Aller à la page : 1, 2  Suivant
avatar
» Teddie A. Wadge "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Robbie Wadge, what else ? × Nombre de messages : 517 × Age du perso : TwentyONE. × Job : J'essaie de reconstruire quelque chose qui ressemble à une vie. × Côté love : Le mauvais, sans doute.


Message(#) Sujet: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 12 Jan - 0:25

❝ TEDDIE ARTHUR WADGE ❞ Feat Robbie Wadge ;
depuis que j'suis gosse, on m'appelle juste Teddie, parce que c'est déjà bien assez court comme ça, non ? Parfois, on m'appelle aussi Ted', mais c'est pire. Vous avez vu le film, ou quoi ? Puis, il y a d'autres variantes du genre Teddinours, Teddybear, Ted'bear, et je préfère oublier les autres ✕ j'ai déjà vingt et une piges ✕ je suis né le six octobre dans un endroit nommé Paris ✕ avant j'étais étudiant dans un lycée pourri (et je fais des rimes, vous avez vu ? Paris, pourri ?) ✕ sur l'île maintenant je suis devenu plutôt un glandeur professionnel, même si je l'étais déjà pas mal avant ✕ dans la vie d'tous les jours, on me décrit comme drôle, très drôle même, intelligent parfois, quand j'ai envie, donc pas très souvent en fin de compte, et puis je sais pas... Beau, c'est une qualité ? J'trouve ça beaucoup trop dur de se flatter soi-même, donc je dirai modeste (même si je ne le suis absolument pas en réalité, héhé), mais aussi très distrait, trop distrait, insolent par moment même si, la plupart du temps, c'est plutôt par cynisme ou par ironie, et... immature, puisque malgré que je sois tout à fait capable de me prendre au sérieux et d'assumer mes responsabilités, j'admets préférer les fuir ✕ j'aime par-dessus tout fumer, fumer, fumer. Et puis écrire aussi, j'aime ça depuis toujours je crois, et davantage depuis que je suis ici puisque c'est un peu la seule activité qu'il me reste. Mais surtout, j'aime parler, ah ! qu'est-ce que j'aime parler, je sais pas pourquoi, j'aime écouter ma voix, elle est tellement mélodieuse, puis j'ai toujours tellement de choses à dire, j'arrête jamais de parler en fait, même quand on me demande rien, je parle, je parle tout le temps et franchement, parfois, même moi je trouve ça chiant ✕ je déteste encore plus faire la cuisine, même si on ne peut pas vraiment parler de cuisine ici, mais en tout cas, je déteste préparer à manger, et aussi avoir froid quand je dors, je crois que c'est la chose la plus insupportable au monde, après le fait d'être à cours de cigarettes, ce que je suis forcément depuis le temps qu'je suis là ✕ personne ne le sait, mais je ne suis pas aussi sûr de moi que je ne le laisse paraître, ça m'arrive aussi de pleurer, de douter, d'aimer (même si c'est rare), et en ce qui concerne l'écriture, je suis même pudique à l'extrême étant donné que personne, ou presque, n'a jamais eu l'occasion de me lire ✕ je me distingue par le fait que je passe sans arrêt ma main dans mes cheveux, mais je peux pas vraiment dire que c'est un signe distinctif puisque c'est une manie qu'ont un peu près toutes les filles de Paris (c'est mon petit côté féminin...) ✕ j'avoue, mon orientation sexuelle est plutôt dans le vague...✕ puis en c'moment t'façon j'suis polygame, ou plutôt très généreux puisque je peux imaginer combien il est difficile de se passer de quelqu'un comme moi... C'est pourquoi j'essaie de rendre heureux le plus de gens possible de par ma charmante présence ✕ mais au pire, y'a toujours des speed-datings ici ✕ sur l'île, j'suis plutôt du genre rebelle et même légèrement anarchique ✕ et j'agis ainsi principalement car : c'est ce que je suis, tout simplement. J'me suis jamais vraiment posé la question, j'me pose jamais de questions à vrai dire, jamais. J'agis, simplement, je dis ce que je pense comme je le pense, je fais ce que je veux comme je veux, je pense assez rarement aux autres et surtout, je m'insurge et me révolte devant toute forme de routine, d'obéissance ou de bienséance. Je trouve tout ce qui est conforme profondément ennuyant. Au fond, j'suis peut-être toujours en crise d'adolescence, peut-être même que j'suis né comme ça, ça expliquerait pas mal de choses...


     © Yéséplu
 


Aucun des sophismes de la folie, - la folie qu'on enferme, - n'a été oublié par moi : je pourrais les redire tous, je tiens le système.  
RIMBAUD.


On m'a dit de parler, alors je vais essayer de vous apprendre ce que vous ne savez pas encore. Regardez-moi, regardez-moi vraiment. Je sais que je souris sans arrêt, que je passe mon temps à me moquer des autres, à prendre tout de haut, à balayer d'un revers de main tous vos problèmes, à vous prouver rien qu'en riant sous vos yeux que ça ne compte pas, tout ce en quoi vous croyez, qu'il faut simplement vivre pour vivre. Je sais que je fume trop, que je mériterai parfois de bonnes claques, que tout le monde en a marre de m'entendre raconter que rien n'a de sens. C'est vrai, parfois j'ai l'impression qu'à travers leurs regards, les gens me disent « Mais pleure pour une fois, m*rde ! Souffre, comme tout le monde, arrête d'être heureux, ça nous saoule ! ». C'est difficile d'être heureux dans ce monde là, vous savez ? Tout le monde vous déteste. C'est comme si, j'sais pas, y'avait pas assez de bonheur pour eux tous. Moi, ça me dérange pas de passer mon tour, du bonheur, j'en ai pas besoin. Je fais très bien semblant, vous trouvez pas ? Ils y ont tous cru, depuis toujours. Parce que ouais, je suis peut-être un gosse immature mais je suis pas complètement débile. En tout cas, j'ai la prétention de croire que j'ai appris bien plus de choses que vous tous, sur la vie. Que j'ai compris dès le début tout ce que vous vous efforcez de fuir.

