Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Sam 2 Mai - 20:45

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Camille-Clovis avait quitté les anciennes prisons pour en accéder à de nouvelles, génial ! Il n'avait pas le temps de se poser des questions qu'on l'attacha tout en le négligeant. L'hostile suivait les conseils de Hope. C'était bien pour elle qu'il faisait ça sinon il aurait déjà fait la connerie de tenter de se rebeller. Il se laissa faire comme un gentil petit chien, il avait horreur de ça. Cloclo bouillonnait sur place. Sur le trajet, il observa l'atmosphère des lieux. Il voyait d'autres paysages que celle qu'il avait vu de sa cellule. Au passage, il essaya de trouver la jolie brune, mais elle n'était pas là. Il grimaça, il espérait vraiment la revoir. Cette matinée se déroula sans encombre. On le jeta dans sa cellule et on lui donna une petite ration de nourriture pour être prêt pour la sélection des travaux avant qu'il n'aille travailler dans l'endroit qui lui sera affecté. Il fut d'ailleurs affecté aux pierres. Il était tenace pour porter de la roche. Camille-Clovis arriva sur les lieux. On le détacha, mais la présence imposante des gardes avec des armes pouvaient en déchanter plus d'un. Camille attrapa sa pioche tout en jetant un regard noir à l'originaire. Il brûlait d'envie de le frapper avec, mais il se retient. Il repensait aux paroles de Hope. Il fallait qu'il lui fasse confiance, il le faisait déjà. C'est donc en marmonnant qu'il commença à passer ses nerfs à casser cette maudite roche. Il fit ça pendant deux heures jusqu'à ce qu'on l'appelle pour arrêter son travail. Camille se demandait pourquoi puisque les autres prisonniers continuaient. L'originaire évoqua qu'il avait été demandé pour aller aider l'un des originaires ou un truc du genre, en tout cas c'était important. L'originaire l'attacha de nouveau et l'emmena auprès de Hope pour que cette dernière se charge de l'emmener à destination. Camille-Clovis avait envie de lui sourire, mais il se retient de jouer son rôle en faisant une tête d'une personne blasée de la vie. L'hostile avait compris que la jeune femme avait monté cette demande de toute pièce pour passer du temps avec lui. Camille suivit la jolie brune. Quand il n'y avait plus personne sur leur chemin, il se mit à sourire et prit la parole :

« Très efficace mademoiselle Hope. »

Il lui adressa un sourire et lorsqu'ils arrivèrent à destination, la jeune femme lui libéra les mains. Le jeune homme observa autour d'eux. Il s'agissait d'un étang en plein milieu de la forêt. Il y avait de la verdure et l'endroit semblait tranquille, agréable.

« Sur l'île, nous avons un endroit similaire avec une cascade. » Il la regarda et ajouta : « Si tu veux un jour je t'y emmènerai. »

Camille-Clovis avait envie de la revoir, il s'était attaché à elle et cette relation était différente de celles qu'il avait eu auparavant. Le jeune homme s'approcha de l'eau clair et s'y agenouilla pour se rafraîchir le visage et se le nettoyer car il avait eu de la poussière à cause de la terre et de la roche. Il se retourna ensuite vers Hope tout en se passant une main dans ses cheveux :

« Viens, approches. » dit-il en souriant.


code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Sam 2 Mai - 21:16




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »Le transfert eu enfin ou du moins lieu, car ce n'était pas avec une gaieté de cœur que j'avais donc regardé ces gars t'emmener dans un autre endroit où j'avais pas franchement la possibilité de traîner aussi souvent que les cellules intérieures. Je ne comprendrais surtout pas pourquoi mon frère m'avais collé ici, dans un endroit aussi sordide, sombre et miteux, alors que je méritais quand même bien mieux d'aller dehors et avoir quelque privilège en ayant donc un frangin dans le Conseil, mais faut croire que j'avais jamais rechigné jusqu'à présent d'y autre, aussi. Je savais même plus comment c'était venu que je tolère un tel endroit mais maintenant, cela avait changé pis quand je voyais la tranquillité, la lumière, le bonheur d'être en plein air. Il faudrait que j'en parle, et ce, vivement à mon frère pour changer, comme ça aussi, j'aurais plus de facilité pour venir te voir, et je savais qu'il ne refuserait pas que ma garde change, je n'avais jamais rien demandé depuis bien longtemps et il me devait une fière chandelle pour un petit secret entre nous donc je savais que j'arriverais à mes fins, toujours.

J'avais donc monté de toute pièce qu'apparemment, il y avait un souci d'égout et qu'on avait besoin de quelqu'un pour nettoyer, alors que c'était déjà en cours. Avec une autre personne mais on s'en fous. Je changerais les noms sur les fiches de présence et on en parle plus. J'avais donc enfilé ma veste ainsi qu'une arme sais on jamais bien que j'avais quand même confiance en toi, on ne pouvait pas être sur de tout ce qui pouvais arrivé sur l'île alors je prenais mes précautions et j'étais donc venue te récupérer là où j'avais donc demandé à ce qu'on t'amène. Je me retiens très fortement de ne pas rire en te voyant aussi las, aussi dépité. Je me mords donc négligemment la lèvre, tout en t'ordonnant d'avancer, d'une voix sèche pour bien prendre mon rôle de vilaine gardienne sévère devant les autres même si tu savais parfaitement que j'étais pas comme ça. Et alors qu'on avançait dans la fameuse direction des égouts, je bifurque à gauche prenant un petit chemin isolé, traversant donc la broussaille avant donc d'arrivée vers la crique et l'étang qui était un endroit que j'affectionnais beaucoup. J'avais beaucoup de beaux souvenirs d'enfance ici. Des bonnes tranches de rire que je m'étais payé avec les autres enfants de l'Hydre, on ne pouvais pas dire que je vivais mal ici et que j'avais de mauvais souvenirs, je mentirais si je le faisais.

Je finis donc par te détacher avant de reculer un peu. C'était la première fois qu'on se retrouvait face à face sans avoir des barreaux en face de nous, plus rien ne nous séparais maintenant de tout contact. Cela me faisait vraiment drôle et limite je me sentais vulnérable bien que je faisais ta taille, étant grande de base.
J'avais rien à flipper surtout que c'était moi qui étais armé ici , mais ce n'était pas dans ce sens-là. Je me sentais presque intimidé, même si je montre rien sur mon visage de poupée de porcelaine. Mon regard te suit donc un court instant, avant de sourire à ta remarque :

« Ils gobent facilement les choses, personne ici n'a envie d'aider les ennemis de l'Hydre, du moins les survivants quoi. » Ajoutais-je en restant droite comme un piquet,tout en jetant un œil aux alentours, avant donc de papillonner des cils, surpris que tu veuilles que je m'approche. Je le fais quand même, mais presque d'une manière timide et enfantine.
« Tu as été affecté dans quel endroit ? T'as pas eu de problème ? » Demandais-je en étant donc venue vers toi, mes mains glissant dans mes poches de pantalon.
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Dim 3 Mai - 2:04

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Camille-Clovis avait suivi Hope sans rechigner. Il jouait les prisonniers blasés d'être enfermés ici, d'un côté ce n'était pas faux, mais en présence de la jolie brune, il se sentait bien et il pouvait oublier pendant quelques instants sa condition. Une fois détaché, l'hostile s'approcha de l'eau pour se rafraîchir le visage. Ce coin était calme et paisible. Cela changeait des bruits de coups dans la roche et des originaires qui crient. Camille se retourna ensuite à l'invita à le rejoindre. À présent ils étaient proches, ce n'était plus pareil, il n'y avait plus de barreaux pour les empêcher de se toucher et de se parler normalement. Le jeune homme sourit en l'écoutant. Néanmoins, il reprit son sérieux lorsqu'elle lui parla des travaux, il grimaça même :

« La clairière, je dois m'amuser à casser des cailloux et à les apporter comme un con à l'autre bout pour juste pour satisfaire ta tribu ! »

Personne ne savait pourquoi ils étaient obligés de travailler. Certains avaient bien évidemment des suppositions mais c'était tellement des conneries qu'il n'y croyait pas. Camille-Clovis passa une nouvelle fois ses mains dans l'eau pour sentir cette sensation de fraîcheur. Le jeune homme l'observa, il sourit bêtement. Tiens, il avait l'impression de connaître ce genre de réaction, enfin pas sur lui mais sur ses amis...c'était peut-être ça l'amour. Pouvait-on être amoureux d'une fille que l'on avait rencontré il y a quelques jours ? Il n'avait jamais connu cette sensation, des flirts, des coups d'un soir oui mais de là à aimer quelqu'un, il ne savait pas déjà prendre soin de lui alors quelqu'un en plus ? Bref, ce n'était pas le moment d'y penser. Il enleva une de ses mains de l'eau qu'il essuya sur son pantalon avant de venir doucement remettre une mèche de cheveux à Hope, derrière son oreille. Camille lui adressa un autre sourire :

« Tu es vraiment magnifique, on a dû te le dire souvent j'imagine. »

Oui Camille était en train de la draguer. Il faisait ça naturellement. Il avait tendance à facilement le faire quand une fille lui plaisait. Le jeune homme ignorait si c'était réciproque. Enfin, peut-être qu'elle faisait juste ça parce qu'elle le trouvait gentil. D'ailleurs ce serait la première fois qu'on le trouve gentil si ce n'est ses parents et amis. Camille-Clovis replongea ses mains dans l'eau et alors qu'elle s'y attendait le moins, il s'amusa à l'éclabousser. L'hostile se mit à rire avant de recommencer pour la taquiner. L'eau ne faisait pas de mal puis il faisait bon alors autant en profiter.

code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Dim 3 Mai - 2:31




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »Je roule brièvement des yeux en imaginant bien une seconde qu'est-ce que tu pouvais vivre, cela devais vraiment pas être terrible. Mais dans le fond, je me demande vraiment comment tu fais, du moins comment tu arrives encore à être ici, à rester tranquille alors que là, tu avais largement la possibilité de te barrer, au lieu de rester ici, avec moi. Bêtement, je ne fais pas trop le rapprochement, même si j'y réfléchirais sans aucun doute ce soir encore, et cela percuterait sans doute. Pis c'est pas comme si tu cachais vraiment ce que tu pensais, contrairement à moi qui étais un mur, du moins c'est ce que j'essayais de faire en général et c'était plutôt efficace mais apparemment pas vraiment avec toi. Vas savoir pourquoi. Je laisse échapper un soupir en restant un instant accroupie, tout en jetant un petit coup d'œil dans l'eau, regardant si le poisson était présent. Combien de fois j'avais essayé de les attraper ces saligots. Jamais ils n'avaient failli à se faire attraper et je restais rageuse jusqu'au soir quand j'essayais. Cela me fit légèrement sourire en coin en y pensant, avant que je ne sente tes doigts glisser sur le côté de mon visage, pour remettre une mèche folle derrière mon oreille. Ce contact me glace sur place, pas vraiment dans le mauvais sens mais bon, je m'y attendais pas. Faut dire que tu pouvais plus faire ce que tu voulais maintenant hors des barreaux, et donc te permettre plus de choses, mais je ne pensais pas vraiment à ça quand je t'avais libéré. Je retiens comme je peux les rougeurs qui commençaient me grimper sur mes pommettes, avant donc de bredouiller bêtement quand tu me dis que je suis belle :

« Heu... Oui, fin pas venant d'un survivant.. »
J'étais honnête oui, car les survivants se foutaient de voir une belle ou moche en gardienne, ils voulaient juste se barrer. Je sens mon cœur s'accélérer bêtement, ne sachant pas du tout à quoi tu jouais sur ce coup, mais je me détends un peu, me disant que c'était un peu du même type qu'avec Enzo...Fin là c'était pas pareil, car je ne ressentais pas la même chose et on avait ce goût du risque si intense par-derrière que c'était enivrant. J'avais vraiment pas envie que tu partes, tu me donnais ce petit plus qui faisait que ma vie était franchement énorme pour le moment. Mais je me doutais que toi, tu n'allais pas casser des cailloux toute ta vie.. C'était égoïste de vouloir penser comme ça. Je finis par me relever en un bond, ne m'étant pas attendus à recevoir de l'eau froide en plein visage . Tu m'avais fait peur sur le coup et je ne pus que laisser un éblouissant sourire se dessiner. Tu me cherchais et bien t'allais me trouver.

