avatar
» Adeona-Maely S. Azalaïs "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : Deborah Ann Woll × Nombre de messages : 375 × Age du perso : vingt-six ans × Job : Chaman et guérisseuse. × Côté love : loading


Message(#) Sujet: ♥ Love is here, i'll cupid you ♥ Daryl & Adeona ♥ Lun 24 Aoû - 20:35


   
Adeona & Daryl
   
   
One look in your eyes was enough to love you
   
Le jour venait de se lever, le soleil portait sa plus belle couleur, ses rayonnements ornaient à merveille les branches des arbres. L'île se réveilla doucement, mes paupières s'ouvrirent à leurs tours; réchauffées tendrement par la chaleur du soleil. Le chant des oiseaux annonça que la journée avait débutée. Une magnifique journée de plus. Je suis impatiente de voir ce que je vais encore découvrir aujourd'hui. Il ne se passe pas une seule journée où je découvre de nouvelles choses sur la vie des naufragés. Certes je ne passe pas mes journées à les observer non plus, je passe du temps avec mes sœurs également, sinon je risque d'être exclue de la tribu. Je ne veux pas de ça, elles restent mes sœurs, ma famille. Et je suis assez maline pour ne pas me faire attraper. Pour ce faire, je ne pars jamais plus de deux heures en dehors de la tribu. Mon poste de chasseuse et d'espionne me permet des déplacements exceptionnels. J'essaie tout simplement de ne pas trop en abuser. Après avoir mis un pas en dehors de ma hutte je salue mes sœurs et me dirige vers le feu de camp pour grignoter deux trois trucs avant d'aller me laver. Une fois les chants des oiseaux finis, toute la tribu s'est réveillée. Chaque amazone effectuent les tâches qu'elles doivent faire. C'est une vraie petite usine, nous prenons quand même du temps pour nous détendre et passer du temps toute ensemble; Mais aujourd'hui c'est jour de chasse, cela signifie que je vais avoir le droit à ma petite balade sur l'île. Trouver les proies que je vais tuer ne prendra pas beaucoup de temps, je chasse depuis que je marche. Il me restera une heure et demi d'exploration. Après avoir finis ma toilette je pars vérifier le stock de nourriture en résèrve, afin de calculer le nombre de gibier que je dois ramener. Le vent se leva doucement à l'intérieur de la tribu. Le soleil atteindra bientôt son point culminant, il sera bientôt 11h. Quant à la température, elle n'est pas à son point culminant, il fera très chaud aujourd'hui.

Arc en main, carquois sur le dos je suis équipée pour partir chasser le gibier. Je pars notifier la chef de mon absence et embarque juste avant de partir un sac qui me permettra de mettre le gibier à l'intérieur. Une fois sortie de la caverne, je débouche par la forêt sauvage et suit les rives du fleuves afin de m'orienter vers le Nord de l'île. Le trajet sera long, mais c'est dans ces zones que les animaux vivent. S'il y a bien une chose que j'adore avant tout c'est de pouvoir respirer l'air frais de l'île. Dans notre caverne nous sommes privées de cet air frais, même si l'endroit est sur, je regrette de ne pas pouvoir vivre dans la forêt. La nature nous y sommes tant connectées et pourtant certaines de mes sœurs n'ont pas le droit de mettre un pied en dehors de la caverne, je trouve ça injuste, nous sommes les filles de l'île. Nous devrions avoir le droit d'explorer la terre de notre mère. Mais la chef en a décidé autrement. Depuis l'arrivée des naufragés tout à changé. Heureusement qu'il me reste la chasse pour pouvoir me changer les idées. Après un quart d'heure de marche j'arrivais presque à destination. Je commençais déjà à repérer des proies au loin. Tout en préparant mon arc, je peu identifier le type de gibier : un cochon sauvage; Ça fera du stock en plus pour la semaine. Mes sœurs seront contentes. La flèche se planta pile dans la carotide de l'animal. Je couru à pas de loup vers l'animal blessé, il était déjà mort, il n'a pas beaucoup souffert. Je remercia Melonya, l'esprit des animaux pour son sacrifice; « Melonya, toi qui nous nourries d'une partie de toi-même, accepte mes humbles excuses pour ce que je viens de faire, et mes remerciements pour ce que tu nous sacrifies. Je t'admire et te vénère pour tout ce que tu fais pour la vie des bêtes, comme la notre. » Une fois la prière faites je déposa un baiser sur la tempe du cochon, puis je retira ma flèche tout en essayant de ne pas me tâcher de sang. Le cochon n'était pas encore adulte, il rentra donc dans mon sac, ensuite je réussi à abattre trois autres proies, c'était des lapins. Je les accrocha à mon sac également. Je me dirigea vers une un tronc d'arbre, c'est ma cachette personnelle, j'y glissa à l'intérieur mon sac avec le gibier que je venais de chasser. Une fois cela fait, je partit de nouveau en direction du Nord. La balade allait enfin commencée.

Une dizaine de minutes plus tard, j’aperçus la  plage, non loin de là se trouvait le campement des Kappas. Je m'y étais déjà rendue à plusieurs reprise. Mais ça personne ne le sait. Je n'avais pas envie d'aller chez les Kappas aujourd'hui, de plus ma tribu n'est pas aimée de tout le monde. Nous sommes des sauvages pour certains. Je décide donc de continuer plus loin, je n'étais jamais allée jusqu'à l'autre bout de l'île. Tout en m'éloignant de la clairière et du camp des Kappas j'entendis soudainement des voix d'hommes. Il y aurait-t-il un autre campement de naufragés par ici ? Je m'approche doucement, tout en restant sur mes gardes on ne sait jamais. J'escalade un arbre pour avoir une meilleure vue d'ensemble. Une fois assise sur une branche porteuse je vis enfin les voix que j'avais entendues. C'était des hommes, uniquement des hommes. Pas une seule femme. Ils étaient vêtus de vêtement de guerre, certains avaient des armes mystérieuse dans les mains. Je viens de trouver le campement des militaires. On m'en avait parlé vaguement, notre chef nous dit tout le temps de se méfier de ces hommes de guerres. Ces hommes monstrueux qui avaient kidnappés une de nos sœurs; Laïla. Ce sont les premiers à nous avoir trouvés. À nous avoir exposés aux autres naufragés. Pourtant ils n'ont pas l'air si différent de nous, je n'ai jamais compris cette haine envers ces hommes, j'ai toujours voulu savoir pourquoi on ne pouvait pas vivre avec eux. Mais à chaque fois on me répondait qu'ils avaient amenés la mort. Les seuls qui ont apportés la mort sur cette île, ce sont les hostiles, mais certainement pas les hommes que je suis en train de regarder. Perchée sur mon arbre, je pensais que j'étais à l'abri des regards, mais visiblement je m'étais trompé, car quelqu'un était en train de m'observer à ce moment même. je ne le vis qu'au bout de 5 minutes. Il me regarde droit dans les yeux, lui aussi vient de me voir pour la première fois. Je ne savais pas comment réagir, sur le coup je ne bougea pas d'un pouce, puis au bout de quelques secondes je descendis aussi vite que possible de l'arbre. Il pouvait très bien prévenir les gens de son camp de ma présence. Et si les histoires qu'ont m'avait comptées était vraies ? Et s'ils allaient me tuer ? Pourtant je n'entendis aucun cris d'alarme, je ne vis aucune personne venir me chercher. Cachée derrière mon arbre je me tourna tout doucement pour regarder vers l'entrée du camp. Il s'y trouvait, tout en continuant de m'observer. Son regard était attendrissant, que me voulait-il ? Qui était-il ? Je ne pu m'empêcher de le regarder, puis quelques minutes après; Je de déguerpis aussi vite que possible. Je ne devais pas rester ici, et puis de toute façon il était temps de rentrer à la caverne, mes sœurs pourraient s'inquiéter de mon absence prolongée. 