Alors, que vous dire ? J'ai une soeur, une sœur jumelle, Vitalie. Elle est tellement belle... Mais elle est malade. J'veux dire, pas une grippe, non. Elle est vraiment malade. Elle n'atteindra jamais ses trente ans. Il lui reste quoi ? Encore deux, trois, cinq ans, à vivre. Quand je l'ai appris, on en avait vingt, tout pile. Alors, je me souviens, j'avais décidé, moi aussi, de ne pas dépasser la trentaine. Puis... Je m'en suis tellement voulu, d'être aussi lâche, de vouloir vivre, d'avoir peur, d'avoir le choix, et pas elle. De la regarder vivre, grandir et mourir à la fois. Le jour où le diagnostic est tombé, on a tous beaucoup pleuré, même moi, même elle. Et notre mère aussi, mais ça c'était habituel. J'en parlerai après, de ma mère, vous comprendrez. Quand on est rentrés à la maison ce soir-là, Vitalie est montée dans sa chambre après lui avoir promis que tout allait bien aller, que ça s'arrangerait. Bien sûr que c'était faux, depuis quand ça s'arrange, ce genre de choses ? Mais le problème dans notre famille, c'était ça : on devait toujours être bien plus forts que notre mère, on le devait vraiment, pour ne pas qu'elle parte en vrille, pour ne pas qu'elle se barre et qu'elle nous laisse en plan. On devait la convaincre que tout irait bien même si on n'y croyait pas une seule seconde, parce que ça nous tuait de la voir pleurer sans arrêt, pendant le repas ou devant la télévision, la nuit dans son lit ou en prenant sa douche. Elle est bipolaire. C'est très bête comme maladie, ça aussi. Mais c'est surtout très difficile. Pour un rien, elle souffre. Parfois, elle souriait aussi, c'est vrai. Un matin, on descendait pour aller déjeuner et le son de la radio monté au maximum remplissait toutes les pièces de la maison. Ces matins-là, souvent, elle avait préparé des toasts et chantait comme une dingue en déposant les pots de confiture sur la table, mais... Aussi loin que je m'en souvienne, ces moments de bonheur là peuvent se compter sur les doigts d'une seule main. Elle prenait des tas de médicaments. J'ai grandi dans une vraie pharmacie. Parfois, on n'avait plus de céréales ou de lait parce qu'elle oubliait très souvent de faire les courses, mais des pilules, de toutes sortes, dans des tonnes de boîtes, dans toutes les pièces, ça, on en a jamais manqué. Ma mère soignait le moindre mal de ventre ou de tête avec des antidépresseurs et des somnifères. Elle avait peur qu'on tombe malade, comme elle, alors elle nous bourrait de tous ses trucs jusqu'à ce qu'on ne puisse plus rien ressentir, ni la petite douleur qui nous ennuyait ni quoi que ce soit d'autre. C'est drôle, non ? De vivre comme ça, en ayant peur de tout. On lui pardonnait, mais quand on lui a dit pour ma sœur... Ça a été l'effondrement de trop. Et à partir de là, malgré tous nos efforts, on n'a plus jamais su la récupérer. Si j'ai voulu partir, il faut bien que j'avoue que c'est par lâcheté. Au début, même si c'était devenu l'enfer pour de bon à la maison, Vitalie était toujours avec moi. Elle dormait dans ma chambre, prenait sa douche quand je n'étais pas en cours pour que je puisse lui parler à travers la porte, veillait jusque tard dans le salon, assise à côté de moi, attendant gentiment que j'arrête enfin d'écrire pour qu'on puisse aller se coucher. C'était encore un peu de bonheur, quand j'y repense. Mais son état a empiré et elle a dû retourner à l'hôpital, pour ne plus jamais en ressortir. Les premiers mois, j'allais la voir tous les jours, avec maman. Puis elle, elle a commencé à ne plus venir : j'y allais seul. De plus en plus souvent, si bien qu'au final, je passais bien plus de temps dans sa chambre d'hôpital farineuse que dans la mienne, chez moi. Ce n'était même plus chez moi, au fond. Je ne voyais presque plus mes amis, et je n'allais plus vraiment en cours. Pourtant, j'aimais vraiment sortir m'amuser, j'aimais vraiment mes études... Mais j'aimais davantage ma sœur.

