avatar
» Violante H. Carter "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Zippora Seven × Nombre de messages : 1058 × Age du perso : 20 ans × Job : Photographie / Criminologie × Côté love : Non


Message(#) Sujet: T'es aussi cool qu'un chaton déguisé en licorne. Ft Jeremiah Lun 2 Juin - 14:39

T'es aussi cool qu'un chaton déguisé en licorne.

Gris, terne et froid. Et par dessus tout c'était complétement glauque et flippant. Violante venait de descendre de l'échelle, et le décor qui s'offrait à elle était loin de dépasser ses attentes. Le soleil sur sa peau et l'air frais lui manquaient déjà. Sans même attendre que Jeremiah l'ait rejointe, elle entreprit de visiter le lieu. Elle se sentait comme un rat en cage, elle pouvait presque flairer simultanément la présence des Originaires et celle des Hostiles, ce qui lui arracha un frisson. Lorsqu'elle avait appris pour le compte à rebours, elle s'était juré qu'elle ne serait jamais celle qui entrerait le code, elle emmerdait les originaires, plus jamais elle ne serait sous leur jouc, et de toute facon était persuadée que ce n'était pas un bête compte à rebour qui les empêcherait de leur exploser la tronche au moment voulu. Puis comme si l'endroit ne puait pas assez du bourreau, on les avait mis sur leurs gardes disant que les hostiles étaient passés dans le coin récemment. Et pas quelques hostiles éparses, une petite virée de masse de quoi déserter leur grotte pour quelques heures. D'ailleurs elle ne manquait de constater qu'ils se s'étaient pas retenu d'éventrer l'un des matelas. Leur crime le plus attroce jusqu'à ce jour. Passible d'être jugé pour crime contre l'humanité, lorsqu'il n'existe peut-être que deux matelas de ce nom sur l'île. Ironie sois-tu.  

En un an, elle avait eu sa dose d'abominabilité pour l'ère à venir, et à présent, tout ce qu'elle souhaitait c'était fermer les yeux et oublier qu'un danger permanent les talonnait. Sauf qu'aujourd'hui elle avait été contrainte de descendre dans ce bunker pour effectuer je ne sais quel recensement et pour rapporter quelques babioles (in-)utiles sur le campement. Petite escapade qui avait lieu de réveiller quelques souvenirs peu désirable, et de la parcrourir d'une indescriptible angoisse qu'elle se garderait de partager avec le réfugié qui l'accompagnait.

Elle ne comprenait même pas pourquoi elle avait fini par accepter de descendre ici, peut-être parce qu'au fond elle avait envie d'un peu se changer les idées. Et que derrière son altruitisme inexistant, elle savait que se trouver inutil sur cette île, ca vous laisse juste crever dans un coin, seul et d'ennuis. Puis peut-être qu'elle voulait éviter Jason, ou éviter de penser à lui, parce que ca aussi ca finirait par l'achever. Elle survolait les étagères d'un regard livide, quelle que soit ce qui l'avait amenée jusqu'ici, à présent elle le regrettait joliment, et ca elle ne se retiendrait pas de le cacher à Jeremiah.

L'entendant dans la pièce à côté elle lui lanca :"Si tu es pris d'un désir soudain de sauver le monde, je te laisse ce privilège" Sensiblement ironique, pour changer. Elle n'était même pas allée voire dans la salle informatique, et n'y comptait nullement. A peine sa phrase terminée, son regard fut captivé par une autre porte qu'elle s'empressa de pousser. Une douche. Son regard s'illumina, elle ouvrit l'arrivée d'eau et passa la mais sous le jet pour constater avec joie que l'eau était chaude, et douce serait-il de préciser! Comme quoi elle trouvait quand même du bon dans cet endroit! Elle cessait de compter les jours depuis son dernier brin de propreté, et les dreadlocks qui s'invitaient dans sa crinière ne cessaient de le lui rappeler. L'endroit était un peu hors du temps, comme si en passant la trappe, ils avaient fait un bond de quelques années, ou de quelques milliers de kilomètres vers le continent. Ca ne ressemblait en rien à ce à quoi ils étaient habitués sur l'île, c'était presque trop civilisé, presque trop propre, ou trop carré... Elle en venait presque imaginer que l'île n'avait été qu'un rêve, et qu'en sortant d'ici elle reverrait Tokyo, ses buildings, ses rues grouillantes de monde et son bourdonnement assourdissant. Mais le visage de Jeremiah la ramena à la réalité. L'île était bien là, sous leurs pieds, flegmatique, et c'était eux qui vivaient hors du temps, hors de toute civilisation, avec devant eux leur peine à tirer, et un temps infini à perdre entre ces barreaux d'eau et de sable, attendant justice qui jamais ne se fera.
 



