avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: rose. and you realize then that it's finally the time. Dim 26 Avr - 22:54

and you realize then that it's finally the time.
rose&&seth
Seth avait retrouvé le confort de la grotte des hostiles depuis quelque temps. Ce n’était pas nécessairement une bonne chose, mais au moins il n’était plus dans les griffes des originaires. C’était grâce à Noreen, c’était un coup de chance. Beaucoup d’interprétations pourraient être avancées pour expliquer son soudain retour, mais l’ancien soldat, fidèle à ses habitudes, n’en souffla aucune. Il expliqua pourquoi il avait disparu, marmonna une brève excuse - pas très sentie certes - et retrouva un coin de solitude parmi les sigma. On pourrait se demander ce qui l’avait pousser à revenir dans ce clan, après tout, le choix logique aurait pu de trouver le rang des kappa, ces rescapés qui affrontaient des éléments qui les débordaient en quelque sorte. Pourtant il n’en fut rien, Seth n’avait aucun intérêt pour un soudain changement de cas. Au delà d’une certaine fidélité, qui était sans doute gâchée chez les hostiles sauf certains cas particulier, il ne se serait certainement pas senti à l’aise parmi les rescapés. Il était maintenant chez lui parmi les hostiles et il n’aurait probablement pas été accueilli à grands bras dans un autre camp. Enfin, là n’était pas la question, il retrouvait les siens en quelque sorte.
Puis, il y avait aussi la question des quelques hostiles qui avaient réussi à se faufiler dans sa vie. Évidemment, chez les kappa, il y avait Wendy, il y avait Edge, mais il ne pouvait toujours pas être à leurs côtés. Il ne savait pas exactement pourquoi, enfin, il ne voulait pas penser à la raison qui l’empêchait au plus profond de son être. Alors il se concentrait sur ceux qu’il appréciait, chose rare, parmi les hostiles. Il y avait Jace, ce jeune homme qui était devenu un ami ou ce qui s’y rapprochait le plus quand on parlait des relations de Seth. Puis. Il y avait Rose. Les choses étaient différentes la concernant. Il ne saurait expliquer pourquoi, il ne saurait expliquer comment, pourtant, il le savait. Elle était une exception, une des quelques exceptions qui ponctuaient sa vie. Noreen état l’évidence niveau exception, Wendy était une autre chose complètement et Rose était différente, pas que Seth s’épancherait sur la question.

Ainsi dans la caverne, son chez-lui, le jeune homme s’était installé dans un coin sans trop bouger. Puis, il s’était relevé, il avait eu une soudaine envie de chasser, quelque chose qui l’avait toujours détendu. Il n’avait pourtant pas eu le courage, peut-être qu’il n’était pas assez courageux pour affronter l’extérieur. Un semblant de crainte de se retrouver à nouveau dans les griffes des originaires. Difficile à comprendre, encore plus à expliquer ce qui, dans les deux cas, n’étaient pas dans les intentions de Seth. Il avait besoin d’un temps pour reprendre ses repères, voilà ce qu’il se disait. C’était sans doute vrai qui plus est. Il préféra donc ne pas s’éloigner de l’endroit. Il fallait qu’il reprenne un semblant de calme, qu’il se reprenne tout simplement. À la place de chercher le calme à l’extérieur, dans la solitude quand il le faisait habituellement, l’ancien soldat se surprit à aller chercher en la compagnie de quelqu’un. En la compagnie de l’exception, de Rose. C’était peut-être la chose à faire après avoir été seul pendant longtemps. Il se faufila donc dans le camp, cherchant à retrouver sa personne de confiance, cette tête rousse qu’il avait appris à reconnaitre dans les alentours.

Lorsqu’il la retrouva finalement, après une courte recherche, un mince sourire, ou l’équivalent chez Seth, se dessina sur les lèvres. Il se sentait à l’aise avec elle, du moins beaucoup plus qu’avec les autres. Il s’approcha silencieusement comme à son habitude avant de briser son silence habituel avec un : « Ça va ? » Question inutile, question peu importante. Il savait bien que ce n’était la norme de dire quelque chose du genre et ça lui semblait mieux qu’un simple bonjour. Il s’inquiétait pour elle, elle était différente des autres. Peut-être lui rappelait-elle Wendy au final. Il n’en savait trop rien. N’attendant point une quelconque invitation à s’installer près d’elle, Seth se laissa tomber sur le sol avec un soupir. Il n’essayait pas de lui faire passer un quelconque message avec un manque de subtilité total, non c’était un témoignage de son humeur habituelle en quelque sorte. « Tu arrives encore à tenir ici ? » Oh encore une fois c’était une question inutile. Une sorte d’introduction, de petit prologue qui annonçait quelque chose s’approchant d’une décision. Il devait faire les choses à sa manière et encore il faisait un effort pour se montrer plus sociable qu’il ne l’était réellement. Pas que ça risquait de la berner, elle l’avait vu agir, elle le connaissait moindrement du moins suffisamment pour comprendre. Il retint un autre soupir et passa une main dans ses cheveux. Il voulait savoir comment elle se portait, si elle voulait toujours s’en prendre aux originaires, si elle était toujours instable. « Toujours envie de t’en prendre à eux ? » Eux, ce terme vague pour parler des originaires, ceux qui lui avaient tant fait de mal, ceux qui lui avait fait du mal. Il avait bizarrement l’air de lui proposer quelque chose, mais ce n’était pas le cas, encore heureux.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Rose K. Fairclough "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : Holland HOT Roden × Nombre de messages : 559 × Age du perso : 21 printemps d'un désert oppressant × Job : Déchet au milieu de la société, vendeuse éparpillée × Côté love : Torpillé, abusé, emprisonné d'une évidence qui s'est échappée...


Message(#) Sujet: Re: rose. and you realize then that it's finally the time. Mer 13 Mai - 0:01