Il n'y a pas grand-chose d'autre à expliquer à mon sujet. C'est étrange parce que cette histoire-là, ce n'est pourtant qu'un an de ma vie. J'aurais pu vous parler de ma vie d'avant, de ce que je faisais, de ce que j'aimais. Du caractère que j'avais avant, surtout. C'est plutôt paradoxal mais j'étais, dans les apparences, beaucoup moins optimiste, beaucoup moins heureux. Et pourtant, à l'intérieur de moi, je pense que je l'étais. Tout allait si bien. J'avais une vie normale, des amis, des petites copines, des choses à dire, des idées, des envies, des projets, une sœur merveilleuse, une mère un peu difficile à gérer mais qui faisait malgré cela tout pour ses enfants, j'étais beau, j'étais drôle, j'étais prétentieux et ça plaisait à tout le monde, ou presque, je faisais mes petites expériences comme je le voulais, je fumais tranquillement à la sortie du lycée, non, vraiment, je pense que j'étais heureux. Bien sûr, j'avais des problèmes. On a toujours des problèmes mais ce ne sont que futilités. Ça l'est en tout cas, lorsque votre sœur jumelle est chaque jour sur le point de mourir. Dans ce genre de situation, on oublie tout le reste parce que tout semble tellement insensé. Je ne pourrais rien dire de plus sur ce qu'était ma vie avant, si ce n'est ça, ces quelques mots vides de sens. Je ne m'en souviens qu'à peine, pour être honnête. C'est comme si c'était déjà bien trop loin de moi. Comme si ce n'était pas moi, en fait.

Je suis convaincu que depuis le début, vous vous demandez si j'ai un père. Alors oui, j'en ai un, je crois, mais je ne l'ai pas connu. Quand ma mère est tombée enceinte, elle avait à peine la majorité. Lui avait vingt-trois ans et évidemment, il s'est barré. Si je force un peu dans mes souvenirs, je pense me rappeler d'une visite de sa part, qui fut la seule et l'unique. Mais ma sœur et moi étions encore vraiment trop jeunes. Je sais juste qu'il a les yeux bleus, c'est tout. Et je ne m'en porte pas plus mal pour autant. Je n'ai jamais eu besoin de lui, personne n'a eu besoin de lui. Puis je n'avais pas le temps de pleurer un père absent. Pas le temps ni l'envie. Je ne pleure pas. Jamais. Du moins, j'essaie. Parce que j'ai horreur d'être faible devant ceux qui me croient toujours si fort. Parce que je voudrais l'être pour de vrai, une seule p***** de fois dans ma vie. Quand j'y pense, j'ai l'impression de sortir tout droit d'un mauvais scénario de téléfilm américain. Un père absent, une mère bipolaire, une sœur mourante,... Non, rassurez-vous, moi j'ai échappé à la malédiction. Je n'ai rien, si ce n'est un manque de courage atroce et constant. Je suis parti pour New York un mois après que ma sœur soit tombée dans le coma. Je n'avais plus de vie, c'était... quelque chose de factice. Je ne faisais plus rien. Je ne parlais même plus. Je n'écrivais pas non plus et bien sûr, je ne pleurais pas. Je n'en pouvais plus d'être si... mort à l'intérieur. Ce n'était pas moi. En plus de devoir apprendre à vivre sans ma sœur, je devais supporter les crises de ma mère les rares fois où je la croisais encore mais surtout, et ce qui a sans doute été le plus difficile pour quelqu'un d'aussi égocentrique que moi, j'ai dû faire le deuil de moi-même. Parce que je n'étais plus moi et que je savais que je ne le serais plus jamais. Alors c'est vrai, je suis parti. J'ai baissé les bras. J'avais un ami, un meilleur ami, qui était encore là après toutes ces merdes, qui essayait de relativiser, de me resociabiliser, autant qu'il le pouvait. Un jour, je n'ai plus pu supporter les regards des médecins et leurs mots cinglants : « elle ne se réveillera pas ». Il était là, il était passé à l'hôpital pour voir comment on allait, elle et moi. Je me souviens qu'il avait même essayé de plaisanter : « T'as l'air plus malade qu'elle ! ». C'était vrai. Parfois, je me demande encore si je ne suis pas tout aussi atteint qu'elle, si je ne suis pas en train de mourir, moi aussi. Mais je sais que ce n'est pas possible, et ça me soulage autant que ça m'indigne. Ce jour-là, j'ai essayé de lui parler, de lui expliquer ce que je ressentais. Je lui ai dit que je voulais m'en aller. Il n'a pas répondu au début et m'a juste regardé sans croire ce que je disais. Alors j'ai répété, plusieurs fois. J'en étais convaincu. Je voulais partir de là. Je n'avais plus rien, et tout Paris me répugnait. Mais il ne disait rien, et je pensais qu'il ne comprenait pas. La veille de mon anniversaire, il est revenu et m'a offert un billet d'avion pour New York. Je savais à quel point il cumulait les petits boulots pour pouvoir économiser, passer son permis et s'acheter une belle voiture. Je savais qu'à la place de ça, il avait dépensé au moins la moitié pour ce vol. Il avait retardé ses propres projets pour les miens. Pensez que j'ai des amis bizarres, ça m'est égal, mais comme je ne le remerciais pas et que je ne savais pas quoi dire, il s'est simplement justifié en me disant : « Je ne veux pas que tu meures avec elle. » .

Je suis parti deux jours plus tard. J'étais repassé chez moi pour faire quelques bagages mais je n'avais presque rien avec moi. J'avais la sensation d'abandonner tout ce que je connaissais, tout ce que j'aimais. Mais la pensée qui m'a habité pendant toute la durée de vol ainsi que tout mon séjour à New York, et qui me hante encore aujourd'hui, c'est que j'avais surtout abandonné ma soeur, et un peu, beaucoup, de moi avec elle. Ça peut paraître assez étrange mais une fois arrivé à New York, je me suis recréé. Bon, je ne suis pas allé jusqu'à changer de nom et je n'ai pas fait de chirurgie mais j'ai essayé d'être à nouveau quelqu'un. C'était vraiment difficile au début, sans compter qu'apprendre à vivre dans une ville aussi cruelle que New York, ce n'est pas si simple qu'on le croit. Mais j'y suis arrivé finalement, je pense.

