avatar
» Millie Kingsley "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : amelia zadro × Nombre de messages : 819 × Age du perso : 21 × Job : étudiante en rien. superstar rescapée d'un crash aérien. poupée de chiffon. × Côté love : les démons du passé et puis ceux du présent.


Message(#) Sujet: DAMN YOU. (gaby) Sam 18 Jan - 16:24

damn you.
gaby ∞ millie
Depuis quelques temps, la vie était devenue moins drôle. C'était déjà bien surprenant de constater que la vie sur l'île s'était avérée bien plus amusante que la vie sur le continent, mais cette atmosphère légère et sémillante avait perdu de sa saveur. Millie avait l'impression de connaître à nouveau les jours sombres qui avaient précédé son départ pour Tokyo – son départ pour l'île, au final. Si elle avait longtemps fait partie du peu de survivants enchantés de n'être jamais arrivés à destination, elle n'en était plus si sûre, aujourd'hui. Peut-être aurait-il mieux valut qu'elle arrive saine et sauve, peut-être qu'elle aurait été aussi heureuse qu'ici, peut-être même plus. Elle n'aurait pas perdu son frère. Elle aurait trouvé une solution – du moins, elle aurait essayé – pour retrouver William. Sur cette île, c'était impossible. Et pourtant, jusque là, ce n'était pas si grave. Ce n'était pas si grave d'être perdus au milieu de nulle part, sans espoir de retour, avec des étrangers qu'on allait apprendre à connaître, certains qu'on allait même réussir à aimer, et d'autres, à haïr. C'était un assez joli coup du hasard ; mais maintenant, et depuis quelques jours, quelques semaines peut-être – et Millie mentirait si elle prétendait ne pas connaître exactement l'origine de cette vague de froid – ça avait changé, c'était devenu différent, plus pareil, moins bien. Parce qu'à part Jason, qui, heureusement, était toujours là, elle ne voyait plus personne. Parfois, elle se surprenait elle-même à observer Teddie de loin sans oser s'approcher davantage, parce qu'elle lisait dans son regard une expression toute bête qui le lui interdisait.
Bon.
Teddie était en colère. Ça pouvait se comprendre, si on allait chercher vraiment loin. Parce que Teddie en colère, ça n'arrivait pratiquement jamais ; en fait, ça n'arrivait jamais. Pas depuis qu'elle le connaissait, en tout cas. Leur dernière entrevue s'était assez mal clôturée, mais pour ça, elle rejetait l'entière faute sur lui : c'était à elle, d'être en colère, normalement. Alors pourquoi était-ce lui qui était distant ? Pourquoi n'était-il pas venu s'excuser, ou même simplement, prendre des nouvelles, voir comment elle allait ? Pourquoi l'avait-t-il abandonnée, du jour au lendemain, et pourquoi se retrouvait-t-elle aussi seule, quand il n'était plus là ? La réponse cognait dans la tête de Millie, là, tellement simple, tellement évidente, mais elle ne voulait pas l'admettre, alors elle la secoua la tête pour la chasser. La réponse, la raison, c'était Gabriel. Sur le coup, quand elle était allée le voir, près du phare, elle n'avait pas eu envie de se dire qu'elle faisait une bêtise, en fait, elle avait préféré croire qu'elle le faisait pour son bien, à elle, et pour celui de Teddie aussi. Mais Millie était idiote, elle l'avait toujours été. Alors, d'accord, Teddie était en colère, mais ça ne pouvait pas être pour ça. Ça aurait pu, s'il l'avait su. Mais il ne savait pas. Parce qu'elle ne lui avait pas dit, et que de toute évidence, Gabriel ne lui avait pas dit non plus : il aurait eu bien trop peur de perdre son amitié. De tout son cœur, elle voulait y croire, se persuader, se convaincre même, que Teddie n'était pas au courant. Parce que ce n'était pas le genre de futilité qu'on efface et qu'on pardonne d'un revers de main. C'était plus compliqué que ça, beaucoup plus. Non, Gabriel ne l'avait pas dit à Teddie, c'était impossible. Pourtant, un obstacle empêchait la satisfaction de cet espoir : elle, elle l'avait dit à Jason. Quitte à s'en prendre plein la tronche, quitte à ce qu'il lui fasse la tête pendant quelques temps, quitte même à ce qu'il la frappe, mais, bien sûr, il n'avait rien fait de tout ça. Était-il seulement possible que Gabriel, le fils-à-papa méprisable qui faisait office de meilleur ami à Teddie, ait choisi de jouer la carte de l'honnêteté ?

Elle se leva d'un coup sec, subitement en colère. Bien sûr qu'il lui avait dit. Il lui avait dit, et n'en avait eu que faire de briser à jamais leur am...itié, à elle et Teddie. Puisqu'il était bien connu que, de toute façon, Gabriel et Millie ne s'aimaient pas, que Millie voulait éloigner Gabriel de Teddie et que, cela semblait logique maintenant, Gabriel voulait faire de même ; c'était donc ça : Gabriel voulait Teddie pour lui tout seul. Ça faisait parfaitement sens, d'autant que Gabriel avait eu cette histoire avec Jason, sur laquelle Millie n'avait pas voulu s'attarder puisqu'il lui semblait que cet exécrable personnage était sur tous les fronts, tout le temps, toujours prêt à lui prendre ce qu'elle a de plus cher. Elle ferma les yeux pour étouffer sa conscience qui lui criait qu'elle faisait sûrement fausse route, et qui la priait de reconsidérer ce qu'elle allait faire maintenant. Déjà prête à lui en coller une, elle sortit furieusement de son tente, et commença à marcher vers la sienne. Elle savait où elle se trouvait, puisque c'était la même que celle de Violante, et elle pria d'ailleurs pour que celle-ci soit sortie. Sans salut ni bonjour, elle écarta la toile de l'entrée d'un revers de la main et se permit d'enter, pour se retrouver face à un Gabriel – seul, dieu merci – qui ne s'attendait visiblement pas à de la visite, et encore moins de sa part. « Tu lui as dit ?! » Elle n'essaya même pas de cacher qu'elle était énervée, elle voulait juste une réponse, et pourtant, un oui ou un non ne lui apporteraient rien de plus. « A Teddie, tu lui as dit ? » au cas où ce n'était pas suffisamment clair. Bien sûr qu'elle priait pour qu'il secoue la tête en signe de négation, mais une part d'elle, plus petite, voulait enfin être fixée sur les raisons de l'éloignement de son ami. En réalité, elle était mitigée. Entre ce désir de savoir, cette envie que Teddie, lui, ne sache pas, ce sentiment insoutenable qu'elle ressentait quand il n'était pas là, et ceux qui se bousculaient dans son ventre, plus contradictoires les uns que les autres, quand elle était en présence de Gabriel. Et le plus drôle, c'était que quelle que soit la réponse à sa question – bon, à son agression – elle n'avait pas le droit de lui en vouloir : il était beaucoup moins responsable qu'elle, dans tout ce qui s'était passé au phare et dans tout ce qui s'était passé depuis. Après tout, c'était elle, la première, qui était allée le voir, et c'était elle, encore une fois, qui revenait à la charge : ses face-à-faces avec Gabriel tournaient tellement toujours autour de Teddie, qu'on pouvait même finir par se demander si ce n'était pas une fausse excuse, en fait.
           
Code by Silver Lungs


ONE FAMILY.

Merci pour tout coeur2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Gabriel M. Griffin "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Ryan Taylor × Nombre de messages : 1780 × Age du perso : 22 ans. × Job : Le retour du fils prodige (tu parles). × Côté love : Millol.


Message(#) Sujet: Re: DAMN YOU. (gaby) Sam 18 Jan - 17:17


La soirée de la semaine dernière avait été bordel pas possible. Il avait foutu en l'air la seule chose sur laquelle il pouvait compter sur cette île, son amitié avec Teddie, aussi bizarre et ambiguë -ces derniers temps du moins- soit-elle. Gabriel espérait vraiment de tout son cœur qu'il saurait lui pardonner même si ce qu'il avait fait était impardonnable. Il était un parfait crétin, il avait tout ruiné. Bien fait pour lui s'il se sentait aussi mal aujourd'hui. En fait, il était d'une humeur maussade, même pas en colère pour une fois. Il se sentait juste au fond du trou, vous savez, le fond du fond duquel on a l'impression de ne plus jamais pouvoir sortir. Ça faisait des heures qu'il était allongé sur sa couchette improvisée, depuis le départ de Vio, en fait. C'était très bien qu'elle soit partie, sa présence l'irritait de plus en plus et ce bien malgré elle. Il y avait tout à parier que Hell ne comprenait absolument pas ce changement de comportement, mais il ne pouvait se résoudre à lui avouer ce qui motivait réellement cette animosité soudaine. Il préférait ne pas lui adresser la parole, c'était plus simple.

