avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Davon - Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ... Mar 14 Juil - 23:53




Davon & Maisy
Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ...

M
iaulement, pression sur mon estomac.

« Putain Snow, merde »

Le félin me regarde, il s’en fou complet, me répond d’un miaulement et s’en va dans le salon, bref il fait sa vie. Je prends mon coussin et me le fourre sur le visage, la lumière me fait mal aux yeux, il est trop tôt encore, pourquoi il a décidé de venir me réveiller à une heure pareille. J’attrape mon portable et regarde l’heure, 8h30. Je soupire et pose un pied sur le parquet froid, le deuxième, j’invoque tout le courage en moi et me redresse. La journée peut commencer, j’ai des choses à faire. Je vais prendre ma douche et avale un bol de céréales, vitesse grand « V ».

Les cheveux ondulés, un jean’s, des converses et un t-shirt uni, j’attrape mon portable. « D ». « Da » « Davon ». Mes doigts pianote l’écran.

« T’es open ? Rdv dans une heure à la cathédrale, sois prêt Bg. »

Envoyé, sonnerie, accusé de réception. J’étais en manque, je veux dire j’avais envie de fumer, vraiment. Je pense que je réfléchis trop en ce moment et sincèrement, ça me pourrit. Je quitte l’appartement, prenant bien soin de fermer derrière moi. Je pointe mon nez dehors, il fait frisquet, c’est le matin. Je mets la capuche de mon sweat sur ma tête et tire sur mes manches pour protéger mes mains. Je n’ai pas trop décuvé de ma soirée d’hier, disons que j’ai un peu la gueule de bois. Mais combattons le mal par le mal non ? Je passe au petit magasin du coin et me prends une canete à boire, grosse gorgée, je soupire de plaisir, avec ça, ça ira mieux.

Je jette ma canette dans la première poubelle venue, je n’ai pas vu le trajet. La bâtisse se dresse devant moi, c’est un peu original de convoquer son dealer dans une cathédrale mais il faut dire que peu de gens passe par là. Donc on va dire que c’est plutôt une bonne idée. Je pousse les grande porte en verre et pénètre dans le bâtiment, c’est asse z impressionnant. L’odeur de l’encens est omniprésente, quelques bougies allumées. Les grands vitraux reflètent l’histoire de la religion, des statues, trop de statues. Je vais m’asseoir sur une chaise en bois, vraiment pas confortable. Silencieux, pas un chat. Je retire ma capuche et attend, en espérant qu’il ne traine pas trop car le lieu ne me plait pas tant que ça finalement.

WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Davon - Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ... Mer 15 Juil - 14:03




Ton T-shirt doit s'en aller. Mais

tu peux rester ...

♛ FT. MAISY



« Putain... » Mon téléphone n'avait pas été mis en silencieux et le sursaut que je venais d'avoir démontrait son efficacité. Je me passais une main douloureuse sur le visage avant de relever mon buste. Mes muscles étaient presque tous contractés. C'était tellement désagréable. Ce lit était la cause de toutes ces migraines et de ces courbatures. Mais je devais attendre encore longtemps avant de pouvoir m'en payer un digne de ce nom. Soit. Je me levais en m'étirant calmement avant de consulter l'objet de mon réveil aussi brutal. Maisy s'affichait sur l'écran suivi d'un message. Elle voulait sa dose dans moins d'une heure désormais. Fallait peut-être que je me dépêche ? Sauf que mon corps, lui, n'avait pas l'air tellement d'accord et avait du mal à suivre le rythme de mes journées. J'en faisais beaucoup trop pour ces pauvres muscles qui avaient besoin de repos. Et à ce rythme, j'allais finir par faire une overdose de sport et de fête. Je me versais un bol de céréale dont j'enfilais la moitié avant de glisser sous la douche. J'avais encore cette odeur de sable chaud sur la peau qui y était imprégné et qui y resterait probablement aussi longtemps que j'irais à la plage. Il faisait sale partout, l'heure du grand nettoyage était proche. Le problème ? J'ai jamais su me servir d'un balais. J'enfilais un t-shirt au col tunisien suivi d'un sweat à capuche ainsi qu'un bermuda en jeans et une paire de chaussures de skate. Un truc rapide histoire de pas être trop dégoûtant. Je laissais mes cheveux sécher naturellement. De toute façon, c'était mission impossible de les dompter et c'était très bien comme ça.