J'avais envoyé une lettre à ma mère pour lui dire précisément où j'étais, pour la rassurer en lui disant que tout irait bien. C'était faux mais là encore, je n'avais pas le choix. Elle ne m'a jamais répondu. Longtemps je m'en suis voulu de l'avoir laissée seule, elle-aussi. Aujourd'hui, je crois plutôt qu'au fond, elle m'avait abandonné bien avant que je ne le fasse. J'ai beaucoup écrit à ma sœur aussi. Aucune réponse non plus. De personne. Je ne sais même pas si elle s'est réveillée ou si, au contraire... Je ne sais rien. Vivre avec ce doute, c'est vivre avec un poids d'un millier de tonnes sur vos épaules. Ça ne vous laisse aucun moment de répit, ça vous mine chaque jour. Mais je devais vraiment m'en sortir. Et petit à petit, ça a marché, au moins dans les apparences. J'étais conscient d'avoir perdu cette vitalité qui m'animait avant à tout jamais, et je n'avais pas assez de forces pour tenter de la retrouver. Alors je l'ai inventée, de toutes pièces. Je me suis entraîné, vous savez. A sourire, à être heureux. J'ai été si soulagé de voir que ça marchait : les gens me voyaient comme quelqu'un d'épanoui, de drôle, d'insouciant. Ils me voyaient comme le vrai moi qui n'existait plus, pourtant. Moi je le savais, je savais combien j'étais faux. Mais tout le monde y croyait et c'était tout ce qui m'importait. Qu'on me fiche la paix, qu'on ne me parle jamais de malheurs, de tristesses, de déceptions, de trahisons, de solitudes, de larmes, de deuils. Qu'on pense que j'étais bien trop immature et bien trop stupide pour pouvoir comprendre ce genre de choses. Oui, c'était vraiment ce que je voulais.

Je suis parti pour Tokyo quand j'ai fini par être lassé de New York, tout simplement. J'y avais bien rencontré quelques personnes mais vous savez, dans ce genre de villes, au final, on est toujours seul. Dès mon arrivée, je l'avais détestée, de toute façon. Alors, dès que j'ai pu, financièrement parlant, je suis reparti. Mais pas pour Paris. Jamais. Je voulais pas y retourner et je le voudrais sans doute jamais. Alors j'ai plus ou moins choisi la destination au hasard. C'est tombé sur Tokyo. Je n'ai même pas réfléchi avant de monter dans l'avion. Et c'est à cet instant-là que l'idée que je n'étais réellement plus personne s'est imposée à moi avec encore plus de vérité. Je n'avais plus d'attache nulle part. J'arrivais comme je repartais, j'oubliais les visages que je croisais, les mots que l'on me disait, tout. J'étais un fantôme, intérieurement. Un gosse normal et plein d'entrain, extérieurement. J'étais fier de moi et, s'il n'y avait pas eu ce crash, je crois que je me serais lancé dans une carrière de comédien. Ma vie toute entière n'est qu'une comédie dramatique, de toute façon. Je n'aurais pas dû faire beaucoup d'efforts.

Mais le crash a bel et bien eu lieu. Le hasard a pris les devants : il ne m'a pas emmené à Tokyo, il m'a apporté sur cette île, parmi ces gens que je connaissais pas. Prenez-moi pour un dingue mais je pense que ça a été le meilleur jour de toute mon existence (ma deuxième existence...). Je n'étais personne, et je me retrouvais enfin nulle part. C'était ce dont j'avais besoin. J'ai été heureux dès le premier jour que j'ai passé ici. J'ai continué à faire semblant mais finalement, je pense m'être fait prendre par mon propre jeu. Je suis redevenu le rôle que je jouais. Ça devient un peu trop compliqué là, non ? Ce que je veux dire, c'est qu'à force de faire semblant, ça a fini par me sembler normal, vrai. Je n'avais plus l'impression d'être un mauvais acteur dans un mauvais film, j'étais simplement de nouveau un sale gosse dans une sale vie. Je m'en suis encore beaucoup voulu : je ne voulais pas continuer à vivre, je préférais jouer. Vivre ça voulait dire continuer à rire, à aimer, à être heureux, pour de vrai cette fois, comme avant, sans elle, comme s'il ne s'était rien passé. Je refusais cela. Je n'avais pas le droit. C'est dur oui, de lâcher son passé trop lourd et d'accepter de continuer sans lui. Mais j'ai eu des gens pour m'aider. J'ai eu Millie, tout d'abord. Une fille... Une fille que jamais j'aurais pensé rencontrer. Une fille au-dessus de toutes les autres. Ce genre de fille qui, pour moi, ne pouvait pas exister. Et c'est en elle que j'ai retrouvé cette vitalité que je n'avais même pas pris la peine de chercher et qui m'avait quitté si douloureusement. Elle me ressemblait tellement qu'elle m'a permis de me souvenir de ce que j'étais vraiment. Et enfin, ainsi, j'ai réussi à vouloir l'être à nouveau, même si la culpabilité ne me quittait toujours pas pour autant. Au moins, avec elle, j'avais au moins la volonté d'être vrai. J'ai rencontré Gabriel, aussi, faut le dire. Lui, c'est mon autre côté qu'il m'a permis de retrouver. Millie m'a rendu le côté enfantin, le côté rebelle, le côté insouciant ; lui, par l'image qu'il se donne, m'a rendu un peu de ma prétention passée, un peu d'insolence, un peu de cynisme. En fait, à eux deux, ils m'ont reconstruit. Ils ne peuvent pas en être conscients, et je ris quand ils me reprochent d'être ainsi fait, d'être trop immature ou trop ironique dans mes propos, parce que moi je suis tellement soulagé d'avoir retrouvé une certaine consistance qu'ils m'ont, en plus, eux-mêmes apportée. Bien sûr, après tous ces jours passés sur l'île, il y a des tas d'autres personnes qui me sont devenues familières et dont j'apprécie la présence et la compagnie. Dans ce genre de situation, on est un peu obligé de créer des liens... Finalement, je peux dire encore aujourd'hui que c'est ce qui m'est arrivé de mieux. Je pense encore au passé. Mais au moins, je peux me dire que j'ai encore un présent, et surtout, encore de l'avenir (avec Millie....).

