avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Divergence d'opinions.. Ven 25 Sep - 23:29

Divergence d'opinions..

Connor McMILLAN & Thobias COLT-DELFORD


J'avais très certainement passé la plus mauvaise journée de ma vie - si on oubliait le jour où mes parents biologiques avaient été tués par des narco-trafiquants. La loi dés séries avait commencé dès la première heure de la journée lors-qu’à cause d'une interne plus empotée que ma grand mère avait renversé son café brûlant, et probablement bien trop sucré sur la seule blouse propre qu'il me restait, et cela à continuer quand l'un de mes collèges été brutalement tombé malade juste avant de soigner un horrible et purulent furoncle. Et elle s'est terminée en beauté quand à 23h46 très précisément, le cœur de Timothée Dalton n'as pas redémarrer alors qu'il était couché sur ma table d'opération. Je savais pertinemment que ce sentiment de mal-être profond n'était pas uniquement dû à cette journée, mais aussi à cause du fait que je ne prenais plus mon traitement contre la bipolarité.

Autrement dit, là tout de suite maintenant, j'avais bien besoin d'un petit remontant.C'est en prenant un taxi un peu hasard et suivant l'itinéraire que suivait le conducteur pour rentrer chez lui, c'est comme ça que je me suis retrouvé dans un coin de Manhattan que je ne connaissait absolument pas. J'ai vu un enseigne lumineuse au loin, et je m'y suis naturellement diriger en voyant que c'était un bar. Gay certes. Mais un bar quand même.

A l'intérieur, la musique était criarde, et l'atmosphère presque étouffante. Je me suis faufilé tant bien que mal vers le bar de l'établissement, jouant des coudes pour le mec au muscles plus que proéminents me remarque afin que je puisse commander un verre de vin rouge, spécifiant clairement que je désirais un grand cru, et que je n'hésiterais pas à y mettre le prix. Je me suis empressé de récupérer mon verre, une fois qu'il m'eut été servi, pour me diriger dans un endroit un peu moins peuplé du club afin que l'air y soit un peu plus respirable. J'ai bu une gorgé de mon Pavillon Rouge du Ch. Margaux 2009 en prenant un peu plus le temps « d'admirer le paysage », il était impossible de nier que j'étais ici dans un établissement réserver à la gente masculine, et si jamais on y parvenait, les serveurs se baladant, et/ou se trémoussant dans la salle nous le rappelais bien vite. Il suffisait d'un seul coup d'oeil vers moi pour que l'on comprenne que je n'étais pas du milieu, avec mon costume je n'étais pas vraiment en accord avec le style qui régnait dans ce lieu. J'ai tout de même choisi de m'installer a une table, reculée de tout le brouhaha ambiant pour boire mon breuvage à la robe sombre et nez profond, j'appréciait particulièrement ce petit gout de fruits noirs, sans aucun doute, ce millésime mérite son classement, tout en regardant d'un œil distrait un jeune homme à la chevelure orange qui se dandinait sans gêne au dessus d'un client du club sans aucune gêne.

Comment un homme, avec un tant soit peu de fierté et d'amour propre peut en arriver là ? Est-ce parce que je ne suis pas de cette nouvelle génération totalement dépravé que je ne peux le comprendre ou l'accepter ? Je suis loin d'être un homophobe ou un intolérant, mais j'avoue que je ne peux pas comprendre comment on peut choisir d'être, et de rester dans une situation aussi.. Humiliante.

Ce n'est pas une erreur de tomber, mais s'en est une de pas se relever à mes yeux...

FICHE PAR STILLNOTGINGER.


Dernière édition par Thobias Colt-Delford le Dim 29 Nov - 12:12, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Connor-Néoh McMillan "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : Cameron Monaghan × Nombre de messages : 2329 × Age du perso : 21 ans × Job : étudiant bien sage, ou pas trop. × Côté love : tu l'sens, que je suis totalement à fond ? et puis que j'me fais arnaquer ? il faut croire que c'est l'histoire de ma vie.


Message(#) Sujet: Re: Divergence d'opinions.. Mar 13 Oct - 21:39

Divergences d'opinion.
Thobias Colt-Delfort & Connor-Néoh McMillan
Ma journée ? Rien de brillant. Rien d’intéressant, rien de passionnant, rien de transcendant. J'peux pas compter sur la vie pour me réserver des péripéties à chaque instant. Alors, aujourd'hui j'ai passé la matinée à faire mon sport quotidien histoire de me maintenir un minimum en forme pour le taf – et parce que se dépenser ça vide la tête – et puis l'après-midi, je l'ai passé sur le canapé à l'appartement et à bouffer des conneries que j'ai débusqué au fond des placards de la cuisine. Y'a des trucs, j'sais même pas depuis combien de temps c'était planqué, mais peu importe, au pire je verrais bien si je crève, non ? Peu de chance que je crève pour quelques chips périmés de toute façon.
Bref. On s'fait chier, hein ?
Alors passons à la suite.

