avatar
» Silas-Nolhàn Huntington "
❝ Survivor. × Learn to survive this world ♤ ❞

× Ma Célébrité : Jeremy A. White × Nombre de messages : 258 × Age du perso : 22 ans × Job : Etudiant × Côté love : C'est pas sérieux


Message(#) Sujet: I promise, i don’t love you (M&S) Mer 22 Juil - 15:49

I promise, I don’t love you ✩
MAISY & SILAS

Je lui envoie un dixième texto. Putain pourquoi elle répond pas ? Genre je suis pas déjà assez anxieux, de la laisser se balader seule dans New York, elle est pas foutue de répondre à son putain de téléphone ? On dirait qu'elle le fait exprès, de me faire m'inquiéter, on dirait qu'elle a envie de me voir péter un câble. Je sais tellement pas comment garder un œil sur elle, sans trop la surprotéger... C'est comme si on est toujours dans des mondes différents. Ma coloc Colombe a gentiment accepté que Maisy vienne habiter avec nous au début, je lui avais laissé ma chambre à ma frangine, et moi je pionçais sur le canapé du salon. Je veux sans cesse être sûr que May soit bien, je veux tout faire pour elle, être là, à ses petits soins, comme je le faisais avant, au Japon. Sauf que plus rien n'est pareil. Maisy est pire qu'une étrangère ! Dans un sens, c'est pas sa faute, elle a tout oublié quand elle était sur l'île, tout de notre passé, envolé. Et alors, déjà qu'on n'avait pas les mêmes gênes, si on a même plus de souvenirs en commun, qu'est-ce qui ferait encore de moi son grand frère au final ? Je me suis juré de me montrer patient, de lui laisser tout le temps, pour qu'elle puisse s'adapter, reprendre ses marques. Qu'on retrouve des repères, ensemble. Mais c'est pas comme si elle y mettait de la bonne volonté. On a encore du chemin à faire... Pour moi le voyage a déjà été long : quitter le Japon dans la précipitation, atteindre la Californie, seul au monde. Et s'enfuir à New York, tout recommencer. Plus d'un an déjà que je suis dans cette ville. Et je n'oublierais jamais ce moment, où le téléphone a sonné et où on m'a annoncé que May était en vie, et ici, à New York. Je m'étais précipité, je ne savais pas ce qu'elle avait traversé, mais je me disais qu'elle devait avoir hâte de me retrouver, au moins autant que ce que moi j'avais hâte. Mais en fait non. « Amnésie post-traumatique » m'avait expliqué un médecin. Son dernier souvenir remonte au crash de son avion. Tout ce qu'il s'est passé avant, oublié. Ça n'a jamais existé. Je n'ai jamais existé... Je me demande comment elle me voit. Si elle me trouve bizarre, chiant, lourd. Je lui rends peut-être pas la vie facile, à être toujours sur son dos, mais je veux juste savoir comment elle s'en sort. Je suis pas sûr que ça lui fasse plaisir. J'essaye qu'on trouve des trucs, pour trâiner ensemble, pour redevenir complices, mais c'est pas gagné. J'ai pas énormément de loisirs habituellement, je ne sors même pas beaucoup du studio, si ce n'est pour aller errer dans les rues, dans des coins pas très fréquentables, puis à la fac évidemment, le reste du temps. Mais s faire un ciné, rien que tous les deux, ça aurait pu être cool ?