Arrivé à la voiture, je glissais un sms à Maisy rapidement. « Je suis en route, laisse moi 30 min ma jolie. » Il en aurait fallut 20 de plus pour laisser ce foutu pick-up démarrer. Par le don de Dieu, son moteur démarra assez vite malgré la réticence de mon véhicule. Je le sentais, il allait bientôt me lâcher ce fourbe. Le paysage défilait devant moi et il ne fallut pas plus de 20 minutes pour que j’aperçoive la cathédrale. Plutôt lugubre comme rendez-vous. Je me garais assez loin des lieux et choppait le shit dans ma boîte à gant avant de l'enfoncer dans la poche de mon sweat. Je verrouillais la voiture derrière moi et marchais vers le lieu de rendez-vous.

Quelques minutes après, je poussais les portes du sinistre lieu de prière avant de balayer la zone du regard. Pourquoi la cathédrale Saint Patrick ? Le coin d'une ruelle était tout aussi bien. Ça me donnait carrément la chair de poule. En plus, il n'y avait qu'elle et moi. « Je pense pas que le Christ serait très content. » Blaguais-je, un fin sourire en coin en m'installant à ses côtés. Bref. On n'était pas là pour s'amuser, enfin pas tout de suite du moins. J'enfonçais ma main dans mon sweat pour en ressortir son objet de désir que je glissais discrètement dans ses mains en attendant mon dû.
« Tu connais le tarif. J'ai des choses à rembourser donc si tu pouvais te dépêcher ma belle. »






(c)LOKIA
.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Davon - Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ... Sam 18 Juil - 19:26




Davon & Maisy
Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ...

L
’odeur des cierges commençaient à me donner mal à la tête. Je ne sais pas pourquoi, j’avais l’impression de détester ces odeurs, peut-être parce que ça me rappelait quelque chose en particulier, mais impossible de me souvenir correctement de quoi. Comme une sensation de déjà-vu. Je dois dire que ça m’arrivait bien souvent, et c’est toujours surprenant ce que l’on ressent à ce moment-là. Connaître ce lieu, cette situation, comme si on l’avait déjà vécu au part avant ou bien dans un futur proche.

Mon téléphone qui sonne, je le prends et regarde le message, il fait sombre dans la cathédrale et la lumière de mon téléphone me tue les yeux

« Je suis en route, laisse moi 30 min ma jolie. »

Je souris J’l’aime bien Davon, non pas seulement parce que il me fournit – ou si quand même – mais aussi parce que c’est un beau gosse et que je pense que toutes les filles doivent en être folles. Encore 30 minutes dans cet endroit, je décide de me lever et de faire un petit tour de propriétaire, je regarde dans les moindres recoins comme si j’allais trouver un trésor. Une fois l’expédition faite, je retourne à ma place. J’entends les portes qui s’ouvrent, j’espère que c’est Davon et non quelqu’un qui vient faire quelques requêtes au Dieu tout puissant. « Je pense pas que le Christ serait très content. » Je me retourne et lui sourit.

« Je pense pas non plus, mais avoue que ça fait du bien de braver les interdits. ».

Je sentis le petit sachet glisser dans ma main, je le presse et l’enfourne dans une de mes poches. « Tu connais le tarif. J'ai des choses à rembourser donc si tu pouvais te dépêcher ma belle. » Moment de bug. Je ne sais pas à partir de quand la drogue est réellement devenue une addiction, depuis toujours j’ai l’impression. Depuis que je suis revenue de l’île, je ne me sens pas à ma place ici, j’ai l’impression de ne pas me connaître, je ne connais pas la race humaine et des fois je me demande comment je dois me comporter dans certaines situations. J’ai surement dû suivre un groupe, essayer, sentir, me sentir bien, me dire que c’était une manière de m’évader quelques instants et d’oublier. Je plonge mon regard dans le sien et hausse les épaules.