1382 mots


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   









LIÉES PAR LE SANG:
 



Dernière édition par Adeona-Maely S. Azalaïs le Lun 31 Aoû - 23:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Daryl-Anderson Nas Smith "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : joseph gordon-levitt × Nombre de messages : 714 × Age du perso : 39 bougies et de la fumée... × Job : il est cuisinier et lieutenant × Côté love : l'amour a des cheveux de feu...


Message(#) Sujet: Re: ♥ Love is here, i'll cupid you ♥ Daryl & Adeona ♥ Jeu 27 Aoû - 1:04

love is here, i'll cupid you
daryladeona ♡

love is not blind, it sees but it doesn't mind. ✻✻✻ Tes nuits étaient de plus en plus sombre et courtes. Le sommeil s'était enfuit aussi loin qu'il le pouvait pour qu'y accéder soit impossible. Tu ne pouvais respirer proprement, tu avais de grande sueur froide et des cauchemars à en plus finir, mais entre ses nuits où tu te roulais sans cesse et le jour rempli de mouvements et de stresse, tu pouvais admirer le lever du soleil, un point positif que tu n'avais pu contempler avant ce matin. Le soleil se mariait parfaitement avec les vagues qui dansait. Jamais depuis ton arrivé tu avais pu profiter de cette magnifique vu, sans oublier le vent frais qui venait avec cette beauté. Le bleu de l'eau clair devenait d'un orange étincelant, parfois même en rose. Ses couleurs te réchauffa rapidement et te fit oublier la dure nuit que tu venais de passer. Assis près de la sortie de la planque, les bras croisé autour des genoux, tu pouvais facilement vide tes pensées, personne ne pouvait entendre, surtout si tu murmurais. Tu te plaignais sans aucun filtre, sur ce que tu détestais, puisque tu avais comme habitude de ne dire mots devant les autres rescapés. Cette manie de gardé pour toi tout ce que tu penses venait de très loin, puisqu'étant très jeune, les paroles dépassent souvent la pensée. Eh bien, cette journée là ta voisine avait envoyé son grand frère pour te démolir. « Tu parles trop, tu m'énerves, dégage. » Tu te souvenus de lui avoir balancé. Elle était cette petite fille qui voulait trop avec toi et qui voulait que tu lui disses que tu l'aimes, mais si tu disais un mot déplacé, s'était son frère qui s'occupait de ton cas. Tu souriais un peu à cette pensée. Tu étais si petit, maigrichon dans ce temps là. Rien n'était facile.

Tôt ce matin, une rencontre était de mise. Quelques-uns d'entre vous, les militaires, s'étaient réunis pour discuter. Que vous étiez kappa ou bien lambda, il était clair pour la majorité d'entre vous que tout ce cirque devait s'arrêter. Ces kidnappages, cette violence, ainsi que toute cette crainte vous touchaient et vous affectaient de plus en plus. Bien que la conversation était déjà commencé, tu savais que tout ce blabla n'irait pas bien loin. Toujours le même refrain était à votre porté, protection, déplacement et attaque. Cependant, rien de tout ça te semblait correcte. Cette combinaison, ne te semblait pas la tactique favorable pour reprendre le contrôle, toutefois n'ayant pas de plan concret il te valait mieux d'accepter ce genre de combinaison trop prévisible que de te faire passer pour un fou ou même un traite, essayant de laisser les autres clans reprendre le dessus. Le point positif était que vous les militaires étaient plutôt bien armé, pour ceux qui n'avait pas perdu leur arme à la mer, et que vous étiez spécialement entraîné pour des situation de chaos. Après avoir approuvé la manœuvre quelques-uns partirent reprendre leur tâche et certain resta pour discuter de tout et de rien. Tu t'étais installer sur un arbre, le dos collé à ce dernier et tu écoutais vaguement la conversation en observant au alentour. Tu fis un sourire de temps à autre dut au choix de sujet que tes compagnons avaient fait. Tu aimais ses moments de retrouvailles plus que tout, sans tracas. Par fois à la planque et d'autres fois au bar, rare sont ses moments entre mecs puisque la situation n'était pas favorable à des moments comme ceux-ci. Même que certain d'entre vous était encore sous captivité. Mais aucun d'entre vous ne voulait prendre le risque d'aller les délivré sur un coup de tête parce que celles qui les retenaient étaient redoutables. Jamais tu n'avais vu des femmes avec une si grande force. Ses sauvageonnes étaient des adversaires de taille pour des hommes. « Ferme-la, tu ris trop fort » avais-tu marmonné à l'un d'entre eux. Tu le regardas du coin de l'œil avec un petit sourire malin, mais pas méchant. Il savait très bien pourquoi tu lui avais balancer ses mots et baissa le volume aussitôt. Tu n'étais peut-être qu'un simple chef sur la flotte, mais tous les soldats savaient que tu était le plus sage de tous.

Quelques instants après cette petite intervention, quelque chose, plutôt quelqu'un avait attiré ton attention. Non loin du campement, elle avait aisément grimpé dans cette arbre, tu étais impressionné. Jamais tu n'avais vu un rescapé faire une telle chose. Elle semblait si agile, personne ne l'avait remarqué sauf toi, tu l'admirais sans vraiment le savoir. Tu ne voulais pas que les autres la repère, de peur qu'elle ne s'enfuit. Ton regard était en extase devant cette demoiselle. Cette chevelure, elle brillait de loin grâce au soleil dont ses rayons s'infiltraient entre les feuilles de l'arbre. Ton cœur s'emballa de plus en plus, sans savoir ce qui t'arrivait, ton regard ne la quittait pas même pour un seconde. Tu la trouvais si belle, plus belle encore que le lever du soleil que tu avais contemplé plus tôt. Elle semblait regarder en ta direction, elle paraissait très curieuse. Vos yeux se sont croisés et puis pendant quelques secondes à peine, tu avais le bonheur de la fixer droit dans les yeux. Elle ne réagissait point, tu souris faiblement, un petit sourire charmeur. Ne sachant pas si elle l'avait aperçu, tu ne quittas toujours pas des yeux. Cependant, ce petit coup de foudre s'arrêta net lorsque la demoiselle descendit de son arbre. Inquiet de ce qui pouvait bien lui avoir fait peur comme ça, tu cherchas la source, voyant rien d'alarmant. Tu l'as regarda partir, tu la cherchais de temps à autre pour voir à quelle profondeur elle était maintenant. Loin dans la forêt, elle disparu. Tu étais déçu, déçu de toi bien sûr. N'ayant pas bougé d'un poil, une action, allais-tu la revoir un jour. Cette si jolie dame au cheveux de feu. Ton cœur tambourinait encore, aussi fort que lorsque tu avais croisé ses perles. Étais-tu tombé sous le charme de cette belle rousse ? Tu t'imaginais en la retrouvant tout près de toi, c'est ce qui faisait courir autant la patate qui te servait de cœur. Tu te devais de la retrouver, puisque tu savais très bien que tes nuits allaient devenir de plus en plus courte sans savoir qui elle était vraiment. Tu retournas à la conversation, mais tes pensées prenaient beaucoup plus de place que tu ne le pouvais l'imaginer. « merde » dis-tu à voix haute.



✻✻✻
1 076 mots
CODES © LITTLE WOLF.


Spoiler:
 


I AM STRONG ENOUGH


© anaëlle.