and you realize then that it's finally the time.
Seth & Rose

The hardest thing is not the fall, it's the landing. ✻✻✻ Changer. Se dévoiler dans le creux des atrocités de ces pensées désorganisées. Le drame s'insufflant de l'incapacité d'avancer, de rester ancrer à un point initial. Les souvenirs restant lointains tout en étant si près. Regretter? Douter? Les mêmes interrogations se voilant insouciantes des résultantes du traumatisme profond de chacun. L'innocence crevant sous la nonchalance. Ils avaient fauté, ils s'étaient perdus dans l'effervescence d'une île à l'appétit candide. Les cauchemars ne se contentant plus de ces nuits perfides mais bien de ces journées livides. Et les plaies s'étaient forgées dans leurs peaux à vif, les détournant de leurs chemins, les accompagnant sur une route abandonnée où les peurs se forgeaient d'une vengeance acide. Cette jeune femme, là, elle était amère, rancunière. La vie l'essoufflant, la laissant sans ce précieux souffle, juste hermétique, juste paumée sur cette fameuse route où les repères lui manquaient. L'amnésie, ou la faiblesse difficile des fragiles. Quand la mémoire est trop difficile à affronter, l'oubli devient le réconfort tant escompté. Elle aurait du s'en douter cette fleur fanée, que son existence si instable allait la bouffer. Simplement, elle s'était concentrée sur cette fuite, toujours à vouloir s'échapper des liens tangibles que lui offraient les rescapés. Et à force de vouloir se détacher, elle se retrouvait auprès de ceux qu'elle n'aurait jamais envisagé. Par choix, par défaut ou par besoin? Les trois solutions étaient mêlées, sans doute car cette dernière ne savait plus où se situer au vu des derniers événements. Le réveil n'ayant été qu'une lente descente en enfer. La précipitation, la panique puis la démence macabre... Un baiser pourtant taché par le sang d'une étrangère au vulgaire vocabulaire. Rose se mordait la lèvre à cette image perfide de ce regard vitreux qui la contemplait dans sa monstruosité. Cette femme était bourreau et victime. Chasseuse puis proie. En se vengeant, en tentant de lui faire perdre pied, elle s'était retrouvée horrifiée, le visage lacéré d'une grimace insubordonnée. Son sourire se perdant en une moue stupéfaite, alors que ces doigts cherchaient à cacher l'horrible blessure que Rose lui avait infligé. Un coup vif, rapide, inconscient et ironiquement innocent. Un geste d'auto défense aux conclusions dérangeantes. Un meurtre à la clé. La rousse avait essayé d'effacer la culpabilité, elle avait tenté d'oublier son malheur dans sa précarité, mais lorsque la léthargie venait la frapper, les cauchemars venaient toujours la ramener à cette fameuse journée, où elle avait craqué. Et la panique, sa vieille amie la happait dans un enfer éphémère. Voilà le pourquoi du comment de sa présence en ces lieux. Cette dernière ne pouvant tout simplement pas faire abstraction de ses actes en retournant auprès des rescapés. Elle s'était réfugiée auprès de ceux qui pouvaient lui offrir exactement ce qu'elle voulait. Une vengeance déraisonné... Toutes ses émotions juvéniles se retournant en un point, sur un même sentiment : la haine. Ils étaient les fautifs de ses tourments, ils étaient les coupables de son égarement. Ils lui avaient tout prix, sa conscience, ses valeurs, son humanité. Son corps était encore témoin de leurs animosités. Eux, ceux qu'elle aurait voulu tuer avec un sang froid étrange au vu de son état délabré. Les Originaires. Elle les haïssait, les méprisait pour leurs faits. Ces monstres n'étaient pas bien pire que les Hostiles, au contraire... Mais rester spectatrice de cette guerre des clans, inactive face au danger n'était que naïveté. Et sans doute, Rose, dans ses buts incertains, cachait de lourds secrets comme protéger ceux qu'elle aimait, enfin une personne en particulier.

La jeune femme ne pouvait plus rester immobile dans cette tente d'infortune, ne supportant plus le silence pesant entre les voiles de celle ci. Sans doute en manque de contact humain. Se levant, elle se dirigeait vers la caverne des Hostiles d'un pas nonchalant, son visage marqué par les nuits difficiles. Dire que Rose avait des liens avec eux serait un euphémisme. Oui, la belle préférait se référer à quelques visages familiers, l'un elle lui avait sauvé la mise, le trouvant dans un piteux état dans cette fameuse caverne et le deuxième s'était différent. Enfin ce dernier, il l'était différent. Sans doute à cause de cette lueur dans ces yeux qui cachait non pas de la malveillance mais bien de la bienveillance. Il était étrange, fallait l'avouer. Et Rose était intriguée par cet unique personnage, cela faisait partie des raisons pour lesquelles elle se confiait à lui sans mensonges ou bien contrefaçons. Simplement, depuis quelques jours, elle l'avait à peine croisée par manque de temps ou peut être dans sa peur frustrée de s'attacher. Mais ce coup ci, elle n'allait pas y échapper. Se détournant de son but face à un buisson de baies comestibles, elle les cueillait, comme une vieille habitude. Puis soudainement, une voix la stoppa nette dans son élan, la faisant sursauter naïvement. « Ça va ? » Rose ne put cacher le léger sourire sur ses lèvres en se retournant, tout en croisant les bras. Quand je vous disais que ce gars n'était pas dans les normes. Surprendre les gens en guise de bonjour n'était pas très conventionnel en soit. Mais c'était tout lui. Puis tout en prenant ces aises, Seth s'asseyait sur le sol avec une subtilité incroyable. Son soupir reflétant son humeur maussade. « Tu pourrais dire bonjour à la place d'effrayer des gens, tu sais? Mais on fait aller et toi? » Elle s'asseyait près de lui avec plus de délicatesse, renfermant ses jambes contre elle. Les banalités l'insupportant mais bon parfois les questions inutiles pouvaient conclure à des discussions solides. Et Rose avait sans aucun doute besoin de parler, de plus qu'elle voulait savoir pourquoi le jeune homme semblait si tiraillé. Cette manie de toujours vouloir aider avait la dent dure. De plus que ce dernier semblait s'inquiéter pour elle, étrangement. « Tu arrives encore à tenir ici ? » Tenir? N'était pas vraiment le mot depuis deux ans déjà. Survivre semblait le terme exact, plus qu'une habitude, une obligation à présent. Rose cachait son visage entre ses bras, sachant pertinemment où il voulait en venir. Cette foutue instabilité. La jeune femme n'était plus la même depuis bien longtemps, simplement l'île savait façonner les rescapés à sa manière et Rose n'était plus qu'un dommage collatéral qui cherchait un but pour se retrouver, pour les retrouver eux, ses précieux souvenirs. Mais la rousse n'aimait pas parler de sa condition, surtout qu'elle vivait mal la séparation avec les rescapés, une personne lui manquant fortement. Elle soupirait à son tour, se mordant l'intérieur de la joue, son regard se perdant dans la foret alentour. « Toujours envie de t’en prendre à eux ? » Ses doigts se crispaient sous ces interrogations interminables, même ci cela partait d'une bonne intention. Seth n'avait pas besoin de cacher sa personnalité, elle avait apprise à le connaitre juste assez, mais elle, c'était différent. Ses antécédents restaient troubles, et s'il savait... Sans doute, il la fuirait. Ces mots pouvaient avoir un double sens. Une proposition? Pas vraiment. Plutôt une inquiétude à peine cachée... Rose le regardait alors avant de détourner ses iris vers le sol. « Tu sais, ils m'ont tout prix, je crois que je n'arriverais jamais à avoir envie de ne pas m'en prendre à eux. » Elle laissait tomber ses jambes au sol, soupirant lacement. « Et j'arrive toujours pas à me souvenir.»