Les mains sous la tête, il entendit venir quelqu'un depuis l'extérieur. Ce n'était pas comme s'il attendait quelqu'un, alors il se leva et se dirigea vers l'entrée, s'attendant plus à voir Violante revenir plutôt que la petite brune au visage de lutin qu'il connaissait un peu trop bien. Même si en la voyant repousser brusquement la toile qui protégeait l'entrée, elle ressemblait plutôt à un gnome furieux. Gabriel se renfrogna aussitôt, d'autant que Millie avait l'air particulièrement remontée. Ni bonjour ni m*rde, elle l'agressa aussitôt, lui demandant « s'il lui avait dit ». Gabriel comprit aussitôt mais elle précisa quand même. Gabriel était sûr que Millie aurait adoré le tuer sur place d'un seul regard si elle avait pu, et il fut presque tenté de reculer. Il n'en fit rien, affichant un air moqueur qu'il était loin de ressentir. Il n'avait pas du tout envie de rire. Que Millie vienne lui rappeler ce qui s'était passé plus tôt dans la semaine était la dernière chose dont il avait envie. Gabriel fit mine de ne pas comprendre, empirant à dessein le désespoir conséquent de la brune. « Excuse-moi, si tu pouvais t'exprimer un peu plus clairement ça m'aiderait beaucoup. » répondit-il d'un ton cassant, puis il se détourna et partit fouiller dans ses affaires. Il en ressortit des clopes que Teddie -son estomac se contracta- avait le chic de trouver à des endroits improbables sur l'île, et qu'il lui avait donné au moment où leur amitié tenait encore à peu près. Le simple souvenir de la colère réprimée de Teddie lui retourna encore les entrailles. Il s'en voulait à mort, c'était à peine supportable. Gabriel colla une clope entre ses lèvres et l'alluma sèchement.

« Si tu parles de ce qu'il s'est passé... la dernière fois, oui, effectivement, il se peut qu'il l'ait su. » finit-il par lâcher au moment où Millie s'apprêtait à attaquer de nouveau. Il l'observa fixement, s'attendant presque à recevoir une gifle ou un coup sur le nez. En fait il l'aurait presque suppliée à genoux de le faire si ça pouvait le soulager un peu. Voyant qu'elle ne réagissait pas, Gabriel tira encore quelques lattes, et ajouta, à titre d'information : « Crois-moi, ce n'était pas volontaire. » Et c'était la pure vérité. C'était presque pire, Gabriel n'avait jamais eu l'intention d'avouer à Teddie ce que Millie et lui avaient fait, préférant cacher quelque chose d'aussi important à son meilleur ami plutôt que de se compromettre. Sa lâcheté l'aurait sûrement rongé tout autant que le fait que Teddie soit au courant, et il se demandait ce qui était le mieux. De toute façon, le mal était fait, et plutôt deux fois qu'une. Comme s'il faisait absolument tout pour s'enfoncer. C'était affligeant.

Gabriel se demanda si Jason, lui, savait, et son cœur fit un bond dans sa poitrine. Bah, ce n'était pas comme si ça allait changer quelque chose entre eux, les conséquences étaient sûrement négligeables en comparaison de ce qui se passait avec Teddie. Gabriel tira compulsivement sur la cigarette, soudain nerveux. La présence de Millie le foutait en rogne, c'est sûr, mais il était aussi horriblement mal à l'aise. Des images de leur dernière entrevue surgissaient furtivement de sa mémoire, et il secoua la tête pour les chasser. Dans quel p***** de merdier s'était-il encore embourbé...

Désolée parce que c'est nul. bb






amour tendresse et chocolat:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Millie Kingsley "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : amelia zadro × Nombre de messages : 819 × Age du perso : 21 × Job : étudiante en rien. superstar rescapée d'un crash aérien. poupée de chiffon. × Côté love : les démons du passé et puis ceux du présent.


Message(#) Sujet: Re: DAMN YOU. (gaby) Sam 18 Jan - 18:36

Grlkjspdop, ce qu'il était insupportable ! Non, vraiment, Gabriel avait le chic pour mettre Millie hors d'elle, dans tous les sens du terme. Il n'allait quand même pas lui faire croire qu'il n'avait pas instantanément compris de quoi elle parlait ? Et le voilà qui prenait déjà son air détaché, portant une clope à ses lèvres comme si tout ça n'avait absolument aucune importance et qu'il n'y avait pas matière à débattre mille ans. S'exprimer plus clairement, ça, elle voulait bien le faire en lui écrasant son poing dans la figure, par exemple. Certes, ce serait dommage de l'abîmer, mais ce n'était pas l'envie qui manquait. De base, déjà, Millie n'avait pas envie d'être ici, encore moins avec Gabriel, mais ses pas jusqu'à sa cabane avaient été guidés par une rage dès l'instant où elle l'avait seulement soupçonné d'avoir tout raconté à Teddie. Et voilà qu'il lui apportait la confirmation de ses craintes. Pas par une réponse claire et concise, non, bien sûr, mais par une phrase à rallonge qui ne voulait rien dire. IL SE PEUT qu'il l'ait su, disait-il, et soudainement Millie n'était plus capable de rien. Elle eut envie d'abattre toutes ses forces sur lui, de le rouer de coups, de l'étrangler, mais elle demeura immobile, les yeux écarquillés, comme si elle était absolument abasourdie par la réponse. Comme si elle ne s'y était pas préparée. Mais la colère ne l'avait pas quitté, au contraire, elle se préparait même à refaire surface avec davantage de violence. Ce n'était pas tant pour ce qu'il venait de lui dire, que pour la façon dont il l'avait dit. A croire que ce n'était pas grave. A croire que ce n'était pas de SA faute, à lui, si elle avait perdu Teddie pour toujours. Le silence sembla durer éternellement, tandis que Gabriel fumait sa cigarette lentement, et que Millie peinait à retrouver ses esprits. « Crois-moi, ce n'était pas volontaire. » Mais ce fut le mot de trop. Elle cligna des yeux à plusieurs reprises, pour s'assurer qu'elle n'était pas en train de rêver, et que tout cela était bel et bien réel. Si Gabriel se sentait mal à ce moment précis, il n'en laissait rien paraît. On aurait dit au contraire que, pour lui, la situation était parfaitement anodine. Il s'adressait à elle avec tant d'indifférence, qu'elle ne put se retenir de hausser la voix, et tant pis si toute l'île pouvait les entendre. « Pardon ? » Demanda-t-elle brutalement, plus pour montrer son indignation que parce qu'elle n'avait pas compris. « Pas volontaire ? Quoi, tu lui as dit sans le faire exprès, peut-être, ça t'a bêtement échappé ? » Mais quel imbécile, quel salopard. 'Pas volontaire', comme s'il n'avait pas pu faire autrement ! Elle avait envie de le traîner par les pieds jusqu'à la tente de Teddie, et de lui pointer un pistolet sur la tempe pour qu'il lui avoue que c'était un mensonge ; sauf que ça n'en était pas un. Et que, malgré tout ce qu'elle pourrait dire, malgré tout ce qu'elle pourrait penser, ce qu'avait fait Gabriel, ce n'était ni plus ni moins que ce qu'elle avait fait, elle-même, en l'avouant à Jason. Sauf qu'elle n'avait pas brisé une amitié, elle, elle n'avait même pas brisé une histoire d'amour : ils l'avaient déjà gâchée tous les deux, et dieu merci, qu'ils restent loin l'un de l'autre, maintenant. « Tu n'avais pas le droit de lui dire, c'était rien, il aurait jamais dû le savoir ! » Elle n'avait pas conscience que Gabriel, lui aussi, était capable d'avoir des remords, et des regrets. A chaque fois qu'elle l'avait croisé, elle n'avait vu de lui que cet air hautain et méprisant qui le rendait (en tout cas, qui l'avait rendu, à un moment) aussi détestable qu'attirant. Elle n'avait pas conscience, non plus, de la vraie valeur de leur amitié, à lui et Teddie. Elle ne savait pas que Gabriel l'aimait vraiment comme un ami, quelque part elle avait toujours cru qu'il se jouait de lui, pour dieu seul sait quelle(s) raison(s). « Enfin, j'imagine que tu es fier de toi. Tu seras sans doute heureux d'apprendre que Jason le sait aussi. » Elle marqua une pause, pour mieux le fusiller du regard « Et qu'il n'en a absolument rien à faire. » Ça, c'était de la méchanceté gratuite. Parce qu'à vrai dire, tout comme avec Teddie, Mille n'avait jamais vraiment su les réels sentiments de Gabriel à l'égard de Jason. En plus, ça décrédibilisait complètement la raison de sa colère, et donc de sa venue, puisqu'elle aurait dû être en mesure de comprendre qu'il n'y a rien de grave à avoir envie d'être honnête avec son meilleur ami. Mais encore une fois, c'était beaucoup trop différent. C'était différent parce que Millie voulait un avenir avec Teddie, et vice-versa, même s'il n'était qu'amical, alors qu'à l'inverse, Jason lui avait déjà dit à plusieurs reprises qu'il n'envisageait plus rien avec Gabriel.