"Mieux vaut brûler franchement que s'éteindre à petit feu" Kurt Cobain

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jeremiah G. Archer "
❝ Success. × Forget the burdens of the past ₪ ❞

× Ma Célébrité : Dylan O'Brien × Nombre de messages : 2394 × Age du perso : vingt-et-un × Job : bonne question ! × Côté love : nada, que dalle, le vide. (sauf peut-être une petite lueur, parfois)


Message(#) Sujet: Re: T'es aussi cool qu'un chaton déguisé en licorne. Ft Jeremiah Mer 4 Juin - 15:13

Violante ∞ Jeremiah
T'es aussi cool qu'un chaton déguisé en licorne
Dès que ses pieds se posèrent sur le sol froid du bunker, il se demanda pourquoi il avait accepté. Lorsqu’un des rescapés était venu le voir, l’air peu convaincu qu’il atteindrait quoi que ce soit avec lui, lui demandant s’il avait envie de s’occuper du recensement du bunker, Jeremiah s’était surpris à dire oui. Peut-être était-ce parce qu’il avait passé les derniers jours dans sa propre misère à ne rien faire de plus qu’errer sur l’île, à la recherche de quelque chose qui ne viendrait pas lui rappeler ses propres conneries, mais qui le divertirait. Cette île n’avait jamais été la plus remplie en matière de divertissement et, au final, il avait nagé dans ses ressentiments et la fatigue de ses muscles immobiles étaient encore plus lourdes que lorsqu’il s’occupait au potager ou à couper du bois. L’occasion du bunker lui avait semblé parfaite, un moyen de se changer les idées comme il n’y a pas. C’était aussi l’occasion idéale de se rappeler pourquoi il détestait cet endroit, comprit-il, tandis que son regard ambre parcourait une pièce sombre, grise, terne, froide, qui suffisait à soulever des frissons contre sa nuque.

Le jeune homme préférait, généralement, se tenir loin de tout ce qui rendait cette île encore plus glauque. Les originaires, les hostiles, les amazones, ils n’étaient que des noms auxquels il tentait de ne pas penser. Peut-être que s’il n’y pensait pas, il n’existerait pas. Mais cet endroit portait la marque du passage d’autres personnes, tandis qu’il était la menace même de cette deuxième île. Il était le symbole qu’ils n’étaient pas seuls, ici, qu’ils étaient scrutés et qu’on n’hésitait pas à les menacer. Il était, en gros, tout ce que Jeremiah avait tenté d’oublier. Il se surprit à penser qu’il était heureux de ne pas être seul, même si sa compagnie laissait à désirer. Lorsqu’on lui avait annoncé que Violante allait être sa compagne de recensement, Jeremiah avait demandé s’il était trop tard pour reculer. Bien entendu, il était trop tard, c’était presque si on ne l’avait pas poussé dans le dos pour le forcer à avancer. Il se demandait bien pourquoi elle parmi tant d’autres avait accepté cette tâche, mais, encore là, il pouvait se poser la même question sur ses propres raisons.

