avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Face the truth [pv seth a. lightfellow] Ven 30 Jan - 14:53


Seth A. Lightfellow && Edge P. Silverberg
all I need is the truth,
as a friend, you owe it to me

Je regardais Wendy dormir sans oser la réveiller. Le sommeil m’avait abandonné depuis longtemps, mais je ne trouvai pas là une raison d’en faire de même avec elle. Elle était si fragile… et tout cela était de ma faute. C’était moi qui avais eu l’idée de ce voyage, donc, le coupable était tout vite trouvé. Elle en avait souffert par ma faute, autant physiquement que moralement. Je m’en étais tiré qu’avec des égratignures et une contusion là où elle, elle avait perdu le bébé et avait été bien plus blessée. Elle ne cessait de me dire que je n’y étais pour rien, et pourtant, à chaque fois que mon regard se posait sur elle, je ne voyais que le résultat de mon propre échec à la protéger. Mon orgueil ne pouvait le supporter et pourtant, j’étais capable en même temps de tout faire, de donner le meilleur de mon être pour lui offrir un avenir meilleur, loin de cette île. L’île n’était pas une fin en soi et je refusais de la voir comme un futur. Non, Wendy méritait bien mieux que cela. Elle méritait de rire, de s’épanouir dans notre maison, d’être maman et d’être aimée. Je ne voulais pas penser au fait d’avoir un enfant ici. Le fait de perdre celui qu’elle portait été peut-être un soulagement en soi. Je n’étais pas en train de dire que la perte de ce bébé me rendait heureux, loin de là, mais je savais que si Wendy avait toujours été enceinte, je me serai fait encore plus de soucis à son égard. Nous étions bien loin de ce que nous avions connu… Sans réel hôpital ou médecin… Qui savait combien une grossesse ou un accouchement pouvait être dangereux ? Au moins, cette situation me donnait la force de me battre et de taire mes peurs et cauchemars. Je refusais qu’on voie mes faiblesses car si je commençais à les montrer, je savais que je craquerai. Il était loin le temps où j’avais Seth pour me protéger et me soutenir. Mon ami me manquait… Il était alors bien ironique de penser qu’il était sur cette même maudite île et que pourtant, c’était comme s’il était à l’autre bout du monde.

Je déposai un baiser sur le front de ma femme avant de quitter notre hutte non sans lui avoir laissé un mot pour qu’elle ne s’inquiète pas à son réveil. L’activité de ce qui ressemblait à un village prenait doucement vie avec le petit matin. Chaque jour était un déluge de tâches dévouées à nous aider pour survivre. Je vins prêter main forte à un homme qui redressait un établi, portai un panier plein de provision en provenance du jardin, ampli le bac de réserve d’eau potable. Dès que je pouvais aider, donner des idées ou des directives, je le faisais. J’étais devenu un meneur sans vraiment m’en rendre compte, ayant juste pris les choses en main avec espoir que cela servirait à quelque chose. Pourtant, j’avais autre chose en tête pour ma journée. « Je pars faire un tour et explorer un peu. Qu’on ne m’attende pas avant ce soir si c’est nécessaire. » Comme toujours, on ne me posa pas de question, me disant juste de faire attention. Ici, ils étaient habitués à mes escapades, même si elles étaient parfois rares. Les naufragés avaient vite compris que j’étais curieux et que pour avancer, j’avais ce besoin de chercher, que pour croire, je devais aller voir. J’avais cette manie depuis tout petit quand on y pensait, même si dans le cas présent, je ne m’évadais pas dans des livres mais dans la réalité d’une île hostile et dangereuse. Prenant un sac à dos, j’emportais avec moi des provisions sans trop en prendre, ainsi qu’une machette en cas de dernière nécessité. Je devenais le Robinson Crusoé que j’avais lu dans l’œuvre de Daniel Defoe, même si j’étais loin d’avoir en tête de rencontrer Vendredi. Oh… je ne partais pas sans but, loin de là. Non, je partais à la recherche de quelqu’un, d’une personne que je devais voir : Seth.

La question restait à savoir par où commencer. J’avais vite compris qu’il faisait son possible pour éviter le reste des naufragés, mais cela n’était pas fait pour m’aider. Dans cet endroit terrifiant, il y avait plus d’un endroit où se cacher. Je pris donc la décision de mener mon enquête, en bon petit Sherlock Holmes que j’étais. Il me manquait un Watson, mais je savais à qui m’adresser pour cela. La trouver ne serait pas facile non plus, mais plus évident qu’avec Seth. Oui, Watson était une femme dans mon cas et pour cause, c’était une amie que j’avais en commun avec mon meilleur ami sans que je ne sache vraiment comment cela fut possible. Je parlais de Noreen. Me dirigeant vers le coin de l’île où elle passait ses nuits, j’eus la chance de la trouver en train de ranger ses affaires. Elle sembla bien surprise de me voir mas me sourit d’une façon que je jugeai sincère. Depuis qu’elle avait arrêtée de s’en prendre à Wendy, les choses étaient devenu simples comme bonjour entre nous.« Tu sais où est Seth ? » Elle parût bien surprise de ma question et mit plusieurs secondes à réfléchir avant de me répondre qu’elle ne savait pas où il était exactement. Cela me fit grimacer… pas si élémentaire que ça comme réponse. Elle me conseilla par la suite d’essayer la jungle ou les mystérieuses ruines, me confiant qu’il s’y réfugiait de temps à autres pour réfléchir seul. J’eus un léger sourire au coin des lèvres à sa remarque : c’était tout lui ça. Aller se perdre au milieu de nul par tel un ermite pour ne devoir de compte à personne. Dire qu’il n’avait pas toujours été comme ça. Non, cela avait commencé depuis la sortie du lycée et je n’avais jamais compris pourquoi. Seulement voilà, j’en avais marre de ne pas savoir. Je devais savoir, ça ne pouvait pas continuer comme ça.

Je repris donc ma route après lui avoir souhaité une bonne journée, m’armant de courage en vue de la route qui m’attendait. J’étais loin d’être un sportif dans l’âme, mais je devais admettre que la vie en ces lieux m’avait fait changer sur ce point, développant plus que je ne l’aurai cru mes capacités physique. Il me fallut bien une heure peut-être pour réussir à gagner les ruines. Pourquoi commencer par-là ? Une intuition, et ce fut une intuition qui se révéla juste, car je ne tardai pas à le découvrir assis sur un vieux muret à moitié tombé. « Salut. » Son regard se leva directement vers moi alors que j’achevais de m’approchai. Son regard semblait en alerte mais je ne comprenais pas pourquoi. Il avait changé depuis qu’il était soldat, cela ne faisait pas doute. Il commença alors à esquisser un geste que je pris pour de la fuite et là, je vis rouge.« Non, n’y pense même pas. Je te vois venir tu vas encore partir je ne sais où pour ne pas être en ma présence. Si tu as un truc à m’avouer c’est le moment. » A chaque fois, c’était la même chose. Il me saluait à peine puis il partait loin de moi. J’en avais marre, j’étais à bout. Je voulais comprendre, je voulais savoir.« Je te préviens, je ne lâcherai pas. Si je dois te coller au basques ou même me prendre ton poing dans la figure, et bien d’accord, mais je ne te laisserai plus tranquille sans comprendre ce qu’est devenu notre amitié. »Oui, j’étais têtu, mais depuis le temps, il devait le savoir. J’espérai au fond de moi me pas me prendre son poing dans la figure et qu’il crache le morceau, mais si je devais avoir un œil au beurre noir pour arriver au même résultat, je m’en moquais comme de l’an 2000. La balle était dans son camp.


Dernière édition par Edge P. Silverberg le Lun 2 Fév - 8:54, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: Face the truth [pv seth a. lightfellow] Sam 31 Jan - 20:22

face the truth
edge&&seth
Ces derniers temps, Seth appréciait la solitude encore plus que d’habitude. Aucune compagnie ne lui semblait plaisante, notamment parce graduellement tout le monde était à nerf. Normalement ce n’était pas le genre chose qui le dérangeait tellement, mais étant lui-même de très mauvaise humeur, il ne se sentait pas capable d’affronter le monde. Enfin, il n’était pas habituellement capable de le faire, mais lorsque c’était encore moins que d’habitude c’était une terrible chose. Un soupir traversa ses lèvres alors qu’il s’éloignait de toute civilisation, bien que le terme semblait tellement exagéré pour parler de leur vie sur l’île. Il se dirigea vers des endroits un peu plus éloignés des survivants histoire de profiter d’un peu de solitude. Il y avait certainement des choses qui aurait davantage mérité son attention, peut-être même qu’il aurait pu aider d’autres survivants, mais l’envie n’y était pas plus qu’à l’habitude. Les ruines mystérieuses semblaient donc l’option la plus viable. C’était toujours un endroit intéressant et qui sait, il pourrait peut-être y découvrir quelque chose. C’était du moins ce que le jeune se disait alors qu’il s’aventurait un peu plus loin dans l’ile.
Pour le coup, il était bien inconscient de ce qui se tramait loin de lui et c’était certainement mieux comme ça, sinon il aurait probablement pris ses jambes à son cou et se serait enfui le plus loin possible. Plus que tout, Seth voulait éviter une conversation avec Edge, savoir que ce dernier le cherchait serait donc une très mauvaise nouvelle. Enfin, étant dans l’ignorance totale, ne se doutant pas que son meilleur ami - avec complications, lui, voulait avoir cette conversation qu’il évitait. Le soleil n’était pas très haut dans le ciel lorsqu’il arriva aux ruines. Il soupira de soulagement, bien content de se retrouver avec sa nouvelle meilleure amie ou plutôt celle de toujours : la solitude. Cette vieille compagne qui avait été remplacée par Edge et par Noreen avant de reprendre sa place de toujours. Pas que l’un ou l’autre avait réellement perdu la place qu’ils avaient réussi à atteindre, mais bon c’était compliqué et il valait mieux ne pas trop s’y attarder. Il n’était pas du genre à le faire de toute façon. S’attarder sur le passé faisait trop mal, concernant Edge ou concernant Noreen.

