avatar
» Aislynn J. Jenkins "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Sophia Bush x3 × Nombre de messages : 2136 × Age du perso : 26 ans (21/06/1989) × Job : Infirmière × Côté love : ... When The Past Hurts ...


Message(#) Sujet: Keep smiling and answer the questions • GAMMA Dim 29 Mar - 18:47

« Keep smiling and answer the questions»
Team GAMMA

Cela faisait maintenant quelques semaines que nous étions revenus à New-York et ce retour n’était pas forcément évident tous les jours. Notre arrivée ne s’était pas faite de la façon la plus simple et la plus calme qu’on puisse penser. On avait été obligés de tous se soumettre à des tests et examens médicaux pour nous rassurer, ou plutôt rassurer le gouvernement sur le fait qu’on ne représentait pas un danger potentiel pour qui que ce soit. Même si je comprenais parfaitement que cela soit nécessaire, j'avais l’impression que les précautions prises étaient un peu exagérées. On n’attendait qu’une seule chose, pouvoir retrouver nos proches rapidement, mais ce n’était pas leur préoccupation première. Cela faisait plus de deux ans et demi qu’on n’avait aucune nouvelle d’eux, et il était plus que légitime qu’on ait besoin de retrouver ce contact humain et relationnel avec nos proches. Même si ce n’était pas de gaieté de cœur, je m’étais soumise bien sagement à tout ce qu’ils nous avaient demandé pour pouvoir retrouver enfin ma liberté.

Enfin, c’était un bien grand mot, puisque pour le moment, on ne pouvait pas vraiment partir, et on se devait de rester à disposition, au cas où on aurait besoin de nous. Et c’était d’ailleurs le cas aujourd’hui, on devait tous se tenir à une conférence de presse. Je détestais cette idée. On avait déjà dû raconter maintes et maintes fois ce qui nous était arrivé, je ne voyais las l’intérêt de l’étaler sur la place publique. J’avais l’impression qu’on était là pour faire vendre, que tout ce qu’on a vécu là-bas, aussi difficile soit-il, ne les intéressait que comme le dernier scoop à la mode. Depuis que j’étais rentrée chez moi, j’avais sans cesse l’impression d’être traquée par les médias, comme si tout ce que je faisais était épié et je devenais même parano par moment. Autant dire que je me rendais à cette conférence à reculons, mais je n’avais pas le choix et ça me permettrait de revoir mes anciens compagnons, que je n’avais pas eu le temps de recroiser pour la plupart. Tout était déjà prêt sur place en arrivant, et après avoir salué quelques personnes, je pris place sur la chaise qui m’était attribuée, tout en affichant un sourire, qui dissimulerait bien la vérité et l’ennui qu’être ici me provoque.




copyright crackle bones


Spoiler - Thank you for everything <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Chris McAdam Madden "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Kingston Rossdale :) × Nombre de messages : 4693 × Age du perso : 7 Ans. × Job : à l'école × Côté love : Nobody. &lt;3


Message(#) Sujet: Re: Keep smiling and answer the questions • GAMMA Dim 29 Mar - 22:01

« Keep smiling and answer the questions»
Team GAMMA

Ces derniers temps avaient été un peu difficiles pour Chris. Il avait de grosses difficultés à s'adapter à sa nouvelle vie. Tout le monde autour de lui avait été content de le retrouver, ses grands parents et d'autres gens de sa famille dont il ignorait l'existence. Sa famille à lui c'était Roxanne et elle n'était pas à ses côtés. Il était en colère contre le monde entier et personne ne le comprenait, personne ne pouvait le comprendre. Sa maman, Apple, elle était là pour lui, elle essayait de lui parler, de le comprendre tant bien que mal, elle faisait de son mieux mais ça ne suffisait pas, malheureusement. Et puis, autour de lui, personne ne cessait de dire « ça passera avec le temps. » Comme si c'était vrai ! Non ça ne l'était pas, il ne serait plus jamais heureux, pas tant qu'il n'aura pas retrouvé sa soeur, son papa et son meilleur ami.