Je lui ai envoyé un onzième sms. « La séance a commencé. Je t'attends. Sil' » La nuit allait pas tarder à tomber. J'étais devant l'entrée du cinoche, mes deux places pré-payées dans la poche, je commençais à bouillir sur place. En soi, j'en avais un peu rien à foutre d'aller voir ce film de zombies débile. Je le faisais pour Maisy. Pour qu'on sorte et qu'on passe un bon moment. Sérieux, je suis si ringard que ça ? J'avais pas envie de m'énerver. Elle s'est peut-être juste paumée dans les transports. Elle a peut-être oublié son portable je ne sais où. Elle a peut-être juste reperdu la mémoire. Non, il n'y a plus de séquelles de son amnésie, normalement. Il faut que j'arrête de lui trouver des excuses. Elle doit simplement penser que je suis ennuyant et elle a zappé notre rendez-vous. Je peux la comprendre... J'ai écrasé la clope que je venais de me griller sur le trottoir. J'ai lâché un soupir. J'ai scruté une nouvelle fois les passants du regard. Puis comme un crétin, je suis rentré dans le ciné et je suis allé mater mon film tout seul. Je suis arrivé en retard dans la salle obscure, mais de toute façon, j'ai rien suivi. J'étais trop occupé à surveiller mon tel toute les trente secondes, voir si jamais j'avais des nouvelles. Au bout d'une heure, j'ai quitté la salle avant même la fin du film, ça m'avait trop soûlé. Je suis ressorti devant le cinoche Je sais même pas pourquoi j'étais entré là-dedans en premier lieu. Il valait mieux que je rentre au studio, j'aurais plus de chance d'y retrouver May... Mais contre toutes attentes, elle était enfin là. J'ai vu sa tête blonde sur le trottoir d'en face, en train de patienter. Je lui ai fait un signe de la main, pour attirer son attention, puis j'ai traversé la rue à grandes enjambées, afin de la rejoindre. Une fois à sa hauteur, j'ai eu du mal à garder mon calme. « T'es sérieuse ? T'as presque deux heures de retard ! T'étais où, bordel ? Et tu peux pas répondre à mes putains de messages ? Tu sais te servir de ton téléphone non ? ou ça aussi tu l'as radié de ta mémoire ? » Ok, c'était méchant. Et je suis con de faire le rabat-joie, ça va pas nous aider. J'ai l'air débile, de jouer au frangin protecteur, limite petit-copain jaloux... J'ai gardé mes grands yeux bleus d'abruti posés sur elle, attendant tout de même des explications de sa part.
electric bird.


IT IS TOO LATE TO START OVER ♠
I know what it's like, the pain spawns all the anger on. But it wasn't until I made a spark, started to spit hard as shit, learned how to harness it while the reins were off. And the crazy part was soon I stopped saying "I gave a f#ck"... ? © okinnel.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: I promise, i don’t love you (M&S) Jeu 23 Juil - 19:54




Silas & Maisy
I promise, i don’t love you

« T'es sérieuse ? T'as presque deux heures de retard ! T'étais où, bordel ? Et tu peux pas répondre à mes putains de messages ? Tu sais te servir de ton téléphone non ? ou ça aussi tu l'as radié de ta mémoire ? »

Je le regarde quelques instants, détourne mon regard à gauche, regarde le trottoir. Je ne sais pas trop quoi lui dire, même si je sens la colère monter en moi, même si j’ai clairement envie de l’envoyer chier. Toujours là à me faire des reproches, me donner des conseils ; être derrière moi qui si j’étais un petit chiot qu’il fallait rééduquer. Il me parle de ma mémoire, comme si c’était de ma faute, comme si c’était moi qui avait appuyé sur le bouton reset, comme si c’était moi qui avait voulu tout oublier et tout recommencer, comme si j’avais envie de me sentir inexistante, que j’avais voulu oublier ce qui m’avait fondé, mon caractère, mes valeurs, la vraie Maisy. J’ai envie clairement de me retourner, de me casser, de lui dire que je m’en vais, qu’il me reverra pas de sitôt. J’ai envie de vomir ma colère, ma haine, je suis haineuse non pas contre lui mais contre moi car j’ai l’impression que je le déçois, je ne sais pas comment j’étais avant mais apparemment pas comme aujourd’hui. Je suis devenue le petit canard noire, celle qui n’aurait pas du refaire surface. Et je suis haineuse car je ne sais pas comment me comporter en société, face à lui, je ne sais pas comment réagir dans cette situation car je ne me connais pas, pour l’instant je ne connais que la vie sur l’île et elle n’est vraiment pas comparable à celle que je vis en ce moment. J’ai la haine car c’est mon frère, c’est mon frère et pourtant quand je le vois, je ne le ressens pas comme ça. Je le ressens ...

