avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Parfois j'aimerais que tu disparaisse... [lexy] Mer 14 Oct - 5:45

Depuis ma libération, on dirait que j'avais du mal à m'habituer à ma nouvelle vie. Je ne sais pas pourquoi... Peut-être le fait d'avoir été enfermé trop longtemps avait fait en sorte que j'avais perdu le "savoir-vivre". On dirait que je ne savais plus comment agir envers les autres. J'avais des excès de violence qui me surprenaient. J'en avais auparavant mais jamais aussi intenses et régulières. Je n'avais plus les mêmes relations avec les gens. Je ne reconnaissais plus mes amis, j'haïssais encore plus mes ennemis. Même mes temps libres je ne savais plus comment les occuper. Comment savoir où aller quand j'ai passé la majorité de mon temps dans une cage jour et nuit sans notion du temps et sans loisirs, surtout. Je me rappelais juste que j'avais toujours une clope au bec et une chope de bière à la main.

Le jour, j'adore me promener sur l'île. Tout redécouvrir, rattraper le temps perdu, ré-apprendre à vivre. Lorsque j'étais prisonnier des amazones, combien de fois je me suis fait des scénarios, combien de fois j'ai rêvé à la liberté... Aujourd'hui ça se réalise et on dirait que je ne sais pas comment en profiter. Je me suis longtemps demandé ce que mon frère faisait au moment où je pensais à lui et j'espérais qu'il était heureux. La première chose que j'ai fait une fois libéré fut d'avoir une bonne discussion avec lui autour d'une bonne bière à se mettre à jour dans les nouvelles.

Maintenant que cet enfer est derrière moi, j'essaie de ne plus trop y penser et de continuer à vivre ma vie. Cigarette aux lèvres, je me dirige vers un lieu que j'aime beaucoup. Je sais que je ne devrais pas fumer, mais ça me détend. Même si je déteste cette odeur qui me colle à la peau. J'arrive au sommet du volcan et à ma plus grande surprise, j'y trouve quelqu'un que je n'ai pas envie de voir du tout. "Et merde... Moi qui croyait être tranquille, c'est foutu." Lexie et moi ça remonte à quelques semaines, alors que je croyais passer un bon moment avec elle, mais ç´a fini en cauchemar. J'ai encore ce goût amer dans la bouche d'ailleurs. " Je t'avertie, j'suis pas d'humeur à me faire emmerder, alors prend garde à c'que tu dis, car j'ai pas de patience." Effectivement, j'avais envie d'être seul et non pas avec une garce voleuse en prime. Dans l'état où j'étais, il était clair que si on md provoquait, je n'allais pas me laisser faire. " J'ai toujours pas oublié c'que t'as fait l'autre soir..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Lexy-Jane Winters "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Penelope Cruz × Nombre de messages : 420 × Age du perso : 31 ans × Job : Voler, ça compte ? × Côté love : Il commence à battre trop fort...


Message(#) Sujet: Re: Parfois j'aimerais que tu disparaisse... [lexy] Dim 18 Oct - 12:24




Lexy-Jane & Dwayne
Parfois j'aimerais que tu disparaisses...

