avatar
» Lizzie-Ivy Eswood Stilson "
ADMIN Speedy. × Tell me your dreams ♧ ❞

× Ma Célébrité : keiraHOTknightley × Nombre de messages : 16353 × Age du perso : vingt-cinq ans. × Job : râleuse têtue et inutile. × Côté love : c'est flou.. you ? #lizzielalâcheuse.


Message(#) Sujet: Ҩ you can blow what's left of my right mind ✖ future starts slow {les rebelles} Mar 8 Jan - 21:14

les rebelles ✖ lizzie eastwood-stilson ◈ leelou h. wheeler ◈ eliza s. madden ◈ tae hyun hwan ◈ locklain ó dónaill ◈ hilary j. materson-madden ◈ ...
You can holler, you can wail, you can swing
you can flail, you can thump like a broken sail





C'est bien facile de dire que notre vie est foutue sur cette île, qu'on a tout perdu, que cette survie, ce milieu sauvage, ces journées dangereuses, c'est un clavaire ; mais y'en a marre des gens qui se plaignent ! Bon okay d'habitude c'est les Rebelles qui râlent, mais là si y'a bien une chose qu'on peut pas leur reprocher, c'est que eux ils savent profiter encore de l'île ! Les Rebelles, ou ceux qui ne se prennent pas la tête. Pas besoin de stresser, de s'activer toute la journée, relax ! c'est les vacances... et c'est surtout la fête ! Avant l'île, on avait l'habitude d'aller dans les petits bistros des coins de rues new-yorkaises, on traînait toujours dans les pubs branchés du centre ville, on squattait nos boites favorites tout au long de la nuit, on organisait des fiestas de ouf dans nos mini-apparts ; parce qu'à New York y'avait de la bonne musique quasiment tout le temps, tout le monde s'empiffrait de gâteaux apéro en soirée, l'alcool coulait à flot et des lumières trop classes mettaient toujours l'ambiance qu'il fallait... Il faut dire les choses telles qu'elles sont : les rescapés sont là, à ruminer en pensant aux proches qu'ils ont laissé derrière eux, leur famille, leur maison douillette, toute la bonne bouffe ; Lizzie elle si y'a bien une chose qui lui manque depuis qu'ils sont sur cette p***** d'île, c'est les fêtes, les vraies fêtes ! Une musique survoltée, une ambiance de folie & une gu*ule de bois de malade au réveil, voilà une pensée qui a de quoi rendre nostalgique.

Lizzie en avait trop marre de sa vie en ce moment. Elle venait de vivre une seconde grossesse très pénible {au passage, les préservatifs ils ont de quoi nous rendre nostalgiques aussi tiens *.*}, enfin au final elle avait accouché il y a de ça quelques semaines. Et elle était enfin de nouveau libre ! Quoi que, vous allez m'dire, avec un bébé sur les bras, elle était toujours embêtée... et bah non, car y'avait pas de bébé ! Rassurez-vous, elle a bien donné naissance à une petite fille, elle n'est pas morte, elle a juste été enlevée par les Amazones... enfin ça c'est ce que dit Lizzie à tout le monde pour se justifier ; la vérité c'est qu'elle a plutôt gentiment passé sa fillette aux Amazones, pour pas l'avoir dans les pattes ! Après tout, zuut' on est sur une île déserte paumée, y'a pas de lois ni de règles, et si Lizzie a pas envie de pouponner maintenant, c'est son choix non ? Dans tous les cas, tout ce qu'elle souhaitait, c'était mettre cet épisode opour de bon derrière elle. Elle commençait à retrouver sa taille fine, ça lui donnait envie de danser, de se libérer. Au diable les contraintes & les interdits, faîtes couler l'alcool, faîtes péter les joints & trouvez-nous de la bonne musique, on va faire la fêtes ! Bizarrement il n'y avait même pas eu besoin de passer une annonce, un petit bouche-à-oreille rapide & on pouvait deviner que ce soir, tous les rescapés les plus rebelles de l'île allaient être au rendez-vous pour tout déchirer !

« Santé ! » Lizzie était seule au comptoir du petit bar en bois, à l'air libre sur la plage déjà plongée dans le noir. Une torche brûlante éclairait à côté d'elle, tandis que la jeune femme sirotait un fond de verre de rhum ou d'whisky, elle ne saurait pas dire. C'était d'un ennui... Bon okay elle était très en avance, mais allait-elle donc finir la nuit complètement déchirée toute seule ? Ah non ! et déjà elle entendit des premiers rires s'approcher, ainsi elle sut que l'ambiance n'allait pas tarder à monter, très très chaud.