S'en suivis donc un chalutage presque enfantin, presque innocent, à se pousser, se balancer de l'eau et se taquiner. J'essaie comme je peux de te balancer dans l'eau, ne pensant franchement plus à rien sur ce coup, même pas au fait qu'on n'était pas sensé être là, ni que tu avais rien à faire avec moi. J'eus cependant un petit bug quand je vis nos mains liées de la sorte, alors que j'essayais de te faire tomber des roches pour faire un petit plongeon dans l'eau mais là, je sens une gêne certaine s'installer d'avoir un tel contact, qui pourtant était anodin de base, mais c'est vrai que voilà. Je ne comprends plus rien et alors que quelque chose allait peut-être se produire, j'entends un bruit qui va vite me faire tourner la tête :

« Merde, viens ! » Dis-je en gardant quand même une de mes mains dans la tienne, ramassant ma veste et me mis vite à courir vers la crique. J'avais entendus des gens, sans doute pour un petit ravitaillement d'eau mais si on nous voyait aie.. Je me dépêche d'aller dans une cavité bien cachée derrière l'eau fraîche, mon cœur battant à toute rompt. J'adorais ressentir ça, c'était mortel. Sans faire trop attention à notre proximité, je guette tel un lynx les environs, ne bougeant pas d'un pouce, avant de finalement tourner mon visage pour te faire face, me sentant bête et gêné face à tant de proximité :
« Vas..vas falloir qu'on fasse gaffe. Si jamais on se fait pincer, ça risque d'être la dernière fois qu'on se voit. »
© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Dim 3 Mai - 13:57

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Camille-Clovis ne s'était pas privé pour lui faire un compliment. Même s'il draguait, il le pensait sincèrement. Le jeune homme était cependant curieux de savoir si on avait dit ce genre de paroles à Hope. Celle-ci rétorqua qu'elle ne l'avait jamais entendu de la bouche d'un survivant. Ce dernier se mit à rire. En effet, il était bel et bien un survivant. Il avait survécu à un crash et à présent il survivait à la prison. Camille fut en tout cas ravi d'être le premier en quelque sorte. Se sentant à l'aise auprès d'elle, l'hostile commença à l'arroser. À vrai dire il avait eu une chance sur deux de la voir en pétard. Fort heureusement, ce ne fut pas le cas et elle le lui rendit bien. Les deux étaient en train de s'amuser comme deux parfaits adolescents. Il était trempé mais ça lui faisait du bien. Il riait en la voyant aussi trempé et en essayant de se défendre. D'ailleurs, elle osait le toucher pour tenter de le faire tomber à l'eau. Il rit de plus belle et apprécia vraiment cette proximité. C'était cool qu'elle se lâchait enfin avec lui. Enfin, sans aucune pression à être toujours aguets pour ne pas se faire surprendre. En parlant de se faire surprendre ce fut presque le cas maintenant. Hope se leva et lui attrapa la main tout en l’entraînant se cacher dans une cavité. La jolie brune semblait sur les nerfs ou du moins, elle avait tellement peur qu'ils se fassent surprendre qu'elle n'était plus détendue et elle ne cessait de regarder partout. Camille n'était pas prise de tête, il était confiant puis ils avaient fait vite. Lorsqu'elle tourna la tête, ils tombèrent nez-à-nez. Le jeune homme n'avait jamais été aussi proche d'elle. Il pouvait sentir sa douce odeur et son souffle chaud. Hope reprit la parole pour lui faire la morale ou lui dire un conseil, peu importe ce que c'était, elle parlait trop et elle angoissait trop pour rien.

« Hey du calme, pas de panique. »
Il la regarda dans les yeux : « Détends-toi un peu... »

Camille-Clovis ne lui laissa pas le temps de répliquer quoi que ce soit qu'il s'empara soudainement de ses lèvres pour l'embrasser langoureusement sans réfléchir. Il en avait eu envie depuis un petit moment déjà. Pas seulement maintenant à cause de la situation, mais très peu de temps après leur première rencontre. L'Hostile joua avec sa langue sensuellement tout en venant caresser ses joues avec ses mains. Le jeune homme rompit le baiser et se recula légèrement puisqu'il ne pouvait pas trop le faire. Il la regarda dans les yeux et s'attendait à recevoir une gifle de sa part. Cela lui était déjà arrivé puis il ne savait pas comment elle allait réagir. Il ignorait s'il était son premier petit ami ou si elle en avait eu avant lui. Du moins, petit ami, il allait déjà vite. Si en revanche elle attendait qu'il s'excuse, il n'envisageait nullement de le faire, Camille-Clovis ne regrettait pas une seule seconde. Avant qu'elle puisse répliquer quoi que ce soit, il se justifia en disant :

« Au moins ça t'éviteras de faire le hibou à regarder partout. »



code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Dim 3 Mai - 14:28




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »
Je flippais et cela me semblait un peu logique. Je savais bien plus que toi ce qu'ils faisaient quand un des survivants du crash ou n'importe qui d'autres de l'autre île, tentait de s'enfuir. Ce n'était pas joli à voir et cela m'embêtait d'imaginer une seule seconde qu'ils pourraient te faire du mal, et surtout encore plus avec le baiser que tu vas me donner, quelques secondes après mes paroles. Je plisse légèrement le front, sentant ton souffle contre mon visage avant donc de te saisir de mes lèvres de la sorte. Bon sang, quel baiser. C'était la première fois que je me faisais embrasser comme ça, bien sûr qu'on avait déjà essayé mais le mec c'était pris une baffe car je n'aimais pas vraiment qu'on me prenne au dépourvue comme ça. Mais là, ce n'était pas comme si on n'en avait pas eu envie.

C'était intense, fort et surtout complètement enivrant. Au début j'allais te repousser car je m'y étais pas attendu du moins avec autant de vivacité, mais ce baiser, ta langue contre la mienne eu bien vite raison de moi. Mon cœur était proche de l'explosion dans mon corps, alors que ton baiser sensuel et tes caresses sur mes joues me mettent le feu et des frissons jusqu'au orteil. Je ne pensais pas qu'un baiser pouvait mettre le feu aux poudres à ce point et surtout offrir autant de satisfaction, de bien-être. Je m'étais donc laissé aller mais j'avais bien sur répondus à ce baiser sinon je l'aurais coupé net quand tu avais commencé. Je me sentais quand même un peu à la ramasse car tu semblais bien plus expérimenté que moi, mais cela ne semblait pas te gêner.
Quand tu arrêtes donc ce baiser, ce fut presque avec tristesse que je te laisse donc t'écarter. Mes joues avaient pris une légère teinte rosée, avant que je ne me gratte machinalement de l'index la joue, nerveusement.

« Arrête de dire des conneries...J'ai pas envie que tu te fasses tuer, et moi jeté en prison pour trahison. Mais ok, je me calme. » Je souffle profondément pour reprendre mes esprits, tout en me retournant pour jeter un coup d'œil à l'extérieur, et en sort. Assez trempé, je viens donc à essorer mes beaux cheveux bruns, ainsi que mon tee-shirt, laissant vaguement apparaître ma jolie musculature et mon corps plus que désirable. Mais bien sûr, je le fais tout à fait sans me rendre compte que cela pourrait donner des idées même au plus sage des hommes. Je tourne mon regard sur toi, je ne voulais pas paraître gêné avec ton geste même si à l'intérieur c'était le cas :

« Tu fais ça à toutes les filles qui te viennent en aide où je suis juste la chanceuse ? » Dis-je sans vraiment avoir réfléchi au préalable. Mais au moins, j'étais fixé car je détestais les mecs qui courraient les filles juste comme ça. Pour augmenter leur tableau de chasse.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Dim 3 Mai - 22:14

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Camille-Clovis n'avait pas hésité un seul instant à l'embrasser. Il avait fait ça spontanément et avec désir et envie. Le jeune homme l'a désirait plus que tout sur cette île à ce moment même. Cela s'était d'ailleurs vu dans sa façon de l'embrasser. Il n'avait pas fait un baiser chaste mais un baiser plein de passion. Il finit néanmoins par se retirer pour la regarder dans les yeux. Il se justifia simplement et sans aucun regret. Camille n'était pas le genre à avoir des regrets, il acceptait tout ces actes, y compris les plus mauvais. L'hostile répliqua au tac au tac :

« Je me fiche de mourir Ho', j'ai survécu à un crash d'avion si je suis ici ce n'est pas pour mourir sur cette île ! »

Le jeune homme était sûre de ça. En tout cas il ignorait tout du destin et de ces autres trucs, mais il savait qu'il ne mourrait pas maintenant, il sentait que son heure n'était pas venue puis ça serait stupide alors qu'il avait déjà survécu à quelque chose de plus énorme à ses yeux. Il suffisait d'observer le ciel pour imaginer la distance existante entre le ciel et la terre, c'était énorme alors survivre à ça, c'était juste wouah ! Camille-Clovis espérait qu'elle allait se calmer, c'était dommage sinon de tout gâcher par la peur d'être pris, ils ne pourraient pas profiter de ce moment. Hope sortit la première de la cavité, il fit de même.

« Aucune fille ne m'a aidé avant toi alors j'imagine que tu peux t'estimer privilégier. »


Il lui adressa un clin d’œil avant de la mater discrètement, enfin du mieux qu'il pu. Hope arrivait à lui procurer des frissons rien qu'en admirant son corps magnifique. Alors qu'il l'observait dans chacun de ses détails, Camille-Clovis remarqua la présence d'un pistolet. Il fronça les sourcils et le désigna du doigt :

« Tu parlais de te faire confiance, mais apparemment je vois que ce n'est pas réciproque. »

L'hostile était déçu et se sentait d'un seul coup trahit. Était-elle comme tout les autres finalement ? Il n'avait eu aucun geste violent avec elle ou il n'avait même pas essayé de s'échapper. Il avait l'impression qu'elle le prenait pour un monstre.