Et là, noyée dans sa haine, elle s'arrêta de parler, et attendit la réaction. Quelle qu'elle soit, pourvu qu'elle soit forte. Pourvu qu'il explose, pour une fois, parce qu'elle en avait besoin. Et elle savait, de toute façon, que dès qu'on voulait de l'explosif, Gabriel était l'homme de la situation.


ONE FAMILY.

Merci pour tout coeur2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Gabriel M. Griffin "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Ryan Taylor × Nombre de messages : 1780 × Age du perso : 22 ans. × Job : Le retour du fils prodige (tu parles). × Côté love : Millol.


Message(#) Sujet: Re: DAMN YOU. (gaby) Sam 18 Jan - 19:57

C'était totalement prévisible bien sûr, que Millie se mette à lui hurler dessus. Évidemment, pourquoi ça le surprenait. La force de sa voix le fit froncer les sourcils parce que, aussi con que ça puisse paraître, il n'avait jamais soupçonné qu'un être aussi frêle que Millie puisse crier comme ça. En plus de ça, entendre les filles crier l'avait toujours laissé perplexe ; leurs paroles se confondaient en un brouhaha énervant qu'il ne prenait jamais la peine de décrypter. Pourquoi le faisait-il avec elle, dans ce cas... il aurait préféré ne rien entendre et l'ignorer comme il savait si bien le faire. Mais la voix grinçante de la brune s'écrasait impitoyablement sur ses tympans, lui assénant des paroles assassines et sarcastiques. Il en oublia de fumer en rendant son regard furieux à Millie, avec les intérêts en plus. « Comme si j'en avais quelque chose à faire que tu me croies ou non. De toute façon le mal est fait, alors arrête de hurler, tu veux ? » dit-il sèchement, priant pour qu'elle se taise. Comme il fallait s'y attendre, Millie n'en fit rien. Elle lui reprocha évidemment d'avoir avoué à Teddie, s'époumonant qu'il n'avait pas le droit de faire ça. Comme si il allait attendre son autorisation pour dire ce qu'il avait envie de dire à qui il voulait, c'était quand même incroyable. Ça crevait les yeux que Millie ne croyait meme pas en ses propres paroles, si ce n'était rien, elle n'aurait pas du être hors d'elle à ce point et Teddie n'aurait pas du en être affecté comme ça -mais ça, il se garda bien de le lui dire.

Ce qui l'étonnait le plus dans l'histoire, c'était qu'elle soit aussi terrifiée à l'idée que Teddie puisse être au courant de cette stupide histoire. Parce que lui avait été au courant seulement des sentiments de Teddie envers elle, jamais de ceux qu'elle portait à Teddie. Mais il n'allait sûrement pas lui faire la grâce de la mettre au courant du fait que quelque chose avait sûrement existé entre eux, puisque de un ce n'était sûrement plus le cas -grâce à eux- et que de deux, elle lui cloua le bec avant qu'il n'ait pu dire quoi que ce soit. Jason était au courant. Gabriel la fixa avec des yeux ronds, partagé entre l'ahurissement et la fureur. Il penchait plutôt vers la fureur, en fait. Cette petite hypocrite osait se pointer ici et lui hurler qu'il était le seul fautif dans l'histoire, alors que de son côté, elle faisait la même chose. « Et toi, ça t'a échappé peut-être aussi ? » siffla-t-il, abandonnant tout air faussement détaché, faisant éclater sa colère au grand jour. Gabriel se doutait que non. Si lui avait lâché l'info contre sa volonté, elle avait sûrement mis Jason au courant pour le simple plaisir de l'éloigner encore un plus de Gabriel. Porter le coup de grâce, en quelque sorte, puisque de toute façon leur relation était déjà réduite à l'état de champ de ruines. Quand on y réfléchissait bien, elle était sur tous les fronts, foutant en l'air les seules relations auxquelles il tenait vraiment, d'abord avec Teddie -rappelons que l'initiative venait d'elle en fin de compte, maintenant avec Jason. Il serra les dents. « Et qu'il n'en a absolument rien à faire. » dit-elle avec un temps de retard, mesurant sûrement toute la portée de ses paroles. Elle ne pouvait cependant pas se rendre compte à quel point ça le touchait. Gabriel espérait qu'elle avait dit ça simplement pour l'énerver mais quelque chose lui disait qu'au fond, ce n'était pas impossible qu'effectivement Jason s'en tamponne complètement de ce qu'il pouvait faire et avec qui il pouvait le faire. Son poing partit tout seul, s'abattant à grand fracas contre la table qui se trouvait derrière lui, alors qu'il aurait vraiment aimé que la fragile Millie en fasse les frais.

Gabriel se détourna, s'éloignant d'elle comme de la peste. Il sortit de la cabane et jeta son mégot au loin, posant ses paumes sur le sommet de son crâne, ne sachant pas très bien s'il essayait de contenir sa colère ou de se protéger contre ses propres désillusions. Il expira, son cœur battant furieusement contre les parois de sa cage thoracique, puis retourna dans la cabane. Gabriel en voulait tellement à Millie qu'il avait du mal à se contrôler. Ça le surprenait lui-même d'être à ce point affecté par ce qu'elle avait dit, et il ne l'en détestait que plus. « Je t'emmerde Millie, toi et tes reproches débiles. » dit-il en pointant un doigt accusateur sur la jeune femme, la voix vibrante de colère. « La seule personne que tu dois blâmer ici, c'est toi mais ça, ça te passe sûrement au dessus de la tête pas vrai ? » Il tournait comme un lion en cage, les poings serrés, en lançant des regards furieux à Millie. « De toute façon c'est sûrement mieux pour Teddie qu'il reste loin d'une peste comme toi et là tu vois, je suis vraiment super content de lui avoir dit la vérité, si ça peut lui ouvrir un peu les yeux sur quel genre de personne tu es. » Rendre coup pour coup, frapper dans le mile, la mettre à terre par ses paroles puisqu'il ne pouvait pas le faire avec ses poings. Coup bas, mais efficace.






amour tendresse et chocolat:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Millie Kingsley "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : amelia zadro × Nombre de messages : 819 × Age du perso : 21 × Job : étudiante en rien. superstar rescapée d'un crash aérien. poupée de chiffon. × Côté love : les démons du passé et puis ceux du présent.