------------------------------------------------

 Quand on s'est soudain retrouvés sur cette île, j’ai immédiatement…
[ ] Tenté de retrouver mes proches. On n’est définitivement rien tout seul, surtout sur une île déserte.
[ ] Couru dans tous les sens pour apporter mon aide aux personnes blessées.
[x] Perdu connaissance. Tout simplement.

Sur l’île, quand une nouvelle journée débute, je sais que je vais…
[ ] Dormir. Bronzer sur la plage. On verra si au bout d’un moment, il me reste du temps pour faire quelque chose.
[ ] Aller chasser, puiser de l’eau et rendre visite à mes voisins pour voir si tout va bien.
[x] Je sais pas ce que je ferai demain. On verra bien. Après tout, c’est le principe même du lendemain, non ?

Les hostiles, pour moi c’est juste…
[ ] Des abrutis qui se croient plus forts que ce qu’ils ne sont. Qu’ils viennent un peu me chercher des poux.
[ ] Des menaces ambulantes contre lesquelles il faut toujours être prêt.
[x] Les quoi ?

Internet, un lit douillet ou une bonne douche sont des concepts bien lointains…
[ ] Au final je me suis habitué(e) à cette vie bien plus vite que prévu.
[ ] C’est carrément pas possible. J’essaie, mais rien n’y fait, mon confort me manque énormément.
[x] Des fois j’y pense, d’autres non. Ce serait cool, de temps en temps, de retrouver un semblant de confort, et d’intimité.

Un bateau s’approche de l’île et semble sur le point de voir la présence des survivants.
[ ] Je saute dans tous les sens, fais un feu énorme, hurle à m’en casser la voix : y’a pas moyen, je quitte cette île !
[ ] J’attends de voir ce que font les autres, après tout, faut toujours se concerter, non ?
[x] A vrai dire, j’me suis plutôt bien habitué à cette vie, donc je fais probablement semblant de pas avoir vu de bateau.

« Aucun des sophismes de la folie, - la folie qu'on enferme, - n'a été oublié par moi : je pourrais les redire tous, je tiens le système. »

Relashionship’ :
Love : Millie, elle est jolie, vraiment jolie, mais pas seulement. Millie, quand elle sourit, j'ai envie de sourire aussi, de la prendre dans mes bras et de lui dire combien elle l'est, jolie. Mais j'le fais pas, parce que Millie c'est pas la fille aux yeux de biche qui va rougir et perdre ses mots, Millie c'est la femme qui éclatera de rire et qui me traitera d'idiot. Moi, Millie je la connais, je connais son rire et je connais ses secrets. Je vois les points d'interrogation dans sa tête et sur ses lèvres parce que j'ai les mêmes, et je suis peut-être le seul. Millie, elle se fout de tout mais pas de moi, et je me fous de tout, moi, mais pas d'elle. Millie, je l'aime, je crois. J'aime être avec elle, je l'aime comme on aime le soleil après la pluie et la pluie un soir d'été, je l'aime de toutes les façons dont on peut aimer quelqu'un parce que Millie c'est pas juste une fille, à elle toute seule c'est un paradis. Mais le truc c'est que tout ça, j'pense pas lui avoir dit et puis surtout, y'a l'autre truc, c'est qu'en ce moment, c'est un peu.. étrange, particulier. Je sais plus comment la regarder, j'arrive plus à rire sans avoir envie d'lui dire, justement. Je crois que je perds cette insouciance qui à elle seule me caractérise quand je suis avec elle à présent, et ça m'dénude de toute ma confiance, c'est chiant.
Family : J'ai un père. Et une mère. Et des tantes, des oncles, des cousins, tout ça, enfin j'suppose. Puis, une sœur. Vitalie. J'ai toujours eu l'impression qu'elle me connaissait par cœur, dès le départ. Déjà quand elle était bébé, elle me regardait avec de grands yeux ronds et c'était comme si elle lisait tout en moi. Je ne lui dis jamais mais je l'aime beaucoup. C'est d'ailleurs, probablement, la seule personne que j'aime véritablement dans ma famille. Et c'est assez orgueilleux au fond, car je l'aime parce qu'elle me comprend presque autant que je me comprends moi-même...
Friends : Mes amis... Je sais plus. A partir de quand peut-on qualifier quelqu'un d'ami ? J'en sais rien moi. J'ai Gabriel, c'est un peu comme.. mon meilleur ami. Enfin, non. D'abord c'est quoi cette notion pourrie ? Mon meilleur ami parce que, genre, il est mieux que les autres, c'est ça ? Pas tout à fait, j'trouve. Enfin si, peut-être mais c'est surtout.. mon ami le plus proche. Celui dont j'ai le plus besoin. C'est Gaby, voilà.
Ex : C'est quoi ce mot tout moche ? Un ex. C'est vraiment un terme très poli, et très court aussi, pour décrire quelqu'un que vous avez totalement expulsé de votre vie. Mais moi je n'ai pas d'anciennes histoires d'amour que je qualifierai d'ex-histoires. Bon, je n'ai pas d'anciennes histoires tout court à vrai dire. J'ai jamais rien eu de sérieux. Enfin, j'avais même pas dix-huit ans quand j'ai atterri ici, et à dix-huit ans y'a jamais rien qui est sérieux, à part le regard de votre père quand vous rentrez des cours après deux heures de retenue ou avec un bulletin dont le niveau des résultats relève de l'impossible.. J'ai embrassé des filles, un gars aussi, y'en avait des belles et des.. moins belles, puis lui il était blond, il sentait le whisky et il parlait comme un cowboy. Après, je me souviens pas de tout. Puis si c'est des ex et que je les ai expulsés de ma vie, on s'en fout !
Hate : Techniquement, je ne déteste personne... Ou peut-être que je déteste ceux qui me détestent ? Mais étant donné que tout le monde m'aime, le problème est réglé.
Other : Toutes les belles demoiselles que j'ai croisées dans une rue ou dans un café, tous les garçons en chemise blanche que je regardais sortir du lycée bourgeois en face de chez moi, toutes celles, tout ceux auxquels j'ai souri sans avoir le temps de parler, et puis les autres rencontrés en soirées ou dans le métro, les parfumés dont l'odeur vous suit toute la journée, les pessimistes, les endormis, les blasés, les invisibles, tous ces gens que j'ai rencontré et puis oublié.