Aujourd'hui était un jour particulier, Chris n'allait pas aller à l'école. Sa maman lui avait expliqué qu'encore une fois, ils étaient convoqués pour parler devant des caméras, avec les autres copains qui étaient dans l'avion. Ce n'était pas la première fois. En plus, Chris ne comprenait pas pourquoi lui aussi devait y aller. Sa maman lui disait qu'il était obligé, que les journalistes avaient des questions pour lui aussi. Ah ça, les journalistes aiment poser des questions aux enfants, parce que au moins répondent franchement et avec honnêteté. Alors tout deux s'étaient préparés et puis Chris était monté dans la voiture avec sa mère. Ils ne mirent pas beaucoup de temps à arriver à la destination souhaité. La bas, ils virent des visages connus qu'ils allèrent saluer. Et puis, ils entrèrent dans une grande salle, avec une grande table et des chaises. Chris s'installa à côté d'Apple et attendit, intimidé par la grandeur de cette salle et le nombre de caméras.




copyright crackle bones


après tout, certains disent que les plus belles histoires d'amour sont celles qu'on n'a pas eu le temps de vivre. peut-être que les baisers qu'on ne reçoit pas sont aussi les plus intenses.
found myself in wonderland
(gif tumblr/code northern lights.)

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Galendrïa-Rhaenys Jusiia "
❝ Immune. × I can't forget but I can pretend ∞ ❞

× Ma Célébrité : katheryn winnick × Nombre de messages : 561 × Age du perso : vingt-sept ans × Job : porte-parole de ses sœurs, les amazones × Côté love : éprise de Rupert-Wilfrid Grìmsson


Message(#) Sujet: Re: Keep smiling and answer the questions • GAMMA Dim 5 Avr - 3:51


colombia university ◈ team gamma
keep smiling and answer the questions
If a person is not talented enough to be a novelist, not smart enough to be a lawyer and his hands are too shaky to perform operations, he becomes a journalist.






U
ne. Deux. Trois. Une goutte de sang tombe sur le bitume mais tu recommences. Une. Deux. Trois. Tu te piques le bout du pouce avec une punaise que tu as trouvé sur un mur qui servait à afficher des annonces et des publicités. Tu es comme un drogué, un drogué aux endorphines, ces petites hormones opiacées que secrète naturellement ton organisme après une activité physique intense, comme un orgasme ou un marathon. Bien que tu sois revenu dans le monde civilisé depuis maintenant une bonne semaine, tu n'as pas encore trouvé le temps de t'acheter des clopes. Il faut dire que tu as passé ces sept derniers jours enfermé dans une chambre austère, à subir tout un tas de tests pour savoir si tu n'avais pas ramené une maladie potentiellement contagieuse avec toi. Heureusement, tu avais été diagnostiqué comme sain à un bon nombre de virus et tu étais enfin débarrassé de toutes ces conneries même si, grâce à elles, tu avais fait une rencontre des plus charmantes : le docteur Lou-Ann C. Austen-Jameson. Un petit sourire étire tes lèvres alors que tu te remémores ses yeux bleus qui te scrutaient sous tous les angles pour des raisons strictement médicales. Tu aurais voulu que ça arrive dans des circonstances plus intimes mais elle avait repoussé chacune de tes avances, fermement attachée à son code de déontologie, et maintenant que ton hospitalisation forcée était terminée, tu ne savais quel prétexte utiliser pour la revoir. Tu pousses un soupir avant de porter ton pouce à ta bouche pour sucer le sang qui y avait perlé. Tu pouvais toujours te faire passer pour un médecin... Cela aurait le mérite de pimenter cette nouvelle rencontre... Une femme passe à côté de toi pour entrer dans le bâtiment devant lequel tu te tiens et tu la suis du regard, laissant échapper un nouveau soupir. Tu la connais. Elle se trouvait sur cette île durant ces deux dernières années, tout comme toi, tout comme les autres qui allaient bientôt arriver pour assister à la conférence de presse à laquelle le gouvernement vous avait si gentiment convié. Une deuxième femme entre à son tour et tu fronces les sourcils en la voyant accompagnée de son petit garçon. Comment pouvait-elle exposer son enfant aux yeux du monde ? Comment pouvait-elle le donner en pâture à des journalistes qui ne se gêneront pas à lui poser toutes sortes de questions ? Comment mentir et protéger les survivants qui étaient restés derrière quand les enfants sont connus pour dire la vérité ? ❝ Je sens qu'on va s'marrer.. ❞ Tu marmonnes en faisant ton entrée dans la salle, ignorant les crépitements des flashs et les mouvements impatients des journalistes qui étaient déjà installés. Après avoir salué brièvement Aislynn, tu vas te mettre à ta place avant de regarder tout autour de toi. Toujours aucune trace de B-Boy... Elle avait sérieusement intérêt à venir et à ne pas te laisser seul dans cette galère...