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.





losing your memory
You got those scissors from the draw, you never dug so deep before. If I stop trying, we start dying… You’re cutting me out, baby who you fighting? You make we wanna love, hate, cry, take, every part of you…You make me wanna scream, burn, touch, learn, every part of you… •• ALASKA (zella day)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: rose. and you realize then that it's finally the time. Mar 19 Mai - 17:29

and you realize then that it's finally the time.
rose&&seth
Il était rare de voir Seth bavard, encore plus rare de le voir questionner quelqu’un avec un véritable intérêt pour les réponses qu’on allait lui donner - excluant alors tout potentiel interrogatoire. Pourtant, avec Rose, il était à la fois bavard et intéressé par ce qu’elle pouvait lui dire. C’était ainsi qu’elle pouvait entrer dans un lot d’exception assez restreint. Cela expliquait notamment pourquoi il veillait sur elle et pourquoi il essayait de l’aider en rapport aux originaires. Enfin, l’aider était tout de même un bien grand terme du fait qu’il n’était pas convaincu de réellement faire quelque chose. S’il y avait bien une chose qu’il pouvait faire, c’était bien de comprendre. Il n’était pas dans sa position, il ne l’avait jamais été exactement et pourtant, il savait ce que cela pouvait faire. Il pouvait comprendre la difficulté de se reconstruire, le besoin de se retrouver. Certes, il n’avait jamais perdu la mémoire, il n’avait pas non plus eu un violent besoin de vengeance et pourtant, il pouvait quand même comprendre. Ce pourquoi il s’inquiétait pour elle, même s’il ne la connaissait pas plus qu’il ne le fallait. C’était étrange, Seth n’était pas du genre à s’attacher réellement à autrui, les quelques personnes qu’il appréciait lui suffisaient amplement et prouvaient ce point. En effet, entouré de sa jumelle, du mari et de cette dernière et de Noreen - et même encore il n’était pas souvent avec eux, lui suffisaient. Ce qui ne l’empêchait pourtant pas de rechercher la compagnie de Rose, de se confier à elle même. Donc oui, elle était une exception, une drôle d’anomalie sur son parcours de grand solitaire.
Ce qui expliquait pourquoi il s’était retrouvé à chercher sa compagnie - et à la trouver de surcroit. Une question fut posée en guise de bonjour et il ne put s’empêcher de sourire très légèrement en voyant qu’il l’avait faite sursauter. Non pas qu’il se plaisait à troubler, mais bon, il avait une certaine fierté enfantine à surprendre les gens. Puis ce n’était pas méchant et il doutait qu’elle allait lui en vouloir sa soudaine arrivée. Ne s’en souciant guère, d’ailleurs, il prit ses aises en s’installant sur le sol près d’elle. Il avait envie de passer du temps avec elle et à moins qu’elle ne refuse catégoriquement, il comptait bien écouter cette envie. Sa compagnie était plaisante, différente de ce à quoi il avait droit habituellement. « Tu pourrais dire bonjour à la place d'effrayer des gens, tu sais? Mais on fait aller et toi? » Dire bonjour ? Non c’était trop simple, si banal. Et surtout, il considérait qu’à la différence d’un bonjour, une question pouvait lui apprendre quelque chose. Puis, de toute façon, il l’aurait surprise dans tous les cas, bonjour ou pas. Haussant donc les épaules pour montrer sa réponse à cette première partie. Il fut néanmoins l’effort de s’étendre un peu plus sur la question qu’elle lui retournait. « On fait aller aussi. Je n’arrive pas à dormir. » Entendre quelque chose d’aussi banal devait être bien inintéressant, pourtant, venant de Seth c’était plutôt rare. L’ancien soldat gardait ce genre de chose pour lui, tout simplement. Enfin, ce n’était probablement pas si intéressant même venant de lui, sauf qu’il savait bien qu’elle, elle comprendrait.

Néanmoins, il ne comptait pas s’étendre davantage, avançant une nouvelle question à la place. Il était réellement curieux, cherchant à savoir si elle arrivait à tenir. Notion qui dépassait la simple survie, il ne souhaitait à personne de devoir se contenter de survivre. Pourtant, c’était bien le lot de tous les rescapés. Le soldat put savoir qu’elle comprenait sa question lorsqu’il la vit mettre sa tête dans ses mains. Il ne bougea pourtant pas, ne sachant pas s’il pouvait vraiment l’aider en engageant un quelconque contact physique. Surement que non. Il préférait rester de son côté, espérant qu’elle sache à quel point il pouvait comprendre, comme elle pouvait le comprendre sans surement le savoir. Étonnamment, au lieu de garder le silence, Seth posa une autre question, cela venait d’une rare curiosité à son égard. Enfin de cela et du fait qu’il n’était pas certain d’avoir une véritable réponse sans un questionnement plus soutenu. C’était une bien belle intention après tout. Ce qu’elle disait alors faisait tout le sens du monde. Effectivement, les originaires lui avaient pris beaucoup, trop même, et sans doute que la haine qu’elle ressentait ne partirait jamais. Il pouvait acquiescer sans problème, parce qu’elle avait raison même si comme elle le disait elle-même, elle n’en avait pas souvenir. À quelque part, il pensait que ce n’était pas plus mal. Serait-elle plus heureuse en retrouvant ses souvenirs ? Il pouvait en douter, la vérité faisait toujours très mal, pourtant, cette pensée, il la garda pour lui, ne disant rien pendant un court moment. « Ce qui importe ce n’est pas tellement l’envie de t’en prendre à eux, c’est ce que tu fais avec cette envie qui compte. » Il avait l’air de faire son grand sage, de se croire plus haut que ce qu’il n’était vraiment. Ou alors, il pouvait donner l’impression de l’encourager à s’en prendre aux originaires. Ce qui n’était pas faux. Il avait beau ne pas être convaincu qu’un tel acte lui ferait le plus grand bien, il serait le premier à proposer son aide si elle affirmait vouloir agir sur son envie. Il le ferait sans dire un mot, sans protester le moins du monde. Enfin, ça, elle n’avait pas nécessairement besoin de l’apprendre, elle le saurait le moment venu.

À la place, il pouvait essayer de lui rendre ses souvenirs, du moins ceux qu’il pouvait connaitre. « Je peux toujours te parler de notre captivité commune, mais… » Il n’était pas certain que ça pouvait aider, eh oui, encore cette réticence à lui rappeler ce genre d’événements. Elle n’avait pas été bien traitée lors de sa captivité, elle avait été torturée. Ce n’était pas le genre de souvenirs qu’elle devraient retrouver tout simplement. Puis, il fallait avouer le fait que parler des originaires ne lui plaisaient pas particulièrement du fait qu’il se rappelait ainsi sa propre captivité. Enfin, il pouvait toujours fuir ses propres souvenirs, il était devenu un expert en la matière, mais il ne croyait pas que ça pouvait réellement aider Rose et par conséquent, il était ambivalent sur ce qu’il devait faire. Il ne voulait pas encourager une instabilité puisqu’il ne le fallait, parce qu’il savait bien à quel point cela pouvait être destructeur. Peut-être devrait-il justement lui faire savoir ? Lui dire qu’elle faisait peut-être une erreur, lui dire qu’il fallait peut-être qu’elle accepte d’oublier les choses horribles, qu’elle cherche à se rappeler du meilleur et non du pire. « Enfin, disons qu’il y a forcément une raison derrière ton amnésie, quelque chose que tu veux oublier par-dessus le tout. C’est ce qui se passe avec beaucoup de soldats. » Pas qu’elle était un soldat, mais c’était la comparaison la plus véritable qu’il pouvait faire. À force de lutter pour survivre, tout le monde devenait un minimum combattant. Lui n’avait pas eu droit à une amnésie réparatrice - bien que celle de Rose ne se situait évidemment pas dans la catégorie réparatrice - et parfois il regrettait de devoir supporter ses actes, il regrettait ses souvenirs d’avant l’île, de la guerre. Peut-être devrait-elle le savoir ? Seth décida qu’un silence était plus approprié. Elle savait certaines choses sur lui, mais était-elle consciente du fait qu’il était sans doute aussi dangereux que les autres hostiles… Il valait mieux éviter de le lui rappeler.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Rose K. Fairclough "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : Holland HOT Roden × Nombre de messages : 559 × Age du perso : 21 printemps d'un désert oppressant × Job : Déchet au milieu de la société, vendeuse éparpillée × Côté love : Torpillé, abusé, emprisonné d'une évidence qui s'est échappée...