sinan bah en vrai, moi j'suis Amandiiiine han✕ en réalité j'ai dix-huit ans mais on dirait pas, je sais... ✕ j'habite du côté de la Belgique, beau pays ensoleillé et chaleureux ✕ sur TI, vous m'verrez aussi souvent que possible ✕ il m'semble que j'ai connu le forum par quelqu'un d'gentil mais je sais plus qui hiii✕ ce qui m'a plu, c'est la vie active sur le forum car c'était très rare à l'époque (et ça l'est toujours d'ailleurs), le staff qui met tout d'suite à l'aise tout le monde, et la bonne ambiance en général, j'sais pas, sur TI, on se sent juste comme chez nous ✕ le personnage que je vais jouer, il tue, en fait c'est un personnage inventé, eh ouais, t'as vu l'imagination un peu ? zuut✕ j'lai choisi car : c'est l'homme de ma vie, il est trop beau, trop parfait, blabla, puis je le joue depuis tellement longtemps que je m'imagine plus prendre quelqu'un d'autre ✕ j'ai pas d'autres comptes ✕ puis comme j'suis sage, j'ai lu&signé le règlement ou pas, et j'vais peut-être même demander un parrainage si jamais j'me sens perdu ✕ allez j'finis en vous disant : SOYEZ HEUREUX (avec moi, bien sûr) Laughing


Dernière édition par Teddie A. Wadge le Mer 22 Jan - 14:34, édité 37 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Lizzie-Ivy Eswood Stilson "
ADMIN Speedy. × Tell me your dreams ♧ ❞

× Ma Célébrité : keiraHOTknightley × Nombre de messages : 16353 × Age du perso : vingt-cinq ans. × Job : râleuse têtue et inutile. × Côté love : c'est flou.. you ? #lizzielalâcheuse.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 12 Jan - 0:41

    teddichou, qu'il est chou wiii rebelle powaa heiin? r'bievenue ici  hiihii 
    bon courage pour ta fiche, pour ton comeback & have hun itouut <3



❝ Keep a weather eye
on the horizon . ❞
He fell in love with a woman. He fell in love with the sea. Same story, different versions. And all are true. It was a woman as changing and harsh and untamable as the sea. Him never stopped loving her. But the pain it caused was to much to live with, but not enough to cause him to die. × BY LIZZOU

spoiler :
 

♪ « dreams never end » dream
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Gabriel M. Griffin "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Ryan Taylor × Nombre de messages : 1780 × Age du perso : 22 ans. × Job : Le retour du fils prodige (tu parles). × Côté love : Millol.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 12 Jan - 0:43

madlove  Kirby iwantyou 






amour tendresse et chocolat:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Millie Kingsley "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : amelia zadro × Nombre de messages : 819 × Age du perso : 21 × Job : étudiante en rien. superstar rescapée d'un crash aérien. poupée de chiffon. × Côté love : les démons du passé et puis ceux du présent.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 12 Jan - 0:48

Calme toi Gaby.
RE MON LOVE ÇA VA ÊTRE LA FÊTE WOUHOUUUU gaga


ONE FAMILY.

Merci pour tout coeur2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Kate-Aelys S. Weaver "
ADMIN Funny. × Wish is not a crime ♥ ❞

× Ma Célébrité : Evie × Nombre de messages : 5771 × Age du perso : 26 ans × Job : Etudiante en droit &' serveuse × Côté love : C'est bien compliqué...


