avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Jeu 6 Juin - 16:19

i'm out of sight, i'm out of mind
noreen&&seth
Depuis quelques temps, les quelques habitudes que Seth avait pris depuis son arrivée sur l’île avait complètement été chamboulée. Après tout retrouver Wendy avait toujours été dans ses plans si ce n’était pas son plan principal avant même son arrivée sur l’île, mais il n’avait jamais prévu ce qu’il allait faire par la suite. Comment aurait-il pu de toute façon ? Il n’aurait jamais pu prévoir quand est-ce qu’il allait retrouver sa jumelle ou même comment elle allait réagir. Déjà que ça lui avait pris une éternité à se décider à aller la voir. Il se souvenait bien que s’il avait su où elle était, c’était grâce à Noreen et intérieurement il se promit à plusieurs reprises d’aller la remercier. Sauf que le problème, c’était que même à ce niveau-là, sa routine était chamboulée. Normalement, Seth ne faisait pas grand chose, non, il se contentait plutôt d’observer ceux qui habitaient l’île ou alors il faisait des promenades dans la forêt. Bref, il avait souvent du temps pour faire ce qu’il avait envie. C’était bien parce qu’il ne s’impliquait pas plus qu’il ne le fallait et qu’en étant solitaire il n’avait pas grand monde avec qui passer son temps. Bon, c’était empirer la situation parce que Seth avait quand même réussi à se faire quelques amis, Noreen en faisait notamment partie mais cette dernière relevait d’une situation particulière du fait qu’elle comprenait ce que le jeune homme avait vécu en étant séparé de sa jumelle. Enfin là n’était pas le point important de la réalité qu’était devenue celle de Seth. Effectivement, le fait de retrouver Wendy avait chamboulé tout ça. Il passait le plus clair de son temps avec elle ou dans une certaine proximité. Il cherchait bien souvent à éviter Edge, ce qui n’était pas chose aisée, mais il était toujours près de Wendy histoire de rattraper le temps perdu. C’était quand même sept longues années de leur vie qui avait été perdues et il fallait les rattraper. C’était comme une nécessité qu’ils semblaient ressentir tous les deux. Peut-être que personne ne comprendrait à quel point, mais ça ne changerait absolument rien à la réalité de la chose. Ils n’avaient jamais été des plus compris dans leur relation et Seth avait appris à s’en ficher. Si ses parents ne comprenaient pas le besoin qu’ils avaient d’être ensemble, comment d’autres personnes pourraient le faire ?

Toujours en était-il qu’il ne suivait pas sa jumelle partout, ils avaient passé cet âge là. Puis lorsqu’elle enseignait, il jugeait que ce n’était pas sa place de rester. Il restait donc à proximité de l’école souvent à faire quelconque travail manuel ou alors il se promenait. Il profitait beaucoup plus des temps qu’elle avait de libre et ça semblait faire du bien sur l’humeur du jeune homme. Il était effectivement un peu plus joyeux comme s’il était libéré d’un poids sur ses épaules de pouvoir rester en compagnie de sa jumelle. Il n’était pas encore totalement en état de se confier à elle, mais il semblait que sa présence suffisait à beaucoup. Leur relation n’était pas encore totalement comme avant, mais elle reprenait du poil de la bête et elle s’en porterait mieux rapidement, il en était certain ! En ce présente journée, Seth avait fini par décider d’aller passer un peu de temps dans sa tente. Il y revenait par moment, passait parfois la nuit lorsqu’il avait l’impression de s’imposer au train quotidien de sa jumelle et de son mari, mais somme toute, il y passait moins de temps qu’avant. C’est en trouvant un vieux cube Rubik qui avait magiquement réussi à survivre au naufrage, comme quoi les choses débiles du genre avaient plus de chance que certaines personnes, Seth commença à essayer de le résoudre. Ça lui changeait les idées ou lui vidait l’esprit plutôt. C’était ce dont il avait besoin parce que, malgré toute la joie qu’il ressentait à l’idée d’avoir finalement réussi à faire ce qu’il était venu faire sur cette île, c’est-à-dire retrouver Wendy, il y avait encore certaines choses dont il ne pouvait pas lui parler. Tout ce qui traitait d’Edge entre autre et évidemment ça ne pouvait que lui peser sur le coeur. D’où le besoin de se changer les idées ou de se vider l’esprit par moment.

Soudainement alors qu’il marchait en direction d’il ne savait pas trop où tout en faisant son puzzle de cube, Seth remarqua une tête familière dans son champ de vision. Il releva le regard et reconnut une demoiselle qu’il appréciait pas mal : Noreen. Un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’il fourrait le cube dans sa poche de pantalons avant de marcher dans sa direction. Il était visiblement de bonne humeur ce qui tranchait assez évidemment avec son humeur habituelle. « Noreen ! » Il fallait bien qu’il attire son attention, il n’avait pas tellement envie de devoir lui courir après dans toute l’île. Puis, il avait justement voulu la remercier de lui avoir permis de retrouver Wendy alors autant profiter de l’occasion lorsqu’il la croisait. « Ça fait un bail, je suis content de te voir. » Un peu à l’image de sa relation avec sa jumelle, Seth était un peu plus ouvert avec l’autre naufragée. Oui parce qu’en général, il n’était pas très à l’aise à dire qu’il était content de voir les gens ou même de leur adresser la parole sans qu’ils ne le fassent les premiers. Elle était donc une privilégiée même si ça ne semblait pas vraiment évident de le voir ! Il fallait apprendre à comprendre les signaux peu clairs qu’envoyaient Seth. Sauf que bon pour le coup, il était juste réellement content de la voir, ça faisait effectivement longtemps qu’il lui avait parlé. Certes, il était le coupable de cette réalité puisqu’il passait le plus clair de son temps avec Wendy, mais il fallait comprendre la situation. Le jeune homme avait assumé que Noreen comprenait que c’était une situation temporaire, mais il n’avait jamais chercher à expliquer. Il ne l’avait fait à personne à vrai dire, parce que ce n’était pas dans ses cordes, parce que ça lui semblait évident. Wendy avait tendance à éclipser les autres personnes dans la vie de son frère sans même chercher à le faire, mais il ne fallait pas penser qu’il rejetterait tout le monde qu’il avait connu avant de la retrouver. Il lui fallait seulement du temps.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Noreen Blodwyn-Barnes "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : rachel laplubel. × Nombre de messages : 1897 × Age du perso : trente ans. no comments. × Job : pompier/planquée dans la forêt. × Côté love : i never knew i could love someone the way that i love you.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Ven 7 Juin - 20:25

SETH & NOREEN
❝ It's been a really, really messed up week, seven days of torture, seven days of bitter ; i don't know if I'll make it, but watch how good i'll fake it ; it's all right, all right, tonight. ❞
Les rayons du soleil s'incrustent sur son corps, lui brulent la peau et Noreen sourit. Ça fait maintenant quelques bonnes - et longues - années qu'elle est prisonnière de ce bout de sable et, pourtant, la chaleur l'étonne comme au premier jour. Elle se souvient de la neige à New York, quand elle essayait de se protéger des flocons, le bout du nez tout rouge à force d'être gelé. Elle pouvait se balader sur la poudreuse pendant des heures, éblouie par le spectacle que lui offraient ces petits morceaux de coton flottant au gré du vent. Pourtant aujourd'hui, rien ne lui semble plus beau que le soleil de cette île qui semble briller chaque jour un peu plus fort. Sa peau pale a rapidement laissé place à un teint hâlé et, si elle collectionnait les coups de soleil au début, ce n'est aujourd’hui plus qu'un vieux souvenir, totalement évincé de sa mémoire cabossée. L'irlandaise sourit de plus belle, aveuglée par les rayons et le souffle chaud de cette légère brise matinale. A cet instant, elle le jurerait la main sur le cœur : y'a rien de plus beau, de plus fort & réjouissant que la nature.
C'est malgré tout toujours la même idée qui vient mettre son esprit en stand by. Pourquoi est-ce que tout le monde semble heureux, sauf elle ? Ces derniers temps, elle n'a fait que ramer et, elle a eu beau essayer de ne pas se plaindre de sa condition, rien n'est plus difficile que d'ouvrir les yeux chaque matin pour affronter une nouvelle journée. Tout semble aller de travers, et elle ne saurait expliquer pourquoi. Peut-être qu'elle serait bien mieux aux côtés des hostiles, seuls êtres ayant l'air aussi accablés qu'elle. Mais jamais elle ne deviendrait aussi aigrie, froide et sadique. Pourtant, en ce moment, elle a l'impression de détester le genre humain sous toutes ses formes, et les seuls moments qu'elle passe à supporter la moindre présence humaine la dégoûtent encore plus. Car Riko retrouve doucement la mémoire, quand Noreen tente de ne plus s'accrocher à des souvenirs qui, elle le sait, ne referont plus jamais surface dans son esprit. Car Matthew la rejette à grands coups de regards noirs et détestables, alors qu'elle tente simplement de comprendre pourquoi elle a droit à tant de haine. Car Seth a retrouvé sa sœur, et car Wendy l'a accepté dès la première seconde. Et Sithmaith, elle, la rejette un peu plus chaque fois qu'elles se croisent. Si on lui avait dit un jour que sa propre sœur jumelle n'accepterait même pas de la regarder dans les yeux, elle se serait surement tiré une balle. Ça aurait été plus rapide, maintenant qu'elle réalise qu'elle a perdu une bonne dizaine d'années de sa vie à rechercher quelqu'un qui, un, ne se souvenait même pas de son existence et, deux, semble la détester plus que n'importe qui d'autre au monde. Elle soupire alors même que son cœur se resserre dans sa poitrine, et ça fait mal ; ça brûle et, alors, Noreen sent quelques gouttes glisser le long de ses joues. Elle ne sait pas si elle pleure inconsciemment sa vie de m*rde, ou simplement si le soleil l'a éblouie trop longtemps. Dans tous les cas, elle ne peut plus rester ici, comme ça. Alors elle se relève douloureusement avec l'impression que sa tête va exploser sur ses épaules, elle retire les quelques grains de sable qui lui collent encore à la peau et s'éloigne, les pas lourds et le cœur serré. Y'a trop de monde sur cette plage et il lui faut un endroit isolé où elle pourra être seule. Enfin, seule dans sa solitude, quoi. Prenant soin d'éviter chaque regard, elle baisse la tête et se dirige nerveusement vers... Quelque part. Elle ne sait pas où elle va, ce qu'elle compte y faire ni pour combien de temps mais, ici, au milieu de tous ces gens et de leur bonheur palpable, elle n'est pas à sa place, ça crève les yeux.

Assise à même le sol froid et dégueulasse, à l'ombre d'un arbre centenaire, Noreen compte les nuages. C'est fascinant, parce qu'on dirait que chaque morceau de coton s'éloigne, change de trajectoire dès que le soleil approche. Comme pour ne pas lui barrer la route, pour ne pas imposer un peu d'ombre, pourtant si nécessaire pour respirer dans un endroit comme celui-là. Perdue dans ses songes, elle ne remarque pas cette présence derrière elle et, alors, elle ne peut empêcher tout son corps de frissonner lorsqu’elle qu’on l’appelle. C’est ridicule, mais elle ne s’attendait pas à ce qu’on lui adresse la parole – le yacht, ou ce qu’il en reste, lui semblait pourtant être un bon endroit pour être… Seul. Mais cette voix, qu’elle reconnait plus vite que prévu, lui arrache un sourire et elle se relève finalement. Ça fait quoi, vingt ans qu’ils ne se sont pas vus ? En tout cas, elle a l’impression que ça fait si longtemps. Pour une fois, c’est lui qui engage la conversation et, alors, elle ne peut s’empêcher de noter ce sourire, qui envahit la quasi-totalité de son visage. « Fais gaffe, tu vas finir par faire de l'ombre au soleil avec un sourire aussi radieux. » Elle l'observe sans véritablement s'en rendre compte, comme hypnotisée par cet éclat qui semble émaner de tous ses pores. Elle l'a vu sourire, bien sûr, mais elle gratte au fond de sa mémoire en quête du jour où elle l'avait vu aussi radieux. Aucun résultat. Cet éclat mélancolique qu'elle lui connaissait semblait avoir disparu, totalement remplacé par cette sorte de joie de vivre. Tout à coup, elle a l'impression qu'un fossé s'est creusé entre leurs deux êtres ; pire que ça, c'est un gouffre semblant les séparer de plusieurs années lumières. Il lui semble pourtant qu'elle avait eu le même sourire incroyable, quand elle avait retrouvé Sithmaith. Le sourire qui montre que, enfin, ton être est entier, après avoir tant cherché cette personne qui manquait. Secrètement, elle espère pouvoir retrouver le même éclat dans ses yeux quand, enfin, sa sœur finirait par accepter et lui faire une place dans sa vie. En attendant, elle s’étire en réalisant qu’elle a vraiment passé sa journée à rien faire et, finalement, alors qu’un sourire un peu malicieux prend place sur ses lèvres, elle lâche, sur un ton assez ironique. « C’est vrai que ça fait longtemps, alors, t’as fait quoi pendant ces années ? » Elle ne sait pas trop s’il a compris le sous-entendu qui veut clairement, ou pas, dire « tiens, tu te souviens de moi finalement ? »




you gotta get up and try.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Sam 8 Juin - 18:24

i'm out of sight, i'm out of mind
noreen&&seth
Croiser Noreen à un tel moment ne pouvait que lui faire plaisir. On pourrait penser que c’était parce que sa soeur était occupée ailleurs ou parce qu’il n’avait rien à faire, mais non. Ces deux affirmations étaient peut-être vraies, mais aux yeux de Seth, Noreen avait tellement d’importance que ça ne pouvait pas être que le fait qu’il n’avait pratiquement rien d’autre à faire. Non, il était content parce qu’il l’aimait bien. Elle était une des rares personnes qui avaient su se faufiler dans les bonnes grâces de Seth, suffisamment pour qu’il soit agréable avec elle. Mine de rien, c’était une relation particulière venant du jeune homme. Parce qu’il avait beau avoir des amis de sexe masculin, il ne s’était réellement entendu qu’avec Wendy chez les dames. On pouvait donc dire que Noreen était spéciale sans même se tromper moindrement, sauf qu’évidemment, le fait qu’il le réalisait ne changeait rien au fait qu’il n’allait très probablement jamais le dire à voix haute. Ce n’était pas dans ses habitudes et il trouverait sans doute trop bizarre de lui faire une telle annonce. Ça demandait un contexte précis selon lui et surtout une aise qu’il n’aurait probablement jamais avec qui que ce soit autre que Wendy. Comme quoi, malgré tout, sa soeur finissait souvent par éclipser la majorité des gens.
Sauf que ça ne changeait rien à la présente situation, il avait croisé Noreen et il pouvait passer un peu de temps avec elle. Les choses avaient peut-être changées depuis qu’il avait retrouvé sa soeur, mais il ne s’en rendait pas compte autant que quelqu’un d’autre pourrait le faire. Non, pour lui c’était normal que pendant un certain temps son monde tournerait autour de Wendy, après toutes ces années à ne pas la voir en tout cas. Il ne comprenait évidemment pas que c’était possible que ça puisse blesser Noreen. Non pas qu’il s’en fichait, parce que si c’était le cas, il ne se serait pas donné la peine de venir lui parler - ce qu’il ne faisait pratiquement jamais - et l’aurait simplement ignorer même en passant près d’elle dans ce lieu reculé. En général le jeune homme se cachait derrière un sourire peu senti, mais il n’en restait pas moins aussi sympathique qu’un mur avec la majorité des gens. Par conséquent, le fait qu’il aille parler à Noreen prouvait qu’il l’appréciait et il ne fallait pas en douter malgré le fait qu’il ait été aussi présent qu’un fantôme dans les derniers temps.

Le commentaire qu’elle lui fit alors le gêna quelque peu. Seth n’était pas du genre à prendre les compliments - en était-ce vraiment un de toute façon ? - mais il fut tout de même gêné d’entendre ce qu’elle disait. Il était évident aux yeux de n’importe qui le connaissant moindrement qu’il était heureux, gai comme un pinson dirait-on. Il garda son sourire qu’il diminua légèrement pour montrer sa gêne en quelque sorte avant de répondre : « N’importe quoi... » Il n’était pas si radieux... n’est-ce pas ? La question lui resta en tête pendant un moment avant qu’il ne la chasse de lui-même. Ça ne valait pas tellement la peine qu’il se casse la tête à y penser, il valait mieux qu’il se concentre sur la demoiselle qui se tenait devant lui. Demoiselle qui prenait alors la parole d’un ton bien ironique, surprenant Seth par la même occasion. « C’est vrai que ça fait longtemps, alors, t’as fait quoi pendant ces années ? » Malheureusement pour Noreen, il ne capta pas le sous-entendu. Il n’était pas vraiment un homme de sous-entendu, un homme de détail certes, mais pas de ce genre. Il la regarda donc en silence pendant un moment, cherchant les bons mots pour lui répondre. Parce que la réponse lui semblait évidente, Wendy était cette réponse, mais vu l’ironie de ses paroles, il se demandait si elle n’attendait pas une autre réponse. « Eh bien j’étais avec Wendy. » La source de sa bonne humeur, c’était plutôt évident en fait. Seth n’aurait jamais pu être réellement heureux sans sa jumelle dans les parages et les choses revenaient comme avant. Il n’oubliait certes pas ce qui s’était passé, mais sa soeur était bien trop importante pour qu’il ne pense qu’à ça.

Il réalisa alors que c’était le moment où jamais pour remercier la demoiselle ou du moins il avait l’impression que le moment appelait à ça. Après tout le sujet de sa jumelle avait été introduit et ça restait grâce à Noreen qu’il avait pu la retrouver ou tout au moins amasser le courage pour le faire. « Au fait... » Il commençait bien progressivement, parce que ce n’était pas vraiment sa force ce genre de chose. À croire qu’il n’était pas dans sa zone de confort à ce moment précis entre le sous-entendu de la demoiselle qu’il n’avait pas compris et les remerciements qu’il s’apprêtait à faire. « C’est grâce à toi... je suis vraiment content de l’avoir retrouvé, elle me manquait tellement... C’est pratiquement comme avant quoi. » Il pouvait se douter qu’elle comprenait ce fait là, après tout, elle devait comprendre plus que quiconque. Elle l’avait compris parce qu’elle avait vécu la même situation et qu’elle comprenait ce qu’il pouvait vivre, du moins c’était ce qu’il croyait profondément. Mais bon vanter le mérite des retrouvailles avec Wendy n’était pas exactement le point de ses propos. Bien qu’il avait envie de lui dire à quel point il était heureux et tout ce qui venait avec cette réalité. Sauf que Seth était un homme qui se contenait peu importe les émotions, bien qu’il risquait probablement de s’épandre en bons sentiments, parce qu’il était réellement heureux que c’était une rare situation chez lui, mais pas tout de suite, il fallait qu’il aille au but de ses propos. « Et c’est grâce à toi alors merci. » Bon peut-être l’aurait-il retrouvé autrement, mais il était bien conscient que ça avait aidé le processus. « Alors s’il y a quelque chose que je peux faire pour toi. » Enfin, quoi qu’il en soit, Seth lui était infiniment reconnaissant et ça paraissait ou du moins il espérait que ça pouvait paraitre dans ses actes. Bon, il fallait évidemment oublier le fait qu’il avait disparu du radar dans les derniers temps, mais ça avait été.... plus fort que lui ?



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Noreen Blodwyn-Barnes "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : rachel laplubel. × Nombre de messages : 1897 × Age du perso : trente ans. no comments. × Job : pompier/planquée dans la forêt. × Côté love : i never knew i could love someone the way that i love you.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Lun 17 Juin - 1:17

SETH & NOREEN
❝ It's been a really, really messed up week, seven days of torture, seven days of bitter ; i don't know if I'll make it, but watch how good i'll fake it ; it's all right, all right, tonight. ❞
Parfois, Noreen avait l’impression d’être une sorte d’espèce en voie de disparition, ou quelque chose de genre. Car, bien souvent, ses phrases étaient mal interprétées, voir carrément pas comprises, en fait. Est-ce qu’elle parlait une autre langue ? Sûrement pas, mais elle pratiquait en fait une activité que beaucoup de gens ne semblaient pas saisir. L’ironie, tout simplement. Elle avait toujours été très spontanée, du genre à avouer tout ce qui lui passait par la tête – et, pourtant, très vite elle avait compris qu’il était plus simple de se cacher derrière le sarcasme, plutôt que de dire ce qu’elle avait réellement sur le cœur. Mais alors pourquoi est-ce que personne n’était capable de comprendre son foutu langage ?
Elle ne peut empêcher ce sourire de se dessiner sur son visage au moment où elle remarque que sa petite réplique semble l’avoir complètement déroutée. Pour le coup, c’était juste une simple affirmation mais ça lui ressemble assez, alors elle n’ajoute rien, se contentant d’observer ce sourire si radieux, et surtout si… nouveau. Car, elle a beau chercher, d’aussi loin qu’elle se souvienne, elle ne l’a jamais vu comme ça. Mais, elle n’est pas débile – enfin, pas plus que la normale, quoi. Elle s’attendait à une telle réponse. C’était évident, elle l’a lu sur son visage à la seconde même où elle a su décrypter ce sourire. En fait, elle s’attendait à cette réponse, et à aucune autre. Sa disparation, son silence avaient eu un nom, un prénom même, de cinq lettres et aux cheveux blonds, et Noreen le savait depuis longtemps. Ce qu’elle n’avait pas prévu, pourtant, c’est ce silence qui, lentement, s’installe entre les deux, tandis que Noreen semble incapable de trouver une réponse satisfaisante. Qu’est-ce qu’elle est censée lui dire, franchement ? « m*rde alors, j’m’en serais pas douté, c’est cool » ? Ou peut-être un bon vieux « Tant mieux pour toi » ? Oh, un simple « raconte-moi tout » ? Non, mauvaise idée. Car elle ne veut pas savoir. Elle refuse de savoir ce que deux jumeaux qui se retrouvent après avoir passé autant de temps séparés font du précieux temps qu’ils passent ensemble. Détournant les yeux, elle baisse les armes, abandonnant en même temps l’idée de lui répondre, car aucune réponse, de toute évidence, ne conviendrait réellement.

