avatar
» Gabriel M. Griffin "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Ryan Taylor × Nombre de messages : 1780 × Age du perso : 22 ans. × Job : Le retour du fils prodige (tu parles). × Côté love : Millol.


Message(#) Sujet: 99 problems (teddie) Ven 31 Jan - 16:44

-teddriel -

Que s'était-il passé ? Et surtout, pourquoi ? Gabriel y avait beaucoup pensé ces derniers temps. Depuis la drôle d'entrevue qu'ils avaient eue Teddie et lui, ils s'étaient recroisés à plusieurs reprises mais n'avaient pas eu le temps de se parler vraiment. Hors, Gabriel voulait parler, se libérer de ce drôle de malaise qui régnait entre eux. Oui, parce que bon, on ne pouvait pas embrasser son meilleur ami sans se poser quelques questions, sans exprimer quelques doutes quant à la nature de leur relation. Il avait bien réfléchi, et il en était venu à la conclusion somme toute assez simple que cela ne devait en rien changer leur amitié. Jusqu'à maintenant, leur relation avait été solide et sans failles, il s'était retrouvé auprès de Teddie, ou même il avait trouvé le goût à la vie en s'accrochant à ce drôle de type qui avait l'air de ne rien prendre au sérieux qui mais, au fond, cachait bien son jeu. Teddie n'était pas aussi insouciant qu'il en avait l'air, mais à eux deux, ils faisaient très bien semblant. Pour tout dire, leurs journées ensemble lui manquaient. Il avait besoin de retrouver son pote, son confident, celui en qui il avait le plus confiance sur l'île. Pourtant, en sillonnant l'île à la recherche du brun, il ne se sentait pas serein vis à vis de son ami. Il voulait comprendre ce qu'il s'était passé quelques semaines plus tôt, être sûr que pour Teddie non plus, il n'y avait pas matière à tergiverser des siècles : ils étaient et resteraient liés comme les deux doigts d'une main, cette main qui brandissait joyeusement son majeur à la face du monde pendant que eux se marraient de voir les autres s'inquiéter de choses futiles. Mais en dehors de ça, il n'était pas serein à cause de Millie. Il avait couché avec Millie, et Teddie n'en savait toujours rien, il en était presque sûr. C'était un fait qui faisait une ombre à leur belle amitié. Gabriel savait bien au fond de lui qu'un jour ou l'autre, il verrait Teddie arriver pour lui demander des comptes. Les secrets ne le restaient pas longtemps, mais il continuait d'ignorer cette certitude pour son simple confort. Même en sachant cela, en en étant sûr, Gabriel ne comptait pas lui avouer quoi que ce soit sur cette fameuse soirée ou il l'avait trahi, ni plus ni moins. Il avait tout simplement trop peur des conséquences et de l'impact d'une telle révélation sur eux, Teddie & Gabriel. On pouvait appeler ça de la lâcheté si on voulait, mais c'était la terreur muette qu'il ressentait à l'idée de perdre l'être le plus précieux dans sa vie pour une stupide histoire de coucherie qui le retenait d'être honnête avec Teddie. Il se serait agi de n'importe qui d'autre, il était certain que cette anecdote aurait été un excellent sujet de plaisanterie entre eux. « Tu te souviens Gabriel, cette fille que tu as tringlé contre le phare une fois », et ils se seraient marrés en se disant que décidément, la vie sur l'île n'était pas si désagréable que ça. Au lieu de ça, Teddie dirait plutôt : « Tu te souviens Gabriel, quand tu t'es fait la fille dont j'étais amoureux ? » Mais non, ça n'arriverait pas, parce que Teddie n'aurait sûrement plus jamais envie de lui adresser ne serait-ce qu'un regard, alors lui parler, imaginez. Non, ce n'était tout simplement pas envisageable. Voilà comment Gabriel voyait les choses en cet instant, même s'il faisait un erreur, même s'il ne ferait, par son silence, qu'aggraver les choses. Il se disait que ce serait un secret qui ne le rongerait que lui, et lui seul. Ce que Teddie ne savait ne pouvait pas le blesser, pas vrai ?
Teddie restait introuvable. Il n'était pas dans sa tente, pas sur la plage non plus. Ou pouvait-il bien être ? Quand il avisa ou lui était, il pila net. Nom d'un chien. Il n'avait pas remarqué que ses pas l'avaient mené tout droit sur le chemin du phare. Il le voyait se profiler au loin, grand édifice dressé face à l'océan. Un lieu qu'il avait apprécié, pour son calme et l'impression fugace d'être de retour sur le continent que cela lui procurait. Maintenant, ça puait les souvenirs amers, des baisers volés ou mérités, des yeux captivants pleins de promesses, bleus, bruns. Il chassa bien vite ces souvenirs de sa tête, comme on retirerait brusquement sa main d'un objet brûlant.
Il voulut revenir sur ses pas, quitter ce lieu, mais... trop tard. La silhouette familière de Teddie se démarquait nettement au loin. Que venait-il faire ici ? Maintenant qu'il l'avait trouvé, il regrettait de ne pas avoir décalé cette rencontre de quelques minutes. Rien du tout, mais au moins, ils auraient été ailleurs. Pendant une seconde, Gabriel craint qu'il ne soit ici parce que, d'une manière ou d'une autre, il avait su. Mais c'était complètement débile, pourquoi se serait-il déplacé jusque là, pour voir les lieux du crime peut-être ? Franchement con. Puis il se souvint que Teddie aimait écrire, se délester de ses pesées sur le papier en fumant une de ses fameuses cigarettes. Sans doute l'endroit était-il propice à la réflexion. Gabriel comprenait, lui même avait été un abonné avant toute cette histoire, mais, non, s'il devait parler à Teddie, ça ne devait pas être ici. Il s'avança à sa rencontre, avec le sourire en coin qui lui allait si bien et qui lui donnait ce petit air supérieur qu'on ne lui connaissait que trop. En fait il souriait vraiment, sincèrement, heureux de tomber sur son ami malgré tout. « Hey, ou tu vas ? Je te cherche depuis des heures. » Gabriel était prêt à le suivre n'importe ou plutôt qu'ici, et il commença déjà à chercher une excuse pour qu'ils aillent ailleurs. « Comment tu vas ? » Il se souvint que Teddie lui avait reproché d'avoir débarqué sans prévenir et de ne même pas avoir demandé comment il allait, ce qu'il avait fait de sa journée. Ça lui semblait tellement loin, le souvenir le fit sourire davantage avant que la suite s'impose à lui. m*rde, il avait presque oublié pourquoi il le cherchait. « Ah, au fait, j'ai trouvé des clopes l'autre jour. T'apprécieras de savoir que je les ai gardées pour toi -pour nous. » fit-il, en lui tendant deux des quelques rescapées qu'il avait récupéré par pur hasard l'autre jour.