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 12 Jan - 0:52

    Re-bienvenue ici mister !   cuute 
     Bonne continuation pour ta fiche  #4  
    &' amuse toi bien sur notre petit forum !  #42    



WE'RE GOING BACK WHERE WE BELONG
hold on we're gonna make it if it takes all night, hearts racing like a rocket at the speed of light ; don't fight it we've been running for far too long, we're going back where we belong, so hold on we got our wings and we're chasing the wind, farewell to all the places that we have been and if it takes us all night long ◈ where we belong

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Teddie A. Wadge "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Robbie Wadge, what else ? × Nombre de messages : 517 × Age du perso : TwentyONE. × Job : J'essaie de reconstruire quelque chose qui ressemble à une vie. × Côté love : Le mauvais, sans doute.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 12 Jan - 1:02

Evidemment Lizzie, rebelles powaa  youhou gaga Merci beaucoup à toi et à Kate, mais je sais qu'ici, on ne risque jamais de s'ennuyer  han 

GAAABY, j'ai dû regarder longtemps ton dernier smiley, en fait je pensais que j'étais déjà sous la couette.....  zuut 
MILICHERI  cuute La fête, tu n'crois pas si bien dire... niark
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Gabriel M. Griffin "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Ryan Taylor × Nombre de messages : 1780 × Age du perso : 22 ans. × Job : Le retour du fils prodige (tu parles). × Côté love : Millol.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 12 Jan - 1:04

Bah normalement c'est le cas mais tu t'es encore tiré avec Millie Laughing






amour tendresse et chocolat:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Susie-Joddy Lewis Hunprey "
ADMIN Crazy. × It's only the beginning ღ ❞

× Ma Célébrité : jessica marie alba <3 × Nombre de messages : 11158 × Age du perso : 26 ans - née en 1988 à NY × Job : maman à temps plein, c'est déjà bien × Côté love : lui, malgré tout


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 12 Jan - 1:13

  • YATAA  affraiid  R'Welcome sur le fow, Teddie  hihiii 
    Bon courage pour la suite & pour ta fichette <3



more:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Israël-Maëlys D. Jakarta "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : chloé moretz × Nombre de messages : 1195 × Age du perso : dix-sept ans (depuis le 31 décembre) × Job : coursière pour le réseau de trafic d’armes – et de drogues, soyons parfaitement honnête – de sa mère


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 12 Jan - 11:50

R'bienvenue ici, & bonne suite de fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Tina Henley-Madden "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : aude'javel, ou taissa farmiga. × Nombre de messages : 13048 × Age du perso : dix-huit ans. × Job : absolument que dalle. × Côté love : tivanah 4ever.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 12 Jan - 13:54

    t'as plutôt intérêt d'honorer la titre de ta fiche. What a Face
    r'bienvenuuuue ici, bon jeu & bons délires avec les autres gogoles floodeurs Very Happy




    “Il reste toujours au fond d’elle des tiroirs qui ferment pas bien, qui tous les jours lui rappellent qu’on est bien seul sur le chemin.”
Ma plus belle histoire ❤ :
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Teddie A. Wadge "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Robbie Wadge, what else ? × Nombre de messages : 517 × Age du perso : TwentyONE. × Job : J'essaie de reconstruire quelque chose qui ressemble à une vie. × Côté love : Le mauvais, sans doute.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 12 Jan - 23:27

Merci à vous, femmes. Cool Et je te promets de l'honorer, Tina ! han




Il portait dans ses yeux
la force de son cœur.

Dans Paris son désert
vivant sans feu ni lieux,

Aussi fort qu'une bête,
aussi libre qu'un Dieu.




Que d'émotions !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jason K. Cooper "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Kevin Flamme × Nombre de messages : 6045 × Age du perso : twenty-five years old. × Job : model. you can touch my hair, it's plastic everywhere. × Côté love : je sens des boums et des bangs agiter mon cœur blessé.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Lun 13 Jan - 14:20

Bordel j'y crois pas que vous soyez tous ici. La belle bande de tarés, comme dans l'temps. J'escompte des rps bande de racailles #22 I love you


JAZ ×  what doesn't kill you, makes you stronger ;
Na na na that that don't kill me can only make me stronger, I need you to hurry up now, 'cause I can't wait much longer ×   by lizzou. 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Teddie A. Wadge "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Robbie Wadge, what else ? × Nombre de messages : 517 × Age du perso : TwentyONE. × Job : J'essaie de reconstruire quelque chose qui ressemble à une vie. × Côté love : Le mauvais, sans doute.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Lun 13 Jan - 14:30

JASOOOOON :han:J'ai failli recracher mon café quand j'ai vu ton nom dans les gens en ligne, mon Dieu han Ca fait trop du bien d'être revenu et de vous retrouver tous alors oui, y'en aura des rps, héhé niark han




Il portait dans ses yeux
la force de son cœur.

Dans Paris son désert
vivant sans feu ni lieux,

Aussi fort qu'une bête,
aussi libre qu'un Dieu.




Que d'émotions !:
 


Dernière édition par Teddie A. Wadge le Mer 22 Jan - 13:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jason K. Cooper "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Kevin Flamme × Nombre de messages : 6045 × Age du perso : twenty-five years old. × Job : model. you can touch my hair, it's plastic everywhere. × Côté love : je sens des boums et des bangs agiter mon cœur blessé.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Lun 13 Jan - 14:37

et moi alors ? t'imagines pas comment ça m'a surprise, vous étiez plus là depuis des centenaires !  bb 
ça fait plaisir en tout cas #22 


JAZ ×  what doesn't kill you, makes you stronger ;
Na na na that that don't kill me can only make me stronger, I need you to hurry up now, 'cause I can't wait much longer ×   by lizzou. 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Millie Kingsley "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : amelia zadro × Nombre de messages : 819 × Age du perso : 21 × Job : étudiante en rien. superstar rescapée d'un crash aérien. poupée de chiffon. × Côté love : les démons du passé et puis ceux du présent.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Lun 13 Jan - 16:06

Je suis presque en train de pleurer de joie Laughing


ONE FAMILY.

