pour qui, à l’embrasser comme ça ? Ils avaient quelque chose de leurs caleçons, ils en avaient fait l’expérience la dernière fois – bon, c’était moins sensuel que ça laisse paraitre – et il faisait ça comme ça, sans aucune retenue, crainte ni pudeur ? Incroyable. Pour la première fois, l’amazone laissa l’originaire sans voix, et ce dernier fixa un moment son ami sans prononcer le moindre mot. Pour le coup, il venait de le surprendre et ça, c’était pas tous les jours que ça arrivait.
Alors, exceptionnellement, parce qu’incapable du moindre mot, Jaylan décida de changer de sujet. Oui, penser à autre chose pour faire comme si rien ne s’était passé, c’était définitivement plus facile pour tout le monde – ou alors au moins pour lui, mais c’était déjà ça. « Tu t’rappelles de ça ? Tu m’l’as donné la dernière fois, j’l’ai gardé évidemment. Tu veux p’t’être la récupérer ? C’est la tienne, on va mourir, ça m’parait plus juste. Donc tiens, si tu la veux. » Il lui tendit l’objet, les mains presque tremblantes. Il devait le lui rendre, quel genre de gars pouvait-il bien être, s’il ne la lui rendait pas ? Peut-être qu’il la refuserait, alors Jaylan ne lui laissa finalement pas le choix. Dans un geste calculé et précis, ce qui était en fait un véritable miracle de la part d’un originaire si maladroit, il guida Wilwarin au plus près de la falaise, échangeant ainsi leurs places, et s’installa dans son dos, où il attacha le bijou au cou de l’amazone. Bon, c’était plus fastidieux que prévu, puisque sous le coup de la pression – la peur de mourir, tout ça – le jeune homme tremblait un peu. Alors, comme pour éviter de montrer à quel point il galérait avec ça, il relança un sujet qui, mine de rien, commençait à peser lourd de son maigre cerveau. « Dis-moi, est-ce que hum… T’embrasses souvent les gens comme ça, ou c’était juste un petit coup d’pression ? J’te juge pas hein, mais je m’y attendais pas quoi. » Il ne savait pas trop si sa voix trahissait sa gêne, mais ça ne faisait pas grande différence, au final. Ça avait été si brusque, si soudain et si brutal qu’au final… Il n’avait même pas eu le temps de profiter de l’instant. Mais ça, il ne l’avouerait probablement jamais.





    i know i'm gonna be the man who wakes up next to you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jessie C. Martinez "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Shiloh Fernandez. × Nombre de messages : 324 × Age du perso : 24 ans. × Job : Enfant sauvage qui a vécu comme Mogwli depuis son arrivée sur l'île et amazone dans l'âme. × Côté love : Si tu m'aimes petit con, dis le moi quand même. J'en fais pas une affaire personnelle et tant pis pour les dégâts.