Dieu merci, c’est – encore une fois – Seth qui brise le silence, et la demoiselle relève de petits yeux fatigués vers lui, sans trop savoir si elle attend la suite, ou pas du tout. m*rde, est-ce qu’elle le déteste ? Mais non, voyons, elle est juste de mauvaise humeur, ça passera et demain elle retournera le voir et s’excusera de son attitude, et il lui avouera qu’il n’avait rien remarqué. Sauf qu’en fait, demain il ne sera pas là, parce que demain, il sera avec sa jumelle. Cinq lettres et une chevelure blonde. Wendy. Wendy. W.E.N.D.Y. Pour se reprendre, elle lui adresse le plus faux des sourires et tente de se plonger dans ses paroles – sauf que c’était sûrement pas une très bonne idée. C’est un terrain glissant, pour lui comme pour elle, car s’il ne semble pas très à l’aise à dire ce genre de choses, elle s’attend trop à la suite. Un concert d’éloge, des « ma jumelle est tellement mieux que la tienne » déguisés en « j’suis tellement content qu’on soit à nouveau réunis ». Elle hoche la tête et c’est un drôle de « je veux partir en courant » qui se répète un bon millier de fois de sa tête, venant clairement écraser les éloges du soleil ambulant. Sauf qu’elle bute sur sa dernière phrase, qui lui fait hausser un sourcil, peut-être bien les deux. Est-ce qu’il est sérieux, là ? Elle cherche la blague, sans vraiment la trouver. Oui, il est sérieux. Elle l’a aidé à reprendre contact avec sa sœur et, maintenant, il peut faire quelque chose pour elle en échange ? C’est peut-être de l’énervement qui, à cet instant, empli son regard clair. Elle le regarde droit dans les yeux et elle ne sait pas trop quoi lui dire. En fait si, elle sait, ça lui démange la langue, elle veut le lui cracher mais, ce serait sûrement pas juste. Alors elle se retient, parce qu’après tout, il n’a rien fait, rien du tout. Elle opte finalement pour un entre-deux, cependant bien plus froid qu’elle ne l’aurait sûrement voulu. « Tu sais, j’ai pas fait ça pour recevoir quelque chose en échange. Après tout, c’est c’que font les amis. » Un peu trop tard, elle réalise qu’elle est en train d’enrouler inlassablement une mèche blonde autour de son index, geste qui trahit clairement son état d’énervement. Mais, pour le coup, c’est plus fort qu’elle, et elle ne peut retenir ces dernières paroles qui s’échappent de ses lèvres. « Enfin, j’pensais que c’est ce qu’on était, mais j’ai pas toujours raison. » Elle vient de jeter sa bombe. Ça veut tout dire, et à la fois rien du tout, mais elle connait Seth et, pour le coup, elle n’est pas certaine qu’il ait envie de se lancer sur cette pente dangereuse. Et peut-être même qu’il n’a pas du tout compris où elle voulait en venir. Glissant les mains dans les poches de son short, elle souffle sur sa mèche qui ne cesse de se replacer devant ses yeux, et elle envisage de s’en aller. Franchement, elle a envie de se barrer en courant, et de ne jamais le recroiser. Après lui avoir crié que c’était cool de se servir d’elle comme ça, et qu’elle est ravie qu’il l’ait déjà complètement zappé. Elle se racle la gorge, ne dit pas un seul mot, son pied droit glisse sur le sol poussiéreux dans un mouvement redondant, et elle attend. Elle ne sait même pas vraiment quoi – peut-être une réponse, claire & franche. Mais y’a toujours cette partie d’elle qui espère qu’il ne dira rien de plus. Parfois, c’est pas cool, d’entendre la vérité. Le pire, dans tout ça, c’est que son seul tord a été de retrouver sa sœur, et de vouloir lui dédier tout son temps. Noreen le sait – sa réaction est exagérée et, le pauvre, ne doit rien y comprendre. Mais il faudra qu’on lui explique un jour pourquoi les gens finissent toujours par se détourner d’elle, à un moment ou à un autre.




you gotta get up and try.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Sam 29 Juin - 17:42

i'm out of sight, i'm out of mind
noreen&&seth
À cet instant, alors qu’il se tenait devant Noreen, on aurait pu croire que Seth était à des années lumières au fond. Parce qu’il ne comprenait absolument rien, ne voyait absolument rien. Non, lui, tout ce qu’il avait en tête, c’était l’immense reconnaissance qu’il avait à l’égard de la demoiselle. Mais il ne fallait pas croire que Seth se fichait une seconde des états d’âme de son amie, bien au contraire ! Même sans l’immense reconnaissance qu’il ressentait à son égard, il aurait très certainement été prêt à faire bien des choses pour elle, si ce n’était pas tout. Il l’appréciait énormément et mine de rien c’était un statut dont bien peu de personne pouvait se vanter. Sauf que peut-être que Noreen n’avait nullement envie de se vanter d’être apprécié par un fantôme. C’était, après tout, ce qu’il était devenu dans les dernières semaines. Non pas parce qu’il s’était lassé d’elle ou parce qu’elle n’avait été que le bouche trou de l’autre blonde. Malgré les apparences le jeune homme n’était pas et ne pensait pas comme ça. Noreen était Noreen et Wendy était Wendy. Ce n’était pas parce qu’il avait été majoritairement avec la première lorsqu’il avait été blessé par la seconde pour finalement retourné avec sa jumelle qu’il n’appréciait Noreen que pour le temps où elle avait été là pour l’épauler. S’il avait été doué, mais aussi à l’aise, avec les mots et qu’il avait su tout ce qu’elle pouvait penser, Seth n’aurait probablement pas hésité à lui dire à quel point elle était importante pour lui. Elle l’était d’une façon bien différente que Wendy, mais sans aucun doute, elle l’était pratiquement au même titre.
Mais il ne captait pas l’ironie dont elle faisait preuve dans ses propos et il ne voyait pas que, bien inconsciemment, il la blessait peut-être. Sauf qu’au moins, il remarqua la lueur d’énervement dans le regard de son amie. Il n’en comprenait pas la cause, même si c’était bien évident, mais il la remarqua. Seth fut alors tenté de baisser le regard, fixer le sol tout simplement, mais il s’efforça de soutenir le regard de Noreen. D’essayer de comprendre ce qu’il faisait de travers ou ce qu’il ne captait pas. La liste était sans aucun doute très longue, mais comment pouvait-il s’en douter en étant dans son espèce de bulle de bonheur ? « Tu sais, j’ai pas fait ça pour recevoir quelque chose en échange. Après tout, c’est c’que font les amis. » Silencieux, il l’observa alors. Il n’avait pas supposé qu’elle avait fait ça dans cet optique, il voulait simplement lui montrer sa reconnaissance ! Plus facile à dire qu’à faire de toute évidence. « Enfin, j’pensais que c’est ce qu’on était, mais j’ai pas toujours raison. » La surprise s’estampa alors sur le visage du jeune homme, qui continua de la regarder, visiblement bien choqué par ce qu’elle venait de dire. Si seulement elle savait quoi, si seulement il était capable de lui dire qu’elle était une de ses seules amies. Sauf que le silence resta dans la conversation alors que Seth cherchait, encore une fois, les bons mots. « Mais… on est amis, non ? » L’éloquence même quoi ! Mais il ne savait pas quoi dire d’autre, la certitude qu’ils étaient amis s’était ancrée chez Seth et les propos de la demoiselle ébranlaient cette certitude sur le coup. Donc, il ne pouvait que chercher une confirmation à ses propos, un peu comme un gamin le ferait. C’était peut-être pitoyable, mais c’était Seth.

Comme il était petit dans ses chaussures devant Noreen. Il ne savait pas quoi dire et ne savait pas quoi faire non plus. Il n’avait pas voulu qu’elle pense qu’il ne la considérait pas comme une amie ou quoi que ce soit dans ces lignes là. Mais ce qu’il pensait et ce qu’il disait n’étaient pas du tout la même chose. Un monde séparait tout ça. Peut-être que pour une fois, il était celui qui comprenait le moins chez l’autre. Seth était rarement clair, ce qui faisait qu’on le comprenait de travers, mais cette fois, il était celui qui faisait faux sur toute la ligne. Une question pendait néanmoins sur le bout de ses lèvres. Une question qu’il finit par poser non sans en craindre la réponse : « Est-ce que j’ai fait quelque chose de mal ? » On pourrait dire qu’au contraire, il n’avait simplement rien fait. C’était peut-être en partie pour cela qu’il ne comprenait autant rien. Mais d’un autre côté peut-être pas, il était simplement incapable de comprendre son interlocutrice comme elle le souhaiterait ou même comme lui-même le souhaiterait. Il essayait de faire avec ce qu’il avait ou ce dont il était certain, mais comme elle semblait avoir mis un doute sur leur relation d’amitié, Seth hésitait que trop pour faire quoi que ce soit, principalement par peur de faire un faux-pas. « Je voulais simplement te dire que j’étais extrêmement reconnaissant pour ce que tu as fait. » Et cette fois il ne parlait pas uniquement du fait qu’elle l’avait aidé à renouer le contact avec Wendy. Parce que ce n’était pas la seule chose qu’elle avait faite pour lui, évidemment. Seth lui devait beaucoup plus que ça et il le savait bien. Il n’arrivait simplement pas à le montrer. Les mots restaient pris dans sa gorge comme s’il n’était pas capable de dire quoi que ce soit de plus profond. Il pourrait la remercier sans cesse si ça pouvait être suffisant, mais peut-être que le problème n’était pas là au final. Comment le savoir ou en être certain, là était la question. Seth resta donc planté devant elle, sans savoir s’il valait mieux qu’il se risque à dire autre chose ou s’il était mieux de rester en silence. Le silence lui seyait peut-être mieux, mais ça n’avait pas l’air d’être la bonne chose à faire. Il décida donc de se risquer à ajouter quelque chose en espérant que ce soit les bons mots : « C’est seulement pour ça que je voulais te rendre la pareille ou quelque chose comme ça. » On aurait dit un patineur qui essayait d’éviter la glace fine, mais peut-être qu’il n’y arriverait pas au final.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Noreen Blodwyn-Barnes "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : rachel laplubel. × Nombre de messages : 1897 × Age du perso : trente ans. no comments. × Job : pompier/planquée dans la forêt. × Côté love : i never knew i could love someone the way that i love you.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Lun 1 Juil - 13:18

SETH & NOREEN
❝ It's been a really, really messed up week, seven days of torture, seven days of bitter ; i don't know if I'll make it, but watch how good i'll fake it ; it's all right, all right, tonight. ❞
Seth avait toujours représenté un mystère aux yeux de Noreen. Dès le premier jour, elle avait senti ce petit quelque chose qu'il avait, et qui le rendait différent des autres. Oh oui, Seth était spécial. Elle n'aurait su expliquer dans quelle mesure, mais elle avait appris à l'apprécier exactement comme ça, et c'était peut être ce petit truc qui le rendait si différent aux yeux de la blonde, et qui avait réussi à faire naître entre les deux êtres une amitié si spéciale. Peut-être pleine de non-dits, qu'elle réussissait à comprendre car elle avait vécu quelque chose qui ressemblait à son histoire. Le manque d'un être cher, mais qu'on sait pourtant vivant, quelque part. On ne sait juste pas où. Pourtant, aujourd'hui, y’avait bien cette foutue impression que tout s'était cassé la gu*ule et que rien ne lui permettrait plus de le comprendre.

Elle le regarde et, pour une fois, elle a l'impression de lire quelque chose au fond de ses yeux. Quelque chose qui ne lui ressemble pas et, alors, il ne lui faut pas plus de quelques secondes pour réaliser qu'il tente de lire en elle. Il a l'air d'y comprendre quelque chose, sans pourtant parvenir à lire entre les lignes. Elle aurait sourit à cette pensée, si leur conversation avait été propice à cela. Parce que c'est Seth et parce que, bien souvent, elle a eut l'impression qu'il comprendrait mieux les choses si elles lui étaient dessinées. Seulement, rien ne peut remplacer les mots, et elle n'a nullement l'intention d’esquisser les raisons de sa colère avec une branche d'arbre ou un coquillage sur le sable. À ses yeux, c'est pourtant si évident ! Qu'il l'a laissé tomber, qu'il l'a utilisé alors qu'il avait encore besoin d’elle et que, maintenant que ce n'est plus le cas, il vient lui jeter à la figure son dernier discours. Une part d'elle a envie de l'envoyer balader si loin, tellement loin qu'ils ne se reverraient plus. Mais elle se bat fort, très fort, car elle refuse de gâcher ce qui lui semble être une ultime conversation. Et cette conviction est ancrée si fort en elle qu'elle lutte de toutes ses forces pour ne pas se laisser submerger. Pour combien de temps, encore ?
Elle a envie de lui lancer qu'ils étaient bien amis, à une époque. Seulement, c'est si lointain dans ses souvenirs qu'elle se sent incapable de se rappeler de ce que ça pouvait bien faire. Et puis, il lui semble qu'utiliser l'ironie ne servira pas à grand chose. De toute façon, à chaque fois ou presque que Noreen en a usé, il ne l'a pas comprise, alors à quoi bon ? C'est drôle, la confusion qui s'empare d'elle. Elle a envie de tourner les talons, mais elle sent encore cette infime lueur d'espoir. La petite lumière qui veut dire que tout n'est pas encore terminé. Elle ne sait pourtant pas d'où lui vient cette pensée - peut-être bien du fond des yeux de Seth. A moins que ce ne soit son envie naïve de croire que les choses n'ont pas pris cette tournure à laquelle elle a longtemps refusé de croire.

Sa question la pousse à tourner le regard, car elle sait que si ses yeux restent plongés dans ceux du jeune homme, elle va finir par regretter ses mots. Est-ce qu'il a fait quelque chose de mal, hein ? Oui. Et non, à la fois. Pour toute réponse, elle hausse alors les épaules, dans un mouvement las. Elle n'a pas franchement envie de répondre à cette question, qui lui semble plus que dérisoire. C'est évident, qu'il a fait quelque chose de mal. Aurait-elle une raison d'agir de la sorte, si ça n'avait pas été le cas ? Pourtant, même si l'envie de le lui crier dessus lui brûle les lèvres, elle se refuse à acquiescer. C'est plus facile de crier sur quelqu'un que tu ne connais pas. Mais là, quelque chose l'empêche de simplement lui cracher sa rage à la figure. Quelque chose, son innocence légendaire surement, lui répète qu'il ne mérite pas ça. Mais mérite-t-elle autant d'indifférence, après tout ce temps passé ensemble ? Concours d'incohérences et d’antithèses qui la poussent à garder le silence, elle habituellement si bavarde et enjouée. Elle n'est plus la même Noreen aujourd'hui ; il aurait du s'en rendre compte, mais il est parti trop loin pour le remarquer. Et alors, maintenant, ça ne fait plus aucun doute qu’il est trop tard pour revenir en arrière, ou même tenter de recoller les morceaux. Aux yeux de Noreen, tout au moins.

Et puis, sa phrase la pousse carrément à tourner la tête et, finalement, elle effectue un drôle de demi-tour sur elle-même pour mieux lui tourner le dos. Elle ne peut simplement pas lui faire face alors qu'il annonce - enfin - les raisons de sa venue. Si, dans sa tête, ses mots résonnent inlassablement, l'écho les transforme pourtant, au point que son « je voulais simplement te dire que j’étais extrêmement reconnaissant pour ce que tu as fait » devienne un gros « Merci Noreen, je suis content, maintenant je n'ai plus besoin de toi, au revoir. » Elle qui s'était jurée de ne plus se sentir si vulnérable retombe bien bas. Et ça fait mal, p*****.
Alors elle garde le silence, pas du tout prête à lui montrer autre chose que son dos. Elle fixe l’horizon dans un silence morbide, trop peu sûre d’elle pour savoir quoi lui répondre. Mais est-ce qu’elle est censée dire quelque chose, de toute façon ? Il la remercie, lui sourit gentiment & s’en va retrouver sa douce Wendy, tout simplement. Vu comme ça, il lui semble que sa présence est complètement inutile. C’est marrant comme on peut être tout un monde un jour, et le summum de l’inutilité le lendemain. Elle soupire à cette pensée et tente de se forcer à ne pas entendre la suite, mais ses oreilles laissent pourtant passer ses quelques mots, auxquels elle aimerait ne pas devoir répondre. Pas comme si elle avait le choix, au fond. Alors, le dos toujours tourné, ses mots s’enchainent sans grande suite logique. « Eh bien rassure-toi, tu peux t'en aller tranquillement maintenant, je te dispense du discours d'adieu que tu t'apprêtais à faire, et j'ai pas besoin qu'on m'aide. » Elle a envie de rajouter que de toute façon, c'est foutu pour elle. Que son histoire a elle n'a rien d'un conte de fée, qu'elle n'est pas prête d'avoir la belle vie, et que de toute façon elle s'en balance parce qu'elle a enfin jeté les armes et que même si elle aurait du le faire depuis bien longtemps maintenant, bah c'est déjà bien qu'elle ait fini par le faire. Mais c'est tout autre chose qui sort de sa bouche. « Et passe le bonjour à Wendy de ma part. »




you gotta get up and try.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Mar 9 Juil - 20:13

i'm out of sight, i'm out of mind
noreen&&seth
La situation était bien à l’opposé de ce qu’aurait pu s’imaginer Seth. Rien de bien plaisant même, cependant, que pouvait-il vraiment y faire ? Il ne comprenait rien et généralement, ce n’était pas une chose qui pouvait se régler facilement, surtout si personne ne l’aidait. Déjà qu’il n’arrivait pas à capter l’ironie dont faisait preuve Noreen… il allait sans dire qu’il ne comprendrait pas non plus le reste. Ce n’était pas de la mauvaise volonté, ce n’était pas non plus pour blesser son amie. Peut-être était-ce la seule parcelle d’innocence qui restait chez le jeune homme, celle de ne pas comprendre ce qui n’était pas clair comme de l’eau de roche. Sans doute Noreen avait-elle compris que le jeune homme fonctionnait ainsi… Qui sait, de toute façon, ce n’était pas le moment d’expliquer ce genre de chose, tout comme ça ne semblait pas être le moment pour éclairer la lanterne du jeune homme. Il devrait comprendre de lui-même et ça ne s’annonçait pas comme une partie de plaisir. Il n’était pas doué pour ça, il était doué pour obéir, pour diriger les gens à la limite, mais pas pour les comprendre. Non ça c’était un domaine dans lequel Wendy excellait et où lui était tout simplement nul. Même avec les gens qu’il appréciait, ces personnes spéciales pour qui il ferait n’importe quoi. Généralement, seule Wendy était comprise, et comprenait, d’ailleurs, Seth, mais ce n’était plus le cas maintenant. Les choses étaient devenues plus complexes et il ne pouvait que le remarquer. Et c’était encore plus ardu avec Noreen, à croire que quelque chose dans leur relation ne fonctionnait plus, qu’il avait brisé quelque chose parce qu’il était définitivement le coupable dans cette histoire. Certes, c’était de jouer le martyr que de se mettre tout le blâme sur les épaules, mais c’était bel et bien le comportement naturel de Seth. Puis, vu la situation, il était probablement coupable de toute façon.
Si seulement il pouvait comprendre ce qu’il avait fait ou plutôt ce qu’il n’avait pas fait et réaliser que c’était une partie du nœud du problème. Ça aurait probablement aidé leur amitié, mais ce n’était pas le cas, Seth ne comprenait tout simplement pas. Il attendait donc une réponse, une explication voir même un signe de la part de Noreen, mais rien. Elle ne fit qu’hausser les épaules, ce qui n’était pas suffisant pour que le jeune homme comprenne magiquement ce qu’il devait capter. Non, il ne fit que l’observer un peu plus espérant de repérer autre chose dans son regard. Peu importe ce que ce serait. Sauf que non; encore une fois rien ne croisait le regard de Seth. Pourquoi ne lui expliquait-elle pas ce qu’il avait fait de mal ? C’était tout ce qu’il voulait savoir, une petite explication suffirait. Parce que ça ne lui venait pas et au final c’était ce qu’il y avait de pire dans cette situation à ses yeux. Il aimerait bien pouvoir savoir ce qui se passait dans l’esprit de Noreen, pourquoi elle semblait si différente sans qu’il ne puisse deviner pourquoi. Certes, il pouvait identifier les raisons qui le poussaient à dire qu’elle était différente, mais le pourquoi non. Ça semblait idiot de la part de Seth puisque c’était évident comme la terre, mais il ne fallait pas s’étonner.