Message(#) Sujet: Re: rose. and you realize then that it's finally the time. Dim 21 Juin - 3:07

and you realize then that it's finally the time.
Seth & Rose

The hardest thing is not the fall, it's the landing. ✻✻✻ Ne rien se rappeler était comme se retrouver coincé dans une pièce close avec des visages inconnus. Leurs bouches se déliaient, leurs mots crevaient de sens pour chacun sauf pour celle qui se fourvoyait. De souvenirs entremêlés, de coton vaporeux dans sa gorge serrée. L'air lui manquait et elle agonisait d'incompréhension, cherchant à comprendre le sens de ses interrogations. Mais rien ne s'élucidait comme rien ne changeait. Elle se trouvait là, lasse, incapable et vulnérable face aux paroles muettes qui cessaient de la hanter de leurs difficultés. Voilà le sentiment que Rose s'évertuait à repousser, celui de rester inactive, spectatrice de l'acuité de son amnésie. Seulement ses pensées noires revenaient toujours la trancher à se remémorer les faits qui l'avait précédés. Le peu de mémoire restant le pire à souhaiter. Et Seth était le genre de personne qui l'aidait à sortir de cette tourmente intérieure, il était le seul à réellement comprendre l'enjeux de cette folie véhémente. Parce que la rousse n'allait pas bien, parce que la rousse se brisait en un rien.
Il la fixait au loin. Assis à contempler l'ampleur des dégats d'une jeune femme torturée par l'absence d'un passé convalescent. Il se privait de banalités car il était différent. Divergent à ces rescapés qui ne cessaient de se tourmenter pour le peu qui leur restait. Même il se rassurait de la trouver là, dans un futile état. Au moins elle ne cherchait pas à faire d'autre potentiel débat. Sur la précarité et le danger de cet ilot paumé. Non au contraire elle s'intéressait aux banalités du brun, trouvant une ancre à laquelle se rattacher. Rose n'avait aucune idée de comment un tel lien de confiance s'était crée entre eux deux, mais d'un côté elle s'en foutait, puisque ce dernier restait le seul à la raisonner. De se venger, d'agoniser d'un souffle précipité... La vie avait un prix, un prix que tous deux avaient payé en même temps qu'ils s'étaient crachés. La liberté.

Un sourire venait se dessiner sur ces lèvres fines, tandis que la rousse sursautait face à cette approche soudaine. Une légère fierté venant se faufiler sur son visage calme. Rose, bien qu'un poil irritée, lui soulignait son incroyable délicatesse entre quelques mots aléatoires. Constatant les faits et se moquant légèrement de son originalité. Une raison certaine pour laquelle elle l'appréciait d'autant plus. Seth ne cherchait pas à attirer la sympathie, non il tentait de trouver une raison à la complexité d'un esprit aussi tourmenté. Gardant ces secrets, tout en instaurant une certaine quiétude. Qui cédait enfin à l'inquiétude, celle de la jeune femme. « On fait aller aussi. Je n’arrive pas à dormir. » Rose comprenait le brun à la perfection. Les joies de l'insomnie... Une magnifique hérésie éveillant les sens à l'absence de léthargie. C'était la preuve même d'étranges imprévus qui bousillaient les cendres d'un présent décousu. Seth, comme elle, avait vécu une douloureuse amnistie. Leurs rédemptions se pliant de leurs condamnations. Cette île, ce mirage... Cette destination rêvée et cet enfer si particulier. Ce bout de terre perdu les avaient ramené à lutter contre la précarité, contre les dangers de leurs démons passés. A jamais se laisser aller, mais dès que leurs yeux se closaient, ils revoyaient chaque atrocité avec une violente adéquation. Clairement, précipitamment, et amèrement. Toutes les merdes, toutes les erreurs, toutes les pertes, tous les doutes et regrets... Alors comment faire pour réparer tous les dommages causés? Comment soigner cette maladie qui les rongeait jusqu'à l'échine? Si ce n'était se laisser sombrer... Rose ne voulait pas croire en une telle solution, elle croyait encore à une stupide intuition. Celle que les choses allaient s'arranger. Ou du moins se calmer. Mais ses émotions prouvaient sa contradiction. Son envie stoppant toutes ses réflexions.

Seth voyait bien que Rose ne voulait pas s'étendre sur ce sujet, celui de cette survie acide. Cette survie qui dévorait les rescapés à force que ce temps s'écoulait. Sa détresse se lisant dans chaque membre qui se tordait, sous une pression particulière. Ce poids caractéristique d'une insuffisance acide, celui qui s'acharnait sur ses maigres épaules à toujours la rabaisser. A toujours la ramener à cette condition de condamné. Le brun semblait mieux s'en sortir qu'elle sur ce point là, gérant un peu mieux sa captivité outrepassée. Il continuait de la fixer, voyant bien que sa question l'incommodait, mais vite il ré-enchainait avec sa curiosité maladive, ce qui fit légèrement sourire la jeune égarée. Ce manque de barrières les rapprochant sans contredire leurs distances. Et leurs compréhensions suffisant à leurs appréhensions. Car ils partageaient les mêmes peurs, celle de perdre le peu de proches qui leur restaient. Ces visages si familiers qui éveillaient leur coeurs abîmés. Peut être que Rose finalement avait trouvé exactement sa place chez les Hostiles, défendant une cause qui la dépassait. Ou plutôt un lien certes oublié, mais pas enterré. Son dernier espoir... Celui que les Originaires lui avait volé en la torturant, en la défaisant de sa propre identité. Cette haine pure et viscérale ne semblerait jamais se calmer dans les pensées de la jeune femme car elle ne voyait plus que cette colère, elle ne ressentait rien à part cette envie démesurée de leur faire payer. « Ce qui importe ce n’est pas tellement l’envie de t’en prendre à eux, c’est ce que tu fais avec cette envie qui compte. » Seth avait raison sous ces airs de personne assagi. Et bien que ces mots semblaient une invitation, elle savait au fond que ce n'était qu'une illusion. Le jeune homme ne cherchait en aucun cas la rédemption auprès de la condamnation de ceux qui l'avait séquestré, non il s'efforçait à croire que cette violence vaine n'était que futilité. Seulement si Rose voulait arriver à ses fins, il se raccordait à elle pour la protéger. Ce qui était étrange au vu de leur relation naissante. Mais le brun était ainsi, à trouver des solutions aux futures résolutions. La jeune femme le fixait avec toujours ce sourire en coin, ne se moquant guère mais appréciant la simplicité de leurs échanges.


