avatar
» Kyliann L. Alden-Weaver "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : ty simpkins × Nombre de messages : 935 × Age du perso : neuf ans maintenant × Job : meilleur élève en classe de maternelle × Côté love : la plus belle et la plus adorable des princesses, roxanne


Message(#) Sujet: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu Dim 27 Avr - 14:36



✈ KYLIANN & OLIVIA & ISRAEL
les choses de l’enfance ne meurent pas, elles se répètent comme les saisons.

« Loris, tu peux me passer ton gilet, s’il te plait ? ». Les deux garçons se font face, dans la partie de la grotte qui leur sert de chambre. Ces derniers temps, c’était un peu tendu entre eux. Kyliann était persuadé que son jumeau était jaloux de Chris, son meilleur ami, car il passait de plus en plus de temps avec lui. Et de son côté, Loris semblait avoir décidé de se rapprocher de Roxanne, comme pour montrer qu’il n’était pas d’accord. « C’est pour aller où, encore ? ». Depuis que Kyliann avait perdu le sien, de gilet, il ne cessait de demander celui de son frère, qui commençait surement à en avoir ras-le-bol. Kyliann se doutait bien que Loris espérait qu’il réponde qu’il allait jouer avec Chris, pour pouvoir lui répondre que non, il avait besoin de son gilet, il ne lui prêtait pas, et donc qu’il ne pouvait pas sortir. C’était la condition qu’avait posé Kate : les enfants ne pouvaient sortir que s’ils se couvraient. Tout allait bien tant que chacun avait son propre gilet, mais maintenant qu’il n’y en avait qu’un pour les deux garçons, c’était parfois la bagarre. Surtout que c’était le gilet de Loris, celui-ci avait donc la priorité pour l’avoir. Kyliann n’avait qu’à faire attention à ses affaires. Mais ce n’était pas sa faute, à lui, s’il oubliait toujours où il le posait ! « Je vais jouer avec … heu … ». Il n’était pas certain de pouvoir faire confiance à son jumeau, sur le coup. Il allait jouer avec Olivia. Sauf que Kate n’aimait pas que Kyliann aille jouer avec la petite fille, qui vivaient avec les « hostiles ». Elle semblait penser qu’Olivia était une méchante petite fille, mais Kyliann n’était pas d’accord. Elle était très gentille, Olivia, bien plus que son jumeau Alekseï ! Ils s’étaient rencontrés un peu par hasard, un jour que Kyliann, ayant décidé qu’il était un chevalier et qu’un chevalier n’avait peur de rien, s’était approché de la grotte des hostiles. « Tu vas jouer avec qui ? ». Kyliann sursauta. Il avait oublié qu’il était en train de parler avec son frère. Il oubliait beaucoup de choses ces derniers temps. Très rapidement, sans vraiment prendre le temps de réfléchir, il s’exclama. « Je vais jouer avec Joleen ! ». Joleen, c’était une petite fille qui vivait dans la jungle, avec les femmes qui s’appelaient les amazones et qui parlaient avec les animaux. On ne lui avait jamais interdit de jouer avec elle, même si on lui avait dit de ne pas parler aux amazones. Mais c’était moins interdit que de parler aux hostiles. Et puis de toute façon, Loris n’avait jamais vu la petite fille, donc il ne pouvait pas dire qu’il ne l’aimait pas. Discrètement, le petit blond croisa les doigts derrière son dos, espérant que son jumeau n’allait pas remarquer son mensonge, et qu’il accepterait de lui prêter son gilet. Que de négociations pour un simple bout de tissu, d’autant plus que Loris s’était fait mal à la cheville et avait déclaré préférer rester dans la grotte ! Au pire, il irait demander à Maddy, mais la honte que ce serait de se balader avec un gilet de fille ! « Bon, d’accord. Mais alors j’ai le droit de jouer avec tes voitures. ». Coup bas. Kyliann ne s’était pas attendu à cette condition. Mais il commençait à se faire tard, et Olivia allait surement s’impatienter, il ne pouvait pas se permettre de tergiverser plus longtemps. Il capitula donc. « Ok. Mais pas la voiture de pompier. ». C’était sa préférée, il ne l’avait jamais prêté à personne, et il ne comptait pas commencer aujourd’hui. « D’accord. Tiens. ». Et il lui tendit son gilet. Kyliann s’empressa de l’enfiler, tout en attrapant son petit sac rempli de ficelles, de bouts de bois et de quelques fruits pour le gouter. Tout en courant vers l’entrée de la grotte, il se tourna et cria à son frère. « Merci Lolo ! Tu diras à maman que je rentrerais pour le diner ? ». Il n’attendit même pas la réponse. Déjà, il sentait le soleil sur ses épaules, et le vent dans ses cheveux. Il était dehors, et plus rien n’existait que l’après-midi de jeu qui débutait. De toute façon, ici, personne ne pouvait l’obliger d’aller à l’école, même si quelques personnes essayaient de réunir les enfants pour leur apprendre quelques choses « nécessaires ».