En début de soirée j'ai pris ma douche, j'me suis habillé et j'ai quitté l'appartement pour prendre le métro et me rendre au club où je bosse. J'ai pas mis des plombes à rentrer, j'ai juste pris le temps de me fumer une petite clope avant d'aller me changer… Ou me déshabiller en fait. Vu le peu de tissus que j'ai sur mon corps, on peut dire que je me déshabille plus qu'autre chose. Mais t'sais, au bout d'un moment, t'as même plus honte de te balader à moitié à poil au milieu des autres mecs. J'ai commencé la soirée par quelques petits verres offerts par quelques habitués déjà présents qui m'apprécient. Enfin… On va dire qu'ils apprécient certaines parties de moi, parce que la personne que je suis, autant dire qu'ils s'en tapent totalement. Et puis je suis allé sur l'estrade. Ce soir je serais pas serveur, ce soir je serais danseur, exposé comme un vulgaire bout de viande dans la vitrine d'une boucherie. J'attends qu'on me choisisse, j'attends qu'on me veuille et qu'on me file du pognon. En attendant je danse dans mon p'tit short brillant qui au final laisse pas tant de place que ça à l'imagination.

J'en connais un qui détesterait ça.
Mais j'me suis promis de ne plus penser à lui pendant le taf.

Au bout d'un petit moment sur la plate-forme, un vigile est venu me voir et je suis descendu de mon perchoir : un type attendait après moi pour une danse. J'ai fait un petit détour par le bar pour me descendre encore un verre puis j'suis allé le voir, ce mec, il était déjà assis sur une banquette et n'attendait que moi. Je l'ai observé un instant en m'approchant tranquillement. Il n'était ni séduisant ni laid, je l'avais déjà vu ici quelques fois, il avait l'air plutôt friqué alors j'étais content qu'il m'ait choisi. Quand je me suis retrouvé à proximité de lui je l'ai ai indiqué le prix, il s'est fait un plaisir de fourrer les billets dans mon short avant que je ne chevauche ses cuisses et que je ne commence à me frotter à lui, à faire onduler mon corps contre le sien sans la moindre timidité. L'expérience parle. L'alcool aide. Et à ça, peu à peu, s'ajoutent quelques petits pilules déposées sur ma langue. Il me permet de m'éloigner un peu plus de la réalité, de me concentrer sur ce que je fais, il me rend plus festif, plus tactile. J'ai pas peur de me presser et de caresser, de chercher le pourboire avant que ça ne se termine. Le temps s'est écoulé et je me dois d'être partagé. Je me suis décollé de l'homme, je lui ai souri et suis parti vers le comptoir. J'avais remarqué un gars qui me regardait, il me fixait carrément tout en buvant un verre de vin, il était assis à une table, un peu à l'écart.

Un homme de classe ?
Probablement.
Bizarrement, j'ai comme l'impression de l'avoir déjà croisé.
Où ? Je ne sais pas. Mais pas ici.
Quand ? Aucune idée.
Je ne sais pas de qui il s'agit. Je me suis approché du comptoir et j'ai demandé un verre à mon collègue avant de regarder le presque inconnu et de me diriger vers lui tranquillement. Je me suis armé de mon sourire aimable, parce qu'ici, on parle pas aux gens en faisant la gueule.

J'ai dit : « Bonsoir... »
J'ai demandé : « Est-ce qu'on s'est déjà rencontrés ? »

J'ai eu beau lui avoir posé une question, j'ai pas su rester concentré sur lui. Quand on a posé mon verre devant moi, mon attention a directement été attirée par l'alcool que j'ai rapidement ingurgité. J'avais la gorge un peu sèche, et même aussi peu habillé que j'étais, je crevais de chaud.
© 2981 12289 0 - 866 MOTS


I was running in circles,
I hurt myself,
Just to find my purpose.
Everything was so worthless,
I didn't deserve this,
But to me you were perfect.

#McMinaill ♦ #TeamEnfoirés ♦ #Lockonnor
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Divergence d'opinions.. Sam 31 Oct - 0:31

Divergence d'opinions..