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Mar 12 Jan - 13:57


Toutes les femmes de ta vie
Wilwarin & Jaylan

Wilwarin ne savait pas ce qui était en train de lui passer par la tête. Il l'avait fait spontanément dans la mesure où il désirait cet homme. C'était tellement dingue à se l'avouer, mais ouais quelque chose l'attirait chez ce malade mental ! Ouais s'en était un, car il fallait quand même être barge pour enfermer des humains dans une cage et être encore plus psychopathe de lui courir après pour l'enfermer. En clair, l'amazone ne calculait pas tout comme ses sœurs amazones. Elles aussi avaient su succomber à leurs désirs envers les hommes. Bien évidemment, il n'était pas obligé de faire la même chose qu'elles, mais bizarrement il pouvait les comprendre, cette sensation dépassait les histoires qu'ils avaient dans leurs livres. Au contraire de ses sœurs, Wilwarin n'eut pas le même effet sur l'homme qu'il convoitait. Enfin, convoitait était un grand mot, il n'avait vraiment pas pensé à la suite et c'était peut-être mieux ainsi, car son petit cœur risquait d'être brisé. Plus qu'une seule et unique seconde avant que l'originaire le rejette en se reculant violemment contre la paroi de la falaise. Wilwarin le dévisageait, il était perturbé, même lui ne savait pas ce qu'il avait fait, enfin, si, il savait, mais il ignorait véritablement comment l'interpréter. Le jeune homme s'en voulait d'avoir contrarié son ami, ce n'était en rien l'objectif. Pendant quelques instants, l'amazone avait l'impression d'être un monstre, d'avoir fait un geste criminel, si interdit que ce dernier le fuyait comme la peste. L'enfant sauvage n'osait pas bouger un seul petit doigt, un seul cheveux de peur d'angoisser Jaylan. Cependant, il était perturbé par le fait qu'il ne dise plus rien, finalement ce n'était pas si désagréable quand il se la ramenait pour dire des conneries, ça faisait état de ce qu'il ressentait au contraire de Wilwarin qui ne s'exprimait pas. Soudain, comme si Jaylan avait su lire dans les pensées de son ami amazone, celui-ci reprit la parole. Il évoqua le collier qu'il lui avait offert ou du moins échangé pour un boxer. Quoi qu'il en soit, le petit papillon lui avait offert de bon cœur, mais ce dernier semblait vouloir le lui rendre. L'enfant sauvage lui jeta un regard noir. On ne reprenait jamais un cadeau, en tout cas chez les amazones. En plus, il lui avait donné quelque chose de précieux, c'était tout simplement parce qu'il avait de l'estime pour lui. Roh et puis il avait envie de lui dire de se la fermer ! Qu'il arrête de dire qu'ils vont mourir, cela faisait cent fois que l'amazone tentait de lui démontrer le contraire. Parce qu'il était blessé de ce qui venait de se produire, parce que Jaylan en remettait une couche encore une fois, Wilwarin avait tout simplement envie de le jeter par-dessus le bord pour qu'il comprenne ce que c'est de mourir. Eressëa croisa les bras, non, il ne le récupérerait pas. L'originaire ne semblait pas se soucier de son avis. Willou se laissa faire, à contre cœur. À vrai dire il regardait l'horizon, la mer agitée pour ne pas se laisser aller à ses émotions. Il était en train de les contenir pour ne pas craquer. Au fond de lui, le jeune homme était contrarié, haineux, déçu et triste. Il était également froid et droit comme une statue laissant Jaylan se débrouiller à remettre ce fichu collier. Quand son ancien ami – parce que oui, il était tellement énervé qu'il ne souhaitait plus le voir – lui demanda pourquoi il l'avait embrassé, Wilwarin resta silencieux, l'ignorant. Il n'avait pas envie d'expliquer ce qu'il venait de faire, de se justifier. Son geste avait été spontané et inexplicable, il n'y avait rien à ajouter. En fait, c'était même la goutte d'eau qui venait de faire déborder le vase cette question stupide ! Il attendit qu'il referme ce collier avant de se retourner et attraper violemment Jaylan par le col de son vêtement pour le pousser dans le vide où du moins lui faire un petit coup de « pression ». Il le tenait fermement, ce n'était pas un meurtrier même si la limite était tentante. Wilwarin le regarda toujours avec ce regard noir et mauvais. Il avait envie de lui dire tout ce qu'il avait sur le cœur à cet instant précis, lui dire qu'il l'énervait plus que tout, mais rien ne sortait de sa petite bouche. Il soupira et fini par se reculer tout en emmenant Jaylan près de la roche. Il espérait que cette petite frayeur réussisse à le rendre plus discret.
crackle bones


HJ : Question con poulette Razz xD ils vont sortir comment de cette situation ? MDR (je parle pour remonter en haut de la falaise *out* ) laugh



 
Il en faut peut pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jaylan P. Hanswell "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : sam(y) claflin. × Nombre de messages : 263 × Age du perso : vingt-cinq ans. × Job : pas grand chose, ahah. × Côté love : une belle amazone. lol. bandedeouf comjvousaime