« Je peux toujours te parler de notre captivité commune, mais… » Puis cet intérêt... La curiosité dont il avait fait preuve jusqu'à maintenant semblait contagieuse, se répercutant en des milliers de questions chez Rose, qui avait ce regard étincelant rien qu'à l'idée de mettre des images sur des pensées à contre sens. Ses doigts glissaient inconsciemment sur sa plaie à l'épaule, comme un réflexe, malaxant sa cicatrise sur sa peau veloutée. Là où la lame s'était incrustée dans sa chair, pour la torturer. Alors elle attendait la sentence du brun se doutant de ses futures paroles. « Enfin, disons qu’il y a forcément une raison derrière ton amnésie, quelque chose que tu veux oublier par-dessus le tout. C’est ce qui se passe avec beaucoup de soldats. » Soldat? Rose se retournait vers son ami, les sourcils froncés. Etait-il possible que ce dernier soit... ? Ca paraissait évident à présent, son calme, sa discrétion et surtout ces secrets qu'ils gardaient pour instaurer une certaine distance. Mais à présent que la rousse connaissait un semblant de vérité, elle voyait que celui ci ne voulait en aucun cas parler de son passé. De son statut de militaire, alors elle gardait le silence sur ce point mais le reste par contre... Son point de vue était défendable, les informations de sa captivité pouvait la faire sombrer définitivement ou bien la ramenait à la réalité. Et elle se doutait que pour lui parler de cet incident pouvait éveiller des mauvais souvenirs mais elle en avait besoin. Elle en avait vraiment besoin. « Je veux juste savoir si on était beaucoup dans ce cachot? Et si quelqu'un s'est mis à gueuler quand j'étais en train de me faire torturer? » Rose n'était pas dupe, ses marques sur son corps n'était pas de simples cicatrises à cause de cette survie impossible. Non c'était bien préméditée et surtout ça avait été rapide et bref. Et lorsqu'elle parlait d'un quelqu'un bien évidemment elle pensait à quelqu'un en particulier. Seulement ça elle l'abstiendrait de lui dire.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.


Spoiler:
 





losing your memory
You got those scissors from the draw, you never dug so deep before. If I stop trying, we start dying… You’re cutting me out, baby who you fighting? You make we wanna love, hate, cry, take, every part of you…You make me wanna scream, burn, touch, learn, every part of you… •• ALASKA (zella day)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: rose. and you realize then that it's finally the time. Lun 22 Juin - 23:00

and you realize then that it's finally the time.
rose&&seth
Malgré toute l’affection qu’il portait évidemment à Rose, Seth se surprenait parfois à se demander si sa présence était réellement bénéfique pour elle. Lui s’en portait mieux, malgré toutes les horreurs qu’elle avait pu subir, elle était de ceux à qui il pouvait faire confiance. L’inverse était sans doute vrai ou du moins, il se plaisait à croire qu’elle pouvait avoir confiance en lui. Il était différent avec elle, il était lui-même et c’était peut-être ce qui importait le plus. Il ne se formalisait pas de se montrer plus doux qu’il ne l’était vraiment. Il se plaisait à en savoir plus sur elle, parce qu’ainsi, il trouvait une âme proche de la sienne. C’était une chose bien différente des liens habituels qu’il liait. Cette relation si particulière avait d’ailleurs sa place sur cette ile ou tout allait de travers. C’était une ancre sur laquelle ils pouvaient s’accrocher, du moins c’était ainsi que Seth voyait les choses. Pourtant, il craignait pour cette relation, il craignait que satisfaire l’envie qu’elle avait équivaudrait à y mettre un coup. Il ne pourrait sans doute pas expliquer pourquoi, pas plus qu’il ne pourrait comprendre ce ressenti. Après tout, il savait qu’elle souffrait du manque de souvenir, qu’elle voulait combler ce vide, mais il pouvait craindre ce qu’elle ferait avec les souvenirs. Certes, ce n’était pas à lui de décider et il n’essaierait sans doute jamais de le faire sachant bien que ce n’était pas sa place. Il s’y opposait tout de même, tâchant de la raisonner du mieux qu’il le pouvait. Il considérait que c’était son rôle, qu’il était surement le seul à pouvoir tenter de la raisonner encore et toujours à ce sujet. Bien sur cette tentative s’appliquait surtout aux envies de vengeances, mais à quelque part, il associait ces deux réalités ensemble. L’une était liée à l’autre, il n’y avait pas de doute là-dessus.
Au lieu de s’étendre éternellement sur un sujet, Seth préférait changer la discussion. Passant d’une chose à une autre sans contrainte, sans répit et sans gêne, il dirigeait leur conversation sur tout ce qui pourrait lui permettre de comprendre cette personne à qui il s’était irrémédiablement attaché. Peut-être s’entêtait-il trop en posant toute ces questions, la question se posait. Pourtant, ça ne l’empêchait pas de détailler les réactions de la jeune femme, autre point qui pourrait l’aider à comprendre. C’était sans doute une peine perdue alors qu’ils étaient déjà bien plus proches qu’il ne l’était avec la majorité des gens. Enfin, cette proximité cachait une distance qui resterait sans doute toujours présente. Faisant alors taire les interrogations constantes, le soldat se pencha sur le noeud du problème sans y avoir été invité. Il pouvait comprendre son envie de vengeance, savait ce qu’était une haine viscérale qui occupait l’esprit jusqu’à en chasser toutes les autres émotions. Il l’invita donc à penser à ce qu’elle allait faire de cette envie tout en aillant l’air de proposer d’agir à l’encontre des originaires. La possibilité qu’elle prenne cette route était grande et il n’y pouvait rien. Tout ce qu’il pouvait faire c’était essayer de tempérer ses envies quitte à se proposer comme bras armé pour qu’elle exerce sa vengeance. La protéger était devenue une nécessité, il n’y pouvait plus rien.