Cette pièce, il l’avait déjà visité, sans s’y attarder. Son regard s’était contenté de dévisager l’ordinateur et d’y écrire à toute vitesse les informations nécessaires, avant de fuir dans la direction contraire. Le jeune homme prit une grande inspiration, son regard s’habituant à l’obscurité, il s’approchait de l’ordinateur, tandis qu’il voyait Violante, du coin de l’œil, filer vers une autre pièce. Jeremiah passait le doigt sur le clavier, observant l’écran qui clignotait d’un compte à rebours, comme d’habitude. Il s’y connaissait en ordinateur, mais pas en bombe, et il n’avait pas vraiment envie d’exploser aujourd’hui. Il essayait de voir les fils qui branchaient l’ordinateur, lorsque la voix de la jeune femme le fit sursauter. « Si tu es pris d’un désir soudain de sauver le monde, je te laisse ce privilège. » Il roula les yeux, avant de se reculer de l’ordinateur. Ses pas l’amenèrent vers la pièce où elle semblait fouiller. Aussitôt, il remarqua les matelas, dont un complètement éventré. Il faillit s’étouffer sous l’injure, le simple luxe d’un matelas lui semblait tellement lointain. Tout ici lui semblait lointain. Le simple fait qu’il y ait l’électricité était pour lui un mystère. D’ailleurs, cette réalisation le fit réfléchir un peu plus, il balada ses mains sur le mur et trouva un interrupteur, la lumière éclairant la pièce. Remarquant l’ombre de la blonde dans l’autre pièce, il répliqua un « Merci, c’est gentil, la prochaine fois ce sera ton tour, Wonderwoman. » Si son ton était plus que sarcastique, ce n’était pas elle qui pouvait le lui reprocher.

Il s’intéressait aux matelas, se demandant s’il n’était pas mieux de s’enfuir dès maintenant avec eux, considérant que les hostiles avaient visiblement trouvé l’endroit aussi et que les originaires n’étaient pas du genre à faire des cadeaux, lorsqu’il entendit le bruit distinctif d’une douche. Il ne lui en fallut pas plus pour accourir vers la pièce où se trouvait Violante, sentant ses yeux s’agrandir littéralement sous la vision de l’eau enfumée qui s’écoulait. La dernière vraie douche qu’il avait prise datait de très très très longtemps et il ne pouvait pas dire que ça ne lui avait pas manqué. Ce n’était pas l’eau du lac qui pouvait se narguer d’être constamment à des températures tropicales. Cet endroit lui paraissait irréel, amenant une nostalgie d’un confort de ce qui semblait une vie précédente. C’était comme si tout ce sur quoi il avait fait une croix lui revenait soudainement, tout ce qu’il s’évertuait de ne pas regretter, mais qu’il n’arrivait pas vraiment à oublier. Ça ne ramenait pas seulement les douches et les matelas, mais tout le reste. Le confort matériel, comme ses parents, ses amis et tout ce qu’il avait été obligé de laisser derrière lui. Il se surprenait à la mélancolie, avant de reprendre le dessus sur des émotions qu’il tentait d’oublier. « Pas le choix, je vais devoir te couper la langue et garder cette information pour moi. Si le reste de l’île apprend qu’il y a une douche ici, on est foutu, ça va faire la queue et on n’y aura plus jamais accès. » Il se recula de quelque pas, observant le reste de la pièce, qui ressemblait à une salle d’eau tout à fait ordinaire, si ce n’était que ce n’était pas ordinaire par ici. Il jouait avec un robinet, avant de s’interroger. « Je me demande qui a construit ça? Et quand? » Son regard retrouva Violante un instant avant de retourner vers le robinet. « Enfin, ce n’est pas toi qui va le savoir. » Peut-être que son ton était dénigrant, peut-être bien, mais le jeune homme ne la portait pas dans le coeur et même s'il était très heureux de leur découverte, il n'avait pas forcément envie d'être gentil avec elle.
code by Silver Lungs


it tastes like a curse in itself.
it’s hard, isn’t it? living with a shattered heart. you breathe in and hope the shards don’t pierce your lungs. but, eventually, they will. there is no escape from it. you will bleed. you will gasp. and you will scar. but what matters in the end, darling, is that you will survive.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Violante H. Carter "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Zippora Seven × Nombre de messages : 1058 × Age du perso : 20 ans × Job : Photographie / Criminologie × Côté love : Non


Message(#) Sujet: Re: T'es aussi cool qu'un chaton déguisé en licorne. Ft Jeremiah Mar 12 Aoû - 16:41

T'es aussi cool qu'un chaton déguisé en licorne.