Quand je l’ai vu la première fois, on m’avait prévenue, que j’avais de la famille dans le coin. « Ton frère ». Bon, si vous le dites. Quand je l’ai vu, je n’ai pas ressenti cette chose, enfaite, je n’ai rien ressentit du tout. Je le regardai à peine, pour moi c’était un être humain comme les autres, quelqu’un que je pourrais croiser en rue sans vraiment lui donner de l’importance. Pourtant, c’était mon frère. Au fils des jours, des semaines, je ressentais quelque chose oui, mais pas ce qu’on devrait ressentir pour un frère, non, c’était bien plus que ça. J’ai pris peur, car je ne voulais pas le foutre en l’air, déjà que j’étais pas à la hauteur de ses attentes mais là … Du coup, j’ai essayé de le faire réagir, comme j’ai pu, mais ce que je ne comprenais pas c’est que au fur et à meure je perdais de la valeur à ses yeux.

« Je … Je suis désolée. »

Dis-je finalement, sans ton, monotone. Je le regarde dans les yeux, c’est dur, vraiment dur. Comment c’est possible de ressentir des sentiments autres que fraternel pour quelqu’un qui se présente comme ton frère ? Même si il m’avait raconté certaine chose, ce n’est pas réellement mon frère biologique mais il me considère comme.

« J’sais pas trop quoi te dire Silas, j’ai pas d’excuse toute faite à t’offrir. »

Je hausse les épaules, je n’avais pas envie de lui expliquer, je n’avais pas envie de lui dire ce qui m’avait retenu à venir à ce rendez-vous, ce qui m’avait empêché, ni par quoi je l’avais remplacé.


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Silas-Nolhàn Huntington "
❝ Survivor. × Learn to survive this world ♤ ❞

× Ma Célébrité : Jeremy A. White × Nombre de messages : 258 × Age du perso : 22 ans × Job : Etudiant × Côté love : C'est pas sérieux


Message(#) Sujet: Re: I promise, i don’t love you (M&S) Jeu 30 Juil - 16:03

I promise, I don’t love you ✩
MAISY & SILAS

J'ai pas envie de m'énerver contre elle, je te jure que j'en ai pas envie. Mais c'est plus fort que moi. Je sais pas comment la faire réagir. Je sais pas comment la faire redevenir comme avant... Je suis pas fou, je suis conscient que c'est pas possible. Pourtant je m’accroche à cet espoir. Qu'on passera du temps ensemble. Qu'on retrouvera notre relation passée. Que ses souvenirs reviendront. Que May sera vraiment de retour. Je suis con quand même, de m'obstiner sur cette idée. Ca va juste me frustrer encore plus. Ma déception est immense. Je comprends pas pourquoi je lui en veux autant. C'était rien, juste un petit retard, pour une séance de cinoche bidon... Ma rancoeur est bien plus profonde que ça. Peut-être parce que j'ai ces souvenirs qu'elle n'a pas. J'ai le deuil de notre famille, de notre vie, ce trou béant laissé en moi. Maisy elle a quoi elle ? Du vide ? Rien. Juste de la naïveté, un nouveau départ arrivé pile au bon moment pour elle. Moi aussi j'aurais voulu tout oublier, de notre passé ensemble. Est-ce que je peux aller jusqu’à dire que c'est elle la chanceuse ? Elle ne ressent pas ma douleur. J'aurais presque envie qu'elle partage ma peine, qu'elle souffre autant que je souffre de la perte nos parents. C'est égoïste, putain. Mais ça faciliterait les choses. Qu'elle ne soit plus amnésique, ça simplifiait tout, ouais c'est sûr.