« J'me tire ! »

Dit-il d'un ton sec en commençant à se diriger vers la jungle avant de finalement se retourner : « J'espère que tu n'y vois pas d'objection ou tu vas me tirer dessus et appeler tes amis pour m'enfermer de nouveau ?! »

Peut-être que c'était mieux ainsi, peut-être qu'il ferait mieux de quitter l'Hydre au plus vite avant que Hope l'enferme.


code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Dim 3 Mai - 23:44




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »
Le désir. Jamais il ne m'étais vraiment venu du moins pas ce même genre de désir que tu avais pour moi. J'avais jamais connus de toute manière l'acte suprême qui faisait tant désirer une personne de vouloir possédé l'autre comme jamais. Certes, je désirais des présences, de l'affection, comme toi, je désirais constamment te voir et j'essayais au maximum de rester vers toi, car tu étais pas quelqu'un d'ordinaire et que de toute manière, il ne fallait pas se mentir, le courant passait plus que bien, même trop bien vue ce baiser ardent que tu venais donc de m'offrir. C'est vrai que là, j'allais en cogiter ce soir. Mais c'était quand même un geste franchement intéressant même si cela me faisait encore plus suer car, dans ma tête, je ne pouvais pas profiter aussi pleinement que ça, de ces petites choses car nous étions sensés être ennemis. Mais grand dieu le bien-être que c'était de faire de pareilles folies, de ressentir autant d'adrénaline. C'était revigorant. Tu étais la nouveauté pour moi, à mes yeux. Alors c'est vrai que cela m'embêterait de te perdre aussi bêtement.

Un sourire franchement débile mais bien dissimulé c'était alors dessiné sur mes lèvres, quand je t'entendis alors que j'essorais mes fringues, que j'étais en effet la seule à t'avoir aidé et donc la fameuse chanceuse. Donc tu disais clairement que j'étais bien la première fille que tu avais eue envie d'embrasser de la sorte, au bout de seulement quelque jours mais qui surtout, était ton ennemie. Mais cette bonne ambiance, ce moment de paix et surtout de calme avant la tornade comme tu n'avais pas la possibilité d'être libre pendant longtemps, c'est un véritable ouragan qui éclate. Je lève les yeux en t'entendant me parler de la sorte, complètement choqué. Ma main se pose automatiquement sur l'arme, me doutant que tu parlais de ça. Mon cœur s'arrête presque en t'entendant dire que tu partais, ce que tu fis en plus ! C'était pas juste une menace tu allais vraiment te barrer. Sur le coup, je sens dans le son de ta voix, ô combien tu es déçu et cela me brise le cœur surtout qu c'était pas dans mon intention de te faire croire que l'arme était là pour toi, pour ne sait-on jamais si tu venais à faire un mauvais coup. Cela ne m'était même pas venu à l'esprit et franchement, cela me faisait super mal au cœur de voir que toi, tu pensais ça. Je me dépêche de descendre de mon perchoir, essayant donc de te rattraper. Je tire vivement ta veste et me plante devant toi, en posant une main sur ton torse pour que t'arrête de bouger. Et là je fais quelque chose de totalement inédit et inattendus pour toi. Je retire mon arme et te la mets entre ta ceinture et ton pantalon, comme si c'était normal de glisser ces mains ici et surtout y glisser un flingue. Mon regard se pose dans le tien, voyant que tu étais surpris alors que moi, mon regard était luisant et surtout rempli de peine :

« Ce n'est pas pour toi qu'il est là crétin. On est obligé d'en avoir une en tant que gardien et c'est si jamais on se fait attaquer par des survivants qui attaquent à l'improviste. Pourquoi sinon je serais venue te chercher hein ? Si tu veux partir fait. Mais garde là. Ça te protégera sait-on jamais. »
Tu devais te douter que ce geste était vraiment une marque de confiance presque extrême, car tu pouvais très bien me descendre là, immédiatement. Tu pouvais bien me prendre en otage et te barrer en exigeant la relâche des gens ici. J'étais à ta merci et surtout te montrais que j'avais confiance en toi. Naïvement presque. Mais cela me faisait suer de voir que tu doutais de moi après tout ce que je faisais.

« Part. T'as place c'est pas ici, alors vas-t'en. Je dirais que tu t'es enfui alors que j'avais le dos tourné et pis voilà... » Ces paroles étaient dites avec une peine franchement certaine, j'étais complètement dépité de savoir que tu voulais partir mais c'était de toute façon obligé, tu n'allais pas rester ici.. Tu n'avais aucune raison de rester ici, du moins c'est ce que je pensais. Et pour clouer le tout, je vins te rendre un baiser, plus chaste que le tien, ayant brièvement rapproché mon corps du tien, une de mes mains ayant glissé dans tes cheveux, avant de te relâcher au bout de quelques secondes.Au moins dans un sens, tu avais la réponse à ta question de savoir si ton geste était réciproque. Je préfère vite faire demi-tour vers la crique récupérer mes affaires, pis évité de montrer une peine évidente.

© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Lun 4 Mai - 3:59

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Camille-Clovis était prêt à partir ou du moins à s'enfuir. Hope était-elle comme tous ces originaires ? Elle se méfiait de lui comme de la peste ? Si c'était le cas, la jeune femme le décevait. Pour lui ces quelques jours en prison à apprécier chaque moment passé avec elle était devenue un petit rituel. Il s'était attaché à elle et la considérait bien plus qu'une simple amie. Le jeune homme en avait un pincement au cœur. Il se sentait stupide de s'être laissé aller à ce genre d'émotion. L'amour c'est nul non ? Alors qu'il lui tourna le dos, la jolie brune le rattrapa. Elle le tira par sa veste afin qu'il la regarde. Camille-Clovis lui jeta un regard mauvais. Que voulait-elle de plus ? Hope attrapa le pistolet pour le lui donner en main propre. L'hostile fut dérouté car il ne s'y attendait vraiment pas. Il n'eut pas le temps de répliquer que sa belle originaire prit la parole pour le traiter de crétin et se justifier. À ce moment précis, l'hostile se trouva en effet crétin. Il n'avait pas pensé à cette éventualité. Il détenait toujours l'arme dans les mains, mais il n'en fit rien. Jamais il s'en prendrait à Hope. Cette arme aurait pu lui être utile pour se battre contre les Kappa et les Originaires ou encore se la péter devant ses amis mais non, il ne comptait pas la garder. La jolie brune l'incita à partir avant de lui offrir un baiser chaste sur ses lèvres. Le jeune homme frissonna et se sentit désemparé par la situation. Que devait-il faire ? Partir ou rester ? La réponse était dès plus évidente. Camille serra fermement le pistolet et s'approcha d'elle avec un regard sur de lui. Il se colla à elle et rangea le flingue où il se trouvait précédemment avant de la prendre dans ses bras. Il la serra contre lui avant de l'embrasser de nouveau. Au début de manière chaste avant de prolonger le baiser comme il l'avait embrassé précédemment. Hope pouvait comprendre qu'il était décidément attaché à elle. Cette petite casse-cou avait réussit à entrer dans son cœur. Il rompit ensuite le baiser, mais il ne comptait pas lâcher son emprise sur elle puisqu'il la gardait dans ses bras. C'était spontané, il ne savait pas comment s'y prendre ou du moins il ne réfléchissait tout simplement pas.

« En effet, ma place n'est pas ici. » Fini-t-il par admettre. Un silence puis il ajouta : « Mais je n'ai pas envie de m'éloigner d'une petite teigne comme toi, tu me plais bien. »

Il sourit amusé avant de se reculer et de lui attraper la main tout en observant les alentours. Il trouva un petit coin plutôt tranquille et caché. Au moins, ils ne risquaient pas d'être vu. Il l'emmena alors près d'un arbre et il s'y installa avec elle. Ce petit coin était plus intimiste. Camille-Clovis n'avait toujours pas lâché sa main. Il jouait avec ses doigts qu'il entremêlait avec les siens.

« Écoutes Ho', j'me fiche de savoir que t'es une originaire, on est pas ennemis, en fait j'me tape de ce que tes supérieurs peuvent penser, pareil pour ce de mon groupe. Je tiens réellement à toi et tout ce que je sais c'est que t'as fais des choses que personne à part mon meilleur ami n'a fait jusqu'à présent alors je ne compte pas te lâcher. » Un autre silence : « Je suis désolé d'avoir cru que tu te méfiais de moi, tu me vois différent pas comme tout le monde. » Il la regarda dans les yeux avant de lui caresse la joue tendrement avec sa main libre.


code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Lun 4 Mai - 14:16




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »
C'est vrai que quand on y regardait, d'avoir une arme avec toi, pouvait poser des doutes sur la vraie confiance que j'étais sensé te donner. Mais c'est vrai qu'avec le geste que je venais de faire en te laissant une arme, dans mon propre camp, sans que je pose de question et sans réelle raison hormis que de te dire que j'avais confiance. Dans le sens, je devais vraiment t'apprécier aussi pour faire une folie pareille. Mais je savais bien que ne t'étais pas venue pour nous tuer, du moins...j'espérais. Alors que je donnais un dernier coup d'essorage à ma veste, je sursaute en sentant ton corps venir se coller au mien, pivotant pour donc regarder ce que tu faisais. Je fus encore plus surprise de te sentir me prendre dans tes bras de la sorte. J'écarquille les yeux avant de sentir pour la troisième fois tes lèvres se poser sur les miennes dans un baiser franchement fort en émotion. Mon cœur s'accélère drôlement, alors que mes bras glissent sur tes épaules pour t'enlacer à mon tour. Les joues légèrement rougis, je te laisse reculer sans pour autant qu'on se délace l'un de l'autre. Je lève les yeux au ciel un peu exaspéré en t'entendant me surnommer comme ça. Je te donne une légère tape sur l'épaule avant de lancer :

« N'importe quoi, ce surnom. C'est pas du tout romantique ça. » Grommelais-je légèrement en ne pouvant m'empêcher de sourire quand même un peu en coins, te laissant glisser mes doigts entres les tiens avant donc de te suivre plus loin, prêt d'un grand chêne. Je m'assieds en face de toi, ne coupant donc pas ce contact que tu avais instauré, écoutant ce que tu avais à me dire. Cela me touche que tu me dises tout ça, je lance donc en ayant quelques frémissements en te sentant caresser mon visage :
« Je le sais ça. Pourquoi crois-tu que je suis comme ça avec les survivants ? Enfin, que je leur donne de l'eau et tout ça. Toi c'est encore autre chose. Mais dans le principe, si on nous attaque pas, je ne suis pas d'accord avec ce que le Conseil fait. Donc en gros tout ça, les travaux forcés des prisonniers. Cela m'embête vraiment que tu sois là même si je suis contente de te connaître et tu le sais. » Soufflais-je doucement tout en posant mon regard bleuté sur ta personne, mon cœur palpitant d'une drôle de sensation. Limite je commençais à comprendre qu'est-ce que c'était un coup de foudre, puisque dans le principe, c'était un peu ce qui c'était produit. Car ne si peu de temps, être à ce niveau ensemble, c'était qu'il y avait quand même quelque chose de fort, très fort. Et cela semblait parfaitement réciproque.