522 mots + musique


❝ She was a wanderess, a drop of free water ❞
with her rare beauty, this wild wanderess ensnared his soul like a gypsy-thief. she was his love. the love who folded secrets between her thighs like napkins and concealed memories in the valley of her breasts.


Dernière édition par Reyhan-Devy T. Holmes le Ven 24 Avr - 8:18, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Charlie-Joy Billy Delford "
❝ Success. × Forget the burdens of the past ₪ ❞

× Ma Célébrité : Emmy Rossum × Nombre de messages : 144 × Age du perso : Née le 29 février 1992 × 24 ans × Job : Serveuse × Côté love : No one


Message(#) Sujet: Re: Keep smiling and answer the questions • GAMMA Dim 5 Avr - 5:02





Keep smiling and answer the questions .No ideas
and the ability to express them - that's a journalist. feat. Gamma

Tu appliques la dernière touche de rouge à lèvres, assorti à la veste de tailleur que Lou-Ann t'a forcée à accepter en te disant que ça allait bien avec ton teint et qu'elle ne voulait pas que tu apparaisses à l'écran habillée comme une junkie.. Tu te regardes dans le miroir. La fille que tu y vois, ce n'est pas vraiment toi. Non, clairement pas.. Mais Lou a insisté pour que tu sois habillée de manière présentable.. alors tu as fini par accepter de faire un petit effort.. Tu regardes ton visage et ce chignon tiré à quatre épingles.. Non, ce n'est pas toi. Tu détaches tes cheveux et ta longue crinière brune retombe en cascade sur tes épaules. C'est déjà mieux.. Tu souris, et sors de l'appartement en attrapant au passage ton paquet de cigarettes, un briquet et quelques billets dans ton porte-feuille flambant neuf, et tu glisses le tout dans ton soutien-gorge, les vieilles habitudes ne meurent jamais. Tu secoues la tête avec un sourire et une fois arrivée en bas de l'immeuble, tu sautes dans un taxi. Tu es en retard, pas le temps de prendre le métro. Le taxi te dépose au coin de la rue. A peine descendue tu allumes une cigarette et presse le pas pour atteindre l'entrée. Tu finis hâtivement ta cigarette et l'écrases sur le bitume. Il n'y a plus personne à l'extérieur. Ils ont du rentrer, déjà. Pitié faîtes que Reyhan soit déjà là! Tu entres précipitamment en te cachant le visage du côté des photographes, et en évitant les journalistes qui tentent de te poser toutes sortes de questions en même temps. Tu rejoins l'estrade sur laquelle sont assis les autres, et leur lances un vague sourire. Tu te laisses tomber sur la chaise à côté de celle de ton meilleur ami, et avant même qu'il ne puisse ouvrir la bouche tu lui lances ; ❝ Sans commentaires.. ma coloc' m'a forcée à enfiler ses fringues.. ❞ Tu te vautres bien profondément dans la chaise. Accepter de faire un effort sur la tenue ne veut pas dire que ton attitude, elle, va changer, et habituellement tu n'es pas assise comme si tu avais un balais enfoncé.. là où on pense.