Connor McMILLAN & Thobias COLT-DELFORD


Cela faisait un petit moment que j'étais attablé dans mon petit coin,à boire mon verre de vin grand cru, comme si j'étais un homme d'une quelconque influence dans ce monde, comme dans ce lieu qui me dépassait, alors qu'en réalité, je n'étais simplement qu'un vulgaire pantin de la société comme tout les autres individus déjà bien éméchés et amochés présent dans cette salle, seulement, j'avais eu un peu plus de chance que certains dans mon malheur personnel. En pointant du doigt cette réalité peu avenante, je m'étais rendu compte j'avais perdu le jeune homme à la chevelure orange de vue depuis quelques minutes, j'avais laissée courir mes pensées sur le même rythme que mes yeux dans cette atmosphère bien trop chargée d'hormones et de parfums, jusqu'à ce qu'ils s'attardent sur l'un des autres gogo-danseurs, qui si je ne m'abuse, avait été sacrément gâté par dame Nature et qui s'était probablement rapprochée de moi dans une vaine tentative pour me séduire. J'ai secoué la tête, quelques peu honteux de la tournure que prenaient mes pensées. Que me prenait-il tout un coup ? J'étais en train d'ingurgiter une nouvelle longue gorgée de vin, pour reprendre mon allure de mec guindé que j'avais eu jusqu'à présent, lorsque que « Orange Boy » vint à ma rencontre, l'air un peu gauche. Il n'étais sûrement plus de la première fraîcheur, vu l'heure avancée de la soirée, ou de la nuit, a vous de voir. Il n'avait de cesser de tapoter le bois de la table comme-ci il était pressé, comme ci il lui fallait un verre dans la minute. Comme ci il ne pouvait plus se passer du breuvage sûrement frelaté que son collègue avait posé venait de poser devant lui. Il ne m'a d'ailleurs pas fait mentir, et s'est empressé de le boire, avec, comme une lueur de soulagement dans le regard, si j'avais été plus près, j'aurais même pu sentir ses muscles se relâchés légèrement. J'ai profité de son petit moment d'égarement dans les ténèbres pour pouvoir le détailler de plus près. Il avait l'air plutôt joli garçon, malgré le noir et la fatigue qui cernait ses yeux, leurs donnant un air beaucoup plus petits et plus enfoncés que la moyenne, son sourire, bien que forcé n'était pas forcément des plus déplaisant à regarder , cela dit il ne devait pas avoir plus de la majorité, généralement requise pour travailler dans ce genre d'endroit scabreux, son visage ne me paraissait pas inconnu, cependant, je n'avais foutrement pas la moindre idée de là ou j'avais pu le voir pour la première fois, peut être avait il simplement le visage de « Monsieur Tout-Le-Monde » ? J'ai tout de même tenté de faire le listing, des endroits, pour j'aurais pu rencontrer un « homme » comme lui. A l’hôpital ? Non. Assurément pas, même si il avait dû s'y retrouver plus d'une fois vu le genre de situations délicate qui circule dans ce type de club. Je me savait doté d'une mémoire assez performante quand il s'agissait de mes patients, il suffisait de me donner une photo, ou juste un nom pour que je puisse récité les grandes lignes de leurs dossier médical. Un médecin consciencieux en sommes. Enfin bref, j'étais persuadé que ce n'était pas l'un de mes patients, mais où avais-je le voir ? Aux informations peut être, lors du reportage sur le retours des rescapés ? Non, c'est idiot parce que lui, ne m'aurait jamais vu, or, il semblait avoir cette même impression de « déjà vu » . J'ai prit sur moi pour avoir un air détaché et pour ne pas le regarder avec tout le gêne qu'il m'inspirait dans une tenue, et avec une attitude pareille, et j'ai répondu :

- Je ne pense pas, non. Je ne suis pas réellement un habitué de ce genre de... Lieu. Mais plutôt des longs couloirs d’hôpital. Désolé.


Pourquoi m'excusais-je au juste ? Là encore je n'avais pas la moindre idée ! Après tout, je n'étais pas responsable de l'état de ce jeune homme, ce n'était sûrement pas ma faute si il avait l'esprit trop embrumé pour voir que je n'étais pas le genre à fréquenter ces lieux autrement que par pu hasard.


FICHE PAR STILLNOTGINGER.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Connor-Néoh McMillan "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : Cameron Monaghan × Nombre de messages : 2329 × Age du perso : 21 ans × Job : étudiant bien sage, ou pas trop. × Côté love : tu l'sens, que je suis totalement à fond ? et puis que j'me fais arnaquer ? il faut croire que c'est l'histoire de ma vie.