Elle sait pertinemment que si elle regardait cette scène de l'extérieur à cet instant précis, elle la trouverait complétement loufoque. Elle a de quoi se demander ce qu'elle fiche ici par ces temps incertains. Faut croire qu'elle commence à le comprendre, tourner en rond sur cette île, ca brûle une part de votre raison. Comme un âne se jette dans le vide, en prise à l'inconscience. Ce n'est peut-être encore que de de vagues echoes qui circulent sur l'île, mais des échoes suffisemment explicites pour que chaque personne un minimum censée le prenne pour un avertissement et se tienne à carreau. Eh non, seuls deux parfaits inconscients qu'ils sont peuvent se pointer dans le bunker imminemment après une escapade hostile, et alors que l'on parle déjà d'un version 1.2 d'enlèvements par les habitants de l'autre île. Une fois ne lui avait-elle pas suffit? Il fallait qu'elle accepte ce "recenssement" du bunker. Alors qu'un simple coup d'oeil permettait de dire qu'il ne restait pas grand chose parmis ce foutoir qui vaille franchement la peine d'être signalée. De toute facon, si elle trouvait quoi que ce soit d'interessant, elle se garderait bien d'en avertir Jeremiah ou quiqounque d'ailleurs. Venir ici c'était un peu choisir de s'allier aux survivants, mais les avaient-on seulement envoyé au casse pipe comme des éclaireurs que l'on choisis de sacrifier? Violante devait décidémment faire taire es sombres recoins de son imagination ou la paranoïa reprendrait le dessus. Et qui sait comme les évènement que l'on annoncait y seraient propices. Plus que jamais elle sait qu'elle ne peut faire confiance qu'à elle seule, mais si ce que l'on raconte est vrais, si une guerre se prépare, elle devrait néanmoins choisir à qui s'allier. Et vu son passé avec les Hostiles et les Originaires, il ne lui restait plus beaucoup d'autre choix... que la voie des plus faibles. Elle refusait pourtant de subir à nouveau. Elle ferma les yeux, elle ne pouvait plus penser à cela pour le moment. Ce n'était encore que des bribes de rumeurs qui circulaient sur le campement. Pas encore de quoi s’alarmer. A chaque jour sa peine pensa-t-elle chassant ces images macabres de son esprit.

L'eau chaude coule sur ses doigts, la transportant ailleurs. Elle en oublie presque les quatre murs ternes qui l'enferment sous ces tonnes de terre et se sable. Elle en oublie presque l'île, et son lot d'ennuis. Elle ne pense qu'à la douche qui l'attend, l'eau chaude coulant  sur sa peau et ses cheveux abimés par le sel et le soleil. Mais si vite la réalité la rattrape, Jeremiah apparait derrière elle, lui décrochant un sursaut. « Pas le choix, je vais devoir te couper la langue et garder cette information pour moi. Si le reste de l’île apprend qu’il y a une douche ici, on est foutu, ça va faire la queue et on n’y aura plus jamais accès. »

« Ou je pourrais t'éliminer tout de suite. » susurre-t-elle en se retournant, et braque le jet d'eau vers son interlocuteur.

« Noyé au pommeau de douche.» renchérit-elle sarcastique. Une étrange vision du réfugié lui décroche un sourire moqueur. « Peu commun sur une île déserte.» conclu-t-elle en quittant de la pièce, un brin frustrée de ne pas pouvoir tester sa trouvaille sur le champs, faute à cet amas de testostérone qu'elle foudroie d'un regard accusateur.