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Mer 20 Jan - 18:48


toutes les femmes de ta vie ;
en moi réunies. #lol

L’originaire n’y comprenait plus rien. A vrai dire, il n’était plus certain que d’une chose : il ne voulait pas le blesser, ça, jamais. Ironique, de la part de quelqu’un qui lui avait couru après pour le jeter dans sa cage. Mais peut-être qu’il n’avait pas fait ça simplement par devoir. Peut-être qu’il ne s’était pas juste lancé dans cette course folle pour servir son peuple. Peut-être qu’en fait il avait été prêt à courir à en perdre haleine pour ne jamais le voir s’en aller. Le savoir à ses côtés, ça avait quelque chose de rassurant et, quelque part, de plaisant. Il ne l’avouerait certainement jamais, mais savoir son nouvel ami amazone en sécurité dans leur cage, c’était une source de stress en moins, une rare chose qui pouvait l’apaiser. Et peut-être bien qu’au fond, toute cette situation lui plaisait plus qu’il ne voulait le faire savoir. C’était ridicule, parce qu’ils ne se connaissaient pas – ce pauvre enfant sauvage ne causait même pas ! Mais c’était là et, si l’originaire tentait tant bien que mal de faire l’autruche, il arriverait bien un moment où il ne pourrait plus rien y faire. Rien, à part résister à cet appel incroyablement dérangeant, et pourtant particulièrement tentant.
Il n’avait jamais voulu le blesser, mais aux vues de la réaction du jeune muet, il fallait se rendre à l’évidence : il avait foutu les deux pieds dans le plat, d’un seul grand coup et voilà que maintenant il devait affronter ce regard à demi-triste et à demi-énervé. C’était jamais agréable de se faire recaler, mais à vrai dire, Jaylan ne voyait pas les choses de cette façon. Pour lui, son ami avait juste dérapé, un petit moment d’égarement qui n’avait rien de grave en soi, mais que l’originaire ne pouvait laisser passer. La vérité, c’est qu’il avait apprécié, et qu’il avait encore plus aimé de le repousser. Parce qu’il y avait quelque chose d’encore plus excitant à repousser quelqu’un qui vous attire, tout simplement. Il avait essayé d’être doux et délicat, avec toute la douceur et la délicatesse qu’un originaire peut avoir, soit presque rien, mais ça n’avait pas suffit à calmer les ardeurs de son ami – ami qui en était un sans en être un. Seulement voilà, la réaction de l’amazone fut aux antipodes de ce que Jaylan avait pu imaginer, si bien qu’il s’accrocha de toutes ses forces à son ami avant même de sentir son corps vaciller au-dessus du vide. Il s’accrochait à lui comme il ne l’avait jamais fait, parce qu’il ne voulait pas mourir, il refusait que Wil le lâche, mais surtout, il refusait de voir ça. Ça, cette drôle de relation qu’ils avaient tissé, partir en fumée à cause d’un malentendu. Okay, c’était techniquement plus un refus, mais comme à son habitude, Jaylan refusait d’avoir tord. Il refusait tout ça, tout ce truc et tandis qu’il refaisait le monde, il sentit son corps se plaquer contre la paroi froide et l’amazone le lâcher. Alors c’était tout, il avait terminé ? L’originaire resta silencieux un instant, fixant à son tour le vide, parce que c’était ce qu’il voulait, nan ? Qu’il ferme sa gueule, qu’il ne l’emmerde plus et qu’il reste dans son coin ? Il s’adressait à la mauvaise personne, jamais Hanswell ne se laisserait faire. Jamais. Si bien qu’après avoir fixé son ami droit dans les yeux, il l’attrapa à son tour par la nuque, violemment, et le poussa à son tour vers le bord de la falaise, plus remonté que jamais. « Moi aussi j’peux l’faire, hein ? Tu vois, j’suis capable, j’peux te faire flipper comme ça ! » Oui, il était énervé, et non, il ne savait pas pourquoi. Peut-être qu’il était temps de l’accepter, ce drôle de papillon qui volait dans son ventre. Et son autre papillon, là, qu’il tenait à bout de bras, qui commençait à se débattre devant la fureur de l’originaire. Il rapprocha son visage de celui de Wilwarin, toujours perché au-dessus de vide, au point que ses lèvres frôlaient à présent celles du papillon. Dangereuse situation. « Qu’est-ce que tu veux, hein ? Qu’est-ce que tu veux en faisant tout ça ? » La rage s’entendait dans sa voix, inexplicable et incontrôlable. Au point qu’il pensa un instant à relâcher sa pression et à le laisser s’effondrer dans le vide. Mais c’était la dernière chose qu’il voulait. Alors il recula d’un pas lent, le visage toujours collé à celui de Wilwarin. Son regard le défiait, mais son étreinte se faisait de plus en plus douce. Lorsqu’il sentit la paroi contre son dos, une nouvelle fois, il se retourna violemment et plaqua l’amazone contre la pierre glacée. Il brisait cette dernière limite, le souffle court de l’amazone claquait contre ses lèvres. « Qu’est-ce que tu veux le muet, hein ? » Il y avait, au fond de ses yeux, quelque chose de nouveau. Une drôle de douceur, bien camouflée sous toute cette haine. Et puis, il l’embrassa violemment, longuement et avec ferveur, comme sans y réfléchir. Il brisa lui-même cette étreinte, pour recoller ses lèvres contre celles de l’amazone. Et il murmura, à quelques millimètres d’un autre craquage. « C’est ça qu’tu veux ? » Peut-être que oui, finalement. Et peut-être que c’est ce dont Jaylan avait envie, lui aussi.