Ce qu’il n’avait pas prévu, c’était que le passé allait le rattraper à grand galop. Ah qu’il était dommage que son instinct ne l’ait pas prévu de cette nouvelle déplaisante. Peu de gens venaient aux ruines mystérieuses, du moins il n’en avait pas croisé beaucoup. Sauf que pour le coup, voir n’importe quel survivant arriver devant lui aurait été une agréable surprise plutôt que l’apparition qui se trouvait devant lui. Enfin, pour le coup, il ne sentit pas sa présence et ne se rendit compte de rien avant d’entendre sa voix. Jamais il n’aurait pu méprendre cette voix pour celle de quelqu’un d’autre. Non, le simple salut qui résonna dans les ruines ne pouvait qu’appartenir à une seule personne et c’était sans doute la personne qu’il avait le moins envie de voir. Son regard quitta le sol pour se poser sur la personne en question. C’était bien Edge en chair et en os qui se tenait non loin de lui. La réaction de Seth ne se fit pas attendre et il esquissa un geste qui trahissait sans doute ses intentions de fuites vu la réaction qui l’accueillit :  « Non, n’y pense même pas. Je te vois venir tu vas encore partir je ne sais où pour ne pas être en ma présence. Si tu as un truc à m’avouer c’est le moment. » Sans doute que l’autre jeune homme n’avait pas tord de lui dire cela. Après tout sa première réaction avait effectivement été de fuir le plus loin possible. Dommage qu’il ait été si facilement démasqué, même si ce n’était pas très étonnant. « Je n’ai rien à t’avouer laisse-moi tranquille. » Pour un observateur qui ne savait rien, il aurait été difficile de croire que ces deux-là avaient été si proche par le passé. Cela dit, il était évident que quelque chose s’était passé et on ne pouvait pas dire que l’ancien soldat faisait de grands efforts pour le camoufler. De toute façon, le fait qu’il l’évitait constamment parlait de lui-même, pas que ça changerait grand chose au comportement de Seth. Il n’avait pas envie de dialoguer et il fallait souhaiter bonne chance à Edge pour parvenir à le faire parler.

« Je te préviens, je ne lâcherai pas. Si je dois te coller au basques ou même me prendre ton poing dans la figure, et bien d’accord, mais je ne te laisserai plus tranquille sans comprendre ce qu’est devenu notre amitié. » Par contre c’était sans doute assez idiot de l’inciter à lui mettre un poing dans la figure, parce qu’il ne serait pas si étonnant qu’il le fasse au final. Ce n’était pas comme s’il pouvait nier ne jamais avoir eu l’envie de le faire. Ça avait même été plutôt constant les premières fois qu’il l’avait vu avec Wendy… du moins une fois que ses sentiments blessés furent quelque peu apaisés. Enfin là n’était pas la question et il n’avait d’ailleurs pas envie d’en parler du tout. En soit, s’il y avait une chose qui devrait surprendre Seth, ce n’était pas le fait que son ami venait lui demander des comptes, mais plutôt le fait que ça avait pris du temps avant qu’il force cette conversation. Soupirant légèrement, il cessa d’esquisser sa fuite et fixa l’autre jeune homme. Il devait garder son calme, limiter la discussion à ce qu’il voulait bien admettre. Si Edge ne comptait pas le laisser tranquille avant qu’il ait vider son sac, autant lui faire à croire qu’il l’avait fait. À la base, il n’était pas de ceux qui aimait vraiment tromper les autres de cette façon, mais hors de question que la vérité ne sorte de sa bouche, ni maintenant ni jamais. Comment pourrait-il les regarder, Edge et Wendy, s’ils savaient la vérité ? Non, c’était impossible, tout simplement. Soupirant à nouveau, il se demanda pendant un moment comment Edge pouvait ignorer la réalité. Après tout, il avait tout de même marier sa jumelle, n’importe qui se serait douté que ça allait causer des problèmes. « J’aurais pensé que tu aurais pu deviner avec le temps, ça m’a semblé évident. » Ou au moins une des raisons sautait aux yeux, c’était toujours ça non ? Bon c’était surtout un nuage de fumée pour cacher la réalité. Tout pour cacher le véritable problème, c’était tout ce qu’il comptait faire. Quoi qu’il en soit autant la voix de Seth que son non verbal criait à Edge de s’éloigner, d’abandonner cette idée stupide. « Mais si tu veux avoir mon poing sur ta figure on peut arranger ça assez facilement. » Pas qu’il le ferait vraiment. Autant le fait que l’autre jeune homme était un de ses amis les plus proches que celui que ça n’aiderait en rien sa relation avec Wendy l’empêcherait automatiquement de le faire. Il valait mieux se retenir après tout. Ne rien faire qu’il ne pourrait regretter plus que tout ce qu’il avait fait par le passé.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Face the truth [pv seth a. lightfellow] Dim 1 Fév - 18:24


Seth A. Lightfellow && Edge P. Silverberg
all I need is the truth,
as a friend, you owe it to me

Venir à sa rencontre n’était pas la meilleure idée du siècle. J’étais loin de me voir comme Newton avec sa pomme est espérer l’invention qui allait révolutionner le monde, mais je ne pouvais plus laisser les choses allaient comme c’était le cas depuis déjà trop longtemps. J’avais sans nul doute joué les autruches depuis mon mariage avec Wendy, mais voilà, nous faisons tous des erreurs et je n’avais pas la prétention de croire pouvoir y échapper. Oui, j’étais arrogant, et c’était peut-être d’ailleurs là le problème. J’avais été bien trop arrogant de croire que le temps suffirait à changer les choses. Le résultat ? C’était tout le contraire… Il était parti je ne sais où dans l’armée et avait changé, changé à un tel point que je ne le reconnaissais plus aujourd’hui. Le seul point peut-être qui arrivait à me faire espérer, c’était le fait qu’il était là, qu’il avait tenté de sauver Wendy au risque de mettre sa vie en danger. Je ne voyais pas son acte pour ma personne. J’aurai bien aimé, mais je n’étais pas Peter Pan et j’avais presque cessé d’y croire. Au fond il n’était peut-être pas le seul à avoir changé. J’avais changé moi aussi et je n’étais plus le petit garçon qu’il avait tenu par la main pour lui montrer le chemin. J’étais devenu un homme qui avait fait le choix de prendre les choses en mains.

Au moins, je réussi à le retenir par mes paroles, car il resta sur place, me regardant et me reprochant presque en silence de le retenir. Il savait que j’avais raison et cela devait lui déplaire. Ce n’était pas un combat de coq, mais il fallait rester honnête, vu de l’extérieur, les choses commençaient bien mal. Il se ferma comme une huitre, devenant aussi opaque qu’un brouillard à coupeau au couteau. « J’aurais pensé que tu aurais pu deviner avec le temps, ça m’a semblé évident.  » Nous y étions, la phrase fatidique qui annonçait que j’étais plus bête que mes pieds et que c’était de ma faute. J’aurai pu la deviner tout seul celle-là et s’il espérait me satisfaire de la sorte, il faisait fausse route. J’aurais pu être convaincu à condition de ne pas le connaitre. « Me crois-tu vraiment idiot à ce point ? Penses-tu vraiment que je vais croire que tout cela ne résulte que de mon mariage avec Wendy ? » Non, je ne voulais pas croire que là était tout le problème. Je savais que c’était lié, mais pas au point de m’en satisfaire complétement. Et puis, si c’était vraiment la seule chose, pourquoi ne pas être intervenu avant ? Il avait été capable d’en faire bien plus avant pour bien moins que cela.

« Mais si tu veux avoir mon poing sur ta figure on peut arranger ça assez facilement. » De la part d’un frère, c’était touchant, mais je n’en fus même pas surpris. Pire, je fis un nouveau pas en sa direction, réduisant la distance entre nous légèrement. Croyait-il me faire peur en me disant ceci ? Pensait-il me voir fuir et reculer ? Si tel était le cas, j’en avais un goût amer dans la bouche. Savoir qu’il me voyait de façon si basse était plus qu’un coup de poing dans la figure, c’était bien pire. Mais non, je ne serai pas ce lâche qu’il voulait que je devienne. Ce serait peut-être bien trop lui facilité la chose et même si j’étais prêt à me retrouver trainé dans la boue, je ne voulais pas le laisser gagner dès maintenant. Loin de moi l’idée de lui rendre le possible coup qu’il allait me donner. Non, j’étais capable d’être plus intelligent que cela, en douter était une erreur.  « Si vraiment ça avait été cela, tu m’aurais mis ton poing dans la figure dès le début. Mais vois-tu, ce n’est même pas ça qui me déçoit le plus. Tu te disais mon ami, mon frère et tu me traites comme le dernier des abrutis au point de croire que je suis incapable de faire le bonheur de celle à qui nous tenons tous les deux plus que tout. » Combien de fois m’avait-il demandé de veiller sur elle avant que tout ceci ne commence ? Quand nous étions enfant, il m’aurait fait confiance les yeux fermé, et là, c’était comme si j’avais manqué à ma parole. N’avais-je pas promis devant Dieu de l’aimer et de la protéger jusqu’à mon dernier souffle de vie ? Que voulait-il de plus comme dévotion ?