Seth du donc la regarder sans rien dire alors qu’elle faisait un drôle de demi-tour. Il ne comprenait pas encore qu’aux yeux de Noreen, il était trop tard pour recoller les morceaux et donc, il voulait essayer de le faire. Tant bien que mal, et même plutôt mal considérant la situation, mais c’était bien parce qu’il n’avait pas toutes les cartes en main et que, bien malheureusement, il ne captait pas le mal qui pouvait faire à autrui en négligeant cette personne. Il fallait tout de même dire que pour Seth, sa présence n’était pas forcément très agréable pour les autres personnes. Il avait beau apprécier Noreen, il ne pouvait pas vraiment concevoir l’idée que c’était réciproque au point que sa petite disparition compte vraiment. Oui, bon, c’était que de mettre des pensées qui étaient propres au jeune homme dans la tête des autres, mais il était définitivement un expert de ce genre de comportement. Parce que ça lui allait et parce que, à ses yeux, les gens se trompaient souvent sur sa personne. « Eh bien rassure-toi, tu peux t'en aller tranquillement maintenant, je te dispense du discours d'adieu que tu t'apprêtais à faire, et j'ai pas besoin qu'on m'aide. » Seth regarda alors le dos tourné de la demoiselle avec de grands yeux. Discours d’adieu ? Qui est-ce qui avait parlé d’un discours d’adieu. « Je ne voulais pas sous-entendre que tu avais besoin d’aide. » Ah oui vraiment c’était important de la corriger sur ce point-là alors que visiblement elle pensait que Seth voulait lui faire un discours d’adieu. Lui était tout simplement pris de cours par ce qu’elle venait de dire. « Et pourquoi je voudrais te faire un discours d’adieu ? » Poser une question n’était probablement pas la bonne chose à faire, mais, comme d’habitude, il essayait simplement de comprendre, ce qui ne fonctionnait pas vraiment pour l’instant. « Et passe le bonjour à Wendy de ma part. » Cette fois on put presque dire que Seth avait compris. Son regard se baissa instinctivement et il fixait à présent le sol. Parce qu’il avait compris ou parce qu’il allumait sur ce qui se passait. Wendy, évidemment qu’il avait été presque attaché à sa sœur depuis qu’il l’avait retrouvé… Sauf qu’il ne s’était jamais imaginé que ça poserait problème. Visiblement il se trompait sur toute la ligne. « Quoi ? » Seth ne pouvait même pas faire comme si elle n’avait pas raison de lui dire ça. Il avait joué le fantôme c’était l’évidence même. « Pourquoi tu dis ça ? Qu’est-ce que Wendy a à faire avec ça ? » Elle avait certes raison de lui dire, mais il voulait comprendre. N’était-ce pas l’évidence même qu’il allait passer du temps avec Wendy ? Pour lui oui, mais peut-être que ce n’était pas normal ou la bonne chose. « Je ne voulais pas te faire du mal en passant du temps avec Wendy… » C’était présomptueux de sa part que de penser que son absence ferait du mal à Noreen… mais c’était la seule chose qui lui venait en tête vu la situation et à cet instant, il aurait voulu disparaitre dans le sol. Parce qu’il réalisait peu à peu le piètre ami qu’il était au final, comme il avait été un piètre frère.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Noreen Blodwyn-Barnes "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : rachel laplubel. × Nombre de messages : 1897 × Age du perso : trente ans. no comments. × Job : pompier/planquée dans la forêt. × Côté love : i never knew i could love someone the way that i love you.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Jeu 18 Juil - 20:53

SETH & NOREEN
❝ It's been a really, really messed up week, seven days of torture, seven days of bitter ; i don't know if I'll make it, but watch how good i'll fake it ; it's all right, all right, tonight. ❞
D’habitude, elle trouvait ça adorable, cette façon qu’il avait de ne pas toujours tout comprendre rapidement, et parfois même de ne rien comprendre tout court, en fait. Mais aujourd’hui, c’est comme si ce sentiment n’avait jamais existé. Elle le regarde et, aussi étrange que cela puisse paraitre, face à cette incompréhension flagrante elle a simplement envie de lui hurler dessus, de lui cracher qu’elle ne peut pas toujours tout lui expliquer, que personne ne sera là pour lui faire un dessin et que, pour une fois, il devra simplement se démerder tout seul. Il ne lui faut pourtant pas plus d’une demi-seconde, d’un bref regard dans les yeux de Seth pour ravaler cette soif d’animosité. Il ne mérite pas ça. Même malgré ce qu’il a bien pu lui faire ; au nom de leur amitié & de tout ce temps qu’ils ont passé ensemble, elle n’a simplement pas le droit de faire ça. Parce que, si lui est capable de tout balayer d’un seul coup, Noreen, la blonde un peu trop fleur bleue, et surtout beaucoup trop gentille ne trouve pas la force de laisser ses véritables émotions s’exprimer. Alors c’est juste un étrange silence funeste qui s’installe, tandis que ses yeux se remplissent d’une haine impossible à dissimuler. Et c’est comme si la Noreen qu’il a toujours connu venait de disparaitre. Pleins de pensées emplissent son esprit torturé, mais rien ne sort. Pas un mot, pas un son, pas même une grimace. Par contre, ce sont bel & bien ses yeux clairs qui la trahissent. Car la colère, presque la haine en fait, déborde de ses pupilles à en éclabousser son interlocuteur, qui semble d’ailleurs se rendre compte que quelque chose cloche. Manquerait plus qu’il ne l’ait pas remarqué, tiens. Il aurait fallu qu’elle lui explique tout de A à Z, mais elle ne trouve pas la force de le faire. Alors, comme à ses habitudes, elle préfère sous-entendre ce qu’elle a trop de mal à avouer de vive-voix, en espérant secrètement qu’il comprenne où elle veut en venir – mais ça, elle n’en est plus si sûre. C’est effectivement plus facile de péter un câble le dos tourné plutôt que les yeux dans les yeux, et Noreen ne compte pas se priver de ça. Ses mots la frappent pourtant de plein fouet et elle réalise pour l’ultime fois qu’il a quelques difficultés à la comprendre. Sérieusement, pourquoi est-ce qu’il voudrait lui faire un discours d’adieu, hein ? Encore une fois, elle a envie de lui hurler dessus, mais en contrôlant sa respiration, l’Irlandaise parvient à retenir son calme tandis qu’un petit « à ton avis » tourne en boucle dans son esprit. Fort heureusement pour elle – et aussi un peu pour lui – les derniers mots de la demoiselle semblent éclairer la lanterne de Seth qui, après quelques secondes, finit par assembler les quelques pièces du puzzle. Amen, voilà ce que Noreen a à présent envie de crier. Elle le laisse ainsi se poser toutes ses petites questions à haute voix sans exécuter le moindre mouvement, simplement pour être certaine qu’il ait bien compris le truc et, finalement, à ses derniers mots, ses yeux se transforment en deux grosses billes rondes tandis que ses lèvres laissent s’échapper ses premières pensées, sans même y réfléchir. « T’as pas le droit de dire un truc comme ça. » Le silence s’installe derechef lorsqu’elle réalise qu’elle a parlé bien trop vite, et un drôle de décompte se démarre dans la tête de Noreen. Dix. Il faut réfléchir avant de parler Noreen. Neuf. Mais de toute façon il n’aurait pas compris sans un peu d’aide. Huit. Et de toute façon, il s’en fout de toi. Sept. Il aurait jamais fait ça sinon, hein. Six. Il faut vraiment que t’arrêtes de te parler à toi-même. Cinq. Et dans quatre secondes tu lui fais face. Quatre. Et puis, fais ch*er ; d’un geste brusque, la jeune femme finit par lui faire volte-face. A cet instant, elle rassemble suffisamment de courage pour oser lui parler tout de suite, et clairement. D’un ton un peu plus sec que prévu, d’ailleurs. « T’as pas ‘passé du temps avec Wendy’, Seth. T’as complètement disparu de la circulation dès que tu l’as retrouvé. » Ses yeux le mitraillent silencieusement et sa voix s’est voulue bien plus tranchante que prévue, mais elle n’y peut plus rien. Fixant le sol, elle ose tout de même ajouter quelque chose. « Et t’as tiré un p***** de gros trait rouge sur moi à la seconde même où elle est revenue dans ta vie. Comme si j’avais jamais été là quand elle ne l’était pas, comme si j’avais jamais essayé de t’écouter, et même de te comprendre, comme si jamais je m’étais attachée à toi… » Sa phrase meurt dans une espèce de soupir, au moment précis où elle réalise ce qu’elle vient de dire. Si elle a toujours été du genre à s’exprimer, elle a très vite compris que Seth n’était pas ce genre de personne et, alors, s’est toujours efforcée de respecter ça. Est-ce qu’elle vient de briser une clause de leur invisible contrat ? C’est étrange, car habituellement, jamais elle ne s’en serait voulu d’avoir dit un truc pareil. Mais, aujourd’hui, ses aveux semblent faux – peut-être parce qu’elle sent que la fin approche. Et c’est quand même vachement con d’avouer ce genre de choses au dernier moment, avant le point final.

On raconte que, quand on perd une personne, tout l’amour qu’on lui porte est orphelin et que la meilleure chose à faire reste de l’affecter à quelqu’un d’autre. Noreen n’avait jamais réellement pu montrer à sa jumelle tout l’amour qu’elle lui portait, mais il était bien possible qu’inconsciemment, et surtout après qu’elle ait partagé son histoire avec Seth, elle ait transporté un peu de cet amour inutile sur le jeune homme. Et peut-être même que c’est ce qu’elle est en train de réaliser, là, face à cette personne qui avait fait briller ses yeux de mille et un faux espoirs. Ça lui pique la langue, la démange de l’intérieur, mais il faut qu’elle sache. Alors, retrouvant finalement le chemin de son regard pour mieux le défier, elle se lance enfin. « J’veux savoir pourquoi. Pourquoi t’as complètement oublié que j’existais. » Elle a envie de rajouter qu’en fait, elle n’était rien pour lui et qu’il aurait simplement pu éviter de jouer avec elle comme ça – mais il lui semble qu’il est encore trop tôt pour ça.


il me semble que c'est un peu plus mauvais que d'habitude, et si c'est vraiment le cas, yé souis dizoulée. I love you




you gotta get up and try.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Mar 23 Juil - 10:48

i'm out of sight, i'm out of mind
noreen&&seth
S’il avait fallu qu’elle invoque Wendy pour que Seth ne commence à comprendre, c’était évidemment assez triste. Mais toujours en était-il qu’il commençait peu à peu à comprendre et c’était définitivement un pas vers l’avant. Le problème, c’était maintenant que même s’il comprenait une partie, il n’était pas plus doué pour réparer ses erreurs. Il n’avait pas trop de mal à les admettre et les accepter, mais à la place d’essayer de recoller les pots cassés, Seth se contentait bien souvent de se cloitrer dans des reproches. Ce qu’il aurait bien aimé faire, mais cette fois, il y avait du mal à comprendre ce qu’il avait fait de mal. Après tout, oui, il avait passé pratiquement tout le temps qu’il avait avec Wendy, sans même donner signe de vie aux gens qui lui importaient le plus, à savoir principalement Noreen et Ian, mais il ne réalisait pas que ça pouvait poser problème. Eh oui, il était aussi… idiot que ça disons. C’était sa façon de penser qui expliquait une telle conclusion, une conclusion bien à l’opposé de celle de la demoiselle qui se tenait devant lui. Et même si le jeune homme comprenait une partie de ce qu’elle semblait vouloir qu’il comprenne, il était loin du compte. Il ne faisait que patiner un peu dans tous les sens, essayant de réparer quelques erreurs, de couvrir des blessures qu’il aurait causées chez elle. Rien de bien efficace, rien de bien méritant de louange. Non, à ce moment-là, il n’était même pas près de la bonne façon d’agir. Il ne comprenait pas suffisamment et il en resterait probablement à cette étape peu importe à quel point il essayait de se casser la tête pour comprendre tout ce qu’elle voulait dire. Seth était un bon ami, certes il l’était moins depuis que Wendy était réapparue, mais il n’en restait pas moins qu’il ferait n’importe quoi pour ses amis sans même y repenser. Sauf que ce n’était pas ça qui était requis de lui, non, il devait comprendre quelque chose de lui-même et agir en conséquence.

Soudainement la voix de Noreen le sortit de ses pensées, de ses vaines tentatives de comprendre de a à z. Des tentatives plus que vaines vu ce qu’elle disait. Lui qui croyait avoir bien compris ne serait-ce qu’une partie. Non, parce qu’il n’avait pas dit la bonne chose, il s’était trompé dirons-nous. Puis, Noreen fit volte-face et les yeux de Seth trouvèrent naturellement le sol comme s’il craignait le regard qu’elle avait à ce moment précis. C’était exactement ça, il craignait de voir de la haine, qu’il serait peut-être plus en mesure de détecter cette fois. « T’as pas ‘passé du temps avec Wendy’, Seth. T’as complètement disparu de la circulation dès que tu l’as retrouvé. » La précision alors fut plus mal qu’il ne l’aurait cru. Parce que c’était évidemment la vérité. Il n’y avait pas de doute à soulever, il avait évidemment disparu pour passer du temps avec sa sœur. Malheureusement, il ne pouvait pas baisser le regard encore plus qu’il ne le faisait déjà. Il garda néanmoins le silence, peut-être parce que cette fois il avait compris qu’elle n’avait pas terminé. Le silence qu’il garda pouvait être considéré comme avisé puisqu’elle reprit la parole. Cette fois Seth eut bien envie de disparaitre. Pas parce que les paroles de la demoiselle étaient véridiques. Non, la seule chose qui se rapprochait de la vérité, c’était qu’il avait disparu et que ça pouvait bien être considéré comme lui tirant un trait sur la personne de Noreen. Ce n’était pas ça, mais comment lui expliquer. Lui qui était si terrible pour s’exprimer. Non pas que c’était le moment de jouer la victime ou même que c’était ce que cherchait Seth. Il se fichait bien de jouer la victime, il était celui qui avait causé du tort à une personne particulièrement précieuse à ses yeux, et il s’en voulait terriblement. Sauf qu’il n’était pas doué pour le montrer. « Ce n’était pas mon intention… » Et c’était presque crédible ! Ça avait beau être la vérité, il ne savait pas comment l’expliquer, quoi dire pour pouvoir lui montrer ce qu’il pensait vraiment. « Je ne voulais pas disparaitre ou te causer du tort en le faisant pour passer du temps avec Wendy. » Il fallait reconnaitre les efforts de Seth pour être loquace. C’était peut-être trop tard, mais il faisait ce qu’il n’avait jamais vraiment fait : essayer de s’exprimer complètement. Exprimer ce qu’il ressentait, ce qu’il ne faisait plus avec personne d’ailleurs. À quelque part, il avait envie de lui dire qu’il avait cru qu’elle plus que quiconque aurait compris ses raisons, mais ça ne semblait pas être le cas et il ne voulait pas faire comme s’il la blâmait. Parce qu’au contraire, il se blâmait bien lui-même pour le coup. « Mais je tiens beaucoup à toi, ne crois pas l’inverse. » Ça lui coutait énormément de dire ça, peut-être que Noreen n’apprécierait pas l’effort, mais c’en était bien un quand même. Il préférait le montrer d’une autre manière et il avait cru que ça avait été suffisant, mais ce n’était visiblement pas le cas, par conséquent, il devait le dire.

« J’veux savoir pourquoi. Pourquoi t’as complètement oublié que j’existais. » La question le frappa, peut-être plus que tout ce qu’elle avait dit auparavant. Il n’avait pas oublié qu’elle existait, bien au contraire ! Elle avait souvent été dans ses pensées, lorsqu’il réalisait à quel point elle avait était dans les seules personnes qui avait atteint le niveau d’importance qu’avait Wendy ou encore à quel point elle l’avait aidé lorsqu’il avait été à son plus bas et qu’il tenait à elle énormément. Sauf que comment pouvait-il lui dire ça ? Il en était bien incapable, il fallait bien qu’il se rende compte de l’évidence. Son regard se baissa et Seth s’enferma dans le mutisme qui lui était propre alors qu’il cherchait les mots à dire, les bons mots. Ils ne venaient pas vraiment, mais il fut bien obligé de briser le silence qui s’était installé pour répondre à la question. « Je n’ai pas oublié que tu existais. Je ne pourrais pas le faire. » Bon, dis ainsi, ça sonnait pratiquement comme s’il obligeait Noreen à le croire sur parole, mais ce n’était pas ça seulement, il n’osait pas dire ce qui lui venait en tête à savoir : « J’avais simplement assumé que tu comprendrais qu’après sept ans, je voudrais passer du temps avec Wendy. » C’était sorti sans le vouloir. Il ne voulait pas le dire en reproche, non, aux yeux du jeune homme, elle n’était pas coupable en outre mesure, seulement, c’était le raisonnement qu’il avait fait bien rapidement dans son esprit. Visiblement, c’était bien plus qu’erroné.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Noreen Blodwyn-Barnes "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : rachel laplubel. × Nombre de messages : 1897 × Age du perso : trente ans. no comments. × Job : pompier/planquée dans la forêt. × Côté love : i never knew i could love someone the way that i love you.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Dim 18 Aoû - 16:43

seth & noreen

❝ IT'S BEEN A REALLY, REALLY MESSED UP WEEK, SEVEN DAYS OF TORTURE, SEVEN DAYS OF BITTER ; I DON'T KNOW IF I'LL MAKE IT, BUT WATCH HOW GOOD I'LL FAKE IT. ❞

Personne n’aurait su dire ce qui se passait exactement dans la tête de Noreen depuis un petit moment et, à vrai dire, il était fort possible que la principale intéressée en soit elle aussi incapable. Quelque part, ça ressemblait à de la jalousie, mais elle n’avait aucune raison de l’être, pas vrai ? Parce que Wendy & Seth, c’était bien plus fort que tout le reste & alors, elle avait compris depuis un long moment que sa présence ne pourrait absolument rien y changer, jamais. Aucune raison, donc, d’être jalouse de la relation qu’entretenait Wendy avec Seth, ni même de supposer que cette dernière ait pu lui voler Seth, car elle aurait été bien trop stupide d’imaginer, ne serait-ce qu’une seule seconde, qu’il lui appartenait, même un tout petit peu. Sauf que, si c’était pas de la jalousie, c’était quoi, alors ? Très bonne question à laquelle Noreen n’avait pu trouver de réponses, malgré ses quelques tentatives – et puis tant pis, elle n’avait pas envie de se prendre la tête plus longtemps avec ça. De toute façon, elle se connaissait trop bien pour savoir que la véritable raison de sa colère sortirait de sa bouche à un moment donné, sans même qu’elle ne s’en rende compte.

Mais il faut d’abord y aller doucement, car Seth n’est pas vraiment du genre à comprendre tous les sous-entendus possibles & imaginables. A vrai dire, c’était un peu tout qu’il avait du mal à comprendre alors, pour le coup, la blonde avait décidé de lui laisser un peu de temps pour essayer de déchiffrer ses mots, pour peu qu’ils soient compliqués à l’être. Il doit être bien avantagé par son expression dure & fermée qu’il ne lui connait probablement pas et, à voir comment il évite son regard, Noreen ne peut plus en douter un seul instant. Elle tente d’attirer son regard, mais rien n’y fait ; ses yeux, fixés sur le sol, ne semblent pas avoir envie de croiser ceux de son interlocutrice. Tant pis, on fera avec, se contente-t-elle de songer. Maintenant, elle a besoin de réponses. Elle veut savoir pourquoi il l’a abandonné, pourquoi, au lieu de partager son bonheur avec celle qui l’a aidé à faire face à sa douleur, il s’est lâchement retiré et a préféré la compagnie de sa sœur à toutes les autres. Alors elle soupire en réalisant qu’elle est peut-être la seule personne qui lui suffit. On dit que des jumeaux trop proches n’ont pas un bon équilibre ; elle donnerait n’importe quoi pour avoir la même relation que Wendy & Seth. Mais quelque chose dans l’alignement de ces foutues planètes ne semble pas vouloir le lui accorder, et elle rame, chaque jour un peu plus, pour tenter de garder la tête hors de l’eau. Alors, peut-être qu’il a bien fait de ne pas lui balancer son bonheur à la gu*ule. Et peut-être que c’est précisément ce qu’il est en train de faire, là, sans réaliser un instant qu’il a pu blesser quelqu’un pour qui il comptait. Pour qui, malgré ce qu’elle tente de montrer, compte toujours un peu plus qu’elle ne le souhaiterait. Ca aurait été tellement plus simple si son absence n’avait pas comptée pour elle – mais les gens qui s’en vont sont toujours ceux auxquels on tient le plus. Ses mots, bien cherchés, semblent pourtant la réconforter un peu. Recevoir une preuve d’intérêt de la part d’une personne qui ne dévoile jamais ses véritables sentiments est toujours quelque chose d’extrêmement gratifiant et, alors, une personne comme Noreen en aurait fait toute une histoire, un plat incroyablement redondant dans le but de montrer à la terre entière combien elle pouvait être heureuse d’avoir eu le droit d’entendre ça. Mais là, les choses sont différentes. En plus d’avoir l’impression de l’avoir poussé dans ses retranchements, une petite part d’elle semble lui affirmer qu’il a dit ça bien trop tard. Pourtant, rien ne sort de sa bouche, qui dessine, bien malgré elle, un sourire heureux. Heureux d’entendre ces mots qui, sortis de la bouche de Seth, prennent tout leur sens.  Mais ce n’est pas suffisant. Non, ça n’enlève rien au fait qu’il l’ai laissé tombé et, à vrai dire, c’est même assez contradictoire. S’il tient à elle autant qu’il l’affirme, alors pourquoi ne pas lui avoir trouvé une place, même une toute petite, au milieu de ces retrouvailles ? Peut-être qu’elle est trop égoïste. Et peut-être qu’elle n’a jamais eu la place qu’elle pensait avoir. Ses lèvres s’entrouvrent, mais elle n’a rien à ajouter. Non, vraiment ; juste une seule et unique question. Encore une fois, sa réponse l’étonne à tel point que la jeune femme se surprend à tourner la tête, légèrement sonnée par de tels mots. Est-ce qu’il a vraiment décidé de l’achever en parlant comme ça, ou bien c’est juste sa façon à lui de dire que c’était cool, merci d’avoir été là ? Non, elle n’interprète pas bien ses mots, mais la confrontation est sûrement plus rude qu’elle ne l’avait escompté. Alors elle boit ses paroles, se laissant légèrement avoir par ses doux mots, jusqu’à son ultime phrase. Ses yeux se plantent alors sur Seth, sans pour autant réussir à capter son regard et, sur le coup, elle non plus ne trouve pas les mots. Il vient, en l’espace d’une seconde, de balayer toutes les belles paroles qu’il a bien pu lui dire juste avant. Elle se racle doucement la gorge, le regard perdu sur l’horizon pour, à son tour, éviter le regard de son interlocuteur. Car, s’ils se croisaient, il pourrait alors lire la déception & la peine dans ses yeux – alors que ça n’a plus franchement d’importance. « J’imagine que ce n’sont pas des choses que quelqu’un comme moi peut comprendre, » souffle-t-elle, pas bien sûre de ce qu’elle était censée dire. Encore une fois, elle n’a plus envie de continuer cette petite guerre. Elle a envie de lui dire au revoir, ou simplement de se casser sans prévenir ; comme si ça allait arranger quelque chose, tiens. Mais non, elle, elle n’a pas eu la chance de retrouver sa jumelle ; elle, elle doit toujours vivre cette vie tout en sachant qu’il manque quelque chose ; elle, elle ne peut pas savoir ce que ça fait de retrouver quelqu’un de si important. Car, sa sœur, à elle, n’a jamais voulu la revoir, ou simplement la voir. En guise de conclusion, alors, elle n’hésite plus à balancer un « Je pense qu’elle te suffit. » Encore une fois, c’est plein de sous-entendus qu’il risque de ne pas comprendre. Elle aurait pu simplement dire : tu n’as plus besoin de moi, ce qui reviendrait finalement au même. Mais elle a préféré des mots aux multiples significations, peut-être bien dans l’espoir qu’il se lasse d’essayer de la comprendre, et se détourne définitivement d’elle. De cette façon, au moins, elle serait certaine qu’ils n’ont plus rien à faire ensemble, et qu’il peut complètement se passer de sa présence. Elle tenterait alors d’en faire de même – pas comme si on ne lui avait jamais fait le coup, de toute façon.
« Je pense qu’il faut quand même que tu saches que j’ai été contente d’avoir eu un rôle dans l’histoire de ta vie, et maintenant tu peux garder tes petits mots pour elle, nous on n’en aura sûrement plus besoin. » Elle s’entête à croire que tout est terminé, sans même chercher à le comprendre. Si, en fait, elle a essayé, mais il lui a semblé qu’elle ne s’est jamais vraiment rapprochée de la réalité. Alors elle en a marre d’essayer sans jamais réussir ; elle se cramponne à une réalité qui, elle, n’existe que dans sa tête d’irlandaise têtue… Et frustrée.