« Ton passé n'est pas important pour moi, je ne juge pas les gens et tu n'es pas comme les autres, sinon je ne serais pas là avec toi. J'aime bien ta façon d'être. » Avouais-je sans tabou, n'étant pas du genre à cacher ce que je pense des gens. Mais on ne put pas rester toute la journée, à notre grand damne. Je dus donc te raccompagner ou tu fus donc renfermé dans les prisons extérieures. J'avais mal au ventre sous la culpabilité de te laisser ici. Mais je t'avais promis que je viendrais demain. J'avais beaucoup pensé à la journée, avant de dormir et c'est le cœur quand même léger que je m'étais endormie en pensant à toi. Le lendemain, j'eus du mal à me défaire de mes obligations, je voulais vite aller te retrouver et cela me rongeait de pas pouvoir y faire vite. Mais en fin d'après-midi, je fonce à la carrière pour sortir encore une excuse merdique, mais j'avais juste à faire un beau regard et ils n'avaient pas cherché à comprendre. Je me dépêche donc de te pousser pour qu'on fasse pareil qu'hier et hop retour prêt du lac. Sans même se concerter à peine caché dans un coin que je viens directement t'embrasser avec empressement, contente de te voir.Que tu soit à nage, pas forcément propre m'importais peu. Je finis quand même par reculer pour te laisser respiré, avant de lancer :

« Tu m'as manqué. Tout va bien ? Mais attends-tu t'es blessé ? » Dis-je en regardant tes mains pas en super bon état. Dans le principe cela m'emmerdait de te voir morflé en partie par ma faute, car je me doutais bien que tu rest

© 2981 12289 0

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Mar 5 Mai - 0:09

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Camille-Clovis était décidément ravi de cette journée. Il n'imaginait pas un seul instant cette tournure des événements. Quoique peut-être oui. Il l'aurait peut-être embrassé malgré leur petite cachette et cette histoire de fusil. L'hostile ne cachait pas que la belle originaire lui plaisait énormément. Elle avait été simple, généreuse, souriante, amical et courageuse. Elle avait de nombreuses qualités qui sautait aux yeux du jeune homme. Comme il allait le lui dire, aucune personne ne lui était venue en aide dans les situations les plus périlleuses qu'il avait eu. Ce kidnapping en faisait partie. Le jeune homme se mit à rire en l'entendant rétorquer que ce n'était pas romantique comme surnom, ce à quoi à rétorqua :

« Qui t'as dis que j'étais romantique ? »

Il lui fit un clin d’œil avant de sourire amusé. Il n'avait jamais été romantique ou en tout cas sans en prendre conscience. Comme il n'avait jamais eu de relations sérieuses, il ne s'était jamais pris la tête avec tout ces codes amoureux. Ses relations avaient toujours été sexuelles. Camille-Clovis la garda dans ses bras. Ils avaient failli se séparer et se déchirer alors il n'allait pas la lâcher d'aussitôt de son emprise. L'hostile se retira ensuite de leur étreinte pour entraîner Hope dans un coin à l'abris des regards. Il lui tenait toujours la main. Il appréciait cette chaleur, ce contact entre eux. Le jeune homme l'écouta attentivement, ils avaient pour une fois une conversation sérieuse. Il la dévisagea lorsqu'elle parla du Conseil :

« Un Conseil ? C'est très organisé chez vous. »

Il se contenta de dire cela même si au fond de lui il trouvait ça flippant. Les originaires étaient décidément une société complexe. De l'autre côté de l'île, il n'y avait pas de conseils. Ils n'étaient pas une société, juste des survivants. Ils n'avaient rien demandé à être ici et ils espéraient tous retourner à New-York. Enfin, la plupart des gens, pas lui, mais il n'était pas contre le confort qu'avait Hope. Camille-Clovis lui adressa un sourire lorsqu'elle lui avoua que son passé lui était égal. Il valait mieux sinon elle risquait de le prendre pour un dingue. Quoi qu'il en soit la journée se passa vite et le voilà de nouveau enfermé dans sa cage. Ce soir là, il eut encore plus de mal que les autres fois à le supporter. Il ne voulait pas vivre ainsi toute sa vie et encore moins être loin de Hope. Le lendemain, la journée recommença comme la veille. Camille était obligé de travailler et sa rage continuait de s’agrandir. Un jour il allait finir par péter un câble c'était certain. Heureusement, que Hope réussit à trouver une excuse pour lui permettre de passer du temps en sa compagnie. Il joua les prisonniers à la perfection et quand ils furent dans leur petit coin de paradis, sa petite teigne s'empara de ses lèvres. Il prolongea tendrement le baiser jusqu'à ce qu'elle se recule légèrement pour savoir si il allait bien :

« Tu m'as manqué aussi Ho' » il était sincère : « Je vais mieux depuis que je suis en ta compagnie. » il lui sourit et il lui caressa la joue : « Ne t'en fais pas ce ne sont que des égratignures. »

Le jeune homme vint la prendre dans ses bras et lui murmura : « Détends-toi, c'est notre moment alors oublies tout ça et profitons, je veux que l'on ne fasse que ça à chaque fois que l'on se reverra. »

Camille-Clovis en avait marre de penser à sa condition. Il voulait se sentir libre, n'avoir aucune embûche. Il voulait juste profiter car ces moments pouvaient être rares. Ne pouvant pas se continir plus longtemps, il l'embrassa à son tour. Ses lèvres lui avaient manqué profondément. Sa chaleur également. Rien d'autre ne comptait autour de lui si ce n'est Hope.


code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Mar 5 Mai - 0:53




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »
Je ne pouvais décidément pas m'en empêcher, de parler encore de ta condition mais cela m'embêtait tellement, j'avais tellement mal au cœur de savoir que tu étais encore là à cause de moi, même si dans un sens, c'était une sacrée preuve d'attachement, j'irais même jusqu'à croire d'amour. Même si ça, ce n'était pas sur puisque tu ne me l'avais pas dit ouvertement et moi non plus d'ailleurs. On était attaché l'un à l'autre mais rien qu'à la façon dont on s'embrassait, difficile de pas croire qu'il y avait pas anguille sous roche, à moins que je n'étais qu'une distraction et qu'une fois partie, tu m'oublierais vite et retournerais dans les bras de tes conquêtes dont je ne connaissais évidemment pas l'existence encore. Et il valait sans doute mieux tien.

Je t'offre un petit sourire, glissant mes mains le long de tes avant-bras avant de remonter sur tes épaules en venant donc entourer ton cou de ces dernières. J'étais bien plus détendu qu'hier, c'était une évidence et cela pouvait se voir, même si je n'avais pas pu m'empêcher de faire l'inquiète pour toi. Oui bon, c'était comme ça. Je me souciais des gens, sans doute plus que moi-même. Je lève les yeux au ciel en t'entendant donc me dire que tu voulais profiter de ces moments-là, ne sachant pas trop si tu parlais d'être libre ou avec moi. Ou un mélange des deux. Je finis par me laisser à nouveau aller dans un second baiser toujours aussi fort, toujours aussi intense. Le feu commence vite à me prendre les joues, tandis que mon cœur cognait vivement dans le fond de ma cage thoracique. Limite je me demandais si tu le sentais pas, étant collé contre ton corps qui me pressais contre toi. Sur ce coup, une bombe aurait plus explosé à côté de nous, j'aurais même pas réagi tant j'étais presque devenue une guimauve contre un feu de camp. Tu me faisais m'irradier de partout, mes sens, mes hormones et mes pensées sautant dans tous les sens. C'était presque dingue de réagir comme ça, mais quand une alchimie était forte entre deux personnes, c'était comme ça et pas autrement. Nos langues s'entremêlèrent un long moment, avant que je ne recule, par manque d'air mais surtout car j'avais le feu aux joues.

« C'est plutôt moi qui vais finir décédé si tu m'embrasse comme ça tout le temps. » Dis-je en prenant une mine presque enfantine mais quand même particulièrement adorable. Faut dire que je n'étais pas habitué, on ressemblait plus à deux gamins qui découvraient les premiers plaisirs à partagés, fin dans un sens, c'était mon cas. Et c'était franchement la honte donc j'espérais pas avoir à te dire ça. Car tu allais te moquer et je le prendrais sans doute mal.
Après encore quelques baisers, on finit par s'asseoir dans l'herbe, le soleil n'allant d'ailleurs pas tarder à ce coucher. Tant mieux, au moins il n'y avait aucun risque qu'on nous voit, et je pourrais te ramener en cellule tranquille car je connaissais le gardien à ce tour de garde, donc cela passerait genre super bien. Je m'étais installé entre tes cuisses, mes jambes par-dessus les tiennes alors que j'étais en face de toi, tout en jouant presque machinalement à arracher quelques brins d'herbe. Je finis par lancer :

« Tu faisais quoi avant dans la vie avant d'entrer dans l'avion qui à crasher ? » Demandais-je en reprenant encore mes questions mais je voulais en savoir plus sur toi, c'était ainsi depuis le début. Tes récits m'émerveillaient presque, essayant d'imaginer ce que c'était exactement, New York.
« T'avais une copine avant le crash ? » Ajoutais-je en te regardant dans les yeux. Oui, je voulais quand même savoir quoi... Normal. Mes doigts caressent légèrement ton bras, alors que je te sondais un peu pour voir ta façon de réagir à toutes mes questions.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Mar 5 Mai - 4:36

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Camille-Clovis ne cessait d'embrasser la jeune femme. Il était de nature tactile, ce n'était pas son style d'être pudique ou réserver, il était extraverti. Parfois même un peu trop, mais cela faisait partie entièrement de sa personnalité ce qui le rendait attachant. Si ce n'était pas le début de leur relation, le jeune hostile n'hésiterait pas à lui donner des surnoms, dire des mots d'amour etc. Il le faisait déjà mais il ne voulait pas trop la brusquer ni lui faire peur. Il avait réellement un véritable coup de foudre. En était-il de même pour elle ? Ça en avait en tout cas l'air aux premiers abords. Il voyait qu'elle n'était pas insensible à son charme et que dès qu'il l'a touchait que ce soit en la prenant dans ses bras ou en l'embrassant, Hope rougissait. Il trouvait ces rougeurs toutes mignonnes tout plein. De plus, sa belle originaire devenait de plus en plus tactile elle aussi, le courant passait vraiment. Dans ces autres relations il n'avait pas eu ce petit truc que lui procurait Hope, c'est-à-dire le véritable amour. Si Abel le voyait dans cet état, il se moquerait sans doute de lui et n'hésiterait pas à le chambrer. Il imaginait déjà ce qu'il allait lui dire : « Tiens t'aimes plus les queues maintenant ? » Un truc vraiment très raffiné mais entre mecs ils pouvaient tout se permettre. Ce n'était pas comme avec les filles où ils devaient faire attention pour ne pas les choquer ou les faire flipper. Après un second baiser, Hope lui avoua en plaisantant qu'elle allait décéder s'il continuait à l'embrasser ainsi. Il rit et décida de la taquiner :

« Oh non ne décède pas ! Je ne suis pas encore nécrophile ! »

Le jeune homme rit de plus belle avant de lui remettre une mèche en place. Il adorait lui faire ça, c'était instinctif et tendre. Les deux jeunes gens vont ensuite contre l'arbre d'hier. Hope s'installa entre ses cuisses, il la laissa faire. Il aimait bien cette position car il pouvait sentir son doux parfum notamment celui de ses cheveux. Il se demandait si les originaires avaient du shampooing et du gel douche, ce genre de truc que les survivants regrettaient. Il déposa d'ailleurs un baiser sur ses cheveux vu qu'il était derrière elle et avec une de ces mains, il lui caressa doucement son bras. Hope lui posa ensuite deux bonnes questions, enfin les réponses n'étaient pas top, il ne savait pas comment elle pourrait réagir. Camille-Clovis continua de caresser son bras en réfléchissant à ce qu'il allait dire, lui qui est d'habitude si spontané. Il n'a jamais eu peur d'être jugé mais cette fois ce n'était pas pareil, c'était elle...sa belle originaire, sa petite teigne. Si elle prenait la fuite ou ne souhaitait plus le revoir après ça ? Camille n'était pas du genre à mentir alors tant pis, il lui dirait la vérité sans aucun tabou :

« J'étais un p'tit con ! J'ai arrêté mes études dès que j'en ai eu l'occasion et je passais mon temps à dealer de la drogue, faire des conneries fin ça, ça ne change pas faire des conneries. » Il sourit amusé et ajouta : « Je ne suis pas le gendre idéal pour ta famille, ennemi et dangereux. »

Camille-Clovis savait qu'elle n'allait pas le présenter à ses parents ou à ses frères car rien que le fait qu'il ne soit pas de leur camp, il risquait de se faire découper en petite rondelle alors si en plus de ça il était mauvais, ils auraient gagnés le jackpot. La seconde concernait ses relations amoureuses à New-York, oulà il y avait trop de choses à raconter, trop de péripéties folles. Peut-être qu'un jour il le lui raconterait.