« Je veux bien accepter que je me suis trompé en pensant avoir été assez haut dans ton estime pour gagner ta confiance pour faire le bonheur de ta sœur, mais je n’arrive pas à accepter que là soit la seule raison. » On ne peut pas prétendre tenir à quelqu’un, le tenir par l’épaule et l’appeler « mon frère » pour juste en arriver là rien que pour ça. L’idiot que j’étais surement ne pouvait se contenter de cela. La raison qu’il me donnait à peine vu que j’avais dû moi-même la formuler n’était pas suffisante à mes yeux, et je comptais bien lui faire comprendre en ne parlant pas par énigme comme lui le faisait. « On ne quitte pas tout comme tu l’as fait juste pour cela. Un frère qui se respecte serait au contraire resté sur place pour tout diriger et veiller au bonheur de sa jumelle. Non, toi tu as fui. Tu fuis toujours d’ailleurs, et cela même sur cette maudite île. » Mes paroles étaient risquées, chaque mot l’était et je le savais très bien, mais pourtant, cela ne m’empêchait pas de les dires. Je fis même de nouveau un pas, si bien qu’il se retrouva presque dos contre mur avec moi juste en face. Je devenais une cible facile et je ne comptai même pas bouger pour éviter un potentiel coup. Droit dans les yeux, je ne cillai pas une fois. Il devait comprendre que la mascarade était fini.« Mais je t’en prie, vas-y ! Frappe-moi ! Ment-moi ouvertement, droit dans les yeux et montre-moi que ce qui semblait y avoir entre nous n’était que mensonges et tromperies ! » Qu’allait-il résulter de nous après cela ? je n’en avais aucune idée, mais comme un gamin innocent peut-être, je voulais encore croire qu’il y avait de l’espoir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: Face the truth [pv seth a. lightfellow] Mar 3 Fév - 22:25

face the truth
edge&&seth
Le fait qu’une discussion avait été forcée déplaisait énormément à Seth, qui aurait préféré s’enfuir et éviter que la discussion ait lieu à tout jamais. Malheureusement le choix ne se posait plus, Edge le connaissant beaucoup trop malgré toutes les années où ils n’avaient pas eu de contact. C’était néanmoins un couteau à double tranchant que de forcer le dialogue puisqu’il était évident que le soldat ne se laisserait pas faire si facilement et surtout il y avait bien peu de chance qu’il ne lâche le morceau ce qui signifiait ici la vérité. Il n’aimait pas particulièrement mentir, que ce soit à Edge ou à Wendy, mais ne pouvant pas dire la vérité, c’était le seul choix qu’il pouvait faire. L’entreprise de l’anglais était donc, en quelques sortes, vouées à l’échec d’avance, mais bon, connaissant ce dernier, Seth pouvait bien rêver avant de se faire libérer de sa nouvelle obligation. Cela dit, il ne comptait pas rendre la tâche facile à celui qui avait été son presque frère. À vrai dire, il se demandait tout de même ce qui le retenait vraiment à ce moment précis. Partir serait sans doute une mauvaise idée, probablement que Wendy lui en voudrait, ne serait-ce que pour un moment, mais au final ce ne serait pas la fin du monde. Sa jumelle lui pardonnerait sans doute et Edge… eh bien. Peut-être que c’était ça qui le retenait, sans doute même, mais c’était idiot. Enfin, ce ne serait certainement pas la première fois qu’il faisait quelque chose d’idiot.

Il resta néanmoins très fermé, histoire de ne pas laisser entrer l’autre jeune homme. Il allait faire une huitre de lui-même et garder son secret très emmitouflé. Il décida d’ailleurs de parler le plus simplement possible, laissant Edge deviner ce qui s’était passé toutes ces années auparavant. Ça ne sembla pas le satisfaire puisqu’il s’emporta rapidement : « Me crois-tu vraiment idiot à ce point ? Penses-tu vraiment que je vais croire que tout cela ne résulte que de mon mariage avec Wendy ? » Fixant son ami du regard, il ne put retenir la dureté de ce dernier. Son regard ne quittait pas l’anglais du regard et il était évident que la conversation déplaisait encore énormément à Seth. Après tout ce que lui disait Edge ne pouvait pas lui plaire. L’idée qu’il puisse comprendre ce qui s’était réellement passé. « Si ça résultait d’autres chose que de votre mariage tu ne pense pas que Wendy aurait été au courant ? » Après tout, il n’était pas réputé pour cacher beaucoup de chose à sa soeur… sauf évidemment la raison qui expliquait son départ. Bon après il fallait dire que ce n’était pas faux de penser que le mariage n’était pas la seule chose qui avait motivé sa décision de joindre l’armée, mais la douleur qu’il avait ressenti était tout de même très liée au mariage si bien que ça pouvait passer pour un tout. Tant pis si Edge ne l’acceptait pas.
La conversation ne se passait cependant pas très bien. Après tout, suggérer un coup dans la figure n’était pas l’idée du siècle, même si à la base rien de tout ça n’était réellement digne d’une idée du siècle. Bien sur, Seth ne comptait pas réellement passer à l’acte. Ça l’aurait bien sur arrangé si le message avait pu passer de cette façon, mais l’inverse se produisit lorsque Edge s’avança vers lui à la place. Sans doute avait-il compris que le soldat ne ferait pas acte de violence contre lui. C’était effectivement le cas et Seth fut mis au courant assez rapidement. Tant pis pour la carte de la menace physique, ce n’était pas sa préférée de toute façon. Malgré tout, il tenait encore l’autre jeune homme en affection au point de ne pas vouloir le menacer physiquement ou mettre ses menaces à exécution. Cela dit, même si Edge voyait juste quand au fait que c’était une menace en l’air, il dépassait une certaine limite lorsqu’il avançait qu’il le traitait comme le dernier des abrutis en pensant qu’il ne pouvait pas faire le bonheur de Wendy. Alors là il faisait faux, parce que ce n’était pas là le problème. Enfin si en quelques sortes, mais autant ne pas trop s’y attarder. « Si je croyais que tu étais complètement incapable ou abruti tu aurais été au courant crois moi. » Combien de prétendants avait-il rejeté rapidement voir avant même qu’ils aient une chance ? Il aurait sans doute pu faire de même avec l’anglais s’il avait cru qu’il n’était pas capable de rendre Wendy heureuse ou s’il avait douté pendant un moment de l’amour que sa soeur portait au jeune homme. Il préféra retenir son envie de faire remarquer à Edge qu’il avait beau dire qu’il était apte à assurer le bonheur de Wendy, c’était à cause de lui s’ils étaient monté dans l’avion qui les avaient mené sur l’île. À la place, il décida de rester vague sur la raison. « Et pourtant c’est la seule, tu peux arrêter de te faire des idées. » On pouvait dire qu’il n’était pas très coopératif, mais c’était la seule chose à quoi il fallait s’attendre quand il était acculé de cette façon.

Cela dit, s’il pouvait accepter de se faire coincé sur sa raison derrière son départ, c’était une toute autre chose que de critiquer ses capacité de frère. « On ne quitte pas tout comme tu l’as fait juste pour cela. Un frère qui se respecte serait au contraire resté sur place pour tout diriger et veiller au bonheur de sa jumelle. Non, toi tu as fui. Tu fuis toujours d’ailleurs, et cela même sur cette maudite île. » Son poing se serra automatiquement et c’était un miracle qu’il fallait remercier pour le fait que Seth put se retenir. Sauf que si Edge souhaitait avoir une conversation moindrement calme, il venait de tout gâcher. Seth fit ce qu’il faisait de mieux et se braqua. Alors qu’Edge le coinça contre un mur, il explosa, métaphoriquement parlant : « Un frère qui se respecte ? Tu pense sérieusement que tu peux me juger là-dessus ? Tu ne sais même pas ce que c’est qu’être un frère. » Ou comment retourner un reproche contre la personne qui l’avait fait. Après tout, le soldat n’affirmerait jamais être un bon frère, c’était notamment l’une des raisons de son départ, l’intime conviction que Wendy serait plus heureuse sans lui. Sauf qu’il avait préféré rappelé à Edge que s’ils avaient été des presque frères ce n’était plus le cas, et cette fois Seth ne se considérait pas comme le principal coupable. La provocation de son ami ne changea rien à l’humeur de Seth qui se contenta de le bousculer pour s’éloigner. Autant remettre les points sur les i, mais sans risquer d’avoir envie de le frapper plus que ça : « Tu as marié ma jumelle  et tu voulais que je fasse quoi, que je t’envoie des fleurs, que je te félicite peut-être ? Ne pense pas que s’il y a mensonge et tromperie c’est uniquement de ma faute » Mais encore une fois ce n’était pas vraiment la raison de sa colère ou de son départ. Sauf que ça en faisait tout de même partie, il avait toujours voulu à Edge d’avoir épousé Wendy, même sans les sentiments qu’il avait eu pour ce dernier. « Tu devrais te regarder avant de me reprocher tous les malheurs du monde. » C’était pratiquement idiot à dire, parce que Seth était le premier à se reprocher tous les malheurs du monde, mais bon ça il n’était pas obligé de le faire savoir.  