Elle m'a dit qu'elle était désolée, comme si de rien n'était. Ca m'a fait encore plus péter un câble. J'en veux pas de ces excuses. Je veux juste qu'elle arrête d'être si passive. On dirait qu'elle le fait exprès. Ou alors elle est totalement inconsciente. Je sais pas c'est quoi le pire. Elle m'a regardé avec ses petits yeux innocents, moi j'ai continué à m'énerver. Reprenez cette étrangère et rendez-moi ma soeur... « C'est tout ? Tu vas vraiment rien me dire de plus ? T'es pas croyable, je comprends plus rien de ce qui te passe dans le crâne, sérieux !» Son haussement d'épaule, ça m'a rendu fou. Je te l'aurais bien attrapée par les bras et secouée comme une marionnette. Y a quoi dans ta tête, putain ? Pourquoi tu dis rien ? Pourquoi tu me fuis ? Tu me détestes. Oui c'est ça, tu me détestes et tu sais pas comment m'en parler. Cette pensée m'a rendu trop triste. Je suis qu'un idiot. Je suis sorti de mes pensées et je me suis rappelé qu'on était pas tout seuls dans la rue. Je pense même que plusieurs passants m'ont dévisagé en chemin, moi le grand connard qui gueule sur la blondinette inoffensive. Je me suis calmé. J'ai soupiré pour relâcher la pression, puis j'ai fini par dire : « Bon c'est pas si grave. Ca arrive d'être en retard. Promets-moi juste de faire attention la prochaine fois... Je me suis inquiété quoi. » J'ai pris sur moi. J'ai enroulé mon bras au dessus de ses épaules et je l'ai un peu rapproché de moi. Je lui ai fait un stupide bisou sur le front, comme je lui en faisais souvent quand elle était plus jeune. J'ai collé quelques instants le bas de mon visage contre sa tempe, appréciant ce semblant de calin. Profitant de la sentir près de moi. Puis je l'ai relâchée et j'ai ajouté : « Tu veux que je te dise ? Tu as rien loupé, le film était à chier, je suis même pas resté jusqu'au bout ! Qu'est-ce que tu veux faire maintenant ? On peut aller voir autre chose, on pendra plein de popcorn... Ou tu as mangé ? Sinon je te paye un truc, il y a des petits restos au coin de la rue... » Ca y est, je redeviens tout gentil. Je peux pas faire autrement. Je ravale mon amertume et je vais de l'avant. Même si ça me gonfle. Même si je fais semblant d'être heureux, pour Maisy. Pour cette fille qui est encore tout pour moi. Enfin, tout sauf une sœur, visiblement.
electric bird.


IT IS TOO LATE TO START OVER ♠
I know what it's like, the pain spawns all the anger on. But it wasn't until I made a spark, started to spit hard as shit, learned how to harness it while the reins were off. And the crazy part was soon I stopped saying "I gave a f#ck"... ? © okinnel.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: I promise, i don’t love you (M&S) Jeu 30 Juil - 20:46




Silas & Maisy
I promise, i don’t love you

J
’étais prête à rugir, tel un lion.

« C'est tout ? Tu vas vraiment rien me dire de plus ? T'es pas croyable, je comprends plus rien de ce qui te passe dans le crâne, sérieux !» ».

Sur le coup, je sais pas pour qui il se prend, j’ai l’impression d’être une gosse de cinq ans qui se fait engueuler en pleine rue et que tout le monde regarder, dévisage. Mon cœur bat à la chamade, il sait que je n’aime pas me montrer en public comme ça, je suis pas genre grande extravagante qui se montre, rigole fort et parle pour que tout le monde l’entendre, alors cette scène-là, il peut se la garder. Le plus fou, c’est que j’ai envie de bondir, de le regarder, de lui dire qu’il me fait chier, lui dire de la fermer et de me casser. Car peut-être que pour lui je suis sa sœur, mais moi dans ma tête il est pas mon frère, c’est juste un nom, un adjectif, un surnom. Il comprends, il comprends qu’il réagit pas bien et que si il continue je vais partir, qu’il va me faire fuir, encore, encore plus que maintenant. Il se radoucit. Je mords sur ma joue, me tais.