(ça doit etre le debut le plus moisi de la terre entière mais voila... #22)






amour tendresse et chocolat:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Teddie A. Wadge "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Robbie Wadge, what else ? × Nombre de messages : 517 × Age du perso : TwentyONE. × Job : J'essaie de reconstruire quelque chose qui ressemble à une vie. × Côté love : Le mauvais, sans doute.


Message(#) Sujet: Re: 99 problems (teddie) Lun 10 Fév - 18:48

Les journées étaient si longues. Et si froides, aussi. Teddie tremblait du matin jusqu'au soir. Ou, plus justement, du matin jusqu'au matin suivant. Il n'y avait plus un seul moment du jour ou de la nuit où il se trouvait détendu. Il était constamment crispé, raidi, tendu, par le froid encore tenace de cette fin d'hiver. Il semblait en effet que les saisons étaient ici plus sadiques que sur le continent. Mais il fallait dire surtout que les vêtements qu'il possédait n'étaient pas totalement appropriés pour cette période de l'année. Il n'avait qu'une veste, une seule, trop légère, trop fine, qu'un unique souffle de vent suffisait à faire voler, et ne portait sous elle qu'un tee-shirt en coton que l'on porte habituellement en été, un soir de barbecue. Alors bien sûr qu'il avait froid, fallait-il encore s'en étonner ? Le vent était gelé et son propre souffle se transformait en fumée blanche dans l'air opaque de ce tout début de soirée. Ses joues et ses doigts avaient rougi et il sentait son corps s'engourdir lourdement au fur et à mesure qu'il avançait.