Les deux enfants s’étaient donné rendez-vous au vieux bateau. C’était la première fois que Kyliann y allait sans son papa ou sa maman. Mais le petit garçon trouvait cet endroit super pour jouer. Il s’inventait toujours pleins d’histoires, quand il arrivait là-bas. Mais ses parents ne le laissaient jamais s’approcher, et cela le mettait souvent en colère. Il ne voyait pas ce qu’il y avait de dangereux à s’approcher d’un bateau de bois, échoué sur un coin reculé de la plage. Mais les adultes ont parfois peur de pas grand-chose. Les enfants étaient les véritables explorateurs de l’Ile, ils étaient surement les seuls à en avoir exploré le moindre recoin, à en avoir découvert le moindre lieu. Le petit garçon marchait le plus rapidement possible, faisait les pas les plus grands qu’il le pouvait. C’était plutôt une grande trotte pour lui, qui habitait le village d’Aurei, au plein cœur de la forêt. Alors il se hâtait, il se forçait à ne pas s’arrêter à chaque arbre à fruit qu’il croisait. Sinon, il en avait pour trois heures, gourmand comme il l’était ! Soudain, il s’arrêta. Là, devant lui, juste sur le chemin, trois militaires s’étaient arrêtés. Et son papa était là. Zut. Il ne pouvait pas lui dire qu’il allait voir Joleen, la jungle, c’était tout de l’autre côté ! Il restait caché, ne sachant comment passer sans se faire remarquer. Finalement, il se dit que, en faisant doucement, il pourrait peut-être contourner le petit groupe. Alors, marchant sur la pointe des pieds et pinçant les lèvres pour mieux se concentrer. « Tiens, ça ne serait pas le petit Kyliann, qui passe, là ? ». Et voilà, c’était raté. Le petit garçon s’arrêta, à la phrase de Fernando. Aussitôt, Jayson le questionna. « Où tu vas, Kyky ? ». Le petit garçon réfléchit à peine deux secondes. « Heu … Roxanne et moi on s’est donné rendez-vous au vieux chêne ! ». L’arbre se trouvait sur le chemin menant au vieux bateau, donc c’était parfait. Et il savait que son père ne prendrait pas le temps de l’accompagner jusque là-bas. Et puis il était grand maintenant, alors ses parents le laissaient aller seuls, tant qu’il n’allait pas dans les endroits « dangereux » de l’Ile. Comme le vieux bateau. Mais chut. « Vous vous donner des rendez-vous, maintenant ? Eh bien, c’est sérieux ! ». Kyliann sentait bien que son père se moquait gentiment de lui, mais il ne réagit pas. Olivia allait finir par penser qu’il ne viendrait pas, si cela continuait ! Heureusement, Fernando vint à sa rescousse. « Voyons, Jayson, tu vois pas comme il trépigne d’impatience ? Laisse-le donc aller rejoindre sa dulcinée, ton fiston ! ». Jayson, faussement indigné, fit mine de se fâcher. « Ha parce que maintenant, c’est toi qui me dit comment m’occuper de Kyliann ? ». Et puis, décoiffant le petit garçon. « Allez, file, maintenant ! ». Kyliann ne se le fit pas dire deux fois, et s’éloigna en courant. C’était toujours la même chose. Quand il allait véritablement rejoindre Roxanne, il ne rencontrait aucune difficulté, mais quand il allait jouer avec Olivia, tout le monde semblait se liguer contre lui. C’était fatiguant, à la fin ! Mais finalement, il arriva au vieux bateau, essoufflé, les chaussures toute poussiéreuses, mais tout heureux. Ne voyant personne, il s’inquiéta : et si Olivia était partie, ne le voyant pas arriver ? « Olivia ?! Olivia ! ». Pourtant, d’habitude, elle l’attendait. Pourquoi, aujourd’hui, elle ne serait plus là ? Et si elle s’était cachée ? Ça serait bien dans le genre de la petite fille, de faire ça. « Attention, j’vais te trouver ! ». Et le voilà qui commence à faire le tour du bateau, cherchant Olivia.


les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant,
pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications




Merci à tous ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu Dim 27 Avr - 19:20

    Comme d'habitude, Olivia-Ella était encore et toujours en négociation avec sa maman pour aller dehors. La grotte était remplie d'adultes, et Alekseï, son jumeau, et elle, étaient les deux seuls enfants. Du coup, Alys était assez réticente à les laisser sortir, puisqu'ils n'avaient pas de camarades de jeu avec qui jouer. Enfin... c'était sans compter le petit Kyliann, avec qui Olivia avait beaucoup sympathisé. D'ailleurs, officiellement, elle n'avait pas vraiment le droit d'aller le voir, Kyliann, et lui encore moins. Olivia n'avait jamais compris pourquoi d'ailleurs. Elle n'avait rien fait de mal, pourtant... Mais elle avait compris depuis peu que tous les gens avec qui elle vivait, eux, n'était pas tout blanc dans l'histoire. Alys lui avait expliqué une fois qu'elle faisait des choses mauvaises qui ne plaisaient pas à tout le monde et que c'est pour ça qu'elle ne pouvait pas vivre avec la tante de la petite, Hilary, et donc vivre comme tout le monde, avec les autres. Et du coup, les jumeaux non plus. Olivia en avait l'occasion, mais elle ne voulait pas laisser sa mère.
    Jouer avec Kyliann, c'était le petit secret d'Olivia. Son frère le connaissait, mais les deux garçons ne semblaient pas s'apprécier beaucoup. Alys l'ayant défendu de jouer avec lui, elle ne pouvait le dire à personne, et elle espérait d'ailleurs qu'Alekseï n'irait pas la dénoncer quand il se rendrait compte qu'Olivia était partie. « Maman ! S'il te plait ! Laisses moi aller dehors !! Je veux pas dormir moi ! C'est nul dormir même ! Et puis j'irais pas loin... » tout ça accompagné de ces yeux les plus doux possibles, Alys eut du mal à lui refuser. Olivia se sentait un peu mal de lui mentir, mais après tout... elle ne lui mentait pas. Elle lui cachait juste des choses, pour l'instant. Elle avait rendez vous avec Kyliann au vieux bateau, ce n'était pas très loin de la grotte, mais plus loin que ce qu'Alys aurait sûrement envisagée. Mais tant pis, Olivia ne pouvait pas laisser tomber son copain !

    Toute contente, Olivia s'en alla d'un pas rapide vers le bateau. Comme cela faisait longtemps qu'elle n'y était pas allée, elle n'était plus sûre du chemin qu'il fallait prendre pour s'y rendre... Finalement, elle décida de suivre son instinct et se retrouva au lieu souhaité en à peine dix minutes. Mais dix minutes, quand on est enfant, c'est long, très long à marcher ! Mais elle savait que cela en valait la peine. Le bateau était grand, et il y avait tout pleins de cachettes pour jouer à cache cache, ainsi que des vieux trucs dedans. C'était sale, rouillé mais pourtant, Olivia aimait venir là. Pas toute seule, parce qu'elle avait quand mpeme un peu peur, même si elle aime faire croire qu'elle n'a peur de rien. Elle semblait être arrivée la première sur le lieu du rendez vous alors elle décida d'aller se cacher. Elle entendit bien vite la voix du jeune garçon l’appeller, et il la trouverai bien vite. Elle se tut et resta caché dans un coin du bateau. Il ne mit pas longtemps à la retrouver d'ailleurs ! Olivia lui adressa un grand sourire. « Kyliann !! T'as réussi à venir ! » Il lui avait déjà dit que sa mère ne voulait pas qu'il vienne chez les hostiles, et d'ailleurs, elle s'était promis de lui demander pourquoi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Kyliann L. Alden-Weaver "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : ty simpkins × Nombre de messages : 935 × Age du perso : neuf ans maintenant × Job : meilleur élève en classe de maternelle × Côté love : la plus belle et la plus adorable des princesses, roxanne


Message(#) Sujet: Re: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu Lun 28 Avr - 20:41



✈ KYLIANN & OLIVIA & ISRAEL
les choses de l’enfance ne meurent pas, elles se répètent comme les saisons.