Finalement, il abandonna la résistance et déposa les armes en lui avant qu’il pouvait lui parler de leur captivité. Il ne le fit pas immédiatement, lui rappelant ce que beaucoup de ses frères d’armes lui avait dit : le fait qu’il y avait toujours une raison derrière une amnésie. Son témoignage dévoila par la même occasion une réalité qu’il avait bien tenté de faire taire. Le fait qu’il était soldat ne lui avait jamais particulièrement plus, ayant tout particulièrement à accepter ce qu’il avait été amené à faire, ce qu’il avait vu. Sur ce point son passage sur l’île n’était pas si différent et c’était peut-être pour cette raison qu’il adaptait si bien à la situation après le naufrage. Sauf que ça ne s’appliquait pas nécessairement à la rousse qui semblait toujours tenir au fait de savoir la vérité. Il redoutait toujours de le faire. Même lorsqu’elle prit la parole pour le lui demander clairement. C’était un peu un jeu de hasard, un lancer de pièce pour savoir si ça allait tomber sur pile ou face. Pile, la vérité la ramènerait vers la réalité, face, elle sombrerait dans le désespoir. Avoir ce pouvoir à double tranchant entre les mains ne plaisait pas au jeune homme qui resta silencieux, marquant une pause dans une conversation. Elle avait un droit à savoir, peu importait si lui pouvait être blessé par ce qu’il allait se remémorer. À vrai dire, pour une fois, Seth ne pensait pas vraiment à sa propre personne. Il se fichait bien d’éveiller de mauvais souvenir pour lui, encore plus si ça pouvait être bénéfique pour Rose.

Brisant finalement son mutisme, il hésita à tout dire pendant un moment : « On était beaucoup à la base, le nombre s’est réduit assez rapidement. » Il ne saurait dire ce qui s’était passé avec exactitude. Les autres s’étaient-il enfuis ? Avaient-ils changé de camp ? Étaient-ils morts ? Tout était possible, tout particulièrement en temps de guerre, mais tout cela n’était pas ce qu’elle voulait entendre. La question de la torture était plus problématique. S’il la tenait suffisamment en estime pour ne pas lui mentir ouvertement en prétendant qu’elle n’avait pas été torturé, il ne savait pas non plus ce qu’elle voulait savoir. Si quelqu’un avait gueulé ? Il la fixa pendant un moment, essayant vainement de savoir ce qu’elle désirait apprendre. Son observation ne lui apporta rien de valable si bien qu’il dut demander, chose qui ne lui plaisait pas particulièrement. « Quelqu’un étant ? » Il ne s’attendait pas à avoir une réponse. Si elle avait voulu lui dire avant elle ne lui dirait sans doute pas maintenant. Il ne comptait pas insister, d’ailleurs, ça changeait peu de chose pour lui. « Tu as été torturée, tout le monde y est passé et ils ont fini par avoir ce qu’ils voulaient j’imagine. » C’était peu dire que tout le monde y avait pensé, ça ne l’aiderait sans doute pas à se remémorer ce qui s’était passé. Peut-être qu’il n’était que d’une piètre assistance finalement. Il finit néanmoins par ajouter : « Tout le monde cherchait à sortir son épingle du jeu tu sais. » Une vague excuse pour ceux qui n’avait rien dit alors qu’elle avait été amené pour se faire torturer ? Sans doute que ça pouvait être interpréter ainsi, mais ce n’était pas exactement cas. Seth n’était pas du genre à pardonner ce genre de comportement à autrui, quand bien même il n’aurait pas été mieux que les autres. Il n’arrivait même pas à déterminer ce qu’il avait fait, s’il avait essayé de d’empêcher qu’elle ne soit emportée ou si sont instinct de survit avait gagné et qu’il avait resté dans un coin. Peut-être que ce détail lui échappait parce qu’il ne voulait pas réellement le savoir. « Mais que veux-tu savoir en vrai ? » Parce qu’il était bien placé pour lui dire ce qu’elle avait subie. Pour autre chose c’était plutôt compliqué. Non vraiment, il n’était pas très utile en fin de compte sans connaitre ce qu’elle cherchait à savoir. Il n’avait pas envie de parler de façon cryptée pas plus qu’il avait envie de répondre à des questionnements vagues. Enfin, il fallait aussi avouer que peu importe ce qu’elle demanderait il tâcherait d’y répondre en bien ou en mal, surtout mal pour l’instant.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Rose K. Fairclough "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : Holland HOT Roden × Nombre de messages : 559 × Age du perso : 21 printemps d'un désert oppressant × Job : Déchet au milieu de la société, vendeuse éparpillée × Côté love : Torpillé, abusé, emprisonné d'une évidence qui s'est échappée...


Message(#) Sujet: Re: rose. and you realize then that it's finally the time. Jeu 30 Juil - 5:02

and you realize then that it's finally the time.
Seth & Rose

The hardest thing is not the fall, it's the landing. ✻✻✻ S'attacher n'avait jamais été dans ses priorités bien avant cette précarité. Rose avait toujours évité soigneusement les rapprochements pour s'éviter des maux véhéments. Se reculant, se teintant derrière en retrait pour se préserver. Mais la vie était ironique, la vie avait cette manière de se moquer des instincts premiers. Elle prenait, chamboulait, décuplait, menaçait. Elle était destructrice et malice. Elle brisait les résolutions pour en faire des solutions. Et malgré le manque de clarté de son chemin cabossé, la belle s'était trouvée à contre sens sur une pente glissante. Fuyant son passé inconsciemment, trouvant un réconfort apaisant. Auprès d'un homme qu'elle n'avait fait qu'observer jusqu'à présent. Et qui pourtant lui avait sauvé la vie à ces dépends. La vie savait se montrer étrange par instant. Et malencontreusement, la jeune femme s'était éloignée de ses pensées, trouvant une ancre à laquelle se rattacher. Une ancre aussi brisée qu'elle. Puisqu'au fond, ils étaient tous un peu ravagés par leurs conditions de damnés. Torturés par leurs captivités, enclos d'une folle réalité. Vivant en se contentant, survivant en se pliant. A cette île et ces aléas. Des déchets, des pions si aisés à manipuler. Et Seth cachait bien plus d'anxiété encore, son visage marqué prouvant la férocité de ces souvenirs. Mais Rose ne connaissait pas la partie sombre de ce passé dévastateur, elle ne connaissait que cette douceur frigide. Un mélange étrange entre une amitié confuse et une confiance infuse. Comme si tous deux étaient connectés à l'origine de leurs plaies, comme si ensemble ils pouvaient gommés les images de leurs peaux ensanglantées. Mais la réalité était autre, la réalité se logeait d'illusions perfides. Et ils se raisonnaient dans leurs proximités, tentaient d'oublier la violence de leurs existences délabrées. S’essoufflant, se perdant dans des confessions intimes et légitimes. Le brun gardant la clé de son échappée, la rousse cherchant un moyen de l'aider. Ils se rendaient un service mutuel au fond, un service flou et illogique aux premiers abords mais qui s'était fait dans un ultime accord. Sans mots, sans futilités aucunes. Juste une compréhension flagrante. Peut être était ce à cause des blessures qu'on leur avait affligé? Ou même à cause de cette haine aisée contre ceux qui les avaient éprouvés? C'était très probable, que leurs colères meurtrières les aient poussé à se rapprocher mais leurs mots muets cachaient également une connexion. Complétement démesurée. Comme s'ils avaient besoin de leurs simples présences pour se calmer, pour se reposer. Rose bouillonnait depuis que ses souvenirs s'étaient échappés, elle était tiraillée entre sa curiosité et sa démence. Et les seuls moments qui parvenaient à l'apaiser de ce tourment intérieur restait ces échanges sans ambiguïtés. Un seul rappel à la vérité. Qu'elle n'était pas cette atrocité. Ce monstre de fierté. Elle était cette fleur fanée que les jours avaient abimée de sa clarté.