Dernière édition par Daryl-Anderson N. Smith le Jeu 26 Nov - 0:51, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Adeona-Maely S. Azalaïs "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : Deborah Ann Woll × Nombre de messages : 375 × Age du perso : vingt-six ans × Job : Chaman et guérisseuse. × Côté love : loading


Message(#) Sujet: Re: ♥ Love is here, i'll cupid you ♥ Daryl & Adeona ♥ Mar 1 Sep - 1:35


   
Adeona & Daryl
   
   
One look in your eyes was enough to love you
   
Après mon excursion prolongée, je suis rentrée à la tribu toute affolée. Je ne comprends pas vraiment ce qu'il s'est passé, j'ai découvert le campement des militaires, mais j'ai aussi découvert cet homme. C'est étrange, je ne pensais pas être aussi perturbée à cause d'un homme. Je n'ai cessé de penser à son visage, à son regard sur le chemin du retour. Comment est-ce possible ? J'ai envie d'en savoir plus sur les militaires. Mais il ne faut pas que je parle de ma petite découverte à mes sœurs, je risque de m'attirer de gros ennuis sinon. Je préfère jouer la carte de la discrétion et réfléchir à tout ça en solitaire. Une fois arrivée à la grotte je suis restée discrète, j'ai remis le gibier que je venais de chasser dans la réserve. Personne ne m'a fait de réflexion mise à part me féliciter pour ce que je venais de ramener à la tribu. Je salua quelques sœurs au passage et erra un petit peu au sein de la grotte avant de retourner dans ma hutte. Une fois assise au calme sur mon lit, je pris le temps de réfléchir à l'état de la situation. Jamais je ne m'étais retrouvé dans de tels état émotionnel. Que m'arrive-t-il ? Pourquoi ai-je envie d'aller retourner observer ce militaire ? Je ne le connais même pas c'est absurde ! Ça me paraît absurde. Je n'étais jamais restée aussi longtemps en dehors de mon camp, je n'ai pas vu le temps passer, j'aurais du faire plus attention. Il faut que je me ressaisisse. Je ne peu pas laisser mes émotions prendre le contrôle. Ce n'est pas ce que mes sœurs voudraient. Mais qu'est ce que je voudrais ? Je sais que je veux revoir cet homme, cet étranger. Au fond de moi je le veux, mon cœur me le dis. Je vais prendre le temps d'y réfléchir, malheureusement ce n'est pas comme si je pouvait sortir du camp à ma guise. Ce soir je suis de garde, je prendrais le soin d'y réfléchir. Je sortit de ma hutte et me dirigea vers le centre de la grotte. J'y rejoignas quelques une de mes sœurs et participa aux tâches quotidiennes.

 La journée s'éteignait doucement, la faune redevint silencieuse assez rapidement. Les torches de la grotte s'allumèrent et l'heure du repas sonna plus rapidement que je ne le pensais. Je m'occupa d'allumer les feux, une tâche que je fais presque tout les soirs. Parfois je m'occupe de cuir la viande. Mais la plupart du temps je m'occupe d'entretenir notre garde manger, je suis une chasseuse mais je dois m'occuper du gibier également. Une fois toutes les sœurs réunis, je m'installa à côté d'Aïdena. La chaleur du feu me réchauffa, j'adore cette sensation, sentir l'odeur des braise me remonte le moral à chaque fois. Tout en mangeant mon morceau de viande, j'observais le feu. J'eus la vague impression de voir le regard du militaire à travers les flammes. Pourquoi me suivait-il partout ? Je ne comprends décidément pas ce qu'il m'arrive. Je redescendis très vite de mon nuage et participa un peu à la vie commune de ma tribu. Une fois le repas terminé, je rejoignis l'entrée de la grotte et pris mon poste de garde. La nuit allait être longue. J'arrivais à peine à me concentrer sur mon boulot. Je ne cessais de penser à lui. Il faut que je me le sorte de la tête ! Je ne sais pas ce qu'il m'arrive. Le temps de garde parus beaucoup plus long que d'habitude, mais lorsque je fis enfin relever de mon post, je venais de prendre une importante décision. Demain j'allais retourner au camp des militaires. C'est plus fort que moi, mais je sens qu'il faut que j'y aille. Je décide pour une fois d'écouter mon cœur et d'aller retrouver cet homme qui me hante les esprits. La nuit fût courte et agitée. J'ai fais des rêves étranges, ce n'est plus très claire dans ma tête mais ça avait certainement un rapport avec cet homme. Je préparais mes affaires calmement. Je dois me faire discrète ce matin, si une de mes sœurs me voient je risque d'être bannie. Ce n'est pas vraiment ce que je veux pour le moment. Une fois sortie de ma hutte, j'attrapa mon sac et me dirigea vers le fond de la grotte. J'emprunta un chemin que j'étais seule à connaître. Il suffit de déplacer un rocher et comme par magie un petit sentier apparait derrière. Je m'y glissa discrètement, tout en replaçant le rocher derrière moi. Personne ne m'avait entendu ni vu, je commença donc à marcher vers le nord, en direction du camp des militaires. Étrangement le trajet fût plus court que la première fois. Très vite je me retrouvais devant leur camp. C'était à la fois, irréel et étrange de me retrouver à nouveau près de ce camp que je n'avais jamais vu auparavant. Je monta discrètement sur le même arbre qu'hier, j’aperçus seulement quelques militaires, tous n'étaient pas réveillés visiblement. Je ne pouvais trouver celui qui m'intéressais. Je descendis de l'arbre et essaye de m'approcher de l'entrer du camp. En me faufilant derrière un arbre, plus proche cette fois-ci. J'escaladai à nouveau pour avoir une meilleure vue. Je m'arrêtas à la première branche. Mes yeux bleus scrutaient le camp entier à la recherche de cet étranger. Mais toujours rien, cependant je resta ainsi pendant quelques minutes. Je n'étais pas venue pour rien, il me fallait des réponses. Le voir pourrait peut-être m'aider à comprendre ce que je ressens. Quelques minutes plus tard, alors que je reposais ma joue sur le tronc d'arbre, je vis une tête brune traverser le camp, elle se dirigea vers une sorte de bassine et se lava rapidement. Il est réveillé. Enfin. Tout en me redressant je ne le quittais pas des yeux. Si seulement je pouvais descendre de cet arbre et aller lui parler. Je veux savoir qui il est. Et pourquoi je ne cesse de penser à lui !

1097 mots


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   









LIÉES PAR LE SANG:
 



Dernière édition par Adeona-Maely S. Azalaïs le Lun 7 Déc - 10:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Daryl-Anderson Nas Smith "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : joseph gordon-levitt × Nombre de messages : 714 × Age du perso : 39 bougies et de la fumée... × Job : il est cuisinier et lieutenant × Côté love : l'amour a des cheveux de feu...


Message(#) Sujet: Re: ♥ Love is here, i'll cupid you ♥ Daryl & Adeona ♥ Jeu 26 Nov - 4:56