Peu à peu le brouhaha de la salle s'apaise, et on n'entend plus que le bruit de quelques flashs ici et là. Et la conférence de commencer. Tu avales ta salive. La première question tombe. ❝ Pouvez-vous nous décrire ce crah? Comment est-ce que ça s'est passé? Qu'avez-vous ressenti au moment de l'impact? ❞ Tu regardes sur ta gauche vers les autres rescapés, tous encaissent la question. Se souvenir de tous les détails est douloureux pour tout le monde.. Alors tu prends sur toi, et tu te redresses pour t'approcher du micro. ❝ hum.. j'pense parler au nom de tout l'monde en disant que c'était une épreuve difficile et douloureuse. Ils sont plein à avoir perdu des proches à ce moment-là.. donc, hum.. Y'a d'abord eu des turbulences, de plus en plus violentes, puis la queue de l'avion a explosé. On était au dessus de l'océan. hum.. tout l'monde a paniqué, comme vous pouvez l'imaginer, et hum.. l'avion s'est écrasé sur l'eau. hum.. environ une quarantaine de passagers a réussit à sortir de l'avion avec des gilets de sauvetage, avant que l'avion n'se mette à couler.. ❞ Tu ne peux t'empêcher d'enfoncer tes ongles dans la paume de ta main en pensant aux réelles circonstances du crash, et à la carcasse de l'avion sur la plage. En pensant que tu mens effrontément. En pensant à tous ceux qui sont restés sur place. Tous ceux qui ont été laissés pour compte et qui attendent certainement que vous leur envoyiez des secours. ❝ puis.. on a nagé de manière à s'rassembler.. hum.. vous savez, dans ces cas-là, on a beau ne pas s'connaître, on a quand même tendance à s'serrer les coudes. ❞ Tu fais un signe de tête pour indiquer que tu as terminé, et recules pour t'adosser à nouveau contre le dossier de ta chaise, les bras croisés contre ta poitrine, les poings serrés à t'en faire blanchir les jointures, et les ongles si profondément enfoncés dans ta main que tu risque de percer ta peau à chaque instant. Mâchoire serrée, et jambe agitée, tu fixes le fond de la salle. Tu détestes faire ça. Mentir alors qu'une centaine d'autres personnes pourraient être sauvés.. Mais tu as trop peur des conséquences..




codage by jacks ღ gifs from tumblr



❝ Memory it's all i am ❞

Moments and feelings, captured in amber, strung on filaments of reason. Take a man’s memories and you take all of him. Chip away a memory at a time and you destroy him as surely as if you hammered nail after nail through his skull. × BY LIZZOU
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Keep smiling and answer the questions • GAMMA Ven 10 Avr - 23:03

« Non, j’ai pas envie. » Répond-il pour la énième fois à sa mère au téléphone. « Je n’irai pas jouer les hypocrites pour ces putains de sangsues que vous appelez journalistes, et encore moins pour le gouvernement. » Samuel est franc ; samuel n’est pas gracieux… ne l’a jamais été. Il dit ce qu’il pense, comme il le pense, et sa mère est habituée. Ces deux années ne l’avaient pas changé… Ou si en réalité, mais en pire. Malgré tout, après les supplications de sa mère, il fini par accepter. Les arguments de cette dernière ? L’argent bien sûr. Et le fait que le gouvernement ne lui fichera jamais la paix s’il ne le fait pas. Alors après avoir raccroché, un petit sourire étire ses lèvres. Non il n’a pas changé d’avis et n’est pas heureux de s’y rendre. Il a juste trouvé un moyen de s’exprimer légèrement différent de l’accoutumée.

Le blond déteste parler de l’île, comme la plupart des rescapés. Bien qu’il n’ait pas l’occasion de discuter avec tous, il se doute bien que chacun d’entre eux garde les menaces des habitants de l’île en mémoire. Si quiconque apprend ce qui se trouve sur l’île… il ne restera pas grand-chose des autres rescapés. Il y a aussi le fait que son frère se soit suicidé là bas, et qu’il ait menti à tout le monde en annonçant qu’il avait simplement préféré y rester... Samuel préférait fuir cette douloureuse réalité et prétendre que rien n’est arrivé. C’est tellement plus simple.
Il soupire en regardant sa montre et sort du métro pour se rendre à la conférence de presse. Arrivé dans les locaux, il enlève sa veste, laissant apparaître les mots « J’emmerde les journalistes et le gouvernement. » écris en noir sur un T-shirt blanc des plus simples. Ainsi, le message sera clair et précis. Il ne répondra à aucune question, et n’est là que parce qu’on le lui a obligé. Et puis soudainement il pense à Damyan. Est-ce que le brun sera présent ? Sera-t-il vexé en voyant ses habits ? Il soupire et secoue la tête. Si c’est le cas, tant pis. Il ne peut pas renier qui il est simplement pour ce journaliste à la gueule d’ange. Il pourra toujours tenter de lui expliquer les raisons de ce comportement s’il le peut.