    i know i'm gonna be the man who wakes up next to you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jessie C. Martinez "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Shiloh Fernandez. × Nombre de messages : 324 × Age du perso : 24 ans. × Job : Enfant sauvage qui a vécu comme Mogwli depuis son arrivée sur l'île et amazone dans l'âme. × Côté love : Si tu m'aimes petit con, dis le moi quand même. J'en fais pas une affaire personnelle et tant pis pour les dégâts.


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Ven 22 Jan - 1:03


Toutes les femmes de ta vie
Wilwarin & Jaylan

Wilwarin était blessé. Il ne savait pas ce qui lui était passé par la tête, il l'avait fait sans réfléchir. Il avait de l'attirance pour Jaylan et c'était bien le premier mec qu'il embrassait. Le papillon ne connaissait en rien aux coutumes, aux mœurs continentales, il n'avait pas vu ce baiser comme un crime de Lèse-Majesté. Après tout il avait le droit d'être expressif et embrasser qui bon lui semble, montrer à cette personne qu'il l'appréciait plus qu'une autre. Le pire dans tout ça, c'est que l'originaire osa lui rendre son collier, ça en revanche, il le vit comme un crime. On ne pouvait pas rendre un cadeau, ça ne se faisait pas chez les amazones.De plus, il interprétait ça comme un rejet total, comme si se prendre un vent de la part de cet abruti n'était pas suffisant. Pour toutes ses raisons, l'amazone s'emporta. Il ne pleurait pas non, mais il devait se défouler autrement. Il profita de l'occasion, de la plainte de Jaylan sur le fait qu'ils allaient mourir pour le menacer de le jeter lui-même volontaire s'il continuait. Ouais, Hanswell méritait de finir sur la pique d'une roche entre deux vagues, il n'avait pas à lui faire ça, il n'avait pas le droit. Néanmoins, Wilwarin savait se contrôler, ce n'était pas un meurtrier alors il le reposa contre la paroi. Le silence était de mise. C'était à la fois frustrant et soulageant dans la mesure où il n'aurait pas à se justifier de l'avoir embrasser, il lui tardait seulement de remonter tout en haut de la falaise et ne plus jamais revoir Jaylan. Il ne voulait même pas savoir comment ce dernier réagirait une fois en haut, s'il allait encore insisté pour le ramener dans cette maudite cage. Il n'avait pas intérêt, il était prêt à le mordre s'il le fallait. Wilwarin se contenta de fixer l'horizon en silence, il avait mit de la distance entre eux. Le papillon souhaitait faire taire cette petite voix qui hurlait à l'intérieur de son âme. Il était haineux. Pensant avoir la paix et alors qu'il ne s'y attendait pas, Jaylan l'attrapa à son tour pour lui faire subir le même sort. L'amazone paniqua parce qu'il pensait vraiment que ce dernier allait le jeter par dessus bord. Après tout il avait quand même fait une tentative de meurtre, fin il avait menacé de le tuer et si ce gars était capable d'enfermer des personnes dans une cage, les torturer dans une pièce, il pouvait bien le laisser tomber. L'originaire pouvait voir dans son regard de la peur. Wilwarin tenta de se débattre, mais en vain. Mine de rien, malgré son bras handicapé, Hanswell était toujours aussi fort. À ses gestes, s'ajouta des mots. Il lui prouvait clairement qu'il pouvait faire comme lui. Le papillon était incapable de réagir, même cette situation ne pouvait lui faire retrouver la parole. Pourtant, se serait tellement plus