Il avait passé toute la journée dehors. Il n'avait pas fait grand-chose, à vrai dire. Il s'était simplement baladé. Seul. Il l'était bien souvent, ces derniers temps. Ça ne le dérangeait pas plus que ça : il en avait toujours eu l'habitude, et avait toujours su apprécier ces instants de solitude, mais cette fois c'était différent. Il sentait que quelque chose n'allait pas. Pourquoi évitait-il autant les autres en ce moment ? Ou alors, pourquoi les autres l'évitaient-ils ? Sans doute était-ce vrai dans les deux cas, mais la question était pourquoi. Pourquoi, depuis sa dernière entrevue avec elle, il n'avait pas revu Millie, n'avait pas même cherché à la revoir ? Pourquoi se retrouvait-il dans cette pareille situation également avec Gabriel ? Parce que quelque chose avait changé, dans les deux cas également. Et que ça ne lui plaisait pas, que ça ne lui convenait pas, que ça l'énervait même. Et alors, sa grande et belle lâcheté l'obligeait à s'en tenir écarté. Non, il n'aurait pas été voir Millie ou Gabriel pour mettre les choses au clair, jamais. Il aurait préféré que cela se fasse tout seul, sans qu'il doive agir pour cela. Ça n'était pas son fort, les explications, les disputes, les questions, les dévoilements, toutes ces choses. Plus que ses deux amis les plus chers, c'était bien cela qu'il évitait.

Le problème était que, en restant seul, il ne pouvait faire que penser. Et ses pensées, ces derniers jours, n'étaient pas de très bonne compagnie non plus. Son esprit lui semlait étranger. Il ne parvenait plus à se comprendre sur ce qu'il s'était passé récemment, aussi bien avec Gaby qu'avec Millie, et ça le mettait dans un état de rage intérieure profonde, alors qu'à l'extérieur, il semblait plutôt plongé dans un mutisme et une réflexion abyssale. C'était très bête parce que ça ne lui ressemblait pas : Teddie ne s'inquiète pas pour de telles futilités. Jamais. Et peut-être qu'en essayant de s'en convaincre, il s'énervait encore plus contre lui-même.

Il ne vit pas Gabriel arriver. Il ne voyait plus rien, en fait. Même le froid ne le dérangeait plus, au final. Cela expliqua pourquoi il fut assez surpris d'entendre soudainement sa voix, si proche de lui, et de le voir apparaître en face de ses pupilles assombries, comme ça, sans prévenir. Ça le mettait soudainement très mal à l'aise parce qu'il ne s'était pas préparé à le voir et qu'il ne savait pas quoi lui dire. Et ça n'était pas normal que Teddie réfléchisse à ce point, qu'il se demande quels mots prononcer, quel sourire afficher. Il n'était pas comme ça, et l'était encore moins avec Gaby. Mais quand ce dernier lui demanda où il allait tout en lui faisant remarquer qu'il le cherchait, il ne put pourtant s'empêcher de sourire, très sincèrement cette fois. Au fond, il était heureux qu'il soit là, heureux de l'entendre, de le voir. Il lui avait manqué et c'est la raison pour laquelle, à cet instant très précis, il voulut très fort qu'il n'y ait plus aucune tension entre eux deux. Gaby était son meilleur ami : pourquoi maintenant, tout devrait changer ? Pourquoi se compliquer la vie alors qu'elle pouvait être si simple ? Il ne s'était rien passé de si grave, tout de même.

Il pensait que toutes ces pensées futiles s'étaient évaporées avec l'arrivée de Gabriel et ça le soulagea assez. Mais lorsque ses yeux se fixèrent plus franchement dans ceux de Gaby alors qu'il s'arrêtait de marcher pour lui répondre, il comprit qu'elles s'étaient simplement dissimulées, qu'elles s'étaient faites plus discrètes pour ne pas que Gabriel puisse les remarquer, mais qu'elles n'avaient pas disparu. Ça allait être difficile, donc : Teddie allait devoir faire encore plus semblant que d'habitude et, en plus, ce qu'il cachait cette fois concernait directement son meilleur ami, ce qui n'était encore alors jamais arrivé. Oui, c'était bien la première fois que Gaby lui causait du souci. Et la raison de ces doutes et de ces questions semblait si anodine que Teddie eut envie de se gifler lui-même pour y penser encore, pour tout rendre si compliqué.