Finalement il arrive près des autres rescapés et sent le regard choqué de quelques journalistes se poser sur lui. Et lui sourit, un large et grand sourire digne du plus grand des hypocrite, tandis qu’il va s’assoir et laisse aux autres le soin de répondre aux questions.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Aislynn J. Jenkins "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Sophia Bush x3 × Nombre de messages : 2136 × Age du perso : 26 ans (21/06/1989) × Job : Infirmière × Côté love : ... When The Past Hurts ...


Message(#) Sujet: Re: Keep smiling and answer the questions • GAMMA Dim 19 Avr - 13:41

« Keep smiling and answer the questions»
Team GAMMA

Ce que je n’aimais pas ces conférences de presse, à chaque fois, c’était comme si nous n’étions que des morceaux de viande jetés sur le devant de la scène, et c’est très clairement ce qu’on devait être aux yeux du gouvernement, qui ne faisait que nous exposer un peu plus, à chaque fois. C’était trop demander que d’être tranquilles après tout ce qu’on avait vécu et de ne souhaiter qu’une chose, reprendre une vie normale ? Apparemment oui. A croire que personne n’essaie de se mettre réellement de se mettre à notre place et de comprendre, parce que je suis sure que les choses se passeraient différemment dans ce cas là. J’étais là, la première, ce qui faisait que j’avais attiré, contre mon gré, l’attention de tous les journalistes, mais je n’avais aucune envie de me retrouver seule face à ces requins. Je fus soulagée lorsque les autres entrèrent peu de temps après moi. Je ne les connaissais pas tous, mais un sourire sincère s’afficha sur mes lèvres, lorsque Reyhan et Charlie arrivèrent. Il ne me restait plus qu’à essayer de le garder, tout le long de la conférence. Je remarquais cependant que nous n’étions pas tous là, et qu’Aron manquait à l’appel. Je sais le mal qu’il a, à supporter tout ça, mais je ne pense pas que les éviter vont le faire être tranquille plus rapidement.

Je souris en regardant les autres, apparemment, il n’y en a pas un seul qui est heureux d’être ici, à ce moment présent. Allez courage ! Ce ne sont que quelques questions, après tu seras tranquille … Jusqu’à la prochaine du moins. C’est alors que les premières questions commencent à tomber, toujours la même rengaine et toujours plus ou moins les mêmes questions. Je soufflai discrètement, tout en sachant que je devrais me prêter au jeu moi aussi, et mon répit fut de très courte durée. « Qu'est-il arrivé aux autres? » Il fallait que cette question tombe sur moi … Je pense qu’il ne faut pas être devin pour le savoir. N’importe qui aurait trouvé cette question mal placée, mais il fallait qu’ils la posent quand même. Il était clair que le but de leur démarche était juste de faire de l’audimat, chercher le petit détail croustillant à raconter. « A vrai dire, les conditions de vie sur l’île étaient assez difficile à supporter. Certains n’ont pas supporté le crash et tout ce qui s’était passé et … et se sont laissés aller. D’autres sont partis en expédition et on ne les a jamais revus … » Parler de tout ça ne faisait que nous faire replonger dans tout l’enfer de ces deux années perdus au milieu de nulle part. Je ne voulais qu’une chose, partir d’ici et être tranquille une bonne fois pour toute. « Vous devez vous douter qu’accepter l’idée de tout avoir perdu, et de voir le temps passé sans que rien ne s’améliore n’est pas une chose facile … » Je n’avais pas envie d’en dire plus, je voulais juste qu’ils comprennent que leurs questions de ce genre n’étaient pas les bienvenues, mais je le faisais en toute subtilité pour ne pas les braquer.



copyright crackle bones


Spoiler - Thank you for everything <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Keep smiling and answer the questions • GAMMA Sam 25 Avr - 22:50