you gotta get up and try.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Mar 27 Aoû - 15:24

i'm out of sight, i'm out of mind
noreen&&seth
Le problème de la situation dans laquelle il se trouvait présentement, c’est que Seth ne comprenait toujours pas le fond de l’histoire. Il ne comprenait pas le noeud du problème, parce que, pour lui, il n’y en avait pas. Elle pouvait lui en vouloir pour bien des choses, mais il ne comprenait pas pourquoi elle lui en voulait pour avoir passé du temps avec Wendy. Les choses avec cette dernière se replaçait peut-être comme avant, mais ça ne voulait pas dire que Noreen ne pouvait pas être une part dans sa vie. Peut-être qu’au final elle avait raison et c’était terminé entre eux, mais forcément ce n’était pas le jeune homme qui abandonnerait ainsi. Il n’avait pas suffisamment de relation importante pour le faire. Noreen était importante à ses yeux, peut-être plus qu’elle ne pouvait se l’imaginer, peut-être bien plus que Seth lui-même peut se l’imaginer. Certes, il serait idiot de nier que c’était parce que Wendy n’était pas dans les parages qu’il avait pu se lier d’amitié avec elle aussi facilement, mais ça ne voulait en rien dire que la présence de Wendy empêchait une quelconque amitié entre lui et l’irlandaise. Non, franchement, rien de tout ça. Alors pourquoi avait-il disparu de la carte ? La question se posait, elle frappait fort le jeune homme qui ne s’était attendu à rien de tout ça, mais elle pouvait être posée sans problème. C’était ce qu’il avait fait après tout. Bon après, il faudrait définitivement quelqu’un pour lui expliquer que ça ne se faisait pas sans explication. Parce que lui, il ne comprenait pas les choses ainsi, du moins le peu qu’il comprenait. Le pire, c’était qu’il s’agissait de la même chose qu’il avait fait avec Wendy, à la différence qu’il avait disparu pendant huit longues années. Pas que c’était comparable, il n’avait eu aucune raison d’imposer une telle chose à Noreen. Sauf qu’il n’arrivait pas à expliquer ses pensées lorsqu’il avait pris la décision de passer tout son temps avec sa jumelle. Avait-il seulement pris cette décision ? C’était aussi une question qui se posait, parce que ça ne semblait pas tellement être le cas. C’était simplement arrivé. Mais franchement ce n’était pas une réponse à donner à qui que ce soit et ça au moins, Seth en était conscient.

Sauf que le terme inconscient s’appliquait plus que bien au jeune homme vu la déclaration qu’il faisait. Il ne cherchait pas à reprocher quoi que ce soit à la demoiselle qui se tenait devant lui. Comme personne, il n’était pas vraiment du genre à reprocher quoi que ce soit aux quelques personnes à qui il tenait. Non, il était du genre à tout prendre sans rien dire et garder pour lui. Pardonner en quelque sorte, c’était ce qu’il avait fait avec Wendy, parce qu’il était bien incapable de lui en vouloir. Ça aurait été le cas pour Noreen si ça avait été elle qui était dans le tord. Ce n’était pas le cas, il était le seul coupable de cette situation, mais quand même il fallait qu’elle sache qu’il avait pris en considération le fait qu’elle parmi tous les autres comprendrait. Il avait fait une grossière erreur et il la répétait en osant lui dire cela, mais c’était quand même ce qu’il avait pensé. Il ne remarqua pas que l’irlandaise évitait alors son regard, non, il faisait de même alors il ne put le remarquer. C’était peut-être la destinée de leur relation que de s’écrouler maintenant que Wendy était de retour, mais Seth n’arrivait pas à s’y faire. Il ne pouvait pas faire un trait sur Noreen comme ça. Malgré les apparences, ce n’était pas ce qu’il avait fait du moins à ses yeux à lui. « J’imagine que ce n’sont pas des choses que quelqu’un comme moi peut comprendre, » Ouch. Il aurait du s’attendre à un tel retour, mais il ne l’avait pas fait et ça le blessait étrangement. Parce qu’elle ne comprenait pas ses propos, parce qu’elle ne voyait pas que s’il avait pensé ainsi, c’était bel et bien parce qu’il lui faisait énormément confiance. Bon, avoir la confiance de quelqu’un qui vous laisse pratiquement tomber en disparaissant n’était peut-être pas quelque chose de très gratifiant. Pourtant, c’était un événement plus que rare. Ça n’excusait pas ses actions, mais ça les expliquait en quelque sorte, quand on savait comprendre l’esprit de Seth. Donner un cours de Seth 101 ne serait peut-être pas une si mauvaise idée ! Enfin, là n’était pas la question, après un moment il dit tout simplement : « Ce n’est pas ce que je voulais dire, au contraire. » Il n’expliquait peut-être pas ce qu’il voulait dire, mais il fallait s’y attendre. Il n’était pas à son aise à chercher les mots qu’il devait dire. « C’est juste que tu savais plus que quiconque à quel point c’était important pour moi. » Encore une fois, il était loin d’expliquer pourquoi il avait disparu, seulement que retrouver Wendy avait été important pour lui. Mais c’était exactement l’explication. Il n’avait pas disparu parce que Noreen n’était importante ou parce que Wendy l’était davantage. Non, il l’avait fait pour profiter d’une présence qui lui était plus que nécessaire. Comment expliquer que les deux n’étaient pas liés et qu’au final, Noreen était beaucoup plus importante que ça.

« Je pense qu’elle te suffit. » Encore et toujours des sous-entendus. Quelque chose que Seth ne pouvait pas capter. Il ne l’avait jamais fait et il avait du mal à essayer maintenant alors que tout son être lui disait de retenir Noreen. Il n’aimait pas forcer, seulement, l’idée de perdre celle qui se révélait probablement comme étant sa seule amie le poussait à sortir un peu de sa carapace. Un exploit, mais la situation ne permettait pas de souligner ce fait. « Non. » La réponse s’était faite entendre assez rapidement. Wendy lui avait toujours suffit, mais plus maintenant. Noreen était assez importante pour que Seth relègue sa jumelle un moment. Certes, ça ne changerait jamais l’affection qu’il portait à cette dernière, seulement, ce n’était pas   suffisant. Il avait besoin de la présence de Noreen. C’était inexplicable, ou du moins il n’était pas capable de dire la raison. Il n’avait peut-être pas encore compris le sous-entendu derrière les mots de son amie, mais la conclusion était la même. Il avait besoin de Noreen. Ça semblait être une drôle de réalisation à n’avoir que maintenant. Sauf qu’au final, ça restait quand même la réalité, il n’arrivait juste pas à la formuler. Il n’en eut pas trop la chance lorsqu’elle reprit la parole. Il baissa à nouveau le regard. Il avait l’air d’un gamin à ne pas vouloir qu’on lui retire Noreen. Comme si elle lui était due et que parce qu’il jugeait avoir besoin d’elle, elle resterait. Ça ne faisait que prouver qu’il ne comprenait absolument rien. Qu’il ne restait que perdu et plein de regret. Il aurait du passer plus de temps avec elle, ça il l’avait bien compris, mais ça ne s’était jamais imposé parce qu’il avait mal jugé le tout. « Pourquoi on n’en aurait plus besoin ? » Il était le moins bien placé pour poser la question, mais il voulait savoir si c’était vraiment ce qu’elle voulait. « J’ai besoin de toi moi. » Comme si ces simples mots suffiraient à tout réparer. Bon, au moins si leur relation était vraiment gâchée, Noreen pourrait se dire qu’elle avait été la seule personne à entendre ces mots venant de Seth. Même Wendy ne les avaient jamais entendu et certainement pas Edge. Seulement elle, même si au final ça ne valait peut-être plus grand chose.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Noreen Blodwyn-Barnes "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : rachel laplubel. × Nombre de messages : 1897 × Age du perso : trente ans. no comments. × Job : pompier/planquée dans la forêt. × Côté love : i never knew i could love someone the way that i love you.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Mer 11 Sep - 21:16

seth & noreen
❝ IT'S BEEN A REALLY, REALLY MESSED UP WEEK, SEVEN DAYS OF TORTURE, SEVEN DAYS OF BITTER ; I DON'T KNOW IF I'LL MAKE IT, BUT WATCH HOW GOOD I'LL FAKE IT. ❞
Peut-être qu’elle n’aurait pas dû. Peut-être qu’il ne fallait pas imaginer trop de choses, imposer trop de conditions et, surtout, créer un conflit inutile.
Elle avait tout de suite accordé sa confiance à Seth, d’une façon aussi inexpliquée que rapide. Elle avait toujours été du genre à faire confiance aux gens mais, avec Seth, ça avait été un peu différent. Il y a certaines personnes qui, pour une raison ou pour une autre, donne plus envie de les fuir que de les approcher. Avec Seth, ça avait été l’inverse, car Noreen avait su voir quelque chose qu’elle avait pris pour de la bienveillance et, à défaut de pouvoir l’expliquer, elle l’avait tout de suite considéré comme son ami. Il y avait tout un tas de choses qui les séparaient, mais ils complétaient pourtant d’une manière que bien peu de gens pouvaient comprendre. Ils se ressemblaient car ils vivaient, à peu de choses près, la même chose. Ils avaient tous deux choisi de participer à ce voyage de manière à pouvoir combler un foutu vide qui, depuis bien trop longtemps, prenait en otage leurs cœurs abimés. Ils avaient une jumelle, chacun la sienne évidemment mais, au fond, ils se retrouvaient dans les paroles de l’autre, et ce qu’ils échangeaient n’avait rien de banal ; c’était peut-être pour ça que Noreen avait cru en lui, depuis le tout début. Parce qu’elle savait que, s’ils parvenaient parfaitement à se comprendre, au moins à ce sujet-là, c’était le cas de très peu d’autres personnes, sur cette île.
Alors, peut-être qu’elle n’aurait pas dû. Lui accorder autant de confiance dès le début. Mettre tant d’espoir sur lui seul. Ça aurait fait moins mal, aujourd’hui. Et la douleur, ça provoque la colère. « C’est pour ça que j’aurais aimé que tu partages ça avec moi, au lieu de me tourner le dos ! » Il devait s’en douter, qu’elle lui en voulait de l’avoir oublié. Mais, ce qui la dépassait vraiment, c’était de savoir qu’il avait délibérément oublié d’aller lui en parler, alors même qu’il savait à quel point ça comptait pour elle ; car, en plus de l’avoir aidé à retrouver Wendy, Noreen avait, elle aussi, passé une bonne partie de sa vie à chercher sa propre sœur. C’était définitivement des choses qu’elle pouvait comprendre – mais pas aux yeux de Seth, apparemment.

Pourtant, si Seth ne comprenait pas tout, il n’était pas vraiment le seul à blâmer. Bien-sûr, n’importe qui aurait compris que, si aujourd’hui elle le mettait dos au mur, le forçant à faire face à ses propres choix, c’était parce qu’à ses yeux, il l’avait complètement oublié au bénéfice de sa sœur, récemment retrouvée. N’importe qui aurait pu comprendre la déception de l’irlandaise, sa colère d’avoir été relayée au second plan, et peut-être aussi un peu sa tristesse de finir par être complètement oubliée. Sauf que, ce que peu de personnes auraient réussi à voir, et ce qu’elle-même n’arrivait pas à exprimer, c’était tout simplement sa peine. Car Seth devait l’avoir lu dans ses yeux à un moment ou à un autre, qu’elle était ravie qu’il ait retrouvé Wendy. Sauf qu’elle, elle aurait donné sa vie entière pour être à leur place. Son existence entière pouvait se résumer à la quête de sa sœur ; d’aussi longtemps qu’elle se souvienne, elle avait bien l’impression d’avoir passé toute sa vie à chercher l’autre Blodwyn-Géileis qui se cachait quelque part sur cette terre. Et, alors qu’elle semblait l’avoir retrouvé, cette dernière ne voulait absolument rien savoir d’elle ; même pas sa version de l’histoire, même pas le temps qu’elle avait passé à la chercher… Même pas son prénom.
C’était sûrement de la jalousie, bien dissimulée. Seulement, ce n’était pas tout ce qui avait poussé Noreen à venir remettre les pendules à l’heure, et, si elle tentait de se le cacher à elle-même, elle ne le savait pourtant que trop bien. Ça la faisait franchement ch*er, de voir que tout ce truc si privilégié qu’ils avaient mis en place sans même le savoir venait de se terminer. Oui, c’était la fin de Seth & Noreen, ceux qui se comprenaient parce qu’ils avaient la même finalité : celle de retrouver leurs sœurs. Maintenant qu’il avait Wendy, il n’avait plus besoin de Noreen. Voilà ce que pensait l’irlandaise. Et voilà ce qui l’énervait encore plus que tout le reste. Son « non » si ferme et définitif lui tira pourtant une drôle de grimace d’étonnement, et il fallait plutôt bien avouer qu’elle ne s’y attendait pas le moins du monde. Seth n’était pas comme ça, il disait non parce qu’il ne voulait pas faire quelque chose, il disait non parce qu’il n’avait pas envie de parler, mais il ne disait pas non pour affirmer, en quelque sorte, tenir à quelqu’un. Surtout pas à Noreen, en fait. Elle baissa un instant les yeux, tentant de méditer la question. Est-ce que ça valait réellement la peine de laisser les choses s’emmêler à ce point ? Seulement, elle avait déjà l’impression d’être allé beaucoup trop loin et que tout ça méritait d’être réglé une bonne fois pour toute. Elle ne nota donc pas ses mots, se contentant simplement des suivants, auxquels elle répondit sans trop réfléchir. « Parce que t’as retrouvé ta sœur, tout ça. Alors, maintenant que c’est fait, je suppose que t’as plus tellement besoin de moi. » Sans s’en rendre compte, ils avaient lié quelque chose de très spécial qui dépassait ce qu’elle avait pu vivre avec n’importe qui d’autre car, quand les autres lui disaient qu’ils étaient désolés pour elle, Seth, lui, savait à quel point c’était difficile d’être séparé de sa jumelle. Sauf que maintenant, c’était plus le cas. Ce serait terminé, tout ça : puisque Seth avait retrouvé sa Wendy, il ne resterait plus que Noreen, seule, abandonnée sur le bord de la route. Et toujours à la recherche de cette foutue sœur, qui semblait bien plus motivée à la jeter du haut d’une falaise plutôt qu’à accepter l’idée de la faire entrer dans sa vie. Elle sursauta presque en entendant sa dernière phrase, et releva finalement sur son ami un regard plein d’incompréhension. Est-ce qu’il était réellement sérieux, là ? Elle avait beau y réfléchir à une, ou cent fois, il lui semblait pourtant bien que oui. Il venait bien de dire qu’il avait besoin d’elle, sans détourner les mots, sans passer par quatre chemins : c’était juste une seule phrase dans laquelle il avait employé le bon verbe… et Noreen n’en croyait pas ses oreilles. « T’es chiant Seth, » lâcha-t-elle après quelques secondes troublantes de silence. Ouais, après réflexion, elle avait pas trouvé mieux à dire, tout simplement parce que ses mots l’avaient clairement laissés sur le cul. Elle aurait pu s’attendre à tout, peut-être même qu’elle s’était attendue à ce qu’il s’énerve plutôt qu’à une telle réponse. Sauf que non : comme d’habitude ou presque, Seth était là où on ne l’attendait pas. « Tu choisis toujours les moments propices pour dire des trucs comme ça ? » Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il venait de trouver une façon très efficace et rapide pour la faire taire. Seulement, il fallait qu’elle trouve quelque chose à rajouter, si elle ne voulait pas définitivement passer l’éponge sur cette dispute assez… particulière, en fait. Et, pour le coup, ce qu’il fallait dire s’imposa à elle plus facilement qu’elle ne l’aurait imaginé. « Tu sais, j’ai vraiment fourni tous les efforts du monde pour te comprendre et, à chaque fois que je crois y arriver, tu fous toutes mes certitudes en l’air. »




you gotta get up and try.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Dim 6 Oct - 19:26

i'm out of sight, i'm out of mind
noreen&&seth
Seth semblait être du genre impossible à comprendre. Ceux qui pensait ainsi n’avait définitivement pas tord puisque, évidemment, il était du genre difficile à comprendre. Ce n’était pas impossible, mais il fallait savoir déchiffrer ses pensées avec le peu de chose qu’il disait. Généralement, c’était inutile de prendre les choses de cet angle, il n’était, après tout, pas une personne de parole. Non, il fallait le voir dans les gestes qu’il posait, dans ses expressions savamment choisies par l’inconscient du jeune homme. C’était un travail de fou, un travail que bien des gens avaient abandonnés et avec raison en plus ! Après tout, Seth, malgré toutes ses belles qualités, n’était pas un très bon ami. Il ne jugeait pas les choses de la bonne façon et c’était une inaptitude difficile à corriger. Même lorsqu’il voulait bien faire, il ne s’y prenait pas de la bonne façon. C’était tout simplement un travail de fou que de lui apprendre « la » bonne chose à faire. Personne ne s’était jamais entêté à lui apprendre comme il le fallait. Wendy avait sans doute été celle qui avait le plus essayé, elle aurait pu réussir si seulement Seth n’était pas aussi têtu. Au final, c’était de sa propre faute s’il était devenu ainsi. Malheureusement, il n’était pas celui qui en payait le prix. Ça, par contre, il s’en rendait bien compte. Rien que voir Noreen dans l’état dans lequel elle se trouvait suffisait à ébranler Seth. Sauf que même ébranlé, il ne réalisait peut-être pas complètement à quel point elle avait raison.

« C’est pour ça que j’aurais aimé que tu partages ça avec moi, au lieu de me tourner le dos ! » Ce qu’elle disait était terriblement vrai. Normalement elle aurait du être la première personne à qui il aurait voulu en parler. C’était en fait le cas, seulement, il n’était jamais arrivé à l’étape d’en parler à qui que ce soit. C’était idiot de sa part et ça envoyait définitivement de mauvais messages de sa part, mais encore une fois il fallait savoir comprendre Seth, aussi impossible cette tâche soit-elle. « Je voulais t’en parler, seulement… » Il n’y avait pas pensé ? Il avait eu la tête ailleurs ? Toutes raisons du monde expliquaient les raisons de Seth. D’abord celle qui ne parlait pas à autrui, de ce fait ça n’avait pas été un réflexe. « J’essayais surtout de réparer les pots cassés avec Wendy… » Ses phrases n’étaient pas des plus clairs, à cause de sa propension à garder les choses pour lui. Ce qu’elle devait comprendre c’était en fait : Je ne voulais pas t’oublier, je ne l’ai pas fait, seulement j’essayais de réparer mes erreurs passées et c’était plus difficile, plus long que ce que j’avais imaginé. Quelque chose dans ses lignes là. Quelque chose qui expliquait que, ce n’était pas qu’il avait préféré Wendy à elle, mais bien qu’il avait concentré son attention sur Wendy pour retrouver une personne qui aurait du rester toujours présente dans sa vie. Il n’avait seulement pas pensé au fait que ça risquait de lui faire perdre la seconde.
« J’essayais d’éviter Edge aussi. » Peut-être que Noreen ne réaliserait pas l’importance des mots qu’il avait alors dit, parce que c’était aussi clair que le reste et peut-être que même Seth ne le réalisait pas pleinement. Mais Noreen était réellement la seule qui était au courant de toute l’histoire, du moins du point de vue du jeune homme. Le fait qu’à la base le problème résidait avec Edge ou du moins avec les sentiments qu’il avait eu pour l’anglais. Elle était la seule qui l’avait su au final, elle était la seule qui pourrait comprendre que ses retrouvailles avec sa sœur n’étaient pas si roses que ça et que c’était, en partie pour cela qu’il avait fini par disparaitre.  