love is here, i'll cupid you
daryladeona ♡

love is not blind, it sees but it doesn't mind. ✻✻✻ Tu ne pouvais pas te dire le contraire, tu l'avais eu dans l'œil. Elle t'avais frapper aussi fort que tu frappes une balle de baseball pour faire un home run afin d'avoir le point gagnant. Toute la journée, tu n'avais que son jolie visage en tête. Qui était cette jeune femme ? Quel genre de femme pouvait grimper aussi agilement à cette arbre comme elle l'avait fait ? Tu ne l'avais pourtant jamais, ça tu le sais, puisque tu l'aurais remarquer si tu l'avais croiser. Ses longs cheveux d'un roux aussi éclatant t'aurais fait faire un tour sur toi même et aurais voulu en savoir plus. Comme tu le souhaites énormément depuis la rencontre de ce matin. Et puis pourquoi c'était-elle enfuit aussi subitement ? Qu'est-ce qui l'a fait fuir ou plutôt qui ? Était-ce toi, l'homme qui l'avait regardé un peu trop longtemps ? Sûrement. C'est souvent le cas, les femmes que tu convoites sont souvent celles qui te fuit, alors que tu souhaites les avoir et vice-versa avec les femmes que tu souhaiterais éviter. Cependant, elle aussi avait arrêté son regard sur toi. Vos yeux se sont croisé, enfin tu crois. Tu l'espères. Tu secouas l'œuf qui te sert de crâne afin de reprendre tes esprits. Il te restait encore quelques petites choses à faire aujourd'hui avant de pouvoir retourner au campement. Reconstruire des abris et fabriquer plus d'outils pour certain rescapés. Tu croisas quelques connaissances qui te demandèrent un petit coup de pouce, sans hésiter, tu les aidas. Une fois ton train-train quotidien fait, tu pris un petit détour vers un ruisseau, pour te laver les mains. Il commençait déjà à faire noir, valait mieux pour toi de ne pas traîner. Avec toutes les conneries et les vermines qui trament, c'était pas le moment de te blesser ou pire te faire enlever. « Juste quelques minutes pour qu'elles soient propres » dis-tu à haute voix, en espérant fortement ne pas te faire attaquer par derrière. Au moins, le campement n'était pas trop loin. Tu savais que s'il arrivait quoi que ce soi, tu appelais ceux qui était au camp avec un cri d'alerte et le tour était joué.

La nuit vint à tomber rapidement, pénombre presque total. Un feu au loin semblait apparaître à chacun de tes pas, les crépitements se faisaient aussi de plus en plus fort, des rires et des voix masculines. Touts les signes t'indiquaient que ton campement et tes partenaires de travail n'étaient pas très loin. Un fois arrivé, tu pris place près du feu avec un breuvage fort. Spécial militaire, puisque c'est l'un d'entre vous qui l'avaient concocter, vous aviez rien à fêter en particulier, mais c'était un moment entre vous. Après une longue journée, ça ne se refuse pas. Tu rigolais de temps en temps aux blagues et aux conneries que lançaient tes compagnons, tes frères. Mais ne pouvant le nier, ton cerveau et toutes tes pensées étaient ailleurs. Un vent frais guida ton regard vers cet arbre, celui sur lequel elle s'était posé. Tu pouvais l'imaginer, encore bien posé en te regardant. T'avait-elle envoûté ? Pourquoi pensais-tu à elle aussi profondément ? Tu étais si curieux, aucune femme n'avait eu ton attention auparavant comme elle là aujourd'hui. Non seulement elle avait ton entière concentration, mais allais-tu simplement la revoir, la croiser de nouveau ? Un jour, une semaine, un mois allait peut-être passer avant de entrecroiser sa chevelure de feu dans la forêt. Tu posas une main sur ton front, il était douloureux et commençait à t'élancer. Il était maintenant peut-être l'heure pour toi d'essayer de rattraper des heures de sommeil. Tu te disais ça, mais dans le fond tu savais très bien que dormir t'était impossible. Tu marchas jusqu'à ta tente qui te servait depuis ton arrivée de maison, pour par la suite gagner ton lit. Enfin, ce que tu appelais ton lit. Puisque s'en était pas un, pas comme ceux que tu avais appris à nommer «lit» alors que tu voulais désigner l'endroit où tu dormais, puisque maintenant se n'était que des branches et de vieux vêtements ayant comme couverture un sac de couchage, oui pour toi c'est une bonne base, pour certains c'est une toute autre histoire. Tu rigolas à cette pensé. « Quel enfer pareil, on sait même pas si ils vont revenir nous chercher » lanças-tu en pensant à ceux qui sont parti en paquebot. Tes yeux se fermèrent deux heures après avoir rejoint ta tente. Tu t'étais quelques fois et pensait à la belle rousse, qui était encore sans nom, au moins une heure et demi avant de commencer à essayer de dormir. Ce qui t'avait fait une nuit, plus courte que d'habitude, puisque normalement tu ne penses au sauvetage, alors que là, depuis cette rencontre, tu avais une autre chose à quoi penser, en fait, plutôt une personne. Une femme.

Ton matin fut facile, tu es plutôt un homme matinal, alors que tout le monde était debout depuis quelques minutes déjà tu sortis, simplement. Avec ton chandail sur l'épaule, la brosse à dents et la pâte à dents qu'il te restait depuis ton arrivé sur l'île, dans une mains, puis un chiffon dans l'autre afin de te laver le visage. Tu dis allo à quelques têtes et puis passe directement au bassin, rapidement, tu passes le linge dans l'eau pour ensuite te l'apporter au visage, tu le laisses sur la bordure afin de pouvoir procéder à ton brossage de dents. Alors qu'un pote te dire le bon matin, tu te tournes vers lui. Tu figeas, la brosse sur le bord des lèvres, tu croyais rêver. Tu avais l'aperçue, enfin tu crois, mais en une fraction de seconde elle n'y était plus. Était-ce encore ton imagination qui te jouait des tours ou bien c'était vraiment elle. La dame sans nom de qui tu rêvasses depuis hier, si oui, diable quel chance ! Tu finis alors en rinçant et essuyant ta bouche. Où était-elle partir encore ? Cette fois tu ne pouvais pas la manquer, il te fallait la rattraper, qu'allait-il devenir de tes nuits beaucoup trop courte si tu la laissais partir aussi faiblement, si facilement. Tu te devais de te présenter, de l'admirer de plus près. La mystérieuse demoiselle était non loin derrières ses arbres, laissant tout derrière toi, tu te laissais guider vers où tu l'avais vu la dernière fois, tout en t'assurant que personne te suive. Allais-tu tomber sur elle ? Qu'allais-tu lui dire ? Un côté de toi, celui qui était plus prudent, raisonnable et sage, celui qui est plus ennuyeux en fait, pensa vaguement à un : salut, pourquoi tu nous espionne, c'est pas prudent d'être seule. Alors qu'un autre côté, celui que tu ne connaissais pas encore te disait : Ne la laisse pas partir, cette beauté. Regarde la, protège la. Aime la.



✻✻✻
1 128 mots
CODES © LITTLE WOLF.


Spoiler:
 


I AM STRONG ENOUGH


© anaëlle.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Adeona-Maely S. Azalaïs "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : Deborah Ann Woll × Nombre de messages : 375 × Age du perso : vingt-six ans × Job : Chaman et guérisseuse. × Côté love : loading


Message(#) Sujet: Re: ♥ Love is here, i'll cupid you ♥ Daryl & Adeona ♥ Lun 7 Déc - 12:13