❝ keep smiling & answer the questions ;
even if it hurts, & it's wrong. ❞


Aron n’avait jamais été un mouton. Il n’entrait pas dans la masse, ne suivait pas le mouvement et ne se perdait pas dans une foule d’ombres aussi triste qu’ignorante. Et pourtant, c’était bien lui qui, cachait de l’autre côté de l’université, se demandait à quel moment il parviendrait à entrer. Il avait vu les autres, du coin de l’œil, se presser ou non pour rejoindre ces quelques heures d’enfer qu’on leur imposait. Lui non plus, il ne comprenait pas bien pourquoi tout cela avait lieu, pourquoi tant de questions devant si peu de réponses, simplement pourquoi on s’acharnait tant sur des gens qui jamais n’avaient rien demandé à personne. Il restait là, à enchaîner les clopes en se brûlant un peu trop les doigts, le cœur au bord de l’explosion. Il observait ces gens qu’il ne connaissait pas et il savait, il lui suffisait d’un regard pour comprendre que leurs vies à eux étaient brisées aussi. De la même façon – en quittant cette île, ils avaient tous abandonnés un peu de leur cœur là-bas. Rien ni personne ne le leur rendrait, c’était certain.

Tirant sur une cigarette totalement consumée dont il ne restait déjà plus que le filtre, il sentit ses pieds se reposer sur la terre ferme et remarqua que l’endroit était à présent complètement désert. Il s’était tend perdu dans ses songes que personne ne l’avait aidé à en sortir et maintenant il était là, tout seul, prêt à faire demi-tour, à rentrer dans un chez-lui qui ne ressemblait pas le moins du monde à un cocon confortable. Il allait s’en aller, le cœur encore lourd d’avoir à subir tant, lorsqu’il entendit une voix. C’était une toute petite femme qui avait un regard et un sourire bien mignons et lui intimait de la suivre, parce qu’il était un survivant. Lui ignorait complètement qui elle était – mais elle l’avait reconnue. Les opérations de comm’ semblaient fonctionner à merveille, voilà ce à quoi pensa l’homme lorsqu’il se retrouva, sans trop le comprendre, à interrompre la conférence par son retard d’une dizaine de minutes maintenant. Il la suivit en silence, écoutant d’une seule oreille les réponses des rescapés et s’installa dans un silence religieux, ne portant aucune attention ni à ses collègues d’infortune, ni à ces rapaces qui, à présent, remarquaient son absence. Car il était physiquement présent, mais quelque chose en lui était mort depuis bien longtemps maintenant. La voix d’Aislynn berçait ses oreilles et il se surprit, le regard vide, à sentir un certain réconfort au fond de lui. La question suivante brisa cependant tous ces souhaits de tranquillité. ❝Vous étiez nombreux sur le vol. A combien estimez-vous les pertes ? ❞ Ils savaient que c’était une catastrophe. Ils le savaient tous. Et ils étaient là, occupés à remuer le couteau dans la plaie pendant que des gens sentaient leurs blessures les brûler comme au premier jour. Il venait à peine d’arriver et ils l’agaçaient déjà. Il se contenta de se racler la gorge, pas certain de réussir à garder son calme. Sans franchement le remarquer, cependant, une réponse quittait déjà ses lèvres. ❝On était beaucoup et on n’est presque plus personne, ça doit vouloir dire qu’y’a eu beaucoup de morts et… ❞ On leur avait précisé. Qu’il fallait faire preuve de tact, de gentillesse, et si possible un peu faire pitié. Avant même qu’il ne termine sa phrase, il en entendit une autre se caler sur la sienne, comme pour stopper ses conneries.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Keep smiling and answer the questions • GAMMA Jeu 30 Avr - 4:57

Gammas x Lula
Answer the question
Quand je panique la mécanique de mon cœur déraille au point que je me prends pour une locomotive à vapeur dont les roues décollent dans les virages. Je voyage sur les rails de ma propre peur. De quoi ai-je peur ? De toi, enfin de moi sans toi.





Prise de sang. Test. Test psychologique. ECG. Plaquette. Virus. Test Toxicologique. Vaccin. Médecin. Infirmier. Psychiatre. Etudiant. Blanc. Blouse. Stéthoscope.Examen.