Message(#) Sujet: Re: Divergence d'opinions.. Lun 2 Nov - 4:33

Divergences d'opinion.
Thobias Colt-Delfort & Connor-Néoh McMillan
Je le regarde ce type, avec son air un peu snob, il semble bien de ceux qui se donnent un genre. A moins qu'il soit vraiment du genre. J'en sais rien. Ce moment fait partie de ceux où je ne sais plus rien. Qui n'est pas un – très – proche perd son identité à mes yeux. Je ne suis plus qu'une des poupées de ce club, je suis une marchandise qu'on expose. Au nom de l'art, l'art de mon cul sur une estrade, mon fessier moulé dans un short restant avec peine dans la notion de « décence ». Au nom de la lubricité, la lubricité dans ces yeux qui me fixent avec appétit, les yeux de ces mecs qui me donnent cette impression qu'ils vont me gober tout entier sans prévenir. Dans leurs rêves je suis la sale pute. Dans les yeux de celui que j'aime aussi, et ça c'est triste. Alors les mélanges chimiques m'aident à tenir. A moins penser ou du moins à ne plus pouvoir fixer le fil de mes pensées. Je ne peux pas arrêter. Il faut des thunes pour vivre, et je ne suis bon qu'à ça. Je suis un bon à rien. La cause perdue, l'âme égarée qui a oublié d'être raisonnable. Ça fait bien longtemps que mes études ne ressemble plus qu'à un pauvre loisir, un passe-temps inutile auquel je consacre de moins en moins de temps. L'horizon d'un avenir convenable s'éloigne. Je suis coincé. Je me suis piégé, tout seul, comme un grand.
Comme un pigeon.
Comme un con.

Je le regardait, ce mec, avec son air de déjà-vu et son verre de vin qui détonne avec les habituels whisky et autres alcools type « j'essaye de montrer ma testostérone pour pas faire trop pédé ». Son regard est fuyant ; il est différent. Et ses paroles me semblent vexantes. J'ai froncé les sourcils, c'était sûrement pas son but de se montrer vexant, mais alors pourquoi il s'excuse, hein ? Mes doigts tapotant la table, hyperactivité difficilement contenue.

J'ouvre la bouche : « J'ai une vie en dehors d'ici. »

Il avait parlé comme si je n'existais pas ailleurs que dans ce club à l'ambiance sulfureuse. Je lui ai juste demandé si on s'était déjà croisés. Pourquoi ça serait ici ? Pourquoi ça ne pourrait pas être ailleurs ? Pas dans ce bar, pas dans son hôpital. Ailleurs. Parce qu'il faut bien se souvenir qu'il y a une vie hors du travail. Il n'y a pas que le taf, et c'est bien heureusement.
En fait, je sais pas toujours si c'est vraiment « bien heureusement ».
Peu importe la boucle dans laquelle on peut vivre, peu importe la routine installée – mon taf particulier ne suffit pas à en sortir – y'a d'autres choses dans la vie. D'autres lieux, d'autres instants, d'autres gens. Pas que les clients, pas que les patients. Alors pourquoi tout ramener au boulot immédiatement, hein ? Tu vas me dire ?

J'ai dit : « Y'a d'autres endroits où on aurait pu se croiser, j'existe pas qu'ici. Vous n'existez pas que dans les longs couloirs d'hôpital. »

Je sais pas pourquoi je prends la peine de parler autant. Pourquoi faire une si longue phrase alors que ma cervelle est en fonte. Mes ongles frôlent la surface vernie, j'ai le vertige un instant, comme si mon âme essayait d'échapper à mon corps. Comme si elle me disait littéralement d'aller me faire foutre. Mais je m'accroche à elle. Il faut bien que je reste debout. Il y a encore des heures à passer avant d'aller me vautrer quelque part ; dans mon lit de préférence.
Non, ma préférence n'est pas vraiment là. Elle est dans un lit, mais tout autre que le mien.

Mon sourire est un peu morne, la tristesse qui tente joyeusement de s'emparer de moi. Mais c'est pas une bonne idée. C'est définitivement la pire idée du monde.
On ne pense pas.
On ne réfléchit pas.
Pourquoi je suis encore là ?

Ma peau est pâle sous le fard sombre qui entoure mes yeux. Ça cache les cernes. Ça fait bander les pédérastes. Je suis fatigué, j'ai peur de la descente. Je suis éreinté, je veux pas me fracasser.

Je ne sais plus quoi faire de mes doigts. Je ne sais plus quoi faire de mes ongles.