« Kyliann !! T'as réussi à venir ! ». Il n’avait pas cherché bien longtemps avant de trouver Olivia. Il était soulagé, il avait eu peur d’être en retard. Il en voulait un peu à Fernando de l’avoir intercepté : sans lui, son père ne lui aurait pas posé de questions. Mais ce qui était fait était fait. « Ouais, même que ça a été super dur de venir ! Loris il voulait pas me prêter son gilet, et j’ai croisé papa en chemin ! ». Il était contrarié, et cela se sentait. Il faisait partie de ces personnes qui détestaient faire attendre les autres. En cela, comme pour beaucoup d’autres choses, il était radicalement différent de son jumeau, qui se moquait complétement d’arriver à l’heure ou non. Le petit garçon posa son sac par terre. Ce n’était pas bien lourd, mais suffisamment pour qu’il ne souhaite pas le trimballer toute la journée sur son dos. Et lui, contrairement à son gilet, il ne pouvait pas l’oublier : son gouter était dedans. Et le gouter, c’était sacré. « T’as pas attendu trop longtemps, hein ? ». Si c’était le cas, il s’excusera au moins une bonne dizaine de fois. Parce que faire attendre une amie, c’est pas cool du tout. Kyliann n’avait pas envie qu’Olivia lui en veuille, il aimait tellement venir jouer avec elle ! Elle n’était pas comme sa sœur, toujours à se plaindre ou à faire attention à ne pas froisser sa jupe. Elle jouait pour de vrai, quoi, et pas seulement au papa et à la maman. Kyliann en avait marre, lui, de tenir la main de sa sœur pour être le papa. Il préférait largement tenir la main de Roxanne, son namoureuse, quoi. Mais bon, ce n’était pas le moment de ruminer ces parties de jeu avec sa sœur. Il faisait beau, et il n’était pas obligé de rester dans la grotte avec Maddy et Loris. Il recula de quelques pas pour mieux observer le bateau. « On a qu’à dire … que c’est un bateau pirate ! ». Les pirates, c’était cool. Ils allaient là où ils voulaient, et ils avaient pleins de trésors dans leur bateau. Kyliann il aimerait bien trouver un trésor sur l’Ile, mais pour l’instant, il n’avait même pas trouvé la carte. Sans carte, pas de trésor, non ? « On a qu’à dire qu’on est des pirates, et qu’on cherche un trésor ! ». Et voilà, on en revenait toujours à la même chose, au fond. Dans tous les jeux d’enfant, il y avait toujours quelque chose à chercher : quelqu’un, un objet … C’était ainsi, les enfants avaient besoin de se donner un objectif, même fictif. Et, selon Kyliann, rien n’était plus amusant que de chercher. Et de trouver, bien sûr ! Sinon, ça sert à rien de faire tellement d’efforts.

« Olivia, à ton avis, comment on va faire pour monter dedans ? ». Ca faisait déjà plusieurs minutes que le petit garçon essayait de grimper dans le bateau. Mais c’était un grand bateau, bien plus grand que les deux enfants, et il n’y avait pas suffisamment de prise pour qu’ils puissent escalader l’édifice. Pour un peu, Kyliann en pleurerait. Il n’aimait pas les contrariétés, il n’aimait pas quand il n’arrivait pas à faire ce qu’il avait prévu de faire. De nouveau, il sauta en essayant d’attraper le haut de la rambarde. De nouveau, il échoua. Il fronça les sourcils. « Méchant bateau ! ». Ça ne servait à rien, mais il avait besoin d’évacuer sa colère et sa frustration. Il se tourna ensuite vers sa camarade. « Peut-être que, si je t’aide à monter, après, tu pourras aussi m’aider à monter ? ». Tous les enfants avaient un jour essayé cette technique : le premier faisait la courte échelle à l’autre, qui d’en haut l’aidait ensuite à se hisser. Parfois, ça marchait, et parfois non. Mais c’était la seule chose auquel les enfants pensaient. Que pouvaient-ils faire d’autre, de toute façon ? Ils étaient bien trop petits pour essayer autre chose. Déjà, le petit Kyliann enlevait son gilet -enfin, celui de son frère- et le jetait sur son sac -pour ne pas oublier où il l’avait mis- avant de joindre ses mains et de se mettre contre le bateau. « Allez, vas-y, montes ! ». Il faisait le grand et fort, mais en vrai, il avait peur d’avoir mal aux mains ou au dos, mais chut ! Fallait surtout pas le dire à personne !


les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant,
pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications




Merci à tous ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu Mar 29 Avr - 21:05

    Les deux enfants venaient de se retrouver, et Olivia était soulagée que son petit camarade ait réussi à venir. Elle savait que ce n'était pas toujours facile pour lui de venir la retrouver. D'ailleurs, il ne devait jamais dire qu'il venait jouer avec "Olivia-Ella" parce que sa mère lui interdirait sûrement. Elle était donc contente qu'il soit là, et cela semblait être réciproque. Elle fut d'autant plus heureuse quand le petit garçon lui apprit que ça avait été difficile de venir. Cela voulait dire qu'il lui accordait de l'importance et qu'il se donnait du mal pour elle. « Non j'ai pas attendu longtemps ! Et puis tu m'as trouvé trop vite ! » Olivia en était un peu triste mais bon, ce n'était qu'un jeu après tout. Et Kyliann était toujours super fort, en plus d'être super imaginatif alors... D'ailleurs, à peine eut-elle le temps de penser qu'il lui proposait déjà des choses. Un bateau pirate ! Oh oui, Olivia aimait beaucoup les histoires de pirates. Oui, ce n'est pas parce que c'est une fille qu'elle n'aime que les histoires de princesses ou qui se finissent bien. Elle avait un côté garçon manqué -en grandissant avec un frère jumeau et entouré d'hostiles, ce n'est pas très étonnant. Et du coup, elle s'amusait beaucoup plus avec les garçons. De toute façon, elle n'avait pas d'amis excepté Kyliann. Heureusement qu'elle avait Alekseï ! « Oui mais pour trouver un trésor, il faut une carte non ? » C'est vrai ça, ils avaient toujours des cartes. Et souvent, ils traçaient un chemin sur le sable pour arriver à leur destination. Elle avait vu ça à la télévision, quand elle était encore sur le continent. Elle regardait souvent la télé avec son frère jumeau et son papa. Sa maman n'était jamais là et elle ne faisait pas beaucoup de choses avec eux. Alors de toute façon, Olivia, étant la seule fille, n'avait pas beaucoup le choix pour les programmes... Heureusement qu'elle aimait ça.