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Face the truth [pv seth a. lightfellow] Dim 8 Fév - 12:15


Seth A. Lightfellow && Edge P. Silverberg
all I need is the truth,
as a friend, you owe it to me

Je n’aurai jamais cru avoir ce genre de discussion avec lui, je ne l’aurai jamais souhaité. Je préférai de loin quand les choses étaient simple entre nous, quand on n’avait presque plus besoin de se dire les choses pour se comprendre… Mais ce temps semblait si loin. Là, face à cet homme, j’avais plus la sensation d’avoir à faire à un étranger que celui que j’appelai mon frère. Pourquoi déclencher tout ceci alors ? Je ne le savais pas. Ma façon d’être têtu, mon incapacité à me résigner… Mon arrogance certainement y faisait aussi, mais pourtant, les choses étaient là, je ne pouvais le laisser, je ne pouvais partir en lui tournant le dos et accepter le peu qu’il m’avait dit. Je ne voulais pas le croire, je ne voulais pas y croire. Cela allait pourtant peut-être nous détruire… Qu’il était étrange de penser ainsi, mais cette île n’avait vraiment rien de bon quand on pouvait y penser. Je ne pouvais rejeter la faute de mon conflit avec celui que je croyais mon frère car il existait depuis déjà plusieurs années, mais c’était presque comme un point culminant, un point peut-être de non-retour. J’étais peut-être en train de faire la plus grande erreur de toute ma vie, mais pris au dépourvue, ne pouvant contenir plus longtemps ce que je ressentais, je n’avais pas pu m’en empêcher.

Face à moi, il était plus que jamais fermé, m’interdisant toute lecture de ses sentiments via l’expression de son regard ou de son visage. La seule chose que je pouvais réussir à déceler était peut-être la colère, mais rien de plus. Il me traitait comme un enfant à qui on devait parler simplement et qui devait comprendre par lui-même, et cela n’eut surement pas l’impact qu’il aurait souhaité sur moi, car j’eus encore plus envie de comprendre une bonne fois pour toute ce qui se passait. Je ne voulais pas croire que c’était là uniquement le résultat de mon mariage avec sa sœur. Pourtant, il n’en démordit pas, me disant que j’étais presque idiot de penser que ce serait autre chose, ajoutant que si c’était le cas, il en aurait parlé à Wendy. Mon point se serra un eu à ces paroles. Il en aurait parlé à Wendy, mais pas à moi, pas à moi qui était son meilleur ami, moi qui partageais tous mes secrets avec lui quand nous étions plus jeunes. Je n’arrivai pas vraiment à lui prouver ce que je ressentais, mais j’étais pourtant sûr au fond de moi qu’il le savait déjà et pourtant, cela ne semblait pas le stopper. Je ne le comprenais pas, je ne le comprenais plus. Il me disait que j’avais tort de penser qu’il ne me considérait pas apte à protéger sa sœur, que si tel avait été le cas, il me l’aurait fait savoir depuis longtemps et en même temps, il ne supportait pas notre mariage. Pourquoi ? Bordel de m*rde mais pourquoi ?! J’en perdais mes moyens à ne pas comprendre, je ne supportais pas de ne pas comprendre été je ne voulais accepter ce qu’il me présenter comme logique. Cela ne l’était pas à mes yeux. Il avait beau me répéter qu’il n’y avait rien de plus, je me butais dans l’idée qu’il me mentait droit dans les yeux. J’en perdis mon sang froid et la conversation dériva d’une façon que je ne maitrisais pas, le repoussant dans ses retranchements au même moment où le ciel gronda, signe d’un épisode orageux à venir. S’il apprécia ? Non, je le vis tout de suite.« Un frère qui se respecte ? Tu penses sérieusement que tu peux me juger là-dessus ? Tu ne sais même pas ce que c’est qu’être un frère. » C’était là la conclusion qu’il avait, c’était ainsi qu’il retraçait notre amitié ? C’était pire qu’un coup de poing dans la figure. « Je te l’accorde, mais je croyais connaitre ce que c’était que d’en avoir un… mais il semblerait que j’avais tort. » Au moins, il avait été clair, il n’était pas mon frère. Il ne se voyait pas ou plus comme tel et e devais faire avec, aussi douloureux cela fut-il. Ma colère n’en diminua pas, mais il réussit à me dérouter, bien assez pour me bousculer et s’éloigner de mon emprise physique, me passa devant.

« Tu as marié ma jumelle et tu voulais que je fasse quoi, que je t’envoie des fleurs, que je te félicite peut-être ? Ne pense pas que s’il y a mensonge et tromperie c’est uniquement de ma faute. » A cela, je n’avais rien à répondre, pour la simple et bonne raison que je savais qu’il n’avait pas entièrement tort. Je ne lui avais pas parlé directement de mes sentiments naissant pour sa sœur, au contraire, je n’avais rien dit, ne voulant pas le blesser, et le résultat, je l’avais sous les yeux aujourd’hui. Que devais-je faire ? M’excuser ? J’étais sûr qu’il n’avait que faire de mes excuses, et puis cela ne mènerait à rien, il fallait bien rester honnête.« Tu devrais te regarder avant de me reprocher tous les malheurs du monde. » Wouah… Je devais l’applaudir pour avoir trouvé cela ? Etait-il vraiment sérieux en croyant que je lui reprochais tous les malheurs du monde ? Si je n’avais pas été en colère, j’aurai surement rigolé. Cette discussion allait de surprise en surprise. C’était quoi l prochaine étape ? Déjà, sans prévenir, il se mit à pleuvoir des trombes d’eau. Il ne fallut pas longtemps pour qu’on se retrouve trempés… Foutu île. Pourtant, je fis comme si de rien n’était.« Tu n’as rien compris… Je ne te reproche pas tous les malheurs du monde ! J’ai moi-même mon lot d’erreurs et j’essaie de faire mon possible pour les assumer et les corriger. Si tu penses m’ouvrir les yeux en me disant cela, c’est que tu me connais bien moins que ce que j’aurai cru… tout comme je pensais connaitre un autre homme que celui que j’ai en face de moi. »

La vie était faite de hauts et de bas, mais aujourd’hui, elle était bien basse et avait comme un gout trop amer. Nous étions là, trempés sur un terrain plus que dangereux à discuter ou presque et peut-être détruire des années de relations merveilleuses. On se regardait dans les yeux, on serait les poings, on disait des choses blessantes l’un comme l’autre…« C’est donc ainsi que ce doit être. C’est ainsi que doit tourner notre histoire ? C’est vraiment ça que tu veux ? » J’aurai pu sembler résigné en disant cela, peut-être par mon timbre de voix plus lasse ou fatigué, mais ce n’était pas le cas. C’était juste un constat, un douloureux constat pour ma part. Non, je n’allais pas pleurer, pas face à lui en tout cas. Nous n’étions plus des enfants et je n’étais pas idiot au point de tendre le bâton pour mieux me faire battre encore. Tais-je pourtant en train d’abandonner ? C’était mal me connaitre et s’il le croyait, s’en était encore plus décevant. « Tu me caches un truc et jamais tu ne réussiras à me faire croire le contraire. Tu peux certes enfoncer le couteau dans la plaie comme tu sais si bien le faire apparemment, mais cela ne me fera pas changer d’avis. Traite moi de tous les noms si ça te chante, blesse-moi comme tu le veux, mais tu ne me feras pas gober que c’est juste ça ! » Oui, j’étais têtu et peu m’importait que cela ne serve à rien et que ce soit pure folie. Je n’allais pas changer celui que j’étais juste pour cela. Cette île n’avait pas réussi à le faire, il n’y arriverait pas non plus. Mon regard revint sur lui et je m’attendais à ce qu’il parte comme il avait tant pris l’habitude de le faire. Cela ne ferait qu’une fois de plus en y pensant bien et on ferait le bilan de tous ces beaux discours en constatant qu’on n’avait pas avancé d’un iota. Cela m’énervait et ce n’était pas bon. Cela me faisait faire d’autant moins attention et un faux pas fut vite, très vite arrivé. Bougeant mon appuie, mon pieds glissa sur le caractère trempé du terrain parsemé de pierre, ayant un effet simple et direct : je me tordis la cheville un crac sonore pour finir à terre à serrer des dents et tapé du poing à terre.« Put… Mmmm ! Et m*rde ! C’est le pompon de l’histoire et en plus, on va passer pour un vieux couple qui se dispute. Ironique n’est-ce pas !? » Je ne sais pas ce qui m’avait pris de sortir cela. Je n’y avais vraiment pas réfléchi et surtout, j’étais bien loin de rire, ma cheville me faisant un mal de chien. J’avais l’air fin mais j’étais blessé dans mon orgueil au mauvais endroit au mauvais moment. Avec cette pluie, j’allais devoir attendre pour entreprendre de rentrer au camp je ne sais comment. Le pire, c’était que je n’espérai même pas un coup de main de Seth. Etrangement, j’étais prêt à le voir m’abandonner à mon sort en me disant que c’était tout ce que je méritais. Avec la pluie, c’était du suicide pour moi de vouloir avancer sur une jambe et cela même en me faisant un appuie avec je ne sais quoi. Non, il allait falloir que j’attende la fin de ce déluge et que j’avise après. Au moins, j’aurai du temps pour réfléchir à condition de ne pas attraper la mort.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: Face the truth [pv seth a. lightfellow] Lun 9 Fév - 20:16