   
Adeona & Daryl
   
   
One look in your eyes was enough to love you
   
Accrochée à l'arbre, je fixais l'entrée du campement. Vais-je pouvoir le voir de plus près cette fois ci ? Tout ceci n'est pas raisonnable, je me met en danger, je suis trop proche de "l'ennemi" et si un autre militaire m'aperçois, lancera-t-il une attaque ? Je ne sais pas, je ne sais plus. Je souhaite tellement le voir, ça me paraît incontrôlable, ce sentiment, cette envie. Que m'arrive-t-il ? La folie diront mes sœurs, ma curiosité est bien trop grande je peu l'admettre. Mais ce genre de situation ne m'est jamais arrivée. Les hommes sont censés être un danger pour nous, pourtant celui-là ne me paraît pas du tout dangereux ou menaçant. Je n'ose pas bouger. Si je m'approche encore un peu je serais devant leurs campement. Non c'est bien trop risqué. Je décida alors de grimper à nouveau sur une branche, afind d'avoir une meilleure vue. Je scruta du regard l'étendu du campement. Je l'ai perdu. Il a disparu. Où est-il allé ? Mes mains sont tremblantes, mon ventre se tord légèrement. Si en plus je tombe malade ce ne sera pas bon pour moi. Je pers espoir, à force de le chercher et de ne pas le trouver je décida donc de rebrousser chemin. C'est une cause perdue. Je descendis doucement de la branche pour revenir sur la première, je glissa le long du tronc le plus délicatement possible afin de ne pas me blesser. Puis une voix. Une deuxième. Des voix proches. Mince m'a-t-on repéré ? Je n'ose plus bouger, je reste là coller au tronc d'arbre, essayant tant bien que mal de me camoufler. Je m'accroupis doucement et j'entendis des pas s'approcher. Le stress monta et mon souffle devint de plus en plus court et saccader. La peur encercle mon corps, pour la première fois depuis longtemps j'ai peur. Je suis allée me frotter de trop près au danger. Les pas passèrent non loin de l'arbre où je me situais pour continuer plus loin. Puis les pas s'arrêtèrent. Je n'entendis plus aucun bruit, c'est étrange. Ma curiosité pris le dessus, je me leva le plus doucement possible afin de voir qui est l'inconnu qui est venu jusqu'ici pour s'arrêter ensuite. Je pencha ensuite ma tête afin de laisser mon œil gauche et d'observer l'étranger. Je n'en cru pas mes yeux. C'était lui, celui dont je rêvais la nuit. Il est venu jusqu'ici et semble chercher quelque chose. Moi peut-être ? M'a-t-il vu ? Je resta stupéfaite et ne bougea pas durant au moins une dizaine de seconde. Qu'est ce que je dois faire. Est ce que je m'approche de lui afin de savoir qui il est et d'observer son visage de plus près, ou bien je reste tapis dans l'ombre à l'observer par peur qu'il m'attaque ?

Je ne sais pas quoi faire face à cet homme. Des frissons parcourent tout mon corps à l'heure actuelle, mon cœur bas à la chamade. Il cherche toujours du regard quelque chose, son regard se dirige vers l'arbre où je me tenais il y a quelques minutes. C'est pour moi qu'il est venu. Je choisis alors de m'avancer doucement vers lui. Oui c'est la décision la plus folle de ma vie. Mais je ne tiens plus en place, je veux savoir qui il est, en apprendre plus sur lui et qui sait peut-être que lui veut me voir à tout prix. Je me redressa alors complètement, lentement cependant. Je fis un pas en avant, quittant le tronc qui me cachait. Puis un deuxième, j'essaye de ne pas faire de bruit, ce n'est pas simple car mon corps tremble et je ne suis plus très sûre de mes mouvements. Puis un craquement parvint depuis mon pied gauche. J'ai marché sur une brindille, je ne l'avais pas vue. Je me trouve à seulement quelques mètres de l'inconnu. Je stoppa net et le vit se tourner vers moi. Je suis tétanisée, impossible de bouger, il me regarde maintenant, droit dans les yeux. Je n'ose lui parler ou bouger. Si bien que je resta immobile attendant qu'il fasse quelque chose. Ma bouche tremble et mes yeux pétillent face à lui. il est…fascinant et remarquablement rassurant. J'ai l'impression qu'il est gentil. Je l'espère sincèrement sinon je risque de me retrouver prisonnière des militaires. Nous restons plantées là durant une bonne minute, puis je bougea légèrement afin de rapprocher mes jambres les unes des autres. Je fais de mon mieux pour ne faire aucun geste brusque, je ne veux pas l'inquiéter. Je toucha ensuite mes cheveux afin de les placer du côté gauche de ma tête. Pourquoi est-ce que je me recoiffe maintenant ? C'est le genre de choses que je ne fais jamais pourtant. Je pris le temps de l'observer, il est grand et robuste, plus âgé que moi certainement. J'observe également des cernes sous ses yeux, lui aussi n'a pas très bien dormi ces dernier temps. Ses yeux sont d'un bruns profonds, ses cheveux sont de la même couleur. Qu'est ce que je peu faire, qu'est ce que je peu lui dire surtout ? Je cherche mes mots, une phrase à dire. Mais rien ne vient. Ma réaction normal serait de partir et de ne rien dire mais j'ai envie de rester, rien que de le regarder me fait du bien, ça me rassure. J'ai tellement pensée à son visage ces derniers jours que je peu enfin le regarder de plus près. Lui aussi me regarde attentivement.


Finalement je me décida à lui parler. Après tout au point où j'en suis je ne risque pas grand chose. Il n'a pas l'air de me vouloir du mal où d'avertir ses compagnons. Et je ne risque pas de partir en courant, du moins pas pour le moment. Ma bouche s'entrouvrit pour laisser échapper ces quelques mots; "Bonjour...je ne veux pas de mal." Je ne savais pas quoi dire donc j'ai dis cette stupide phrase qui ne veut absolument rien dire. Bonjour ? Mon dieu je ne suis plus capable de parler normalement. Par honte de ce que je venais de dire, je décida de ne plus parler avant que lui m'adresse la parole. J'attendis une réaction de sa part tout en ésperant qu'il soit bien attentionné.


1137 mots


(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   









LIÉES PAR LE SANG:
 



Dernière édition par Adeona-Maely S. Azalaïs le Sam 23 Jan - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Daryl-Anderson Nas Smith "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : joseph gordon-levitt × Nombre de messages : 714 × Age du perso : 39 bougies et de la fumée... × Job : il est cuisinier et lieutenant × Côté love : l'amour a des cheveux de feu...


Message(#) Sujet: Re: ♥ Love is here, i'll cupid you ♥ Daryl & Adeona ♥ Ven 15 Jan - 21:29

love is here, i'll cupid you
daryladeona ♡

love is not blind, it sees but it doesn't mind. ✻✻✻ Cherchant où elle aurait pu aller, tu t'étais arrêté. Ton cœur battait de plus belle, t'avait-elle échappé d'entre les mains, tu étais si proche. Tu soupiras, déçu d'avoir passé si proche, de l'avoir manqué de près. Tu réfléchis un peu, repris tes esprits, ce n'était peut-être qu'une illusion. Puisque tu voulais tellement la revoir et que tes heures de sommeil se faisait rare, ton cerveau t'avait peut-être justement fait un mauvais tour. Une vague de sentiments venait de te frapper en plein cœur, déception, colère. Tu ne pouvais pas croire que ça venait de t'arriver. Passer deux fois à côté de la perle rare, c'était impossible d'avoir une aussi grande malchance avec les dames. Alors que tu repartais vers le campement, un bruit se fit entendre derrière toi, un bruit de brindille. En un instant, tous les scénarios possibles te sont venu à l'esprit. Le premier était le pire, mais le plus plausible vu que sur cette maudite il c'est devenu normal ce genre de citation. Elle, la dame sans nom, était peut-être l'ennemie. Elle attendait peut-être le moment propice pour te sauter à la gorge, pour t'enlever ou bien pire encore. Nerveux, tu ne voulais pas te retourner, de peur que le bonheur, la beauté qui hantait tes pensées allait se transformer en ton pire cauchemars. Tu devais te retourner, puisque sans ça tu n'allais jamais le savoir. Tu espérais fortement qu'elle ne t'attendait pas pour avoir ta peau. Lentement, tu fis face au potentiel danger, cependant tu restas surpris. Ce visage doux comme un ange te regardait, elle n'était pas en positif de défense, ce que te fit croire qu'elle n'était pas une menace et qu'elle ne prenait pas non plus dans se sens. La tension descendit d'un cran, afin de laisser place à un début de confiance mutuelle. Elle semblait très calme et faisait attention à ce qu'elle faisait. La demoiselle, puisque tu pouvais voir à ses traits qu'elle était jeune, replaçait ses cheveux. Ses beaux cheveux qui de plus près étaient encore plus splendide. Elle venait de prendre ton cœur en entier. Ses grand yeux bleus te regardaient attentivement, ses lèvres pulpeuses et d'un joli rose se pinçaient quelque fois, peut-être la nervosité. Tout chez elle te captivait, de la tête au pied. Mais maintenant que tu l'avais devant toi, tu figeas. Sans trop savoir comment l'aborder, commencer la conversation sans avoir l'air d'un vrai taré, une nouille, et si ta voix du matin était affreuse, que tu perdais toute tes chances parce que tu n'arrivais pas à placer un mot. Ridicule, voilà comment tu te sentais en ce moment même, mais ce n'était pas évident, devant elle, tu perdais tous tes moyens. Tes sens était tous mélangés et la cause était bien flagrante. Néanmoins, tu ne pouvais pas t'empêcher de l'admirer encore plus. Tes jambes commençaient à trembler légèrement, tu devais dire quelque chose, mais avant même que tu puisses réfléchir aux mots qui aurait pu sortir de ta bouche. Elle fit le premier pas, dit la première phrase. « bonjour... je ne veux pas de mal. » Un cran de moins encore sur le tensiomètre, le stresse venait encore de prendre le bord, l'hypothèse de l'enleveuse d'homme s'effaça plus vite que la lumière. Ce qui te fit sourire, mais pas un sourire joueur, plus celui que l'on fait lors d'un soulagement, puisqu'elle n'était pas, enfin plus une menace. Tes mains était suintantes et tu pouvais sentir la chaleur monter doucement au niveau de tes joues. Tu voulais la rassurer, être au même niveau, sans la faire trop attendre puisque tu risquais de la faire douter si tu ne répondais pas assez rapidement. Tu pris ton courage à deux mains, tu replaça tes épaules droites et te racla la gorge afin d'y laisser passer quelques mots : « Ravie de te rencontrer, moi non plus j'te veux pas de mal. » Toi qui cherchait depuis la première fois que tu l'avais aperçu, un joli prénom qui lui irait parfaitement, il fallait que tu lui demandes afin de pouvoir mettre un nom à cette jolie fleur. Puisque tu croyais pertinemment que connaitre quelqu'un sans même savoir son nom n'était pas vraiment savoir quelqu'un et puis il était clair comme de l'eau de roche que la demoiselle avait un prénom qui lui allait à merveille. Tu te présentas alors en premier. « Mon nom est Daryl »