Au fil de leurs discussions, ils apprenaient à se connaitre tels qu'ils étaient. Comme ces gens abusés par la précarité, par la violence du hasard. Variant les sujets pour découvrir des secrets. Et Rose était fascinée par ce personnage, cet homme qui se cachait de sa fragilité mais qui était différent par son authenticité. Sage tout en étant impulsif. La belle était jeune, loin d'être aussi mature qu'elle le pensait mais ce gars là prouvait que le nombre d'année pouvait jouer. Tous deux s'étaient retrouvés dans ce clan par défaut, l'une cherchant la vérité sur sa nature, l'autre défendant la cause de ses proches pour les protéger. Une cause qu'il avait perduré bien avant cette île paumée. Et ça Rose le comprenait dans ces dires, l'écoutant précautionneusement. Un soldat. Jamais elle n'y avait songé et pourtant à présent ça paraissait si évident. Ce calme temporisant la tempête de ces émotions. Ce self contrôle impressionnant, cette manière de faire attention à ceux qu'il l'entourait. Un gardien de la paix. Un protecteur de la liberté. Ces titres n'avaient aucunes importances face à la réalité. Car la liberté était toujours à acheter. Et que la paix se devait de passer à travers les atrocités. Rose ne pouvait imaginer ce qu'il avait vécu, ce qu'il avait du subir pendant des années. A se murer dans la solitude et dans le sang des étrangers. A vivre que pour lutter. Et les conditions insalubres. Non elle ne voulait y penser. Ne pouvant affronter les images ensanglantées de la mémoire du brun. Et pourtant elle ne détachait pas son regard de celui ci, captive de sa curiosité. Sans pour autant piper un mot. Car elle devait bien s'imaginer qu'en parler devait lui couter. Et elle ne voulait pas l'obscurcir de son passé, cette île offrant déjà assez d'anxiété. Alors elle détournait la discussion sur leurs captivités et elle voyait que Seth s'obscurcissait. Un dilemme le transperçant. Lui révéler la vérité et ainsi la briser un peu plus, ou lui dévoiler et enfin lui faire ouvrir les yeux. Il était le seul détenteur de ses souvenirs et même si la belle redoutait, elle se devait de savoir pour comprendre, pour apprendre de ses erreurs. Mais son hésitation était limpide, visible et lisible. Seth ne pouvait éternellement la protéger, car elle devait affronter les faits.

Puis il lui offrait les réponses à ses questions après un mutisme torturé. « On était beaucoup à la base, le nombre s’est réduit assez rapidement. » L'incompréhension se lisait sur les traits de la jeune femme qui tentait de trouver une solution dont elle seule avait la conclusion. Qu'était-il devenu ce nombre manquant? Avaient-ils fuis? Étaient-ils morts? Les deux hypothèses la laissait totalement vide, se demandant comment une telle chose était arrivée. Pourquoi eux? Qu'avaient-ils pour mériter cet injuste châtiment? Les réponses lui manquaient et cela la frustrait mais elle ne pouvait faire autrement, que d'imaginer le pire. La torture... La brûlure... Elle fermait les yeux un instant, ses mains se rabattant au sol tremblantes légèrement. Puis elle parlait d'un détail qui semblait si flou dans son crâne, un détail qui pourtant avait une place importante dans son amnésie. Et Seth la fixait, cherchait à comprendre de qui elle parlait, mais elle se renfermait, elle s'enlisait dans des sentiments défaits. « Quelqu’un étant ? » Et elle abaissait son regard un instant, ne voulant pas vraiment faire part de l'identité de celui qui la hantait. Et Seth s'adaptait à son silence, trouvant d'autres arguments. « Tu as été torturée, tout le monde y est passé et ils ont fini par avoir ce qu’ils voulaient j’imagine. » Eux les Originaires, les enfoirés qui voulaient prouver leurs supériorités, comment les oublier. Ce qu'ils voulaient étaient tellement flous. L'anarchie, le respect. La seule chose qu'ils avaient déclenchés c'était une guerre ouverte. Sombres idiots. « Tout le monde cherchait à sortir son épingle du jeu tu sais. » Et cela finissait d'achever la rousse qui cherchait de réelles motivations. Elle s'imaginait l'horreur des cellules, les cris, les pleurs. Elle avait impression d'entendre des voix dans son crâne et cela l'horrifiait, cela la terrorisait. Et une vague de douleur venait la submerger à l'épaule lascivement. Sa main venant se répercuter immédiatement là où le couteau s'était implanté dans sa chair martyrisée. Est ce que celui qui hantait ses pensées n'avait fait que la manipuler? Est ce que Jeremiah s'était manifesté dans le seul but de se faire remarquer? La rousse en doutait à cause d'émotions délabrées et pourtant cette pensée la transperçait, l’anéantissait . « Mais que veux-tu savoir en vrai ? » Et Seth l'interrogeait, ne comprenant pas là où elle voulait en venir. Et Rose savait que se cacher était inutile, que tenter de dissimuler son trouble ne l'aiderait pas à avoir la solution à son équation. Alors elle se confessait, sans donner tous les détails de ce qu'elle avait fait, mais dévoilant inconsciemment l'intégralité de ses pêchés. « Quand je me suis réveillée de mon coma, j'ai merdé, j'ai paniqué. J'ai fait du mal à quelqu'un inconsciemment et ça me ronge.» Pour l'instant, elle parlait s'éloignant du sujet principal pour s'éparpiller dans sa culpabilité. Puis elle revenait à cette personne qui la troublait. « Et quelqu'un m'a aidé là bas à me calmer, un gars qui semblait me connaitre. Il m'a rassuré mais surtout il a témoigné d'une douceur que je ne comprends pas. Je crois qu'il était avec nous dans ces cachots, je crois que c'est lui qui m'a sauvé...» Elle savait que Seth avait été aussi le détendeur de sa liberté, qu'il avait joué un rôle particulier dans son échappée. Car depuis qu'elle le connaissait, il s'était attelé à la protéger. Comme s'il se devait de veiller sur elle. Mais il y avait quelque chose de trouble dans cette histoire. Une chose incompréhensible. « Je ne sais juste plus qui il est.»