    « Je sais pas si on va réussir ! Tu crois ? » Elle observait son camarade essayer de grimper sur le bateau, en vain. Cela semblait beaucoup lui déplaire par ailleurs. Olivia ne tenta pas tout de suite. D'abord, il fallait trouver un plan. Quand elle voulait quelque chose, elle était déterminée, il lui fallait réussir, et non pas échouer. Échouer c'était pour les faibles. « Oui on à qu'à faire ça ! » Là, comme ça, elle serait sûre de réussir ce qu'elle voulait. Mais après, il faudrait aider Kyliann à monter et ce ne serait pas une mince affaire. Déjà, c'était un garçon, et donc, il pesait plus lourd qu'elle. Saisit par un élan de courage et de détermination, elle s'élança tandis que le petit garçon l'encourageait. Elle trouva une prise pour s'accrocher, mais très vite, elle se retrouva au sol, malgré l'aide de Kyliann. Et en plus, elle s'était fait mal ! Elle se tenait la cheville droite, et se retint de pleurer. Elle ne voulait pas paraître faible, et que Kyliann croit que les filles pleurent tout le temps. Après, il ne voudrait plus venir jouer avec elle ! Mais elle ne put pas tenir bien longtemps, deux minutes plus tard, elle pleurait à gorge déployée. « Kyliann, j'ai mal ! » Et là, elle pensa que finalement, elle aurait peut être du le dire à quelqu'un qu'elle venait ici.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Israël-Maëlys D. Jakarta "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : chloé moretz × Nombre de messages : 1195 × Age du perso : dix-sept ans (depuis le 31 décembre) × Job : coursière pour le réseau de trafic d’armes – et de drogues, soyons parfaitement honnête – de sa mère


Message(#) Sujet: Re: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu Mer 30 Avr - 11:11

✈ ISRAEL & OLIVIA & KYLIANN
la vengeance procède toujours de la faiblesse de l’âme, qui n’est pas capable de supporter les injures

« Mais, Caleb, je … ». La main posée sur le bras du jeune homme, Israël se demandait ce qu’elle avait bien pu faire de mal pour qu’il s’énerve si soudainement. Tout allait pourtant tellement bien, elle ne comprenait pas. Elle s’accrocha au T-shirt du jeune homme, pour le retenir, pour qu’il l’écoute. Elle ne voulait pas qu’il parte, pas comme ça, elle ne voulait pas qu’il la laisse tomber comme cela. « J’suis désolée … ». Elle n’avait aucune idée de ce qu’elle avait pu faire, mais ce n’était pas grave. Elle s’excusait, pour le calmer, pour qu’il redevienne gentil, pour qu’ils soient de nouveau bien, ensemble, tout simplement. Mais encore une fois, comme toujours, le souhaite de l’adolescente ne sera pas exaucé. Encore une fois, comme toujours, il la repousse, brusquement, violemment. « Mais laisse-moi tranquille, Isra’. ». Et elle tombe, sans se rattraper, sans même essayer d’amortir sa chute. Elle tombe, elle a mal, mais rien ne lui fait plus mal que de voir Caleb s’éloigner, sans un regard, sans même se retourner. Elle a mal partout, elle a mal au cœur. Elle se sent tellement nulle, tellement seule, tellement faible en cet instant. Même arracher un sourire à Caleb, elle en est incapable. Elle s’énerve contre elle-même, maintenant, et elle tape contre le sol. « Aïe ! ». Elle regarde son bras, où un bleu gros comme son poing commence déjà à poindre. Pour un peu, elle en pleurerait, comme une gamine. Mais elle ne veut pas donner cette satisfaction à Caleb. Elle ne veut pas qu’il sache à quel point elle lui en veut, parfois. Elle ne veut rien faire qui puisse le mettre encore plus en colère. Elle veut juste qu’il soit gentil, comme parfois, comme avant. C’était si sympa, cette matinée ensemble. Elle se redresse, elle se relève, en grimaçant. À chaque fois, ça se finissait comme ça. Des bleus partout, parfois une entorse, quand elle tombait vraiment mal. C’était à croire qu’il aimait lui faire mal. Elle frotte ses vêtements pour faire tomber la poussière. Elle va aller au petit ruisseau, pour soulager un peu ses douleurs. Elle se met en route, lentement, ruminant ce nouvel échec, soupirant. Et malgré ça, elle ne peut s’empêcher de penser à lui, de vouloir le retrouver, pour s’excuser encore et encore, jusqu’à ce qu’il redevienne gentil, qu’il la décoiffe un coup avec son beau sourire sur le visage. Elle revient toujours vers lui, quoiqu’il fasse. Et alors, à chaque fois, elle sent le regard de Karl peser sur elle, comme pour lui reprocher cette faiblesse, mais elle n’y peut rien, c’est plus fort qu’elle.

« J'ai mal ! ». Elle s’arrête. Un instant, elle se dit qu’elle a rêvé, que ça ne peut pas être la voix d’Olivia qu’elle vient d’entendre. À cette heure-là, les jumeaux faisaient la sieste, normalement. Alors elle se dit qu’elle s’est trompé, que c’est une autre petit fille. Alors elle se remet en route, quelqu’un finira bien par aller voir ce qu’il se passe. Mais toujours le doute s’insinue en elle, alors elle fait demi-tour. Le vieux bateau. Que viendrait faire Olivia ici, de toute manière ? Mais prudence est mère de sureté, Israël préférait aller vérifier pour ne pas s’en vouloir plus tard, si réellement c’était Olivia qui pleurait ainsi. Elle fit quelques pas sur la plage, s’approchant de ce vieux rafiot. Il servait à rien, ce truc, mais personne n’avait pris le temps de l’ôter du sable. Ca gâchait le paysage, mais bon. C’était le problème des survivants, Israël ne venait jamais ici. Sauf aujourd’hui. Et quand, au loin, elle vit sa petite nièce de cœur assise par terre, en pleurs, elle se mit à courir. Elle avait mal partout, mais il semblerait qu’Olivia ait mal aussi, alors elle se moquait de ses propres blessures. Elle s’accroupit près de la petite fille. « Olivia ? Ça va ? T’as mal où, ma puce ? ». Une vraie maman poule, quand elle s’y mettait. Elle avait toujours fait attention à ce que personne, dans le groupe, ne remarque à quel point elle tenait aux deux enfants. On serait bien capable de se moquer d’elle, une fois de plus. Mais voilà, Israël ne supportait pas de les entendre pleurer, c’était ainsi. « Comment tu t’es fait ça, hein, Olivia ? ». C’est à ce moment-là que la jeune fille remarqua l’autre enfant, un petit garçon, qui se tenait dans un coin, apparemment dépité. Alors elle se releva et s’approcha de lui. « C’est toi, qui a fait mal à Olivia ? ». Elle l’attrapa par le bras, le secoua un peu. Il ne répondait pas, et cela suffit à convaincre Israël que c’était bien lui. Tous les même, les garçons, de toute façon. Alors, malgré le fait que ce soit un enfant, malgré le fait qu’elle n’avait aucune preuve que c’était bien lui le coupable, elle s’énervait, elle le secouait de plus en plus fort. « Non mais tu te prend pour qui ? Tu crois vraiment que tu peux taper une fille comme ça, toi ? ». Et c’était un peu comme une vengeance, pour ce qu’elle-même subissait parfois avec Caleb. Mais elle était juste incapable de taper Caleb. Pas seulement parce qu’il était plus grand et plus rapide qu’elle, mais surtout parce qu’elle savait qu’elle ne pourrait jamais le faire. Alors que lui, elle ne le connaissait pas.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Kyliann L. Alden-Weaver "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : ty simpkins × Nombre de messages : 935 × Age du perso : neuf ans maintenant × Job : meilleur élève en classe de maternelle × Côté love : la plus belle et la plus adorable des princesses, roxanne


Message(#) Sujet: Re: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu Mer 30 Avr - 12:13



✈ KYLIANN & OLIVIA & ISRAEL
les choses de l’enfance ne meurent pas, elles se répètent comme les saisons.