simple de le faire, de l'envoyer chier ou de le supplier de ne pas le tuer. Mais non, il était comme un spectateur devant un bon film, il le laissa faire. Ses lèvres s'approchèrent des siennes. A quoi jouait-il ? Et en plus, il lui posait des questions, était-ce un interrogatoire ? Bordel, il ne répondrait pas de ses actes, il l'avait embrasser et c'est tout, il devait s'y faire. Wilwarin réussit à lui décrocher un regard noir pour lui faire comprendre qu'il resterait aussi muet qu'une tombe. Fort heureusement, ce supplice fut de courte durée et il retrouva la terre ferme. L'amazone reprit son souffle, il pouvait encore sentir des frissons parcourir sa peau tellement il avait eu peur. Jaylan quant à lui, le regarda avec défis. Qu'attendait-il ? Qu'ils se battent pour savoir qui serait le meilleur et qui sera le seul survivant de ce bout de rocher ? Son regard fixa toujours l'originaire dans les yeux. Ils étaient toujours aussi proches, c'était perturbant pour l'amazone qui ressentait ce qu'il venait de ressentir quelques instants plus tôt en l'embrassant. Il était loin de s'imaginer que ce casse-pied ressentait la même chose à son égard. Wilwarin fut ensuite plaqué contre la paroi de la roche. Il grimaça car il pouvait sentir la pierre effleurer son dos nu. Jaylan était de plus en plus entreprenant, il ne le lâchait plus d'une semelle tandis qu'il était déterminé à savoir ce que voulait le papillon. C'est en tout cas ce qu'il croyait jusqu'à ce que celui-ci s'empare de ses lèvres pour un violent baiser. La surprise du jeune homme n'empêcha pas ce dernier à prolonger ce baiser forcé avec ardeur, il le désirait plus que tout. Hanswell avait réveillé en lui ses pulsions animales. Son ami – pas si ami – rompit le baiser et déposa un second plus rapide et plus chaste sur ses lèvres avant de lui redemander une fois de plus si c'était ça qu'il souhaité. Le pauvre amazone était tout chamboulé. Il lui jeta un regard noir, mais très vite celui-ci se transforma en un regard aussi provocateur que celui de l'originaire. Ce fut à son tour de le plaquer contre la paroi avec autant de force que ce dernier et de s'emparer de ses lèvres aussi violemment. Ses mains se plaquèrent sur le torse de l'originaire dont il pouvait ressentir ses muscles. Il avait envie de lui ici et maintenant. C'était étrange, c'était même la première fois qu'il désirait un homme, mais peu importe, Hanswell n'était pas n'importe qui. Alors qu'il accentua son baiser, des voix se firent entendre au-dessus de leur tête, non loin de la falaise. Wilwarin rompit à contre cœur, manquant de faire une mine boudeuse. Il jeta un regard à Jaylan du style : « Tu as entendu ? » Il fallait que l'originaire parle, qu'il hurle pour que l'on vienne les chercher. Ne sachant pas comment lui dire de hurler et il ne savait pas si ça coulait de source pour son partenaire, Wilwarin appuya violemment sur le bras de Jaylan, au moins c'était radical, ça risquait peut-être de faire effet et puis il se vengeait pour le vide et le vent qu'il lui avait fait.

crackle bones



 
Il en faut peut pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jaylan P. Hanswell "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : sam(y) claflin. × Nombre de messages : 263 × Age du perso : vingt-cinq ans. × Job : pas grand chose, ahah. × Côté love : une belle amazone. lol. bandedeouf comjvousaime