« Va falloir que tu m’amènes à la banque, j’ai rien sur moi. »

Il doit surement me prendre pour une conne, sincèrement, qui viendrait à un point de rendez-vous avec son fournisseur sans prendre de quoi le payer ?

« M’en veux pas, j’avais la tête dans le cul ce matin ».

WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Davon - Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ... Dim 19 Juil - 22:57




Ton T-shirt doit s'en aller. Mais

tu peux rester ...

♛ FT. MAISY


La hauteur donnant un vertige soudain. L'impression d'être une fourmi dans une fourmilière. Un Christ martyrisé, cloué sur une croix qui ne lui était pas destiné. Ce lieu donnait vraiment froid dans le dos. Je poussais calmement les portes en repérant mon rendez-vous. Dans le but de détendre l'atmosphère, je lâchais une légère blague qui la fit probablement sourire avant de m'installer à ses côtés et lui donner l'objet de toute cette scène. « Je pense pas non plus, mais avoue que ça fait du bien de braver les interdits. » Je lui rendais un sourire sournois. « J'aime bien ta façon de penser. » Déposant doucement mes omoplates endolories contre le dossier en bois, j'attendais simplement mon argent. J'étais pas capable de lui faire un prix, moi aussi j'avais une vie. Et vu sa réticence, je comprenais vite que je venais de me faire pigeonner. Depuis quand la drogue était gratuite ? Elle riait de moi. Hein ? « Va falloir que tu m’amènes à la banque, j’ai rien sur moi. » Non, elle ne riait pas de moi. Et le pire, c'est qu'elle me demandait encore de ne pas lui en vouloir. Ah. Je n'aurais pas pu lui en vouloir longtemps à cette fille. Je soupirais doucement en me passant les mains sur le visage. « Donc, tu n'as pas l'argent. » Récapitulais-je doucement. « Mais en plus de ça, je dois jouer le chauffeur ? » Et j'étais certain qu'elle ne l'avait pas non plus sur sa carte de crédit. Je me levais calmement, presque en soufflant avant de marcher vers la sortie. Je voulais à tout prix quitter cette atmosphère lugubre.

Je laissais passer Maisy devant moi en lui montrant la voiture un peu plus loin. « T'as intérêt à l'avoir cet argent ma jolie. » Fallait qu'elle comprenne que ce genre de plan me foutait carrément les nerfs. Le pire, c'est que je pouvais rien lui refuser à cette nana complètement paumée depuis que je la connaissais par le biais de la drogue. Arrivés au niveau du véhicule, je lui ouvris la portière passager avant de monter également. Ainsi, je démarrais le véhicule avant de me déporter sur la route en direction d'une banque proche. Plusieurs regards indiscrets glissèrent en sa direction. Elle m'intriguait, c'était plus fort que moi. C'en était même plus, je la désirais. Et j'étais presque certain que c'était une attirance réciproque. Rien à foutre, on a qu'une vie après tout. Je prenais un terrain forestier avant d'arrêter brusquement la voiture un peu plus loin. Pour finalement tourner la tête vers la jeune femme, assise à mes côtes. Plus pour longtemps étant donné que je la fis brusquement passer sur mes genoux, face à moi. « J'ai une idée de remboursement plus correct. » Lâchais-je alors que j'attirais ses cheveux en arrière pour dévoiler la peau nue de sa nuque. Il ne fallut pas plus de temps pour que mes lèvres, aussi curieuses soient-elles, rentrent en contact avec sa peau. Pour qu'elle remontent le long de la ligne de sa mâchoire avant de s'attarder sur ses jolies lèvres aux traits bien dessinés. « C'était carrément plus fort que moi. » Et un sourire s'en suivi, un sourire de toutes dents. Satisfait, mais pas assez. J'en voulais plus. Si la beuh était sa drogue, la baise était la mienne.