C’était une belle après-midi, quand même. Il y avait un peu de vent, mais rien de bien méchant. Kyliann aimait bien le vent. Surtout quand ils jouaient aux pirates ! Parce que pour faire avancer un bateau, il faut du vent. Kyliann était tout de même un peu déçu que leur bateau n’ait plus de voiles, ça faisait moins vrai. Et il avait même pas de drapeau ! Mais pour cela, Kyliann avait une petite idée. « Hé, si on disait que le gilet de Loris, c’était le drapeau ? Une fois qu’on aura monté sur le bateau, on l’accrochera au mat ! ». Une petite voix en lui lui disait que c’était une mauvaise idée, que c’était la meilleure façon de l’oublier, ce gilet, mais il s’en moquait. Le jeu passait avant tout. Et puis au pire, il n’aura qu’à accrocher son sac au mat, comme ça, il y pensera. Que cela pouvait être énervant, d’être aussi tête en l’air que lui ! « Hé, Olivia ! Quand on aura fini de jouer, tu pourras m’aider à penser que je dois pas oublier le gilet de Loris, s’il te plait ? ». À deux, ils arriveront bien à s’en souvenir, du moins, il l’espérait. Sinon … Bah il reviendrait le chercher le lendemain. Presque personne ne venait ici, donc personne ne risquait de le piquer. Car c’était bien le problème sur l’Ile : c’était chacun pour soi. Quand on trouvait un gilet, on ne se demandait pas à qui il appartenait, on le prenait pour soi. C’était un peu la loi de la jungle. « Oui mais pour trouver un trésor, il faut une carte non ? ». Ha, elle y avait pensé aussi. Et à vrai dire, cette fois-ci, il ne voyait pas du tout comment remédier à ce problème. Sur le continent, ils auraient bien trouvé un bout de feuille et un crayon pour dessiner une carte, mais sur une Ile, c’était plus compliqué. Le seul truc qu’ils avaient trouvé pour dessiner, c’était de faire cramer un peu de bois pour utiliser le charbon. Mais ça marchait surtout sur la pierre, d’où le fait que la grotte des doudous était pleine de dessins de tout genre. Et puis, il n’y avait que les adultes, qui avaient le droit de faire du feu. C’était une des grandes interdictions des enfants, toucher au feu. « Sinon, heu … on a qu’à dire, heu … qu’on connait la carte par cœur ! ». Solution de facilité, n’est-ce pas ? Mais Kyliann n’aimait pas les contrariétés, alors il les contournait comme il le pouvait. Et puis, comme ça, ça faisait un peu « super-pirates » car ils n’avaient même pas besoin de regarder leur carte ! Oui, c’était plutôt bien, comme idée. De toute façon, Kyliann trouvait toujours ses idées géniales, il avait un peu tendance à avoir la grosse tête, parfois. Mais il ne s’en rendait même pas compte, il était comme ça. C’était un vilain défaut, mais pour le moment, les autres enfants ne s’en plaignaient pas trop. Donc il ne changeait pas. « Ho, et puis de toute façon, on fait ce qu’on veut ! C’est un jeu ! ». Il disait ça, mais il était toujours le premier à être super sérieux quand il jouait. Mais comme ils étaient seulement en train de décider ce qu’ils allaient faire, ils ne jouaient pas encore vraiment, donc il pouvait le dire sans être trop paradoxal !

Mais le plus grand problème était ailleurs : il fallait monter sur ce grand bateau. Il n’y avait même pas d’échelle, c’était quoi, ce bateau de pacotille ? Les deux enfants réfléchissaient activement à la meilleure façon de grimper sur ce navire récalcitrant. Ils étaient pareils, l’un et l’autre : ils détestaient quand quelque chose leur résistait, et ils se battaient pour faire ce qu’ils voulaient. C’était surement la raison pour laquelle ils s’entendaient si bien : ni l’un ni l’autre ne baissait les bras. S’ils n’y arrivaient pas du premier coup, ils cherchaient une autre solution. Mais ils y grimperaient, sur ce bateau, promesse de doudous ! Kyliann finit donc par proposer une idée, pas plus bête qu’une autre, qu’ils s’empressèrent de mettre à exécution. Ou du moins, à essayer de mettre à exécution. Car tout ne se passa pas comme prévu. Malgré l’aide du petit garçon, Olivia ne parvint pas à grimper sur le bateau,  mais en plus, elle tomba par terre. Elle se tenait la cheville, et puis elle se mit à pleurer en lui disant qu’elle avait mal. Kyliann ne savait pas quoi faire, et en plus il se sentait un peu coupable. C’était lui qui avait proposé l’idée. Il s’apprêtait à s’approcher de son amie pour essayer de la consoler, mais une grande arriva en courant et s’accroupit près d’Olivia. Kyliann l’avait déjà vu, la grande. Elle était avec ceux que sa maman appelait « les hostiles ». Apparemment, elle était de la famille d’Olivia, et c’était surement pour cela qu’elle semblait s’inquiéter pour la petite fille. Kyliann, lui, avait un peu peur, quand même. Sa maman, le soir, pour expliquer à Loris, Maddy, Lucy et Kyliann qu’il ne fallait surtout pas s’approcher de la grotte des « hostiles », leur racontait des histoires qui faisaient tellement peur que Lucy pleurait, des fois. Kyliann, lui, il faisait semblant de pas avoir peur, mais la nuit, après, il faisait des mauvais rêves et était même obligé de se réfugier dans le lit de sa maman. Alors il se faisait tout petit, en espérant que la grande ne le verrait pas, elle qu’elle s’occupera juste de la cheville d’Olivia. Mais malheureusement pour lui, ce ne fut pas le cas. Dès qu’elle le vit, tout honteux et tout tremblant, elle l’attrapa par le bras et le secoua. Elle lui parlait, mais il n’entendait même pas ce qu’elle lui disait, tellement il avait peur. Et elle le secoua plus fort. Kyliann n’avait pas l’habitude qu’on le gronde comme ça, en lui faisant mal. Sa maman était gentille, elle ne le tapait jamais ni rien. Elle lui expliquait juste, calmement, qu’il avait fait une bêtise et qu’il ne fallait plus le refaire. « Non mais tu te prend pour qui ? Tu crois vraiment que tu peux taper une fille comme ça, toi ? ». « Mais j’l’ai pas taper ! J’tape pas les filles moi ! Les chevaliers, ça tape pas les filles ! ». Il voulait bien qu’on le gronde, mais pas pour quelque chose qu’il n’avait pas fait. Alors, même s’il avait peur de cette grande si méchante, il continua. « On voulait juste monter sur le bateau, mais Olivia est tombée. Hein Olivia c’est vrai ? ».