Des sons de plus en plus bruyants provenant du campement, des rires aussi. Les militaires parlait trop fort, tu avouais que vous étiez très proche du campement et ce à la vue de tous. Et si quelqu'un de mal attentionné venait à comprendre ce qu'il se passait, que tu venais de rencontrer une inconnue, qui prétend ne pas te vouloir de mal. Allaient-ils vouloir entendre ce que tu as à dire, ce que tu penses. Tes compagnons sont imprévisibles et certes tous les scénario était possible. Tu regardas derrière toi rapidement, des hommes s'approchaient. Le premier réflexe que tu eus te surpris grandement, jamais tu n'aurais pensé faire une telle chose, pas à tes frères. L'arbre qui était le plus près te servi de cachette, tu t'étais caché d'eux comme si tu les craignais, mais ce n'était pas tout. Elle, tu l'avais entraîné dans cette cachette, tu avais été rapide, ton cœur battait rapidement sous l'adrénaline, surement. Tu ne pouvais risquer qu'on te la prenne, c'est tout ce que tu avais en tête. Cette demoiselle n'était qu'à quelques cheveux de toi, tu pouvais sentir son souffle sur ton cou. Alors que les voix s'éloignaient, tu repris tes distances. Il faisait chaud, mais tu tentais en vin de garder ton calme devant la belle rousse. Tu n'en revenais pas, tu accotas ta tête sur le tronc d'arbre. Jamais au grand jamais, tu n'avais eu à te cacher des autres depuis tes huit ans de service. Qu'avait-elle provoqué chez toi, pourquoi protégeais-tu une personne que tu venais de rencontrer ? Peut-être que tu te devais de le faire, qu'est-ce que ce nouveau sentiment ? La réalité était frappante, mais tu pensais encore rêver. Puisque si tout ça était vrai, tu le savais depuis la première fois que ton cœur avait chavirer hors du bateau et que le capitaine en avait plus le contrôle.


✻✻✻
1 040 mots
CODES © LITTLE WOLF.


Spoiler:
 


I AM STRONG ENOUGH


© anaëlle.




Dernière édition par Daryl-Anderson Nas Smith le Jeu 7 Juil - 1:25, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Adeona-Maely S. Azalaïs "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : Deborah Ann Woll × Nombre de messages : 375 × Age du perso : vingt-six ans × Job : Chaman et guérisseuse. × Côté love : loading


Message(#) Sujet: Re: ♥ Love is here, i'll cupid you ♥ Daryl & Adeona ♥ Sam 23 Jan - 15:40


   
Adeona & Daryl
   
   
One look in your eyes was enough to love you
   
Debout devant lui, je ne savais pas comment agir ni quoi dire. J'attendais. C'est stupide mais je commença à regretter ce que j'avais dis. Qu'elle idiote, il va peut-être me dire de partir ou bien me menacer. Je ne sais plus et je ne suis plus sûre de quoi que ce soit. Mon cœur bas à la chamade, je ne contrôle pas cette sensation, je suis tétanisée devant l'homme qui se trouve face à moi. Mais il finis par ouvrir sa bouche pour me rassurer et me dire qu'il n'était pas là pour des hostilités. Un grand soulagement envahit mon corps. C'est un poids en moins, je n'étais pas sûre mais j'espèrais qu'il soit gentil et il l'est. Je relâcha doucement la pression tentant de me détendre au mieux que je le pouvais. Cependant je resta immobile, par peur de faire une idiotie ou de paraître maladroite. Je le regarda en détails, depuis le temps que je l'observe je n'ai jamais été aussi proche de lui, je pris donc le temps de l'observer. C'est un bel homme, il est grand et fort. Ses cheveux bruns sont coiffés avec soin, il semble attentif et délicat. Vêtu d'un t-shirt blanc un peu sali et un pantalon spécifique à ses occupations, il dégageait une sorte de charme. Si différent des autres militaires qui peuvent paraître brutaux ou menacants par moment. Soudaine il se présenta et me dis son nom. Daryl. C'est joli et original. Je tâcherais de m'en souvenir même si je sais que je n'oublierais pas ce nom. Peut-être veut-il savoir le mien également. J'étais sur le point d'ouvrir ma bouche pour prononcer mon nom lorsque le bruit du campement devenait de plus en plus fort. Je me tourna alors rapidement pour voir si d'autres militaires étaient sur le point d'approcher, puis je sentis des mains se poser sur mes épaules qui m'attrapèrent. Lorsque je me retourna je vis Daryl m'emmener loin du campement entre quelques arbres. Il se dépêcha de se cacher avec moi. On s'arrêta sur le tronc d'un arbre, j'étais maintenant collé au tronc. Mes yeux ne l'avait pas quitté. En temps normal je me serais débattue ou alors aurait dégagé ses mains, mais là je n'ai rien fais. Et je ne sais pas pourquoi, mon propre comportement m'étonne. J'ail l'impression qu'il ne me veut pas de mal, loin de là. Il veut me protéger. En revanche je ne sais pas ce que je veux de lui, je ne comprends pas ce que je ressens. Mais ce que je sais, c'est que sa présence me rassure. Je suis bien avec lui.