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Dim 24 Jan - 22:48


toutes les femmes de ta vie ;
en moi réunies. #lol

C’était effrayant au point d’en sentir son cœur battre la chamade dans sa poitrine. C’était excitant au point d’en avoir chaud jusque dans la nuque. Il ne savait plus quoi penser de tout ça, mais la seule chose dont il pouvait être certain, c’est que rien de tout ça ne le laissait indifférent. Ça lui faisait tout bizarre, parce que ça faisait un bon moment qu’il n’avait pas ressenti ça. Peut-être depuis Skylar, et même avant ça, impossible de s’en souvenir. C’était assez désagréable pour commencer à ressentir une petite pointe de culpabilité au fond de sa gorge, mais était-ce assez pour arrêter ses drôles de pulsion ? Parce que Jaylan l’hyperactif avait toujours été comme ça, bien incapable de se retenir, pour tout et n’importe quoi. Il lui était alors bien difficile, voir impossible de refouler tout ce qu’il tentait de planquer au fond de lui depuis plusieurs longues secondes. Il avait bien essayé de le repousser, de lui faire croire que non, rien de tout ça ne l’intéressait, parce qu’après tout il n’était pas de ce bord-là… Mais le problème, c’est qu’en fait il n’était pas crédible. Au fond de ses yeux brillaient ce feu nouveau qui ne pouvait que le trahir. Il n’avait pas le droit de franchir cette limite, de faire ça, avec une amazone, et encore plus avec un garçon. Mais merde, celui-là était tellement sexy ! Il avait ce truc en plus qui donnait à l’originaire l’envie de lui arracher les fringues d’un seul grand coup ; mais comme il ne s’habillait pas, ça réduisait déjà une part du problème. L’autre problème, c’est qu’il ne pouvait plus retenir tout ça à l’intérieur de lui. Il n’avait jamais été bon pour faire semblant, ce qui pouvait sûrement l’excuser de son geste.
Il était là, accroché au torse de Wilwarin et collé à ses lèvres comme si sa vie en dépendait. C’était pas du tout le cas, c’était pire que ça pour un tel impulsif, parce que c’était son désir qui se sentait titiller. Il sentit son cœur s’arrêter lorsque l’amazone entra directement dans son jeu et inversa leur position pour le plaquer à son tour contre la paroi. Sans s’en apercevoir, il lâcha un grognement lorsque son dos claqua contre la roche, plus de plaisir que de douleur. Il n’était pas le plus doué pour ne pas céder à ses pulsions, et c’est bien l’amazone qui stoppa net leur étreinte et releva la tête vers la falaise. Cette fois, plus de discrétion, l’originaire ne put s’empêcher de lâcher un soupir de désapprobation, targuant Wil d’un faux regard noir pour lui faire comprendre qu’il n’appréciait pas trop. Il venait d’être coupé dans son délire, et surtout dans son désir et ça le rendait dingue. Incapable de lâcher son amazone, il observa le ciel sans le comprendre, et le retour à la terre fut plus que brutal lorsqu’il sentit une pression sur sa blessure. Sans le moindre suspens, il lâcha un immense cri de douleur qui ne manqua pas d’ameuter le quartier, et tous ces alentours. Il jeta un autre regard noir vers Wil, un vrai cette fois-ci, avant d’entendre des voix au-dessus de sa tête. Un instant, il pensa qu’il devait fou, que cette pauvre crevette à moitié à poil qui lui faisait face lui faisait tourner la tête – puis il réalisa qu’en fait, ils n’étaient plus seuls. Etrangement, il ne se sentit ni soulagé ni rassuré à l’approche d’un potentiel sauvetage – au contraire, la nouvelle le rendit quelque peu amer au point qu’il en perdit ses mots. C’était ridicule, il le savait ; mais il sentit son petit cœur tambouriner encore plus fort à l’idée de devoir s’éloigner. Il ne pouvait l’ignorer : briser ce moment reviendrait à dire adieu à une telle possibilité de rapprochement. Ce ne serait plus jamais pareil, parce qu’alors il n’aurait plus peur de mourir et n’aurait aucune raison de se jeter dans ses bras nus. Il tentait de ne pas se l’avouer, bien-sûr, mais au fond il le savait bien : il n’avait pas complètement agit par désespoir de cause et parce qu’il savait qu’il allait mourir. Il l’avait fait pour bien d’autres raisons qui le dépassaient lui-même. Et ouais, ça le faisait chier que ça s’arrête comme ça ! Pendant tout ce temps de réflexion intensive, il ne put s’empêcher de fixer son ami, qui n’en était déjà plus un. Ouais, il lui en voulait de lui avoir fait peur, mais aussi d’avoir gâché leur moment. Mais il ne pouvait pas s’arrêter là, alors tant pis pour leur beau moment anti-romantique. « OUAIS, on est là ! » hurla-t-il à s’en époumoner. Et pendant tout ce temps, il ne manqua pas de défier Wil du regard. Le temps qu’ils les trouvent, qu’ils comprennent qu’ils étaient bloqués en bas, ils pouvaient bien continuer un peu, nan ?