les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant,
pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications




Merci à tous ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu Ven 2 Mai - 21:01

    La journée ne pouvait pas avoir mieux commencée aux yeux de la petite fille. Elle s'était levée de bonne humeur et avait dégustée avec grand plaisir ce qu'il se trouvait sur la grande table chez les hostiles. Elle avait fait un câlin à sa maman, et même à son beau papa, Karl. Souvent, Karl n'osait pas trop aller la voir, elle ne savait pas trop si c'était par peur qu'elle le rejette, ou bien par honte. Parce que chez les hostiles, on est pas du genre à montrer ses sentiments... Elle avait ensuite commencé à aller voir son frère jumeau. A la base pour l'embêter un peu, mais finalement, c'est elle qui s'était faite avoir. Ils avaient terminés par jouer ensembles, comme souvent. Alekseï et Olivia s'entendaient super bien. Comme la plupart des jumeaux de ce monde, ils étaient très fusionnels. Ils avaient du mal à se séparer l'un de l'autre d'ailleurs. Souvent, les seuls moments pendant lesquels ils étaient séparés, c'était pendant la sieste. Olivia profitait souvent du fait qu'elle dormait moins que son frère pour aller voir ses copains ou aller voir sa maman, seule à seule. Bref, cet après midi, après de nombreuses négociations avec sa mère pour avoir le droit de sortir plutôt que de faire la sieste, elle avait pu rejoindre son copain Kyliann, son seul ami chez les doudous, d'ailleurs.

    Elle l'avait donc rejoint au vieux bateau, comme ils l'avaient prévus. Elle avait eu un peu peur qu'il ne vienne pas d'ailleurs. Sa famille n'aime pas beaucoup les gens qui vivent avec Olivia.. Mais finalement, il avait réussi à venir, alors ils allaient pouvoir commencer à jouer. Aux pirates. Contrairement à certaines petites filles, elle ne pensait pas que c'était un jeu pour les garçons, alors elle accepta avec grand plaisir. D'ailleurs elle suggéra qu'ils leur fallait une carte pour trouver un trésor... ce qu'ils ne possédaient pas et qu'ils ne pourraient pas trouver sur l'île. « Alors on dit qu'on est des pirates très forts, qu'on connait tout par coeur et qu'autour de nous, tout le monde nous craint ! Comme ça, pas besoin de cartes. On est super forts. Et on va trouver le trésor ! » Bah oui tiens, c'était bien eux les meilleurs ! Après tout, c'était leur jeu, et ils n'étaient que tous les deux alors, qui viendrait les embêter et leur dire que non ? Personne ne passait jamais ici, ça n'allait pas commencer aujourd'hui. Le bateau était là depuis tellement de temps qu'il était tout rouillé.

    Kyliann proposa à Olivia de monter sur le bateau, et surtout de l'aider. Elle accepta mais se retrouva bien vite au sol, en pleurs. Elle s'était fait mal, elle avait loupé quelque part pour se tenir, et surtout, elle avait mal atterri sur le sol. Sa chevilla la lançait et elle ne pouvait s'arrêter de pleurer. Mais quelle ne fut pas sa surprise quand, quelques minutes plus tard, elle retrouva Israël, sa nounou et tante de coeur, à ses côtés, lui demandant ce qu'elle avait. Elle avait bien du mal à formuler ses mots, à cause de ses pleurs. Du coup, elle ne répondit pas à Israël qui semblait beaucoup s'inquiéter pour la petite fille. Mais Olivia se reprit quand elle l'entendit accuser Kyliann. Heureusement, il ne se laissa pas faire, malgré les bousculades de la jeune hostile. Elle était soulagée de la voir ici, sa nounou, mais quand même, elle arriva à lui dire ce qu'elle voulait. « Mais... arrêteeee ! ... il a rien ... fait... ! Et il a raison.... il m'a aidé à monter et, et je suis tombée ... » Elle n'allait pas le laisser être accusé à sa place quand même ! Déjà qu'elle n'avait pas beaucoup de copains, si en plus ils se faisaient accuser, il n'allait plus lui en rester beaucoup ! Surtout que Kyliann, c'était un chouette copain. Elle pleurait toujours un peu mais elle eut le temps de penser que, si Israël racontait ça à sa maman, elle allait finir punie... Elle lui avait menti, elle était partie loin, et en plus, avec Kyliann, qu'elle n'avait pas vraiment le droit de voir. Et en plus de cela, elle s'était fait mal...
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Israël-Maëlys D. Jakarta "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : chloé moretz × Nombre de messages : 1195 × Age du perso : dix-sept ans (depuis le 31 décembre) × Job : coursière pour le réseau de trafic d’armes – et de drogues, soyons parfaitement honnête – de sa mère


Message(#) Sujet: Re: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu Mer 7 Mai - 13:45

✈ ISRAEL & OLIVIA & KYLIANN
la vengeance procède toujours de la faiblesse de l’âme, qui n’est pas capable de supporter les injures

La tristesse, la colère, les peurs et les douleurs, tout parfois s’emmêle. Trop d’émotions, trop de sentiments, trop de pensées s’agitent. Et ça s’emballe, ça s’énerve, et Isra’ ne fait plus la part des choses. Elle réagit trop vite, elle cherche pas à réfléchir. Elle se laissait porter par cette vague de fureur, par cette vague dans son cœur. Et son prénom résonne dans sa tête. Caleb. Caleb. Pourquoi est-il comme cela, pourquoi ne l’aime-t-il pas ? Elle fait tout pour cela, pourtant, elle ne comprend pas. Elle est sympa, pourtant, pourquoi ça marche pas ? Et son bras tout violet, cette marque douloureuse, lui rappelle sans cesse la colère du jeune homme, la colère incomprise, la colère qui fait mal. Et le temps passe et Isra’ marche, sans s’arrêter. Et elle rumine cette fin de matinée. Et cette question tourne en boucle, sans trouver de réponse. Pourquoi, pourquoi, pourquoi. Et sans même qu’elle s’en rende compte, les larmes coulent, les larmes tombent, c’est la douleur du corps et du cœur qui prend le dessus sur la colère. Elle a peur, peur de l’avoir perdu, peur de jamais réussir à le faire sourire. Il est si beau quand il sourit, il est si gentil aussi. Mais rien à faire, Isra’ ne sait pas, elle arrive pas à rendre les gens heureux grâce à elle. Elle se sent nulle, stupide, ignorante, peut-être qu’au fond il a raison de pas s’intéresser à elle. Et se dire ça, c’est encore pire, ça la met en rogne contre elle-même. Contre le monde entier, excepté Caleb. C’est pas lui le problème, c’est elle qu’est trop bête. Elle en veut à toute l’Ile, à tout l’univers. C’est pourquoi, quand elle a entendu Olivia pleurer, elle a même pas réfléchi. Elle a vu ce gamin, silencieux à côté d’elle, et elle a pas réfléchi. C’était lui. Ça pouvait être personne d’autre, de toute façon. Il lui était même pas venue à l’esprit qu’Olivia pouvait s’être fait ça toute seule, sans que quelqu’un ne la tape ou autre chose. C’était lui, ce petit garçon haut comme trois pommes, c’était juste évident. D’ailleurs, il se défendait même pas, pour elle, c’était bien la preuve qu’il était coupable. Mais à l’instant où cette pensée la traversa, le petit garçon prit enfin la parole. « Un chevalier ? Vous croyez encore à ces histoires, vous ? ». Elle aurait bien ajouté « pauv’gamins » mais ça aurait englobé Olivia, et elle aimait trop sa nièce de cœur pour la considérer ainsi. Mais quand même, quoi, les chevaliers, c’est bon pour les gosses qui savent pas encore marcher, quoi. Qui n’ont rien d’autre à faire que d’écouter des histoires stupides.