"Je m'appelle Adeona." lui dis-je après quelques minutes de silence. Daryl était encore en train de vérifier si quelqu'un s'approchait en jetant des petits coup d'œil au delà de l'arbre. C'est en le regardant encore une fois que je me rendis compte que nous étions très proche désormais. À seulement quelques centimètres l'un de l'autre. C'est quelques peu étrange, je n'ai jamais eu de contact auparavant avec un homme. Je ne connais pas les facettes du sexe opposé. Mes sœurs m'ont tellement dit de me méfier et m'ont prévenu que les hommes étaient un danger pour nous. Je n'arrive pas à comprendre en quoi ce militaire pourrait être un danger pour moi, certes je ne le connais pas, mais il ne semble pas du tout dangereux. Il n'a lancé aucunes hostilité et est en train de m'aider à me cacher actuellement. Par peur peut-être que les autres l'aperçoivent avec moi. Après tout je fais partie du camp ennemi. Au bout d'un moment il sembla se calmer et me regarda à son tour. Je suis comme hypnotisée, je décida alors de lui parler ; "Je suis désolée de t'avoir observé, je ne devrais pas être autant curieuse." Ces mots ont eu du mal à sortir de ma bouche, je suis tremblotante et j'ai l'impression d'avoir mal au ventre. Je viens de me confier à un étranger. Que m'arrive-t-il ? Je ne comprends pas ce qu'il se passe mais j'ai envie de rester avec lui. Celui que j'observe depuis de nombreux jours. Je veux apprendre à le connaître, à l'apprécier. Je veux savoir d'où il vient et quel est son rôle parmi les militaires. Tant de choses, tant de questions trottent dans ma tête. Je me suis excusée car après tout, nous ne somme pas dans l'endroit le plus sûr pour dicuter, ma curiosité peu m'apporter de nombreux dangers. Mais tant pis je ne regrette pas un seul instant d'être venu à nouveau. J'ai l'occasion de lui parler, de le voir d'être proche de lui. Je veux aussi comprendre ce que je ressens pour lui, ce qui est en train de se créer entre nous deux. Car quelque chose se passe, oui, ça saute aux yeux. Même si je suis aveuglées par mes pensées je peu admettre qu'une amitié n'est pas en train de se créer, non c'est bien plus que cela. Une fois le calme revenue je le regarda à nouveau et lui demanda "Qu'est ce qu'on va faire maintenant ?" Une question simple, mais en vrai je me le demande ; qu'allons nous faire ensemble ? Est ce qu'on va rester ainsi à se regarder dans les yeux ou bien allons nous séparer et nous revoir un autre jour ? Ou bien va-t-on partir dans un lieux plus sûr pour se parler ? Je ne sais vraiment pas comment me comporter avec lui. Je ne sais même plus comment penser.


1014 mots

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   









LIÉES PAR LE SANG:
 



Dernière édition par Adeona-Maely S. Azalaïs le Dim 21 Fév - 16:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Daryl-Anderson Nas Smith "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : joseph gordon-levitt × Nombre de messages : 714 × Age du perso : 39 bougies et de la fumée... × Job : il est cuisinier et lieutenant × Côté love : l'amour a des cheveux de feu...


Message(#) Sujet: Re: ♥ Love is here, i'll cupid you ♥ Daryl & Adeona ♥ Jeu 18 Fév - 9:01

love is here, i'll cupid you
daryladeona ♡

love is not blind, it sees but it doesn't mind. ✻✻✻ C'était comme une mélodie à tes oreilles, tu l'avais prédis que son nom allait de donner la chair de poule tellement qu'il lui allait bien. Malgré le fait que ton attention était porté sur le campement, tu avais pris un moment pour enregistrer son doux prénom. Adeona, adeona. Tu pouvais te le répéter autant de fois qu'il le fallait, mais il te donnait toujours ce petit frisson, qui parcourait ton corps tout entier en un claquement de doigts. Il était doux, exotique et simplement magnifique. Tu avais souvent oublié des noms, sans oublier les visages, mais le sien, il allait te hanter jusqu'à la fin de tes jours. Alors que tu venais de faire un scan des lieux pour être certain de ne pas se faire prendre, ton regard retomba sur la belle rousse. « Adeona » dis-tu en un simple murmure. Tu l'avais enfin, se prénom, tu étais tout à fait ravis de pouvoir finalement associer ce magnifique visage avec un prénom tout aussi magnifique. Ses yeux perçants te regardaient encore, les tiens parcouraient les traits de son visage. Son front, ses joues, son nez pour finir avec sa bouche. Ses lèvres te semblaient si tendre juste parfaites pour t'y pendre aussi longtemps que tu le souhaites. Tu étais clairement envoûté par la demoiselle. « Je suis désolée de t'avoir observé, je ne devrais pas être autant curieuse. » t'avait-elle avoué. C'est clair que la curiosité est un mauvais défaut, mais ce mauvais défaut l'avait mené jusqu'à toi. Bam, vous vous étiez foncé dedans puisque toi aussi t'avais eu la piqûre de la curiosité lorsque tu la vis le première fois sa chevelure rousse. Tu essayais en vint de te racler la gorge afin de pouvoir sortir quelques mots de ta bouche. Une même deux fois, il pensa à ta réponse en bref instant et lui répondit : « Tu n'as pas à t'excuser en fait. Puisque j'ai fait pareille, on est dans le même bateau... » Certainement, puisque vous étiez beaucoup trop près de la planque, tu regardais au loin encore une fois. Il y avait encore quelques militaires sur les lieux, plusieurs ayant qui le camp pour faire le tâche de la journée, il allait bientôt n'avoir que deux trois personnes afin de surveiller la planque, mais comment pouviez-vous simplement bouger sans vous faire remarquer. Tu savais très bien qu'avec Adeona et ses cheveux étincelant, qu'elle n'allait pas passer inaperçu. Les rochers, la cascade ou peut-être aller plus profond dans la forêt, mais cette dernière option était plus risqué que les deux autres. Vous pouviez vous faire prendre par quelqu'un d'autre. La forêt n'était clairement pas l'endroit le plus sécuritaire pour avoir une conversation sans avoir peur de se faire prendre. Tu réfléchissais un peu, regarda de nouveau vers le campement. Peut-être que... oui, ça pourrait peut-être fonctionner, ta tente n'était pas si loin que ça et puis le site est assez grand... tu hésitais encore. C'est alors que la belle rousse te dit : « qu'est-ce qu'on va faire maintenant ? » que tu la regardas. C'était dangereux. Vraiment dangereux, tu pouvais t'imaginer tout ce que ta bande pouvait lui faire ; la capturer, lui retirer des informations et ensuite te bannir de la troupe pour trahison. Non tu me pouvais pas tout risquer, la perdre maintenant te détruirait.

Tu voulais lui parler maintenant, mais c'était évidemment mission impossible. Tu la fixas de nouveau, le sentiment de la laisser te filer d'entre les doigts. Pourquoi ? Pourquoi deviez-vous être ennemi ? Tu ne pouvais que t'en vouloir de penser à la laisser partir, pour la revoir plus tard, mais c'était la meilleure solution non ? Son clan la cherchait peut-être ? Si elles soupçonnaient de quelques choses qu'allaient-elles lui faire ? Trop de question bourdonnait dans ton crâne. Sans réponse concrète, seulement des scénarios, des craintes. Ce qui ne t'était jamais arriver auparavant, Adeona t'affaiblissait. Toi qui trouvait toujours une solution à tout, maintenant tu paniquais intérieurement. Les idées embrouillées par cette rencontre, tu pris un grand respire. « j'veux pas te laisser partir, mais il le faut. On peut s'faire prendre. » tu essuyas tes mains sur ton pantalon subtilement, tu te grattas la nuque timidement. Venais-tu d'avouer que tu aimais ça présence. Avait-elle compris ce que tu venais de lui dire ? Comment ça fonctionne. Jamais une femme t'avait approché d'aussi près, sauf ta mère, ce qui est certainement pas l'même sentiment. Devais-tu conclure un pacte pour qu'elle te revienne ? Tu n'étais pas imbécile, t'as déjà vu des humains interagir c'est juste que jamais tu n'as expérimenté, vécu ce genre de situation. Et puis, elle, elle s'avait comment si prendre ou pas ? « mais si tu pars qu'est-ce qui me dit que l'on se reverra... j'veux dire si quelqu'un le découvrir et te l'interdit. Si tu ne reviens pas, j'pourrais encore moins dormir qu'avant... pas que je penserais à toi, mais quand même. c'est un peu ça. tes cheveux, c'est naturel ? » Dah, certain que c'est naturel, tu veux qu'elle se teigne les cheveux comment, tu parlais pour rien dire. la nervosité prenait le dessus, tu pouvais ressentir la vague que ça créait au fond de toi. tu t'imaginais vous construire un coin, juste pour vous deux, un coin sécuritaire où on pourrait bavarder et se rencontrer sans problème, tu te disais que peu importe où était cet abris secret, si elle était avec toi, elle ne risquerait aucun danger. Même en ce moment même si quelqu'un venait à apparaître, tu la protégerais coûte que coûte. C'est ce que tu voulais, ce que tu souhaitais, qu'elle soit avec toi. Si elle partait maintenant, qu'est-ce qui te garantissait qu'elle était en toute sécurité, elle savait surement se défendre, mais tu n'en savais rien. Tu ne sais rien d'elle, comme elle ne te connait pas.