« Nan, j'ai eu des relations, mais jamais en couple je n'étais jamais tombé amoureux. »

Il sous entendait maintenant qu'il l'était en quelque sorte. Camille-Clovis la regarda ensuite. Lui aussi était curieux de savoir si elle avait eu d'autres petits amis. Elle état très belle alors c'était fort probable non ? Il était loin de s'imaginer qu'elle n'avait que très peu d'expérience.



code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Mar 5 Mai - 16:15




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »
Je lève alors les yeux au ciel en t'entendant me dire que tu n'étais pas nécrophile. Que c'était charmant, je savais que t'avais des trucs bizarres à dire mais celle-ci était répugnante même si dans le principe heureusement que tu ne l'étais pas car tu pouvais être sûr que j'aurais détalé comme un lapin. Mais faut dire que si je savais réellement toute ta vie, toutes tes relations bizarres je serais peut-être pas resté ou du moins, j'aurais aimé que tu m'en parles rapidement mais dans le principe, tu ne le ferrais pas maintenant, car je le découvrirais sans aucun doute toute seule. Du moins si je te suivais quand tu repartirais car il fallait se mettre à l'évidence que tu allais pas rester éternellement ici.Je lève alors les yeux au ciel en t'entendant me dire que tu n'étais pas nécrophile. Je regrettais quand même que les gens d'ici et de l'autre île ne s'entendent pas un minimum car j'aurais pu tenter de te présenter à mes frères mais je savais que c'était déjà peine perdu. S'ils savaient que tu étais un ancien dealer, un petit con qui faisait que le fou et des conneries, tu passais à travers la porte.

Je voyais bien que tu étais très tactile, du moins je l'avais vite compris hier, pis surtout encore plus aujourd'hui mais cela ne me dérangeait pas trop, c'était le début alors...Pis c'est pas comme si je ne voulais pas, tu me faisais de l'effet alors bien au contraire, si je pouvais t'avoir tout le temps avec moi, ce serait parfait. Même si au bout d'un moment, j'en aurais marre mais ça, c'était pas encore prêt d'être le cas, car c'était franchement long la journée de ne pas te voir. Je me cale convenablement contre ton épaule tout en soufflant légèrement, laissant tes doigts me caresser le bras, alors que mon autre main libre vint donc récupérer ton second pour lié nos doigts ensemble. J'aimais vraiment ces petits moments et cela me faisait presque oublier tout le reste, comme s'il n'y avait que toi et moi. C'était bien le cas, mais si je pouvais, je resterais dormir avec toi toute la nuit comme ça, et même dehors je m'en foutais entièrement. Quand tu me donnes ta réponse, je laisse échapper un petit sourire en coins. Oh ça oui, mes frères te foutrais un coup de pied dans le cul s'ils savaient que je fréquentais un mec comme toi. Mais dans le principe, c'était ça, le plus amusant, de défier complètement les règles et les styles que mes frères voulaient m'imposer.

« Et bien... Mais dans le principe, c'était ça, le plus amusant, de défier complètement les règles et les styles que mes frères voulaient m'imposer. Fin pas crus jusqu'à faire dealer de drogue quoi. » Dis-je calmement en regardant les lumières de l'Hydre s'allumer petit à petit au loin, reposant finalement mon regard sur le paysage se teintant de la douce chaleur du soleil avant qu'il ne se couche. Je finis par sourire de plus belle quand je t'entends me dire que tu avais jamais été amoureux en sous-entendant que cette fois, c'était différent et que tu l'étais, pour moi. Cela me fais sourire vraiment bêtement mais tu n'y vois bien sur pas, te tournant le dos. Mais je me retourne pour pouvoir te regarder, avant de sourire et de lancer :

« Et bien c'est super pour moi ça. » Ajoutais-je en glissant mes mains sur chaque côté de ton cou, tout en te regardant droit dans les yeux. Je me rapproche de toi, venant à me coller ainsi, mes jambes passant sur le côté de tes hanches, me sentant bien comme ça. Je glisse plusieurs baisers sur tes lèvres, avant d'ajouter :
« Et t'a de la famille ? ».

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Mar 5 Mai - 23:42

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
C
amille-Clovis avait été spontané lorsqu'il avait dit qu'il n'était pas nécrophile. Il n'avait pas imaginé un seul instant la choquer. Il faut dire qu'il racontait tellement de conneries avec Abel que ce n'était même plus choquant. Pour draguer une fille, ce n'était pas idéal à raconter. Au moment elle savait qu'il ne l'était pas bien qu'elle devait déjà s'en douter. Camille lui adressa un sourire tout en étant tactile sans arrière pensée. Il aimait témoigner de son affection. Si un psychologue devait l'analyser, il dirait sans doute que son comportement était dû au manque affectif de ses parents. C'était peut-être le cas, il n'en savait rien lui-même. Il est vrai que ses parents, même s'il les aimaient et que c'était réciproque, n'étaient pas des bons parents. En effet, sa Simone passait son temps à boire et son Johnny à glander devant la télévision. Il n'avait jamais joué avec ses parents lorsqu'il était enfant, ni même eu des câlins. Bref ! Il n'était pas là pour se faire pleurer, il aimait sa vie et la prenait comme elle venait. Camille-Clovis serra doucement sa main tout en déposant un ou deux baisers dans son cou.

« Hummm tu sens bon ! »

Il avait l'impression qu'elle sentait la fraise des bois ou un fruit de ce genre qui sent super bon ! Il avait envie de la manger tout cru. Il sourit et en profita qu'elle tourne la tête dans sa direction pour l'embrasser tendrement. Il ne préférait pas imaginer la tête des ces beaux frères, il pouvait les appeler ainsi non ? Camille-Clovis se demandait d'ailleurs combien elle en avait. Déjà deux s'était largement suffisant.

« Encore je peux les comprendre, je crois que si j'avais une sœur je ferai pareil fin j'sais pas. Tu en as combien ? Laisses-moi deviner....trois ? »

Il avait dit au pif sans vraiment réfléchir. L'hostile espérait quand même qu'elle en ait pas plus sinon il avait intérêt à fuir aussi vite qu'il le pouvait s'ils venaient à savoir pour sa relation avec Hope. En admirant le coucher du soleil pour laisser place à la nuit, le jeune homme lui fit une confidence. Il était tombé amoureux, fin il le croit, c'était même sûre car il se comportait comme Abel et Freya. Mouarf, mais c'était tellement bon de se sentir aimer et être aimé alors ça en valait le coup non ? Hope appréciait ce genre de confidence, il lui adressa un sourire lorsqu'elle se retourna pour se coller à lui, ses mains autour de son cou et elle vint l'embrasser. Il prolongea un peu jusqu'à ce qu'elle s'arrête pour l'interroger sur ses parents.

« Pas sur l'île mais à New York ouais. »

Camille ne dit rien de plus. C'était compliqué à lui raconter que ses parents avaient perdu sa garde, qu'il avait terminé dans un foyer pour jeunes délinquants avant d'être adopté par un couple de vieux qu'il appelait Papy et Mamie. Puis ce Papy qu'il aimait tant été décédé sur ses yeux, il avait fini envoyé par Mamie dans cet avion empoisonné pour partir dans un camp de redressement. Il le lui raconterait un jour, oui, mais par souvenirs, pas en résumant son histoire. Camille-Clovis vint lui mordiller doucement le lobe de son oreille et lui demanda à son tour :

« Tu pourras me faire visiter ta maison ? Ça fait longtemps que je ne sais plus à quoi ça ressemble ! »

Il laissa échapper un léger rire. Il était curieux, au moins il aurait la réponse à sa question sur la playstation, la télévision et autre objets technologiques. Il se demandait s'ils avaient des douches, un lit confortable, de la bonne nourriture. Il voyait déjà par rapport à la nuit qu'ils détenaient la lumière. Enfin, il était curieux de voir où Hope habitait, voir comment était sa chambre, comment elle l'avait décoré puis connaître tout simplement son univers. Camille-Clovis savait qu'elle pouvait prendre un gros risque en lui faisant visiter.


code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Mer 6 Mai - 0:25




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »
Un frisson monstrueux me prend quand je sens tes lèvres dans mon cou, découvrant la sensibilité à cet endroit, ce qui me fit légèrement rire, d'un air presque niais. Mais j'étais tellement bien ici, avec toi que je m'en foutais. Faut dire, que j'avais jamais eu de copains avant toi, alors bon...Je découvrais un peu ces sensations intenses qui parcouraient mon corps. Beaucoup de sensation que je n'arrivais pas à mettre le doigt dessus et à nommer ces dernières. Mais je sais que toi, tu te ferrais un plaisir de me décrire tout ce que je pourrais ressentir, même si tu avouais ne pas avoir été amoureux jusqu'à présent. Cela avait quand même gonflé sacrément ma fierté de le savoir, car tu disais avoir eu des relations mais j'étais la seule à avoir conquéris ton cœur de dealer sans peur ni reproche. Je t'observe alors un court instant, tout en souriant légèrement en coins quand tu me demandes combien j'avais de frères. Et le pire c'est que tu tombes pile sur le bon nombre ce qui me laisse un peu bouche-bée :

« Bravo, comment t'a deviné ? C'était plus un coup de chance non ? Pis j'ai une autre sœur aussi. Oui je sais, on est beaucoup.. Mais ne t'inquiète pas, tu n'auras pas la merveilleuse chance de devoir les rencontrer. Je t'épargnerais ça. Pis je pense qu'il vaudrait mieux pas, pour tes fesses comme pour les miennes. » Dis-je d'un ton léger et amusé, mes mains glissant le long de tes épaules, t'offrant quelques douces caresses tout en laissant quelques baisers stoppés nos paroles, pour nous couper le souffle encore et encore. J'en deviendrais folle de tes baisers et heureusement que je ne passais pas la nuit avec toi, car j'étais sur de ne plus pouvoir bouger les lèvres le lendemain. Déjà qu'elles étaient bien rougies par tes soins et mon cœur constamment en pleine ébullition, c'était ma mort même si cela ne me dérangeait pas le moindre du monde. J'aurais vraiment aimé passer ma nuit avec toi, en tout bien tout honneur.. Bien sûr.