Au moins l’imminence de la fin de son amitié avec Noreen semblait sortir le jeune homme d’une torpeur qui le rendait fort peu agréable. Il ne comprenait peut-être pas tout, mais il savait qu’il ne voulait pas la perdre. C’était déjà ça et ça voulait dire beaucoup venant de lui. Il pensait à lui – ce qui pour une fois n’était pas la chose à faire. Il essayait de lui faire comprendre qu’il tenait à elle, de la façon la plus claire et c’était difficile. Parce que ce n’était ni dans ses habitudes, ni dans ses cordes. « Tu pense que tu étais un remplacement de Wendy ? » C’était sans doute l’impression qu’il avait donné même si la vérité était à des années lumières de ça. Noreen n’avait jamais été uniquement dans sa vie qu’un remplacement à sa jumelle. Certes, c’était parce que Wendy était hors du plateau qu’il avait su se lier d’amitié avec cette demoiselle qui comprenait si bien sa situation, mais leur relation valait plus que ça pour Seth. Noreen était réellement spéciale, peut-être même plus que Wendy. Parce que si sa jumelle avait toujours eu une place de choix dans la vie du jeune homme, l’irlandaise avait ‘mérité’ ou tout au moins ‘gagné’. Ce n’était pas parce qu’elle était sa jumelle, qu’elle avait toujours été là, non c’était parce que Seth l’avait laissé entré volontairement. C’était définitivement un rôle étrange qu’elle avait été la seule à réussir… sauf peut-être quand on prenait Edge en ligne de compte. Quoi qu’il en soit, ces personnes étaient rares et elles n’étaient pas un unique remplacement de Wendy. Il se résolut donc à dire ce qu’il pensait réellement. Il le fit sans prendre de détour sans dire les choses d’une façon un peu obscure. Non, il était sérieux et terriblement clair pour une fois. La question que Noreen lui posa aurait pu l’amuser, dans une autre situation disons. À la place, il finit par répondre très sérieusement : « Bien sur, sinon ils ne voudraient rien dire. » Ce n’était pas une critique envers les gens qui le disaient souvent, au contraire ! Seulement dans l’esprit de Seth, ce qui était peut-être le problème justement, il valait mieux dire ce genre de chose au bon moment, dans des situations bien précises. Enfin, c’était aussi le fait qu’il fallait quelque chose pour le pousser à les dires ces choses. Ça arrivait donc souvent trop tard et la présente situation le prouvait très bien. Ce que disait Noreen aussi. Visiblement, elle ne s’était pas attendue à ce qu’il soit autant sincère ou quoi que ce soit du genre. « Désolé ? » Il n’était pas certain que ce soit la bonne chose à dire à cet instant, mais il ne savait pas si ce qu’elle avait dit était une bonne chose ou non. Il penchait pour que ce soit un problème, mais il n’en était pas certain. « Ce n’est pas mon intention tu sais. » Après tout, de nature il ne cherchait pas vraiment à embrouiller autrui, mais encore moins lorsqu’il s’agissait de Noreen !



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Noreen Blodwyn-Barnes "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : rachel laplubel. × Nombre de messages : 1897 × Age du perso : trente ans. no comments. × Job : pompier/planquée dans la forêt. × Côté love : i never knew i could love someone the way that i love you.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Sam 30 Nov - 14:18


seth & noreen

❝ IT'S BEEN A REALLY, REALLY MESSED UP WEEK, SEVEN DAYS OF TORTURE, SEVEN DAYS OF BITTER ; I DON'T KNOW IF I'LL MAKE IT, BUT WATCH HOW GOOD I'LL FAKE IT. ❞

Peut-être qu'elle faisait fausse route, en fait. Le regard perdu dans les yeux hésitants de Seth, Noreen se demandait si elle avait raison d'agir ainsi. Après tout, peut-être qu'elle en demandait trop à cette allégorie vivante du mystère. En même temps, même s'il ne faisait aucun doute qu'elle ne parvenait pas toujours - ou presque jamais, en fait - à le cerner de la bonne manière, elle s'était toujours forcée à agir avec lui comme elle l'aurait fait avec n'importe qui d'autre. Car, si Evan, Milo ou même Ian s'étaient mis à l'ignorer de la sorte, elle n'aurait pas hésité une seule seconde à aller réclamer une explication cohérente, quitte à hausser la voix pour la première fois avec eux. Elle faisait rarement des exceptions, considérant que chacun était au même niveau et ne méritait de traitement de faveur - sauf peut-être Boones ou Matthew, avec qui les choses étaient un peu trop tendues pour qu'elle n'aille demander pourquoi ils avaient subitement décidés de lui tourner le dos, puisqu'ils le faisaient couramment et sans jamais donner une quelconque explication. Mais Seth, lui, n'avait pas de raison de la fuir ; elle n'avait rien dit ou fait de dommageable, elle était restée elle même et ça aurait été étrange qu'il se mette soudainement à l'éviter. Alors elle n'y voyait qu'une explication à peu près cohérente, mais pas des plus réjouissantes : il avait fraichement retrouvé sa sœur et n'avait donc plus besoin de Noreen. Remplacer une petite blonde par une autre, c'était assez astucieux, il fallait l'avouer, et Noreen se serait frappé de ne pas y avoir songé plus tôt.
Noreen avait plusieurs fois entendu dire que les femmes ont un faible pour les hommes mystérieux et alors, sans trop savoir pourquoi, elle se demanda si la définition de mystérieux correspondait à Seth. Finalement, pour peu qu’il corresponde au mot ‘mystérieux’, il ne faisait aucun doute qu’il était un homme plein de mystères. Alors, est-ce que c’était la même chose, est-ce que Seth était un de ces gars mystérieux qui faisaient craquer toutes les nanas ? A vrai dire, Noreen ne l’avait jamais vraiment vu se comporter avec une femme d’une façon un tant soit peu de façon aguicheuse, ni même ne serait-ce qu’intéressé. Peut-être que Seth se suffisait à lui-même, en fait. Mais Noreen, aussi naïve qu’elle soit, n’y croyait pas une seule seconde : il était simplement une personne très peu ordinaire, qui se plaisait à vivre dans son petit cocon mais qui, de temps en temps, osait sortir la tête de sa carapace et rendre visite au monde extérieur. Il lui était souvent arrivée de se sentir privilégiée car, pour une raison qui lui était plutôt inconnue, elle était parvenue à l’attirer jusqu’à lui. Elle ne savait pas trop pourquoi, mais elle avait l’impression qu’il l’avait trouvé intéressante, et l’idée d’avoir réussi à toucher une personne aussi inaccessible lui plaisait assez. Mais là, maintenant, au pied du mur, elle devait se rendre à l’évidence : peut-être que Seth s’était ouvert à elle à un moment donné pour mieux se refermer aujourd’hui. Une chose était sûre : elle ne comptait pas le laisser s’éloigner. Ou tout au moins, pas avant de lui avoir montré qu’il comptait pour elle, peut-être même plus qu’il ne pouvait l’imaginer. C’était Seth mais elle ne lui ferait pas de cadeaux – et c’est ainsi qu’elle se retrouva à lui jeter ses quatre vérités en pleine gu*ule, sans le moindre regret. En apparence, tout au moins car, au fond d’elle, elle était totalement dégoûtée à l’idée de ne pas voir tous ses efforts récompensés. Après tout, elle le savait aussi bien que lui : c’était grâce à elle, si Wendy et lui avaient pu se retrouver après tant d’absence.

Seth ne trouvait pas toujours – en fait, c’était même très rare – les mots justes et, pourtant, il sembla faire pencher la balance en sa faveur lorsqu’il évoqua finalement Edge. Dans un silence presque palpable, Noreen réalisa qu’elle savait des choses que beaucoup ignoraient. En fait, elle n’avait jamais imaginé être la seule à le savoir, celle à qui Seth avait suffisamment fait confiance pour délester un peu de son fardeau. Donc, il avait été occupé par Wendy, mais aussi par Edge. A rattraper le temps passé avec l’une, à éviter l’autre. Mais, finalement, est-ce que ça avait une seule once de logique, tout ça ? Essayer d’éviter une personne en passant le plus clair de votre temps avec l’autre. Non, c’était bidon, et peut-être bien qu’elle avait un peu l’impression qu’il se foutait d’elle, en disant ça – quand bien même cela n’était même pas son intention. « Effectivement, passer tout ton temps avec Wendy a dû t’aider à éviter Edge, » soupira-t-elle peut-être un peu plus méchamment qu’elle ne l’aurait souhaité. Mais c’était plus fort qu’elle : il l’énervait à se trouver toujours mille et unes excuses aussi bancales qu’inutiles. Seulement, c’était Seth : sans le savoir, il pouvait énerver n’importe qui avec simplement deux mots, et il arrivait aussi qu’il parvienne à calmer une personne sans s’en rendre compte. Ce qu’il venait exactement de faire, d’ailleurs.

Sa question sonna faux et elle se contenta simplement d’acquiescer physiquement, parce que oui, clairement, elle était persuadée d’avoir été un remplacement de Wendy. Elle était quoi d’autre, sinon ? Clairement, si ça n’avait pas été le cas, il ne l’aurait pas si facilement oublié – et c’était plus difficile à accepter que ça en avait l’air. Les mots de Seth firent chavirer le cœur de Noreen qui, en guise de réponse totalement sympathique, se contenta de lui dire qu’il était chiant. Bah c’était vraiment, finalement : il n’pouvait pas faire comme tout l’monde et se contenter de faire savoir ce qu’il ressentait au moment propice, pas quand tout était sur le point de s’effondrer ? Apparemment, Seth ne choisissait jamais la facilité, et c’était peut-être ça qui fascinait littéralement Noreen. « T’as raison, autant dire ce genre de trucs après avoir atteint un point de non-retour. » Elle ne le pensait pas vraiment, en fait. Il avait réussi à la faire changer d’avis comme ça, rien qu’en étant lui-même : simplement inattendu et sincère. Ça semblait si facile de pardonner Seth, s’en était dingue, mais Noreen ne s’en voulait même pas. Ou alors, pas vraiment. « Ouais, c’est bon, excuses acceptées, » se contenta-t-elle de balancer, faussement froide. On lui avait souvent dit qu’elle était trop gentille, mais, clairement, elle ne pouvait rien refuser à Seth. Ou alors, peut-être qu’elle n’avait simplement pas envie d’effriter cette relation, qui comptait pourtant tant à ses yeux. « T’as de la chance que je sois sympa quand même, c’est pas tout le monde qui t’aurais pardonné un tel affront. » C’était un peu plus une blague qu’autre chose, d’une part car elle savait que leur dispute était assez inhabituelle pour que peu de gens y soient confrontés, mais également parce qu’elle savait, ou alors elle tentait de se persuader que Seth ne disait pas toujours ça à tout le monde. Une part d’elle voulait le penser sincèrement, mais une autre se battait pour lui faire comprendre que peut-être après cette dispute, il ne reviendrait pas vers elle naturellement. Elle n’pouvait que vivre dans une espèce de drôle d’incertitude qui ne l’aurait pas atteinte, s’il s’était agit de n’importe qui d’autre. Mais c’était bien de Seth qu’on parlait là.

Elle prit finalement un ton légèrement plus sérieux et, les yeux remplis d’une espèce de désillusion, elle termina sur une note pas franchement joyeuse. « Je pense que dans d'autres circonstances, on aurait pu être heureux. »




you gotta get up and try.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Ven 17 Jan - 18:34

i'm out of sight, i'm out of mind
noreen&&seth
Si Seth pouvait attirer la gente féminine c’était bien parce qu’elles ne réalisaient pas ce qu’il était au fond, un solitaire. Non pas qu’il ne soit pas capable de tisser des relations dignes de ce nom, Noreen était sans aucun doute le meilleur exemple. Pourtant, il n’était pas du genre à laisser ses émotions le contrôler plus que ça et surtout, il n’aimait pas trop s’attacher à autrui. Il fallait être bigrement spéciale pour que le jeune homme se décide à faire les efforts nécessaires pour se laisser complètement aller dans une relation. C’était pratiquement naturel avec Wendy, ce l’était nettement moins avec l’autre blondinette, mais ça n’enlevait rien à la relation, bien au contraire. Le pire dans tout ça, c’était qu’il ne réalisait rien de cette réalité. Il était dans son monde et les personnes qu’il y laissait entrer étaient les seules qui importaient. Le reste, il s’en fichait complètement, pas de soucis à se faire pour ça. C’était peut-être pour cela qu’il n’était pas un très bon ami, un très bon frère. On l’avait habitué à une certaine réalité et dès qu’elle changeait moindrement il se montrait acerbe. Parfois, il ne comprenait pas les émotions d’autrui, parfois il ne cherchait pas à le faire.
Sauf que malgré toutes ses mauvaises capacités d’amis, il ne voulait que du bien pour Noreen. Ce serait idiot de penser que dans d’autres circonstances, elle aurait forcément été aussi importante à ses yeux, mais maintenant qu’elle occupait cette place, plus rien ne pourrait faire qu’elle en soit retirée. Sauf que ça ne paraissait pas nécessairement et la principale concernée ne le saurait peut-être jamais. Il était néanmoins très honnête envers elle, cette demoiselle était très probablement la seule personne avec qui il n’avait pas senti le besoin de mentir, d'obscurcir une partie de la vérité. Elle était la seule qui savait pour Edge, la seule qui avait eu sa version de l’histoire, mais encore une fois, elle ne le savait probablement pas complètement.

Après, lorsqu’il entendit le commentaire de Noreen, il se renfrogna un peu. Non, ça ne l’avait pas aidé, il n’était pas idiot, mais comment expliquer à Wendy qu’il ne voulait pas voir Edge, mais pas du tout. Sa soeur avait déjà compris en partie cette idée, mais franchement, il n’avait pas envie qu’elle découvre complètement le pot aux roses. Le problème c’était que malgré cette absence évidente de logique, Seth était très sincère. Il avait été occupé à battre des pieds et des mains pour rendre cette impossible situation possible. « Non pas vraiment. C’était plutôt chiant à vrai dire. » Encore une fois, il était empli de sérieux. Autant voulait-il profiter de la présence de Wendy, de voguer sur la joie que lui apportait d’être de nouveau avec sa moitié, c’était bien souvent gâcher par l’arrivée d’Edge. Sauf que c’était la situation dans laquelle ils se trouvaient tous. Il ne pouvait pas y faire grand chose. « Sauf que je ne pouvais pas risquer que Wendy sache... » Sache que ce que Noreen savait, ce pourquoi il ne se sentit pas obligé de préciser de quoi  il parlait. Peut-être qu’au final ça n’aidait pas la situation, mais il était sincère, on ne pouvait pas l’accuser de l’inverse !

De tout ce qu’il aurait pu s’imaginer, Seth était véritablement loin de penser que Noreen pouvait croire qu’elle était un remplacement de Wendy. Il était même à des lieues de penser cela. Parce que pour lui c’était évident qu’elle ne l’était pas. Plus facile à penser qu’à transmettre avec de beaux mots, mais ce n’était pas moins évident pour lui. Il fallait maintenant lui faire comprendre. Le jeune homme était souvent à des milles de la réalité à s’imaginer qu’on comprendrait ce qu’il voulait que les autres comprennent sans qu’il n’aie à l’expliquer, sauf qu’il avait été mis au courant d’une situation qu’il n’avait pas soupçonné. Il voulait s’assurer que s’il devait perdre une amitié aussi importante, elle comprendrait que leur amitié n’avait pas seulement été un remplacement d’une autre relation. Même si, franchement, Seth n’avait pas l’intention de perdre la relation qu’il avait avec Noreen. « Tu ne l’es pas, tu ne l’as jamais été. » Oui bon elle devrait le croire sur parole parce qu’il affirmait alors cela, mais c’était la vérité, à prendre ou à laisser. Il fallait croire néanmoins qu’il avait réussi à prouver qu’elle comptait pour lui, après tout elle le traita de chiant. Il n’en comprit pas trop l'interprétation possible et ce qu’elle ajouta n’aidait pas vraiment à ce qu’il comprenne. Il la regarda sans rien dire, il s’était déjà excusé. Non pas qu’il répugnait à le faire à nouveau, mais disons qu’il n’avait pas envie de se répéter alors qu’il ne comprenait pas complètement. Peut-être que ce n’était pas du tout ce qu’elle attendait de lui. Il garda donc le silence, quelque chose pour laquelle il était excellent.
Heureusement, la tension put baisser d’un cran lorsque Noreen prononça des mots magiques : « Ouais, c’est bon, excuses acceptées, » À le voir, c’était évident qu’il était soulagé. Il n’avait jamais voulu perdre une relation aussi importante. Cela dit, il serait peut-être bénéfique qu’il apprenne de cette situation, comme quoi il ne pouvait pas croire que tout le monde comprendrait ses intentions sans qu’il ne les montre. Ce serait tellement plus simple, mais franchement impossible alors ce n’était probablement pas la peine d’espérer. Il écouta alors ce qu’elle disait à nouveau. Sur le coup il ne dit rien, à quelque part conscient qu’effectivement, ce n’était pas tout le monde qui l’aurait pardonné, mais d’un autre côté ce n’était pas à tout le monde qu’il aurait dit quelque chose dans les lignes de ce qu’il avait dit. « Encore heureux que c’était toi alors. » Oui bon, ça voulait dire plus que ce que ça disait à la base. C’était le fait qu’elle l’avait pardonné, le fait qu’il lui ait dit à quel point elle comptait pour lui - ou tout au moins qu’il avait besoin d’elle ce n’était pas rien - et bien d’autre chose à vrai dire. Sauf que cette simple phrase suffirait pour le moment, suffirait à exprimer ce qu'il pensait.

« Je pense que dans d'autres circonstances, on aurait pu être heureux. » Il fut surpris par ce soudain changement de registre, mais il ne dit rien sur le coup. Il pesa ses mots, cherchant les bons à dire. À vrai dire, il n’en savait rien, il ne savait pas vraiment ce que c’était être heureux au fond. Était-ce le sentiment qu’il avait quand il était plus jeune ? Était-ce qu’il avait ressenti lorsqu’il avait retrouvé Wendy ? Avait-il seulement vraiment ressenti un tel sentiment... La question se posait mais elle restait sans réponse. Il aurait aimé pouvoir lui dire qu’ils pouvaient encore être heureux, mais il ne le croyait pas vraiment. Il décida plutôt de poser une petite question, bien simple. « Pourquoi tu ne peux pas l’être maintenant ? » Il donnerait bien n’importe quoi pour que Noreen soit heureuse, si seulement il pouvait en avoir la garantie. Et étrangement, il décida de lui en faire part. « Tu sais, je te décrocherais la lune si ça pouvait te rendre heureuse. » Ça semblait idiot, empli de cliché qui plus est, mais ce n’était pas exactement, c’était une invitation à ce qu’elle se repose sur lui, à ce qu’elle lui parle. Quelque chose comme ça, quelque chose de beaucoup plus profond qu’une simple réplique digne d’un harlequin.



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Noreen Blodwyn-Barnes "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : rachel laplubel. × Nombre de messages : 1897 × Age du perso : trente ans. no comments. × Job : pompier/planquée dans la forêt. × Côté love : i never knew i could love someone the way that i love you.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Jeu 6 Fév - 23:33



❝ il s'appelle seth, elle huit (omg) ❞
Sans même s’en rendre compte, Noreen venait plus ou moins de passer par toutes les émotions. Elle avait clairement été frustrée, blasée par le comportement de son interlocuteur, et son inaptitude à produire la moindre réaction, puis elle avait été énervée, parce qu’il n’avait rien compris de tous ces signaux qu’elle tentait désespérément de lui envoyer. Elle en avait alors été vexée, puis rapidement totalement abrutie par sa réaction. Et puis voilà, il lui avait suffit d’un battement de cils pour totalement attendrir l’irlandaise, qui se sentait inconsciemment tomber à ses pieds. C’était assez rare qu’elle ait quelque chose à lui reprocher, mais elle avait cette drôle d’impression qu’à chacun de ses faux pas, elle serait là pour lui assurer que ça n’a aucune importance. C’était si étrange qu’elle n’était à présent même plus capable de savoir si ça en avait un peu ; elle ne savait plus si elle lui en voulait encore un peu – ce genre de rancœur dégueulasse qui reste trop de temps sans que tu puisses y faire quoi que ce soit, ou bien si elle était en train de devenir cette sorte de serpillière qui finit, d’une façon ou d’une autre, toujours par dire amen à tout. En fait, elle avait l’impression de n’avoir jamais su sur quel pied danser avec Seth, et quelque chose lui affirmait que ce ne serait pas demain la veille qu’elle y verrait plus clair.
Dans son genre, pourtant, elle n’était pas franchement mieux. Est-ce que sa véritable intention avait été de blesser son ami, en évoquant Edge ? C’était une évidence à ses yeux, mais non, bien-sûr. Elle avait juste essayé de lui faire remarquer que son raisonnement ne tenait pas la route et que, s’il devait lui jeter des excuses, autant qu’il en trouve des plausibles. Dans sa réponse pourtant, elle entendit un soupçon de sincérité si propre à Seth qu’elle ne douta même plus de sa parole ; et elle se mordit les lèvres pour éviter que sa véritable pensée ne sorte. Elle le laissa terminer, et en profita pour se murer dans un drôle de silence, parce qu’elle savait que ce qu’elle avait à dire ne ferait que remuer le couteau dans la plaie. Mais s’il lui avait dit, s’il était venu lui en parler et si, à un moment donné, il lui avait réclamé son aide, elle aurait tout essayé pour qu’il passe un maximum de temps avec Wendy sans pour autant voir Seth. Mais il ne l’avait pas fait et elle se força à rester muette parce que, quelque part, elle savait qu’ils n’avaient probablement jamais vu l’amitié de la même façon. Elle s’y ferait certainement, un jour. Après mille tentatives pour lui montrer qu’on peut compter sur les autres, dans quasiment toutes les situations.