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.






losing your memory
You got those scissors from the draw, you never dug so deep before. If I stop trying, we start dying… You’re cutting me out, baby who you fighting? You make we wanna love, hate, cry, take, every part of you…You make me wanna scream, burn, touch, learn, every part of you… •• ALASKA (zella day)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: rose. and you realize then that it's finally the time. Jeu 6 Aoû - 18:16

and you realize then that it's finally the time.
rose&&seth
Seth était confronté à un dilemme dont il ne savait départager les issues. Depuis qu’il avait rencontré Rose, il avait cherché à faire ce qu’il faisait de mieux, ou il tentait en tout cas. Il voulait la protéger, l’empêcher de sombrer dans une folie qui la rongerait jusqu’à jamais. Peut-être que le silence était le choix à faire, mais ce n’était définitivement pas ce qu’elle demandait. Rose cherchait des réponses, quelque chose qu’il semblait être le seul à pouvoir lui apporter. Pourtant, il n’était pas véritablement certain qu’il pouvait accéder à sa demande. Il avait appris à la connaitre, il ne la connaissait peut-être pas tant que ça, mais ils avaient des points en commun. Ils se ressemblaient dans leur être, dans ce qu’ils étaient au plus profond d’eux-même. Ils étaient comme deux gamins effrayés par la vie, malmenés par elle et Seth ne voulait pas ajouter à cette réalité. Il était capable d’en prendre, c’était ce qu’il avait fait pour la majeure partie de sa vie adulte. Sa vie dans l’armée, sa vie sur l’île. Les aléas de la vie l’avaient toujours assaillis, mais jamais il ne pourrait le souhaiter sur quelqu’un, pas sur Rose, pas sur cette personne qu’il voulait protéger. Ce pourquoi il craignait la vérité, il la craignait plus que tout même. Parce qu’il ne voulait qu’elle sombre et parce que c’est tout ce qui comptait finalement. Cette jeune femme dont la présence lui était si nécessaire maintenant. Comme si trouver une âme semblable suffisait à apaiser ses mots. C’était différent d’avec Noreen ou d’avec Wendy. Elle était dans une classe à part, comme si le jeune homme ne pouvait fonctionner que de cette façon. Il mettait les gens dans des cases et Rose avait la sienne. Cette petite place spéciale qu’il faisait qu’il était à l’aise avec elle, qu’il pouvait lui faire confiance sans lui dire quoi que ce soit. Du moins c’était le lien qui s’était forgé.
Et pourtant il avait failli à la tâche qu’il s’était lui-même donné en acceptant de lui dévoiler la vérité, de répondre à ses questions. Il lui avait donné autre chose en même temps, une information qui était à la fois si évidente et pour autant cachée. Sa qualité de soldat, ce qui expliquait une grande partie de son comportement, ce qui donnait des informations sur sa personne. Il ne s’étendit même pas sur le sujet, il ne dit rien de significatif. Se limitant à une vague information qui suffisait amplement. C’était sans doute ce qui expliquait le besoin de la protéger. Parce qu’elle lui ressemblai sans pour autant avoir passé par les mêmes étapes que lui. Il voulait lui épargner la suite.

Mais Seth avait continué, il avait accédé à ses demandes. Il acceptait de parler de leur incarcération en espérant que c’était ce qu’il lui fallait, que ça ferait taire ses envies de vengeance. Plus il s’avançait en ce sens, plus il sentait qu’il pourrait le regretter. Et pourtant il lui avait dit certaines choses sans se gêner. Il lui avait confirmé ce qu’elle soupçonnait sans doute déjà. La torture était évidente tout comme le silence tous les autres. Il avait donné une excuse à ceux qui avait été silencieux lors de sa torture, mais il n’en croyait pas un mot. Lui le premier aurait du se lever, ça ne changeait rien, ça n’aurait rien changé, mais il aurait du le faire quand même. Enfin, au lieu de tout ça, il préféra poser une question. Lui demander ce qu’elle cherchait exactement. « Quand je me suis réveillée de mon coma, j'ai merdé, j'ai paniqué. J'ai fait du mal à quelqu'un inconsciemment et ça me ronge.» Elle avait fait du mal à quelqu’un ? Voilà qui pouvait changer la donne. À vrai dire ce n’était pas du tout ce à quoi il s’était attendu, mais il voulait savoir la vérité. Certes, sur cette île la vérité était une chose difficile à obtenir, tout comme la justice l’était. Pourtant, il ne voulait définitivement pas la deuxième option. La première, il la recherchait, mais ce n’était qu’un concours de circonstance. C’était pour l’aider et non pas pour lui faire une quelconque moral. Plus meurtrier que la majorité des gens, Seth n’était pas placé pour le faire de toute façon. « Tu as fait mal à quelqu’un ? » Répéter ses exacts mots n’était peut-être pas la chose à faire, mais c’était tout ce qu’il pouvait faire. Après tout, elle ne lui avait donné aucune information, elle s’était même éloigné du sujet qu’ils avaient entamés. Il ne lui en voulait pas, il voulait juste comprendre, encore et toujours. « Je peux t'aider ? » Il voulait l’aider et pour ce faire, il fallait qu’elle lui explique ce qui s’était passé.

Lorsqu’elle enchaina avec la suite, qui n’en était pas tellement une, Seth la dévisagea. Elle revenait à ce qui semblait la préoccuper le plus : cette personne, ce quelqu’un. Alors qu’elle continuait, lui commençait à comprendre de qui elle parlait. C’était ce type, ce jeune homme qu’il connaissait à peine. Il n’avait jamais cherché à le connaitre, il ne s’en était jamais préoccupé. « Je ne sais juste plus qui il est.» Mais elle, elle s’en préoccupait si bien qu’il devait consentir à lui en dire plus. « Tu veux dire Jeremiah ? » Probablement que lui lancer un nom ne l’aiderait pas particulièrement. Ce pourquoi il se décida finalement à insister en posant une question supplémentaire : « Il est avec les rescapés ? » Il n’avait pas tellement de doutes vis-à-vis l’identité de la personne que cherchait Rose. Il le connaissait, ne serait-ce qu’un peu. Pourtant, Seth avait fait ce qu’il faisait habituellement avec ce type, l’ignorer du mieux qu’il pouvait. Il n’avait rien voulu savoir et maintenant il s’en trouvait désavantagé. Il pouvait lui dire que ce que Jeremiah avait fait lors de leur captivité et même encore, il n’en savait que trop rien. Ce qu’il pouvait lui dire était sans doute inintéressant au final, mais il se permit quand même de le faire : « C’est lui qui t’a sauvé oui. » Il taisait sa propre part dans le sauvetage, mais qui s’en préoccupait vraiment. Jeremiah était celui qui l’avait porté, celui qui avait réellement voulu la sauvé. Seth était intervenu pour s’assurer que l’autre type avait la chance de le faire, ce n’était pas héroïque, ce n’était même pas intéressant. « [color=steelblue]Il tient à toi. » Ces mots venant de lui ne faisait aucun sens, mais c’était la vérité. Il se rappelait bien de l’autre jeune homme, il se souvenait bien du regard de Jeremiah. Il n’était pas un romantique, même qu’il était généralement assez terrible pour ce genre de chose, mais même lui l’avait compris. [b]« Il a sans doute crié. » Ça il ne s’en souvenait pas du tout, mais il pouvait le supposer. C’était sans doute ce qu’elle avait besoin d’entendre et c’était peut-être mieux qu’elle se concentre sur lui plutôt que de chercher une vengeance qui ne ferait que la tueur. Ça, par contre, il se garda bien de lui dire.

{j'espère que ça te convient / inspire sinon je peux changer éwè}



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: rose. and you realize then that it's finally the time.

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-