Message(#) Sujet: Re: DAMN YOU. (gaby) Dim 19 Jan - 0:31


« Et toi, ça t'a échappé peut-être aussi ? » Elle ne lui répondit qu'un sourire, un sourire provocateur, faussement amusé, comme pour lui faire croire qu'elle l'avait fait exprès. Alors que pour le coup, elle avait été dans l'exacte même situation que Gabriel : elle n'avait jamais vraiment eu envie de le dire à Jason, mais elle avait ressenti le devoir de le faire. Bien sûr qu'elle avait espéré que ça éteigne le peu de sentiments que Jason avait encore pour Gaby, si toutefois il lui en restait. Mais si le sentiment de culpabilité lui avait été inconnu, elle n'aurait jamais rien dit. Au fond, Millie, elle n'agissait jamais dans le but de faire de la peine à qui que ce soit ; seulement, elle avait trop peu de tact, et ne réfléchissait que trop rarement avant de parler. Non, généralement, elle n'agissait pas par méchanceté. Sauf à cet instant, exceptionnellement, parce qu'elle ne voyait aucune raison valable de ne pas le faire ; parce qu'au fond, c'était vraiment tout ce qu'il avait mérité.

Millie ne savait pas ce qu'elle venait de déclencher dans le fort intérieur de Gabriel, elle ne pouvait que deviner que c'était au moins aussi fort que sa réaction ; au final, elle avait réussi à obtenir l'effet escompté. Elle aurait même pu s'en réjouir, juste parce que ça avait marché, mais l'heure était trop grave pour qu'elle se félicite d'avoir mis Gabriel en rogne. Ça n'était pas suffisant. Il fallait plus que des cris pour évacuer la colère qu'elle contenait. Ou plutôt, qu'ils contenaient, puisqu'il était désormais clair que Gabriel était au moins aussi en colère que Millie à cause de sa stupide remarque sur Jason. Ce que ça voulait dire exactement, sur leur relation à tous les deux, sur les sentiments qu'ils portaient l'un à l'autre, elle aurait le temps de s'y intéresser plus tard. Gabriel sortit en furie de la cabane et Millie profita de sa courte absence pour tenter de se calmer. Inspire, expire.. Elle cherchait déjà une solution pour récupérer Teddie, pour lui dire, lui montrer à quel point elle était désolée mais rien ne lui venait en tête, c'était comme si son esprit n'était pas apte à considérer quoi que ce soit d'à peu près sensé, pour le moment. Elle avait juste des envies de meurtres, et pas la place pour penser à autre chose. Quand Gabriel rentra, aussi vite qu'il était sorti, il ne tenait pas en place. Millie, à l'inverse, était droite, immobile, pétrifiée presque, parce qu'elle savait que si elle bougeait, là, maintenant, elle risquait de perdre le contrôle d'elle même. Ce fut un flot d'insultes, de reproches et de couteaux dans le cœur ; à le voir, elle avait réussi à le rendre encore plus enragé qu'elle ne l'était elle-même. A sa première phrase, elle partit dans un rire nerveux, plutôt malgré elle. Elle avait atteint un niveau de pression trop élevé qu'elle avait besoin de relâcher très vite. A sa deuxième phrase, elle ne put s'empêcher de répliquer. « La SEULE personne, tu en es sûr ? Je n'ai pourtant pas eu l'impression de t'avoir forcé à quoi que ce soit. »  C'était dérangeant de se référer à cette soirée-là. Ni l'un ni l'autre n'avait réellement envie d'y penser. Ceci dit, il était nécessaire de lui rappeler qu'ils étaient deux, et que, jusqu'à preuve du contraire, Millie n'avait pas le souvenir d'avoir vu Teddie et Gabriel ensemble, dernièrement ; serait-il donc possible que Teddie lui en veuille tout autant ?

À la troisième remarque de Gabriel, cependant, elle explosa à son tour. Elle attrapa le premier objet qui lui tomba sous la main – en l’occurrence une petite mallette en fer qui semblait vide – et la balança de toute ses force dans sa direction. « Ne parle pas de ce qui est mieux pour Teddie, pas à moi, tu ne sais pas ce qui est mieux pour Teddie ! » Elle s'avança précipitamment vers lui, le poing serré presque prêt à lui tomber sur le visage, les ongles qui lui rentraient dans la paume de la main. « Arrête de parler Gabriel, tu ne sais rien. » Rien de ce qu'elle ressentait pour Teddie, rien sur elle, rien sur eux. Il croyait savoir, sans doute, il se croyait savoir à partir de ce que Teddie lui disait mais il ne la connaissait pas, elle, et il ne les connaissait pas, eux ; et d'ailleurs, il ne connaissait pas Teddie non plus, pas aussi bien qu'elle. Le cœur battant à tout rompre, elle calma sa voix sans pour autant desserrer le poing. Parce que les derniers mots de Gabriel passaient en boucle dans sa tête, et parce qu'il a raison. Enfin presque. Il a raison, parce que c'était de sa faute, à elle, principalement. C'était tellement stupide : elle avait ce qu'elle croyait être la bonne solution pour éloigner Gabriel de Teddie, et le piège s'était retourné contre elle. Oh, non, éloigner Gabriel, ça, elle avait clairement réussi. Mais elle s'était éloignée, elle, encore plus. Elle releva la tête vivement et planta son regard dans celui de son interlocuteur. « Que tu restes loin de lui. C'était tout ce que je voulais. Tu le mérites pas, alors oublie-le. » Voilà, c'était dit. C'était dit maladroitement, d'une manière enfantine, même plutôt immature, mais ce n'était ni plus ni moins que ce qu'elle était.

Au final, avaient-elle besoin de le haïr ? Ils se ressemblaient plus qu'elle ne voulait le voir, plus qu'elle ne pourrait l'admettre, et depuis le début, il avait raison sur tout. Alors, bien sûr, elle aurait pu s'en tenir à ça. Ne rien rajouter, lui tourner le dos, et s'en aller, mais ce n'était pas encore assez. Son petit poing ridicule était encore serré, et elle avait besoin de l'abattre quelque part. « Et reste loin de Jason aussi, tant qu'on y est. Tu pourris tout ceux que tu touches, Gabriel. Et moi, ces gens-là, j'en ai besoin. » Non, elle n'avait sans doute pas besoin de le haïr. Quelque part, en fait, elle devait en avoir envie.


ONE FAMILY.

Merci pour tout coeur2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Gabriel M. Griffin "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Ryan Taylor × Nombre de messages : 1780 × Age du perso : 22 ans. × Job : Le retour du fils prodige (tu parles). × Côté love : Millol.


Message(#) Sujet: Re: DAMN YOU. (gaby) Dim 19 Jan - 11:49


C'était vrai, parfaitement vrai. Elle ne l'avait forcé à rien du tout, il était en fait au moins aussi coupable qu'elle. Tout ce qu'il avait à dire pour sa défense était qu'il n'avait fait que subir un peu cet excès de charme dont elle avait usé ce soir là, mais il aurait suffi de dire non, de se moquer d'elle et de lui tourner le dos. S'il avait fait ça, juste ça, ils n'en seraient pas là aujourd'hui à s'étriper comme les deux hargneux qu'ils étaient. Il n'eut toutefois pas le temps de se remémorer ce mauvais souvenir de sa faiblesse typiquement masculine, car aux dernières paroles assassines qu'il prononça, Millie explosa. Gabriel n'eut pas le temps d'éviter la mallette que lui jeta furieusement Millie, et il se la prit en plein ventre. La encore, il avait largement sous-estimé la force de Millie. Elle essayait de le ratatiner de toutes les manières possibles, lui assénant avec une conviction féroce qu'il n'avait aucune idée de ce qui était bien pour Teddie, ses malheureux petits poings serrés prêts à s'abattre sur lui à tout moment. Il bouillonnait littéralement de rage. « Tu ne sais rien. » disait-elle. Dans le fond il était probable qu'il ne sache pas vraiment de quoi retournait la relation entre Teddie et elle. Il n'avait pas cherché à creuser sous la surface, lui n'avait pas jugé bon de s’immiscer avec si peu de tact dans la vie sentimentale de son ami si il n'en prenait pas lui-même l'initiative. Teddie l'avait aidé, un peu, à accepter cette foutue relation avec Jason, mais s'il n'était pas allé le trouver il n'aurait pas cherché à en savoir plus et c'était ce qui en faisait toute la valeur de leur amitié. Il était clair qu'ils avaient beau être proches, il y avait des choses dont ils ne parlaient pas, et c'était très bien comme ça. Alors oui, peut-être qu'il ne savait rien à propos d'eux. Ce qu'il savait par contre, c'est qu'elle savait très bien fourrer son nez partout dans ses propres affaires, intervenant avec la grâce et la délicatesse d'un éléphant dans un magasin de porcelaine dans ce qui, à son avis, ne la concernait absolument pas. La preuve. « Que tu restes loin de lui. C'était tout ce que je voulais. Tu le mérites pas, alors oublie-le. »

Gabriel était tellement outré qu'il était incapable de s'exprimer sur ce qu'il venait d'entendre. Il resta simplement figé, les yeux fixés sur elle. S'il n'était pas aussi contenu, s'il avait pu se laisser aller à un meurtre, un tout petit meurtre de rien du tout. Garce. Elle avait donc fait ça à dessein, dans le but de les éloigner lui et Teddie. Gabriel avait peine à y croire tellement c'était stupide. D'ailleurs, quel mal avait-il fait à ce pauvre Teddie pour qu'elle tienne à ce point à les séparer ?  Il trouvait ça tellement absurde qu'il se mit à rire, un rire silencieux qui n'avait rien d'amusé. Loin de là. En temps normal, avec un peu plus de maîtrise, il lui aurait sûrement posé la question, pour essayer de comprendre pourquoi. Mais les mots restaient bloqués dans sa gorge.