Merci pour tout coeur2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jason K. Cooper "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Kevin Flamme × Nombre de messages : 6045 × Age du perso : twenty-five years old. × Job : model. you can touch my hair, it's plastic everywhere. × Côté love : je sens des boums et des bangs agiter mon cœur blessé.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Lun 13 Jan - 16:36

Dans mes bras bande de p'tits fous  yay


JAZ ×  what doesn't kill you, makes you stronger ;
Na na na that that don't kill me can only make me stronger, I need you to hurry up now, 'cause I can't wait much longer ×   by lizzou. 

Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Olympe Talyo Calypso-Sinn "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Nombre de messages : 950 × Age du perso : 30 ans. × Côté love : love?


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Mer 15 Jan - 22:23

R'Bienvenue NOUNOURS'! Bon courage pour ta fichette et bon jeu parmi nous! #22


Steel and flesh, life and death, war ♦ OLYMPE-TALYO   ;
Ton histoire commence sur cette île. Ton existence est liée à cette île. Ton destin dépend de cette île. Tu es née sur cette terre étrange. Cette terre étrange, t'as gardée en vie, année après année. Après avoir pris les vies de tant d'autres, elle t'as souhaitée et maintenue en vie. Toi.  × by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Invité "
❝ Invité ❞


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Dim 19 Jan - 23:26

Teddie, un nounours =)
Bonne chance pour la suite de ta fiche !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Millie Kingsley "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : amelia zadro × Nombre de messages : 819 × Age du perso : 21 × Job : étudiante en rien. superstar rescapée d'un crash aérien. poupée de chiffon. × Côté love : les démons du passé et puis ceux du présent.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Lun 20 Jan - 20:09

Tu m'manques trop c'est pas humain han
Dépêche toi de reveniiiiir j'en peux plus de t'attendre bb


ONE FAMILY.

Merci pour tout coeur2
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jay S. Coleman "
❝ Immune. × I can't forget but I can pretend ∞ ❞

× Ma Célébrité : Logan Lerman × Nombre de messages : 2054 × Age du perso : 22 ans × Job : Barman. × Côté love : célibataire.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Mer 22 Jan - 9:11

R'bienvenue ! (:


RIDING UP THE HEIGHTS OF SHAME —
Deep in the ocean, dead and cast away, where innocence is burned in flames. A million mile from home, I'm walking ahead. I'm frozen to the bones, I am a soldier on my own, I don't know the way. I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Teddie A. Wadge "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Robbie Wadge, what else ? × Nombre de messages : 517 × Age du perso : TwentyONE. × Job : J'essaie de reconstruire quelque chose qui ressemble à une vie. × Côté love : Le mauvais, sans doute.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Mer 22 Jan - 14:36

    Merci evribodi han Et je suis là maintenant Mili, prépare-toi à souffrir.  niark 




Il portait dans ses yeux
la force de son cœur.

Dans Paris son désert
vivant sans feu ni lieux,

Aussi fort qu'une bête,
aussi libre qu'un Dieu.




Que d'émotions !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Gabriel M. Griffin "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Ryan Taylor × Nombre de messages : 1780 × Age du perso : 22 ans. × Job : Le retour du fils prodige (tu parles). × Côté love : Millol.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Mer 22 Jan - 15:59

I wanna hug you you're so sweet gaga
P'tin ta fiche Teddinours. han






amour tendresse et chocolat:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Teddie A. Wadge "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Robbie Wadge, what else ? × Nombre de messages : 517 × Age du perso : TwentyONE. × Job : J'essaie de reconstruire quelque chose qui ressemble à une vie. × Côté love : Le mauvais, sans doute.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Mer 22 Jan - 18:49


    Héhé, bientôt Gaby han (après que je t'aie bien gu*ulé dessus) #22 
    T'as vu comme c'est mignon ce que je dis sur toi et Mili ? hiii




Il portait dans ses yeux
la force de son cœur.

Dans Paris son désert
vivant sans feu ni lieux,

Aussi fort qu'une bête,
aussi libre qu'un Dieu.




Que d'émotions !:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Gabriel M. Griffin "
❝ Regular. × My new Life is here ❧ ❞

× Ma Célébrité : Ryan Taylor × Nombre de messages : 1780 × Age du perso : 22 ans. × Job : Le retour du fils prodige (tu parles). × Côté love : Millol.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Mer 22 Jan - 18:54

Ouais, j'appréhende bb t'as vu comme elle est méchante Milmoul ? shock
Tellement trop. han (toi aussi tu fais le niais et tu mets Millie sur le côté hahahaha)






amour tendresse et chocolat:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Lizzie-Ivy Eswood Stilson "
ADMIN Speedy. × Tell me your dreams ♧ ❞

× Ma Célébrité : keiraHOTknightley × Nombre de messages : 16353 × Age du perso : vingt-cinq ans. × Job : râleuse têtue et inutile. × Côté love : c'est flou.. you ? #lizzielalâcheuse.


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there ! Mer 22 Jan - 22:32

    l'est trop belle ta fiche, teddichou ♥ j'te fais pas plus attendre, j'te valide  yataa 
    voilà, r'amuse toi bien parmi nous, parmi ta bande & parmi les rebelles <3



❝ Keep a weather eye
on the horizon . ❞
He fell in love with a woman. He fell in love with the sea. Same story, different versions. And all are true. It was a woman as changing and harsh and untamable as the sea. Him never stopped loving her. But the pain it caused was to much to live with, but not enough to cause him to die. × BY LIZZOU

spoiler :
 

♪ « dreams never end » dream
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: TEDDIE — I'll always be there !

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-