La tempête semblait se dissiper et, finalement, si Seth pouvait se féliciter d’avoir ce tempérament si serein, il fallait bien avouer que le caractère totalement lunatique de Noreen aidait plutôt de son côté. C’étaient deux êtres totalement complémentaires, l’un comblant les vides de l’autre. Elle l’observa toujours très silencieusement, presque religieusement en fait, peut-être pour mieux apprécier ses mots, qu’elle savait suffisamment rares pour les apprécier. Si elle ne l’avait jamais considéré comme la version masculine de sa sœur jumelle, c’est parce qu’une autre réalité lui avait sauté aux yeux bien avant ; elle avait tout de suite su se reconnaitre en Seth. Il n’était pas la version masculine de Sithmaith ; il était le double masculin de Noreen et, de l’entendre dire qu’en fait, lui n’avait pas non plus imaginé pouvoir la remettre à sa place au moment où la jolie Wendy repointrait le bout de son nez la laissait tout simplement sans voix. Alors elle se contenta de ne rien dire, le plus simplement du monde. Parce qu’en regardant au fond des yeux de Seth elle avait, pour la première fois, réussi à lire quelque chose. Elle ne l’interprétait pas bien, ça voulait peut-être dire qu’il était désolé, ou bien ça lui assurait de sa bonne volonté ; ce qu’elle avait compris, elle, c’est que c’était totalement inutile de perdre son temps à s’enguirlander, pour rien. Seth ne changerait jamais et, quelque part, Noreen s’était souvent dit que s’ils devaient encore faire un bout de chemin ensemble, alors ce serait à elle de faire un effort en l’acceptant tel qu’il était. Elle prit donc la décision de le croire sur parole, partiellement parce qu’il n’avait pas de raison apparente de lui mentir, mais aussi et surtout parce qu’elle croyait le connaitre suffisamment pour savoir qu’il lui disait la vérité. Lui avait-il seulement déjà menti ?

La pression baissa d’un cran quand elle affirma qu’elle acceptait les excuses du jeune homme, pour être sûre qu’il le comprenne bien, et peut-être aussi pour passer à autre chose. Elle l’observa du coin de l’œil et nota comme un changement, elle n’aurait su trop dire lequel, elle se contenta simplement d’attendre sa réponse, qui la fit silencieusement sourire.
Le reste s’enchaina rapidement, au rythme d’une Noreen qui décide de changer de sujet comme d’humeur. Elle avait pas spécialement envie de philosopher mais peut-être que quelque part, elle se disait qu’après tout ça, ils avaient besoin de se parler à cœur ouvert. Elle, en tout cas, sentait ce drôle de besoin de se livrer sans interdits. « Bah tu sais, c'est ce vide. » Elle savait pertinemment qu'il pourrait la comprendre même sans la moindre explication, parce qu'il avait vécu la même chose. A peu de choses près, car lui commençait sûrement à refermer le trou dans son cœur. Ou alors, c'est ce qu'elle s'était imaginé, le jour où elle avait vu Wendy pour la première fois. « J'ai parfois l'impression d'avoir tout essayé, et plus j'y pense moins j'y crois. Qu'un jour je serai juste moi sans cette ombre. » C'était plutôt difficile à expliquer, plus abstrait qu'un concept en lui-même, elle ne trouvait pas vraiment les mots pour le lui dire. Pourtant, quelque part, elle se doutait bien que ce qu'elle dégageait continuellement, sa façon d'être, ou tout simplement de vivre, mettait elle-même en lumière cette douleur qui la suivait encore plus assidument que sa propre ombre. Accrochée aux boulets de son passé, elle se sentait parfois avancer à reculons et, dans les rares moments où elle parvenait à aller de l'avant, elle se retrouvait forcément, à un moment ou à un autre, à mordre la poussière. C'était inéluctable ; on dit qu'on s'habitue pourtant à tout. D'un sens, elle avait simplement fini par faire avec, mais une partie d'elle, celle probablement qui subissait l'acharnement insaisissable de la vie, ne se voyait pas vivre éternellement de cette manière. C'était comme une douleur qui lui brûlait le cœur à grands jets d’acide à chaque fois qu'elle se rappelait à quel point elle pouvait être seule. Alors qu'elle ne l'était pas ; elle ne l'avait simplement pas compris.
« Mais je suis peut-être pas née pour ça, après tout. » C'était stupide et elle le savait. Pourtant, elle l'avait si souvent constaté que cette pensée avait finie par s'incruster en elle si profondément qu'elle avait fini par y croire, tout simplement. Oui, elle aimait aider les gens, laisser sa chance à tout un chacun, mais il y avait forcement des choses qui ne lui correspondaient pas. Le bonheur, cette notion si abstraite. Comment pouvait-elle dire que le bonheur n'était pas fait pour elle ?
« Tu sais quoi ? Moi j'pense qu'on est les jumeaux nés à l'envers, tu vois ? C'est sûrement pour ça qu'on est si spéciaux. Et si bien ensemble. » Elle avait manqué de dire 'bizarres', car c'est exactement la définition qu'elle se donnait d'elle même, mais elle n'avait pas voulu froisser Seth. C'est pas qu'il était susceptible ou quoi, mais elle avait toujours pensé qu'il était différent dans le bon sens du terme ; car oui, à ses yeux, il y avait forcément un bon et un mauvais côté dans chaque définition. Alors, peut-être qu'elle avait utilisé le mot spécial plus pour qualifier son ami que sa propre personne. Elle était sincère, aussi ; elle trouvait qu’ils se complétaient d’une façon suffisamment spéciale pour être remarquée et, même s’ils avaient tendance à ne pas toujours se comprendre comme il le fallait, elle savait avoir besoin de sa présence.

Et boom, touchée en plein cœur. Elle demeura immobile l’espace de quelques instants, comme si ce qu’elle venait d’entendre l’avait fait sursauter, puis tanguer dangereusement. Est-ce qu’on lui avait simplement déjà dit ça, un jour ? Soit elle ne s’en souvenait pas, soit c’était bien la première fois. Elle repensa à un vieux film qu’elle avait fait où il y avait une histoire d’accrocher un lasso autour de la lune, elle se dit qu’elle lui ferait sûrement la blague, quand le choc serait passé. Mais il lui fallait dire quelque chose, et les mots quittèrent sa bouche sans permission. « Dis pas de conneries comme ça, tu serais bien emmerdé si je te la demandais. » C'était l'évidence même. Noreen, ce petit enfant marginal qui avait grandi avec une ultime finalité - car retrouver sa sœur était peut-être devenu son précieux, finalement - n'avait pas pour habitude d'entendre ce genre de choses. Par définition, il lui était aussi difficile, voir quasiment impossible d'accepter de telles paroles. Car les accepter aurait sous-entendu à la fois qu'elle les comprenait, mais aussi qu'elle acquiesçait. Ce qui n'était pas prêt d'arriver, ni dans un sens ni dans l'autre.
Pourtant, c'était les mots de Seth, et certains pèsent plus lourd que d'autres. C'était le cas de ceux de l'ancien militaire, car il avait ce quelque chose de spécial qu'elle avait tenté de comprendre, sans le moindre succès. Quelque part, elle le connaissait si peu bavard qu'elle considérait ses mots trop peu nombreux d'une manière différente, peut-être même parfois légèrement exagérée. Il avait cette emprise douce et seine sur elle qui parvenait parfois à lui faire voir les choses différemment. Jamais elle ne l'aurait cru capable de dire ce genre de choses. Elle en était arrivée à un point où elle doutait même qu'il ait pu, un jour, manifester une véritable preuve d'amour pour sa sœur, alors même que leur relation sonnait comme une évidence. Mais elle, l'irlandaise sortie de nulle part, qu'avait elle fait pour mériter ces mots, ou même sa simple affection, lui, le solitaire invétéré ? C'était bien trop énorme pour qu'elle se décide à répondre correctement à ses jolis mots. Et puis, c'était Noreen : cet être capable de tout dire, à condition que ça ne touche pas ses propres sentiments. Dans tous les cas, elle n’y comprenait pas à grand-chose, et c’était sûrement ça, le plus étrange.






you gotta get up and try.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Lun 10 Fév - 0:10

i'm out of sight, i'm out of mind
noreen&&seth
Seth avait énormément de défaut, tout au moins à ses yeux, mais il était difficile de penser qu’il pouvait être habité de mauvaises intentions lorsqu’on parlait des quelques personnes qu’il affectionnait particulièrement. C’était pratiquement impossible pour lui. Même quand il repoussait Wendy, il le faisait dans l’esprit de la protéger et quand il avait ignoré Noreen - ce qui n’était pas son intention à la base - il l’avait fait pour essayer de recoller des pots cassés avec sa jumelle. Donc oui, il était difficile d’attribuer des mauvaises idées à Seth, même s’il était évident qu’il ne faisait pas toujours la bonne chose. Prendre de terribles décisions étaient dans son registre, mais pas essayer de faire du mal aux personnes à qui il tenait. Elles étaient rares, alors forcément, il cherchait à s’en occuper d’une façon ou d’une autre, même s’il n’était pas particulièrement doué pour le faire. C’était donc pour cela que le jeune homme fut réellement surpris des reproches qu’on lui faisait. Il avait cru que Noreen comprendrait ses objectifs par rapport à Wendy, mais ça ne semblait pas être le cas. Il ne pouvait pas lui en vouloir, ce n’était pas comme s’il avait le mérite d’être clair, mais ça le surprenait, ça c’était évident. Il fallait s’y attendre à quelque part, même s’il se montrait souvent comme une personne difficile à cerner, pour lui son comportement relevait de l’évidence même. Oui bon, c’était pratiquement idiot de penser ainsi, ce n’était pas tout le monde qui voyait les choses comme lui. Encore heureux d’ailleurs, mais ça c’était autre chose. Il ne pouvait pas non plus reprocher à qui que ce soit de penser différemment, puisque, la plupart du temps, il était celui qui était bizarre. Probablement que n’importe qui d’autre verrait les choses comment Noreen et il serait dans le tord. Pourtant, au bas de la ligne, il fallait avouer que Seth, malgré tout, était terriblement sincère, comme s’il ne pouvait pas faire autrement.

Cela dit, il ne voulait pas à son amie d’avoir réagi de la sorte, tout comme il ne lui en voulait pas d’avoir fait un commentaire sur la stupide logique dont il avait fait preuve en cherchant à passer du temps avec Wendy sans Edge. Sauf que c’était dans un but encore plus précis que simplement recoller les pots cassés avec sa jumelle. Ça avait évidemment été une priorité, surtout vu comment il tenait à elle, pourtant, c’était aussi dans le but qu’elle n’apprenne pas ce qui l’avait poussé à partir à la base. Un secret difficile à tenir, surtout vu comment sa soeur voulait absolument l’apprendre. Il avait perdu sa chance de lui dire une autre vérité lorsqu’elle l’avait questionné sur ce sujet. De tous, seule Noreen était au courant. C’était d’ailleurs exactement cela qui faisait qu’elle était si spéciale, mais bon ce fait était rapidement devenu une évidence. Certes, il aurait pu justement profiter du fait qu’elle était si spéciale pour lui demander de l’aide, des conseils pourquoi pas. Sauf que ce n’était pas ainsi que le jeune homme fonctionnait, on lui avait appris à se débrouiller seul, à porter tout le poids de le monde. Mais si on disait que c’était ce qu’on lui avait appris, c’était plutôt ce qu’il s’était mis en tête de lui même. Il avait décidé seul, qu’il fallait qu’il soit capable de tout porter sur ses épaules, de protéger Wendy et de s’assurer qu’elle allait bien. Cette volonté était terriblement nocive, autant pour lui que pour sa jumelle. C’était d’ailleurs pour cette raison que sa mère avait toujours mis des bâtons dans les roues du jeune homme, pour ne pas qu’il continue sur une pente destructrice. C’était un raté monumental, après tout, il avait fait pire et maintenant, on pourrait presque dire que cette capacité à s’autodétruire pour le bien d’autrui était encore plus forte. Après tout, il avait l’impression de devoir tout faire pour que sa soeur soit heureuse et on pourrait même croire que ça pouvait s’appliquer à Noreen également. Dans une toute autre mesure et d’une autre façon, mais c’était quand même un sentiment qui se formait, peu à peu.

S’il fut soulagé en entendant que ses excuses étaient acceptés, il se fit surprendre par la tournure de conversation. Il ne s’était pas attendu à ce qu’elle fasse une réflexion du genre. Bon c’était somme toute moins dramatique qu’une dispute, mais Seth ne savait pas trop sur quel pied danser quand elle lui disait quelque chose comme ça. Il voulait qu’elle soit heureuse, par-dessus tout même, et le fait qu’il y ait une fatalité dans ses paroles... eh bien ça allait contre ce qu’il voulait pour elle, tout simplement. Lorsqu’elle lui parla du vide, il eut l’impression de comprendre. Certes, c’était quelque chose qui semblait disparaitre avec le retour de Wendy dans son entourage, mais tout au moins, il connaissait à quel point c’était difficile, lourd à porter même. « J'ai parfois l'impression d'avoir tout essayé, et plus j'y pense moins j'y crois. Qu'un jour je serai juste moi sans cette ombre. » Le pire, c’était quand même le fait qu’elle n’y croyait plus tellement. Seth lui-même avait eu cette pensée, notamment dans la crainte que tout le monde lui soufflait que sa soeur ne serait peut-être plus vivante. Il s’était toujours raccroché à l’idée qu’il le saurait si elle venait à mourir, mais en soit, il y avait toujours eu cette peur et ça l’avait affecté, évidemment. Sauf que là ce n’était pas à propos de lui, c’était à propos de Noreen et du fait qu’elle ne pouvait pas arrêter d’y croire. S’il avait été moindrement plus direct, il aurait pu lui dire qu’elle méritait mieux que sa jumelle, elle mériterait quelqu’un qui l’acceptait, mais plus que quiconque il comprenait comment ça fonctionnait. On lui avait souvent dit qu’il mériterait quelqu’un d’autre dans sa vie, Wendy elle-même le lui avait dit et pourtant, il savait bien que personne n’aurait pu prendre la place de sa jumelle. « Tu vas voir, tu vas te libérer de cette ombre un jour. » Quitte à ce qu’il s’en mêle, ce qu’il ne faisait pratiquement jamais. Il ferait n’importe quoi pour qu’elle retrouve un sentiment de complétion, bref qu’elle ne sente plus un vide. Sauf que visiblement la blondinette n’y croyait pas du tout. Seth, pour une fois, montrait bien qu’il n’était pas du même avis qu’elle. Il s’assurerait qu’elle irait mieux un de ces jours. Ce qu’elle ajouta alors l’énerva un peu plus. Il le montra rapidement en fronçant les sourcils. Que faire d’autre, il fallait bien qu’elle voit qu’elle disait n’importe quoi. Si elle n’était pas faite pour ça, il était évident qu’il ne l’était pas non plus, mais il préférait ne pas tourner cette discussion autour de lui. Ça ne valait pas trop la peine si bien qu’il se contenta d’un : « N’importe quoi » relativement sec. Il montrait son désaccord bien clairement, mais c’était surtout pour qu’elle comprenne le point qu’il essayait de faire.

Puis, tout à coup, elle lui servit une drôle de théorie. Quelque chose à laquelle il ne s’était pas attendu, bien que ça semblait arriver assez souvent avec Noreen. Des jumeaux nés à l’envers.... c’était étrange de voir les choses ainsi, mais il pensait cela uniquement parce qu’il ne s’était pas arrêté sur l’idée. En fait, elle n’avait pas tord. Il y avait quelque chose comme connexion entre eux, difficile à expliquer. Évidemment il ne savait pas quoi lui répondre, parce que ça semblait à la fois si évident et si difficile à qualifier. Il se plaisait à croire que dans n’importe quelle situation il se serait lié d’amitié avec elle. Comme s’il était attiré par elle, d’une drôle de manière en soit. Ce n’était pas facile à expliquer et il n’était pas plus avancé pour lui répondre quelque chose. Parce qu’il ne saurait décrire la relation qu’il avait avec Noreen. C’était différent de jumeaux, minimement, mais il savait que ce n’était pas pareil que Wendy. Elle était plus quelque chose comme une âme soeur, si semblable et si différente à la fois. Sauf que bon, il ne pouvait pas répondre cela, tout de même. Il le pensait à quelque part, mais c’était beaucoup moins clair que ça. Ce pourquoi il se contenta d’une réponse toute simple qui faisait quand même bien savoir ce qu’il ressentait : « Si bien ensemble c’est sur. Mais tu sais même si on est né à l’envers, on s’est trouvé c’est l’important. » Aussi étrange que cela puisse paraitre, Seth était réellement cliché, dans le genre. Il le pensait réellement, mais il était rare de l’entendre dire des choses comme ça. Comme si le fait qu’il n’avait pas souvent l’occasion de parler ainsi, ça se décuplait lorsqu’il en avait l’occasion...
D’ailleurs il sauta sur l’occasion en lui sortant une autre ligne digne d’une comédie romantique à deux sous. Visiblement, elle ne s’y était pas attendue. C’était facile de la comprendre considérant qu’il n’était pas le genre de personne de laquelle on s’attendait à ce genre de chose. Enfin c’était la surprise du moment, c’était évidemment dans ses cordes d’agir ainsi, il n’en avait juste pas eu la chance auparavant. Il haussa les épaules en entendant ce que Noreen lui rétorquait. Ce n’était pas un problème. « Tu sais bien que je m’arrangerais, ou j’essaierais au moins. » Oui parce que bon promettre la lune à quelqu’un c’était un peu plus compliqué que tout ce qu’il avait pu faire. Mais bon il essaierait, ça c’était dans sa nature après tout. « Puis tu sais, il faudrait que ça te rende heureuse, sinon ça vaut pas la peine. » Une drôle de manière de préciser ce qu’il avait voulu dire. Ce n’était pas une question de faire quelque chose d’exceptionnel, c’était une question de la rendre heureuse.  



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Noreen Blodwyn-Barnes "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : rachel laplubel. × Nombre de messages : 1897 × Age du perso : trente ans. no comments. × Job : pompier/planquée dans la forêt. × Côté love : i never knew i could love someone the way that i love you.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Lun 3 Mar - 20:20



❝ il s'appelle seth, elle huit (omg) ❞
Finalement, peut-être que Noreen était attirée par les gens, disons, spéciaux… ? Elle qui pouvait laisser sa chance à n’importe qui, même au pire des salauds, se retrouvait pourtant bien souvent à tisser des amitiés fortes, parfois même sans égales, avec des gens qui n’étaient pas comme tout le reste du monde. Ça ne la dérangeait pas, elle, de passer du temps avec quelqu’un qui sortait rarement de sa grotte, qui l’envoyait ch*er à chaque fois qu’ils se croisaient, ou bien encore qui semblait tout le temps regarder tout le monde du haut de son piédestal. Comme ça ne la dérangeait pas de passer du temps à essayer de comprendre, de déchiffrer les mots, gestes et attitudes de Seth. Ça aurait pu devenir un passe-temps et, d’ailleurs, l’irlandaise n’était pas résignée. Elle sentait qu’il lui faudrait tous les efforts du monde mais elle se refusait à abandonner car, quelque part, elle était persuadée que Seth valait la peine. Alors oui, il lui arrivait de s’énerver, de le remettre à sa place et même d’imaginer sérieusement la fin de leur relation ; mais finalement, est-ce qu’elle était sérieuse, quand elle lui criait que c’était terminé, qu’il ne la reverrait pas, tout en cherchant un sens à l’attitude du garçon ? C’était bête et elle le savait, mais peut-être que c’était lui qui la rendait bête, finalement. Rien n’était vain, ou en tout cas pas ça, parce qu’elle réussissait un peu plus à toucher le cœur de Seth. Lui si inaccessible, si loin pour être compris ; elle commençait à comprendre comment faire pour l’atteindre. Et, même s’il lui arrivait rarement de s’en servir pour lui faire un peu de mal, la plupart du temps elle ne voulait que son bien. Elle voulait le voir s’épanouir, trouver quelqu’un, raconter sa vie, parler de n’importe quoi. Elle voulait qu’il sorte de son mutisme et qu’il aille plus loin, qu’il tente d’exprimer ce qu’il ressente, qu’il cherche le soutien des autres. Le chemin serait encore très long, mais elle s’approchait un temps soit peu. Car il lui avait parlé d’Edge et de ce qui reliait les deux hommes. Elle n’avait rien dit, et presque rien pensé ; à part peut-être que c’est le genre de chose qui peut briser un cœur tout entier. Peut-être que c’était ça ; peut-être que le cœur du jeune Lightfellow avait été démoli et, depuis, il avait décidé de ne plus laisser personne le faire souffrir. Elle l’aiderait, elle le savait ; elle était prête de retrousser ses manches & à lui construire un nouveau cœur tout prêt à fonctionner de nouveau. Pourtant, quelque part, elle avait peur, sans se l’avouer, que quelqu’un d’autre ne le fasse à sa place. Car elle n’était pas exceptionnelle, et ne le serait probablement jamais.