(c)LOKIA
.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Davon - Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ... Lun 20 Juil - 11:31




Davon & Maisy
Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ...

J
’en étais sûre, il était pas content, en même temps si j’étais à sa place, j’aurais réagis pareil. Non je n’avais pas d’argent, oui il devait jouer les chauffeurs, je haussai les épaules. Je ne lui répondis rien, le silence était ma seule arme. Puis bon, au fond de moi, j’espérais peut-être qu’il me fasse crédit. Je sers le sachet qui se trouve dans ma main, ça aurait été tout à fait logique qu’il me plante la, me demande son dû et se casse et que je n’entende plus jamais parler de lui. Au lieu de ça, il se leva – d’un calme incomparable mais tout de même avec une mine exaspérée - , me faisant passer devant. Je montai dans la voiture et garda le silence. L’argent, bien sûr que je l’avais mais je pense que j’étais tellement paumée à ses yeux qu’il pensait le contraire, et c’était bien comme ça. Finalement, il ne sait pas qui je suis, mon histoire, mon caractère, et c’est mieux comme ça, il se forge sa propre idée, il se crée sa propre Maisy. Une fois le moteur mit en route, je pose ma coude sur la portière et regarda par la fenêtre. Je voyais les habitations défiler, la vie qui habitait cette ville. Je ne sais pas pourquoi mais des fois j’avais envie d’être à leur place, quand je voyais une mère et sa fille rigoler à gorge déployée, bras dessus dessous. Je ferme les yeux quelques secondes, profitant du voyage pour m’apaiser. Dans quelques instants, nous arrivons à la banque.
Une fois les yeux ouverts, je n’étais plus en ville mais dans un petit sentier de terre, je voyais non plus les habitations défiler mais bien les arbres. Je ne me posais pas de question, je savais. Je me redressai sur le siège et posa mes yeux dans les siens. En deux secondes, je me retrouva sur lui, face à face, ma bouche à quelques centimètres des siennes, je pouvais sentir son souffle, je frissonna. Les cheveux en arrière, la nuque à nue, je sentis doucement ses lèvres s’y déposer, remonter doucement vers mon visage, ma bouche, doucement je lui rendis son baiser. Il n’en faut pas plus pour sentir mon estomac se torde, se torde de désir. La nuque était pour moi un des points sensibles, celui qui donne des frissons, qui me contracte. Finalement, c’était bien mieux que d’aller à la banque. Son sourire, son regard, il le fallait. Je pose ma main sur sa joue, mes doigts passent le long de ses lèvres, je me penche doucement vers lui pour l’embrasser, non plus doucement mais un baiser fougueux. Une autorisation, lui montre mon envie. Mon cœur battait à la chamade, mes mains se baladaient sur son corps avec douceur. J’avais envie de découvrir chaque parcelle de son corps, retenir son odeur, sentir ses lèvres douces me parcourir. J’avais envie de me sentir vivante.


WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Davon - Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ... Mer 22 Juil - 12:14




Ton T-shirt doit s'en aller. Mais

tu peux rester ...

♛ FT. MAISY


Je m'y attendais un peu. Le fait qu'elle n'ait pas l'argent sur elle ne m'avait pas surpris. Mais oui, j'étais quand même un peu vénère. Faut dire que mes peintures rendaient rien et je ne pouvais compter que sur la drogue pour pouvoir garder mon appart. Triste vie, pitoyable je dirais même. C'est drôle le fait qu'ici, les pauvres s'appauvrissent et les riches s'enrichissent. Drôle est un grand mot, moi ça me fait pas du tout rire m'enfin. Soit. Je sortais calmement de la cathédrale avec Maisy et lui indiquait le véhicule. On s'installait dans le véhicule et c'est ainsi qu'on quittait les lieux dans un silence plutôt lourd. Mes regards se faisaient moins discrets et pour dire vrai, j'avais une autre idée derrière la tête. Une idée que je devais refouler mais qui était plus forte que moi. A quoi bon résister ? Le seul moyen de se délivrer d'une tentation, c'est d'y céder non ?