Lui joue avec l'arrivée d'eau, pensif. « Je me demande qui a construit ça? Et quand? » Elle avait presque oublié que Jeremiah comme bien d'autres survivants ignorait encore l'existence des Originaires. Lui rapellant que des deux elle en restait la plus inconsciente de se pointer ici en connaissance de cause? Tu le sauras bien assez tôt mon cher Jeremiah.... pense-t-elle, car de ceux qui ne savent pas encore, il ne ferait plus longtemps partie. Bientôt tous sauraient. « Enfin, ce n’est pas toi qui va le savoir. » ajoute-t-il, la piquant acerbement. Une vague de mépris la gagne soudain. Loin d'elle l'envie de jouer les victimes, mais le confronter à sa propre ignorance lui fourmille les lèvres. « Peut-être bien que si.» mord-elle en lui tournant le dos. Elle tient un minimum à lui que pour lui épargner encore quelque nuits de sommeil profond. Elle se remet à sa tache et survole les pièces du regard, mais son esprit n'y est pas. Elle craint ce qui les attend, elle méprise Jeremiah qui n'a aucune idée ou presque de ce qui se trame réellement. Sa place n'est pas ici parmis ces imbéciles tout juste capables de se frapper dessus. Elle bouillonne. Elle voudrait hurler sa haine contre cette île. Il veut savoir? Après tout qu'il sache. Elle fait volte face et revient vers lui d'un pas décidé.

« Ceux qui ont goûté à leur démence les appellent les Originaires. » Commence-t-elle soudain stoïque en se plantant devant lui.



 



"Mieux vaut brûler franchement que s'éteindre à petit feu" Kurt Cobain

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jeremiah G. Archer "
❝ Success. × Forget the burdens of the past ₪ ❞

× Ma Célébrité : Dylan O'Brien × Nombre de messages : 2394 × Age du perso : vingt-et-un × Job : bonne question ! × Côté love : nada, que dalle, le vide. (sauf peut-être une petite lueur, parfois)


Message(#) Sujet: Re: T'es aussi cool qu'un chaton déguisé en licorne. Ft Jeremiah Mer 13 Aoû - 0:32

Violante ∞ Jeremiah
T'es aussi cool qu'un chaton déguisé en licorne
Ils étaient tous un peu fous, bien sûr qu’ils l’étaient. L’être humain avait cette étincelle de folie, il suffisait d’un peu de carburant pour qu’elle devienne un incendie. Cette île avait été leur carburant, personne ne s’en sortirait intact. Les marques de l’isolement, de la peur et des nuits sans sommeils s’accumulaient sur leurs esprits en fautes. Ils étaient blessés, pas tout à fait rationnels, les signes d’une vie qui ne leur convenait pas. Le jeune homme avait depuis longtemps perdu pied, faisant des choses qui lui paraissaient à lui-même illogiques, ne réfléchissant plus comme avant, ses pensées étaient brouillées. Jeremiah ne savait pas vraiment pourquoi il était là, pourquoi il avait accepté et surtout pourquoi il l’avait fait, mais il avait cette impression qu’il regretterait cette visite indiscrète au travers des murs qui appartenaient à des gens qu’il n’avait pas envie de connaitre. Malheureusement, l’île n’était pas très grande, il suffisait d’un mauvais coup de vent pour que des bruits s’étendent et que des rumeurs courent près de ses oreilles. Les rumeurs étaient faciles à oublier, mais il était difficile de ne pas les laisser remonter à la surface lorsque son regard affrontait les évidences même de la présence de quelqu’un d’autre. Déjà, des liens se faisaient dans son esprit, tandis qu’il apparaissait derrière Violante, remarquant le jet d’eau. L’électricité et l’eau courante existait donc sur ce qui était censé être un bout de terre désert. Décidément, l’humanité avait pris ses racines partout et elle savait bien se cacher.