Elle ne voulait plus se disputer, ou alors pas avec Seth, et c’est ainsi que leur conversation changea du tout au tout. En fait, elle était juste une nana un peu paumée avec beaucoup de choses sur le cœur dont elle avait besoin de se libérer. D’accord, peut-être que Seth ne lui avait pas paru être le mieux placé pour l’écouter se plaindre de son existence, mais elle avait pensé que si elle lui donnait l’exemple, alors il finirait à son tour par s’ouvrir. Et puis, elle avait juste envie de parler à quelqu’un qui comprendrait ce qu’elle voulait signifier – car elle avait senti dans les yeux de Seth ce truc qu’elle-même portait depuis trop longtemps. Seulement, les yeux du garçon s’éclairaient doucement, quand ceux de Noreen se refermaient sur son malheur. Elle avait cru, clairement, qu’il ne lui serait pas d’une grande aide et, pourtant, dès ses premiers mots prononcés, elle releva les yeux vers lui, comme pour comprendre d’où cette idée saugrenue lui était venue. m*rde, c’était Seth quoi, bien-sûr qu’il la surprendrait et évidemment qu’il saurait l’aider, quoi qu’elle en pense. Alors elle l’écouta à son tour parler de cette ombre et, même si elle aurait voulu entendre le son de sa voix plus longtemps, elle ne put s’empêcher de sourire, car ce ton autoritaire ne lui ressemblait pas vraiment. Généralement, elle avait l’impression d’entendre dans sa voix une sorte de lassitude générale, et parfois même quelque chose qui, peu importe ses mots, voulait dire « j’en ai rien à foutre de tout ». Mais là, il prenait parti : le sien. Il se levait pour quelque chose et, même si la demoiselle trouvait ça plutôt mal tombé, elle ne pouvait s’empêcher de noter les efforts. « C’est peut-être la vérité, tu sais. On sait pas, ces choses là. » Elle n’avait pas trouvé grand-chose à lui répondre malgré tout, parce qu’elle avait perdu tout espoir concernant ses chances d’être heureuse un jour. A bientôt trente ans, quand on a passé sa vie à courir après ce foutu ‘bonheur’ sans jamais l’atteindre, ni de près ni de loin, et qu’on a rien dans les mains à part peut-être une gentillesse souvent trop utilisée, on n’a plus trop d’espoir. Noreen, en tout cas, ne croyait plus en sa chance, sa bonne étoile était éteinte et sa roue tournait à l’envers depuis trop longtemps. Elle aurait pu attendre que le vent se lève et inverse le sens, mais elle avait trouvé plus intéressant de se plaindre un peu plus longtemps de sa condition.
Alors qu’elle avait naïvement cru que Seth se la jouerait bon public, elle tomba une fois de plus d’assez haut lorsqu’il répondit à sa théorie des jumeaux nés à l’envers. En fait, elle ne savait même pas si c’était réellement possible qu’un jumeau puisse naître dans l’autre sens et, surtout, que cela puisse modifier son existence à jamais, mais ça ne lui avait pas paru trop con alors elle avait permis ce songe de sortir de son esprit pour atteindre un autre, pas forcément aussi clair qu’elle. Mais Seth, même s’il n’y croyait pas vraiment, lui clouait une nouvelle fois le bec, parce qu’il était toujours là où elle ne l’attendait pas. C’était peut-être la journée des confessions, le seul moment où ils se diraient ce qu’ils avaient sur le cœur,

Il lui tira un sourire avec ses phrases dignes de la plus grande comédie à l’eau de rose hollywoodienne. Ça ne la dérangeait pas vraiment de l’entendre dire ce genre de choses, mais elle était assez dubitative. Justement parce qu’elle ne savait que trop bien que Seth n’était pas du genre à dire ça à tout le monde, et parce que c’était certains qu’il le pensait. Et elle ne savait même pas ce qu’elle avait bien pu faire pour mériter tout cela, elle-même qui n’avait cessée de se demander pourquoi il l’avait ignoré aussi brutalement. Noreen, c’était un peu tout ou rien mais pour le coup, on ne pouvait pas lui en vouloir, car Seth avait toujours démontré être une personne exactement comme ça, lui aussi. Mais elle ne pouvait nier qu’avec ses bons mots, il avait raison ; finalement, peu importe la façon dont ils étaient nés, ils s’étaient trouvés et c’était l’essentiel. Elle n’avait pas le droit de cracher là-dessus, car cette relation la poussait sans cesse vers le haut. « T’as raison. C’est très cliché mais très vrai et… Quand je verrai tes parents, je leur demanderais, quand même. » Elle avait dit ça comme si c’était une évidence : un jour, ils retourneraient sur le continent, chacun reverrait sa famille, et Noreen demanderait aux parents Lightfellow comment leurs enfants étaient nés. C’était bizarre, autant la question que la proposition, mais finalement, qui pouvait lui dire, à Noreen, si elle était bel et bien née dans l’autre sens, comme elle le pensait ? Cette réalité la frappa derechef, et elle du inspirer une grande goulée d’air pour ne pas se laisser aspirer par l’idée que sa vie était réellement à chiier. Mais il ne fallait pas qu’elle oublie Seth, sa présence et tout ce qu’il lui apportait sans même le savoir. Et tout le reste.
Le bonheur, cette notion si abstraite qui voulait à la fois tout et rien dire. Comment savoir ce que c’est, alors même qu’on s’en rend bien souvent compte une fois qu’il est parti ? Qu’est-ce qui nous rend heureux, qu’est-ce qui fait de nous des humains satisfaits de ce qu’ils possèdent ? Noreen avait l’impression de ne jamais s’être posé la question et, quand elle y réfléchissait à deux fois, il lui semblait que peut-être elle aurait dû faire un effort. Le bonheur de se coucher après une très longue journée. Le bonheur de se faire réchauffer par le soleil après un hiver trop long. Le bonheur de sentir le cœur de la personne qu’on aime. Le bonheur de l’odeur des fleurs, du pain frais ou du shampoing. Elle avait l’impression d’avoir perdu tout ça depuis trop longtemps car, après tout, elle pouvait bien avoir passé une longue journée, elle finirait par dormir à même le sol, sans aucun confort. C’était toujours l’été ici et, même si elle refusait de l’avouer, l’hiver lui manquait un peu, parfois. Les fleurs avaient toujours une drôle d’odeur de danger, il n’y avait plus ni pain ni shampoing. Et quant à sentir le cœur de l’autre battre contre le sien, ça, c’était sûr qu’elle ne l’avait pas trouvé ici. Alors non, elle n’était pas heureuse ; elle avait beau ne pas savoir pourquoi, elle ne savait que trop bien que quelque chose lui manquait, mais elle n’avait aucune idée de comment combler ce vide. Comment être heureuse, finalement. Elle savait, pourtant, que la lune n’y changerait rien. Oh oui, elle serait contente, ravie même d’être celle pour qui on avait osé et réussit à attraper la lune. Mais et après ? Qu’est-ce qu’elle en ferait, si ce n’est chercher un moyen de rendre les autres heureux avec cette dernière ? Au final, il pouvait la garder, pour lui, ou bien pour Wendy, tout simplement. Mais, si la lune ne la satisfait pas, alors qu’est-ce qui pouvait lui tirer un vrai sourire, qui semblait avoir abandonné son visage depuis trop longtemps ? Alors, est-ce qu’essayer de rendre Noreen heureuse n’était pas tenter de faire quelque chose d’exceptionnel ? La demoiselle, perdue dans ses réflexions, en profitant pour s’assoir à même le sol, et, se mordant doucement la peau sous l’ongle du pouce, elle partie loin dans ses songes. Si loin qu’elle en profita pour fredonner simplement quelques phrases, qu’elle affectionnait tout particulièrement. « What is it you want, Mary ? What do you want ? You want the moon ? Just say the word and I'll throw a lasso around it and pull it down. Hey, that's a pretty good idea. I'll give you the moon, Mary. » Un sourire se dessina sur ses lèvres lorsqu’elle repensa à ce film et au nombre de fois où elle l’avait vu. Des centaines, peut-être ; elle l’avait tellement adoré qu’aujourd’hui, elle parvenait à se demander pourquoi. C’était trop beau, trop faux, trop impossible pour qu’elle puisse y croire encore aujourd’hui. Elle murmurait de petits « What is it you want, Noreen », puis elle leva les yeux au ciel, se demandant vaguement combien de temps ils resteraient encore paumés sur cette île et, finalement, elle se souvint que Seth était là, non loin d’elle, et qu’il attendait très certainement un semblant de réponse. « Le problème, tu vois, c’est que je sais pas du tout ce qui pourrait me rendre heureuse. » Elle l’avait dit sincèrement, sans se prendre la tête ni supposer qu’elle était malheureuse de ne pouvoir un jour imaginer être heureuse. En fait, c’était plutôt une fatalité contre laquelle elle ne pouvait plus lutter, alors elle n’avait eu d’autre choix que de s’en accommoder. « Mais dis-moi, toi, qu’est-ce qui te rend heureux ? » Ça l’intéressait beaucoup de savoir ce qui pouvait rendre monsieur Lightfellow souriant, joyeux. Après tout, ça ne lui ressemblait pas à lui non plus, de s’habituer à ce monde au point de s’en réjouir. Et puis, peut-être que s’il trouvait les bons mots, il lui donnerait des idées, aussi ; parce que, finalement, on peut créer le bonheur, si on le veut réellement.






you gotta get up and try.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Mar 8 Avr - 3:30

i'm out of sight, i'm out of mind
noreen&&seth
À voir les personnes à qui Seth s’attachait, on pouvait presque croire qu’il avait un problème avec la gente masculine depuis Edge. Ce n’était d’ailleurs pas faux, comme ce n’était pas faux de dire qu’il avait un problème avec les gens en général. Il était terriblement rare de le voir sorti de sa coquille et Noreen était l’exception par excellence. Peut-être était-ce parce qu’elle mettait une quantité inexplicable d’effort pour le comprendre ? Qui sait, vraiment, même Seth lui-même n’aurait jamais pu l’expliquer concrètement. Tout ce qu’il savait, c’était que Noreen était devenue très importante à ses yeux. Au point qu’il pouvait lui proposer des idioties du genre lui décrocher la lune ou même lui confier certaines choses qu’il n’avait dites à personne. Notamment en ce qui attrayait à Edge, peut-être qu’il n’avait pas tout dit, peut-être qu’il n’avait pas dit en mot à quel point il avait souffert. Ce qui n’empêchait pas qu’elle était la seule au courant et qu’elle avait sans doute pu comprendre ce qu’il avait ressenti d’une façon ou d’une autre. Ça importait peu au final, il fallait seulement comprendre à quel point elle, parmi tous les autres, était spéciale à ses yeux, tout simplement. Ça expliquait pourquoi il s’était bougé quand elle lui avait reproché certaines choses. Il ne l’aurait pas fait pour quiconque, c’était loin de faire partie de ses habitudes. Ce qui, au final, prouvait sans doute le point. Avec lui, il ne fallait pas tellement chercher à comprendre, qu’apprendre à voir les signes qu’il laissait dans ses comportements. C’était sa façon de prouver certaines choses, c’était sa manière de montrer quand il appréciait quelqu’un. Il n’avait pas hésité à embarquer sur le sous-marin pour trouver Wendy, voilà qui prouvait quelque chose et même s’il était difficile de battre ce genre de geste, mais il ne fallait pas diminuer le reste. Enfin, qu’importait, il finirait bien par prouver le tout à Noreen, comme à Wendy, un de ces jours. D’une façon ou d’une autre et surtout il leur ferait comprendre à quel point il tenait à elles. Wendy devait sans doute le savoir, mais les années de séparation ternissaient encore leur relation.

Quoi qu’il en soit, ce n’était pas exactement le moment de penser à sa jumelle. Seth était plutôt concentré sur Noreen. Il était bien content que le problème semblait en parti réglé, ou du moins elle l’avait laissé aller. Malgré ce qu’on pouvait croire, il n’était pas du genre à aimer les disputes ou même les supporter. C’était quelque chose qui l’angoissait au point où il préférait de loin fuir toute possibilité d’une dispute avec quiconque. Évidemment c’était encore plus stressant quand c’était quelqu’un à qui il tenait, comme Noreen ou Wendy, mais la question n’était plus là, la conversation s’était dirigé vers quelque chose qui, malgré tout, était plus simple pour lui. Bon ça impliquait d’écouter certaines choses avec lesquelles il n’était pas d’accord. Il encouragea alors la blondinette en lui disant qu’elle se libérerait de l’ombre qui la suivait. Ce n’était pas un idéalisme profond qui parlait alors, Seth n’avait rien d’un optimiste ou même d’un idéaliste, mais plutôt une certaine certitude. Il alla à l’inverse lorsqu’elle osa lui dire quelque chose qui ne faisait aucun sens pour lui. Il lui sortit à quel point elle disait n’importe quoi, sans même broncher sans même réfléchir au fait que sa réaction n’était peut-être pas idéale. Il n’était pas volubile en général et même qu’il avait souvent l’air de se foutre de ce qui se passait autour de lui, mais ce n’était que très rarement le cas. Et pour le coup il ne pouvait quand même pas la laisser penser ainsi. Il aurait sans doute pu prouver son point en lui disant ce à quoi qu’il avait rapidement pensé, comme quoi si ce n’était pas bon pour elle, ce n’était pas non plus pour lui, mais encore une fois, il se retint. Ce n’était pas autour de lui que cette conversation devait tourner. Non c’était plus important que Noreen sache qu’elle n’était pas une peine perdue en quelque sorte. « C’est peut-être la vérité, tu sais. On sait pas, ces choses là. » Encore une fois, Seth commença par froncer les sourcils. Évidemment, ça ne lui plaisait pas beaucoup qu’elle parle ainsi. Plus que pour lui, il pouvait avoir de l’espoir pour la demoiselle. C’était un brin inexplicable, mais comme pour beaucoup de chose, il n’essayait pas de comprendre. « Moi je sais et tu dis n’importe quoi encore. » Il était loin de dire qu’elle disait toujours n’importe quoi, mais il ne fallait pas s’attendre à ce qu’il prenne des pincettes. La seule personne qui avait toujours droit à des pincettes, c’était Wendy, le reste devait faire avec une sorte de franchise. Ce n’était pas méchant, loin de là, il voulait qu’elle sache que comme tout le monde, elle avait droit au bonheur - bien qu’une telle conception échappait souvent à Seth, et elle l’atteindrait peu importe ce que ça couterait au jeune homme de la pousser jusque là. Évidemment, il fallait voir qu’il était du genre à se dire qu’il valait mieux qu’il sacrifie tout si ça pouvait aider certaines personnes. On pouvait soulever une foule de problème quant à cette façon de voir les choses, mais personne ne le lui avait encore reprocher clairement alors il continuerait sans doute.

Mais alors que le sujet changeait encore légèrement, Seth changea complètement de comportement. Non pas que c’était étonnant venant de lui. Il changeait régulièrement son fusil d’épaule et il ne fallait pas se faire surprendre par cela. Il agissait davantage en prenant le parti de quelqu’un ou en suivant un code moral un peu flou. Son comportement était donc plus basé sur le parti de qui il prenait. Un parti qu’il quittait rarement à vrai dire. On pouvait dire qu’il était loyal ou quelque chose comme ça. C’était dans ce genre de moment qu’on découvrait qu’il avait une certaine propension à utiliser des clichés. Pas qu’il trouvait ça particulièrement profond ou qu’il était un homme qui aimait les clichés, mais c’était souvent ce qu’il pensait réellement. À croire qu’à force de tout garder pour lui il devenait un peu bizarre dans le genre. Quoi qu’il en soit, il n’était pas le plus bizarre des deux, Noreen venait après tout de le surprendre en lui disant de quelque chose de bien particulier. Elle demanderait à ses parents ? Il la regarda de travers pendant un moment. Il n’était jamais venu sur l’île dans l’idée de revenir, non il s’était surtout dit qu’il fallait qu’il retrouve Wendy, il n’avait jamais pensé à après. Maintenant qu’il avait traversé ce pont, il n’y pensait pas davantage. Il ne pensait pas revenir sur le continent, ça lui semblait impossible après tout. « Tu veux demander ça à mes parents ? En fait tu veux les rencontrer ? » Oh, pas que ça le gênait, même s’il était plutôt certain que ses parents s’imagineraient n’importe quoi, mais il ne comprenait pas nécessairement l’envie de Noreen. Lui n’était pas du genre à vouloir rencontrer qui que ce soit s’il pouvait l’éviter d’une manière ou d’une autre. Enfin ce n’était pas très important au final, il n’aurait sans doute personne à rencontrer de plus. Il était satisfait des quelques personnes qui faisaient partie de sa vie, pas besoin d’en avoir davantage même si c’était dans un but plus ou moins officiel.

À la place d’y penser davantage, Seth se concentra sur ce qui pourrait rendre Noreen heureuse. Une question difficile, pas uniquement parce qu’il s’agissait de la demoiselle, mais bien parce qu’elle était pratiquement impossible à répondre. Il lui avait promis la lune, décidant que ça pourrait être suffisant pour elle ou plutôt parce que ce devrait être suffisant pour quiconque. Il ne semblait pas y avoir de meilleur geste pour prouver son affection que d’offrir la lune. Du moins dans le sens romantique ce qui n’était pourtant pas l’intention du jeune homme. Il voulait simplement la rendre heureuse. Peu importe le moyen, peu importe ce que ça lui couterait, tout simplement. Encore une fois, elle le surprit, cette fois en sortant quelques phrases qui devaient sans doute venir d’un film, film que le jeune homme n’avait pas vu, mais ça ce n’était pas si surprenant. Il ne dit rien, ne voulant pas gâcher sa réflexion d’autant plus qu’elle renchérissait avec la même question mais pour sa personne. Voilà une question à laquelle il aimerait bien avoir la réponse, mais à la place, il garda le silence. Il ne voulait pas la presser, il ne voulait pas intervenir. Il voulait juste la réponse. Ce qu’il reçut n’avait rien de merveilleux au final. Ou plutôt pas ce qu’il voulait. Il pouvait comprendre qu’elle ne savait pas, mais il aurait voulu autre chose. Une indication en quelque sorte. « Même pas une petite idée ? » Il ne voulait pas suggérer quelque chose ou insister davantage. Si ça se trouve, il faudrait qu’il trouve lui-même ce qui pourrait la rendre heureuse. Des indications auraient été les bienvenues, mais bon il ferait sans au besoin.
« Mais dis-moi, toi, qu’est-ce qui te rend heureux ? » Sauf que par dessus tout, Seth ne s’était pas attendu à ce qu’elle lui retourne la question. Peut-être aurait-il du s’y attendre, mais il avait pensé y échapper. La réalité l’avait rattraper et il devait maintenant répondre à une question qu’il avait posé à la base. « Rien, à la base. » C’était déprimant comme pensée, mais il ne fallait pas croire que s’il avait été digne d’un romantique il était soudainement devenu optimiste. Loin de là, il était toujours ce petit bonhomme au coeur sombre qui tentait de le cacher le plus loin possible. « Le rayon de soleil c’était toujours Wendy, j’imagine que je suis heureux quand elle est là... » attribuer toutes ses joies à  Wendy était un brin intense et ce n’était pas exactement ce que voulait dire. « Enfin, pas juste elle. J’en sais rien. Toi, Edge, Wendy. Je crois que je suis heureux quand je veux l’être. » Folle sagesse me direz-vous. Mais ce n’était pas faux, il avait tout pour être heureux sur l’île, comme il avait tout pour être heureux sur le continent avant de partir à l’armée. Ça ne l’avait pas empêcher de partir de préférer l’armée en quelque sorte. Il ne voulait pas être heureux à vrai dire, il jugeait qu’il ne méritait pas de l’être. C’est d’ailleurs ce qu’il décida de confier à Noreen, ne sachant pas pourquoi il lui disait au final. « Je ne crois pas que je mérite d’être heureux, alors je ne le suis pas. » C’était une question plus poussée, mais il était évident que Seth se refusait toute chance au bonheur et ça faisait longtemps que les choses étaient ainsi.  