En moins temps qu'il ne fallait pour me rendre compte de ce je faisais, mon véhicule était arrêté sur un chemin de terre et Maisy se retrouvait sur mes genoux face à moi les lèvres collées aux miennes. Une déchéance de décharges s'emparait de moi, je pouvais pas remettre mes idées en place. Elle me rendit un baiser plus prononcé, moins réticent. Mon cœur allait exploser de ma cage thoracique et j'étais bien trop désireux pour permettre à mon corps de se calmer. Son index glissa doucement le long de mes lèvres alors que je me permettais de la fixer intensément. J'avais envie de cette fille, de parcourir chaque parcelle de sa peau et de me permettre les interdits. Rien ne me retenais après tout, alors à quoi bon se tenir à distance de nos envies ? Je retirais doucement mes mains de ses hanches pour retirer mon t-shirt que se faisait trop encombrant. Et lui retirer le sien par la même occasion, balançant mes possessions sur la banquette arrière. Remontant une main le long de sa mâchoire je plongeais une nouvelle fois mes lèvres dans sa nuque en pressant légèrement mon buste contre le sien, la repoussant en arrière de cette action. Le bruit du klaxon du véhicule me fit légèrement sursauter, mais je n'en quittais pas sa peau pour autant. Mes mains se faisaient plus baladeuses et mes lèvres plus curieuses. Je ne pouvais pas me décoller d'elle. Le jeu allait pouvoir commencer, et je n'en était que plus fier de le faire avec cette fille.

En espérant qu'elle ait compris le signal une fois que j'avais galéré à dégrafer son soutien-gorge. Une labyrinthe ce truc. Ca avait faillit casser toute l'ambiance.



(c)LOKIA
.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Davon - Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ... Mer 29 Juil - 21:24




Davon & Maisy
Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ...

S
’on t-shirt retiré, le mien aussi, ma peau contre la sienne, des frissons, une envie, des pulsions. Je passe ma main sur son torse nu, dans son dos, je mémorise son corps, la douceur de sa peau. Je ne pensais pas que cette rencontre allait tourner au sexe, loin de là, seulement quand la tentation est trop grande … Finalement tout avait été fait naturellement, on ne sait pas trop chercher, pas de jeu de séduction. Juste l’attirance irrésistible de vouloir se connaitre l’un l’autre. Une pression de son corps contre le mien, le klaxon se met en route, je sursaute légèrement, je reste un peu crispée avant de parvenir à me détendre, ses mains sur mon corps me donnait envie de lui sauter dessus, d’accélérer le moment mais il en serait que moins bon. Il enleva mon soutien-gorge, je souris légèrement, les mecs ont toujours galéré avec les sous-vêtements pourtant il faut dire que ce n’est pas si compliquer, à croire qu’ils n’n’ont pas la dextérité pour. Je n’ai pas une poitrine énorme, j’ai toujours été un peu complexée, disons que c’est « mignon », même si je trouve que « mignon » , c’est pas assez. Je me retrouve à nue devant lui, avec mes complexes, un peu pudique au début pour enfin reprendre mes lèvres sur les siennes, doucement, plus sensuellement, je lui montre que j’ai envie de lui, de sentir ses mains, de le sentir en moi. Je me cabre un peu, l’excitation monte, je me sens telle une casserole d’eau bouillante prête à déborder. Mon cœur s’emballe, j’ai chaud, ma respiration s’accélère, mes baisers deviennent plus fougueux. Mes mains deviennent plus brusque, sur son torse, défait sa ceinture, ma main passe sur ses parties intimes avec douceur, je me montre plus entreprenante,

WILDBIRD
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: Davon - Ton T-shirt doit s'en aller. Mais tu peux rester ...

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-