Elle finit par lâcher le gamin. Après tout, même Olivia le défendait. Et elle lui tourna le dos, à ce gosse, elle en avait plus rien à faire, tant qu’il n’avait pas fait mal à Olivia. « Vous vouliez grimper sur ce vieux rafiot pourri ? Non mais vous avez quand même des drôles d’idées, vous les enfants. ». Elle avait beau l’observer de tous les côtés, elle ne lui, trouvait absolument rien d’attirant, à ce bateau. Il était vieux, il était pleins de rouille, et il était moche. Et il servait à rien. Elle arrivait même pas à comprendre pourquoi personne n’avait encore proposé de le rejeter dans la mer. Au moins, il gâcherait pas le paysage. Elle haussa les épaules. Après tout, si ça les amusait. Elle recentra son attention sur la petite fille. « Elle te fait encore mal, ta cheville, Olivia ? ». Tout en lui posant cette question, elle fouillait dans son sac de toile. Elle devait bien avoir encore quelques « bandes » là-dedans. Ce n’était que des bouts de tissu, arrachés grossièrement et roulés en boule pour servir de bandages, mais c’était mieux que rien. Isra’ en avait toujours sur elle, autant pour elle que pour celle qu’elle appréciait. Elle ne les laissait jamais dans la grotte, c’était trop « chacun pour soi » pour qu’elle prenne le risque de se les faire piquer. Un grand sourire -complétement stupide- apparut sur son visage tandis qu’elle sentait une de ces bandes de tissu. Elle la sortit triomphalement, espérant faire sourire sa petite nièce de cœur. Elle s’accroupit. « Allez, montre-moi ça, que je vois comment soigner ça ! ».
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Kyliann L. Alden-Weaver "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : ty simpkins × Nombre de messages : 935 × Age du perso : neuf ans maintenant × Job : meilleur élève en classe de maternelle × Côté love : la plus belle et la plus adorable des princesses, roxanne


Message(#) Sujet: Re: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu Mer 28 Mai - 16:49



✈ KYLIANN & OLIVIA & ISRAEL
les choses de l’enfance ne meurent pas, elles se répètent comme les saisons.

Le pauvre petit Kyliann ne comprenait plus rien. Il y a deux secondes, la grande était encore en train de le secouer en lui criant dessus, et maintenant, elle ne faisait même plus attention à lui. C’était comme s’il n’existait plus, comme s’il n’y avait plus qu’Olivia. Alors certes, il était content que quelqu’un s’occupe de son amie, mais il détestait qu’on ne s’intéresse pas à lui. Il détestait ne pas être au centre de l’attention. Et puis en plus, la grande, elle avait dit que les chevaliers, c’était que des histoires. Kyliann n’aimait pas, quand les grands ils disaient ça, parce que c’était pas vrai. Les chevaliers, ça existaient pour de vrai. Alors, même s’il se doutait que la grande n’allait même pas l’écouter, il cria, énervé. « C’est pas des histoires ! Les chevaliers, ils existent ! Et même que si t’es pas gentille, les chevaliers ils vont venir et ils vont te mettre dans un cachot et qu’ils vont t’oublier et que tu vas mourir au milieu des rats ! ». Dans une certaine mesure, les enfants étaient cruels. Les histoires qu’ils s’inventaient, les menaces qu’ils criaient étaient horribles. Ce n’était pas vraiment de la méchanceté, c’était juste leurs peurs qu’ils cherchaient à transférer aux autres. C’était juste ce qui leur paraissait le plus terrible, et alors ils extériorisaient, à la façon des enfants. Dans des histoires, dans des jeux, dans des paroles. « T’entends ? Hein, t’entends ? Mais répond ! ». Il s’égosillait peut-être en vain, se disait qu’en se rapprochant, il pourra peut-être vraiment attirer son attention, mais dans le fond, il avait un peu peur. Il avait encore mal au bras, tellement elle avait serré fort. Et puis, peut-être qu’elle était aussi méchante que le disait maman ? Peut-être qu’elle mangeait les petits garçons pas sages … Il fit quand même un pas en avant. « Maman elle dit que c’est pas poli de pas répondre quand quelqu’un parle ! Maman elle dit aussi que c’est pas bien de crier ! ». Pour un enfant, la parole d’une maman, c’était sacré. Quand maman dit quelque chose, c’est forcément LA parole à écouter.

Le petit garçon n’en pouvait plus, qu’on l’ignore ainsi. Même Olivia ne lui parlait pas, elle montrait où elle avait mal à la grande. Puis on dirait qu’elle voulait pas la contrarier, la grande, quitte à laisser son ami tout seul. Il fronça les sourcils, imitant son papa sans même s’en rendre compte. C’était quand même dingue, ça. Déjà qu’il était obligé de mentir à tout le monde pour venir la voir, qu’il devait toujours faire très attention à pas parler d’elle par inadvertance, elle faisait même rien pour le remercier. Alors, très énervé, il attrapa un caillou, pas un petit, mais pas un trop gros non plus, et le lança sur la grande. Et puis, tout de suite, il courut se cacher derrière le bateau. Courageux, certes, mais pas téméraire. Il savait même pas, vraiment, pourquoi il avait fait ça. Surement pour montrer qu’il n’était pas content du tout, qu’il en avait marre qu’on l’ignore ainsi. Surement pour montrer qu’il était toujours là, qu’il existait, et qu’il était pas si peureux que ça. Il aimait pas, qu’on s’imagine qu’il avait peur. Même si, en cet instant, accroupit derrière le bateau, il devait bien avouer qu’il faisait moins le fier. Finalement, c’était pas une si bonne idée, de venir jouer au vieux bateau. Ils auraient mieux fait d’aller dans un endroit qu’ils connaissaient bien, où ils savaient qu’ils pouvaient jouer sans se faire mal. Car si Olivia n’était pas tombé, la grande l’aurait pas entendu pleurer, et elle serait pas venue. Et ils seraient encore en train de jouer tranquillement …


les grandes personnes ne comprennent jamais rien toutes seules, et c’est fatigant,
pour les enfants, de toujours et toujours leur donner des explications