L’idée de n’pas s’arrêter traversa l’esprit de l’originaire, à tel point qu’en fait il se laissa aller une nouvelle fois. Il posa sa main contre le torse de l’amazone, rapprocha une nouvelle fois leurs corps et se surprit encore à le fixer. « T’es content ? T’as eu c’que tu voulais, ils vont t’sortir de là maintenant. » Il l’avait murmuré si faiblement qu’il n’était même pas sûr que Wil l’ait entendu. Il avait toujours ce regard de défi, mais en fait, il ne le pensait pas vraiment. Il avait juste envie de l’embêter encore un peu, de titiller son plaisir tant qu’ils pouvaient profiter d’être encore un peu seuls. S’approchant de son oreille, il cala ses lèvres contre son lobe et murmura tout doucement, et avec toute la sensualité dont il pouvait bien user. « Hein, c’est ça ? » Il avait ce drôle de sourire pervers aux lèvres que Wil ne pouvait pas voir d’où il était. « ON EST LA ! », se mit-il à hurler dans l’oreille de son ami, comme pour lui rappeler un peu mieux que c’était terminé. Il se recula alors vivement, mort de rire d’avoir autant fait flipper son ami. Il se remit à hurler vers le haut de la falaise, entendant qu’enfin on les appelait. Et pendant ce temps-là, Jaylan attrapa doucement la main de son ami avec une tendresse qu’il se connaissait à peine. Mais il la lâcha bien rapidement pour aller lui pincer la fesse, le même sourire dégueulasse aux lèvres. « Tu vas être sauvé crevette, bravo. »





    i know i'm gonna be the man who wakes up next to you
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jessie C. Martinez "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Shiloh Fernandez. × Nombre de messages : 324 × Age du perso : 24 ans. × Job : Enfant sauvage qui a vécu comme Mogwli depuis son arrivée sur l'île et amazone dans l'âme. × Côté love : Si tu m'aimes petit con, dis le moi quand même. J'en fais pas une affaire personnelle et tant pis pour les dégâts.