✻✻✻
917 mots
CODES © LITTLE WOLF.


Spoiler:
 


I AM STRONG ENOUGH


© anaëlle.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Adeona-Maely S. Azalaïs "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : Deborah Ann Woll × Nombre de messages : 375 × Age du perso : vingt-six ans × Job : Chaman et guérisseuse. × Côté love : loading


Message(#) Sujet: Re: ♥ Love is here, i'll cupid you ♥ Daryl & Adeona ♥ Dim 21 Fév - 18:05


   
Adeona & Daryl
   
   
One look in your eyes was enough to love you
   
Son regard posé sur moi m'intrigue mais m'attendrit à la fois. Je ne sais pas pourquoi mais je sens qu'il veut me protéger. J'arrive à lire tout cela dans ses yeux, ses beaux yeux d'un marrons foncé. Son regard est hypnotisant je ne saurais comme le décrire. Mais cet homme n'est pas un danger, il ne représente rien de mauvais. Loin de là. Daryl, son nom résonne dans ma tête, tandis qu'il répète le mien. Comme s'il allait l'oublier dans l'instant. Je ne saurais dire ce qu'il se passe, cette rencontre est si étrange mais à la fois elle semble naturelle, comme si on allait se rencontrer tôt ou tard. Je resta fixée sur son visage, mes yeux parcourant le moindre détail de sa peau, de son sourire. Il est marqué d'une petite cicatrice au menton. Le moindre détail ne m'échappe pas. Il semble bien plus âgé que moi. Je ne fais même pas attention à ce qu'il fait ou bien à ce qu'il me dit. J'ai l'impression d'être sur un petit nuage, que le temps s'est arrêté et qu'il n'y a plus que lui et moi. C'est un sentiment si étrange que je ne saurais décrire. Je ne sais pas si lui aussi vit ce que je suis en train de vivre. Il semble surveiller son campement, je n'y fais pas attention, je n'ai qu'une envie c'est déposer mes mains sur son visage pour pouvoir le toucher. Mais je ne le fais pas, je me retiens car j'ai quand même un petit peu peur. Il est si impressionnant, enfin en tout cas sa présence me fais quelque chose. Je descendis soudainement de mon petit nuage pour me rendre compte de l'ampleur de la situation. Nous sommes toujours caché par cet arbre, proche de l'autre. Daryl ne cesse de surveiller l'entrée du campement. Une question trotte dans ma tête, qu'est ce qu'on va bien pouvoir faire maintenant ? Rester cachés là ? Tout les deux risquant de nous faire repérer par d'autres militaires ? On est pas en sécurité, cela m'attriste car je ne veux pas partir, je ne veux pas le quitter. Je veux rester avec lui, mais je ne pourrais pas. Lui même le dis. Et cela me rassure, il pense comme moi, il ne veut pas me quitter non plus. Un sourire se dessina sur mon visage. Ses mots me réchauffe le cœur, je vais peut-être le revoir alors. Cela me réjouis d'avance mais je ne me fais pas trop d'illusion.

Dire que depuis tout ce temps, à l'observer je suis enfin devant lui. Je n'aurais jamais cru que ce moment allait arriver. Si mes sœurs l'apprennent je risque de ne plus jamais le voir, elles ne vont pas me comprendre elles vont encore me dire que ces hommes sont dangereux, sanguinaires. Mais je ne vois rien de tout cela dans le regard de Daryl. Je ne vois que de la gentillesse, de la compassion et de la tendresse. Il est loin d'être un monstre. Je dis alors ; "Je ne veux pas partir non plus." C'est bien la première fois que je dis ce que je ressens à un inconnu, encore moins à un homme. En temps normal je reste muette, j'observe c'est tout. Je suis plutôt méfiante et froide, mais pas cette fois, je me sens à l'aise en sa compagnie. Car oui mine de rien, je reste une amazone, je vis dans la jungle. Je ne suis pas habituée à leur façon de vivre. Le monde extérieur est une énigme pour moi. D'ailleurs son intérêt pour moi m'étonnes, ses frères m'auraient surement capturé ou je ne sais quoi d'autres. Tué peut-être. Je suis chanceuse d'être tombée sur lui et pas un autre. Qui sait. C'est alors qu'il ouvrit sa bouche pour me parler à nouveau. Ses mots m'envoûtent et à la fois je suis heureuse de l'entendre parler, lui aussi est inquiet, il se demande s'il pourra me revoir. Car c'est vrai que le lieu choisit n'est pas idéal, on est trop visible. On risque de se faire repérer. Il a raison, je vais devoir partir et le retrouver un autre jour. C'est alors qu'il me dit qu'il pensera à moi et s'inquiétera, c'est bien la première fois que l'on me dis ça. Je resta un peu confuse par rapport à sa dernière question. Mes cheveux ? Naturel ? Qu'est ce qu'il veut bien dire par là. Je fûs distraite par cette question et je toucha rapidement mes cheveux pour vérifier je ne sais quoi. Non je n'ai pas compris. Je reporta mon attention sur Daryl. je réfléchis ensuite à une solution. Je pourrais le retrouver au niveau des falaises. J'ai commencé à construire un campement. Ce lieux sera surement plus sécurisant qu'ici. J'ouvris alors ma bouche pour dire ; "Il y a un endroit, près des falaises, j'y ai construit un campement. Il est caché entre les arbres, c'est un endroit sûr, personne ne viens dans ces coins là. On pourrait…se retrouver là-bas." Je ne me rendis pas compte de ce que je venais de dire. Suis-je en train de lui proposer de me revoir ? Je crois bien, c'est bien ce que je lui ai dit. Je veux le revoir c'est certain, lui aussi apparemment. Dans mon campement on sera tranquille et on pourra enfin se parler. Je ne sais pas trop comment cela va se passer, mais j'ai si hâte et je redoute un petit également. Je commence à entendre du bruit qui se rapproche de plus en plus, il faut que je parte. Sinon je risque d'attirer des ennuis à Daryl. Je lui dis une dernière fois ; "Je t'enverrais mon aigle qui t'apportera un message. Je t'attendrais Daryl." Je le regarda une dernière fois droit dans les yeux. Puis je partis en direction de la forêt. Une fois à l'abri je me retourna pour le regarder une dernière fois. J'espère le revoir très vite.

1082 mots

(c) fiche:WILD BIRD, flowers texture: mirandah & gifs:


   









LIÉES PAR LE SANG:
 

Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: ♥ Love is here, i'll cupid you ♥ Daryl & Adeona ♥

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-