face the truth
edge&&seth
Peut-être que Seth faisait fausse route en pensant qu'il pouvait cacher la vérité à Edge, peut-être qu'il en était incapable. Après tout, l'un comme l'autre se connaissait comme personne et malgré tout ce qui s'était passé, l'anglais pouvait assurément se vanter d'être un de ceux qui connaissaient le mieux le jeune homme. Une des trois personnes d'ailleurs et c'était les seules. Seulement, Seth était têtu, encore plus quand ça touchait les raisons derrière son départ et tout particulièrement quand on lui parlait de ses sentiments. Bien sur Edge n'était pas au courant de tout ça, sauf du moins la partie concernant le fait qu'il était têtu. Ça compliquait tout et rien ne pouvait se régler si les choses continuaient ainsi. Sauf que c'était peut-être l'intention du jeune homme de ne rien régler. Ce qui n'était pas exact, après tout, même s'il avait l'air de tout vouloir sauf arranger le problème, la vérité était autre. S'il devait absolument l'avouer – ce qui n'arriverait jamais – Seth serait bien forcé d'avouer que son meilleur ami lui manquer ou en tout cas la relation qu'ils avaient eu par le passé. Cela dit les choses étaient différentes maintenant et les choses ne pourraient pas mieux aller facilement. Edge tenait visiblement le jeune homme responsable de certaines choses et l'inverse était tout aussi vrai, même si en soit, Seth était sans aucun doute plus dur avec son ancien meilleur ami. Enfin, ça importait peu, leur discussion avait des apparences de combat de coqs plus qu'autre chose. L'un était arrogant l'autre était têtu et surtout blessé. À l'image d'un animal sauvage, il montrait les crocs plutôt que de montrer sa blessure, quelque chose à quoi l'autre jeune homme devait faire face.
Ainsi, préférant rester camper dans ses idées et dans son argumentaire qui visiblement ne convainquait personne, Seth n'aidait pas la conversation. Certes il n'était pas le seul, mais il faisait le gros du travail pour repousser Edge, ce dernier étant venu, après tout, pour régler le problème. L'argument du mariage était tout simplement dépassé et il faudrait sans doute changer pour parvenir à convaincre qui que ce soit. Sauf que l'idée de changer supposait se rapprocher de la vérité, parce qu'il serait douteux que l'anglais accepte de se faire convaincre par n'importe quel argument. Peut-être qu'un truc du genre « ça brisait notre dynamique » pourrait passer pour expliquer une partie du problème, mais jamais ça ne serait digne d'une explication complète, tout comme l'argument du mariage. Néanmoins, Seth sentit que dire qu'il aurait parlé à Wendy plutôt qu'à lui avait, en quelques sortes, dépassé une certaine limite. Peut-être aurait-il était judicieux de s'excuser, de mettre fin à cette dispute d'une manière plus civilisée, mais non, ce n'était pas le genre de Seth au final.

À la place, les choses s'envenimèrent alors qu'elles se tournaient vers la situation de « frère digne de ce nom ». Évidemment c'était une corde sensible pour le soldat qui, malgré un égoïsme évident, avait toujours essayer de faire ce qu'il considérait mieux pour Wendy. Il était parti en se disant qu'elle serait mieux sans lui, surtout mieux sans lui dans l'état dans lequel il était. Ça semblait tellement évident qu'à prime abord, il n'avait pas tellement regretté sa décision. Enfin, c'était faux de dire cela, mais il était vrai que dans les premiers jours suivant le mariage ça avait semblé la meilleure option. Il se rappelait bien des discussions avec ses parents, discussions qui le ramenaient toujours au fait qu'ils considéraient ne pas être les meilleures personnes pour en parler. Ils ne l'avaient pas compris à ce moment, comme tous les autres et ça aussi ça l'avait bien secoué, même si au final c'était de sa faute. « Je te l’accorde, mais je croyais connaitre ce que c’était que d’en avoir un… mais il semblerait que j’avais tort. » Ça faisait mal, peut-être autant que son propos avait blessé Edge, mais Seth, tout particulièrement lorsqu'il voyait rouge, n'obéissait pas à des règles propres. Il ne faisait que ce que tout bon soldat savait faire : blesser. Il était devenu ainsi, il avait changé. « De toute évidence. » Voilà quelque chose qui voulait tout dire en ne voulant rien dire. Il essayait de lui faire comprendre qu'il n'était pas son frère tout en confortant le fait dans l'idée qu'il avait tord. En fait, il ne savait pas comment dire les choses. Trop en colère pour penser clairement et surtout pour se dire qu'au final il faisait peut-être une erreur plus monumentale que celle qu'il avait fait en partant. Ou du moins c'était ce qu'il se dirait un jour.
Continuant de déverser ce qui devait sans doute être comparable à un poison, alors qu'il accusait pratiquement Edge de la même manière qu'il s'était senti accusé. Pourtant, Seth était très capable de se blâmer lui même, c'était d'ailleurs ce qu'il avait fait ouvertement avec Wendy. Pourtant, avec l'autre jeune homme il fallait que les choses soient différentes. Peut-être était-ce un sentiment de fierté qui empêchait le soldat d'avouer que lui se sentait coupable d'être parti, mais c'était aussi le fait que pour s'empêcher de penser du mal de sa jumelle, il avait mis toute la faute sur Edge. Se disant que si Wendy n'aurait jamais pu deviner les sentiments qu'il avait eu pour l'anglais – pas que ce dernier aurait pu le savoir, Edge aurait au moins pu être conscient que sortir avec la jumelle d'un meilleur ami n'était pas l'idée du siècle. Quoi qu'il était évident que l'autre jeune homme en avait été conscient à un moment ou un autre, sinon, il ne l'aurait jamais fait dans son dos. La soudaine averse jeta un froid chez Seth, un peu comme une douche froide qui lui commandait de se calmer. Si seulement ça pouvait être si simple, mais non, la réaction d'Edge entreprit de l'énerver bien rapidement, alors qu'il était accusé de ne pas comprendre. Ce n'était pas faux, il ne pensait plus comprendre Edge comme par le passé, mais ça, c'était entièrement sa faute. Au moins là-dessus ils étaient d'accord, et le soldat se permit de passer outre sa colère pour le dire : « Nous avons changé après tout. » Lui à l'armée et son ami pendant son absence et sur l'île. C'était l'évidence même et peut-être que c'était ce qui nuisait tellement à leur réunion.

« C’est donc ainsi que ce doit être. C’est ainsi que doit tourner notre histoire ? C’est vraiment ça que tu veux ? » Étrangement, peut-être pour la première fois depuis le début de toute cette histoire, Seth sentit que non, ce n'était pas ce qu'il voulait. Pas qu'il allait chercher à l'admettre, au contraire, il se vautra dans un silence protecteur, c'était tout ce qu'il connaissait maintenant, le silence et la solitude. Les choses ne pouvaient cependant pas s'arranger uniquement parce que le jeune homme réalisait qu'il ne voulait pas faire une croix sur l'amitié qui les avait lié, pas même s'il avait réussi à le faire pendant des années. Non, parce que Edge continuait et que Seth était bien trop têtu pour faire autrement. Le fait que son ami le provoquait, peut-être volontairement, peut-être pas, fonctionnait beaucoup trop bien. Sauf que quelque chose lui revint en tête, ce que Noreen lui avait dit. Comme quoi Wendy était trop au centre de son univers, peut-être était cela le problème et qu'il l'avait imposait à Edge. Après tout la réalité était un mélange de sentiment blessé par l'anglais qui n'avait pas su reconnaître l'amour que Seth lui avait porté, mais aussi l'impression qu'encore une fois Wendy était mieux que lui. Il était convaincu de cela, mais ça n'aidait en rien pour qu'il accepte la réalité. « C'est la vérité pourtant, je n'essaie pas de te mentir ou te blesser, j'essaie de te faire comprendre que c'est simplement ça, c'est suffisant. » Ou comment jouer sur les mots pour ne pas mentir impunément. Ce qu'il disait n'allait en rien aider la situation, mais ce n'était pas le but. Au final, malgré le fait qu'il réalisait qu'il tenait à Edge plus qu'il ne le pensait, il ne pouvait pas non plus le laisser apprendre la vérité, parce que ça aussi, ça le perdrait.

Néanmoins la nature se sentit de bonne humeur et décida de forcer un peu les choses. C'était peut-être une drôle de manière de voir les choses, mais ce n'était pas faux. L'anglais fit alors un faux pas et vu la belle température, il se retrouva rapidement sur le sol avec ce qui était très probablement une cheville foulée, si ce n'était pas pire que ce rapide diagnostic vu le crac sonore qui avait retenti. La colère de Seth fondit alors, bien qu'il ne bougea pas d'un pouce, figé parce qu'Edge disait alors. Un vieux couple? Voilà qui mit rapidement le soldat mal à l'aise bien qu'il essaya de le cacher avec un sympathique : « Arrête un peu de dire n'importe quoi veux-tu. » Ça se présentait plutôt comme une occasion et une annonce d'une fuite, mais les choses fut différente. D'abord parce que Seth savait bien que laissé dans une telle averse, l'autre jeune homme attraperait rapidement une maladie qui pourrait lui être fatale, mais aussi parce qu'il sentait bien que Wendy ne lui pardonnerait jamais et lui-même ne se le pardonnerait pas au final. À la place, il alla donc se poster devant son ancien meilleur ami et lui tendit une main : « Allez, on va trouver un endroit pour attendre la fin de l'averse. » Ça semblait être une offrande de paix, mais la réalité était, tout de même, autre. C'était une trêve, un signe que leur amitié n'était peut-être pas morte et enterrée. Attrapant le bras de son ami, que ce soit contre son gré ou pas n'intéressait guère l'ancien soldat, il le releva et le força à prendre appui sur lui. « Tu te sens capable de bouger comme ça? » Eh non, il n'allait pas le laisser et il était même devenu étrangement bavard, du moins, c'était à condition que l'anglais de décide pas de revenir dans la dispute. S'il le faisait, rien ne promettait que les belles intentions de Seth allait rester.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Face the truth [pv seth a. lightfellow] Ven 13 Fév - 16:03


Seth A. Lightfellow && Edge P. Silverberg
all I need is the truth,
as a friend, you owe it to me