« Bon c'est pas si grave. Ca arrive d'être en retard. Promets-moi juste de faire attention la prochaine fois... Je me suis inquiété quoi. »

Bon, après tout il doit faire des efforts mais moi aussi. J’ai perdu la mémoire mais j’ai toujours un cœur et je dois dire que je me mets un peu à sa place, ca doit faire bizarre, même ça doit faire mal de retrouver quelqu’un et finalement se rendre compte que cette personne a changé, qu’elle n’est plus là même, et le pire, qu’elle ne le sera jamais plus. Apparemment je devais être une gentille petite blonde bien gentille, serviable, qui ne fume pas, ne bois pas, ne baise pas, qui utilises les formules de politesse, qui dit merci quand on lui tient la porte, et ça, j’peux pas. Il s’est inquiété, trop. Etouffée dans cette relation.
Son bras vient se poser sur mes épaules, ses lèvres sur mon front, un vrai geste protecteur. Mais ce qu’il ne comprend pas, c’est que j’ai pas besoin de protection, que j’arrive pas. J’veux dire, j’arrive pas à accepter tout ça. Je fais semblant de rien et me sers un peu contre lui, j’ai pas envie de lui faire mal, j’ai pas envie de lui tordre son cœur, de mettre un poids sur sa poitrine, j’ai pas envie de le rendre triste.

« Tu veux que je te dise ? Tu as rien loupé, le film était à chier, je suis même pas resté jusqu'au bout ! Qu'est-ce que tu veux faire maintenant ? On peut aller voir autre chose, on pendra plein de popcorn... Ou tu as mangé ? Sinon je te paye un truc, il y a des petits restos au coin de la rue... »

Je dois dire que l’idée était tentante, j’avais envie de me goinfrer de pop-corn, d’observer mes gens et de me mater un film, mais la deuxième proposition me convenait encore plus.

« Je dois dire que …. J’ai la dalle. Je suis bien tentée par un bon hamburger avec des patatoes et de la mayonnaise. »

Je n’attends même pas sa réponse car je savais d’avance qu’il serai d’accord, il faut dire qu’il est toujours d’accord tant que j’en suis contente et je dois dire que des temps à aux j’en profitais, il faudrait être con pour ne pas le faire. Je lui attrape furtivement la main et je l’entraine vers le premier fast-food venu. Je commençais à connaitre le coin et m’y orienter. J’entre dans la grande bâtisse et je vais nous installer dans la salle, belle salle avec des banquettes un peu style rétro. Je prends la carte et l’observe, j’en salive déjà. La serveur arrive, elle nous demande ce que nous voulons commander, avec un ton lasse.

« Huummmmmmmm … Pour moi ça sera le king burger, avec les patatoes, de la mayonnaise et en dessert un milk-shake beurre de cacahuète. »

Je me retourne vers Silas.



WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Silas-Nolhàn Huntington "
❝ Survivor. × Learn to survive this world ♤ ❞

× Ma Célébrité : Jeremy A. White × Nombre de messages : 258 × Age du perso : 22 ans × Job : Etudiant × Côté love : C'est pas sérieux


Message(#) Sujet: Re: I promise, i don’t love you (M&S) Mer 23 Sep - 0:29


I promise, I don’t love you ✩
MAISY & SILAS

Bien sûr que je suis d'accord avec tout ce qu'elle dit. C'est plus fort que moi. Ce besoin de faire le gentil. D'être à ses petits soins. De lui faire comprendre que je suis là pour elle désormais. Bien que, ça semble clair, elle en a rien à foutre de savoir que je sois de retour dans sa vie ou pas. Elle n'était même pas au courant que j'y étais avant... Il y a qu'avec elle que je fais ça. De rabaisser autant ma fierté. Et de me plier à tous ses désirs. Elle me rend teubé. Ou du moins, encore plus teubé que ce que je le suis déjà. D'un autre côté, c'est pas comme si ça me plaisait pas. Ca me permet de passer du temps avec ma "soeur". J'ai besoin de la retrouver. De la voir. D'avoir des contacts avec elle. De prendre conscience qu'elle est bien réelle quoi. Qu'elle est physiquement là. Que c'est pas que dans ma tête. Déjà que j'ai l'impression de ne pas l'avoir entièrement retrouvée. Elle, cette étrangère, qui est ma Maisy, sans l'être vraiment.