J'ai dit : « J'ai vu votre regard insistant, tout à l'heure. »
Ma propre voix me semble presque lointaine : « Et maintenant vous n'osez même pas me regarder en face. »
J'ai demandé : « Quel genre d'homme êtes vous ? »

Parler me maintient parfaitement en éveil puisque je ne bouge pas. Il m'a rien demandé, j'aurais pu le laisser là en plan et retourner à mes affaires. Je sais pas pourquoi je reste là, avec lui, si ça se trouve je l'emmerde plus qu'autre chose. Si ça se trouve je le dérange carrément. Ce qui me pousse à rester là ? Je ne sais pas, il attise mon intérêt, ma curiosité. Peut-être ce qu'il dégage. Peut-être lee hasard.
Peut-être le délire des miettes pourries de mon cerveau.

Je mordille ma lèvre inférieure.
Vous avez vu ma raison ?

Elle est un peu là : « J'vais vous laisser tranquille. »

Elle est encore un peu là ; je me redresse avec l'intention de m'éloigner.
© 2981 12289 0 - 961 MOTS


I was running in circles,
I hurt myself,
Just to find my purpose.
Everything was so worthless,
I didn't deserve this,
But to me you were perfect.

#McMinaill ♦ #TeamEnfoirés ♦ #Lockonnor
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Divergence d'opinions.. Dim 29 Nov - 12:37

Divergence d'opinions..

Connor McMILLAN & Thobias COLT-DELFORD


Thobias ne savait pas tellement pourquoi, mais il n'avait pas pu s’empêcher de sourire.lorsqu'il entendit la réplique du jeune homme. Certes il avait eu un regard quelque peu insistant durant un instant, mais ça n'avait été en aucun cas pour le voir rappliquer ici, près de lui, trop près. En effet le médecin se sentait très embarrassé par la situation, devait il faire comme tout les autres présents ici et laisser courir ses yeux sur le corps de l'inconnu, ou bien, devait il juste, regarder ailleurs ? Il
répondit avec un peu plus de hargne et de morosité dans la voix qu'il l'aurait voulu. Décidément, ce n’était vraiment pas une bonne journée.

« Parce que avec tout ce que tu as ingurgité tu arrives encore a voir autre chose que le bout de tes pieds ? Tu m'en voudra pas si j'te tutoie hein, mais je t'avoue que j'ai du mal a avoir un tant soit peu de respect pour un homme qui se balade presque nue dans un club et qui agit comme si il n'était rien d'autre qu'un vulgaire morceau de viande sur une étale de boucherie. Tu dis avoir une vie en dehors ce club, et moi je dis qu'elle doit être bien triste pour que tu en sois arrivée la. Tu dois être a peine plus vieux que ma sœur cadette et pourtant ton visage est déjà marqué par les années. Je pense que tout ça, c'est pas la vie dont tu rêvais, et il serait peut être temps que tu te secoue pour obtenir ce que tu souhaites, vraiment.  Et pour répondre a ta question, je suis le genre d'homme qui a des principes, qui se respecte, et fait de son mieux pour offrir ce même respect a ceux qu'il côtoie. Je suis le genre d'homme qui aide les gens, parce que je suis un chirurgien, un bon chirurgien. Mais toi, qu'est ce que tu es? C'est ça la vraie question. »

Thobias avait reprit son verre de vin dans un geste désinvolte afin d'en boire une gorgée, et il regarda ce pauvre gosse qui à l'air totalement paumé, totalement dépassé par la vie et ses événements. Mais qu’après tout, que pouvait il faire pour l'aider, il n’était que chirurgien, l'un des meilleurs dans sa spécialité certes, mais il n’était pas assistante sociale ou psychologue. Il fronça les yeux quand il vit que le jeune gogo-danseurs commençait à retrouver un semblant de lucidité et qu'il s'éloignait. Thobias cherchait une façon de le retenir, c'est pour cela que dans un geste totalement irréfléchi, il sortit son porte feuille et glissa donc un billet de 20$ dans le caleçon bleu nuit du jeune homme.

« Non. J'ai payé pour ta présence, alors j'ai bien l'impression que tu vas devoir rester un peu plus longtemps. »

Voilà que maintenant il se conduisait comme ces gens qu'ils méprisaient quelques instant plus-tôt. Ces derniers temps, il était comme une vraie girouette, il disait non et pensait oui, ou bien l'inverse. Cela devait surement être la conséquence de l'arrêt de son traitement. Toujours est il qu'il toisa le jeune homme dont il ignorait encore le nom, et lui tendit la main, en tout bien tout honneur, il essayait de devenir le mec bien qu'il avait prétendu être quelques instants plus tôt. Thobias toussota légèrement, avant de prononcer de manière un peu trop formelle pour le lieu :

« Colt-Delford. Thobias Colt-Delford. Et tu es.. ? »

NOMBRE DE CARACTÈRES : 2564 × NOMBRE DE MOTS : 620.
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: Divergence d'opinions..

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-