La situation pouvait-elle être plus ridicule que ce qu’elle n’était jusqu‘à présent. J’avais comme l’impression d’être dans un mauvais film à l’eau de rose avec son drame sous une pluie diluvienne… et je me trouvais le plus idiot du monde de penser cela. C’était tout moi. Au lieu de voir les choses de façon simple et logique, mon esprit les transformer pour les embellir et les rendre tels que je me sentais stupide du caractère impossible que je leur avais donné. Mon père m’avait toujours reproché trop lire, Seth aussi à ses heures, mais pourtant, j’en sourie comme un idiot. J’étais un idiot trempé, blessé physiquement et moralement, mais j’étais un idiot qui souriait. Je n’oubliai pas ce qu’il m’avait dit pour autant. Je ne savais même pas réellement comment je devais le prendre. Dans chacun de ses propos, il ne niait rien et n’avouait rien en même temps. C’était un vrai casse-tête qui faisait que je n’arrivais pas à le croire. Je n’étais pas St Thomas, j’étais un grand rêveur, mais parfois, il me prenait l’envie d’être Newton et qu’une pomme me tombe sur la tronche pour réaliser que j’avais l’illumination du siècle. J’avais le sentiment d’avoir loupé un truc sans le vouloir avec Seth et que pourtant, c’était juste sous mon nez. Bien entendu, je ne pouvais pas compter sur lui pour me le montrer avec de gros néons rouges… Non, à la place, il se contenta juste de me dire qu’on avait changé. Je dus me retenir pour le coup de devenir sarcastique et de le remercier pour sa brillante déduction. Si la colère prenait possession de l’ancien soldat, elle m’avait aussi traversé là où je n’aimais pas agir avec autant d’impulsivité. Si Wendy avait été là, elle nous aurait traité d’idiot et nous aurait demandé d’arrêter de vouloir savoir qui pisser le plus loin. Un vrai combat de coq en soit. Mais bon, même s’il clamait ne vouloir ni me mentir, ni me blesser, et ben, il faisait tout le contraire. Et puis “ ça “, qu’est-ce que ça voulait dire au juste? Je lui avais débité un flot pas possible de parole qu’il avait résumé à “ ça “… Et le pire, c’était que ce stupide mot pouvait en dire bien plus que ce que j’avais dit. Je n’étais pas dans sa tête, donc je n’étais pas aidé.

Enfin, il eut peut-être de la chance quand la pluie s’abattu sur nous. Ce fut bien assez pour me distraire, ou du moins, disons ce qui est, me faire ma casser la tronche de façon ridicule et douloureuse. Mais voilà, quitte à être ridicule, il avait fallu que j’en rajoute une couche en balançant une idiotie plus haute que moi. Une vieux couple… Je n’avais aucune idée d’où cette pensée m’était venue. C’était toute me bouche ça, balancer des trucs sans que j’en comprenne le sens. Mais bon, Seth ne me voyait-il déjà pas comme un idiot fini ? Pourtant, il sembla se stopper net à mes dires avant de se reprendre.« Arrête un peu de dire n'importe quoi veux-tu. » J’aimerai bien, mais ce n’était pas toujours évident. Avec le temps, il devait le savoir non ? Ce n’était pas comme si c’était la première après tout. On en riait avant, énormément même. Mais bon, e ne m’attendait pas à la même chose dans le cas présent. Extrêmement pessimiste même, je le voyais déjà partir pour m’abandonner à mon triste sort. Cela serait compréhensible je pense, surtout après la discussion qu’on avait eu. Mais ? Mais j’étais un idiot, comme je l’ai déjà dit, de penser cela car il vint face à moi pour me tendre la main.« Allez, on va trouver un endroit pour attendre la fin de l'averse. » Là, je restai interdit, et pour une fois, je n’avais rien à dire. Oui, moi qui étais, avant cette île, connu pour avoir toujours quelque chose à dire, que ce soit intelligent ou pas, et bien là, je restai couard. Je ne pus même pas répondre que Seth empoigna mon bras pour me tirer vers lui et me redresser. J’eus la mauvaise idée de vouloir m’appuyer sur ma cheville et mais il fut là pour me rattraper avant que je ne termine de nouveau les fesses dans la boue. D’un geste sûr, il me força à prendre appui sur lui, mon bras autour de ses épaules. « Tu te sens capable de bouger comme ça? » Vu la façon dont il me tenait, je ne devais pas risquer de tomber tout seul. Le pire serait de nous faire tomber à deux, mais à côté de lui, j’étais un poids plumes, il fallait rester honnête. Si j’étais devenu un peu plus sportif depuis que j’étais sur cette île, j’étais loin d’avoir l’endurance du soldat qu’il était. Il devait presque faire deux fois ma carrure, même si je devais le reconnaitre, cette vision était un peu exagérée. Je me mis donc dans un premier temps en tête de trouver un semblant d’équilibre malgré le terrain dangereux où nous étions. Après quelques secondes de réflexion, je finis par hocher la tête. « Ça ira… Je commence à comprendre qu’il y a toujours pire. » Bon, il y avait de quoi mal comprendre la fin de ma phrase, et pourtant, je ne pensais rien de négatif à son égard en ayant prononcé ces mots. C’était juste, qu’encore une fois, je pensais à trois choses en même temps et donc, ma réflexion allait sur le fait que ça aurait pu être pire qu’une cheville en vrac. J’aurai pu m’empaler sur un rocher par exemple.

Doucement mais surement, il nous fit évoluer vers les ruines. On n’était pas rapide, c’était un fait, mais il était hors de question qu’il me prenne en sac à patate sur son épaule. Si en étant enfant, nous avions pu le faire, l, il ne fallait pas pousser. Je faisais ce que je pouvais pour ne pas trop nous ralentir, priant pour trouver une ruine avec un semblant de toi assez rapidement ce qui fut le cas, ou presque. Il n’y avait pas vraiment de toit, mais un arbre y avait poussé je ne sais comment et offrait un abri bien suffisant pour nous deux, même si il nous imposer de s’asseoir l‘un à côté de l’autre. Il me déposa sur le sol, ou plutôt, ‘aida à m’asseoir quand on fut arrivé. Septique, je découvris une cheville qui tournait au bleu violet et avait doublé de volume.« A ce rythme, on va me flanquer une jambe de bois et m’appeler “ Long John “ Silver ! Dommage que cette île ne recèle pas d’un trésor pourtant… » S’il y avait un trésor, ça se saurait non ? Je sais, je venais encore de dire un truc inutile, mais quand j’étais nerveux, c’était ce que je faisais, tout comme le fait de me décoiffer, ce que je fis aussi, ne serait-ce que pour retirer l’excédent de pluie qui s’y trouvait. Mais en y pensant, juste deux secondes, il était vrai qu’on pouvait imaginer être des pirates sur cette île. C’était enfantin, mais cela ne faisait pas de mal. Dommage, on n’avait pas de jeu de carte, ni autre chose qui serait encore mieux.« Tu sais ce qui nous manque ? Une bouteille de whisky ! » Au moins, ça nous réchaufferait et ce serait bien venu pour la douleur que je pouvais ressentir. Je n’étais pas une fillette, mais le whisky serait un anesthésiant parfait ! Pourtant, mon regard se blessant directement par la suite. Pourquoi ? Parce que j’avais oublié un truc dans ma liste farfelu de souhait ou de chose à faire…«…et un remerciement de ma part aussi… » C’était une façon comme une autre de le dire et de faire une trêve. Je n’étais pas doué pour les disputes, je n’aimais pas cela de toute façon. Dès que je le pouvais, je les évitais, si bien que je n’étais pas doué non plus pour remercier dans un tel cas ou même m’excuser.


Dernière édition par Edge P. Silverberg le Ven 20 Fév - 16:37, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: Face the truth [pv seth a. lightfellow] Ven 20 Fév - 9:44

face the truth
edge&&seth
L’idée d’une douche froide était bien représentative de la situation. Il y avait eu littéralement de la pluie pour les calmer, mais c’était évidemment la chute d’Edge qui avait fait le tout. Ce n’était pas plus mal, bon c’était évident que c’était un risque pour le jeune homme en question vu qu’ils n’avaient pas vraiment les établissements pour traiter quoi que ce soit, mais au final ça avait tout calmé. Il ne pouvait pas vraiment reprocher quoi que ce soit à son ancien meilleur ami quand ce dernier était sur le sol. Peut-être que plus tard ça reviendrait en force, mais c’était une trêve forcée qui arrivait et il fallait la prendre quand c’était possible. Ainsi, il changea de comportement en allant aider Edge. C’était un changement soudain considérant que quelques minutes plus tôt il était en train d’agir de la pire manière. D’abord du fait qu’il lui mentait ou plutôt jouait avec la vérité et aussi parce qu’il avait été légèrement agressif. Pas que c’était surprenant après tout il ne fallait pas vraiment s’attendre à mieux venant d’un ancien soldat ou de Seth tout simplement.
Enfin la question n’était plus tellement à ce niveau-là puisqu’ils passaient maintenant à autre chose, ne serait-ce que pour un moment. Les choses étaient tout de même complexes, puisque tout n’était pas réglé, voir loin de là, mais bon. Soupirant légèrement, il décida qu’il valait mieux aider Edge histoire de ne pas avoir Wendy sur le dos. Pas que sa soeur était réellement menaçante ou qu’il craignait réellement quoi que ce soit de la part de sa jumelle, mais disons qu’il ne pourrait pas non plus abandonner son ami comme ça. On sentait bien l’amitié derrière tout ça ! Ou pas, mais au moins il y avait un minimum d’attachement et ce qui n’existait plus depuis le temps avait été remplacé par l’amour que Wendy portait à l’anglais et ça compensait largement au final vu le résultat de la chose.