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin) Mar 2 Fév - 3:04


Toutes les femmes de ta vie
Wilwarin & Jaylan

Si on avait dit à Wilwarin que l'originaire et lui échangeraient de la salive à profusion, il aurait tabassé cette personne a coup de branche dans la figure. C'était impossible et pourtant ça en devenait réalité. C'était comme si les larmes du papillon étaient aimantés vers celles de Jaylan. Il le désirait plus qu'il lui tapait sur les nerfs. L'originaire arrivait à lui souffler le chaud, mais aussi le froid. Il arrivait à le rendre dingue....dingue de lui. Cette pulsion était présente depuis leur première rencontre, sauf qu'elle s'était tue jusqu'à présent, jusqu'à ce moment propice. Ce fut au tour de l'amazone de jouer les dominants en l'embrassant avec fougue contre la paroi de leur cercueil à l'air libre....enfin c'est ce qu'il aurait pu penser s'il était à pleurnicher comme Jaylan tout à l'heure. Non, il tenait trop à la vie et ses dieux l'avaient compris puisqu'ils lui envoyèrent de l'aide, un signe divin. Ayant une ouïe plus fine que celles des rescapés et des originaires – il le doit au fait qu'il a développé d'autres sens que celui de la parole par exemple -, Wilwarin entendit des voix, il ne saurait dire de qui il s'agissait. Si c'était des rescapés ou autre, mais elles étaient bel et bien là. L'amazone n'était plus dans le délire des baisers, mais plutôt à sauver leur peau. Le papillon le regarda d'un air de ce genre : « Hey t'as entendu ? » et il fut très vite confronté au regard noir de Jaylan qui semblait insatisfait parce qu'il avait rompu le baiser. Néanmoins, cette proximité était toujours étrange et tordue, il ne se décolla pas pour autant et se chargea d'appeler les personnes au-dessus de leurs têtes en appuyant violemment contre son bras blessé ce qui le fit hurler comme il l'espérait. Un autre regard noir. Wilwarin fit une petite moue pour s'excuser, il espérait qu'il comprendrait qu'il faisait ça pour leur bien, pour qu'ils soient sauvés, pas pour gâcher leur moment. Au fond, l'amazone regrettait de s'en être arrêté là, mais c'était pour la bonne cause. Puis, il était loin de se faire des films hollywoodiens dans la tête, pour lui ça ne signifiait pas la fin de leur étreinte, mais le commencement. Il n'avait aucun tracas sur sa sexualité, aucune honte, aucune pudeur, il pourrait toujours le refaire...un jour...si Jaylan en avait envie aussi....peut-être qu'il était juste un passe-temps pour lui ce soir-là...peut-être ne le reverrait-il plus...il ne préférait pas y penser et il se contenta d'observer Hanswell perplexe. Finalement, ce zigoto comprit qu'il fallait continuer de hurler, il le laissa faire tandis qu'il jetait des regards à la fois vers le haut de la falaise et vers Jay. C'est ainsi qu'il croisa son petit air de défis. Ce petit air qui le faisait craquer indirectement puisqu'il se mordilla la lèvre inférieure et le laissa faire. Très vite, Wilwarin reprit son sérieux en voyant son ami tourner autour de lui en quelque sorte, il avait envie de céder une fois de plus, retrouver ses lèvres, mais l'originaire semblait lui reprocher de vouloir être sauvé. C'est en tout cas qu'il le compris, mais la tendresse de son originaire lui fit changer d'avis....enfin....jusqu'à ce que cet abruti lui hurle dans les tympans par vengeance. Le papillon sursauta, manquant d'avoir une crise cardiaque et le frappa en lui donnant une tape violent sur le torse tandis qu'il se payait sa tête. Il lui jeta d'ailleurs un regard noir, mais le contact de sa main contre la sienne lui procura des frissons. Il en était blasé de devoir la lâcher. Tiens, c'était à son tour de tirer la tronche, c'était maintenant lui qui n'était plus content d'être sauvé. Il se sentait punis par Jaylan. Celui-ci fini par lui pincer les fesses pour le faire sursauter, à croire qu'il aimait ça lui faire peur ! Et il lui dit avec un sourire dégueulasse qu'il allait être sauvé. « Crevette ? » il aimait bien ce surnom bizarrement...Wilwarin étant perturbé depuis les baisers et ses rapides secours, se retourna vers son originaire et il se jeta dans ses bras. Il en avait besoin, au fond il commençait à se demander ce qui allait se passer après entre eux une fois en haut. C'était une sorte d' au revoir ou au contraire une promesse qui lui disait qu'ils pourraient continuer ce qu'ils venaient de faire. Dans tous les cas, le choix reviendrait à son ami. Le papillon se recula puis ont les aida à remonter par l'intermédiaire d'une corde. Wilwarin envoya Jay le premier, car il était blessé comme un petit agneau puis il fut le second sauvé. Une fois sur le terre ferme, il jeta un regard discret à Hanswell.

crackle bones



 
Il en faut peut pour être heureux, vraiment très peu pour être heureux:
 
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: toutes les femmes de ta vie ✿ (jaylarin)

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-