A bien y regarder, on pouvait se dire que d'eux deux, c'était elle la plus fautive dans l'histoire, à aller le séduire comme ça. Évidemment qu'elle s'en voulait maintenant, qu'elle cherchait un responsable autre qu'elle-même pour expliquer le fait que Teddie ne voulait plus les voir en peinture. Gabriel ne la comprenait que trop bien parce que c'était ce qu'il faisait, tout le temps. Ils étaient aussi con l'un que l'autre, et cette discussion ne menait à rien, sinon à déverser toute leur bile. En l'occurrence, c'est vrai qu'ils avaient mutuellement choisi la meilleure personne à qui s'en prendre pour passer leurs nerfs. Il aurait aimé lui dire qu'il n'était pas question qu'il reste loin de Teddie, qu'elle n'avait absolument pas son mot à dire. Il aurait aimé lui faire comprendre à quel point ça lui faisait pitié qu'elle en vienne à ces extrêmes pour satisfaire ses petits désirs à deux balles, imprimer dans son petit cerveau buté qu'en aucun cas il ne l'oublierai pour ses beaux yeux. Elle non plus ne savait rien, elle ignorait tout de ce que pouvait être leur amitié, de ce qui venait d'être piétiné avec aussi peu de considération. C'était de leur faute, oui, mais surtout de la sienne, à elle. Pour qui se prenait-elle à exiger des choses pareilles, alors qu'elle avait séduit sans aucun regret le meilleur ami de son potentiel petit-ami. Bien fait pour elle si aujourd'hui, elle se retrouvait toute seule. Mais pour être certaine de ne pas être la plus seule, il fallait forcément qu'elle le terrasse lui, le réduisant à peau de chagrin en lui interdisant -comme si elle avait une quelconque autorité sur lui- de voir Jason. L'entendre prononcer son prénom lui donnait des pulsions meurtrières, comme si elle avait le droit de lui parler de lui ; comme si elle savait tout. Ce qui lui faisait le plus peur en fait, c'était qu'elle sache effectivement tout, même des choses que lui ignorait à propos de Jason, des choses qu'il avait pu dire, ce qu'il pensait, tout un tas de trucs qu'il aurait aimé savoir et que Millie venait brandir sous son nez d'un air triomphant.

Et puis, elle avait raison, et c'était horrible. Gabriel détruisait tout ce qu'il touchait, toutes ses relations finissaient en lambeaux, tout le monde terminait à la casse dès qu'il avait fait l'erreur d'entrer dans leurs vies. Il n'avait pas le souvenir d'avoir gardé quelqu'un intact, d'aussi loin qu'il s'en souvenait. Et ça remontait à loin. C'était vrai, et c'était blessant. Il aurait préféré qu'elle le roue de coups plutôt qu'elle lui dise une vérité qui faisait mal à ce point. Et puis ça n'était pas la première fois qu'il se disait ça, mais qu'on le lui dise en face, c'était d'autant plus percutant. Elle était décidément très forte à ce jeu là, à qui ferait le plus souffrir l'autre. Lui était à sec, lessivé, vidé de toute volonté. Elle avait gagné, bravo, il devait avoir une médaille quelque part à lui décerner. La seule chose dont il se félicitait dans un accès de méchanceté, c'est qu'il avait visiblement réussi à la pourrir elle, autant qu'elle le faisait avec lui, là maintenant. « Mais eux n'ont pas besoin de toi, Millie. » souffla-t-il. La colère était redescendue, sourde mais prête à exploser à tout moment. « Je crois pas que Teddie ait besoin de quelqu'un qui se tape ses amis les plus proches simplement parce que mademoiselle est jalouse »  Parce qu'il n'y avait que ça, quoi d'autre. Il ne mentionna pas le fait que ledit meilleur ami avait en prime accepté sans broncher mais soit. « Alors de toi à moi, celle qui devrait rester le plus loin de Teddie, c'est toi. Mais bon je crois que t'as pas besoin de te forcer, il a déjà plus envie de te voir pas vrai. » dit-il en reprenant son ton sarcastique, songeant au fait que lui non plus, Teddie n'avait sûrement plus envie de le voir. « Si t'as rien d'autre à me dire, la sortie, c'est par là. Sinon, dis le tout de suite et après, tire-toi » C'est vrai, qu'est-ce qu'il y avait à ajouter. Millie gardait les poings serrés dans une attitude de défi qui aurait pu le faire marrer en d'autres circonstances, mais là, il espérait juste que le coup parte enfin parce que c'était tout ce qu'il méritait.

(C'est tellement pitoyable que j'ai envie de pleurer Laughing)






amour tendresse et chocolat:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Millie Kingsley "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : amelia zadro × Nombre de messages : 819 × Age du perso : 21 × Job : étudiante en rien. superstar rescapée d'un crash aérien. poupée de chiffon. × Côté love : les démons du passé et puis ceux du présent.


Message(#) Sujet: Re: DAMN YOU. (gaby) Lun 20 Jan - 19:43


Elle le laissa parler, haletante, le cœur battant. Et chacune de ses phrases, chacun de ses mots ne faisait qu'accroître la fureur qu'elle contenait en elle. C'était impossible. Impossible de penser qu'ils n'avaient pas besoin d'elle, c'était trop blessant à croire. Jason avait-il d'autres amis à qui confier ses plus noires pensées ? Teddie savait-il rire avec d'autres personnes qu'elle ? Ou alors, il avait raison : elle était seule à avoir besoin d'eux, mais eux étaient parfaitement capables de vivre tout aussi bien sans elle. Ça ne lui plaisait pas, pas du tout. Mais elle le laissa continuer, enchaîner les paroles assassines, et c'était de pire en pire. Celle qui devait rester loin de Teddie, c'était vrai, c'était elle. Enfin, il ne fallait pas avoir bac+12 pour arriver à la conclusion qu'elle avait merdé, qu'elle était allée voir Gabriel, qu'elle et elle toute seule, avait sans doute, inconsciemment certes, choisi de perdre Teddie. Parce que ça faisait trop peur de savoir qu'on pouvait ne dépendre que d'une personne, et, peut-être, elle avait fait exprès de couper les ponts, de faire la c*nne, de tout détruire, car c'était beaucoup plus simple d'être seul, on n'avait beaucoup moins à perdre. Elle qui se persuadait depuis le début qu'elle avait agi dans le seul but de garder Teddie pour elle toute seule et pour toujours, elle était bien obligée de constater aujourd'hui qu'elle avait choisi la pire solution ; et que si elle avait été moins bête, elle aurait pu en trouver mille autres bien moins destructrices, qui n'auraient blessé personne. Par exemple, elle aurait pu accepter Gabriel. Simplement l'accepter, sans être obligée de l'aimer, ou d'être amie avec lui, juste accepter sa relation avec Teddie, mettre sa jalousie de côté, se rendre compte qu'il était, de toute façon, complètement absurde de penser que ce grand blond pouvait remplacer Millie dans la tête, et dans le cœur de Teddie. Elle aurait pu aussi ne pas partir comme une voleuse la dernière fois qu'elle avait vu ce dernier : faire face à ses démons, affronter la vérité, lui dire qu'elle l'aimait. Simplement. Tout simplement. Alors pourquoi avait-elle dû choisir de se compliquer la vie ? Pourquoi toujours choisir ce qui est compliqué, et méchant, et réducteur, et qui fait souffrir tout le monde, si c'est pour toujours finir avec des regrets ?