Merci à tous ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu Mer 4 Juin - 19:54

    Olivia était toujours à terre, entre Isräel et Kyliann. Alors qu'il y a encore quelques minutes Israël était en train de s'acharner sur le petit garçon, désormais, elle n'avait plus d'yeux que pour sa nièce de coeur. Du coup, il décida de lui répondre, de la provoquer, limite. Mais Olivia n'était pas de cet avis. Elle l'aimait bien ce Kyliann, oui, mais quand même, il parlait à Isräel, c'était pas n'importe qui ! On pouvait pas la mettre dans un cachot, elle ! Après, qui viendrait jouer avec elle ? « Kyliaann !! Arrêtes, Isräel on va pas la mettre dans un cachot ! En plus, y'a même pas de cachot ici ! » Elle se sentait un peu mal d'abandonner son copain comme elle le faisait, mais c'était plus fort qu'elle, elle ne pouvait pas le laisser lui dire des choses comme ça. En plus, Sur l'île, il n'y avait strictement rien, et si il y avait vraiment un cachot, ça se saurait non ? Elle observait les deux personnes, s'attendant forcément à la réaction de l'une ou de l'autre. Tandis qu'elle se tenait la cheville, qui commençait doucement à se calmer, elle porta son regard sur Isräel qui lui demandait si elle avait toujours mal. « Oui, mais j'ai plus beaucoup mal ! Même que ça va un peu mieux ! » Elle allait sûrement avoir un petit hématome mais rien de bien méchant. Elle souleva tout de même son bas de pantalon quand la grande hostile lui demanda de lui montrer pour pouvoir soigner tout ça. Mais très vite, les deux filles furent interrompus par un lancer de cailloux qui atterrit sur Isräel. Elle ne tarda d'ailleurs pas à se retourner et à chercher le jeune garçon du regard, tandis qu'elle entourait la cheville de la petite fille d'une bande. Olivia savait bien que c'était Kyliann qui avait fait ça, mais elle se demandait pourquoi ? Certes, sa nounou n'avait pas été des plus gentilles avec lui, mais elle l'avait lâché désormais et elle était en train d'aider Olivia. Avant qu'Isräel ne se lève, la petite fille lui attrapa le bras. « Isra'... S'il te plait, dis pas à maman que tu m'as vu ici... Et que tu as vu Kyliann aussi.. Tu veux bien ? » Le tout accompagné, évidemment, de ses yeux doux. Cela commençait à faire beaucoup de secrets entre elle, alors la petite fille esperait très fort que sa jeune nounou veuille bien lui accorder ce privilège de nouveau. Puis, elle se leva comme elle le pouvait pour aller voir où était Kyliann. « Kyky ! T'es oùùùù ? Reviens, on va pas te faire du mal, hein Isra ? »

Excuses moi, c'est archi nulle  Oo 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Israël-Maëlys D. Jakarta "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : chloé moretz × Nombre de messages : 1195 × Age du perso : dix-sept ans (depuis le 31 décembre) × Job : coursière pour le réseau de trafic d’armes – et de drogues, soyons parfaitement honnête – de sa mère


Message(#) Sujet: Re: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu Jeu 26 Juin - 10:06

✈ ISRAEL & OLIVIA & KYLIANN
la vengeance procède toujours de la faiblesse de l’âme, qui n’est pas capable de supporter les injures

Il y avait des jours, comme ça. Où on ferait mieux de rester coucher. Non, parce que quand même, après s’être fait ignorée par celui qu’elle aimait, après avoir retrouvé sa nièce de cœur par terre, en train de pleurer parce qu’elle avait mal, avec un enfant des naufragés, Israël avait envie de tout … sauf d’entendre ce-dit enfant la menacer avec des menaces stupides. Des cachots. Que ça faisait peur, quand même, quand on habite sur une Ile déserte. Des rats. Ils auraient surement plus peur d’elle que le contraire. Non mais sérieusement, c’est quoi ces enfants ? Voilà ce que se disait Israël, tandis que le gamin s’égosillait en lui parlant de politesse, et de sa maman. Depuis quand un enfant se permettait-il de donner une leçon à ses ainés ? A vrai dire, la jeune hostile ne lui prêtait aucune attention. Il finira bien par se taire, à un moment ou à un autre. Elle préfère se concentrer sur la cheville d’Olivia. C’était surement rien de grave, les enfants sur l’Ile sont plus habitués aux bobos que ceux de la ville, mais quand même, Israël s’inquiétait. En fait, dès qu’Olivia ou son jumeau se faisaient mal, elle rappliquait à la vitesse de l’éclair, en bonne tata poule qu’elle était. Elle s’en moquait pas mal, de ce que les autres hostiles pouvaient penser d’elle, sur le coup. Parce que voilà, d’une certaine façon, en s’occupant des deux enfants, elle avait le sentiment d’être utile à quelque chose. Pas seulement à suivre les grands sans savoir quoi faire.

Un premier caillou, puis un second. Israël se retourna pour voir où était passé le garnement. Voilà qu’il lui lançait des pierres, maintenant ! S’en était trop. Ami d’Olivia ou pas, cela ne lui donnait pas le droit de la lapider ! Elle se redressa, prête à se lever, quand sa nièce l’attrapa par le bras pour lui demander de ne rien dire à Alys. Encore une fois. Ça commençait à faire beaucoup de choses qu’elles cachaient à la mère des jumeaux. Beaucoup trop de choses. « Tu trouves pas que tu commences à exagérer, Olivia ? Parce que si Alys découvre tout ça, ça ne retombera pas que sur toi, mais sur moi aussi. Et j’ai pas spécialement envie, tu vois. ». Elle voulait bien être gentille, elle voulait bien cacher certaines choses, mais elle avait pas spécialement envie qu’Alys s’énerve. Contre elle. Elle en avait déjà suffisamment avec Caleb, des cris. Elle aspirait, de plus en plus, à une vie tranquille, sans hurlements, sans colère. Mais ce n’était pas possible, car elle-même était déjà très colérique. En voyant la petite se relever, puis appeler le petit garçon, elle fronça les sourcils. Attends, il venait de lui envoyer des pierres sur le dos, et sa nièce l’appelait encore en lui disant qu’elles n’allaient pas lui faire de mal. Quand Olivia demanda son approbation, elle ne fit que marmonner. « Mouais, on verra. ». Elle suivit la petite fille, se doutant que son ami ne sera pas bien loin. Après tout, un petit, ça a des petites jambes. Ca peut pas s’éloigner trop vite, non ?
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: KYLIANN&OLIVIA&ISRAEL ✈ la vie est un jeu

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-