-  Ca fait plaisir de te voir, arriva-t-il à dire sur un ton presque normal. Il s'efforçait d'être léger, d'être de bonne humeur, d'être lui, mais ce n'était bizarrement plus si simple. Tu me cherchais ? Et pourquoi ça ?

Il fut secrètement fier d'avoir su marqué cette dernière phrase d'un amusement presque naturel. Au fond, il craignait plus la réponse qu'il ne le laissait paraître mais c'était bien là le but. Pourquoi le chercher ? Il y avait quelque chose de grave, alors ? Vraiment ?

- Tu me demandes si ça va ? Bien sûr que non, espèce de débile. Tu m'as laissé en plan, tout seul dans ma tente, l'autre fois, t'es parti, comme ça, pourquoi ? Juste pour un baiser qui n'en était même pas un ? T'en as fait tout un drame, et est-ce que j'en fais un, moi ? Non. Enfin là, si, oui, je sais mais... Depuis quand mon état de santé t'intéresse ? T'as arrêté d'être égocentrique, c'est ta nouvelle résolution de l'année, dis-moi ?

Il laissa un petit sourire cynique se dessiner sur ses lèvres fines et haussa les épaules de son éternel air détaché, qu'il avait pourtant l'impression, cette fois, de seulement imiter. Mais son sourire s'élargit davantage lorsqu'il vit les deux cigarettes que lui tendait alors Gabriel. Il ne tarda d'ailleurs pas à en saisir l'une d'entre elles, visiblement heureux de revoir un de ces petits tubes qui lui avaient manqué presque autant que Gaby lui-même ces derniers temps, puisqu'il n'avait plus fumé depuis cette fameuse soirée. Non, n'allez pas croire que c'était par pure volonté de se repurifier : il était juste complètement à court.

- T'imagines pas le cadeau que tu viens de me faire là, c'est presque un sauvetage. J'en pouvais plus.

Là, vraiment, il ne se forçait plus. Il avait relâché les tensions que lui-même s'imposait. Gabriel était fidèle à lui-même : il n'avait pas l'air de lui en vouloir ou d'être inquiété par quoi que ce soit. Ça rassura assez Teddie et puis, aussi, la cigarette qu'il venait d'obtenir le rendait assez serein pour le moment, illustrant la promesse d'un bonheur et d'une insouciance de quelques minutes au moins. C'était drôle, non ? Il se trouvait drôle, en tout cas. Il suffisait de l'amadouer avec une seule clope pour pouvoir ensuite tout lui avouer, tout lui dire, sans qu'il le sente arriver ou sans qu'il le craigne.

Il porta la cigarette à ses lèvres et l'alluma derechef avec le briquet tout abîmé qui traînait encore dans la poche de son jean. Encore allumé, il le tendit naturellement vers Gabriel mais en l'espace d'une seconde, il se reprit, comme s'il venait de commettre quelque chose d'impoli. Il relâcha la petite roulette et la flamme s'éteignit automatiquement. Il le lui présenta chastement et laissa Gaby allumer lui-même sa cigarette. Non mais quoi ? C'était pas si innocent d'allumer quelqu'un, si ? Enfin, d'allumer sa cigarette. Non, ça l'était pas. Ca l'était plus. Plus avec Gabriel. Plus rien ne l'était.

- Merci, t'es un ange. J'aurais sans doute dépéri sans toi, finit-il par dire, toujours avec ce même sourire, truqué.

Non, même pas. Même pas la cigarette lui permettait de se détendre, d'oublier cette histoire complètement insensée et stupide, et de profiter de la présence de son meilleur ami comme il le faisait si bien avant. Au contraire : depuis que Gabriel était là, il avait encore plus froid.


J'ai fait un truc long et pourri, bonjour hiii T'as vu ma petite blague de la fin ? "T'es un ange", il s'appelle Gabriel..... AHAHAHA. #22




Il portait dans ses yeux
la force de son cœur.

Dans Paris son désert
vivant sans feu ni lieux,

Aussi fort qu'une bête,
aussi libre qu'un Dieu.




Que d'émotions !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Gabriel M. Griffin "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Ryan Taylor × Nombre de messages : 1780 × Age du perso : 22 ans. × Job : Le retour du fils prodige (tu parles). × Côté love : Millol.