Mademoiselle Fitzgerald. Madame. Ma grande. Ma belle. Lula. Marie.

Tous avaient pu sortir. Tous avaient repris le cours d'une vie presque normale. Mais tu devais être l'exception. Le cas à part. Toujours la même ritournelle. Tes cicatrices. Tes ailes. Ton corps mutilé. Tes hurlements dans la nuit. Ton regard. Ta folie. Ta Lula.

Ils t'avaient gardé "en observation" qu'ils disaient les grands médecins. Mais toi tu te sentais prisonnière. Ils étaient venus de libérer de cette île, de ce bout de paradis pour t'envoyer dans l'enfer d'une cage blanche. Tu avais pensé que peut-être que si tu acceptais d'aller à la conférence. De coopérer. De sourire. Peut-être alors tu pourrais enfin sortir de cet asile.

Tu faisais semblant de sourire à ces nouveaux "amis" alors que quelques jours auparavant ils n'étaient que cibles et victimes. Gibier et proies à attraper. Tu leur montrais tes dents redevenues blanches et priait pour qu'aucun ne te reconnaisse et te montre du doigt. Tu restais dans l'ombre. Au cas où Il serait là. Tu priais pour revoir son sourire mais s'il te voyait ici il ne ferait qu'hurler et te dénoncer.

Malgré la tension, la pression tu étais heureuse d'être ici. Auprès de ceux qui avaient connu ton bout de jardin d'Eden. Tu n'en pouvais plus de ta cage blanche. De ces blouses blanches qui te posaient questions sur questions.

Ici dans cette immense pièce tu voyais ton psychologue au milieu des journalistes carnet de notes en main. Tu complotais. Tu observais. Tu réfléchissais. Tu écoutais. Les murmures. Les crépitements des flashs. Clic. Clac.

Jouer. Improviser. Mentir. Tu étais douée pour ça. Tu étais entraînée pour ça.

A chaque questions tu révisais ton attitude.

La première question tombe. Sentence.

"Qu'avez vous ressentit après le crash ?"

Rien. Ma vie n'avait aucun sens. Alors me retrouver ici n'est pas pire qu'être ailleurs. Ailleurs. le couvent. ... Tes pensées s'égarent mais tu te concentre sur les clics et les clacs. Tu restes dans cette pièce. Tu t'empêches de te souvenir. Tu sers le poing. Tu sers les dents. Tu n'écoutes plus.

Clic. Clac. Clic. Clac.

La deuxième question. La torture.

Les autres. Ceux que vous avez laissés et que vous devez oublier. Le secret. La seule chose qui te lie aux autres. Les autres. Ceux qui ne sont pas de ta famille. Ceux pour qui tuer est un crime. Ceux qui ne sont pas Ceux là. Ceux là que tu regrettes d'avoir abandonné pour cette vie d'animal de foire.

Tu dois les oublier. Tu ne les reverras jamais. Ils sont loin desormais et rien ne pourras jamais plus vous rapprocher. Tu as scellé ton destin quand tu as mis le premier pied sur le bateau.

La troisième question. La punition.

" Vous étiez nombreux sur le vol. A combien estimez-vous les pertes ?"

Beaucoup.

A toi seule tu as causé "la perte" d'une dizaine de personnes. Certainement plus.

L'homme qui répond s'égare. Il met les pieds dans le plat.

"On était beaucoup et on n'est presque plus personne, ça doit vouloir dire qu'y a eu beaucoup de morts et... "

"Que nous avons une chance inouïe d'être ici aujourd'hui. Des passagers sont morts. Des proches. Des amis. Des enfants. Des parents. Des personnes qui manquent aujourd'hui à des familles. Les pertes sont inestimables. Il ne s'est pas passé une seule seconde durant ces années sans qu'on pense aux disparus."

Les mots étaient sortis de ta bouche plus fort que ce à quoi tu t'attendais. Les journalistes reprenaient de plus belle et tu n'entendais plus les Clic.. Plus de Clac. Juste les lumières éblouissantes. Tu n'es plus là déjà mais tu te forces à sourire en attendant. Sans vraiment savoir ce que tu attends.


made by pandora.



Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: Keep smiling and answer the questions • GAMMA

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-