❝ Keep a weather eye
on the horizon . ❞
He fell in love with a woman. He fell in love with the sea. Same story, different versions. And all are true. It was a woman as changing and harsh and untamable as the sea. Him never stopped loving her. But the pain it caused was to much to live with, but not enough to cause him to die. × BY LIZZOU

spoiler :
 

♪ « dreams never end » dream


Dernière édition par Lizzie Eastwood-Stilson le Ven 1 Fév - 20:59, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Endreya A. Hamilton-Wayne "
❝ Failure. × It's like I'm losing my mind ϕ ❞

× Ma Célébrité : alexandra park. × Nombre de messages : 3379 × Age du perso : 24 ans. × Job : barmaid. × Côté love : ashford, forever and always, till death do us part.


Message(#) Sujet: Re: Ҩ you can blow what's left of my right mind ✖ future starts slow {les rebelles} Ven 1 Fév - 13:54

Le bar ◈ lizzie eastwood-stilson ◈ leelou h. wheeler ◈ eliza s. madden ◈ tae hyun hwan ◈ locklain ó dónaill ◈ hilary j. materson-madden ◈ ...
Why don't we party up ?
Come on and light me up ; Time for you to come on down

Cela faisait à présent un bon moment que je n'avais pas réellement passé une soirée en compagnie de qui que ce soit. J'avais passé récemment beaucoup de temps avec Alys, Katty, ou encore Scott. A part eux trois, je n'avais pas vu grand monde depuis un bon moment, et je commençais à me sentir un peu seule, alors du coup, quand j'ai reçu un petit mot de Lizzie qui m'invitait à une fête en l'honneur des plus rebelles de l'île, j'avais décidé d'y aller.
J'avais passé une journée des plus banales. Je n'avais pas vu ni Scott, ni Alys. Je m'étais simplement baladée un peu sur l'île, tout en regardant le paysage. Bref, comme je vous disais pas grand chose de fascinant. Puis voyant que le soleil se faisait de plus en plus bas dans le ciel, j'étais rentrée chez moi afin de me préparer avant que la nuit ne tombe.
J'avais eu pas mal de chance lors du crash. Je m'en était tirée avec seulement quelques égratignures, et ma valise était presque intacte. J'avais donc pu récupérer toutes mes fringues, mon matériel de dessin, ma guitare et aussi mon maquillage. Enfin, ce dernier n'avait pas duré bien longtemps, mais Alys avait trouvé des produits cent pour cent naturels qui remplaçaient aisément mes cosmétiques habituels.
J'enfilai une robe à paillettes argenté. C'était ma robe du soir préférée et je l'emmenai partout lorsque je voyageais. Désormais, je la mettais aussi à la plupart des fêtes auxquelles je me rendais sur l'île. Après quoi je soulignai mes yeux de noir, et mes lèvres d'un baume aux couleurs naturelles, mais qui rendait mon sourire plus brillant.
Quand j'eus fini de me préparer, la nuit était tombée depuis longtemps, et c'est dans la précipitation que je me mis en route, ma guitare sanglée sur mon épaule. J'étais en retard. Comme d'habitude... Je n'avais jamais été d'un naturel trés ponctuel, c'est vrai, mais sur l'île, c'était encore plus flagrant. Je n'étais jamais à l'heure. Je descendis de ma cabane perchée, et commençai à marcher en direction du bar, où avait été fixé le rendez-vous.
Lorsque j'arrivai enfin à la cabane qui servait de bar, de comptoir et aussi de dancing quand quelqu'un ramenait une guitare, ce qui ce soir était mon cas. Je pensais que nous serions au moins deux à savoir en jouer, et que nous nous relaierons. Lorsque je fus à portée de son, j'entendis déjà les rires qui fusaient et quelques personnes qui criaient cherchant de quoi boire quelques verres. Je souris à moi même. Des gens qui me ressemblaient. Je songeai alors à Alys qui était encore plus ancrée dans ce genre de milieu que moi. Mais ce soir, était notre soir à nous, les rebelles. Et en approchant, j'aperçus quelques personnes que je connaissais, et d'autres que j'avais déjà croisées. Il y avait Lizzie, Eliza que je connaissais bien, et les autres, leurs noms me reviendraient plus tard, comme chaque fois.
Je posai ma guitare, et fis la bise à chacune des personnes qui se trouvaient là.
HILARY - Comment ça va les gens ?
Puis approchant de Lizzie, je lui fis un clin d'oeil, un smack, et la serrai fort dans mes bras. Elle était ma femme. Du moins, nous avions célébré notre faux mariage un soir de décembre quelques années plus tôt, et nous étions trés proches.
M'instalalnt au bar à côté d'elle, un grand sourire aux lèvres, je me servis quelque chose qui s'apparentait au Whisky. Après tout, Whisky, n'était-ce pas mon surnom? On se demandait pourquoi. En effet, chaque soirée, j'en buvais, et je finissais complètement ivre. Levant mon verre, je clamai alors haut et fort :
HILARY - Ce soir, celui qui n'est pas complètement torché est une poule mouillée ! Wouhouuu !
L'esprit de la fête s'était déjà emparé de moi, et j'avais déjà bu cinq shooters cul sec. J'en bu un sixième, et secouai la tête! C'est parti ! Let's have fun, tonight !