Message(#) Sujet: Re: 99 problems (teddie) Sam 15 Fév - 22:27

Ce n'était pas un foutu hasard s'ils se retrouvaient là, près d'un phare maudit qui n'avait apporté que des problèmes. Le destin s'amusait avec eux, avec lui tout particulièrement. Il lui riait au nez, l'amenant sans arrêt à repenser à ses multiples erreurs, et quelqu'un quelque part se payait vraiment sa tête, se délectant sûrement de le voir sans cesse remis face à la multitude de faux pas exécutés ces derniers temps. Non, attendez, ça ne datait pas d'hier ces erreurs. Rien qu'en étant, il foutait tout en l'air. Alors quoi, pourquoi était-il si surpris de se retrouver ici avec Teddie. Ce n'était rien d'autre que le mauvais œil qui le poursuivait -loin de lui l'idée d'être superstitieux, il fallait juste se rendre à l'évidence.

Bon. Se retrouver près du phare était une chose, se retrouver face à Teddie après un temps infini avec autant de choses derrière la tête, c'en était une autre. Ce n'était pas de la gêne, ce n'était pas non plus vraiment un malaise, c'était juste... ça faisait vraiment ch*er de ne pas pouvoir se retrouver comme avant, de passer simplement un bon moment avec Teddie sans qu'il n'y ait des souvenirs qui viennent péricliter ses pensées et les contaminer. Ils s'étaient embrassés. Bon. ET PUIS QUOI. Gabriel avait fait tout un cirque du baiser qu'il avait échangé avec Jason il y avait des mois de ça, mais les choses étaient différentes d'avec Teddie. Avec Teddie, il n'était pas question de sentiments, de remises en questions ou d'autres choses absolument répugnantes que Gabriel s'efforçait en général de fuir ou de pousser loin de lui d'un air dédaigneux. Teddie était juste Teddie, ils étaient juste amis, alors pourquoi c'était aussi bizarre de se retrouver face à face, d'un coup, comme ça. Teddie n'avait pas l'air particulièrement perturbé, mais ils étaient bons acteurs, tous les deux. Teddie avait presque l'air normal, un peu frigorifié peut-être, mais à part ça, il n'y avait rien qui détonnait sur l'ensemble. Gabriel eut un sourire quand le brun lui avoua être heureux de le voir. Oui, lui aussi l'était ; il avait l'impression de se retrouver un peu, il se sentit presque soulagé de tous ses maux. Il lui demandait pourquoi il le cherchait. Bah, peut-être parce que ce qu'il s'était passé la dernière fois, on s'en foutait, parce que rien ne comptait plus que leur amitié et que, m*rde, reviens. « Parce que ça fait des jours que je t'ai pas vu, je commençais à me demander si tu m'évitais. » répondit-il d'un ton presque badin, sur le ton de la blague alors que ça n'en était même pas une. Peut-être que Teddie l'avait vraiment évité ces derniers temps, mais il s'en fichait, tout ce qui comptait était qu'il ne le fasse plus dans les jours à venir (s'il savait). « Mais y'a pas de raison, hein ? » ajouta-t-il. C'était débile, Teddie allait croire qu'il se moquait de lui alors que non, Gabriel essayait vainement de se rassurer, se dire que pour Teddie non plus, tout était toujours normal, et qu'il n'y avait réellement pas de raison de s'éviter l'un l'autre.

Teddie s'étonna de le savoir aussi concerné par sa santé. Lui savait ce qu'était vraiment Gabriel, ils avaient parlé, plusieurs fois, de leurs vies d'avant. Pas de tout, il y avait encore des choses qui n'avaient pas à être dites, des secrets et des blessures à garder pour soi mais, dans l'ensemble, Teddie pouvait largement prétendre au poste de celui qui le connaissait le plus. Lui d'ici et lui de là-bas. Il était donc le mieux placé et surtout il était le seul à pouvoir se moquer ouvertement de son caractère de cochon sans que Gabriel ne prenne la mouche et se vexe immédiatement. « Arrêtes, je trouve que je devrais l'être mille fois plus. Je me sentirai mieux, t'imagines pas les problèmes que ça crée de s'intéresser aux autres. Mais pour toi, je fais un effort. » Il appuya ses propos d'un rire amusé, en réponse au sourire presque moqueur qu'il affichait. C'est vrai, il ne devait même pas se rendre compte à quel point il en faisait des efforts pour lui. Actuellement, il faisait un effort gigantesque, Teddie n'imaginait sûrement pas ce que cela coûtait à Gabriel de se tenir ainsi face à lui, l'air de rien, l'air de ne se souvenir d'aucun moment discordant dans leur amitié. A faire comme s'il ne s'était rien passé. Lui avait l'air à l'aise, normal, Teddie, quoi.