Et puis, à un moment, il finit sa tirade et lui offrit gentiment la possibilité de partir. Mais c'était trop tard, elle ne pourrait pas partir avant de lui avoir arraché la tête et l'avoir regardé triomphante se vider de son sang. Chacun des mots de Gabriel cognant dans son esprit dans un échos qu'on n'arrive pas à éteindre, elle sentit ses yeux s'humidifier, submergés par des larmes de rage. Simplement parce que mademoiselle est jalouse, déjà plus envie de te voir... Eux, ils n'ont pas besoin de toi. D'abord, sa main droite, encore serrée en un poing de fer, vint s'écraser contre l'arête du nez de Gabriel ; le reste, elle ne fut absolument pas en mesure de le contrôler. Elle se mit à le ruer de coup, sans s'arrêter, sans schéma précis, frappant aussi fort qu'elle le pouvait, juste parce qu'elle voulait qu'il ait mal. Aussi mal qu'elle avec ses simples paroles. Puis, d'un coup, elle le poussa violemment hors de sa hutte, folle de rage, complètement hors d'elle, prononçant des mots qui n'avaient plus aucun sens, lancés n'importe comment dans des phrases saccadées, entrecoupées de ses coups. « Mais va te faire foutre Gabriel, p*tain, regarde-toi, t'es ridicule, t'es minable, tu t'ennuies tellement que t'es obligé de tenter des expériences débiles sur des gens qui le méritent pas, juste parce que t'as trop peur de te retrouver tout seul ! »  Elle fit une pause dans son attaque, juste le temps de souffler, de reprendre sa respiration. Juste le temps d'essuyer en vitesse les larmes qui perlaient au coin de ses yeux. Juste le temps de rajouter : « Mais TU ES tout seul, et tu vas le rester, tout le temps. C'est vrai, regarde toi, répéta-t-elle, qui voudrait d'une personne comme toi ? » Pas moi ; pas Jason ; plus maintenant, en tout cas. Et puis, dans un excès de colère, elle réussit à le pousser assez fort pour qu'il perde l'équilibre, et qu'il s'écrase contre le sable. « C'est de TA faute si je n'ai plus Teddie aujourd'hui, et c'est de TA faute si tu as perdu Jason aussi, c'est toujours de ta faute, c'est pas... » la fin de sa phrase se perdit quelque part entre sa gorge et ses lèvres, et, prenant enfin entièrement conscience de ce qu'elle allait dire, elle conclut, dans une voix étouffée : « … c'est presque pas de la mienne... ». Presque pas. Ou presque que, mais il était encore trop tôt pour l'admettre. Elle se laissa tomber à côté de lui, dépitée par la simple conclusion à laquelle elle venait de parvenir, incapable de regarder Gabriel, mais toujours prête à lui en recoller une s'il le cherchait à nouveau. Là, tout de suite, ils avaient l'air de deux dépressifs alcooliques, mais ça n'avait qu'une moindre importance comparée à l'évidence qui se pointait comme un intrus dans son cerveau : tout ce qu'elle venait de lui dire, le moindre mot, était tout aussi valable pour elle.


ONE FAMILY.

Merci pour tout coeur2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Gabriel M. Griffin "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Ryan Taylor × Nombre de messages : 1780 × Age du perso : 22 ans. × Job : Le retour du fils prodige (tu parles). × Côté love : Millol.


Message(#) Sujet: Re: DAMN YOU. (gaby) Mar 21 Jan - 17:25


Dire qu'il avait réussi à mettre Millie hors d'elle était un euphémisme. A croire qu'il l'avait fait exprès, mais même pas. Gabriel était juste incroyablement stupide quand il s'agissait des sentiments des gens et encore plus quand il s'agissait des siens ; si on ajoutait à cela le fait qu'il cédait à la colère aussi rapidement qu'un claquement de doigts et que, en temps normal, il réfléchissait rarement à ce qu'il disait, on avait au bout du compte un beau tas de ruines – et une raclée bien méritée. Finalement, elle avait fini par le frapper. Et elle ne se contenta pas de ça, attaquant la moindre parcelle de son corps qu'elle pouvait atteindre, appuyant sa fureur de paroles dans la continuité de celles qui les avaient précédées. Gabriel se souvint non sans une once d'ironie qu'il avait prié pour recevoir ces coups là il n'y avait pas deux minutes. Millie lui reprocha entre deux coups de poings de faire des 'expériences débiles sur les gens qui ne le méritaient pas' et il se demanda si elle savait à quel point sa remarque puait l'hypocrisie. C'était vraiment le comble.

Il se fit jeter hors de sa propre cabane et il subit sans broncher les flot d'injures qui lui tomba dessus, à des milles de lui rendre ses coups ; il y avait quelque chose dans la colère de Millie qui le rendait humble -si une telle chose était possible. La petite brune essuya rageusement les larmes qui avaient eu l'audace de rouler sur ses joues, des tâches colorées commençant à y apparaître. « qui voudrait d'une personne comme toi » lui jeta-t-elle à la figure. Mange-toi ça, Gabriel. Tout son corps trahissait la haine qu'il lui inspirait, le moindre de ses regards le terrassait, et lui la regardait, l'air ahuri, sans rien faire, finissant le cul dans le sable.
Sa faute s'il avait perdu Teddie, Jason, qu'il réduisait Millie en miettes, qu'il s'enterrait lui-même sous ses propres erreurs et faux pas.  « … c'est presque pas de la mienne... » finit-elle par ajouter. Bon, on pouvait considérer ça comme un début. Un goût de sang dans la bouche, Gabriel se laissa tomber en arrière quand il fut sûr que Millie ne se jetterait plus sur lui, les yeux ouverts sur le ciel immense. Il sentit plus qu'il ne vit Millie s'affaler à côté de lui en silence. Le silence.

Comment en étaient-ils arrivés là, Gabriel le savait très bien, la question était de savoir comment ils allaient en sortir. Chacun de son côté semblait reporter la faute sur l'autre, sans avoir ne serait-ce qu'un gramme de crédibilité, au vu de leurs réactions à tous les deux. Aucun n'était prêt à céder quoi que ce soit à l'autre, même si l'évidence commençait lentement à faire son chemin jusqu'à leurs petits cerveaux têtus. Le calme s'éternisa. De temps en temps il entendait Millie renifler ou remuer, mais elle continuait de se taire, entretenant le climat soudain plus paisible qui s'était installé. Ca lui convenait beaucoup mieux ; sans surprise il arrivait à réfléchir plus clairement et à mettre de côté sa colère contre Millie. Ce ne fut qu'au bout de longues minutes que Gabriel brisa le silence. « Millie, je ne vais pas m'excuser et je sais que tu ne le feras pas non plus. » Il tourna la tête vers la jeune femme assise non loin, observant son profil boudeur. « Je ne compte pas perdre Teddie, quoi que tu puisses dire -ou faire... » il marqua une pause ironique, n'ayant plus peur de la mettre encore en colère « … pour ça. Ça ne marchera pas. » Il ne précisa pas qu'il ne comptait pas rester loin de Jason non plus. Compte tenu de la proximité qu'elle et lui partageait, ça aurait été stupide. « va falloir faire avec. »

Il se redressa et la toisa prudemment. Cette fille était une véritable furie quand elle s'y mettait. Avec le temps, il apprendrait à rire de tout ça. Pour l'heure il était encore trop à cran pour ne pas lui en vouloir. Il était clair cependant que ça ne pouvait pas durer, qu'ils ne pouvaient pas se taper dessus à chaque -pardon, qu'elle ne pouvait pas lui taper dessus à chaque fois qu'ils auraient le malheur de se croiser. Elle allait devoir accepter qu'il soit dans l'entourage de Teddie, qu'elle le veuille ou non. Enfin, encore fallait-il que Teddie accepte de lui reparler un jour. Ça, c'était une toute autre histoire.






amour tendresse et chocolat:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Millie Kingsley "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : amelia zadro × Nombre de messages : 819 × Age du perso : 21 × Job : étudiante en rien. superstar rescapée d'un crash aérien. poupée de chiffon. × Côté love : les démons du passé et puis ceux du présent.