Ainsi, Seth se retrouvait avec la main devant l’anglais pour l’aider à se relever. Peut-être que ce n’était pas ce à quoi le jeune homme en question s’attendait, mais il ne lui laissa pas le choix de prendre sa main. Ce n’était pas exactement le moment de continuer la petite rivalité ou le combat de coq. Bon pour le coup ça aurait pu recommencer alors qu’Edge tentait vainement de se servir de sa propre cheville pour avancer. Ça n’allait pas fonctionner évidemment et il s’assura de tenir son ancien meilleur ami de façon à ce qu’il ne puisse pas faire autrement que de s’appuyer sur lui. Ce n’était pas très problématique qu’il le fasse d’ailleurs vu le peu de poids qu’il faisait. Disons qu’en comparaison avec les poids qu’il avait soulevé par le passé, c’était tout simplement rien. Ce que l’anglais disait alors le fit hausser les sourcils. Il y avait toujours pire ? Bien sur, c’était évident, mais le sous-entendu fait était terriblement désagréable. Pour une fois, il préféra ne rien dire et ne pas soulever le tout même s’il ne put empêcher la grimace qui vint automatiquement décorer son visage. Pour le coup, il préféra se changer les idées, tout au moins retirer la grimace de son visage en usant d’ironie : « C’est sur que tu aurais pu te couper la jambe ou quelque chose comme ça. » Voilà qui était tout plein de choix et d’allégresse, mais ce n’était pas faux. La cheville n’était probablement pas cassée ou du moins ce n’était rien de trop sérieux - aux standards de Seth en tout cas, si bien qu’il fallait prendre les choses avec un brin d’optimisme ! Enfin ce n’était pas exactement les raisons de l’ancien soldat, mais ça faisait tout comme et en soit il ne fallait pas trop poser de question avec lui. Puis bon une cheville foulée ou tordue c’était pénible dans une situation comme l’île, mais ce n’était pas la mer à boire non plus !

Suite à quoi ils se dirigèrent vers quelque chose qui pourrait s’apparenter à un abri. Étonnamment ce n’était pas chose courante dans les ruines et Seth se surprit à s’énerver mentalement à ce sujet. S’il avait été seul ou en tout cas si Edge n’avait pas été blessé, il aurait pu rapidement rejoindre les bois pour s’abriter, mais vu l’état de l’autre jeune homme c’était plutôt chose impossible. Ils étaient plutôt lents à faire leur chemin vers un abri et il ne serait même pas si étonnant que l’averse ne se stoppe avant qu’ils puissent se retirer de l’eau, mais bon. C’est finalement un coin de ruine avec un arbre en guise de toit, ou quelque chose comme ça, qui fut l’abri désigné. C’était petit et ils allaient être forcés à s’assoir l’un près de l’autre, mais il fallait bien faire un minimum d’effort pour le coup. Un soupir traversa ses lèvres lorsqu’il aida Edge à s’assoir avant de faire de même avec sa propre personne. Il regarda par dessus son épaule pour regarder la cheville de l’autre jeune homme. « A ce rythme, on va me flanquer une jambe de bois et m’appeler “ Long John “ Silver ! Dommage que cette île ne recèle pas d’un trésor pourtant… » Une jambe de bois ? Il fallait vraiment qu’il aille dans le thème des pirates. C’était assez nul dans le genre, mais Seth se retint de faire le commentaire. Après tout, plus jeune il aurait sauter sur l’occasion de pirate. « Si tu veux je peux amputer ta jambe pour te la mettre ta jambe de bois. » C’était une proposition digne de ce nom du fait que c’était se servir de la fantaisie de pirate pour l’embêter un peu plus. C’était une manière comme une autre de faire les choses, mais au moins il n’était plus à deux doigts de lui mettre son poing dans le visage. Même si le fait que l'envie avait passé pouvait être discutable dans le genre. Enfin de la fantaisie d'Edge, on pouvait tout de même regretter le trésor, ce serait effectivement une bonne chance qu'il y en ait un, si jamais ils retournaient sur la terre ferme. En tout cas ça expliquerait le comportement des originaires, s'ils cachaient le trésor. Soupirant légèrement à l'idée, Seth préféra tout de suite se changer les idées. C'était idiot à la base.

La proposition de whisky, elle, était plutôt intéressante. Ça devait faire une éternité qu'il ne s'était pas laissé aller avec un verre à la main. Ce n'était pas exact, il avait bu considérablement en entendant que sa sœur avait disparu, mais ce n'était pas exactement la même chose. Donc une bouteille de whisky – ou de tout autre alcool digne de ce nom, il n'était pas si difficile – serait donc la bienvenue! « C'est probablement ta meilleure idée de la journée ça. » Ça pouvait sonner méchant ou peu délicat, mais ce n'était pas réellement l'intention, il fallait tout de même avouer que les idées d'Edge n'avait pas été impressionnante dans le genre. Uniquement en se basant sur le fait qu'il était venu le poursuivre pour avoir une discussion peu agréable, il était possible de prouver le point. Mais bon, c'était une trêve et il était peut-être temps d'agir comme tel. Surtout que l'autre jeune homme fit quelque chose que Seth n'attendait pas, il s'excusa. Haussant les sourcils à nouveau, le soldat resta en silence pendant un moment avant de répondre : « T'en fais pas, je t'aurais pas laissé crever pour une chute. » Ça avait été tentant pendant un court moment, mais non quand même. « Mais ne me remercie pas tout de suite, il faut te faire un bandage et tu risque de ne pas apprécier. » D'abord parce que ce n'était pas particulièrement agréable à la base, mais il ne fallait pas penser qu'il était particulièrement doux de son côté. Ça risquait donc d'être peu plaisant, mais c'était en soit, une nécessité pour éviter que ça empire. Déchirant son chandail pour en faire une bandelette de tissus – pas forcément propre et il avait maintenant l'air ridicule, Seth se releva pour aller se poster devant la jambe de l'anglais. Il la prit dans ses mains en faisant attention à ne pas appuyer trop fort et lui dit : « Bon ça n'a pas l'air d'être déplacé, c'est toujours ça. » En gros, il n'aura pas à subir un replacement d'articulation, c'était toujours ça. Il commença néanmoins à faire le bandage, serrant suffisamment pour que la cheville soit forcée dans une position stable. Ça ne devait pas être agréable, mais Seth avait appris que c'était important de le faire dès que possible. Au moins, il pourrait marcher un peu plus normalement sans se soucier de la déplacer davantage.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: Face the truth [pv seth a. lightfellow] Dim 22 Fév - 14:46


Seth A. Lightfellow && Edge P. Silverberg
all I need is the truth,
as a friend, you owe it to me

Je ne savais pas vraiment de quoi on avait l’air à être tous les deux sous cet abris de fortune, mais je voyais déjà les rires arriver. Deux hommes prêts à se taper dessus ou presque qui devenait cul comme chemise en vue du peu d’espace au sec qu’il y avait. Et encore, parler d’un endroit sec, c’était peu dire. Si j’avais balancé de telles idioties, elles ne semblèrent pas pour autant amuser l’homme à mes côtés sur l’instant. Ce fut presque comme s’il n’y prêta aucune attention, même si cela sembla changer quand je me mis à parler d’alcool. C’était parfois la deuxième femme d’un homme la bouteille, même si j’étais loin d’être de cette trempe. Je ne pouvais m’avancer sur une telle chose avec certitude cependant, je n’étais pas devin. Pour le moment, c’était ce qui me permettait d’encaisser la douleur physique et psychologique. Cet évènement, cette discussion, j’aurai aimé ne pas la vivre. Je sais, je l’avais provoquée, mais le résultat laissé un gout amer dans la bouche, telle l’état de ma cheville. Je devais pourtant m’estimer chanceux, il ne m’avait pas laissé tomber comme une vieille chaussette.« T'en fais pas, je t'aurais pas laissé crever pour une chute. » En réfléchissant à ces paroles, cela pouvait facilement laisser entendre qu’il y aurait songé si les circonstances avaient été autres. Cela aurait pourtant été logique en vue de la tension qui était née entre nous. C’était blessant, mais logique. Ce point de vue n’était peut-être que de ma personne, je ne pouvais pas être dans sa tête. J’avais bien essayé, et ça avait été un échec cuisant. Mais non, je n’avais pas honte d’admettre, au risque de passer pour une femme, que cette situation me blessait, que savoir mon lien avec lui m’affecter plus que de nature.

En tout cas, je ne pus, dans le lot de bêtise que j’avais dit, m’empêcher de le remercier, et de m’excuser par la même occasion. Je sais, je ne l’avais pas dit, mais je n’étais pas doué.« Mais ne me remercie pas tout de suite, il faut te faire un bandage et tu risques de ne pas apprécier. » Il vint se placer juste face à moi pour inspecter ma cheville. Me retirant ma chaussure, il me fit grimacer. Devais-je y voir un point de vengeance ? Je n’avais pourtant rien à dire, juste à subir. Il déchira son chandail en bandelette sous mes yeux, dévoilant une image troublante en vue de ce qui s’était passé, mais je n’eus pas le courage de dire quoi que ce soit. « Bon ça n'a pas l'air d'être déplacé, c'est toujours ça. » Merci docteur ! J’étais rassurait, ou presque. Ne venait-il pas de me dire juste un peu avant que j’allais passer un sale quart d’heure ?