Elle me prend par la main. Je me laisse entraîner comme un débile. On va dans le fast-food du coin. Et elle a l'air enthousiaste. Ca me détend un peu. A croire qu'elle profite bien de la vie depuis son retour. Bordel, pourquoi j'arrive pas à en profiter aussi ? Elle doit me prendre pour un pauvre gars qui se lâche jamais, à être si chiant avec elle. Sérieux, je sais pas comment elle me perçoit. Genre le raté de la life j'imagine, qui est parano et super collant... On s'est posé à une table et j'ai foutu mon nez dans la carte du menu, pour pas avoir à parler. Quel crétin. Je me rends mal-à-l'aise tout seul, face ma propre frangine. La serveuse s'est enfin ramenée. Elle me fait marrer la Maisy, quand elle commande tout ça. J'ai échangé un regard avec elle. Surpris qu'elle ait autant la dalle en fait. C'est presque si je la défis de réussir à bouffer tout ça. Dans son tout petit corps de blondinette que j'ai pas vu grandir. Et j'ai levé les yeux vers l'autre femme qui attendait d'entendre ma commande. « Je vais prendre tout comme elle. » ai-je juste dit. Je lui ai pas donné deux secondes de plus d'attention à la demoiselle. J'ai ramené mon regard vers May. Je me suis étiré un peu sur la banquette. J'ai vite fait de m'impatienter quand je suis dans des endroits publics comme ça. C'est mon côté limite associable parfois. Je me suis senti con de pas savoir quoi dire à Maisy à présent. Elle va croire que je suis bon que pour râler. Avec le ton le plus banal du monde, je me suis lancé dans une conversation de merde, pour occuper le temps : « Elle est loin l'époque où on se préparait notre petit bentō le matin, avant de speeder pour l'école... » J'ai fini ma remarque avec un sourire, comme si c'était censé être drôle. Laisse-moi rire. C'est ridicule. C'est quoi l'intérêt, de se remémorer des souvenirs du Japon, alors que May n'en a aucune trace ? Je suis pathétique. Et faut dire que je suis toujours pas fan de cette malbouffe à l'américaine. J'arrive pas à m'y faire. Même depuis presque deux ans que je suis à New York. Avant on jurait que par le riz et le poisson. On s'y faisait bien quand on était gosses, Maisy la première. Maintenant ça fait bizarre. De la voir se découvrir un tel engouement pour les hamburger-frites. Je peux pas la blâmer. Qu'est-ce qu'elle connaît d'autre ? Merde, il faut que je change de sujet. Ça rime à rien de chercher à lui glisser des souvenirs discrétos, avec des espoirs à chier. Il faut que je me focalise sur le présent, sérieux. Et sur cette relation à foutrement reconstruire avec ma soeur adoptive. On se croirait chez le psy, t'as vu. J'ai soupiré. Déjà impatient de recevoir notre repas. J'ai croisé mes bras sur mon torse. Et j'ai pas lâché Maisy du regard. Malgré le bordel dans mon crâne. Je laisse rien paraître. J'ai enchaîné, de façon décontractée : « Et donc, ça a été ta journée ? Tu m'as pas dit alors, qu'est-ce que tu faisais de si important, pour louper un bon ciné avec ton pauvre frangin ? » Et j'enfonce ce putain de clou jusqu'au bout. Je suis relou, je sais. C'est plus fort que moi. Je fais la conversation, c'est tout. Je suis curieux de ce qu'elle devient, c'est tout. Je me prends au rôle du grand frère emmerdant, c'est tout. Ça sonne faux. Et elle va me détester. Ouais, si elle me haïssait pas déjà, ça va finir par venir.
electric bird.


IT IS TOO LATE TO START OVER ♠
I know what it's like, the pain spawns all the anger on. But it wasn't until I made a spark, started to spit hard as shit, learned how to harness it while the reins were off. And the crazy part was soon I stopped saying "I gave a f#ck"... ? © okinnel.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: I promise, i don’t love you (M&S) Mer 23 Sep - 11:55

I promise, I don't love you





Son regard se pose sur moi quand je commande, autant amusé que surpris. Bon ce n’est pas parce que je suis mince que ça m’interdit d’avoir la dalle. Je lui fais les gros yeux, genre ben quoi c’est quoi le problème ? Sur ça aussi il va me surveiller. Finalement il se tourne vers la serveuse, commandant la même chose que moi. Je ferme le menu que je tends à la jeune femme, elle repart calepin en main. Puis finalement il me parle de l’époque où on était petits, où on se préparait notre …. Quoi ? Avant de speeder pour l’école. Je fais semblant d’être intéressée, finalement je hausse les épaules et pose mon regard sur mes ongles.