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Noreen Blodwyn-Barnes "
ADMIN Shaky. × We dream out loud. ❧ ❞

× Ma Célébrité : rachel laplubel. × Nombre de messages : 1897 × Age du perso : trente ans. no comments. × Job : pompier/planquée dans la forêt. × Côté love : i never knew i could love someone the way that i love you.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Jeu 15 Mai - 14:16



❝ il s'appelle seth, elle huit (omg) ❞
Il arrivait souvent à Noreen de se dire qu'elle n'était qu'une pauvre enfant à qui la vie avait décidé de faire la misère et pour qui le soleil avait choisi de ne plus se lever. Dans ces moments d'extrême pessimisme que la jeune irlandaise cherchait par tous les moyens à dissimuler, elle pouvait se dire que jamais elle n'aurait droit à un bonheur simple, et sain. Car finalement, que demandait-elle de plus ? La vérité, c'est qu'elle ne le savait même pas. C'est bien ce qu'on dit : on sait pas ce qu'on veut, mais on sait ce qu'on veut pas, finalement. Et, à d'autres moments, elle parvenait à se souvenir que si sa vie ne lui semblait pas parfaite, elle n'avait pas à se plaindre ; d'une part, parce que quoi qu'on dise, il y a toujours pire et, d'une autre, parce qu'elle avait quand même des gens, des choses sur lesquelles compter. La confiance de Seth en faisait totalement partie et dans ces moments de délire négatif, il lui fallait souvent se rappeler tout ce qu'elle possédait déjà pour lui permettre d'aller mieux. Mais, finalement, Noreen était juste comme tous les autres : perdue sur cette île, elle ne parvenait pas à voir un avenir un peu plus brillant. Quelque chose de plus beau, de meilleur ; parce que, quelque part, même si elle voulait le contraire, elle avait l’impression que la roue ne tournait plus depuis bien longtemps. Parfois, elle a juste besoin d’un peu d’aide, cette garce, pour tourner dans le bon sens.
Elle n’était pas bien compliquée, et elle avait pu lui pardonner son abandon, et son inconscience assez rapidement. Oh oui, elle était passée au-dessus, probablement parce qu’elle était la mieux placée pour le comprendre. Il avait retrouvé sa jumelle, cette partie manquante du puzzle de sa vie, l’autre bout de son cœur, l’oxygène nécessaire pour que son corps puisse inspirer un peu de bonheur. Maintenant, il était complet, grâce à Wendy ; et, quelque part, si Noreen pouvait se dire qu’elle y était un peu pour quelque chose, alors c’était déjà beaucoup. Et oui, bien-sûr, elle crevait de jalousie, d’une part parce qu’elle aurait pu vendre son âme au diable pour être à sa place, pour retrouver sa jumelle et une relation si parfaite, elle aussi. Et, d’une autre, parce qu’elle avait peur, au plus profond d’elle, qu’il ne finisse par l’abandonner, maintenant qu’il avait sa sœur. C’était à la fois extrêmement égoïste et plutôt dévouée et, même s’il lui avait assuré le contraire, elle ne pouvait s’empêcher d’y penser. Après tout, elle n’était simplement que Noreen, et bien souvent, ce n’était pas suffisant.

Il ne lui fallut pas vraiment longtemps pour comprendre qu’elle avait dit quelque chose qu’il ne fallait pas, parce qu’elle sentait, dans son expression, qu’elle avait réussi à le froisser sans le vouloir. Ne comprenant pourtant pas pourquoi, elle se contenta de répondre à sa question de façon totalement… naturelle. Ne dit-on pas qu’une question c*nne entraine une réponse c*nne ? Dans tous les cas, c’est ce que la jeune femme lui livra sans y réfléchir une seconde supplémentaire. « Hm, il me semble que les rencontrer sera plus facile pour leur demander… ? » Dans sa tête, ce qu’elle avait dit et son sens caché étaient limpides. Un : ils quitteraient cette île, c’était une évidence. Deux : ils ne se perdraient pas de vue, qu’il le veuille ou non. Trois : elle rencontrerait ses parents parce qu’elle n’imaginait pas un retour sur le continent sans découvrir le Lightfellow du continent. Alors non, elle n’avait pas pensé à ça. Rencontrer les parents de quelqu’un, dans le vocabulaire courant, signifiait présenter une personne importante à sa famille pour montrer qu’on envisage quelque chose de sérieux. Dans l’esprit de l’irlandaise, pourtant, ce n’était pas allé si loin : elle, elle avait juste supposée qu’elle pourrait les voir, un jour ou l’autre ; peut-être à l’anniversaire de mariage de ses parents, ou peut-être à une communion ou un anniversaire quelconque. Elle n’avait pas vu plus loin que ça : pas vu le côté extrêmement solennel de ses mots, et totalement officiel. Parfois, elle ne cherchait pas plus loin, tellement ce qui se racontait dans sa tête lui semblait clair. Pourtant, elle savait combien ils pouvaient avoir du mal à se comprendre, combien la wifi Lightfellow-Blodwyn ne captait parfois pas. Tant pis, elle rencontrerait ses parents, parce qu’ils sortiraient vivants de cette foutue île et qu’ils rentreraient quelque part, chez-eux. Et parce que, Noreen l’espérait très fort, elle serait l’une des raisons de leur retour sur la terre ferme. Seulement, ça, elle le gardait bien précieusement pour elle, et n’était certainement pas prête à en parler à Seth. Allez savoir pour quelle raison : la peur, très certainement.

Le bonheur. C’est con le bonheur, voilà ce que Noreen en pensait. Et pourtant, quelque part, elle était en manque de cette petite lueur qui te fait sourire dès le réveil sans que tu saches pour quelle raison. Elle réfléchit à la relance de son interlocuteur, comme si, finalement, elle avait peut-être éludé sa question un peu trop brièvement. Qu’est-ce qui la rendait heureuse ? Sans même y avoir réellement songée, elle se replongea dans des souvenirs ; le genre qui donnent le sourire, qui laissent l’esprit rêveur et qui, quelque part, brûlent très fort le cœur, parce que tu ne sais que trop bien que ça ne se reproduira plus jamais. « En Irlande, j’aurais dit à peu près tout. Les reflets du soleil sur l’océan, le vent qui balaye les champs, les étoiles dans l’énorme ciel jamais vraiment noir, les soirées karaoké au Ti Joe, l’accent des plus vieux et les Irish Coffee au pub… » Maintenant qu’elle y pensait, elle était parvenue à être heureuse presque tous les jours, là-bas. On lui avait appris la vraie vie, la valeur réelle des choses, et que, finalement, tout le monde est beau et gentil. Elle avait acquis de réelles valeurs, toutes celles qui la construisaient aujourd’hui et, en y repensant bien, à part la perte de ses parents et la disparition de sa jumelle, Noreen y avait passé plus de bon que de mauvais temps. Mais alors, comment expliquer que ce bonheur ce soit soudainement évacué, au moment où elle avait posé un pied sur cette nouvelle île ? C’était sûrement plus compliqué que ça, et, à bien y réfléchir, il lui semblait qu’elle avait perdue son innocence, une petite lumière qui brillait dans son cœur au moment précis où elle avait bouclé ses valises et tiré un trait définitif sur l’Irlande. Peut-être que, maintenant, elle n’était plus capable d’être vraiment elle-même loin du lieu où elle avait grandi et, optionnellement, passé les meilleures années de sa vie ? Ou peut-être qu’elle avait simplement grandi, et réalisé que la vie n’était pas aussi belle que ce que son oncle et sa tante lui avaient appris.
Elle avait parlé, et c’était au tour de Seth de vider son sac. Etonnement, sa réponse ne surpris pas la jeune femme ; elle s’attendait à entendre le prénom de Wendy, plus d’une fois et, honnêtement, sans rien d’autre. Elle ne put s’empêcher de sourire lorsqu’elle l’entendit lui avouer qu’elle pouvait le rendre heureuse, mais la fin de son explication ne la ravit pas autant que le reste.

« Tu blagues ou t’es juste débile ? » Oui, il arrivait à Noreen d’être très peu subtile, et autant dire qu’elle avait pour habitude d’être assez directe. Mais Seth le savait et, ce qu’il devait comprendre, plus qu’une insulte, c’est que sa réponse l’avait un peu agacé. En quoi n’avait-il pas le droit d’être heureux ? Cette pensée, plus que d’énerver, dégoûtait presque la demoiselle. Oh oui, elle avait l’impression de n’pas être suffisante ; elle n’était jamais assez, à tel point que même avec elle, il ne parviendrait jamais à être heureux. Il fallait qu’elle lui fasse voir comment elle le voyait et, sans y réfléchir, elle se lança dans une tirade qui allait clairement dans ce sens. « T’es un super frère, le genre qui traverse le monde les yeux fermés pour trouver sa sœur qui passe son temps à lui briser le cœur, t’es un foutu ami dévoué qui fait des erreurs et sait les réparer sans le faire exprès, et tu sais quoi t’aurais pu être mannequin dans une autre vie ou même dans celle-là, tu devrais être entouré de l’île entière, des fois j’me dis que si tu préfères être tout seul, c’est peut-être parce que t’as jamais trouvé quelqu’un d’aussi bien que toi, tu vois ? Et tu sais pas tout ça alors ouais, t’es vraiment trop débile, t’es un débile qui mérite d’être heureux tous les jours de toute la vie. » C’était presque autant violent qu’adorable, et, comme d’habitude, elle avait dit ça sans y réfléchir plus d’une seconde. Elle aurait clairement pu continuer sa petite liste de compliments mais elle ne savait que trop bien que Seth n’allait pas en accepter la moitié. Et puis, quelque part, elle avait sûrement l’impression d’être débile, elle aussi, parce que souvent sa parole allait bien plus vite que sa pensée, et que Seth n’était pas comme ça. Seth était Seth, elle commençait à le connaitre et espérait à présent qu’il ne la jugerait pas pour tout ce qu’elle venait de lui dire. Au pire, il oublierait tous ces compliments, et elle ferait comme si elle n’avait jamais rien dit de tout cela ; en attendant, elle préféra changer de sujet, comme si, finalement, elle se sentait vraiment en danger maintenant qu’elle lui avait balancé tout ça. « Dis-moi… Pourquoi on n’arrive pas à être heureux, ici ? On pourrait si facilement l’être, pourtant. » Cette pensée lui crevait le cœur : personne ne méritait de ne pas être heureux et, pourtant, il fallait se rendre à l’évidence : aucun d’eux, autant Seth que Noreen, ne parvenaient à être comblés ici. Finalement, quant bien même le soleil décidait de briller au-dessus de leurs têtes, quelque chose finissait toujours par ramener le vent, les nuages, la pluie, et bien souvent, tout ceci ne finissait qu’en terrible tempête. En tout cas, c’est comme ça que Noreen voyait sa vie : une tempête presque continuelle, rarement entrecoupée de petits moments ensoleillées. Sauf qu’elle avait fini par en avoir l’habitude, à tel point qu’elle ne savait même plus apercevoir le soleil. Là, maintenant, tout de suite, elle vivait pourtant un de ces moments qui, bien que teinté d’une certaine morosité, n’était pas franchement mauvais. En fait, elle aurait pu dire qu’à ce moment-là, le soleil brillait au-dessus de ces deux êtres si semblables et si différents – si étranges, finalement. Sauf qu’elle ne le voyait même pas. Même plus.
Peut-être qu’elle avait fini par s’y faire, finalement. Pas à son existence, pas à son drôle de schéma très personnel sur la vie ; non, bien plus à la présence de Seth. A ce qu’il lui apportait, sans le savoir, et probablement sans jamais vraiment le vouloir. Il était là et c’était suffisant. Quelque part, peut-être que le simple fait d’être à ses côtés lui permettait de garder l’esprit apaisé un instant, même si elle ne savait que trop bien la complexité qui définissait le personnage. Oui, Seth était complexe, bizarre et même parfois totalement incompréhensible. Mais il était aussi attachant, drôle et étrangement sincère, quand il le voulait bien. Il était son énigme et elle était entrée dans le jeu si facilement qu’il était difficile d’imaginer à quel point elle pouvait être coincée dedans. Car oui, même si elle ne se posait même plus la question à présent, sortir de tout ça était quelque chose qui lui faisait peur, inconsciemment ou pas. Elle voulait continuer de déchiffrer qui il était, ce qu’il faisait, et pourquoi il le faisait. Sans jamais se rendre compte que, dans ses investigations plus ou moins bien menées, c’est le mystère de sa propre personne qu’elle perçait en même temps qu’elle découvrait un peu plus Seth.






you gotta get up and try.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Seth A. Lightfellow "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : aaron tveit. × Nombre de messages : 433 × Age du perso : vingt-huit ans. × Job : capitaine dans l'armée américaine. × Côté love : l'évidence ne se dit pas.


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen. Ven 13 Juin - 16:49

i'm out of sight, i'm out of mind
noreen&&seth
Malgré tout ce qui s’était passé, Seth ne comprenait pas parfaitement quel avait été le problème. Non pas qu’il était complètement idiot, mais ça lui avait toujours semblé évident que Noreen comptait et que s’il avait disparu ce n’était pas parce que Wendy avait repris sa place et que du coup l’autre demoiselle n’avait plus son utilité. la question n’était pas vraiment à ce niveau là. Au final les choses qui étaient claires pour le jeune homme ne semblait pas l’être pour d’autres personnes, Noreen première en tête. Il n’était pas vraiment du genre à expliquer son opinion ou ses pensées profondes se contentant de s’imaginer que tout le monde comprenait. C’était bien rarement le cas, mais il avait été habitué à Wendy qui le comprenait plus que la majorité des gens. Ainsi, son standard était placé à la barre ‘jumelle’ et il était difficile à baisser. C’était pourquoi au final, il assumait beaucoup de chose quant à la compréhension des gens, Noreen faisait évidemment partie du lot, notamment parce qu’elle savait beaucoup plus de chose que la majorité.
Sauf que comme bien d’autre chose avec Seth, il n’était pas du genre compréhensif ou du genre à capter les choses rapidement. Jamais il ne verrait la possibilité que Noreen puisse être jalouse pour quelques raisons qui soient. Lui ne faisait que s’imaginer qu’elle lui reprochait un mauvais comportement ou quelque chose comme ça. Ce qu’elle faisait d’ailleurs, même si maintenant il était pardonné, mais il n’était pas du genre à rechercher les raisons profondes. Il avait au moins le mérite de prendre les choses comme elles étaient ou de réagir tout de suite quand les choses ne lui plaisaient pas. Bon en général cette réaction se traduisait en une fuite rapide, mais c’était somme toute mieux que rien. Ainsi, au final, Seth agissait comme il en avait envie et le monde se modelait à cette envie. Ce n’était pas une bonne chose, mais il avait été habitué ainsi par une attitude de tous ceux qu’il connaissaient.

Sa surprise fut néanmoins de taille lorsque le sujet changea et tourna vers ses parents. Il pensait souvent à eux, mais il ne s’était pas imaginé que Noreen en parlerait. Il s’emporta peut-être sur le coup, mais c’était davantage du à une surprise. Après tout, il ne comprenait pas l’intérêt ou surtout la possibilité d’une telle chose. Aux yeux du jeune homme, ils étaient coincés sur l’île jusqu’à la fin de leur vie. Une idée un peu pessimiste, mais sans doute plus réaliste vu combien d’expédition de rescousse avait échoué. Ainsi, il ne pouvait pas s’imaginer revenir à Seattle et présenter Noreen à ses parents. L’autre chose, était que s’il la présentait, il était plutôt certain que ses parents auraient de terribles idées. Bien sur que la blonde était importante et ainsi il n’était pas si étrange de proposer qu’elle soit présentée, sauf que Seth trouvait ça étrange. Comme si ça ne faisait pas de sens à ses yeux. Ce n’était donc pas volontairement contre ce que Noreen disait, mais il n’était pas très ouvert à l’idée, ne serait-ce que parce qu’elle lui semblait impossible à réaliser. Oui c’était le genre de Seth de penser ainsi. Il ne pouvait pas accepter une idée qui n’était pas possible. Ce n’était pas son genre et au final c’était peut-être mieux qu’il ne se mette pas à imaginer être capable de revoir ses parents. Il avait beau être suffisamment convaincu que Wendy était vivante, mais il ne l’était définitivement pas assez pour penser qu’il allait voir ses parents à nouveau un jour. « Hm, il me semble que les rencontrer sera plus facile pour leur demander… ? » Il la regarda de travers à nouveau. Elle n’avait pas tord, sauf que ça revenait toujours à l’idée que c’était impossible. Au final, il préféra rester silencieux, ne sachant pas trop lui répondre. Sauf qu’évidemment garder le silence complet n’était pas la meilleure idée. Il continua de réfléchir un moment, ne voulant pas la froisser sur un tel sujet. Après tout lui-même n’était que peu intéressé par la question du moins pas une façon active. Il se contenta d’un : « On verra bien plus tard dans ce cas. » En guise de réponse. Ce n’était pas de la grande conversation, mais il fallait s’y attendre venant de Seth. Il n’était pas très doué pour ce genre de chose à la base et en plus dans une conversation dont il ne comprenait pas trop le but.

Cela dit, rien ne l’avait préparé à un autre changement de conversation cette fois vers le bonheur. Une chose hautement difficile à capter et qui échappait manifestement à Noreen comme à Seth. Ce qui ne l’empêcha pourtant pas de relancer la conversation pour savoir ce qui la rendait heureuse. Une soudaine curiosité qui le prenait et pour une fois, il tenait à savoir le fond de la chose. Difficile à comprendre lui qui habituellement ne posait pas beaucoup de questions. Finalement, sa réponse ne fit que soulever une nouvelle réponse. Après tout elle parlait de l’Irlande ce qui en soit était intéressant. Il l’avait surtout connu dans un contexte autre, le navire ou sur l’île. C’était sortir du contexte que d’entendre parler de l’Irlande, c’était intéressant en soit. Il aurait pu se demander ce qui l’avait pousser à quitter une place où elle était heureuse, mais au final, il ne pouvait que comprendre. « Et ici, il n’y a rien qui te rend heureuse ? » Ça l’intéressait plus qu’il ne l’aurait pensé à la base. Il voulait savoir si elle n’avait été heureusement seulement en Irlande où si elle avait réussi à l’être ici aussi. Évidemment le fait qu’il désirait entendre ce qui la rendait heureuse, particulièrement ici, sur l’île, ne voulait pas dire qu’il avait forcément envie d’ouvrir son sac sur ce qui le rendait heureux, ce qui faisait son bonheur. C’était difficile à atteindre, à capter complètement. Il se plaisait dans l’idée qu’il était heureux quand il avait envie de l’être. Ça pouvait sembler idiot, mais il pensait réellement que c’était ce qui se passait. Après tout, Noreen parlait qu’elle avait été heureuse en Irlande, lui pouvait sans doute qu’il avait été plus qu’heureux par le passé. Avant que Edge et Wendy se marie, avant que lui-même ait des sentiments pour Edge. Ça paraissait si loin et pourtant il savait que les choses avaient été différentes par le passé.

Pourtant, ce qu’il avait dit ne semblait pas plaire à Noreen. Il se doutait bien que le problème relevait davantage qu’il avait parlé du fait qu’il ne croyait pas mériter d’être heureux. Il fronça les sourcils lorsqu’elle lui demandait s’il était débile. Il ne dit rien sur le coup et heureusement puisque la demoiselle n’avait pas terminée. Elle continua alors et lui se contenta de froncer les sourcils davantage. Déjà, il n’était pas un super frère, quand bien même il avait traversé le monde pour retrouver Wendy tout comme elle ne lui brisait pas constamment le coeur. Et il ne devrait certainement pas être entouré par l’ile entière. Bref pratiquement tout ce qu’elle disait n’allait pas avec l’image du monde qu’avait Seth. Toujours silencieux alors qu’elle terminait sa tirade avec le fait qu’il était débile et qu’il méritait d’être heureux tout le temps, il se demanda quoi répondre. N’étant pas un grand amateur de la confrontation, il préférait ne pas s’engager sur la pente comme quoi il méritait ou non d’être heureux. Comme avec Wendy, il ne semblait pas judicieux d’affronter Noreen sur le sujet. Il préféra donc utiliser d’une autre tactique, même si au final c’était plus inconscient qu’autre chose. « Tu me verrais vraiment entouré de l’ile ? Ce serait chiant. » Il n’était définitivement pas quelqu’un qui aimait les foules et même si ça semblait être un compliment à la base, Seth n’avait pas vraiment envie de se retrouver entouré de l’île. Ça semblait évident pour lui, mais la demoiselle avait mal interprété les raisons. « Puis si je suis seul, ce n’est pas parce que personne n’est assez bien pour moi, c’est ridicule. » Il ne comptait pas s’énerver, évidemment, mais il n’était pas toujours seul et surtout il n’était pas du genre à se penser supérieur aux autres comme ça.

Il n’eut pas le temps d’adresser le reste de ce qu’elle disait puisqu’elle changea à nouveau de sujet. Seth garda à nouveau le silence, à croire que c’était sa réponse de prédilection, cherchant quoi répondre à la question qu’elle avait posé. Il ne savait pas ce qui les empêchait d’être heureux sur l’île, quoi que dans son cas Seth était considérablement plus heureux sur l’île qu’il ne l’avait été sur le front à combattre. « Il nous manque toujours quelque chose j’imagine ? Je pense que c’est le cas pour le monde, il manque notre maison, notre famille, notre quelque chose. » Il ne savait pas si c’était exactement le cas pour leur cas particulier, mais Seth n’était pas philosophe. Il ne savait pas ce qu’elle voulait entendre alors que c’était ce qu’il voulait dire. Il voulait lui donner une réponse qu’il n’avait pas. « En soit je dirais qu'on peut apprendre à être heureux que ce soit ici ou en Irlande ou à Seattle, ça dépend plus de nous qu’autre chose. » Il revenait à son idée de départ, mais c’était bien la seule qui lui plaisait.
Ne sachant pas quoi rajouter, Seth ne fit que s’étirer en regardant Noreen. Il jugeait qu’il était temps de rentrer de revenir au peu de civilisation de l’île. Son ventre réclamait de la nourriture et ça leur changerait les idées de passer à autre chose ou du moins c’était ce qu’il se disait. « Allez viens, je vais te faire quelque chose à manger pour me faire pardonner. » Elle devait profiter d’une telle invitation, ça ne passait pas souvent !  



    for you i have to risk it all
    how do i breath ?when you're not here i'm suffocating i want to feel love, run through my blood tell me is this where i give it all up?
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: i'm out of sight, i'm out of mind ; ft. noreen.

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-