« Tu es sûr ? C'est super risqué... Mais oui si tu veux, on peu tenter d'y aller, mais faut que je trouve le bon moment car y'a toujours quelqu'un chez moi. Mais je vais faire le nécessaire. Tu vas adorer avoir un peu de civilité. Du moins je pense... » Soufflais-je légèrement tout en glissant mes doigts dans tes cheveux certes un peu sale, mais limite je m'en moque. Je t'aime comme tu es, crade ou pas. Je glisse mon visage contre ton cou, restant tout contre ton corps un petit moment, ayant de nombreux frissons avec tes caresses sur mon dos. Je finis par ajouter :
« Et comment c'est, d'être avec les rebelles tout ça ? Tu t'es fait des amis ? J'aimerais vraiment voir ce que ça ressemble.. »

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Mer 6 Mai - 15:07

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Camille-Clovis était intrigué par Hope. Il la connaissait depuis quelques jours et savait déjà des trucs sur elle, mais néanmoins pas suffisamment. Pourtant, il se sentait bien auprès d'elle. La belle originaire pouvait lui dire qu'elle avait déjà tuer, aimer des filles ou fait des choses pas cool et honteux, il arriverait toujours à la trouver chouette et magnifique. De plus, il serait très mal placé pour juger, lui qui en avait tellement fait. Il pourrait écrire des romans sur sa vie. Si jamais il quittait l'île pour New-York, pourquoi ne pas le faire nan ? Il batrait sans doute les Twilight ou les Harry Potter quoique nan il ne fallait pas rêver, enfin si un petit peu. De toute façon l'île était sa maison. Il avait refusé de prendre ce bateau venu les aider. Camille-Clovis savait que s'il retournait sur la terre ferme, il finirait entre quatre murs d'une prison. Il s'était déjà fait arrêté quelques fois. Cette fois-ci il n'aurait pas Papy pour payer sa caution et il était en age d'être considéré comme un adulte. En clair, sur l'Hydre il avait un avant goût de ce que pourrait être une vie alternative sur le continent. Bien sûr ici l'avantage c'était : Hope ! C'était la seule bonne chose qu'il trouvait sur cette petite île séparée de la leur. Il était même resté pour elle au lieu de s'enfuir. Néanmoins, plus les jours passaient, plus il savait qu'il devrait partir. Il allait finir par péter un cable, faire une connerie puis aussi il avait ses proches, ils allaient finir par le croire mort si ce n'était pas déjà fait. À moins qu'ils soient trop têtus pour penser une telle chose et qu'ils partent à sa recherche. Camille-Clovis essaya par la suite de deviner combien de frères elle avait. Sa famille semblait nombreuses. Il se demandait si c'était pareil dans les autres familles. Il allait même à se poser la question de savoir s'ils y avaient des mariages arrangés entre familles puisque ça avait l'air quand même assez communautaire. En plus de trois frères, elle avait également une sœur, et ben ! En effet c'était de la famille nombreuse ça ! L'hostile sourit amusé face à sa remarque :

« C'est pas faux ! En tout cas je pense que tu aurais plu à mes vieux ! »

Dit-il en référence à ses parents. Même s'ils ne s'occupaient pas plus de Camille que de ça, ses vieux comme il les appelle, avaient voulu connaître sa petite amie. Il faut dire qu'il y avait une période où il ramenait un peu n'importe qui à la maison, ils s'étaient demandés quand est-ce qu'il aurait une véritable petite amie pour l'emmener au parc. S'était ce qu'ils disaient. Généralement, Cam s'amusait à faire de la provoque en ramenant des mecs avant de les embrasser sous leurs yeux. Ça encore il allait éviter de ne rien dire à Hope. Camille-Clovis avait des frissons lorsqu'elle se permettait de le caresser, c'était réciproque, tendre et amoureux, c'était le cas de le dire. Le jeune homme lui fit part, de son envie de découvrir sa maison. Il avait l'impression de passer pour un primat alors qu'à New-York s'était tout simplement banal mais sur cette île, l'Hydre était devenue l'Eldorado. Beaucoup comme lui partaient à sa recherche et ne revenaient plus.

« Ne risque quand même pas ta vie. Si je ne peux pas, ce n'est pas grave, ça m'évitera même de me faire du mal ! »

Dit-il en plaisantant avant de l'embrasser pour la remercier. Il espérait qu'elle sache qu'il n'abuserait pas de sa gentillesse ni même qu'il traînait avec elle par intérêt. Il était curieux d'entrer à l'intérieur d'une maison mais s'il ne pouvait pas il ferait avec. Quand elle lui demanda comment s'était d'être chez les rebelles, Camille-Clovis eut un grand sourire aux lèvres, il aimait tellement ce camp, ces amis.

« C'est coooool !!! Comme je te l'ai déjà dis tu n'as aucune règle, tout le monde fait ce qu'il veut, nous n'avons pas de limites, enfin d'autres plus que moi. Je dois t'avouer que certains sont de grands meurtriers, ce que vous faites, nous le faisons en pire, fin on est quand même cons, on pourrait penser à garder nos victimes en esclave plutôt que de les tuer ! » L'hostile laissa échapper un rire à cette pensée. Il n'avait pas tué jusqu'à présent. Il reprit ensuite la parole : « Ouais, j'ai un petit groupe d'amis. J'ai mon meilleur ami Abel, c'est un méga fan de Marvel, il est aussi fou que moi avec Bob l'éponge. » Il rit et ajouta : « Il est comme un frère pour moi. C'est pour ça que ça m'embête de rester ici, je n'ai pas envie qu'il s'inquiète pour moi. Sinon il y a aussi sa petite amie Freya, elle est sympa, puis d'autres amis comme Aglae et Soren, puis aussi une petite fouine, Israël et bien d'autres. Au final, on est tous différents mais c'est comme ma famille. »

Camille-Clovis lui caressa les cheveux, il se sentait un peu un peu nostalgique. Le jeune homme ne pu s'empêcher de câliner sa petite amie.

code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Ven 8 Mai - 15:28




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »
J'eus un petit sourire en coins quand tu me dis que j'aurais plus à tes parents, fins, c'est ce que je pensais qu'ils étaient étant donné que je ne savais pas que c'était tes grands-parents en somme. Fin quelque chose comme ça. Faut dire que si tu avais fait pas mal de connerie, j'étais peut-être plus sage que toi, même si j'en faisais quand même, des conneries. Rien qu'à regardé ce qu'on faisait là, que je te libérais pendant quelques heures illégalement, que je mente à pas mal de monde pour toi au risque de me retrouver encore plus dans la merde que je ne l'avais déjà été. Et c'est que je ne comptais pas m'arrêter en si bon chemin, du moins c'est ce qui allait se passer prochainement de toute façon. Tu n'étais pas une personne bien fréquentable et c'est vrai que si je venais à te suivre, à partir hors de l'île pour être avec toi, je risquais vite de changer du moins de ne plus être la gentille petite Hope. Mais au fond, l'avais-je été au moins une fois ?

« Ne t'inquiète pas, on pourra y aller mais faut que je tombe sur le bon jour où ils sont tous occupés à droite à et gauche. » Dis-je simplement en restant alors face à toi, tout en glissant une main dans ma longue chevelure sombre. Le soleil commençait déjà bien à ce coucher, on ne pourrait bientôt plus être vue et c'était parfait. Je soupire un court instant me mettant à réfléchir à toute la situation. Je n'étais pas mécontente de te connaître, j'étais même heureuse d'être avec toi, dans une situation des plus agréable. Devais-je te considérer comme mon petit ami ? Ou juste un ami très très.. non, même des amis ne faisaient pas ça. Et pis je voulais me laisser aller dans cette relation qui me faisait ressentir plein de nouvelles choses, pour la première fois. Quitte à être un peu niant niant au début, ce n'était pas un problème. Fin à mes yeux mais j'avais peur d'être stupide à tes yeux, même si tu m'avais avoué ne pas avoir eu de copines, juste des conquêtes. Cela voulait dire que tu avais quand même une sacrée expérience et bien plus que je ne le croyais mais bon, j'en ferrais les frais et plus vite qu'on ne le pensait.
« J'ai envie de faire quelque chose de dingue, ce soir. Je n'ai pas envie de te ramener, tu veux passer la nuit ici ? Avec moi ? » Demandais-je en te regardant droit dans les yeux, voyant que tu étais surpris de ma demande complètement dingue mais bon. Tu ne me connaissais pas encore suffisamment pour connaître mon petit penchant vers le risque car c'est vrai que j'avais fait mon inquiète assez constamment envers toi. Je ne voulais pas que tu ai des soucis car je ne voulais pas te perdre. Quand tu me parles alors des rebelles, cela ne me rassure pas trop. Je finis par embrasser une nouvelle fois tes lèvres, avant d'ajouter :

« Et bien, je suis contente que tu ai des amis là-bas. Mais ils doivent vraiment croire que tu es mort... Il faudra que tu y retournes. Ou si tu veux, on peu leur faire passer un message, en attendant le bon moment comme je t'avais dis pour que tu puisses t'enfuir, non ? » Soulignais-je doucement, tout en tirant quelques brins d'herbe par pur amusement, attendant bien évidemment ta réponse concernant le fait de rester pour la nuit ici.
« Et puis, tu pourras faire un brin de toilette dans l'eau si ça te chante. Et on pourra continuer à discuté et tu pourras en savoir encore plus sur moi, qui sais ? » Dis-je d'un ton amusé et surtout purement doux, tout en glissant mes doigts le long de ton cou, tout en te regardant droit dans les yeux.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Dim 10 Mai - 20:19

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Il était hors de question pour Camille-Clovis que Hope court un danger par sa faute. Elle prenait déjà énormément de risque à le libérer pratiquement chaque soir ou à venir le voir en cachette. Il ne se trouvait pas si exceptionnel pour qu'elle puisse faire tout ça pour lui. Personne n'avait jamais fait ça auparavant, on préférait le voir mort que vivant. Il avait envie de voir cette maison mais il pouvait aussi s'en passer. Il n'était pas égoïste. Sa petite amie insista pour qu'ils y aillent. Il lui adressa un sourire joyeux. C'était super !!!