« Ou je pourrais t'éliminer tout de suite. » entendit-il, avant de prendre le jet d’eau en pleins visage. Jeremiah échappa un juron, passant la main sur son visage pour y éliminer l’excédent d’eau. Violante affichait ce sourire moqueur qui lui aurait fait hérisser les poils s’il avait été un chat. Sa remarque sarcastique le fit rouler des yeux, tandis que des questionnements naissaient dans l’esprit du jeune homme. Celui-ci commençait à rouler à toute vitesse, venant à des conclusions plus effrayantes les unes que les autres. Qui étaient donc ces gens? Pourquoi ne les aidait-il pas à partir d’ici? Ils avaient l’électricité, et même l’eau courante, pensa-t’il, tandis que ses doigts frôlaient le robinet, redécouvrant avec plaisir des technologies qu’il ne pensait jamais revoir. Ils étaient arrivés ici volontairement, ils pouvaient forcément en repartir, non? À moins que cette île ne soit vraiment maudite. Les questions s’échappèrent de ses pensées, coupant le silence en deux. Jeremiah se reprit rapidement, revenant à cette sorte de compétition entre eux, une remarque acerbe de plus dans un décompte que personne ne comptait. Mais la voix de Violante était toujours aussi secrète, comme si elle gardait derrière ses mots des choses qu’elle seule savait. « Peut-être bien que si. » rétorquait-elle à sa pique, tandis que son dos lui faisait face. Il restait muet, ignorant s’il avait envie de l’interroger, s’il faisait suffisamment confiance à la blonde pour lui demander des confidences. Sur cette île, il était difficile de savoir à qui l’on pouvait faire confiance. Une seconde, on croyait avoir face à soi un allié, et la seconde d’après on avait devant soi un ennemi. Il fallait avancer sur la pointe des pieds et surtout ne pas jeter de pierres au premier venu. Le jeu était périlleux. Les risques étaient trop grands pour que le brun ne se risque à poser plus de questions, retenant cet élan de curiosité, il tenta de reprendre sa recherche, s’agenouillant près d’un meuble qui semblait avoir été déjà dépouillé, il en retira les tiroirs. Son esprit criait, demandait de savoir plus, la curiosité bouillonnante et surtout la peur. L’imagination débordante n’était pas un plus à avoir dans ce genre d’endroit, la lumière qui éclairait leurs visages leur donnait ce teint blafard, malade, tandis que l’eau qui dégoulinait de son t-shirt s’échouait sur le plancher autour de lui. Le silence semblait résonner, une sorte de grésillement entêtant à rendre fou le plus courageux des survivants. Ce fut la voix de Violante qui le sortit de ses plus effrayants scénarios.

« Ceux qui ont goûté à leur démence les appellent les Originaires. » Il allait dire une connerie, mais l’air de la jeune femme le retint. Jeremiah resta silencieux, se relevant face à la blonde. L’heure n’était pas à la rigolade, il le comprit, tandis que son regard ambre observait le visage stoïque de cette jeune femme qu’il n’avait jamais réussi à comprendre. Étrangement, elle semblait prête à coopérer, à répondre à ses questions. Une envie, une démangeaison, lui grattait l’intérieur de lui demander comment elle savait, comment elle avait appris tout ça, mais il la retint. Il savait se taire lorsque cela était nécessaire. « Les Originaires? Et qu’est-ce qu’ils nous veulent? Tu le sais, toi? » Jeremiah ne le disait pas, mais il retenait le nom, il le retenait et il tâchait d’oublier ce léger tremblement qui prenait ses mains en otage à nouveau. Il ignorait pourquoi, mais le simple fait de pouvoir mettre un nom sur ce groupe de gens semblait leur donner un nouveau poids, de nouvelles conséquences semblaient s’attacher à eux.
code by Silver Lungs


it tastes like a curse in itself.
it’s hard, isn’t it? living with a shattered heart. you breathe in and hope the shards don’t pierce your lungs. but, eventually, they will. there is no escape from it. you will bleed. you will gasp. and you will scar. but what matters in the end, darling, is that you will survive.
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: T'es aussi cool qu'un chaton déguisé en licorne. Ft Jeremiah

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-