« Beuh, me rappelle plus. » Soufflais-je.

Je sais pas pourquoi mais à chaque fois qu’il me parlait de mon passé, j’avais mon cœur qui se tordait et finalement j’en venais au faite que je n’en avais rien à foutre bien que sincèrement j’étais curieuse et je voulais savoir. En gros mon cœur voulait lui poser milles questions tandis que mon cerveau faisait le contraire, c’est peut-être ça la frustration. Après tout, j’ai débarqué ici sans savoir qui j’étais, putain qui ça ne frustrait pas ? Il enchaîne en me demandant comment ça a été ma journée – on dirait un vieux couple – et surtout ce que je faisais de si important pour avoir loupé le ciné. Mes yeux passent de mes ongles à son visage, je le scrute, le mien se ferme.

« Mais Merde Silas, tu vas pousser jusqu’au bout hein ? Tu lâcheras pas l’affaire. » Dis-je en m’emportant un peu plus à chaque mots que mes lèvres lâchaient.

Je sentais mon cœur qui battait à la chamade dans ma poitrine, prêt à exploser. Ce genre de comportement me mettait hors de moi, simplement parce que j’avais l’impression d’être une gosse face à son père qui devait contrôler tout ce qu’elle faisait. J’avais qu’une envie, me taire, rester la journée sans parler. Ça, c’était cool. Mais nan, ce n’était juste pas possible car Silas est toujours là, derrière moi. J’comprends pas, j’veux dire je comprends pas après tout ça pourquoi il fait pas le deuil de sa sœur, parce que clairement je le suis plus. Je sais même pas qui je suis moi-même alors être la sœur de quelqu’un … J’avais envie de lui répondre toutes des choses, horribles, qu’un frère ne supportait pas. J’avais envie de le rendre fou, je sais pas pourquoi. Et je sentais que petit à petit, j’y arrivais, doucement mais sûrement et le pire c’est que c’était inconscient chez moi. J’avais juste envie de détruire tout ce qui a autour de moi, peut-être pour me complaire dans mes sentiments actuels.

« Oui mais journée s’est bien passé mais cherche pas, tu ne sauras pas ce que j’ai fait. » Soufflais-je une nouvelle fois.

Et putain comment ça se fait que quand je le vois, j’ai mon estomac qui se sert, j’veux dire ce genre de truc que tu ressens envers quelqu’un qui t’attire ? Car clairement, je me fais du mal pour rien. Je suis sa petite sœur adorée, il ne va sûrement pas ressentir de tels sentiments envers sa petite sœur adorée. Voilà aussi une partie du pourquoi je réagis comme ça à son égard, je n’ai pas envie de me rendre encore plus mal que je ne suis en me mettant des choses en tête, des choses qui n’arriveront jamais. J’ai l’impression d’être attirée vers lui, comme un aimant. Cherchant toujours un contact physique – sauf quand il est relou, comme maintenant – je ne crois pas qu’il puisse penser que j’ai cette attirance envers lui, le pauvre, il tomberait de haut.

Alors ça, pour du fast food … C’est rapide. Les plats arrivent devant nous. Sur des plateaux se trouvent deux grosses assiettes avec une montagne de patatoes et un gros hamburger. J’en salive déjà. Se pose devant moi, mon milkshake au beurre de cacahuète. Je remercie d’un hochement de tête la serveuse qui repart vers une autre table qui vient de s’installer. J’attrape une patatoes qui je plonge dans la mayonnaise avant de l’enfourner dans ma bouche. Mes yeux se posent dans ceux de Silas, comme une lueur de défi, il espère me dompter sauf qu’il n’y arrivera pas – du moins, pas de suite.

roller coaster
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: I promise, i don’t love you (M&S)

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-