Message(#) Sujet: Re: DAMN YOU. (gaby) Mar 28 Jan - 23:40

Au bout d'un moment, allez savoir pourquoi, tout devint calme ; silencieux. C'était presque paisible si on en oubliait ce qui s'était passé quelques secondes plus tôt : le calme après la tempête, pour une fois, l'expression prenait tout son sens. Parce que, oui, ce qui s'était passé quelques minutes plus tôt, ça avait été une vraie tempête ; un ouragan. Entre des mots lancés en l'air sans aucune prévision de la chute, des coups frappés à tout-va et la petite voix dans sa tête qui l'accusait de tout, elle, et qui déchargeait Gabriel de toute responsabilité dans l'affaire, Millie avait l'impression qu'elle avait été actrice d'un procès qu'elle avait elle-même commandité et qu'elle était en train de perdre. Et si le silence qui s'était abattu sur eux avait quelque vertu bénéfique sur le grand blond, il n'en était qu'un poids de plus à surmonter, pour elle. Parce que ça l'obligeait à se retrouver seule confrontée à ses pensées, à ses doutes, à ses questions, sans cesse plus nombreuses et auxquelles elle n'avait pas envie de savoir répondre. Ça l'obligeait à faire la part des choses. Ça l'obligeait à retracer tout, absolument tout ce qui l'avait conduite ici aujourd'hui. Teddie, Gabriel, Millie. Teddie, Gabriel, Millie, Jason. Au final, ça tournait toujours autour de la même chose, toujours autour des mêmes personnes, ces énergumènes toutes plus nulles les unes que les autres qui aurait dû savoir s'aimer sans se demander pourquoi, vivre leur vie ensemble, dans la joie et la bonne humeur. Mais non, non, bien sûr, ça n'avait pas été possible. Il avait fallut qu'il choisisse la destruction au bonheur. Était-elle vraiment la pire des quatre ? Comme ça, couché sur le papier, on en aurait dit quoi ? « C'est l'histoire d'idiots qui s'aiment et qui ne savent pas se le dire ; c'est l'histoire d'amis qui se mentent et d'amants qui s'enfuient ; en fait, tout bêtement, c'est une histoire d'une simplicité consternante qu'il semble plus facile de compliquer. » Leur histoire, à eux quatre, c'était la même, à quelques détails près. C'était un bordel monstre de sentiments qui se battaient, aucun de voulant laisser l'autre prendre la place principale sur les minuscules trônes battants qu'étaient leurs cœurs. Si Millie ne savait pas dire « je t'aime », il en allait de même pour les trois autres. Si Millie préférait se mentir plutôt que d'assumer, face au monde et surtout face à elle-même, ce qu'elle ressentait (que ce soit pour Teddie, pour Jason, ou même pour Gabriel), il en allait de même pour les trois autres, aussi. Ce qui se passait depuis quelques semaines n'avait aucun sens. Tout n'était qu'un enchaînement d'excuses bidons et de prétextes, pour faire durer l'illusion encore un peu plus longtemps. L'amitié de Teddie et Gabriel, celle de Millie et Jason, l'amour naissant, les histoires de baisers échangés, de paroles jamais dites, les dérapages des uns et des autres, les mensonges, les cachotteries,... C'était comme s'ils ne savaient plus vivre autrement. Et pourtant, tôt ou tard, il allait falloir que la vérité éclate. Il allait falloir que ça cesse. Parce que, vus de l'extérieur, ils étaient navrants.

Et puis...

Et puis Gabriel reprit la parole, et le regard de Millie fut immédiatement aimanté à ses mots. Ses mots plus calmes, moins agressifs, qu'elle laissa couler. Non, elle n'allait pas s'excuser. Elle retint une ultime provocation, parce qu'elle avait quand même très envie de le lui dire, qu'elle n'avait aucune raison de s'excuser pour quoi que ce fut, mais elle savait que ça sonnerait faux, parce qu'elle n'en était pas elle-même convaincue. Il lui servait le discours du meilleur ami mis à mal, ni plus ni moins. Le « je n'ai pas l'intention de le perdre », tout ce bla-bla. Et peut-être qu'elle avait simplement à le croire : à admettre. Qu'ils étaient vraiment amis. Qu'ils s'aimaient l'un l'autre comme des frères, de la même manière que Millie aimait Jason (et Gaby ne le lui avait jamais reproché pour autant, contrairement à elle). Au final, peut-être qu'il n'y avait rien de plus derrière tout ça. Il avait bien rajouté “quoi que TU puisses dire ou faire” et ça avait servi à lui faire prendre conscience qu'elle se battait toute seule à contre-courant, pour briser un lien dont elle se savait rien. En réalité, Millie avait peur de deux choses. La première, c'était Teddie et Gabriel. Car justement, ça restait un sujet qu'elle ne maîtrisait que trop peu, et dont elle avait fondé le jugement sur des “peut-être”. La seconde, c'était elle et Gabriel. Car, même quand on est la plus dérangée du monde, on ne couche pas avec un mec juste pour l'éloigner de son meilleur ami, ENCORE MOINS quand le mec en question est lui-même l'amant (ou ex, ou que savait-elle) de son propre meilleur ami. Non, c'était beaucoup trop tordu, complètement aberrant, et c'était justement ce qui la terrorisait. Ça voulait dire qu'il y avait autre chose, cette autre chose qui était profondément enfouie au plus profond de son petit corps fragile, cette autre chose qui la poussait, constamment, vers un seul être, une seule personne, lui, Gabriel. Gabriel qui, à priori sans le vouloir, l'attirait comme un aimant quand elle avait besoin de se défouler. La vérité, c'est que ça compliquait encore plus le tableau. À la base, c'est simple : Jason, Gabriel, Teddie, Millie. Quatre quidams qu'on a gentiment déposé sur une île. Au niveau deux, les liens s'étaient créés : Jason rencontre Gabriel, qui lui-même rencontre Teddie, qui lui-même rencontre Millie, qui elle-même rencontre Jason. Au niveau trois, ça se compliquait déjà : Jason et Gabriel se tapent dessus, Teddie et Millie passe trop de temps ensemble, les deux premiers échangent un baiser. Au niveau quatre, ils sont irrattrapables : Des sentiments naissent de tous les côtés, mais ils sont trop forts, ou trop durs à accepter. Millie se découvre une âme protectrice envers Teddie et Jason qu'elle aimerait protéger du diable, à savoir Gabriel. Et c'est là qu'on s'arrête. C'est là que le chemin s'est transformé en une route sinueuse et que tout a soudainement perdu son sens : pourquoi ? Pourquoi Gabriel ? Pourquoi vouloir à tout prix éloigner, de ses deux amis les plus proches, un type auquel elle n'avait jamais parlé de sa vie ? Qu'avait-il de plus, ou de moins, que n'importe quelle autre personne que ses deux mêmes amis fréquentaient ? Eh bien ça, la réponse à ces questions sans queues ni têtes, c'était le niveau cinq : Gabriel faisait ressortir chez Millie un aspect qu'elle n'avait jamais connu avant de le rencontrer ; comme s'il la transformait en une bête sauvage (jugez vous même de par leurs deux derniers face-à-face), comme si, en sa présence, son cerveau s'éteignait et il ne restait plus que son corps et chacune de ses parties pour la guider dans ses faits et gestes. Et elle détestait ça encore plus qu'elle le détestait, lui.