love u <3:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar
» Jay S. Coleman "
❝ Immune. × I can't forget but I can pretend ∞ ❞

× Ma Célébrité : Logan Lerman × Nombre de messages : 2054 × Age du perso : 22 ans × Job : Barman. × Côté love : célibataire.


Message(#) Sujet: Re: Ҩ you can blow what's left of my right mind ✖ future starts slow {les rebelles} Mar 21 Jan - 17:54




Les rebelles !
You can blow what's left of my right mind, future starts slow

Décidément les journées se ressemblaient toutes sur cette île maudite. Dormir, faire la fête, dormir, faire la fête. Et je continuais comme ça toute la journée. Étrangement, je n'étais pas triste d'avoir échoué ici. Rien ne m'attendait là ou j'allais et, si j'avais quitté New York, ce n'était sûrement pas pour y retourner ! En fait, j'étais bien ici. Le soleil, les filles, oui c'étaient comme des vacances sur une île paradisiaque si l'on oubliait les dangers de la forêt et toutes ces personnes qui se permettaient de donner des ordres, qui se pensaient meilleures que les autres. m*rde ce qu'elles m'énervaient. Et ces militaires qui veulent tout contrôler soi disant pour "s'assurer qu'il n'y a aucun danger". Ils nous prenaient pour des idiots ou quoi?! J'en avais assez d'être dévalorisé par d'autres personnes, je n'étais pas inférieur à eux. Un jour, ils le comprendront mais, en attendant, je m'en foutais. L'heure était à la fête. J'avais entendu par un de mes potes de soirées qu'aujourd'hui, cette nuit, il y aurait les plus grands fêtards réunis. Ça allait envoyer du lourd.
J'hésitais à apporter une bouteille d'alcool. J'en avais quelques une, ramenés de mes nombreuses fêtes au bar. Finalement, après un court débat avec moi même, je décidais que non. Il y aurait beaucoup de personnes aimant faire la fête donc, automatiquement, beaucoup d'alcool. J'allais pas gâcher mon whisky maintenant ! Une partie de moi redoutait cette fête. Si ça se trouve elle allait être nulle. Au pire des cas, je serais sûrement trop bourré pour m'en rendre compte ! Oui, quand je commençais à boire je ne m'arrêtais plus, c'était ça d'être alcoolique. Beaucoup de gens ne comprenaient pas comment on pouvait à ce point aimer ces boissons. Mais, honnêtement je m'en fichais. Du moment que j'étais heureux, tout allait bien dans le meilleurs des mondes.
Je décidais de partir maintenant, je n'avais pas peur d'être en retard mais je craignais d'arriver trop tôt. En effet, je n'habitais pas loin du bar, j'avais construit mon logement à un des meilleurs endroits, d'après moi. La distance était tellement courte que j'arrivais sept ou huit minutes plus tard. Le groupe me sauta aux yeux. Comment le rater? Quelques personnes avec plusieurs bouteilles.. C'était forcément eux. Tout naturellement, j'allais vers eux. Je ne connaissais personne, tant mieux, ça évitera les jugements !
« Yo tout le monde ! Quelqu'un me passe une bouteille ? »
Sans leur laisser le temps de réagir, je m'emparais d'un des nombreux alcools et commençait à en boire sans la permission de quiconque.
« Je félicite celui qui a apporté une bouteille pareil ! Alors c'est quoi le plan ? En tout cas, honte à celui qui finit couché à une heure du matin ! »
BY .TITANIUMWAY



RIDING UP THE HEIGHTS OF SHAME —
Deep in the ocean, dead and cast away, where innocence is burned in flames. A million mile from home, I'm walking ahead. I'm frozen to the bones, I am a soldier on my own, I don't know the way. I'm riding up the heights of shame. I'm waiting for the call, the hand on the chest. I'm ready for the fight and fate × code by lizzou.
Revenir en haut Aller en bas

» Contenu sponsorisé "
❝ ❞


Message(#) Sujet: Re: Ҩ you can blow what's left of my right mind ✖ future starts slow {les rebelles}

Revenir en haut Aller en bas
 

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
-