J
e ne comprenais pas mes compagnons qui restaient au campement à longueur de temps. Comment pouvait-il aimer cette fade routine ? Pour moi, chaque jour devait être une nouvelle expédition. Il n'y avait pas une seule journée sans que je parte en excursion. Découvrir de nouveaux lieux. De nouvelles cibles. Peut-être même d'agréables conquêtes. Une soif d'aventure était toujours insatiable. Rien n'était pire que subir un monotone et insipide quotidien. L'île regorgeait de surprises, de mystères et de pièges. Après tant de temps passé à vivre ici, j'étais certaine qu'elle me cachait encore beaucoup de choses. C'est pourquoi ce matin, je quittais mon campement une fois de plus. Lorsque j'y étais, c'était uniquement pour dormir, manger et échanger mes larcins avec les autres hostiles. Ce qu'ils aimaient le plus, c'était les armes. Il faut dire que la plupart d'entre eux avaient des hobbies assez...particuliers. Les premières semaines, entendre les cris déchirants de leurs victimes ou bien voir des cadavres joncher le sol m'avaient été difficilement supportable. J'avais toujours manipulé, arnaqué, trahi les gens mais les torturer ou leur retirer la vie, c'était autre chose. Encore aujourd'hui, je ne tuais personne. Cela ne m'intéressait pas. Je n'y voyais pas le moindre intérêt. Mais les pratiques de certains hostiles ne me répugnaient plus désormais. Moi j'aimais voler, eux faire couler du sang. Je leur fournissais même souvent les armes pour le faire. Tant que je n'étais pas leur proie, ce petit commerce m’allait parfaitement. Jamais je n'avais regretté mon choix. J'étais à ma place avec eux. Bien plus qu'avec ces pantins de rescapés, c'était certain.

Alors que je m'apprêtais à m'enfoncer dans l'obscurité et la profondeur de la jungle, je vis, en relevant la tête, le volcan de l'île. Fidèle à lui-même. Toujours aussi imposant et silencieux. Tout ce qu'il fallait espérer, c'était que jamais il ne se réveille. Un sourire malicieux étira mes lèvres. J'avais trouvé ma distraction de la matinée. En y repensant, la dernière fois que j'étais monté à son sommet me semblait remonter à une éternité. Avec un peu chance, je ferais peut-être aussi une rencontre intéressante. Sans hésiter une seconde, je me mis en route. J'avais toujours été en forme physiquement car j'avais veillé à prendre soin de mon corps. Et l'île semblait m'avoir rendu plus résistante encore. J'avais cependant dû renoncer aux vêtements et soins de luxe. Cela me manquait parfois. Mais je m'étais plutôt bien adaptée à la vie sur l'île. La seule chose qui me répugnait réellement c'était de savoir que ma sœur avait probablement hérité de ma fortune. Toute cette argent que j'avais obtenu en séduisant et épousant un homme immensément riche qui m'avait fait le plus beau privilège de mourir naturellement d'une crise cardiaque. J'étais alors partie faire le tour du monde quand cet avion s'était écrasé ici. Avec MON argent, ma sœur s'était sûrement acheté un restaurant, peut-être aussi une maison et avait dû donner le reste à je ne sais quelle pitoyable association. La charité. Quelle horreur. Il n'y avait vraiment rien de pire.

Enfin, essoufflée, j’arrivais jusqu'en haut de la montagne de feu. La vue était grandiose. Les arbres s'étendaient par milliers devant moi. La mer également. Et je pouvais voir l'autre île, en face. J'étais au-dessus de tout. J'adorais le sentiment de puissance que donnait cet endroit. À tel point que lorsque j'entendis les pas de quelqu'un derrière moi, je ne savais dire depuis combien de temps j'étais là. Je reconnus immédiatement la voix qui s'adressa à moi. Dwayne. Quelle surprise. Je me retournai. Il ne semblait pas ravi de me voir, ce qui pouvait se comprendre. Moi, la situation m'amusait déjà. « C'est toi qui vient me déranger. » répliquai-je avec un sourire. Il voulait que je ne fasse aucune remarque mais il savait pertinemment que c'était impossible. « Pourquoi cet air désagréable ? On a passé un bon moment tous les deux, non ? » C'était vrai. La nuit avait été des plus ardentes. Enfin, jusqu'au moment où j'étais partie en emportant ses affaires avec moi, alors qu'il dormait profondément. Il disait s'en rappeler particulièrement bien. Comme à mon habitude, je le provoquai légèrement avec un clin d’œil. « C'est normal, je ne suis pas le genre de personne qu'on oublie. » À ce moment, j'ignorais à quel point il était de mauvaise humeur.
WILDBIRD






Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-