Elle se releva, elle aussi. Qu'est-ce qu'il venait de lui dire, déjà ? Toutes ses réflexions lui avaient embrouillé l'esprit. Ah, oui. « va falloir faire avec. » Pf. C'est ça. Jamais, Gabriel, jamais je ferai avec Teddie et toi, pas tant que j'aurais pas trouvé le moyen de concilier les deux, en tout cas.  Qu'il aille se faire foutre. Il ne comprenait rien, et elle avait la flemme de repartir dans un argumentaire inutile. « J'aime autant faire sans. » Sans, oui, sans. Sans Teddie. Sans toi. Sans personne. T'as gagné, toi aussi, vous aviez tous gagné et puis tant pis, aucune importance, elle en avait marre de se battre avec lui, et encore plus avec elle-même. Néanmoins il fallait qu'elle en sache au moins un peu plus, avant de le quitter. Elle commença à s'éloigner de sa tente, comme si les dernières paroles avaient fait office d'au revoir, puis elle se retourna vers lui. « Pourquoi ? Pourquoi tu tiens autant à lui ? » Pourquoi, alors qu'ils n'avaient absolument RIEN en commun, leurs deux regards avaient connectés au point de les rendre aussi inséparables ? Qu'est-ce qui le reliaient ? Pourquoi l'un avait choisi l'autre et vice versa ? Peut-être... Sait-on jamais, peut-être, que si elle comprenait ça, elle serait enfin en mesure d'accepter.


ONE FAMILY.

Merci pour tout coeur2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Gabriel M. Griffin "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Ryan Taylor × Nombre de messages : 1780 × Age du perso : 22 ans. × Job : Le retour du fils prodige (tu parles). × Côté love : Millol.


Message(#) Sujet: Re: DAMN YOU. (gaby) Dim 16 Fév - 14:43


Est-ce qu'elle croyait vraiment que Gabriel allait se fendre d'une explication sur son amitié avec Teddie ? Est-ce qu'elle avait sincèrement espéré qu'il lui réponde ? Après tout ce qu'elle lui avait dit, toutes les horreurs qui avaient été étalées bien à plat entre eux, il n'était même pas question de lui répondre, de lui expliquer. Il n'en revenait pas. Ce n'était pas une provocation, c'était une demande sincère d'explications, Millie voulait réellement comprendre et, un jour peut-être y verrait-elle plus clair dans cette relation qui à ses yeux n'avait rien de sensé. Ce n'était que maintenant qu'elle réalisait qu'il aurait effectivement été bon de demander pourquoi il tenait autant à Teddie. Pour Gabriel, il était trop tard pour demander ça. Elle avait commencé par la fin, sa question aurait mieux fait d'introduire leur rencontre plutôt que de l'achever. Ils auraient évité bien des ennuis si elle avait simplement demandé ça il y avait quelques semaines, à commencer par le fait qu'ils n'auraient certainement pas couché ensemble, qu'aucune amitié n'aurait été brisée et que personne n'aurait été blessé. A ce moment là, il aurait encore été temps de lui expliquer, de lui dire que oui, c'était bizarre, qu'ils n'avaient peut-être pas grand choses en commun mais quand même plus qu'elle le pensait. Il lui aurait parlé de ce qu'il avait été avant son arrivée sur l'île, de ce que Teddie lui permettait de retrouver au fond de lui. Elle l'aurait peut-être écouté jusqu'au bout, et si elle l'avait détesté à ce moment là, sa haine aurait au moins été justifiée et elle aurait été libre de faire ce qu'elle voulait contre lui. Elle aurait eu toutes les armes en mains pour l'anéantir, si elle avait pris la peine d'en savoir plus sur lui, et sur eux. Au lieu de ça, elle avait préféré écouter ses stupides préjugés et ses suspicions idiotes -ou pas- et se jeter tête la première dans une vengeance qui n'avait pas lieu d'être. A présent elle s'en mordait les doigts, et c'était tout à fait compréhensible ; comme beaucoup de choses que faisait ou disait Millie, il était trop tard, maintenant. Il y avait tout à parier qu'elle en voulait autant à elle-même qu'à Gabriel.Et elle ne voulait toujours pas faire avec, alors qu'il aurait été tellement plus simple qu'elle arrête, qu'elle accepte, qu'elle le laisse vivre de son côté, quitte à séparer Mille& Teddie et Teddie&Gabriel. Quand on y pensait, ça n'avait rien de compliqué, et pourtant... personne n'était capable de revenir en arrière, de baisser les armes et de dire « oui, d'accord, c'est comme ça, on va s'y faire ». Pas même Gabriel qui s'efforçait de se dire que tout était de la faute de la brune alors qu'il avait bel et bien une énorme part de responsabilité dans ce fiasco. Qu'avait-il dans la tête à ce moment là, quand elle s'était approchée de lui avec l'intention évidente de faire de lui sa proie ? Rien, absolument rien. Il avait été un homme dans toute sa splendeur. Il n'avait même pas pensé à la repousser alors qu'il savait qui elle était, et surtout qui elle était pour Teddie. Il s'était juste laissé porté par son désir pour ce lutin au regard prenant, bridant au fond de lui la certitude que ça n’entraînerait que des conséquences dont il serait le seul à blâmer. Non, mais avait-il eu seulement cette certitude. Sur l'instant... il ne s'en souvenait plus et n'avait plus envie de s'en souvenir. Il était préférable de se dire qu'il y avait pensé et qu'il l'avait ignoré plutôt que d'admettre que son sang avait quitté son cerveau pour n'y revenir que trop tard. Il n'avait pas réfléchi. Contrairement à Millie qui elle, avait bien réfléchi, prémédité le moindre de ses gestes. Il avait déjà eu le temps de lui en vouloir pour ça et il s'en donnerait encore à cœur joie les jours qui viendraient. Jamais il ne pensait pouvoir oublier ce qu'il avait appris : cette fille était une garce jalouse et possessive, prête à tout pour éloigner la plus petite menace qui soit de son Teddie. Conclusion, elle avait très bien réussi son coup, mais pour la peine, elle avait ruiné toutes ses chances de garder Teddie rien que pour elle. Bien fait.

Alors bon, faire sans, c'est ce qui arriverait à coup sur. Elle allait faire sans lui, mais aussi sans Teddie, avec tous les remords et les regrets que ça entraînait. Gabriel, lui, allait faire comme il pouvait pour réparer les pots cassés et la détester de loin ; il ne voulait plus rien avoir à faire avec ce phénomène, elle était à ses yeux le diable personnifié, à peu près autant que lui l'était aux siens. Millie avait eu l'occasion d'être quelqu'un d'autre pour Gabriel, la petite amie de son meilleur ami, et Gabriel ne savait pas ce qui lui avait traversé la tête, si elle avait pensé qu'il serait celui qui aurait fait tout capoter dans leur couple ou un autre truc absurde dans ce goût là. Bref, qu'est-ce qu'elle s'était imaginé. En vérité, Gabriel regrettait que ça ne se soit pas passé ainsi, qu'il ait eu la possibilité leur dire amen et d'être simplement content pour son pote, et basta, rien ne serait arrivé de pire. Voilà ou ils en étaient maintenant. Dans un merdier pas possible. A eux quatre, parce que  Jason faisait forcément partie du lot avec toutes ces conneries, oui, ils étaient consternants, de l'extérieur comme de l'intérieur. Ils n'étaient qu'un groupe d'imbéciles heureux incapables de se dire les choses et il y avait peu de chances pour que ça change : tous à leurs manières portaient en eux leur arrogance comme un étendard, tous étaient trop fiers pour avouer leurs tords ou exprimer des sentiments qui auraient pu les faire paraître faibles. Trop fiers pour s'avouer blessés. Ils étaient juste idiots. Alors quand elle lui posa sa foutue question, dernières paroles après s'être levée dans l'intention de partir, Gabriel sentit sa colère se dresser de nouveau en lui, comme un serpent de nouveau prêt à attaquer, à repartir à l'assaut. Il pensa très fort, va ch*er Millie. Et puis, « Va ch*er Millie. Quand j'aurais envie de t'écrire une dissertation sur le pourquoi du comment je tiens autant à lui, j'te le ferai savoir. » ça n'arriverait probablement jamais, elle devait s'en rendre compte. Maintenant, tire-toi, ne reviens plus jamais dans mon champ de vision. Ce qui relevait de l'impossible, puisqu'ils étaient tous les deux coincés sur une île et qu'ils seraient forcés de s'apercevoir de nouveau, et seule la mort pourrait les libérer de cette condamnation à perpétuité. Gabriel se leva et la regarda tourner les talons, captant une dernière flamme de haine dans son regard de glace, avant de se tourner vers le lac. Millie partit en laissant derrière elle un arrière goût amer de trop-dit, l'atmosphère encore imprégnée de tous les mots terribles qui avaient fusé entre eux.






amour tendresse et chocolat:
 
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: DAMN YOU. (gaby)

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-