« Fais quand même attention à toi Hope je ne plaisante pas ! »


Dit-il sur un ton de réprimande. Autant il s'en fichait de se faire punir s'il se faisait prendre, autant il ne souhaitait pas qu'elle se mette toute l'Hydre à dos. Enfin, c'était quand même ce qu'il risquait d'arriver si sa belle originaire décidait de partir avec lui sur l'autre île. S'il venait de la mettre en garde de ne pas faire de bêtises, la jolie brune lui proposa justement d'en faire une ! Camille-Clovis fronça les sourcils d'un air pas du tout content. Elle était aussi stupide et inconsciente que lui ? Oui il n'y avait pas de doute. À vrai dire lui aussi n'en faisait qu'à sa tête et il aurait été capable de lui proposer la même chose si les rôles étaient inversés. Il allait lui répondre lorsque Hope se mit à répondre à sa vie chez les hostiles et plus précisément ses amis. Camille-Clovis était nostalgique. Il ne voulait pas imaginer ses proches malheureux parce qu'il avait décidé de rester prisonnier pour une fille et pas n'importe laquelle. Il espérait qu'ils comprendraient même s'il se doutait qu'ils risquaient de l'engueuler. Camille hocha la tête :

« J'aimerais bien...mais j'ai peur qu'ils viennent ici pour me sauver et finir comme moi. »

Camille-Clovis ne voulait surtout pas ça, d'autant que son meilleur ami avait déjà vécu un kidnapping et de la torture à New-York. Il savait encore des séquelles, il ne souhaitait pour rien au monde qu'il subisse ça une autre fois. Hope était décidément persuasif. Il sourit amusé et vint l'embrasser tendrement avant d'y répondre en lui ébouriffant les cheveux :

« Bien sûr que j'accepte ! »

Il rit, à vrai dire il était content de rester et ne souhaitait pas y retourner. Cependant, s'ils venaient à se faire prendre, Camille-Clovis ferait en sorte que Hope ne se fasse pas punir. Il avait été ferme avec ça. Le jeune homme se leva ensuite pour s'approche du bord de l'eau et il commença à se dévêtir.


code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Dim 10 Mai - 23:59




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »
Je ne peux qu'exprimer un sourire bien large quand je t'entends me dire de faire attention. Ça...C'était vraiment le truc à pas dire avec moi, car j'étais une vraie petite désobéissante. Surtout avec mes frères. La preuve ! J'étais avec toi maintenant, tu étais mon mec, alors que mes frères n'auraient ô grand jamais approuvé une telle chose. Normal non ? Quel frère serait assez idiot pour laisser leur petite sœur benjamine dans les bras d'un délinquant, d'un type qui avait sans doute fait les 400 coups ici et dans son autre vie, qui se disait lui-même dealer et petit con. Bref, le mec qui fallait pas quoi. Mais qu'est-ce que je m'en moquais moi. De qui tu étais sur l'autre île, de qui tu étais à New York, de ton passé... Bon, je disais ça maintenant mais bon, c'était surfait quoi.
Je lève légèrement les yeux au ciel en grommelant un peu, quand tu vins m'ébouriffer de la sorte les cheveux. Je les remets donc en place, n'aimant pas qu'on abîme ma jolie coiffure. Moi ? Pimbêche ? Pas du tout. Juste que j'aimais être présentable et pas ressembler à un poux. Sans mauvais jeu de mots quoi.

« Je sais, je sais. Ne t'en fais pas pour moi vas. Si tu restes discret et que moi aussi, on aura aucun souci. Et ça fonctionne plutôt bien jusqu'à présent non ? » Dis-je en baillant légèrement, un peu fatigué de ma journée à avoir soit bossé, soit trop pensé à comment je te ferrais sortir des camps de travail. Je lâche finalement un soupir en plus, avant de comprendre un peu mieux ce que tu voulais dire, concernant tes amis. Si en effet ces derniers étaient assez fous pour venir jusqu'ici, même s'ils ne savaient pas du tout où tu étais, j'étais presque sûr qu'ils tenteraient de te sortir d'ici, même s'ils ne savaient pas quelle force ils auraient en face d'eux. Vous surviviez déjà face à des survivants qui vous posaient problème, ce n'était pas des gens d'une autre île qui vous embêterait, voilà à quoi j'imaginais , venant tes compagnons.

« T'as raison... Mais c'est vrai que cela m'embête qu'ils te croient mort quoi..C'est stupide. Mais comment t'a réussi à te faire attraper et pas eux ? »
Oui, c'était une super bonne question, ça. Comment tu t'étais fait attraper si tu étais si vif que j'avais donc l'impression?Et surtout que vous sembliez assez costaud pour ne pas vous faire attraper aussi bêtement par nos troupes de recherches, qui généralement tapait dans les survivants, pas les rebelles qui eux, se cachaient très bien à contrario des survivants qui vivaient où ils jugeraient bon d'aller. Donc ma question était tout à fait louable et bien à posé. Même si de toute façon, on ne pouvait pas revenir en arrière sur le fait que tu t'étais fait coincer quoi.
Alors que je te laisse déposer se dernier baiser sur mes lèvres déjà bien rougis par la pluie de baisers déjà offert, je finis par te suivre du regard, rougissant bêtement en te voyant te mettre nue ? Non, peut-être pas, si ? Tu allais te baigner nu ou tu allais quand même garder un truc ? Oui, question de gamine, de pucelle qui était super intimidé mais c'était comme ça quoi. Je ne te l'avais en plus pas dis, car j'étais bien certaine que tu pensais que je l'avais déjà fait, et surtout que j'avais déjà vu un mec nu. Bon ça, oui c'était arrivé mais bon, ce n'était pas mon mec que j'avais vu nu de base. Je préfère donc tourner la tête, faisant mine de regarder ailleurs, avant de t'entendre entrer dans l'eau, pour enfin tourner la tête vers toi et m'approcher un peu du bord. Nu ou pas ? Je savais pas. Je n'y voyais pas. Quand je vois ton regard se poser sur moi du style : « Tu viens me rejoindre ? » Je lance :

« Non, t'y penses même pas... » Grommelais-je légèrement, avant de finalement craquer à ta moue des plus adorable, que tu semblais bien maîtrisé. Sale manipulateur tien.
Je finis par retirer presque avec précautions mes vêtements, sous tes yeux de lynx. C'est vrai que j'étais très très belle, mais ce n'était pas comme ça que tu aurais le plaisir de me voir me dénuder. Pas que j'étais pudique mais quand même. Je reste donc en sous-vêtement en venant m'asseoir sur une roche au bord de l'eau, te suivant du regard.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Lun 11 Mai - 14:08

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Camille-Clovis remarquait bien que sa belle Hope n'en n'avait que faire de ses recommandations, elle avait un large sourire sur ses lèvres. Son sourire était envoûtant mais il n'aimait pas ça, si sa civilisation était horrible avec eux, ils pourraient peut-être l'être avec ceux qui chez eux trahissent aussi non ? Il ne préféra pas y penser. Bon d'un côté il ne pouvait pas lui reprocher son côté tête brûlée puisqu'il l'était également. Il lui fallait une fille comme elle, une fille avec qui il pouvait faire des conneries sans prise de tête, c'était marrant. S'il avait eu le regard énervé, il se radoucit très vite, elle réussissait à l'amuser. Camille vint lui ébouriffer les cheveux, il adorait faire ça aux filles. S'il le faisait parce que ça avait le don de le faire sourire, il devait admettre que lui aussi tenait énormément à ses cheveux, c'était son petit secret. Cloclo acquiesça à ce qu'elle venait de dire avant de rire légèrement :

« D'habitude je ne suis pas quelqu'un de discret, mais ouais je fais des efforts grâce à toi. »

Il sourit amusé. Le jeune homme était tellement déterminé à la retrouver chaque soir qu'il évitait de se faire remarquer. Mais en temps normal, il n'aurait pas hésité à jouer les emmerdeurs de service. Camille-Clovis la regarda bailler et ne pu s'empêcher de dire : « Je t'ennuie ? » à vrai dire il se doutait que s'était son travail qui l'épuisait, enfin il espérait sinon ça serait un comble qu'il puisse ennuyer les gens. Il sourit amusé et lui caressa la joue tout en se confiant sur ses amis. Il en était nostalgique. Il faut dire qu'il lui arrivait de penser dans sa cellule qu'il ne reverrait plus les siens, croyant moisir dans cette prison. Jusqu'à quand les originaires allaient exploiter les rescapés ? Une fois qu'ils n'auraient plus besoin de main d’œuvre que feraient-ils ? Ils ne pourraient pas les libérer sous peine de se retrouver avec une rébellion sous les bras, il ne voyait donc qu'un destin tragique. Camille-Clovis évita de lui faire part de son ressentit. À vrai dire il pensait mourir à l'âge de vingt-sept ans comme le club des 27 dont ces rockeurs avaient eu une vie assez rock'n'roll.

« Ils verront que je ne le suis pas le jour où j'y retournerais » Tenta-t-il de la rassurer et de se rassurer par la même occasion. « Je suis venu seul en fait, disons que je vous cherchais pour vous piquer un appareil photo, je voulais qu'on se fasse des photos souvenirs, mais ils étaient contre l'idée d'aller chez vous car peu de gens en ressorte, du coup j'en ai profité qu'ils soient tous occupé pour y aller. Quand je me suis fais prendre, j'ignorais que je n'étais pas loin de vous. C'est con hein ? »

Il rit avant de l'embrasser et de se lever pour s'approcher du bord de l'eau. Camille-Clovis se déshabilla et plongea dans l'eau. Il nagea un peu tout en la regardant et lui faisant signe de venir. En voyant qu'elle refusait, le jeune homme lui fit une petite moue. Lorsqu'elle finit par accepter, l'hostile en profita pour la mater, elle était vraiment jolie et bien foutu. Il sourit en coin et s'approcha d'elle :

« Je croyais que les sirènes se trouvaient dans l'eau. »


Il la comparait à une sirène parce qu'elle était belle mais surtout pour l'inviter à rentrer dans l'eau. Le jeune homme s'approcha du bord et s'amusa à lui faire des chatouilles à ses pieds qui étaient dans l'eau : « Allez viens ne fais pas ta chochotte ! » Il rit, s'était à son tour de la taquiner un peu. Il fallait qu'il s'y habitue. Pour ce qui est du fait s'il est nu, elle ne le serait toujours pas pour le moment. Dans tout les cas s'il était nu ou non, le jeune homme n'était pas pudique, bien au contraire.


code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Lun 11 Mai - 23:19




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »
Cela me gênait presque de pas savoir si tu avais gardé quelque chose sur toi ou non, car je ne voulais pas que tu saches que j'étais pucelle, surtout à mon âge. Pour moi c'était presque la honte et devant un type comme toi, non pas dis comme une insulte, mais qui semblait très à l'aise dans ce genre de chose, c'était la honte. Si j'avais sus que tu étais nu, j'aurais fait pareil, car je n'aurais pas aimé que tu remarques que j'étais gêné et là, c'est un peu au petit bonheur la chance que j'allais donc savoir si tu l'étais ou pas. C'était complètement stupide comme réaction mais bon...Fallait bien avoir des doutes dans quelque chose et moi, au lieu de les avoir dans mes agissements qui étaient pour la plupart assez dangereux autant pour moi que pour la communauté, je préférais me demander si je devais me foutre à poil pour prendre un bain avec mon mec. Normal.