« Un sauvetage ! » Gabriel rit franchement cette fois, secouant la tête en allumant sa clope, ne remarquant même pas l'instant de trouble qui avait forcé Teddie à lui tendre simplement le briquet au lieu de lui allumer sa clope ; geste anodin qui n'aurait rien eu de répréhensible en temps normal, mais s'il avait remarqué, Gabriel aurait compris. Lui aussi aurait préféré lui tendre directement le briquet.  « Merci, t'es un ange. J'aurais sans doute dépéri sans toi », et Gabriel secoua la tête, signifiant que ce n'était rien, qu'il aurait pu faire mieux. Ce n'était qu'une clope après tout, mais il oubliait l'importance de ces cigarettes pour Teddie. La dernière fois, il avait été au bord de l'apoplexie rien qu'en ne trouvant pas ses clopes qui n'étaient nulle part ailleurs que dans son sac. C'était partie intégrante de sa vie. Gabriel tira une longue taffe, laissant la fumée s'insinuer dans ses poumons et ressortir, aussi blanche que les volutes qu’exhalaient leurs souffles dans l'air froid, jetant un œil autour de lui. Et puis, s'il avait attendu plus longtemps pour partir à sa recherche, il était à peu près certain que Gabriel aurait moisi quelque part sur l'île sans que personne ne s'en aperçoive. Bah, ça pouvait toujours arriver. En fumant, il observa Teddie, qui avait l'air parfaitement congelé. Il aurait aussi bien fait de venir en t-shirt, ça n'aurait pas changé grand chose... Il ne fit aucune remarque, il n'était pas sa mère. En revanche, il aborda enfin le sujet qui lui brûlait les lèvres, sans formalités, sans rien, comme ça, de but en blanc. Teddie devait vachement apprécier le fait que Gabriel lui jette comme ça le souvenir de la dernière fois en pleine figure, il aurait au moins pu le laisser finir sa clope. « Écoutes euh, pour la dernière fois, tu sais, j'ai l'impression que ça a jeté un froid je sais pas pourquoi... » je sais pas pourquoi ? « ...mais bref, enfin tout va bien, non ? » Le ton se voulait léger, comme si ça n'avait aucune importance. Il aurait aussi bien pu demander le temps qu'il allait faire demain. Mais non, tout n'allait pas bien, parce que d'une certaine manière, le baiser resterait en suspens quelque part entre eux, les empêchant de se retrouver vraiment, d'oublier, de passer à autre chose et surtout à leur amitié. C'était le cas pour Gabriel, le-blond-qui-était-incapable-de-prendre-quoi-que-ce-soit-à-la-légère. Il fallait toujours qu'il en fasse une montagne. Ça devenait clair pour tout le monde, ça. Il prenait vraiment sur lui pour ne pas en faire tout un foin, justement, mais une fois face à Teddie, il ne se sentait pas d'oublier sans en parler. Il fallait forcément qu'il y fasse allusion, rien que ça, juste pour être sûr. C'était ça, pour se rassurer.

« Eh dis, tu veux pas qu'on aille ailleurs ? Qu'on fasse demi-tour ? » lui demanda-t-il dans un instant de silence, comme une parenthèse dans leur conversation. Le fait d'être près du phare l'embêtait, effectivement. C'était le symbole, le principe, qui le gênait affreusement, comme un caillou dans sa chaussure. Il sentait que rester ici à bavarder tranquillement avec Teddie ne mènerait à rien de bon, il avait... un mauvais pressentiment. Il devait sûrement se faire des idées, mais elles n'en étaient pas moins réelles pour autant. Gabriel aurait donné n'importe quoi pour voir Teddie acquiescer et pour revenir sur leurs pas. « Ou tu veux, mais pas ici » finit-il par dire, sans se rendre compte qu'accidentellement, il allait mettre l'accent sur quelque chose qu'il n'aurait pas voulu évoquer en présence du brun.






amour tendresse et chocolat:
 
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: 99 problems (teddie)

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-