Sans rien ajouter de plus, il entreprit de me bander la cheville et là, j’eus juste à serrer des dents. Je n’étais pas bête, je savais qu’il fallait serrer, mais la vache, c’était un bourreau quand il soignait. Il n’avait pas les mains douces, et encore moins les gestes. Bon, je savais qu’il essayait de faire attention, mais j’eus qu’une envie, me taper la tête contre un mur. Pas de doute, avec ça, elle était tenue ma cheville.« S’il te plait, accorde moi une faveur… ne deviens jamais infirmier ! » Ce n’était pas pour le vexer, mais il était vraiment nul dans ce domaine. Il devrait euthanasier, il aurait plus de succès. Je le sais, je n’avais pas à me plaindre, il m’avait prévenu, mais même si on prévient d’une douleur, ça n’empêche pas qu’elle fait mal ! En tout cas, quand il eut fini, je tâchais de reprendre un souffle à peu près serein, finissant par observer le résultat de fortune, mais bon résultat qu’en même. « Merci. Je devrais survivre avec un peu plus de chance avec ça. Enfin, mon espérance de vie est peut-être qu’en même réduite. Je ne donne pas cher de ma peau quand Wendy va me voir rentrer ainsi. » Ca, c’était un autre point délicat qui m’attendait. Ne lui avais-je pas promis de faire attention ? Avec de la chance, elle ne m’arracherait pas les yeux et me bouderait juste le temps de quelques baisers. De temps en temps, cela arrivait à la calmer, mais je disais bien de temps en temps. Celui qui avait toujours été le plus doué sur ce point, ce n’était pas moi, mais bel et bien Seth. Combien de fois l’avais-je vu apaiser sa sœur ? Il lui manquait, c’était une évidence, et ce fut peut-être ce qui me donna la folie de continuer à parler.« Tu devrais rester avec nous ce soir… Si bien entendu il arrête de pleuvoir d’ici là. Je sais que tu vas refuser à cause de moi, mais ça ferait plaisir à Wendy… tout comme ça me ferait plaisir aussi. » C’était ça le pire. Il ne manquait pas qu’à Wendy, il me manquait à moi aussi. Il était mon frère, même s’il disait le contraire. Pour moi, dans mon cœur, il comptait plus que ce qu’il voulait bien me céder. Je ne comprenais pas tout le temps pourquoi et en même temps, je n’avais pas envie de comprendre. Pourtant, je m’attendais déjà à un refus de sa part, pour les raisons que j’avais évoqué. J’avais bien compris qu’il ne pouvait plus m’encadrer, et cela, même si il était resté avec moi pour m’aider. C’était cependant peut-être abusé que de lui demander de rester un peu, comme si on l’invitait à manger un soir à la maison, même si j’étais loin de réussir à appeler notre hutte une maison.« Je ne te demande pas d’essayer pour moi, je pense que j’ai compris les choses, mais elle a besoin de toi. Je ne peux ni ne veux te remplacer… Tu es unique à ta façon, aussi bien pour elle que pour moi… » Parler comme ça n’était peut-être pas, encore une fois, l’idée du siècle… mais j’avais pas pu m’en empêcher. Idiot un jour, idiot toujours.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: Face the truth [pv seth a. lightfellow] Ven 6 Mar - 23:28

face the truth
edge&&seth
La situation pouvait paraitre risible. Ils avaient passés d’une animosité plus qu’évidente à un semblant de paix. Enfin, c’était synthétiser un maximum que de penser ainsi. Après tout, la hache de guerre n’était sans doute pas enterrée, loin de là. Ils n’avaient pas réglés le principal problème qui les avaient menés à en venir à presque utiliser leurs poings, du moins dans le cas de Seth. Il fallait néanmoins profiter du moment de paix sans broncher. Probablement que l’ancien soldat ne rendait pas les choses faciles, mais c’était plus de la maladresse que de la mauvaise fois… ou peut-être les deux ensemble. En fait, il repoussait les blagues ou les commentaires d’Edge par habitude, sans méchanceté cette fois. Même si bon avec lui, il ne fallait pas nécessairement s’attendre à ce que ce ne soit pas un moindrement méchant même si ce n’était pas l’intention de départ. Par contre, croire qu’il aurait pu laisser Edge mourir dans d’autres circonstances c’était mal le connaitre. Il n’aurait pas pu se regarder dans la glace - ou une variante ilesque - s’il l’avait fait. Puis bon, ce n’était pas son genre, peu importe de l’identité de la personne, même si c’était Edge et même s’il lui en voulait toujours. - oui bon ici il faut ignorer qu’il avait été tenté de le faire pendant un moment -
En plus, il s’improvisait infirmier pour les bons soins de son ami. Si ce n’était pas de la dévotion, il ne pouvait pas savoir ce que c’était ! Trêve d’exagération, c’était surtout pour s’assurer, encore une fois, qu’il n’aurait pas la mort de l’anglais sur la conscience. Il s’efforça donc de bander le pied de l’anglais, qui devait sans doute souffrir de son manque de délicatesse, mais ça importait peu. Au moins, il pouvait être certain que c’était bien placé ! Oui c’était une manière comme une autre de présenter ce qui avait sans doute été un très mauvais moment pour Edge. Ce dernier prouvait ce point en lui disant : « S’il te plait, accorde moi une faveur… ne deviens jamais infirmier ! » Ce n’était pas dans ses plans, il pouvait être rassuré. « Tu ne pense pas que je serais compétent ? » Ou comment se foutre un peu de lui. Lui-même savait bien que le terme compétent ne s’appliquait pas vraiment à sa personne pour ce qui était d’administrer des soins, mais rappelons tout de même que ce n’était pas son travail à la base. « Au moins soit reconnaissant que je sache faire un minimum de premiers soins. » Parce que sur l’ile, un rien pouvait devenir dangereux, donc les premiers soins étaient toujours une nécessité.

Enfin, il ne prenait pas le commentaire d’Edge comme une insulte, tout simplement parce que c’était la vérité. Il préféra se concentrer ce qu’il disait ensuite et particulièrement ce qui concernait Wendy parce que c’était la vérité. « Oh je te donne cinq minutes à partir du moment où tu arrive devant elle. » Et même encore c’était espérer beaucoup. Si Wendy semblait l’innocence même, il ne fallait pas la sous-estimer pour ce genre de chose. Même Seth serait terrifié s’il avait la fureur de sa jumelle contre lui pour quelque chose comme ça. Il pourrait bien aller avec Edge histoire d’essayer de calmer sa soeur, mais il doutait que ça fonctionnerait vraiment et évidemment il n’avait pas envie d’attirer les foudres de cette dernière sur sa personne. Qu’Edge en prenne un peu ne ferait pas de mal à personne. Même si bon, franchement, il y passerait sans doute aussi au final, après tout c’était un peu de sa faute à quelque part. « Tu peux essayer de l’amadouer, ça te sauvera peut-être la vie. » Il fallait douter de l’efficacité de la tactique proposer, mais c’était un semblant de compassion pour celui qui allait souffrir. Oui, Seth en était capable au final, même pour Edge, c’était tout plein de volonté et presque de bonne humeur.

Sa mine heureuse de parler de la personne la plus importante à ses yeux disparut un minimum en entendant la proposition de l’anglais. Rester avec eux ? C’était une très mauvaise idée. Il avait réussi à repousser les questions venant de l’un ou de l’autre, mais il n’était pas certain que les deux ensembles ne parviendraient pas à le convaincre de lâcher le morceau. Il avait évité un maximum le risque d’être présent trop longtemps ou du moins il avait surtout éviter Edge. Ce n’était donc pas une bonne idée, il en était certain, mais son refus ne serait probablement pas très bien reçu par le principal intéressé. « Je ne pense pas que c’est une très bonne idée. » Ou comment refuser de manière terriblement directe. Mais il était vrai que c’était une bien mauvaise idée et qu’il ne fallait pas que ça arrive. « Après il n’est pas certain que la pluie s’arrête un jour. » C’était une manière de désamorcer la tension qui allait sans doute arriver sous peu. Après tout il venait de refuser une invitation qui n’avait rien de négatif. Edge avait été plutôt sympathique et il avait avoué que ça lui ferait plaisir et c’était aussi réciproque en quelque sorte. « Je ne te demande pas d’essayer pour moi, je pense que j’ai compris les choses, mais elle a besoin de toi. Je ne peux ni ne veux te remplacer… Tu es unique à ta façon, aussi bien pour elle que pour moi… » L’argument de Wendy était une brillante idée, mais il ne fallait pas croire que ça allait fonctionner si facilement. Même si ça touchait une corde sensible que de le présenter comme un être unique qui ne pouvait pas être remplacé. C’était évidemment ce qu’il fallait lui dire considérant que ça avait été longtemps sa crainte la plus profonde - entre d’autres choses, mais Seth devait se promettre intérieurement de ne pas flancher devant un argument aussi simple. « Tu sais, je vais toujours m’assurer d’être présent pour elle. Mais non, vraiment ce n’est pas une bonne idée. » Comment s’en tenir à la même réponse qui était sans doute peu agréablement à entendre. C’était une question de s’en tenir à l’idée. Il fallait aussi considérer le fait que Seth ne pouvait pas non plus se forcer à trouver que c’était une bonne idée. « Et franchement tu penses que ce ne serait pas bizarre, nous trois. Ce serait faux. Et hors de questions que vous vous mettiez à deux sur mon cas. » Ah oui le véritable noeud du problème. C’était simplement qu’il ne voulait pas qu’il y ait un retour sur la discussion qui avait commencé la confrontation. Il ne fallait pas chercher bien loin au final.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: Face the truth [pv seth a. lightfellow]

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-