Je lève les yeux au ciel quand je t'entends me dire de pareilles sornettes. Une sirène. Tien donc, limite cela ne m'étonne même pas, venant de toi. Vue déjà les gracieux surnoms que tu m'avais offerts jusqu'à présent, faut dire que je m'attendais pas à en avoir moins. Je pose mes yeux sur toi, du moins un peu à l'aveugle car je te voyais un peu mal dans l'eau même si la lune réfléchissait sur l'eau d'une belle façon. Je lance donc :
« Si j'étais une sirène, tu serais déjà mort noyé depuis plusieurs minutes mon cher. » Lâchais-je d'une voix presque hautaine mais amusé, te montrant que je déconnais aussi, quand je le voulais. Oui, je manquais d'aventure dans ma vie, alors je les vivais à deux cent à l'heure avec toi, en l'espace de quelques jours seulement. Je frémis en relevant mon pied quand je te sens me titiller de la sorte, réagissant quand même à ta provocation. Comme si j'étais une chochotte tien.. Je finis par me laisser glisser dans l'eau fraîche qui m'arrache quand même un frisson, me faisant un peu grelotté, mais je me décide à bouger un peu, nageant pour donc faire passer la fraîcheur. Je finis par t'envoyer une éclaboussure en plein visage avant de lancer :

« Me traite pas de chochotte, j'en suis pas une. Sinon ça va chauffer pour tes fesses. » Te menaçais-je sans vraiment de méchanceté, car un sourire se dessine vite sur mes lèvres, pour que tu ne croies pas que je te balançais des menaces réelles de la sorte. Quand même, je n'étais pas de ce genre.
Après quelques minutes à se chipoter gentiment, comme on avait pus le faire la veille, je finis par glisser mes bras autour de ton cou, une fois rapprocher de toi. Le contact de ton corps contre le mien me réchauffe un peu mais en sentant bien vite ton bassin bel et bien dénudé alors que mes cuisses s'étaient collé de part et d'autre de ce dernier, je me sens complètement rougir de gêne et surtout honteuse :

« Mais...Tu te baignes à poil toi ? » Demandais-je très bêtement mais cela m'avait tellement surpris de...de me retrouver coller à toi comme ça, alors que t'étais tout nu, c'était le comble de la gêne. Je vois ton visage interrogateur avant de me reprendre :
« Non, fin..Je m'y attendais pas, c'est puéril, pardon. »Pestais-je encore une fois en tournant la tête, m'étant presque illico décollé de toi, un peu gêné de la situation. Oh combien de fois mes frères m'avaient sorti des trucs du style : vas pas te frotter à un mec, ça monte vite les envies d'un mec, que les mecs avaient une bite à la place du cerveau et j'en passe.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Mar 12 Mai - 2:54

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Camille-Clovis se déshabilla devant elle sans aucune pudeur, s'était dans sa nature d'être aussi naturel. Il n'avait honte de rien et il n'était pas complexé de son corps. Certes, ce n'était pas le beau gosse que l'on voit dans les magazines et il avait un visage assez atypique. D'ailleurs, Cam' ne s'arrêtait jamais au physique des gens, bon il avait la chance d'avoir une très belle petite amie il n'allait pas s'en plaindre. D'ailleurs, il en profita pour la mater lorsqu'elle se déshabilla tout en gardant ses sous-vêtements. Le jeune homme constata qu'elle semblait complexer devant lui mas sur le moment il n'en tenait pas rigueur car c'était bien connu les femmes ont toujours des complexes puis ils étaient ensemble depuis peu alors il pouvait comprendre qu'elle soit si réservé de ce point de vue là. Il s'approcha ensuite près du bord où elle se trouvait. Là encore il fut surprit de son attitude. À vrai dire il pensait qu'elle allait rester sur ce rocher tout le long qu'il allait se baigner. C'est pourquoi il s'amusa à lui faire plein de remarques à ce sujet comme la considérer comme une sirène ou encore comme une chochotte. Camille-Clovis vint même l'embêter jusqu'au bout en lui chatouillant la plante des pieds. Hope se mit à lui répondre, elle avait de la répartie. Il sourit amusé à sa remarque et ne pu s'empêcher de continuer également tout en plaisantant :

« En fait tu es surtout une pieuvre alors pour être si sadique avec moi. »

Hope passait d'une image glamour à une image de pieuvre, rien de bien jolie. Camille-Clovis se mit à rire. S'était stupide d'insulter sa copine de ce genre d'animal, m'enfin ce n'était pas méchant du tout car il ne le pensait pas puis s'était de la légitime défense, elle venait de le menacer de le noyer. L'hostile fut ravie de la voir céder en se glissant dans l'eau. Sa sirène était bel et bien là. Il sourit en la voyant tourner auprès de lui jusqu'à ce qu'elle l'éclabousse : « Hey ! » Cloclo s'en amusa et se mit à son tour à l'éclabousser. Les deux jeunes gens s'amusaient à se renvoyer l'appareil. « Bouhouhou c'est fou comme j'ai peur petite teigne ! »

Il rit de plus belle et s'arrêta de l'arroser pour la regarder venir auprès de lui. Envisageait-elle de lui préparer un coup foireux ? Bizarrement il commençait pratiquement à la connaître, il savait qu'elle en aurait été capable. Pour le coup il s'était trompé, Hope était redevenue d'humeur câline. Il la laissa se coller à lui tout en passant ses jambes autour de ses hanches et ses mains autour de son cou. Camille avait des frissons, il n'était décidément pas insensible à son charme ni même à cette proximité. Alors qu'il allait l'embrasser, la jolie brune sembla surprit qu'il se baigne nu. Il la regarda étrangement et rétorqua : « Bah ouais, je ne vais pas me baigner habillé. » Il ne comprenait pas son comportement. Cette dernière s'excusa ensuite avant de se décoller de plus. Camille-Clovis continua de la fixer et la dévisager : « T'as un problème avec la nudité ? T'es pudique à ce point ou tu ne l'as jamais fais ? »

Camille-Clovis avait dit cela de manière naturelle et sans tabou. Il avait le chic de viser toujours où il le faut alors qu'il ne le soupçonnait même pas. S'était comme avec Laïla, il avait fait une remarque sur le fait qu'elle ressemblait à une amazone et en quelques secondes il avait trouvé son secret sans l'avoir réellement pensée. Il pensait de même avec Hope, il ne l'imaginait pas un seul instant vierge. Il la regarda dans l'attente d'une réponse de sa part.


code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Mar 12 Mai - 9:43




Je ne suis pas le héros de cette histoire
Hope & Camille ♥
« Prendre des risques au final anime mon cœur d'un sentiment nouveau. »
Ah bah là, pour avoir visé juste, c'était vraiment visé au poil. Faut dire que quand on voyait ce genre de comportement, cela semblait presque logique de penser directement à ces deux choses-là. Il n'y avait pas trente mille raisons pour que je te balance tout ça. Donc c'est vrai que je déglutis un peu en t'entendant me balancer ça. Que faire ? Devais-je t'avouer clairement que j'avais jamais touché un mec, qu'un mec m'avait jamais touché sexuellement ? Pis surtout été collé comme ça à un mec ? Car là, c'était bien de ça qu'il s'agissait. J'aurais mieux fait de me taire et rien dire, car c'était assez enfantin d'avoir presque sursauté à sentir ton bassin dénudé contre moi. Complètement débile et bébé, même moi en y pensant j'avais presque envie de me foutre une baffe. Mais c'était un peu tard, je devais donc assumer. Je glisse une main dans mes cheveux, les balançant en arrière tout en posant mon regard sur ta personne, heureusement qu'il faisait sombre car je sentais mes joues s'empourprer assez bêtement mais bon, c'était pas... Simple de dire à son nouveau petit ami qu'on est une vraie loque niveau sexe, niveau amour et que limite j'étais Raiponce dans sa tour, même si je n'avais aucun soucis avec ma nudité, car tu allais vite le voir ça :

« Non, du tout... Mais oui, c'est bien ça, je l'ai jamais fais. Mes frères m'ont tellement couvé et j'avais jamais le droit de sortir vraiment tard pis j'suis jamais vraiment tombé amoureuse aussi alors voilà. C'est bête, je sais... Mais je m'attendais pas à ce que tu sois nu, c'est con mais ça m'a surpris car j'ai tellement eu l'habitude de nager avec des amis que voilà, ils se mettaient pas nu et j'ai direct cru que toi non plus. Mais ce n'est pas grave. » Ajoutais-je avec un petit sourire, essayant de calmer mon cœur qui c'était accéléré un peu bêtement. J'avais presque honte d'être encore pucelle, face à toi qui devais être plus expérimenté et limite j'avais peur que tu me jette. Je ne savais pas du tout comment tu pouvais réagir, si tu allais te moquer ni quoique ce soit. Mais bon, je finis par ajouter pour me donner un peu de courage :

« Non et j'ai aucun souci avec mon cœur, la preuve. » Dis-je en venant quand même à retirer mon soutien-gorge que je lance dans l'herbe. Pis de toute façon, vu la longueur de mes cheveux, ma poitrine aussi belle soit-elle était tapissée par ses derniers donc je n'avais pas franchement à stresser, de toute façon ce n'était pas le cas. Je préfère donc oublier ses bêtises, qui m'ont mis mal à l'aise quelques instants avant donc de revenir vers toi, glissant mes mains sur tes joues pour t'offrir un baiser tendre et langoureux, mes doigts descendant le long de tes épaules carrées où je pouvais déjà sentir ces fameux frissons qui montrait pas ton insensibilité envers moi. Je romps brièvement le baiser avant de lancer à ton oreille :

« Traite moi de pieuvre encore une fois et je t'attache aux algues au fond de l'eau, mon petit. » Dis-je souriant légèrement, même si cela m'amusait de t'embêter jusqu'à se point, mais je savais que tu te débattrais trop pour que cela arrive.

© 2981 12289 0
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Loevann-Priam Robbins "
MODO Chummy. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Jack Falahee ♥ × Nombre de messages : 447 × Côté love : Célibatard.


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P Jeu 14 Mai - 13:32

Camille-Clovis Macallan ∞ Hope K. Hamilton
Camille-Clovis trouvait Hope très étrange dans son comportement. Il avait l'impression qu'elle avait un problème à la nudité. Vu comme elle était tactile avec lui, qu'elle n'avait peur de rien etc., le jeune homme avait cru que cette dernière n'était pas vierge. Puis de toute façon qu'elle le soit ou non, Camille n'en n'avait guère que faire, ce n'était pas ça qui résumait la personne. Bien sûr, maintenant qu'il était en train de le découvrir, Cloclo serait plus tendre avec elle, il était hors de question de la blesser ou la dégoûter. Camille-Clovis la laissa parler attentivement, il l'écoutait afin de mieux la comprendre. Il pouvait qu'elle était gênée à travers ses explications :

« C'est rien ne t'en fais pas, il n'y a pas de honte à avoir. »

Dit-il calmement avant de lui adresser un sourire sincère. Camille-Clovis observa attentivement Hope et il fut surprit de la voir enlever son soutien-gorge. Il ne lui avait rien demandé, cela ne lui faisait rien si elle avait envie de rester en sous-vêtement si elle se sentait bien. Sur le moment il la dévisagea et fut surprit de la voir revenir pour l'embrasser. Il prolongea tendrement tout en ressentant des frissons parcourir tout le long de sa peau avec cette proximité. Il se retient ensuite de rire en l'entendant le menacer. Il n'avait pas peur et se doutait bien que s'était pour jouer. Camille-Clovis était un vrai provocateur alors il s'amusa à la taquiner en lui répondant :

« Pieuvre ! »

C'était gamin mais s'était toujours dans l'esprit de contradiction de Camille. Il aimait contredire les gens pour le délire puis même s'il pouvait avoir tort. Ici ce n'était qu'un jeu. Le jeune homme se mit à rire avant de l'éclabousser de nouveau et reprendre son sérieux tout en l'observant :

« N'empêche si je comprends bien je suis ton premier « petit-ami » c'est ça ? Je dois admettre que c'est tout nouveau aussi pour moi.»

En effet, Camille-Clovis n'avait jamais eu de petites-amies, juste des relations courtes et purement sexuel. Il espérait qu'elle ne croit pas qu'il était un coureur de jupon.



code by Silver Lungs


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: On ne t'a jamais dis que c'est le prince qui sauve la princesse ? Pas l'inverse =P

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-